close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Cahier des charges - ARS Ile-de

IntégréTéléchargement
CAHIER DES CHARGES RELATIF
A LA CREATION D’UN RESEAU DE SANTE PLURI-THEMATIQUE
SUR L’INFRA-TERRITOIRE SUD DU DEPARTEMENT DE L’ESSONNE
Préambule
L’objet du présent cahier des charges porte sur la création d’un réseau de santé unique et pluri-thématique
couvrant les champs de l’accès aux soins, de la gériatrie, la cancérologie et les soins palliatifs sur :
-
les 150 communes de l’infra-territoire Sud du département de l’Essonne représentant une population
totale de 603 565 habitants (population municipale de 594 141 habitants + population comptée à part
de 9 424 habitants). Ce territoire correspond aux communes couvertes par la MAIA SUD 91 et la
MAIA CENTRE EST 91.
Ce guide répond notamment aux objectifs fixés par le Guide méthodologique DGOS « Améliorer la
coordination des soins : « comment faire évoluer les réseaux de santé ? » – Octobre 2012.
2
Sommaire
I.
CONTEXTE .................................................................................................................................................. 5
II.
OBJET ......................................................................................................................................................... 7
III.
CARACTERISTIQUES DU TERRITOIRE....................................................................................................... 8
1.
Les déterminants essonniens et ceux de l’infra-territoire Sud : ......................................................... 8
1.1
Les indicateurs de population ......................................................................................................... 8
1.2
Les indicateurs socio-économiques................................................................................................. 9
1.3
Les déterminants de santé ............................................................................................................ 12
2.
IV.
L’offre en santé de l’infra-territoire Sud Essonne ............................................................................. 20
2.1
L’offre en prévention et promotion de la santé ............................................................................ 20
2.2
L’offre de premier recours ............................................................................................................ 24
2.3
L’offre hospitalière ........................................................................................................................ 32
2.4
L’offre médico-sociale pour personnes âgées............................................................................... 33
LES MISSIONS DU RESEAU .................................................................................................................... 40
1. Les besoins de la population visée. ......................................................................................................... 40
1.1
Les patients âgés relevant d’une prise en charge en gérontologie............................................... 41
1.2
Les patients atteints de cancer...................................................................................................... 41
1.3
Les patients en phase palliative. ................................................................................................... 41
1.4
Précarité et accès aux soins ..................................................................................................... 42
2.
Les objectifs quantitatifs d’accompagnement. ................................................................................. 43
3.
Objectifs opérationnels et contenus. ................................................................................................ 43
V.
3.1
La coordination du parcours de santé ........................................................................................... 43
3.2
Les soins de support. ..................................................................................................................... 45
3.3
L’amélioration des pratiques professionnelles. ............................................................................ 46
ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DU RESEAU............................................................................... 47
1.
Le pilotage du réseau de santé. ........................................................................................................ 47
a)
Les modalités juridiques de constitution. ..................................................................................... 47
b)
Le mode de gouvernance .............................................................................................................. 47
2.
Les outils de la coordination ............................................................................................................. 47
a)
L’information des patients et de leur entourage .......................................................................... 47
b)
Les relations avec les partenaires du réseau................................................................................. 48
c)
Les modalités de concertation, de communication et de transmission de l’information entre
professionnels. ........................................................................................................................................ 48
3.
Les moyens humains et matériels..................................................................................................... 49
a)
L’implantation du réseau. ............................................................................................................. 49
3
b)
L’équipe de coordination. ............................................................................................................. 49
c)
Le financement. ............................................................................................................................. 50
4.
Le dispositif d’évaluation de l’activité du réseau .............................................................................. 51
5.
Les délais de mise en œuvre ............................................................................................................. 51
VI.
ANNEXES ............................................................................................................................................... 52
PIECES QUI CONSTITUENT LE DOSSIER........................................................................................................ 52
CALENDRIER PREVISIONNEL ........................................................................................................................ 52
TEXTES DE REFERENCES............................................................................................................................... 53
LISTE DES COMMUNES D’INTERVENTION DU RESEAU................................................................................ 55
LES EHPAD de l’INFRA-TERRITOIRE SUD : .................................................................................................... 59
4
I.
CONTEXTE
La France vit actuellement une phase de transition épidémiologique : prévalence toujours plus importante
des maladies chroniques, et vieillissement de la population. Sur un plan médical, les patients se retrouvent
dans des situations de plus en plus complexes, parce que poly-pathologiques et vieillissants.
Mais la complexité d’un patient ne s’examine pas au seul regard de sa ou ses pathologies, elle est également
liée à des facteurs psycho-sociaux.
Face à ces évolutions, l’organisation du parcours de santé des patients présentant des facteurs de
vulnérabilité médicaux et psycho-sociaux nécessite une étroite collaboration entre les différents acteurs de la
prise en charge : ville, hôpital, établissements médico-sociaux et également acteurs sociaux.
Dans ce contexte, pour les patients nécessitant une coordination fréquente et importante, les réseaux de santé
ont développé une expertise et des savoir-faire en termes d’organisation de la prise en charge sur un territoire
entre établissements sanitaires, médecine de ville, secteur social et médico-social. Depuis leur essor et à
partir de la loi n°2002-303 du 4 mars 2002 (Article L6321-1), ils sont l’un des principaux dispositifs de
coordination des parcours de santé.
Or, l’environnement dans lequel ils conduisent leurs missions a connu de significatives transformations :
 La loi confère au médecin généraliste traitant un rôle pivot dans l’organisation et la mise en œuvre
des fonctions d’entrée dans le système de soins et de suivi du patient et de coordination de son
parcours. De plus, le développement d’incitations à la coordination dans le cadre de la rémunération
des professionnels et des structures d’exercice collectif favorise l’appropriation de cette fonction par
les effecteurs de soins eux-mêmes.
 Plusieurs autres acteurs intègrent dans leur activité une fonction de coordination des soins de
proximité, notamment les maisons de santé, les centres de santé, les services d’HAD, les centres
locaux d’information et de coordination (CLIC), les SSIAD, les établissements de santé (équipes
mobiles de soins palliatifs et gériatrique, centre de coordination en cancérologie…).
 L’expérimentation de nouveaux modes de coordination des soins pour les personnes âgées en risque
de perte d’autonomie, en amont et en aval de l’hospitalisation (PAERPA, article 70…).
 La généralisation du nouveau dispositif d’intégration MAIA1 pour fluidifier le parcours de santé des
personnes âgées de 60 ans et plus en perte d’autonomie.
Cependant, le besoin d’appui à la coordination pour les patients en situation complexe demeure prégnant visà-vis des médecins généralistes de premier recours mais aussi des autres acteurs de l’offre de soins. Cette
fonction d’appui à la coordination permet en effet de mieux évaluer les situations, de connaitre et de
mobiliser l’ensemble des ressources nécessaires afin de garantir un parcours efficient (maintien au domicile,
anticipation des hospitalisations, sortie d’hospitalisation dans les meilleures conditions) sans se substituer
pour autant à l’activité des effecteurs de soins.
1
Méthode d’Action pour l’Intégration des services d’aide et de soins dans le champ de l’Autonomie)
5
Compte tenu du besoin de coordination identifié pour l’organisation du parcours de santé des patients en
situation complexe, l’Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France (ARSIF) souhaite par conséquent,
conformément aux préconisations nationales2 orienter les moyens des réseaux de santé vers la mise en place
d’un service d’appui aux effecteurs de soins et notamment aux médecins généralistes de premier recours.
Ainsi, la place des réseaux a été rappelée à plusieurs reprises au sein du Projet Régional de Santé décidé en
décembre 2012 notamment :
-
Dans le Schéma Régional d’Organisation Médico-sociale, point 2.1.2.2 « Les coopérations et/ou
coordinations à mettre en place entre les acteurs ambulatoires, hospitaliers et sociaux afin de
proposer aux personnes fragiles une prise en charge globale, coordonnée et sans rupture».
Dans le Schéma Régional d’Organisation des Soins :
 Volet Hospitalier « 2.6.5 Le soutien à la transformation des réseaux en plateforme pour
organiser efficacement les parcours de santé »,
 Volet Ambulatoire « 2.5.1 Développer les coordinations pluri thématiques et notamment
les réseaux territoriaux et assurer une meilleure couverture territoriale » et « 2.5.2
Renforcer la coordination du parcours de soins des malades en situation complexe ».
Dans cette perspective, il est préconisé de renforcer la polyvalence de l’action des réseaux. En effet,
plusieurs avantages sont attachés à cette évolution :
 Favoriser une convergence des actions menées actuellement par les réseaux gérontologiques, ceux
traitant des maladies chroniques, du cancer et des soins palliatifs. Ces thématiques présentent des
points communs en matière de coordination et pourraient donc être prises en charge de façon unifiée
au sein de réseaux polyvalents.
 Favoriser une mutualisation des moyens des réseaux.
 Limiter le nombre d’interlocuteurs pour les médecins généralistes et les équipes de soins de premier
recours, favorisant chaque fois que possible la mise en place d’un interlocuteur unique facilitant ainsi
l’accès au service d’appui proposé et la continuité des soins.
 Visibilité pour le patient
2
Améliorer la coordination des soins : « comment faire évoluer les réseaux de santé ? » – Guide méthodologique – DGOS – Octobre
2012
6
II.
OBJET
L’objectif du réseau pluri-thématique est de promouvoir, de faciliter et d’améliorer une offre de soins
coordonnés, de proximité, de qualité et adaptée aux besoins des patients en situation de dépendance et / ou de
précarité, atteints de pathologie cancéreuse ou nécessitant des soins palliatifs, prise en charge de la douleur.
Ce réseau permettra aux patients, à leur entourage, aux professionnels et aux institutions du secteur sanitaire
et du secteur médico-social d’avoir un interlocuteur unique pour la gestion de ces problématiques.
La création d’un réseau pluri-thématique sur l’infra-territoire Sud de l’Essonne permettra de renforcer la
cohérence des parcours de santé d’une part, en optimisant les moyens matériels et humains existants sur le
territoire et d’autre part, en mettant en place les outils nécessaires à la coordination de l’offre de soins et les
services autour du patient.
Il favorisera un partage des compétences et l’émergence d’initiatives au bénéfice d’une prise en charge
globale du patient et de ses proches tout au long du parcours de santé.
Les promoteurs devront se conformer aux conditions fixées par le présent cahier des charges.
Les personnes physiques et morales habilitées à déposer leur candidature sont ceux définis par l’article L.
6321-1 du CSP :







Les professionnels de santé libéraux
Les établissements de santé
Les groupements de coopération sanitaire
Les centres de santé, maisons et pôles de santé
Les institutions sociales et médico-sociales
Les organisations à vocation sanitaire ou sociale
Les représentants des usagers
Conformément à l’article L.6321-2 du CSP, afin de remplir ses missions, le réseau de santé peut être
constitué en groupement de coopération sanitaire, groupement d’intérêt économique, groupement d’intérêt
public ou association.
7
III.
CARACTERISTIQUES DU TERRITOIRE
1. Les déterminants essonniens et ceux de l’infra-territoire Sud :
L’Essonne se caractérise par des zones urbaines de très fortes densités au Nord du département et
des zones beaucoup plus rurales au Sud du département.
Sur 196 communes, 132 ont moins de 5 000 habitants, 42 entre 5 000 et 20 000 habitants et 22 ont
plus de 20 000 habitants. Les communes les plus peuplées (+ 30 000 habitants) sont Evry, Corbeil,
Massy, Savigny, Ste Geneviève des Bois, Viry-Châtillon, Palaiseau, Vigneux-sur-Seine (cf. liste
des communes en annexe).
Selon l’INSEE, trois grands territoires se dessinent :
-
-
Secteur Nord-Est : partie la plus urbanisée, la plus dense en population et en habitat social.
Près de 60 % des Essonniens y résident, la densité de population est de 1 855 habitants au
km2, davantage de personnes en situation de précarité (près de 60 % des habitants sont
allocataires CAF),
Secteur Nord-Ouest : 30 % de la population y réside, densité de 959 personnes au km2,
davantage de personnes seules et moins de bas revenus,
Secteur Sud : territoires périurbains et ruraux. 10 % de la population y réside, densité de
population la plus faible du département (139 personnes au km2), vieillissement marqué de
la population.
1.1 Les indicateurs de population
Au 1er janvier 2015, la population totale est de 1 257 065 habitants soit 10,4 % de la population
de l’Ile-de-France (IDF).
8
Elle est caractérisée par une population jeune : 40,5 % de 0 à 29 ans (40,1% en IDF) ; 40,8% de
30 à 59 ans (41 % en IDF) ; 12,2 % de 60 à 74 ans (12,3 % en IDF) ; 6,5 % de 75 ans et plus (6,6
% en IDF).
Entre 2012 et 2015, la population municipale de l’Essonne a augmenté de + 2,4 %.
Selon les projections de population INSEE, modèle Omphale scénario central, cette dynamique
devrait se poursuivre avec une augmentation de population de + 5,2 % entre 2015 et 2030.
En fonction des scénarii INSEE, la population entre 2015 et 2030 devrait augmenter entre 3,3 %
pour l’hypothèse la plus basse (scénario fécondité basse) et 7% pour l’hypothèse la plus haute
(scénario fécondité haute).
L’infra-territoire Sud de l’Essonne concerne 48 % de la population du département (594 141
habitants) répartie sur 150 communes.
1.2 Les indicateurs socio-économiques
(a) L’indice de développement humain (IDH2)
L’indicateur de développement humain alternatif (IDH2) permet de mesurer les disparités
sociales au niveau d’une région, d’un département ou d’une commune. Il reprend les trois
dimensions de l’Indice de développement humain (IDH) développé par l’Organisation des
Nations Unies mais avec des indicateurs mieux adaptés à la situation française3.
Ainsi, une commune est considérée comme étant en situation défavorable lorsque l’IDH2 est
inférieur à 0,52.
L’indice IDH2 est de 0.59 dans le département de l’Essonne (Ile-de-France 0,57 ; France 0,51).
Sur l’infra-territoire sud essonnien, 28 communes sur 150 (soit 298 599 habitants – 49,5 % de
la population de l’infra-territoire) ont un IDH2 en dessous de la moyenne départementale. Les
villes d’Angerville, Arpajon, Corbeil Essonnes, Etampes, Evry, Fleury-Mérogis, Monnerville,
Nainville les Roches, Pussay ont un IDH2 < à 0,50.
3
Cf. définition en annexe
9
(b) Les bénéficiaires de la Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMUC)
Entre 2013 et 2014, le département de l’Essonne a connu une hausse importante du nombre de
bénéficiaires CMU-C : + 9,9 % contre + 7,4 % au niveau régional.
Sur l’infra-territoire Sud, sept communes ont une part
de population CMUC comprise entre 6,6 et 21,8% (>
91) : Evry, Souzy-la-Briche, Corbeil-Essonnes, Lisses,
Courcouronnes, St Germain-les-Arpajon, Etampes.
Epinay_sous
10
(c) Les bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active (RSA)
Entre 2013 et 2014, le département de l’Essonne a connu une hausse particulièrement marquée du
nombre d’allocataires RSA : + 9,5 % contre + 6,1 % au niveau régional.
Toutefois la part de la population bénéficiaire du RSA en Essonne (2,6%) reste inférieure à celle de
la région (3,8%).
Sur l’infra-territoire Sud, sept communes ont une part de
population RSA comprise entre 3 et 9 % (> 91) : Etampes,
Saint-Germain-lès-Arpajon, Corbeil-Essonnes, Courcouronnes,
Lisses, Evry, Ris-Orangis.
11
(d) Les inégalités de revenus en Essonne :
UC : unité de consommation (1 adulte = 1 UC, enfant ≥14 ans= 0,5 UC, enfant <14ans = 0,3 UC)
Le revenu fiscal annuel médian par UC dans l’Essonne est légèrement supérieur à la Région.
Parmi les trois grands territoires d’étude définis par l’INSEE, le revenu fiscal annuel médian par UC
est inférieur de 7% par rapport à la moyenne départementale, sur le secteur Nord-Est. Pour les deux
autres secteurs, ce revenu est supérieur à la moyenne départementale, en particulier pour le secteur
Nord-Ouest (+12,6%).
1.3 Les déterminants de santé
(a) L’espérance de vie
Espérance de vie à la naissance par canton des hommes et des femmes (2007-2010)
L’Essonne se situe en cinquième position parmi
les huit départements d’Ile de France.
A la naissance, l’espérance de vie des femmes
est de 85,5ans (max IDF 86,1 ans) et l’espérance
de vie des hommes est de 80 ans (max IDF 81,1
ans).
12
Espérance de vie après 60 ans 2007-2010 Hommes et Femmes
Sur l’infra-territoire Sud, trois zones, une nord-ouest la plus
favorisée (plus de 26 ans), une large zone centrale
intermédiaire (de 25 à 26 ans) et une zone sud, le canton
de Méréville, la plus défavorisée (moins de 25 ans).
(b) Le niveau de mortalité
Taux comparatif de mortalité* toutes causes 2006-2010 Hommes et Femmes pour 100 000
habitants
Sur l’infra-territoire Sud, les cantons de CorbeilEssonnes et d’Etampes ont les plus forts taux de
mortalité toutes causes hommes et femmes.
13
Taux comparatif de mortalité toutes causes 2006-2010 Hommes pour 100 000 habitants
Sur l’infra-territoire sud, les cantons le long de la voie de circulation N7 (Ris-Orangis, Evry, Corbeil-Essonnes, les
cantons des deux-tiers sud, hormis celui de la Ferté-Alais), sont les plus défavorisés.
Taux comparatif de mortalité toutes causes 2006-2010 Femmes pour 100 000 habitants
Sur l’infra-territoire sud, le canton d’Etampes est le plus défavorisé, viennent ensuite les cantons de la partie Est et les
cantons de Méréville et Dourdan au sud.
On constate une quasi-superposition des cantons de la carte des hommes, hormis pour le canton de la Ferté-Alais.
14
(c) Les pathologies cancéreuses
L'indice comparatif de mortalité tous cancers confondus
Hommes
Femmes
Le niveau de mortalité masculine est au troisième rang des départements d’IDF (173 décès pour 100 000
hommes).
En revanche le taux de mortalité féminine en Essonne est le plus bas de la région (93 décès pour 100 000
femmes).
Taux comparatif de mortalité tous cancers 2006-2010 Hommes et Femmes pour 100 000 habitants
L’infra-territoire Sud est nettement plus
défavorisé que celui du nord, particulièrement
pour les cantons d’Etréchy et de Méréville.
15
Taux comparatif de mortalité tous cancers 2006-2010 hommes pour 100 000 habitants
L’infra-territoire Sud présente un taux de mortalité
relativement élevé dans l’ensemble avec deux territoires plus
impactés : le canton d’Etrechy et de celui de Corbeil-Ouest.
Taux comparatif de mortalité tous cancers 2006-2010 femmes pour 100 000 habitants
L’infra-territoire Sud présente un taux de mortalité
relativement élevé avec trois territoires plus impactés :
les cantons d’Etampes, Méréville et la commune de
Bondoufle.
(d) Les affections de longue durée (ALD)
Taux de prévalence pour l’ensemble des ALD
Sur l’infra-territoire Sud, la moitié de la zone a un taux de prévalence intermédiaire pour l’ensemble des ALD
chez les hommes. Quatre cantons ont un fort taux, Corbeil-Essonnes, Ste Geneviève-des-Bois, Etampes et
Milly-la-Forêt.
16
Sur l’infra-territoire Sud, le canton de Corbeil-Essonnes
présente le plus fort taux de prévalence d’ALD pour les
femmes, suivi des cantons d’Evry-Nord, de Ste Geneviève
des Bois, d’Etampes Méréville, Etrechy et Milly la Forêt.
Taux de prévalence des hommes pour l’ALD diabète
L’infra-territoire Sud présente un fort taux de prévalence du diabète pour les hommes, particulièrement
marqué sur Ris-Orangis.
17
Taux de prévalence femmes pour l’ALD diabète
L’infra-territoire Sud présente un taux de prévalence du
diabète pour les femmes intermédiaire hormis, pour la
bande sud (cantons d’Etampes, de Méréville et Milly-laForêt), les cantons situés le long de la voie de circulation N7
(Ris-Orangis, Evry, Corbeil-Essonnes) et les cantons de
Brétigny, de St Miche-sur-Orge, de Ste Geneviève-des-Bois et
Longpont-sur-orge.
(e) Les pathologies justifiant le recours aux soins palliatifs
Extrait : Rapport HAS mai 2013 : NOTE DE CADRAGE - Parcours de soins d’une personne
ayant une maladie chronique en phase palliative
Pour quels patients ?
Les soins palliatifs sont destinés à toutes les personnes atteintes de maladie grave, évolutive,
incurable, quel que soit leur âge, ou aux personnes ayant des maladies secondaires au processus
de vieillissement. Ils visent aussi les proches en matière de soutien psychosocial dans toutes les
phases de la maladie et du deuil.
18
Ils ne se limitent pas aux personnes atteintes d’un cancer. Deux groupes de patients ont une
plus longue espérance de vie et des besoins souvent négligés :
- les patients souffrant de maladies chroniques à un stade avancé (insuffisance cardiaque,
infection pulmonaire) dont certains besoins sont souvent non satisfaits, notamment au niveau
social ;
- les patients atteints de démence, du fait de la difficulté de gestion de leurs symptômes, d’une
absence de plan de soins et d’un accès limité aux soins palliatifs spécialisés. Ces patients ont
besoin d’un type de communication spécifique ainsi que leur famille sur l’évolution de la
maladie.
Données épidémiologiques :
Les besoins en soins palliatifs augmentent en raison du vieillissement de la population qui
s’accompagne d’une augmentation tendancielle à la fois de l’incidence et de la mortalité des
affections vasculaires cérébrales, des dégénérescences neurologiques et des cancers.
L’Observatoire national de la fin de vie, créé par décret du 19 février 2010, a estimé dans les
rapports 2011 et 2012 (en cours de publication) que les 2/3 des personnes décédées étaient
susceptibles de relever d’une prise en charge incluant des soins palliatifs, soit près de 322 200
personnes en 2008 ; 64 % d’entre elles décèdent à l’hôpital, 23 % à domicile, 11% en maison
de retraite et 3 % dans d’autres lieux.
Les patients décédés des suites d’un cancer représentent près de la moitié (48 %) des personnes
relevant d’une prise en charge en soins palliatifs. Les personnes présentant des défaillances
cardiaques et pulmonaires représentent 18,7 %, les maladies cérébro-vasculaires et les
démences incluant la maladie d’Alzheimer représentent chacune plus de 9 %.
(f) Les problématiques de santé afférentes au grand âge
Selon le modèle Omphale 2010 de l’Insee, 12,2 % de la population 2007 était âgée de 65 ans et
plus. A l’horizon 2040, 19,9 % de la population projetée sera âgée de 65 ans et plus.
Au 1er janvier 2015, la part des plus 60 ans en Essonne est de 18,7 %.
Taux d’évolution du nombre d’habitants de + 75 ans entre 2010 et 2030
L’infra-territoire Sud est divisé en trois parties dans l’axe Nord/Sud, la partie médiane a un taux
intermédiaire d’évolution prévisible d’habitants de + de 75 ans entre 2010 et 2030, les deux parties
qui l’encadre ont un taux supérieur.
19
2. L’offre en santé de l’infra-territoire Sud Essonne
2.1 L’offre en prévention et promotion de la santé
(a) Maladies neurodégénératives et accompagnement du grand âge
Sur l’année 2015, les actions proposées sur :
Actions départementales :
-
intervention du réseau de santé Appolline : action de promotion de la santé bucco-dentaire
chez la personne âgée sur le territoire de l’Essonne pour favoriser sa prise en charge
Action « Bien vieillir en résidence ADOMA » pilotée par l’association CODES 91 (en 2015,
5 résidences ADOMA concernées : Athis-Mons, Corbeil, Massy, Montgeron, Sainte
Geneviève des Bois)
(b) Des maladies chroniques
Sur autorisation de l’ARS IDF, des programmes d’Education Thérapeutique du Patient peuvent
être mis en place dans les établissements de santé, en médecine de ville, dans un réseau de
santé, dans une association…
Ces programmes sont conformes à un cahier des charges national. Ils sont proposés au malade
par le médecin prescripteur et donnent lieu à l’élaboration d’un programme personnalisé.
En Essonne, ils sont mis en place essentiellement au sein d’établissements.
20
Infra-territoire Sud :
Nom de la structure
Thématique ETP
CH Sud Essonne – Sites Dourdan,
Etampes
CH Manhès
CH Sud Francilien
Diabète
Clinique de Villiers sur Orge
Centre de dialyse Néphro-Care à
Etampes
Centre médical chirurgical et obstétrical
d’Evry, clinique du Mousseau
Centre d’Etudes et de recherches pour
l’intensification du traitement du
Diabète à EVRY (CERITD)
Clinique Korian La Marette à Saclas
Groupe Hospitalier les Cheminots
ESSONONCO
REVESDIAB
GRESMO ROMDES (réseau)
REPOP 91 (réseau)
Obésité, post-sevrage alcool chez l’adulte
Polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante,
diabète, colostomies iléostomies et urostomies, asthme,
BPCO
Cardiologie
Dialyse
Insuffisance rénale
Diabète
Dénutrition
Patients stomisés, BPCO
Cancer
Diabète
Obésité, apnées du sommeil
Obésité chez l’enfant
(c) Le champ cancer
Une Association pour le Dépistage des Maladies Cancéreuses (ADMC) a pour mission de mettre en
œuvre et piloter les programmes de dépistage organisé des cancers dans le département de
l’Essonne. Elle est chargée de la mise en œuvre des dépistages organisés pour le cancer du sein et
du colo-rectal pour tous les essonnien(ne)s âgé(e)s de 50 à 74 ans.
21
Taux de participation au dépistage organisé du cancer du sein par canton 2014 :
Dans l’infra-territoire Sud, 2
cantons (la Ferté-Alais et
Dourdan) se distinguent par le
plus fort taux de participation
au dépistage organisé du
cancer du sein (42 à 47%), la
majorité du reste du territoire
est juste en dessous de ce taux
(37 à 42%).
Les communes le long de la N7
(Ris-Orangis, Evry, CorbeilEssonnes…) ont un taux
inférieur (32 à 37%).
22
Taux de participation au dépistage organisé du cancer colo-rectal par canton 2014
Sur l’infra-territoire Sud, trois cantons
ont le plus fort taux de participation au
dépistage organisé du cancer colorectal (35,5 à 42%), les cantons de
Dourdan, St-Chéron et Etrechy.
Le reste de ce territoire à un taux moyen
(22,5 à 35,5%).
Parallèlement à ces actions de dépistage organisé, l’ADMC 91 mène des actions de proximité avec
des villes partenaires. Dans ce cadre, 58 interventions ont été réalisées en 2014. 2 470 personnes ont
été rencontrées et sensibilisées dont 1 113 personnes âgées de 50 à 74 ans.
Sur le territoire Sud, des actions ont pu être réalisées en partenariat avec les villes de Corbeil
Essonnes, Courcouronnes, Evry, Brétigny, Fleury-Mérogis, le Plessis Pâté, Leuville, Morsang sur
Orge, Sainte Geneviève des Bois, Saint Michel sur Orge, Villemoisson sur Orge, Villiers sur Orge.
L’ADMC 91 est intervenue prioritairement sur des communes enregistrant des taux de participation
aux dépistages organisés faibles. Les territoires d’intervention ont été choisis en fonction de
l’existence de dynamiques locales fortes en matière de santé.
23
L’ADMC 91 a relayé également les campagnes nationales en proposant des outils de promotion
(affiches, dépliants…).
Pour compléter cette offre, des établissements de santé Essonniens sont autorisés et / ou disposent
de reconnaissances contractuelles dans le traitement du cancer (cf. p. 33).
2.2 L’offre de premier recours
Par l’arrêté en date du 11 mars 2015, le directeur général de l’Agence régionale de santé Ile-deFrance a défini les zones fragiles et déficitaires en termes de professionnels de santé.
Les professionnels de santé :

Communes pôles de 1er recours : commune de plus de 2 000 habitants où ont été recensés à
la fois des actes réalisés en médecine générale, infirmiers et relatifs aux masseurs-kinés.
24

Les omnipraticiens :
955 installés en Essonne soit une densité de 78 /100 000 habitants contre 82 en Ile-de-France (source
données FNPS au 1er janvier 2014).
Infra-Territoire Sud : 452 omnipraticiens installés au 1er janvier 2014, soit une densité de 77 / 100 000
habitants, inférieure à la densité Essonnienne.
25

Les médecins généralistes (omnipraticien hors MEP):
751 installés en Essonne soit une densité de 61 /100 000 habitants contre 67 en Ile-de-France
(source données FNPS au 1er janvier 2014).
Infra-Territoire Sud : 346 médecins installés au 1er janvier 2014, soit une densité de 59 /
100 000 habitants, inférieure à la densité Essonnienne.

Les chirurgiens-dentistes :
614 installés en Essonne soit une densité de 50 /100 000 habitants contre 61 en Ile-de-France
(source données FNPS au 1er janvier 2014).
Infra-Territoire Sud : 260 installés au 1er janvier 2014, soit une densité de 44 / 100 000
habitants, inférieure à la densité Essonnienne.
26

Les infirmiers :
723 installés en Essonne soit une densité de 59 /100 000 habitants contre 53 en Ile-de-France
(source données FNPS au 1er janvier 2014).
Infra-Territoire Sud : 354 installés au 1er janvier 2014, soit une densité de 60 / 100 000
habitants, supérieure à la densité Essonnienne.

Les masseurs-kinésithérapeutes :
819 installés en Essonne soit une densité de 67 /100 000 habitants contre 76 en Ile-de-France
(source données FNPS au 1er janvier 2014).
Infra-Territoire Sud : 365 installés au 1er janvier 2014, soit une densité de 62 / 100 000
habitants, inférieur à la densité essonnienne.
27

Les gynécologues :
111 installés en Essonne soit une densité de 9 /100 000 habitants contre 12 en Ile-de-France
(source données FNPS au 1er janvier 2014).
Infra-Territoire Sud : 46 installés au 1er janvier 2014, soit une densité de 8 / 100 000
habitants, inférieure à la densité essonnienne.

Les pédiatres :
60 installés en Essonne soit une densité de 5 /100 000 habitants contre 6 en Ile-de-France
(source données FNPS au 1er janvier 2014).
28
Infra-Territoire Sud : 18 installés au 1er janvier 2014, soit une densité de 3 / 100 000
habitants, inférieure à la densité essonnienne.

Les ophtalmologues :
84 installés en Essonne soit une densité de 7 /100 000 habitants contre 9 en Ile-de-France
(source données FNPS au 1er janvier 2014).
Infra-Territoire Sud : 36 installés au 1er janvier 2014, soit une densité de 6 / 100 000
habitants, inférieure à la densité essonnienne.
29

Les sages-femmes :
72 installés en Essonne soit une densité de 5,7 /100 000 habitants contre 5,4 en Ile-de-France
(source données FNPS au 1er janvier 2014).
Infra-Territoire Sud : 37 installés au 1er janvier 2014, soit une densité de 6,1 / 100 000
habitants, supérieure à la densité essonnienne.

Les psychiatres :
64 installés en Essonne soit une densité de 5 /100 000 habitants contre 17 en Ile-de-France
(source données FNPS au 1er janvier 2014).
Infra-Territoire Sud : 24 installés au 1er janvier 2014, soit une densité de 4 / 100 000
habitants, inférieure à la densité essonnienne.

Les maisons de santé pluri-professionnelle OUVERTES :
Infra-Territoire Sud : 2 à Corbeil, 1 à Forges les Bains, 1 à Morsang sur Orge, 1 à Saclas,
1) Les maisons de santé pluri-professionnelle dont l’ouverture est prévue d’ici 2 ans :
Infra-Territoire Sud : Brétigny sur Orge, Pussay, Courcouronnes, Dourdan
30
2) Les centres de santé :
Infra-Territoire Sud : présence de 2 centres de santé polyvalents situés à Evry et CorbeilEssonnes, 4 centres de santé dentaires (Brétigny, Courcouronnes, Corbeil-Essonnes, Etampes),
1 centre de soins infirmiers (Etampes).
3) Les officines de pharmacies : 362 officines sur le département au 17 novembre 2015
Infra-Territoire Sud : 167 officines ;
4) Centres locaux d'information et de coordination (CLIC) : 8 sur le territoire de l’Essonne
Infra-Territoire Sud : 4 CLIC
31
5) Les contrats locaux de Santé signés : 3 sur le territoire de l’Essonne
Infra-Territoire Sud : Corbeil-Essonnes, Evry / Courcouronnes
6) Quartiers prioritaires-Politique de la Ville : 29 communes comportant un ou plusieurs quartiers
prioritaires au niveau du département réparties comme suit :
Infra-Territoire Sud : 12 communes (Etampes, Egly, Arpajon, Brétigny sur Orge, Saint
Michel sur Orge, Sainte Geneviève des Bois, Morsang sur Orge, Fleury-Mérogis,
Courcouronnes, Evry, Corbeil-Essonnes, Ris-Orangis).
2.3 L’offre hospitalière
Le département de l’Essonne est couvert par 8 structures publiques, 7 ESPIC, 21 cliniques privées,
2 structures AP-HP.
Infra-territoire Sud :
11 établissements autorisés pour service de médecine en hospitalisation complète
9 établissements autorisés pour service de médecine en hôpital de jour
5 établissements autorisés pour service d’urgences adultes
3 établissements autorisés pour service d’urgences pédiatriques
4 établissements autorisés pour USLD (CH Arpajon, CHSE site Dourdan, CHSE site Etampes, APHP Georges Clémenceau à Champcueil)
32
TRAITEMENT DU CANCER
OBSTETRIQUE
SSR
X
X
X
X
X
CHSE SITE
DOURDAN
X
X
X
X
X
CHSE SITE
ETAMPES
X
X
X
X
CHSF (CORBEIL)
X
X
X
X
GH LES
CHEMINOTS (RISORANGIS)
X
X
X
X
X
X
X
X
X
CRF CHAMPS
ELYSEES (EVRY)
PARCOURS
CANCEROLOGIE
X
CONSULTATION
MÉMOIRE
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
COURT
EQUIPE
SEJOUR
MOBILE
UHR
GERIATRIQUE GERIATRIQUE
SSR
USP LISP EMSP
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
CLINIQUE
PASTEUR (RIS
X
ORANGIS)
CLINIQUE KORIAN
LA MARETTE
(SACLAS)
CR VILLIERS SUR
ORGE
AP-HP
G.CLEMENCEAU
(CHAMPCUEIL)
CENTRE DE
RADIOTHERAPIE
(RIS-ORANGIS)
X
CHIMIO CHIRURGIE RADIOTHERAPIE
RECONNAISSANCE CONTRACTUELLE
X
CH BLIGNY (BRIIS
X
SOUS FORGES)
CMCO LES
X
MOUSSEAUX
(EVRY)
CLINIQUE DE
X
L'ESSONNE (EVRY)
HPPE (ARPAJON)
PSYCHIATRIE
CHIRURGIE
CH ARPAJON
EPS B. DURAND
(ETAMPES)
CH MANHES
(FLEURYMEROGIS)
PERSONNE AGEE
RECONNAISSANCE RECONNAISSANCE
AUTORISATION
CONTRACTUELLE CONTRACTUELLE
AUTORISATION
MEDECINE
ETABLISSEMENTS
DE SANTE
SOINS PALLIATIFS
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
Par ailleurs, sur le département, il existe deux dispositifs d’hospitalisation à domicile (Santé Service et La
Fondation Croix Saint Simon).
2.4 L’offre médico-sociale pour personnes âgées
L’offre médico-sociale pour personnes âgées dans le département de l’Essonne est plutôt bien dotée en
termes de places pour les EHPAD (cf. liste EHPAD en annexe). Certains dispositifs du plan Alzheimer ont
été intégralement pourvus tels que les Unités d’Hébergement Renforcé (UHR) et les plateformes de répit.
Des solutions innovantes ont été mises en place telles que l’accueil de jour le week-end (uniquement le
samedi et dimanche – expérimentation sur l’EHPAD la Gentilhommière à Boussy-Saint-Antoine), le
renforcement du dispositif de maintien à domicile.
Les perspectives d’avenir sont plutôt axées sur une évaluation des moyens en place et une mutualisation des
moyens.
L’ensemble du territoire de l’Essonne est couvert géographiquement par des SSIAD.
33
SSIAD ARPAJON
SSIAD CORBEIL
SSIAD
DOURDAN
SSIAD LIMOURS
120
157
55
102
capacité ESA
capacité PH
Raison sociale
capacité PA
Infra-territoire Sud :
Gestionnaire
Zone d'intervention SSIAD PA
Zone
d'intervention
SSIAD PH
Association de
soins à domicile
du Val d'Orge
ARPAJON-AUVERS SAINT GEORGES-AVRAINVILLE-BAULNE-BOISSY LE
CUTTE-BOURAY SOUS JUINE-BOUTIGNY SUR ESSONNE-BRETIGNY
SUR ORGE-BRUYERE LE CHATEL-CHAMARANDE-CERNYCHEPTAINVILLE-D'HUISSON LONGUEVILLE-EGLY-GUIBEVILLEGUIGNEVILLE-ITTEVILLE-JANVILLE SUR JUINE-LA FERTE ALAIS-LARDYLE PLESSIS PATE-LEUDEVILLE-LEUVILLE SUR ORGE-MAROLLES EN
HUREPOIX-MONDEVILLE-OLLAINVILLE-ORVEAU- SAINT GERMAIN LES
ARPAJON-SAINT VRAIN-TORFOU-VAYRES SUR ESSONNE-VIDELLESVILLENEUVE SUR AUVERS-
IDEM
Association Santé
à Domicile
AUVERNAUX-BALLANCOURT SUR ESSONNE-BONDOUFLECHAMPCUEIL-CHEVANNES-CORBEIL ESSONNES-COURCOURONNESECHARCON-ETIOLES-EVRY-FONTENAY LE VICOMTE-LE COUDRAY
MONTCEAUX-LISSES-MENNECY-MORSANG SUR SEINE-ORMOYSAINT GERMAIN LES CORBEIL-SAINT PIERRE DU PERRAY-SAINTRY
SUR SEINE-SOISY SUR SEINE-TIGERY-VERT LE PETIT-VERT LE GRANDVILLABE
IDEM
Centre
intercommunal
d'action sociale
(CIAS)
AUTHON LA PLAINE-CHATIGNONVILLE-CORBREUSE-DOURDAN-LA
FORET LE ROI- LE VAL SAINT-GERMAIN-LES GRANGES LE ROIMEROBERT-PLESSIS ST BENOIST-RICHARVILLE-ROINVILLE SOUS
DOURDAN-SAINT CYR SOUS DOURDAN-SAINT ESCOBILLE-SERMAISE-
IDEM
8
ADMR en
HUREPOIX
ANGERVILLIERS-BOISSY SOUS SAINT YON-BOISSY LE SEC-BOULAY LES
TROUX-BREUILLET-BREUX JOUY-BRIIS SOUS FORGES-CHAUFFOUR
LES ETRECHY-COURSON MONTELOUP-ETRECHY-FONTENAY LES
BRIIS-FORGES LES BAINS-GOMETZ LA VILLES-JANVRY-LES MOLIERESLIMOURS EN HUREPOIX-MAUCHAMPS-PECQUEUSE-SAINT CHERONSAINT JEAN DE BEAUREGARD-SAINT MAURICE MONTCOURRONNESAINT SULPICE DE FAVIERES--SOUZY LA BRICHE-SAINT YONVAUGRINEUSE-VILLECONIN-
IDEM
SAINT MICHEL SUR ORGE-VILLEMOISSON SUR ORGE-VILLIERS SUR
ORGE
IDEM
30
16
10
10
3
SSIAD
MARCOUSSIS
(ex Montlhery)
60
3
Croix Rouge
Française Direction
régionale IDFMaille Nord II
SSIAD RIS
ORANGIS
30
2
Centre communal
d'action sociale
(CCAS)
RIS ORANGIS
ADMR TROIS
RIVIERES
ABBEVILLE LA RIVIERE-ANGERVILLE-ARRANCOURT-BLANDY-BOIS
HERPIN-BOISSY LA RIVIERE-BOUTERVILLIERS-BOUVILLE-BRIERE LES
SCELLES-BROUY-CHALO SAINT MARS-CHALOU MOULINEUXCHAMPMOTTEUX-CONGERVILLE THIONVILLE-ETAMPES-ESTOUCHESFONTAINE LA RIVIERE-GUILLERVAL-LA FORET SAINTE CROIXMAROLLES EN BEAUCE-MEREVILLE-MESPUITS-MONNERVILLEMORIGNY CHAMPIGNY-ORMOY LA RIVIERE-PUISELET LE MARAISPUSSAY-ROINVILLIERS-SACLAS-SAINT CYR LA RIVIERE-SAINT HILAIREVALPUISEAUX
Centre communal
d'action sociale
(CCAS)
FLEURY MEROGIS-MORSANG SUR ORGE-SAINTE GENEVIEVE DES
BOIS
SSIAD SACLAS
120
5
SSIAD STE
GENEVIEVE DES
BOIS
100
0
10
34
IDEM
SSIAD SOISY
SUR ECOLE
46
0
Association de
soins à domicile
du canton de
Milly la Forêt
BOIGNEVILLE-BUNO BONNEVEAUX-COURANCES-COURTEMANCHE
SUR ESSONNE-DANNEMOIS-GIRONVILLE SUR ESSONNE-NAINVILLES
LES ROCHES-MAISSE-MILLY LA FORET-MOIGNY-ONCY-PRUNAY SUR
ESSONNE-SOISY SUR ECOLE
Filières gériatriques en cours de labellisation sur l’infra-territoire Sud :
Filière
Etablissements support et
établissements membres
Filière Centre-Est
Essonne
Centre Hospitalier Georges
Clémenceau à Champcueil, Centre
Hospitalier Sud Francilien, Centre
Hospitalier d’Arpajon, Clinique
Clinalliance
Centre Hospitalier Sud Essonne,
Centre Hospitalier de Bligny, clinique
Korian la Marette à Saclas et
Etablissement Public de Santé
Barthélémy-Durand
Filière Sud-Essonne
MAIA
Nombre de
personnes âgées
de plus de 75 ans
23 306
MAIA Centre Est
7 417
MAIA Sud
MAIA : Méthode d’Action pour l’Intégration des services d’aide et de soins dans le champ de
l’Autonomie
35
Equipes spécialisées Alzheimer à domicile (ESA) ouvertes sur l’infra-territoire Sud :
Sur prescription médicale, réalisation de séances de soins de réhabilitation et d’accompagnement permettant
à des personnes malades de vivre à leur domicile si elles le désirent (maintien et simulation des capacités
restantes, apprentissage de stratégies de compensation, diminution des troubles du comportement,
amélioration de la relation parent-aidant…). Ces séances s’adressent à des personnes atteintes de la maladie
d’Alzheimer à un stade précoce et sont assurées par des équipes de professionnels formés aux soins
d’accompagnement et de réhabilitation (ergothérapeute, psychomotricien, assistants de soins en
gérontologie…) assurant une prise en charge non médicamenteuse et adaptée à leurs besoins.
Gestionnaire
Association ADMR Trois rivières
Association Santé à Domicile
(ASD)
Association de Soins A Domicile
du Val d'Orge (ASDVO)
Commune de
Zone
rattachement
Capacité ESA
d'intervention
du gestionnaire
Saclas
IDEM SSIAD
10
Corbeil Essonnes
IDEM SSIAD
10
Arpajon
IDEM SSIAD
10
total
30
Plateformes d’accompagnement et de répit autorisées sur l’infra-territoire Sud :
C’est un dispositif qui offre une palette diversifiée de solutions de répit pour les aidants de malades
Alzheimer (soutien individualisé de l’aidant, réunions d’information, rencontres conviviales permettant des
échanges, organisation d’événements, activités thérapeutiques, présence à domicile afin d’assurer une
suppléance à l’aidant à la journée ou demi-journée, activités communes pour des couples aidant-aidé,
« séjours vacances » pour le malade ou le couple…).
Nom de l'EHPAD
Commune
Statut
CH D'ARPAJON
Arpajon
EPS
Pôles d’Activités et de Soins Adaptés (PASA) OUVERTS sur l’infra-territoire Sud :
Sur proposition du médecin coordonnateur et en concertation avec l’équipe soignante, chaque résident
accueilli peut bénéficier d’un ou plusieurs jours par semaine d’activités et de soins adaptés. Un PASA est un
lieu de vie au sein d’un EHPAD doté d’un environnement architectural adapté et identifié par rapport au
reste de la structure. Il propose et organise durant la journée, des activités sociales et thérapeutiques pour les
résidents atteints de la maladie d’Alzheimer ou maladies apparentées, ayant des troubles du comportement
modérés qui altèrent la sécurité et la qualité de vie de la personne et des autres résidents.
36
Dénomination
Nombre de résidents
Date d'ouverture du
pouvant être accueillis
PASA
en PASA
EHAPD Le Clos d'Etrechy
à ETRECHY
Château de Champlatreux
à SAINTRY SUR SEINE
EHPAD du Petit Saint Mars
à ETAMPES
EHPAD Les Jardins de
Cybèle à BONDOUFLE
EHPAD Hippolyte Panhard
au COUDRAY
MONTCEAUX
EHPAD résidence
Ballancourt à
BALLANCOURT
EHAPD Louise Michel (le
Clos de Thorigny) à
COURCOURONNES
TOTAL
12
02/12/2013
14
01/07/2014
14
02/06/2014
12
02/02/2015
14
05/10/2015
14
12/10/2015
14
01/12/2015
94
Unités d’Hébergement Renforcé (UHR) en EHPAD ouvertes sur l’infra-territoire Sud :
C’est un lieu de vie doté d’un environnement architectural adapté et identifié par rapport au reste de
l’EHPAD qui propose et organise des soins, des activités sociales et thérapeutiques pour des résidents ayant
des troubles sévères de la maladie d’Alzheimer ou maladies apparentées qui altèrent la sécurité et la qualité
de vie de la personne et des autres résidents.
Dénomination
date
d'ouverture
EHPAD Château de Dranem à RIS-ORANGIS
01/10/2012
EHPAD Petit Saint Mars à ETAMPES
02/06/2014
Pour compléter l’offre en UHR en EHPAD, trois UHR en USLD sont ouvertes dans le département de
l’Essonne : Hôpital gériatrique les Magnolias, CH Arpajon, hôpital Georges Clémenceau à Champcueil.
IDE de nuit – expérimentation sur l’infra-territoire Sud :
Depuis 2011, mise en place d’un dispositif expérimental de renforcement de la présence infirmière de nuit en
EHPAD destiné à diminuer les hospitalisations en urgence des résidents et à favoriser le retour
d’hospitalisation. Expérimentation qui regroupe quatre établissements permettant d’assurer la présence d’une
infirmière de nuit en EHPAD complétée par une astreinte médicale gériatrique de nuit. L’établissement les
Magnolias est « tête de pont » de l’expérimentation. Il emploie les infirmières chargées d’assurer une
permanence 7 jours sur 7. Les infirmières de nuit se déplacent dans les trois EHPAD pour assurer des
missions de soins, de formation des agents et de conseil. Pas de données disponibles sur l’évaluation du
dispositif.
37
Nom de
l'EHPAD
Les Magnolias
File Etoupe
EHPAD du
Breuil
Forêt de
Séquigny
Commune
Statut
Ballainvilliers
Monthléry
Privé à but non lucratif
Public
Epinay sur Orge
Privé à but non lucratif
Ste Geneviève des Bois
Public
(BLEU : communes appartenant à l’infra-territoire Nord / VERT : communes appartenant à l’infra-territoire Sud)
TMG 91, projet de télémédecine en EHPAD porté par l’Hôpital Privé Gériatrique les Magnolias
(HPGM) :
L’objectif est d’améliorer la continuité et le parcours de soins des personnes âgées résidant en EHPAD. Ce
projet met en lien six EHPAD (la Gentilhommière à Boussy Saint Antoine, Notre Dame d’Espérance à
Milly-la-forêt, Les Tisserins à Evry, Le Centenaire à Pussay, la Résidence de l’Orge à Saint Germain lès
Arpajon et Maison Geneviève Laroque à Morangis) et deux établissements de santé (CH Sud Francilien et
l’HPGM) via une plateforme médicalisée 24/7 qui permet d’offrir aux résidents non seulement une
permanence des soins mais aussi des avis de médecins spécialistes (télé-consultation et télé-expertise) sans
se déplacer. Ce dispositif a pour ambition de diminuer, dans les EHPAD partenaires, le passage aux urgences
et d’éviter les transports coûteux et délétères pour les personnes âgées. Concernant l’activité télémédecine,
les thématiques les plus représentées sont la gériatrie, la dermatologie, la psychiatrie, la neurologie.
L’Hôpital Privé Gériatrique les Magnolias porte ce projet.
EHPAD partenaires du projet de télémédecine :
Nom de l’EHPAD
EHPAD la Gentilhommière
EHPAD Geneviève Larroque
EHPAD Notre Dame d’Espérance
EHPAD les Tisserins
EHPAD le Centenaire
EHPAD la résidence de l’Orge
Commune d’implantation
Boussy Saint Antoine
Morangis
Milly-la-Foret
Evry
Pussay
Saint Germain lès Arpajon
(BLEU : communes appartenant à l’infra-territoire Nord / VERT : communes appartenant à l’infra-territoire Sud)
Equipe mobile en gériatrie :
Raison sociale
Statut
CENTRE HOSPITALIER SUD ESSONNE
EPS
intra-hospitalière
CH SUD FRANCILIEN
EPS
intra-hospitalière
CH D'ARPAJON
EPS
intra-hospitalière et extrahospitalière (débute)
38
Dispositif « hygiène bucco-dentaire » :
Dans le cadre de ce dispositif, les actions portent en priorité sur la santé bucco-dentaire des résidents en
EHPAD. La santé bucco-dentaire étant un facteur déterminant de leur bonne nutrition, la mise en place de ce
dispositif intègre l’information et la sensibilisation des personnels des établissements, un repérage
systématique des problématiques bucco-dentaires des résidents par l’intervention des dentistes au sein des
établissements ainsi que les soins liés à ces problématiques de santé bucco-dentaire.
NOM
EHPAD LA PIE VOLEUSE
VILLE
PALAISEAU
Dispositif régional de certification de compétences gérontologiques – volet nutrition visant à valoriser
l’expérience des soignants :
Etablissement
Ville
Résidence "Le clos fleuri"
Résidence L'Ermitage
Résidence Bellevue
EHPAD Hyppolite PANHARD
CH Sud Essonne
Résidence de l'Orge
EHPAD Maison Russe
Château Dranem
DRAVEIL
Longjumeau
Epinay sur Orge
COUDRAY MONTCEAUX
DOURDAN
St Germain les Arpajon
Ste Geneviève des bois
Ris orangis
Fonction de
l'accompagnateur
Psychomot
MEDEC
IDEC
IDEC
Cadre de santé
IDEC
Psychologue
Directrice
Nbre lits et
places
du projet
77
80
65
70
148
76
80
97
693
AS
AMP
AH
1
1
IDE
Total
1
1
2
2
2
2
2
2
2
2
16
2
2
2
1
2
1
10
1
0
2
1
4
(BLEU : communes appartenant à l’infra-territoire Nord / VERT : communes appartenant à l’infra-territoire Sud)
(AS : aide-soignant, AMP : auxiliaire médico-psychologique, AH : agent hospitalier)
Pôle Autonomie Santé et Information (PASI) : Groupement de Coopération sanitaire et médico-social
regroupant l’Association Santé à Domicile (ASAD) de Corbeil, le réseau de santé Hippocampes, le réseau de
santé SPES, l’Association Gérontologique de l’Essonne (AGE 91) ainsi qu’une antenne de l’HAD Croix
Saint Simon. L’objectif est de favoriser le parcours de santé des personnes âgées et / ou handicapées et sujets
porteurs d’une maladie chronique grave à risque de dépendance.
39
IV.
LES MISSIONS DU RESEAU
Conformément à l’article L.6321-1 du CSP, les réseaux de santé ont pour objet de favoriser l'accès aux soins,
la coordination, la continuité ou l'interdisciplinarité des prises en charge sanitaires, notamment de celles qui
sont spécifiques à certaines populations, pathologies ou activités sanitaires. Ils assurent une prise en charge
adaptée aux besoins de la personne tant sur le plan de l'éducation à la santé, de la prévention, du diagnostic
que des soins. Ils peuvent participer à des actions de santé publique. Ils procèdent à des actions d'évaluation
afin de garantir la qualité de leurs services et prestations.
De plus, le guide de la DGOS paru en octobre 2012 sus cité, préconise la polyvalence des réseaux de santé et
prévoit trois objectifs prioritaires :
-
Organiser et planifier le parcours de santé et orienter la prise en charge du patient en situation
complexe, sous la responsabilité du médecin généraliste de premier recours,
Apporter un appui aux différents intervenants (professionnels de santé de premier recours, sociaux,
médico-sociaux, familles) auprès du patient,
Favoriser la bonne articulation entre la ville et l’hôpital (entrée-sortie hôpital) et avec les
intervenants des secteurs sanitaire, médico-social et social.
1. Les besoins de la population visée.
L’objectif prioritaire assigné au réseau est d’apporter aux professionnels de premier recours et notamment les
médecins traitants un appui dans l’organisation, la planification et le suivi des parcours de santé des patients
en situation complexe afin de garantir aux patients une prise en charge de qualité, sécurisée et continue.
Ces situations complexes se caractérisent de la manière suivante :4




Complexité médicale :
Association de plusieurs pathologies et/ou cumul de plusieurs ALD
Degré de sévérité des pathologies
Déséquilibre depuis plusieurs mois, hospitalisations répétées dans l’année pour la même
problématique




Complexité psycho-sociale entravant le recours aux soins :
Isolement social, vulnérabilité sociale
Pratiques de santé inadaptées
Intrication de plusieurs pathologies et d’une situation de dépendance, associée à la nécessité de faire
intervenir plusieurs acteurs
Il s’agit par conséquent de situations appelant une diversité d’intervenants, et auquel le médecin de premier
recours peut ne pas savoir et pouvoir répondre seul avec ses propres moyens. En pratique, ce sont
essentiellement des patients atteints d’affections chroniques sévères, avec comorbidités et problèmes sociaux
ou problèmes de dépendances surajoutés.
4
Améliorer la coordination des soins : « comment faire évoluer les réseaux de santé ? » – Guide méthodologique – DGOS – Octobre
2012
40
1.1 Les patients âgés relevant d’une prise en charge en gérontologie.
Le réseau doit s’adresser prioritairement à des personnes de 75 ans et plus, vivant et souhaitant rester ou
retourner à leur domicile et répondant aux situations suivantes :5
 Des patients gériatriques se caractérisant par la coexistence de plusieurs pathologies chroniques
invalidantes à l’origine d’une dépendance physique et/ou psychique, rendant critique le maintien à
domicile ou le retour dans les suites d’une hospitalisation
 Des personnes se trouvant dans une situation de rupture socio-sanitaire nécessitant le recours à des
aides provenant à la fois du champ sanitaire et sociale
 Des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée
Sur ce dernier point, le réseau devra définir précisément son articulation avec les nouveaux modes
d’intervention mis en œuvre récemment, notamment à travers le service gestion de cas destinées aux
personnes de 60 ans et plus en situation de pertes d’autonomie fonctionnelle et les personnes atteintes de la
maladie d’Alzheimer ou affections apparentées.
De même, le réseau devra définir les modalités d’articulations avec les filières gériatriques et les équipes de
soins palliatifs et les CLIC.
1.2 Les patients atteints de cancer.
L’incidence des cancers augmente en raison du vieillissement de la population, du développement du
dépistage et des comportements à risque. Toutefois, la mortalité diminue de 2% en moyenne chez l’homme
et de 1% chez la femme depuis 1980 grâce à un meilleur dépistage et aux progrès médicaux.
Cependant, les cancers demeurent la première cause de mortalité globale et prématurée en Ile-de-France tant
pour les hommes que pour les femmes avec 21 500 décès par an en moyenne.
La prise en charge du cancer nécessite de multiples consultations et hospitalisations, la participation de
professionnels de nombreuses spécialités, et une diversité des soins (soins à domicile, soins de support, etc.).
Les parcours de santé, souvent longs et complexes, nécessitent une coordination entre les différentes
interventions entre la ville et les établissements.
1.3 Les patients en phase palliative.
Les besoins en soins palliatifs augmentent en raison du vieillissement de la population qui s’accompagne
d’une augmentation tendancielle à la fois de l’incidence et de la mortalité des affections vasculaires
cérébrales, des dégénérescences neurologiques et des cancers.
L’observatoire national de la fin de vie constate que :
 2/3 des personnes qui décèdent sont susceptibles de relever d’une prise en charge incluant des soins
palliatifs
5
Circulaire n°DHOS/02/UNCAM/2007/197 du 15 mai 2007 relative au référentiel d’organisation national des réseaux de santé
« personnes âgées »
41
 64% d’entre elles décèdent à l’hôpital, 23% à domicile, 11% en maison de retraite et 3% dans
d’autres lieux et il convient de souligner la volonté largement majoritaire exprimée par les personnes
d’être prise en charge à leur domicile.6
 48% des patients relevant d’une prise en charge en soins palliatifs sont décédés des suites d’un
cancer. Les professionnels de santé citent également leurs difficultés face aux personnes atteintes de
maladie neurodégénérative ou autre maladie chronique à un stade avancé ainsi que les personnes
âgées ayant des polypathologies.
Or les professionnels de premier recours qui voient un petit nombre de malades par an dans ces situations
sont souvent démunis et ne disposent pas toujours de l’expertise pour conduire les traitements palliatifs.
L’appui aux différents intervenants permet de mieux appréhender les situations et les besoins, de coordonner
la réalisation des soins de support qui contribuent à la qualité de vie du patient. Enfin, les soins palliatifs
s’intègrent dans la nécessaire continuité des soins et dans l’accompagnement de la personne malade.
1.4 Précarité et accès aux soins
L’infra-territoire du Sud Essonne est contrasté. Au Nord, un territoire urbanisé avec une forte densité de
population, plutôt jeune et bénéficiant d’une offre de soins libérale. Au Sud un territoire rural, faiblement
peuplé, constitué d’une population vieillissante et de peu d’offre de soins libérale. Les indicateurs socioéconomiques sont dans certaines communes très défavorables caractérisés notamment par une paupérisation
de la population, un taux de chômage élevé ou des populations migrantes.
Sur les 14 communes de l’Essonne possédant un IDH-2 inférieur à ce seuil, 9 se trouvent dans le Sud,
représentant une population de près de 150 000 habitants.
Les freins à l’accès aux soins sont multiples
- Freins administratifs : difficultés des démarches à accomplir pour avoir des droits ouverts, délais
pour l’ouverture effective des droits, difficultés de domiciliation, etc
- Freins économiques : précarité, surendettement, coûts de transports, etc
- Freins personnels des usagers : isolement social, conflits familiaux, peur de la stigmatisation, etc
- Freins liés au système de santé : absence de médecin traitant, pas d’accès à la prévention et au
dépistage, etc
- Freins liés à la communication : problèmes de langue, méconnaissance des structures, etc
L’objectif du réseau est de tenter de mettre ou de remettre les personnes atteintes de pathologies dans le droit
commun de la santé, grâce à un parcours personnalisé de santé (PPS) coordonné, accepté par les usagers,
validé et à réaliser avec les professionnels partenaires et donc efficace.
Le réseau devra travailler en partenariat avec notamment :
- Les Centres Hébergement Réinsertion / Réadaptation Social (CHRS) ;
- Les Centres Accueil et Accompagnement à la Réduction des risques pour les Usagers de Drogue
(CAARUD) ;
- Les Centres de Soin et d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA) ;
- Les permanences d’Accès aux Soins de Santé (PASS) ;
- Le secteur de l’urgence sociale ;
- La Caisse Primaire d’Assurance Maladie du 91.
6
Haute Autorité de Santé. Note de cadrage : Parcours de soins d’une personne ayant une maladie chronique en phase palliative. Mai
2013
42
2. Les objectifs quantitatifs d’accompagnement.
Selon le guide méthodologique DGOS, une coordination d’appui de 1000 patients/réseau sur une année (file
active) peut être retenue en tenant compte des spécificités du territoire et du nombre de coordinateurs
(estimation d’environ 150 à 200 patients /coordinateur).
3. Objectifs opérationnels et contenus.
Le réseau doit faciliter la continuité du suivi de la personne sur l’ensemble de son parcours de santé. Il s’agit
d’éviter les ruptures de prises en charges, particulièrement à la sortie de l’hôpital, au domicile (ou dans les
structures médico-sociales) ou en cas de ré-hospitalisation, tout en garantissant au patient le respect de ses
droits fondamentaux.
Dans cette perspective, le réseau devra mettre en œuvre les actions suivantes :
3.1 La coordination du parcours de santé
La coordination des soins se définit comme une action conjointe des professionnels de santé et des structures
de soins en vue d’organiser la meilleure prise en charge des patients en situation complexe dans le système
de santé, de programmation des étapes diagnostiques et thérapeutiques et d’organisation du suivi.
Réalisation d’une évaluation multidimensionnelle préalable
L’inclusion des patients dans le réseau nécessite préalablement une évaluation des besoins de la personne et
de ses proches, réalisée par l’équipe de coordination, en privilégiant une approche médico-psycho-sociale.
Cette évaluation a majoritairement lieu au moment de la sortie d’hospitalisation, mais peut avoir lieu à tout
autre moment selon les demandes. Elle est réalisée par une infirmière et/ou un médecin coordonnateur selon
une ou plusieurs des modalités suivantes :




Par une visite du patient en établissement
Par une visite du patient à domicile
Par un échange téléphonique avec un ou des professionnels (hospitalier et/ou libéral)
Par une fiche d’évaluation globale de l’état de santé du patient transmise par un professionnel
Elle peut être complétée par l’expertise éventuellement d’un psychologue, d’autres professionnels
paramédicaux, ergothérapeute et un assistant social.
Selon les patients, notamment les personnes âgées, l’équipe peut bénéficier également des évaluations
conduites par d’autres intervenants (équipe APA, CLIC…) afin d’éviter toute redondance. L’équipe de
coordination devra aussi pour la gestion des situations très complexes des personnes âgées s’articuler avec
les gestionnaires de cas présents sur le territoire.
L’équipe de coordination utilise les modèles d’évaluation standardisés propres à chaque thématique.
Ce temps d’évaluation est aussi l’occasion de prendre en compte l’expression différenciée des attentes de la
personne, des proches ou du représentant légal.
43
Mise en place d’un Plan Personnalisé de Santé (PPS)
Pour chaque personne incluse dans le réseau et dont le parcours est coordonné par le réseau, un Plan
Personnalisé de Santé est établi. L’équipe opérationnelle du réseau est chargée de la mise en place de cette
démarche, en collaboration étroite avec le médecin traitant et les établissements de santé.
En fonction des problèmes identifiés, l’éventail des réponses est large :
 Recherche et mise en place d’intervenants à domicile (infirmières, prestataires, auxiliaires de vie,
aide-ménagères…). Le réseau choisit la modalité la mieux adaptée à chaque situation : prise en
charge libérale, par les structures d’HAD, par les SSIAD –SAD etc.
 Mise en place d’aides techniques à domicile (lits médicalisés, déambulateurs, oxygénothérapie…)
 Mise en place, à la demande des médecins référents, d’une surveillance du traitement à domicile, en
particulier les traitements oraux
 Aide à l’hospitalisation
 Orientation vers les soins de support, qu’ils soient proposés ou non par le réseau: suivi
psychologique, suivi diététique, suivi social.
 Orientation vers des actions d’éducation thérapeutique proposées ou non par le réseau.
L’équipe de coordination s’appuiera utilement sur la modélisation du PPS réalisée par la HAS7 dans le cadre
des expérimentations en cours « personnes âgées en risque de perte d’autonomie » (PAERPA).
Il s’agit d’un support qui peut être adapté par les professionnels pour tenir compte des spécificités de leur
démarche, dans une dynamique d’appropriation.
Ce document permet d’identifier, de manière concertée, les problèmes perçus par les professionnels en les
classant par priorité à l’aide d’une ckeck-list (problèmes liés aux médicaments, problèmes de mobilité,
isolement, organisation du suivi médical, incapacités dans les activités de base de la vie quotidienne,
précarité, difficultés à prendre soin de soi etc.).
Ce travail facilite ainsi la planification des différentes actions des intervenants qui seront mobilisés en
fonction de leurs compétences.
Le suivi de la prise en charge.
Des points d’étape réguliers doivent être réalisés par l’équipe de coordination afin de vérifier la réalisation
des actions prévues, analyser l’atteinte des objectifs des professionnels, le degré de réponse aux attentes de la
personne, et ainsi identifier les adaptations nécessaires des actions, ou des objectifs.
La gestion des situations d’urgence.
Les professionnels de l’équipe de coordination doivent faciliter la réponse aux situations d’urgence.
 La réadmission en urgence et l’organisation de la filière concernée doivent être coordonnées, avec la
garantie de transmission de l’ensemble des informations indispensables à la prise en charge
 Le réseau a ainsi vocation à faciliter les hospitalisations sans passage aux urgences. Si celui-ci n’a
pas pu être évité, l’objectif est de réduire au maximum le délai d’attente et/ou délai de séjour.
 Certaines hospitalisations sont parfois évitables, ce qui repose sur l’échange d’informations entre les
structures impliquées.
7
Plan Personnalisé de Santé – Les parcours de soins – HAS juillet 2013
44
3.2 Les soins de support.
Les opérateurs prioritaires de la prise en charge des soins de supports sont les professionnels de ville et
professionnels institutionnels. Le réseau a pour rôle d’assurer la lisibilité de cette offre sur son territoire.
Si l’offre de soins de supports mise en place par les acteurs de ville, établissements de santé est lacunaire,
l’équipe de coordination du réseau développera un accès aux soins de support au bénéfice des patients. Les
soins de support comprennent dans une acceptation large le traitement de la douleur et des problèmes
diététiques, le soutien psychologique, le suivi social pendant la maladie et les soins palliatifs 8
Le réseau devra alors effectuer un état des lieux des ressources existantes sur son territoire (nombre, délai
d’attente et tarifs) afin de coordonner l’accès aux soins de supports. Il ne devra pas substituer à l’offre
existante.
Les soins de support consistent en :
Un soutien psychologique
Cette offre se fait en partenariat avec les psychologues de ville et institutionnels.
Les conditions de ces interventions (indications et modalités de la décision de prise en charge par un
psychologue, mode d’évaluation de la prise en charge, relations avec les autres professionnels) doivent être
décrites dans le projet de soins personnalisé. Il convient de s’assurer que les psychologues sollicités
bénéficient des formations spécifiques dans l’accompagnement des patients et permettre la constitution de
groupes d’échange de pratiques.
Cette offre peut être prise en charge dans le cadre du régime des prestations dérogatoires prévues à l’article
L.162-45 du code de la sécurité sociale et sous réserve d’un accord préalable par l’Agence Régionale d’Ile de
France dans le cadre d’une convention au titre du FIR.
Un suivi social
L’équipe de coordination, après avoir identifié les difficultés sociales des patients, doit coordonner les
interventions de manière à ce que la prise en charge soit cohérente afin :
 D’activer les droits à l’assurance maladie, le cas échéant
 Constituer les dossiers de demandes d’aides spécifiques (PCH, APA etc.)
 Rechercher, au besoin, des solutions d’hébergement adapté
Un suivi diététique
Le suivi diététique peut concerner les trois thématiques du réseau :
 Pour les patients souffrant d’un cancer : risque de dénutrition, d’équilibre alimentaire précaire ou de
surpoids face aux aléas de la pathologie
 Pour les patients en phase palliative : besoin d’alimentation entérale et parentérale
 Pour les personnes âgées : malnutrition, équilibre alimentaire, dénutrition
Suites aux évaluations conduites (PPS), des mesures spécifiques de suivi diététique peuvent être proposées
aux personnes dans un but d’éducation thérapeutique.
8
Plan cancer 2014-2019, 4 février 2014
45
Le suivi diététique peut également être intégré aux prestations dérogatoires prévues à l’article L.162-45 du
code de la sécurité sociale et sous réserve d’un accord préalable par l’Agence Régionale d’Ile de France dans
le cadre d’une convention au titre du FIR.
3.3 L’amélioration des pratiques professionnelles.
L’action du réseau doit permettre de conduire une politique d’amélioration de la qualité des pratiques en
s’appuyant notamment sur des référentiels, des protocoles de prise en charge et des actions de formation
destinés aux professionnels et intervenants du réseau.
Formations et rencontres professionnelles :
Les formations.
Les thèmes de ces formations doivent reposer sur les demandes d’appui faites par les professionnels du
réseau. Par ailleurs, leur caractère pluridisciplinaire doit être recherché afin de créer des occasions de
rencontres et d’échanges privilégiés qui permettent aux professionnels de se connaître individuellement.
Enfin, le réseau devra se renseigner sur les démarches nécessaires permettant de délivrer des formations
validantes dans le cadre du Développement Professionnel Continu (DPC).
Autres formes de rencontres professionnelles.
Celles-ci se déclinent de la manière suivante :
 Groupes de pairs, notamment infirmiers, psychologues, diététiciens, acteurs sociaux
 Groupes de travail sur des thématiques ciblées
 Groupes d’analyses des pratiques
La diffusion des bonnes pratiques.
Afin de soutenir les professionnels dans leurs actions de prise en charge, le réseau doit assurer la diffusion
des recommandations de bonnes pratiques professionnelles sous des formes adaptées afin de garantir leur
appropriation et constituer de véritables outils d’aide pratique à la décision. Une analyse des outils déjà
existants en région semble pertinent afin de bénéficier de l’expérience acquise par d’autre.
46
V.
ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DU RESEAU
1. Le pilotage du réseau de santé.
a) Les modalités juridiques de constitution.
Le réseau de santé est une forme de coopération qui peut être mise en œuvre soit par voie conventionnelle
soit par voie institutionnelle en créant une structure ad hoc : GCS, GIE, GIP ou association (article L.6321-2
du CSP).
Il doit satisfaire à des critères de qualité et à des conditions d’organisation, de fonctionnement et d’évaluation
fixés réglementairement aux fins de lui permettre notamment de bénéficier de financement.
Afin de donner un support unique à la gestion et au financement du réseau et d’apporter toutes les garanties
juridiques nécessaires aux financeurs, il est demandé de créer une structure juridique ad hoc entre les
partenaires constitutifs du réseau. Ce statut permettra de doter le réseau de la personnalité morale.
Les partenaires rédigeront une convention constitutive du réseau et un règlement intérieur conformément à la
réglementation ainsi qu’une charte de fonctionnement.
b) Le mode de gouvernance
Compte tenu de l’objet du réseau destiné à mettre à disposition des patients et de leur entourage, des
professionnels et institutions du secteur sanitaire et des secteurs social et médico-social, les ressources d’une
coordination territoriale, le mode de gouvernance de ce dernier doit reposer sur une représentativité
équilibrée de l’ensemble de ces partenaires.
Les instances de gouvernance du réseau devront par conséquent garantir cette représentativité équilibrée
entre les différents acteurs du territoire (médecine de ville regroupant spécialistes et généralistes,
paramédicaux libéraux, centres de santé, maisons de santé, pôle de santé, établissements de santé,
établissements et services sociaux et médico-sociaux, usagers, service gestion de cas, CLIC, etc.)
Le réseau s’intègrera avec l’ensemble des acteurs sanitaires, sociaux et médico-sociaux dans le cadre de la
MAIA. Le réseau doit s’identifier comme un partenaire de la MAIA, il participe à la prise de décision aux
tables de concertations tactiques des MAIA de son territoire. Il contribuera à l’élaboration et l’utilisation des
outils communs (formulaire d’orientation départemental, annuaire MAIA…). Le réseau sera une porte
d’entrée du guichet intégré MAIA pour les personnes âgées, les familles les aidants et les professionnels.
2. Les outils de la coordination
a) L’information des patients et de leur entourage
L’inclusion des patients est décidée par l’équipe de coordination, en particulier ses médecins coordonnateurs,
après consentement du patient ou de ses proches, en concertation avec le médecin traitant.
47
Les droits fondamentaux de la personne sont respectés. La charte du réseau impose une information claire et
loyale des usagers, la prise en compte de leur choix, l’assurance de leur consentement éclairé, leur
participation et/ou celle de leurs proches à la réflexion quant aux décisions les concernant. Le patient peut
être amené à désigner une personne de confiance et/ou à rédiger des directives anticipées.
Le réseau permet également aux proches de la personne de participer aux soins et à l’accompagnement.
Les acteurs du réseau garantissent aux proches du patient l’écoute nécessaire et les informent sur les
différentes formes de soutien dont ils peuvent bénéficier.
b) Les relations avec les partenaires du réseau
L’équipe de coordination du réseau définit les modalités de coordination pluridisciplinaire entre et avec
l’ensemble des intervenants libéraux mobilisés et les formalise au sein d’une charte du réseau qui fixe, par
ailleurs, les engagements réciproques des intervenants.
De même, le réseau définit, au moyen de conventions, les modalités de coordination et les engagements
réciproques avec les partenaires institutionnels qui concourent à la prise en charge des patients.
Selon les thématiques couvertes par le réseau, des relations formalisées de partenariat seront recherchées et
passées avec les acteurs suivants :








les centres locaux d’information et de coordination (CLIC)9,
les gestionnaires de cas et pilotes MAIA,
les équipes mobiles de gériatrie,
les équipes mobiles de soins palliatifs,
les structures d’hospitalisation à domicile,
les structures de soins de suite et réadaptation,
les services de soins infirmiers à domicile,
les services d’aide à la personne etc.
c) Les modalités de concertation, de communication et de transmission de l’information
entre professionnels.
Les réunions de concertation.
L’équipe de coordination organisera, en fonction du degré de complexité des situations, des réunions de
concertation entre tous les professionnels intervenant auprès d’un patient afin de décider collectivement de la
meilleure manière d’agir pour le patient. Ces concertations ont en effet un rôle essentiel car elles permettent
de s’accorder sur des objectifs partagés et de préciser les actions et les intervenants chargés de leur
réalisation.
Par ailleurs, dans le cadre du suivi des patients atteints de pathologies cancéreuses et ceux inscrits dans un
protocole de soins palliatifs, l’équipe de coordination participera, autant que de besoin, aux réunions de
concertation pluridisciplinaire (RCP) en milieu hospitalier, notamment en cas de changements d’orientation
thérapeutique et en particulier vis-à-vis de la mise en place des soins de support.
9
Lettre DGAS/DHOS/2C/03/2004/252 du 16 septembre 2004 relative aux centres locaux d’information et de coordination et aux
réseaux de santé gérontologiques.
48
Le dossier informatique partagé.
La pratique de l’activité de coordination en réseau impose de disposer pour chaque situation complexe d’un
dossier informatique partagé. Ainsi, chaque professionnel de santé pourra contribuer au suivi et à la gestion
du parcours de santé des patients.
Dans cette perspective, le réseau devra définir un schéma de son système d’information cible et les modalités
de sa mise en œuvre.
Ce dernier devra obligatoirement s’inscrire dans les services inscrits dans le Cadre d’Interopérabilité du
Système d’Information de Santé (CI-SIS) et des démarches auprès de la CNIL devront être effectuées.
L’équipe de coordination devra donc disposer d’un logiciel dont les fonctionnalités répondent au mieux aux
exigences métier des professionnels qui la composent. Ce logiciel métier devra par exemple permettre de :
 créer, gérer et piloter le Plan Personnalisé de Santé, appuyé par un système d’aide à la décision :
suivi des actions programmées, fonctions de recueil journalier des contacts
 intégrer des outils méthodologiques d’évaluation multidimensionnelle des besoins des patients
 intégrer l’offre de service de proximité
 disposer de fonctions de gestion d’agenda/planning de l’équipe d’appui à la coordination
 proposer des fonctions support de gestion administrative et comptable : gestion des aides à la prise
en charge de soins hors nomenclature ; analyse et production des tableaux de données d’activité
3. Les moyens humains et matériels
a) L’implantation du réseau.
Le site retenu, permettant le déploiement de l’action de l’équipe de coordination, devra être en adéquation
avec les caractéristiques du territoire d’intervention et permettre l’optimisation de la coordination des
équipes, des patients et des professionnels de santé. Dans le cadre de partenariats établis ou à établir avec les
collectivités locales ou autres organismes, l’équipe de coordination pourra déployer certaines activités dans
le cadre de locaux mis à disposition.
Les locaux du Coudray-Montceaux, actuellement occupés par le PASI, sont à privilégier.
b) L’équipe de coordination.
Les coordonnateurs d’appui en charge du suivi des parcours des patients, en lien avec l’équipe de soins de
premiers recours, ont un rôle pivot au sein de l’équipe. Il est souhaitable, à ce titre, qu’ils aient une
expérience professionnelle et/ou une formation spécifique aux questions de coordination des parcours de
santé et/ou une connaissance du territoire du Sud Essonne.
Les coordinateurs d’appui assurent :


L’évaluation multidimensionnelle du patient (médicale, médico-sociale et sociale), et la définition du
plan personnalisé de santé, validé par le médecin traitant
La réévaluation de ce plan en cas de modification de la situation du patient et au minimum une fois
par an,
49




Le suivi de la réalisation des interventions planifiées dans le plan, en particulier celles nécessaires au
domicile (planification des interventions et de leur périodicité), et des aides matérielles et financières
adaptées
La transmission d’informations entre les intervenants : téléphone, points de coordination par réunion
physique ou téléphone, cahier de liaison au domicile…
L’organisation de réunions de concertation avec les intervenants impliqués
L’organisation de visite à domicile du patient pour évaluer les aménagements et interventions
adéquats pour le maintien à domicile
Le promoteur devra définir un organigramme fonctionnel, en précisant leurs choix en termes de polyvalence
et/ou spécialisation des membres de l’équipe. L’organisation retenue devra permettre une continuité des
suivis.
Une fiche de poste sera établie pour chaque emploi-type et un tableau détaillé des effectifs envisagés sera
joint au dossier.
c) Le financement.
Le budget prévisionnel sera présenté de façon détaillée par dépenses d’investissement, charges de personnel,
dépenses de fonctionnement et rémunérations spécifiques. Il faut prévoir un budget sur 3 ans (un budget
distinct par an).
A titre indicatif, le financement annuel attribué au réseau peut être compris entre 900 000 euros et 1 000 000
d'euros.
La diversité des financements doit également apparaitre dans le budget prévisionnel.
La cohérence financière du projet devra être recherchée entre les différents postes de dépenses et au regard
de la spécificité du territoire et de la qualité de prise en charge.
Ce budget comprend les prestations dérogatoires. Il ne comprend pas les actions d’éducation thérapeutique
du patient ETP et de formation si le réseau rentre dans un dispositif de développement professionnel continu
DPC.
Le dossier écrit devra être conforme à l’article D. 6321-1 Code de Santé Publique : les réseaux peuvent
bénéficier de subventions sous réserve de satisfaire aux conditions définies par les articles D. 6321-2 à D.
6321-6 CSP. Le promoteur doit prévoir de présenter l’ensemble des documents prévus par ces dispositions
notamment la convention constitutive prévisionnelle, un plan de financement et les modalités de suivi des
dépenses du réseau.
Seuls les réseaux de santé qui satisfont à des critères de qualité ainsi qu'à des conditions d'organisation, de
fonctionnement et d'évaluation fixés par décret peuvent bénéficier de subventions de l'Etat, dans la limite des
crédits inscrits à cet effet chaque année dans la loi de finances, de subventions des collectivités territoriales
ou de l'assurance maladie ainsi que de financements des régimes obligatoires de base d'assurance maladie
pris en compte dans l'objectif national de dépenses d'assurance maladie visé au 4° du I de l'article L.111-3 du
code de la sécurité sociale.
50
4. Le dispositif d’évaluation de l’activité du réseau
Le réseau devra se conformer aux recommandations nationales en matière d’évaluation des réseaux de santé
et notamment aux dispositions de la circulaire DHOS/CNAM/03/2007/88 du 02 mars 2007 relative aux
orientations de la DHOS et de la CNAMTS en matière de réseaux de santé et l’instruction
DGOS/PF3/CNAMTS/2012/393 du 21 novembre 2012 relative à la mise en œuvre d’une méthode
d’évaluation médico-économique des réseaux de santé.
Les réseaux doivent en effet réaliser tous les trois ans une évaluation externe de leur activité, précédée d’une
démarche d’auto-évaluation10 permettant d’apprécier :




L’organisation et le fonctionnement du réseau
La participation et l’intégration des acteurs
La prise en charge des patients et l’impact sur l’évolution des pratiques professionnelles
L’efficience de son action
Cette démarche qualité devra reposer sur un ensemble d’indicateurs d’activité, de performance et de résultats
qui fera l’objet d’une définition dans le cadre de la contractualisation CPOM qui sera signé entre l’ARS IDF
et le promoteur du réseau de santé.
5. Les délais de mise en œuvre
Le projet commencera à être mis en œuvre dès la date de publication de la décision de l’autorisation, au plus
tard le 1er janvier 2017.
10
Guide d’évaluation des réseaux de santé de la HAS du 08 septembre 2004
51
VI.
ANNEXES
PIECES QUI CONSTITUENT LE DOSSIER








présentation écrite du projet
copie des statuts déposés ou approuvés,
photocopie du récépissé de déclaration en Préfecture et, le cas échéant, des modifications,
derniers comptes annuels approuvés,
copie du dernier rapport du Commissaire aux comptes, daté et signé par le Commissaire aux
comptes (notamment dans le cas où l’organisme reçoit annuellement plus de 153 000 euros de
dons ou de subventions),
le dernier rapport d’activité de l’organisme,
un PV d’Assemblée Générale mentionnant la nomination du Président
relevé d’identité bancaire ou postal (original).
Tout dossier incomplet ne pourra être retenu
CALENDRIER PREVISIONNEL
 17 juin 2016 : lancement de l’appel à candidatures ;
 La date limite de dépôt des candidatures : 16 septembre 2016 à 16h00 au plus tard (cachet de la
Poste faisant foi) ;
 Du 19 septembre au 14 octobre 2016: instruction des dossiers reçus ;
 Première quinzaine de novembre 2016 : réunion de la commission régionale consultative ad hoc
(convocation des promoteurs) ;
 Deuxième quinzaine de novembre 2016 : décision finale du Directeur Général de l’Agence
Régionale de Santé d’Ile-de-France.
52
TEXTES DE REFERENCES
Loi n° 2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé
Plan cancer 2014-2019 du 4 février 2014.
HAS, « Note de cadrage parcours de soins d’une personne ayant une maladie chronique en phase palliative »,
mai 2013
HAS, « Plan Personnalisé de Santé » – Les parcours de soins – juillet 2013
Arrêté du 3 mai 2013 fixant le montant des crédits attribués aux agences régionales de santé au titre du fonds
d’intervention régional pour l’année 2013.
Circulaire N° SG/2013/195 du 14 mai 2013 relative aux modalités de mise en œuvre du fonds d’intervention
régional en 2013.
Circulaire SG-CNAMTS N° SG/2012/145 du 9 mars 2012 relative aux modalités de mise en œuvre du fonds
d’intervention régional créé par l’article 65 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2012.
DGOS » Améliorer la coordination des soins : « comment faire évoluer les réseaux de santé ? » – Guide
méthodologique –2012.
Instruction DGOS/PF3/CNAMTS/2012/393 du 21 novembre 2012 relative à la mise en œuvre d’une
méthode d’évaluation médico-économique des réseaux de santé.
LOI n° 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux
territoires.
Circulaire DHOS/O2/O3/CNAMTS/2008/100 du 25 mars 2008, relative au référentiel national
d’organisation des réseaux de santé en soins palliatifs
Circulaire n°DHOS/O3/CNAM/2007/88 du 2 mars 2007 du 2 mars 2007, relative aux orientations de la
DHOS et de la CNAMTS en matière de réseaux de santé et à destination de l’ARH et de l’URCAM.
Circulaire n°DHOS/02/UNCAM/2007/197 du 15 mai 2007 relative au référentiel d’organisation national des
réseaux de santé « personnes âgées »
Loi n° 2005-370 du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie (Loi n°2005-370).
Agence Nationale d’Accréditation et d’Evaluation en Santé. Réseaux de santé guide d’évaluation, juillet
2004.
Lettre DGAS/DHOS/2C/03/2004/252 du 16 septembre 2004 relative aux centres locaux d’information et de
coordination et aux réseaux de santé gérontologiques.
Circulaire du 19 décembre 2002 relative aux réseaux de santé.
Décret n°2002-1463 du 17 décembre 2002
Loi du 4 mars 2002 du Code de la Santé Publique, article L.6321-1, relative aux droits des malades et à la
qualité du système de santé, définit ainsi les missions des réseaux de santé :
Loi n°99-477 du 9 juin 1999 visant à garantir le droit d’accès aux soins palliatifs.
53
Circulaire du 26 août 1986 relative à l’organisation des soins et à l’accompagnement des malades en phase
terminale (circulaire Laroque).
54
LISTE DES COMMUNES D’INTERVENTION DU RESEAU
INFRA-TERRITOIRE SUD :
291
Population
comptée à
part
4
Angerville
4 137
62
4 199
0,48
Angervilliers
1 643
17
1 660
0,6
Arpajon
10 832
134
10 966
0,49
Arrancourt
123
1
124
0,65
Authon-la-Plaine
368
4
372
0,61
Auvernaux
347
6
353
0,63
1 271
28
1 299
0,76
845
8
853
0,59
Ballancourt-sur-Essonne
7 454
79
7 533
0,57
Baulne
1 306
15
1 321
0,59
Blandy
122
0
122
0,57
Boigneville
399
8
407
0,63
Bois-Herpin
76
0
76
0,73
Boissy-la-Rivière
568
8
576
0,72
1 314
8
1 322
0,54
690
12
702
0,61
Boissy-sous-Saint-Yon
3 696
47
3 743
0,64
Bondoufle
9 152
115
9 267
0,65
Boullay-les-Troux
632
22
654
0,78
Bouray-sur-Juine
2 061
27
2 088
0,68
388
16
404
0,57
3 020
55
3 075
0,6
632
16
648
0,64
Brétigny-sur-Orge
25 214
489
25 703
0,58
Breuillet
8 408
150
8 558
0,6
Breux-Jouy
1 233
16
1 249
0,66
Brières-les-Scellés
1 115
16
1 131
0,67
Briis-sous-Forges
3 551
58
3 609
0,73
131
1
132
0,6
3 513
51
3 564
0,68
477
7
484
0,59
Cerny
3 332
146
3 478
0,61
Chalo-Saint-Mars
1 162
22
1 184
0,65
Chalou-Moulineux
416
7
423
0,66
1 131
15
1 146
0,68
Nom de la commune
Population
municipale
Abbéville-la-Rivière
Auvers-Saint-Georges
Avrainville
Boissy-le-Cutté
Boissy-le-Sec
Boutervilliers
Boutigny-sur-Essonne
Bouville
Brouy
Bruyères-le-Châtel
Buno-Bonnevaux
Chamarande
55
Population
totale
IDH 2
295
0,62
2 828
75
2 903
0,59
Champmotteux
385
3
388
0,65
Chatignonville
51
3
54
0,68
Chauffour-lès-Étréchy
140
2
142
0,7
Cheptainville
1 896
17
1 913
0,67
Chevannes
1 731
21
1 752
0,66
232
8
240
Corbeil-Essonnes
46 017
693
46 710
0,39
Corbreuse
1 738
28
1 766
0,63
Le Coudray-Montceaux
4 728
56
4 784
0,7
348
11
359
0,61
13 602
180
13 782
0,52
Courdimanche-sur-Essonne
267
3
270
0,67
Courson-Monteloup
608
17
625
0,76
1 438
20
1 458
0,65
842
14
856
0,76
Dourdan
10 168
174
10 342
0,52
Écharcon
782
14
796
0,66
5 413
69
5 482
0,57
220
3
223
0,63
Étampes
24 320
444
24 764
0,41
Étiolles
3 135
149
3 284
0,91
Étréchy
6 341
95
6 436
0,66
Évry
52 349
872
53 221
0,45
La Ferté-Alais
3 982
62
4 044
0,59
Fleury-Mérogis
9 165
31
9 196
0,41
223
2
225
0,69
Fontenay-le-Vicomte
1 283
13
1 296
0,74
Fontenay-lès-Briis
1 882
36
1 918
0,75
La Forêt-le-Roi
499
5
504
0,63
La Forêt-Sainte-Croix
159
2
161
0,68
3 754
72
3 826
0,62
803
21
824
0,61
Gometz-la-Ville
1 397
19
1 416
0,74
Les Granges-le-Roi
1 119
16
1 135
0,73
Guibeville
709
6
715
0,69
Guigneville-sur-Essonne
939
15
954
0,69
Guillerval
796
13
809
0,59
Itteville
6 613
84
6 697
0,63
Janville-sur-Juine
1 933
62
1 995
0,75
Janvry
603
10
613
0,75
Lardy
5 578
72
5 650
0,66
Leudeville
1 411
26
1 437
0,69
Champcueil
Congerville-Thionville
Courances
Courcouronnes
D'Huison-Longueville
Dannemois
Égly
Estouches
Fontaine-la-Rivière
Forges-les-Bains
Gironville-sur-Essonne
56
Leuville-sur-Orge
4 074
54
4 128
0,61
Limours
6 560
153
6 713
0,69
Lisses
7 447
120
7 567
0,62
Maisse
2 703
50
2 753
0,53
205
12
217
0,62
4 928
57
4 985
0,71
279
3
282
0,74
Mennecy
13 127
362
13 489
0,73
Méréville
3 160
52
3 212
0,56
Mérobert
567
6
573
0,67
Mespuits
202
4
206
0,58
Milly-la-Forêt
4 788
105
4 893
0,59
Moigny-sur-École
1 295
32
1 327
0,62
Les Molières
1 981
54
2 035
0,68
Mondeville
690
11
701
0,66
Monnerville
399
3
402
0,47
Morigny-Champigny
4 321
109
4 430
0,66
Morsang-sur-Orge
21 428
188
21 616
0,62
Morsang-sur-Seine
529
45
574
0,71
Nainville-les-Roches
463
6
469
0,45
La Norville
4 083
92
4 175
0,7
Ollainville
4 613
81
4 694
0,65
987
16
1 003
0,54
1 929
14
1 943
0,7
Ormoy-la-Rivière
933
62
995
0,61
Orveau
192
4
196
0,55
Pecqueuse
632
10
642
0,68
4 096
61
4 157
0,71
Plessis-Saint-Benoist
309
10
319
0,67
Prunay-sur-Essonne
317
3
320
0,62
Puiselet-le-Marais
281
8
289
0,71
2 011
29
2 040
0,43
400
16
416
0,65
Ris-Orangis
26 800
270
27 070
0,55
Roinville
1 256
19
1 275
0,65
91
0
91
0,69
Saclas
1 798
28
1 826
0,55
Saint-Chéron
4 834
77
4 911
0,59
500
8
508
0,63
1 007
19
1 026
0,71
454
11
465
0,59
Saint-Germain-lès-Arpajon
9 412
131
9 543
0,54
Saint-Germain-lès-Corbeil
7 310
143
7 453
0,71
Marolles-en-Beauce
Marolles-en-Hurepoix
Mauchamps
Oncy-sur-École
Ormoy
Le Plessis-Pâté
Pussay
Richarville
Roinvilliers
Saint-Cyr-la-Rivière
Saint-Cyr-sous-Dourdan
Saint-Escobille
57
Saint-Hilaire
393
17
410
0,64
Saint-Jean-de-Beauregard
284
3
287
0,64
Saint-Maurice-Montcouronne
1 611
32
1 643
0,69
Saint-Michel-sur-Orge
20 188
237
20 425
0,62
Saint-Pierre-du-Perray
9 370
86
9 456
0,62
324
9
333
0,58
Saint-Vrain
2 921
44
2 965
0,66
Saint-Yon
889
10
899
0,67
Sainte-Geneviève-des-Bois
35 035
360
35 395
0,56
Saintry-sur-Seine
5 193
69
5 262
0,67
Sermaise
1 657
40
1 697
0,71
Soisy-sur-École
1 365
21
1 386
0,61
Soisy-sur-Seine
6 795
160
6 955
0,76
Souzy-la-Briche
403
2
405
0,55
Tigery
3 118
109
3 227
0,65
Torfou
269
5
274
0,69
1 437
32
1 469
0,71
617
14
631
0,64
1 304
14
1 318
0,7
893
64
957
0,61
Vert-le-Grand
2 396
36
2 432
0,67
Vert-le-Petit
2 776
31
2 807
0,68
Videlles
633
23
656
0,71
Villabé
5 168
74
5 242
0,6
728
17
745
0,75
Villemoisson-sur-Orge
7 003
102
7 105
0,67
Villeneuve-sur-Auvers
592
7
599
0,64
3 911
594141
60
9424
3 971
603565
0,73
Saint-Sulpice-de-Favières
Le Val-Saint-Germain
Valpuiseaux
Vaugrigneuse
Vayres-sur-Essonne
Villeconin
Villiers-sur-Orge
TOTAL
58
LES EHPAD de l’INFRA-TERRITOIRE SUD :
Capacité
autorisée
Capacité
installée
nom de l'établissement
Commune
d'implantation
conventionnement
tripartite
80
80
EHPAD
LE VILLAGE
ANGERVILLIERS
EHPAD
134
134
EHPAD LE VILLAGE ARPAJON
ARPAJON
EHPAD
50
50
centre hospitalier USLD
ARPAJON
EHPAD/USLD
97
97
EHPAD RESIDENCE BALLANCOURT
BALLANCOURT
EHPAD
84
84
EHPAD LES JARDINS DE CYBELE
BONDOUFLE*
EHPAD
83
83
EHPAD LE CERCLE DES AINES
BRETIGNY*
EHPAD
76
76
EHPAD "LES LARRIS"
BREUILLET
EHPAD
95
95
EHPAD RESIDENCE DEGOMMIER
CERNY*
EHPAD
94
94
EHPAD LES JARDINS DE SERENA
CHAMPCUEIL
EHPAD
80
80
ADEF"La Maison des Clématites"
CORBEIL ESSONNES
EHPAD
84
113
EHPAD RÉSIDENCE GALIGNANI
CORBEIL ESSONNES
EHPAD
60
60
EHPAD LE COLOMBIER DE CORBREUSE
CORBREUSE*
EHPAD
70
70
EHPAD Résidence Hippolyte Panhard
COUDRAY MONTCEAUX
EHPAD
72
72
EHPAD LE CLOS DE THORIGNY (LOUISE
MICHEL)
COURCOURONNES
EHPAD
90
90
EHPAD JEAN SARRAN
DOURDAN
EHPAD
80
68
EHPAD RENE LEGROS
DOURDAN
EHPAD
30
30
centre hospitalier
DOURDAN
USLD
122
122
EHPAD DU PETIT ST MARS (CH)
ETAMPES
EHPAD
centre hospitalier
ETAMPES
EHPAD/USLD
94
61
EHPAD SAINT JOSEPH
ETAMPES*
EHPAD
100
90
EHPAD LE CLOS
ETRECHY
EHPAD
74
74
EHPAD RESIDENCE MEDICIS
EVRY*
EHPAD
82
82
EHPAD "LES TISSERINS"
EVRY*
EHPAD
80
80
EHPAD "MARCEL PAUL"
FLEURY MEROGIS*
EHPAD
84
84
EHPAD AMODRU
LA FERTE ALAIS
EHPAD
98
98
EPHAD Les Garancières
LEUDEVILLE
EHPAD
94
94
LEUVILLE SUR ORGE
EHPAD
85
85
EPHAD
LA MAISON DE
CHATAIGNERAIE
EHPAD RESIDENCE LE GÂTINAIS
MAISSE
EHPAD
91
91
EHPAD RESIDENCE DES ETANGS
MENNECY
EHPAD
LA
59
71
71
EHPAD LA RESIDENCE TOURNEBRIDE
MEREVILLE
EHPAD
74
74
EHPAD NOTRE DAME ESPERANCE
MILLY LA FORET
EHPAD
101
91
EHPAD DOMAINE DE LA CHALOUETTE
MORIGNY CHAMPIGNY
EHPAD
94
84
EHPAD "La Maison des Mérisiers"
MORSANG SUR ORGE
EHPAD
82
82
EHPAD LE CENTENAIRE
PUSSAY
EHPAD
97
97
RIS ORANGIS
EHPAD
58
46
EPHAD RESIDENCE THEMIS CHATEAU
DRANEM
EHPAD "LE MANOIR"
RIS ORANGIS
EHPAD
80
80
EHPAD"LES JARDINS DE ROINVILLE"
ROINVILLE
DOURDAN
76
76
EHPAD RESIDENCE DE L'ORGE
SAINT
GERMAIN
ARPAJON
73
73
EHPAD FONTAINE DE MEDICIS
53
53
148
SOUS
EHPAD
LES
EHPAD
EHPAD
EHPAD LES GROUETTES
SAINT
GERMAIN
LES
CORBEIL
SAINT MICHEL SUR ORGE
138
EHPAD CEDRE BLEU
SAINT PIERRE DU PERRAY
EHPAD
62
62
EHPAD HAUTEFEUILLE
SAINT VRAIN
EHPAD
90
84
EHPAD Le Moulin de l'Epine
SAINT VRAIN
EHPAD
84
84
EHPAD LES JARDINS DU PLESSIS
80
72
EHPAD LA MAISON RUSSE
90
90
EHPAD DE LA FORET DE SEQUIGNY
89
74
chateau de champlatreux
SAINTE GENEVIEVE
BOIS
SAINTE GENEVIEVE
BOIS
SAINTE GENEVIEVE
BOIS
SAINTRY SUR SEINE
49
49
EHPAD LES TILLEULS
SOISY SUR SEINE
EHPAD
68
68
EHPAD RESIDENCE
FUTAIES
SOISY SUR SEINE
EHPAD
73
53
EHPAD CHATEAU LA FONTAINE AUX
COSSONS
VAUGRINEUSE
EHPAD
96
96
EHPAD LE CHATEAU DE VILLEMOISSON
VILLEMOISSON
EHPAD
62
62
EHPAD RESIDENCE MOSAIQUE
VILLEMOISSON
EHPAD
4 213
LES
HAUTES
4 096
60
EHPAD
DES
EHPAD
DES
EHPAD
DES
EHPAD
EHPAD
GLOSSAIRE
ADMC : Association Départementale des Maladies Cancéreuses
CODES 91 : Comité Départemental d’Education à la Santé
DGOS : Direction Générale de l’Offre de Soins
EPS : Etablissement Public de Santé
ESPIC : Etablissement de Santé Privé d’Intérêt Collectif
FIR : Fonds d’Intervention Régional
FNPS : Fichier National des Professionnels de Santé
GHNE : Groupement Hospitalier Nord Essonne
IRIS : Ilôt Regroupé pour l’Information Statistique
MAIA : Méthode d’Action pour l’Intégration des services d’aide et de soins dans le champ de
l’Autonomie
MCO : Médecine Chirurgie Obstétrique
MEP : Médecin à Exercice Particulier
DEFINITION
Calcul de l’IDH2 :
La valeur de l’IDH-2 est la moyenne des trois indices ainsi obtenus : IDH-2 = (indice de santé +
indice éducation + indice revenu) / 3.
61
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
4 311 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler