close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

cliquant ici - Office de tourisme de Saint Gengoux le National.

IntégréTéléchargement
SAINT GENGOUX, cité chérie et stratégique des rois capétiens
Dès l’époque romaine, notre cité occupa une position stratégique importante, étant au carrefour
de CINQ voies très fréquentées .

Carte de la société archéologique de Bourgogne
Situation privilégiée due à plusieurs facteurs:
En 843, traité de Verdun, lors du partage de l’empire de CHARLEMAGNE, la frontière entre le
royaume Franc de Charles le chauve et celui de Lothaire passait, en partie pour la Bourgogne, sur
l’ancienne voie romaine venant de l’Est, entre TOURNUS et notre cité. Ce partage eut des
conséquences essentielles pour l’avenir du village situé au Sud, et ce, pendant toute l’histoire de
notre pays.
La Bourgogne est partagée en deux parties
La cité est située au Sud pour ces frontières entre
Au Nord, la langue d’Oïl, le droit écrit, les tuiles plates.
Au Sud, la langue d’Oc, le droit oral et les tuiles arrondies, dites romanes ( romaines).
Plus tard, la frontière entre les moines cisterciens de Robert de Molesne et de Cluny en 1098.(
une première abbaye cistercienne de La Ferté est construite en 1113)
Entre le comté de CHALON et celui de MACON.
Entre les cépages du Pinot et celui du Gamay.
Entre l’influence des catholiques et celle des protestants.
A la révolution, les cantons regroupés autour d’un bourg-centre.
Reprenons l’histoire
Dans une charte en 928, les moines de CLUNY, après de la canonisation du saint, baptisent notre
village SAINTGENGOUL, « in villa sancti gangulphi»
En 950, la première « église » est construite ,elle est mentionnée officiellement dans une charte
de l’Abbaye (in ecclésia sancti gangulphi), , ce pourrait être la chapelle Sainte Madeleine , située
dans le cimetière actuel.
Abbaye CLUNY III
Armoiries de CLUNY
En 1120, un prieuré hébergeant les moines fut construit au centre du village.
L’église étant trop jugée trop petite , les moines de Cluny, sous l’autorité d’ Odilon de Mercoeur,
entreprennent les constructions d’une nouvelle grande Eglise, achevée en 1120, d’un nouveau
prieuré moins vétuste et d’un hôtel-Dieu. La concurrence spirituelle avec l’abbaye de La Ferté
s’annonce rude.
En 1166, le fils du comte de Chalon Guillaume, peu scrupuleux, est soutenu par son beau-père
l’empereur d’Autriche Frédéric Barberousse. Incapable de payer la solde de ses mercenaires, les
Brabançons, ceux-ci pillent l’abbaye de Cluny et le château de Lourdon (LOURNAND). Les
moines font appel au roi, Louis VII le jeune. Celui-ci, garant de la défense de la papauté, se porte
à leur secours, il écrase les Brabançons avec l’aide du duc de Bourgogne dont dépendait le comté
de Chalon!
En retour, Louis VII établit une châtellenie, centre judiciaire royal, avec un prévôt, sur 11
villages environnants, puis 20 villages, donnant ainsi à notre cité un pouvoir qui permettait de
souscrire un pariage (partage des droits indivisis) . LOUIS VII accorde sa protection à la cité et
autorise la première foire en 1166, à la Saint Martin,et ce pendant 15 jours.
Afin de protéger le prévôt qui percevait la taille royale, la vie économique de la cité et d’asseoir
l’autorité royale, Louis VII autorise la construction d’un château, dont l’actuel donjon, ainsi
qu’une première enceinte munie d’une porte (située près du rond-point actuel ) et de plusieurs
tours. C’est la première implantation royale en Bourgogne. Cette construction sera achevée en
1206, sous le règne de Philippe-Auguste. Les moines de CLUNY sont ainsi protégés au Nord par
ST GENGOUL et au Sud par le château médiéval de BERZE.
Si l’on se place sous l’aspect géopolitique , notre cité relevait d’une position stratégique
importante pour le royaume
LOUIS VII le jeune et son épouse Alienor d’Aquitaine
Le royaume de France
(rouge foncé) et
le royaume des Plantagenêts (autres rouges)
Louis VII le jeune, dit « le saint moine » , trop dévot et peu enclin à honorer son épouse,
l’ardente Aliènor d’Aquitaine, ne pouvant divorcer, obtient l’annulation de son mariage
prétextant une consanguinité, après la liaison de celle-ci avec son cousin, le duc de Normandie,
Henri de Plantagenêt, le futur roi d’Angleterre, Henri II (1154). Aliénor se maria avec celui-ci
qui occupa ainsi tout l’Ouest du royaume franc. La seule direction d’une possible extension étant
au Sud, l’intérêt de Louis VII se porta tout naturellement sur notre territoire, l’occasion était top
belle, il fallait la saisir.!!
Notre cité à l’extrémité sud-est du royaume
à l’époque de Philippe-auguste
Evolution du royaume sous les capétiens
L’intérêt de SAINT LOUIS pour ST GENGOUX
PHILIPPE-AUGUSTE, né en 1165, adore son petit-fils, le futur LOUIS IX, né en 1214, il lui
enseigne les arts de la guerre et la gestion royale, malgré son très jeune âge
Le sacre de Philippe-Auguste
Le jeune roi Louis IX et
son frère Jean de France ,comte d’Anjou
A la mort du roi Philippe en 1223, son fils LOUIS VIII, dit le lion ou le batailleur, entreprend la
campagne du Languedoc , où il mourut de dysentrie en 1226, soit après 3 ans de règne
seulement!
Le nouveau roi, LOUIS IX, n’a que 12 ans, la régence est donc confiée à sa mère Blanche de
Castille, petite -fille d’Aliénor, fervente catholique espagnole et femme de caractère!! Mais les
barons n’acceptent pas l’autorité de la régente et se rebellent dont le duc de BOURGOGNE
Hugues IV. Elle les met à la raison en 1229. A 16 ans, le jeune roi prend le commandement des
armées, l’Ost royal.
LOUIS IX et sa mère Blanche de Castille Les armoiries du Roy Louis IX, son épouse et sa mère
En 1234, LOUIS IX, majeur, épouse Marguerite de Provence, qui n’a que 16 ans et de ce fait
annexe cette province au royaume, poursuivant ainsi la politique de ses aïeux.
Chassé de Gênes par l’empereur d’Autriche, le pape INNOCENT IV se réfugie à LYON.
En Novembre 1245, le invite le roi afin de régler le conflit qui l’oppose à l’empereur du Saint
Empire d’Frédéric II
Toujours garant de la papauté et de ses intérêts, LOUIS IX , fatigué, se rend à ce rendez-vous .Au
cours du voyage, il prend la grippe ou la dysentrie, je suppose.
Ne pouvant se rendre à CLUNY, trop affaibli, cloué par de fortes fièvres, il doit se reposer, et
tout naturellement, il choisit le château de son grand-père vénéré PHILIPPE à SAINT
GENGOUL . Il y reste une dizaine de jours afin de se rétablir et de se présenter au pape . Les
habitants prient pour sa guérison. Le roi rend justice, va à la messe avec son épouse Marguerite
de Provence et sa mère Blanche de Castille.
LOUIS IX et le pape Innocent IV
Son mariage avec Marguerite de Provence
Il repasse à la mi-avril 1246 afin de préparer la 7 ème croisade C’est alors qu’il décrète, en
reconnaissance du bon accueil de la cité ( la Bonne Ville), de libérer les habitants des servitudes
du seigneur de SERCY et de renforcer ainsi la présence royale en accordant une charte
communale. SAINTGENGOUL devient cité royale, avec un bailli, et les prérogatives royales:
Lever milice, lever l’impôt royal et communal, élections du maire et des échevins, frapper
monnaie jusqu‘en 1281( gros tournoi en argent). Les fortifications sont renforcées par une
deuxième enceinte avec 3 portes et 14 tours de défense. « SAINT GENGOUL» devient SAINT
GENGOUL LE ROYAL.
Pour LOUIS IX, cette implantation royale est une véritable épine dans le duché de
BOURGOGNE.elle est la première implantation du royaume dans un territoire hostile C’est le
premier baillage sur ce duché et le 35ème du royaume. SAINT GENGOUL jouit , dès lors, d’une
situation privilégiée. Durant un siècle, c’est une véritable période faste et florissante pour la
cité, rendant quelque peu envieux les nobles des territoires environnants.
Maquette de la cité en 1460 sous le règne de Charles VII, époque de Jeanne d'arc,
réalisée par M. Gérard MIGNOT présente à l’office de tourisme
Louis VII avait accordé par décret la foire de la Saint Martin , en 1166.
Le 23 ,janvier 1442, le duc de Bourgogne, Philippe le bon accorde deux autres foires , le mardi
avant le dimanche des brandons (premier dimanche de carême ) et à nouveau la saint martin.
Puis, décret royal de CHARLES IX en 1568 autorisant deux autres foires les mardis proches du
11 mai ( fête patronale de saint Gengoul) et du 25 juillet (Saint Jacques)et ce pendant les
guerres de religion!
Le temps passe
Puis vinrent les guerres de religion,
En 1562, SAINT GENGOUL LE ROYAL fut pillée par les armées protestantes du Prince de
CONDE L’église fut brûlée avec 7 concurés « du mépart » sur son parvis. En 1566, la tour de
l’horloge ( beffroi) fut érigée; En 1567, les troupes de PONSENAC pillent la cité et brûlent les
archives paroissiales.En 1576, nouveau pillage . Enfin, en 1594, alors que ST GENGOUL ,la
ligueuse, ayant pris le parti contre Henri de Navarre, futur roi Henri IV, Jean d’AMANZE,
royaliste, gouverneur de BOURBON-LANCY, prend le château par surprise mais se retire sous
versement de 6000 écus, somme indue rendue à la cité par décision du Parlement.
.
Henri de Navarre …Henri IV
plan de la ville en 1789
Si Saint Louis a eu de la reconnaissance envers notre cité, Henri IV, se souvenant de la résistance
à des troupes protestantes, ordonna de détruire symboliquement les 4 tours du château, seul le
donjon restera et existe encore. Puis les remparts de l’enceinte furent peu à peu démantelés au fil
des siècles.
La révolution apporta pour Saint Gengoux une modification notoire:son nom. Pendant 3 jours ,
en février 1793, ce sera « Bonvineux » puis JOUVENCE jusqu’en 1814. Les habitants sont alors
appelés les jouvencelles et jouvenceaux.
Et son histoire continue…………Le temps passe jusqu’à nos jours,2015.
C’est donc sous le règne des 3 rois capétiens, LOUIS VII, Philippe Auguste et surtout LOUIS IX
que notre cité prit une importance capitale pour son développement et son avenir sur tout son
bassin de vie, renforcée par la construction de la voie ferrée et l’importance du trafic de la gare
rurale avec le proche bassin minier .
Les capétiens ont voulu, pour des raisons géopolitiques, que SAINT GENGOUX devienne une
cité indépendante, puissante et florissante avec une notoriété reconnue.
Recherches effectuées par M. Jean-pierre CHAPELON, maire honoraire
Ce document pertinent a été réalisé selon les sérieuses recherches effectuées par Mme
Marguerite REBOUILLAT, messieurs Michel SERRES, Jean-Pierre BOUILLAULT, Docteur
TREMEAU, aujourd’hui disparus, ainsi que la SHEN, Merci à eux pour leur investissement local
Et ce Complété par des documents trouvés dans Google, les archives départementales et de la
ville de CLUNY
Plan de la cité de Saint Louis intra-muros et son circuit touristique actuel
centre historique incontournable à découvrir sans modération
Je tiens à remercier très chaleureusement pour cette difficile traduction très particulière de ce
document :
pour la version allemande, par un jouvenceau M. Yves GUYET , dans sa langue natale.
et de Madame Sue ROBINSON, de nationalité britannique, conseillère municipale, pour la
version anglaise.
Pour tout renseignement : contacter l’ Office de tourisme
Une visite personnalisée de la cité de Saint Louis peut être organisée à votre demande
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
3 335 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler