close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Analyse semiotique de Tagglomeration europeenne

IntégréTéléchargement
A.-PH. L A G O P O U L O S
Analyse semiotique de Tagglomeration
europeenne precapitaliste
1. INTRODUCTION
1.1 Les cycles culturels de VEurope1
Le corpus des agglomerations qui seront analysees dans la presente
etude a ete delimite sur la base de deux criteres relativement arbitraires: un critere geographique et un entere temporel. Le critere
geographique se re fere ä la selection de cycles culturels de l'Europe,
et le critere temporel a la restriction de la dimension historique de
ces cycles dans la periode s'etendant depuis la periode megalithique
(milieu du IVe millenaire av. J.-C.2) jusqu'ä la fin du moyen age
(XVe siecle en general3). La definition des cycles culturels est de
nature generate et a comme but de permettre l'extrapolation des
conclusions partielles sur 1'ensemble de chaque cycle.
Cycle culturel I: Grece, Les recentes decouvertes archeologiques
eloignent des theories envisageant la naissance du protoneolithique
et du neolithique ancien thessaliens sur la base de l'apport de
populations provenant de TAsie Mineure. II parait que le protoneolithique constitue une evolution locale naturelle, ainsi que le
neolithique, meme s'il a re$u des influences culturelles de l'Europe
ou du Proche-Orient; ainsi, il appartient principalement ä la culture
mediterraneenne. Le debut du neolithique ancien de Sesklo peut
etre date du milieu du Vile millenaire av. J.-C.; ainsi, il preceda d'un
millenaire le neolithique de la Grece centrale. Tant le neolithique
ancien que le neolithique moyen thessalien ont subi l'influence du
Proche-Orient et specifiquement de l'Anatolie.
Semiotica23:\l2i 1978
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
100
A.-PH. LAGOPOULOS
Le neolithique moyen (5.300/5.200-4.300/4.200 av. J.-C.) en
Thessalie est represente par la culture de Sesklo. Certaines parmi les
agglomerations les plus importantes de cette culture ont ete fondees
au commencement de cette periode. La culture de Dimini (3.7003.300 av. J.-C.) appartient au neolithique recent (4.300/4.2002.800/2.700 av. J.-C.), qui est caracterise par l'invasion d'un peuple
qui a fait un court sejour en Asie Mineure.
Pendant l'helladique ancien I (helladique ancien: 2.750-1.950 av.
J.-C.), des populations de l'Asie Mineure ont emigre vers les Cyclades
et les comptoirs cötiers de la Grece continentale; la premiere culture
de l'helladique ancien est provenue de leur influence sur la culture
locale subneolithique. Une emigration de meme origine apparaft
pendant l'helladique ancien II. Au debut de l'helladique moyen
(1.950-1.550 av. J.-C.), apparaissent des groupes parlant un langage
indoeuropeen (Acheens). La societe mycenienne couvre l'helladique
recent (1.600/1.550-1.100 av. J.-C.) et disparait avec l'apparition
des Doriens. Elle a ete le produit de la rencontre de l'element indoeuropeen avec l'element mediterraneen, rencontre qui caracterise
toutes les cultures grecques qui ont suivi.
Pendant le neolithique, la Crete a ete l'objet d'invasions provenant
surtout de l'Asie Mineure; ainsi, eile a regu pendant le neolithique
ancien — debut: 6.100 (± 150) av. J.-C. — des emigrants venus de
l'Asie Mineure a travers la mer. Les Cretois neolithiques appartiennent ä la race mediterraneenne. Le debut du minoen ancien remonte
ä 2.700 av. J.-C., le minoen moyen I (protopalatial) couvre la periode
entre 2.000 et 1.920 av. J.-C. et le minoen recent III (periode
mycenienne ou postpalatiale) se termine en 1.100 av. J.-C.
Les Cyclades ont joue le röle de pont entre, d'une part, l'Asie
Mineure et, d'autre part, la Grece et la Crete. De son cote, Troie
relie les cultures de l'Asie Mineure ä celles de la Grece et des Balkans.4
Cycle culturel II: Halle. En Italic, des groupes mediterraneens
avaient atteint un niveau technologique avance des le Ille millenaire
av. J.-C. L'apparition de groupes parlant un langage indoeuropeen
date du commencement du He millenaire av. J.-C. Ces groupes appartiennent ä la culture des Terramare et ä la culture Apennine. Au
commencement du ler millenaire av. J.-C. apparait la culture indoeuropeenne Villanova, qui est liee ä l'origine des Etrusques et de Rome.
La culture etrusque apparait au VHIe siecle av. J.-C. et semble
emaner de la poussee de groupes Italiens par des elements d'origine
Orientale; eile a ete fortement influencee par le culture grecque.
Le latin est un langage indoeuropeen parle au debut par les
Romains et leurs voisins immediats. Rome a ete fondee au VHIe
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
L'AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
101
siecle av. J.-C. sur la colline Palatium (§2.2.2) par les Albains. Pendant la periode des rois (754/3-510/9 av. J.-C.), eile a ete gouvernee
par des rois romains, sab ins et etrusques; le langage dominant etait
probablement Tetrusque.5
Cycle culturel III: Iberes. Dans la peninsule iberique il y a eu un
melange culturel entre Telement indigene mediterraneen et les cultures Urnfleld et Hallstatt. L'influence celte date de la premiere
moitie du ler millenaire av. J.-C. A Tartessos (Andalousie) on rencontre un melange d'elements indigenes, celtes et orientaux, qui
pourrait etre considere comme l'origine de la culture iberique proprement dite (Ve et IVe siecles av. J.-C.); les pheniciens et les grecs
ont fortement influence cette culture. Elle apparait dans sa forme la
plus pure dans le Levant Espagnol. La romanisation de la culture
iberique a commence au ler siecle av. J.-C. et a continue pendant les
premiers siecles de notre ere.6
Cycle culturel IV: Celtes. La culture celtique appartient ä la famille
de cultures indoeuropeenne et a apparu ä cause de Taction unifiante
des guerriers de la culture Hallstatt (VHe-VIe siecle av. J.-C.), apparus,
ä leur tour, apres la rencontre de chevaliers provenant de Test avec la
culture Urnfield, pendant sa derniere phase (VHIe siecle).
Les Celtes insulaires se sont installes en Angleterre et en Irlande.
La culture de Angleterre apres le IVe siecle provient d'une synthese entre I'element celtique et des groupes de Teutons de l'ouest
(v. cycle V). Les Celtes continentaux se sont installes ä la partie
ouest de PEurope continentale.7
Cycle culturel V: Teutons. La culture teutonique appartient aussi
ä la famille de cultures indoeuropeenne. Son origine est representee
par les cultures de Tage du fer de l'ouest de la mer baltique (approximativement 500 av. J.-C.), qui se sont fondees sur la culture de
Tage du bronze — qui ä son tour a ete influencee par la culture
Urnfield — et des influences de la culture Hallstatt.
Les Teutons se sont installes en Europe septentrionale et centrale.
Us peuvent etre divises en trois branches: les Teutons de Test
(Gothes), les Teutons du nord, qui se sont installes en Scandinavie,
et les Teutons de Touest, qui se sont deplaces ä travers 1'Allemagne
du nord et sont arrives jusqu'en Angleterre (v. cycle IV).8
Cycle culturel VI: Slaves. II s'agit aussi de groupes indoeuropeens.
Selon Trietiakov, les Slaves du sud tirent leur origine des Slaves
orientaux, et ces derniers proviennent de la culture Urn field, apparue
aussi en Ukraine (premiers siecles apr. J.-C.).9 II y a aussi la branche
des Slaves occidentaux.
Cycle culturel VII: Baltes. Ces peuples parlent des langages indo-
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
102
A.-PH. LAGOPOULOS
europeens et leur culture est apparentee a la culture slave. Leur origine
remonte au commencement du He millenaire av. J.-C.10
1.2 Champ de la semiotique pertinent ä l'etude
Les agglomerations comprises dans le corpus presente ci-dessus
seront analysees du point de vue semiotique: nous nous attacherons ä
analyser leur sens connotatif. Le champ de pertinence choisi et le but
de cette etude appellent les remarques suivantes:
a. Nous nous interesserons surtout ä analyser l'aspect semiotique
de la production de Vespace (v. aussi § 1.3), qui se refere ä sä 'morphologie physique*. Pourtant, nous emploierons aussi des donnees
correspondant ä l'analyse symetrique par rapport ä celle entreprise,
ä savoir ä l'analyse de la 'morphologie mentale' de l'espace existant.
Ceci s'explique par la circularite des procedures correspondant ä ces
deux niveaux d'analyse, qui caracterise en general les cultures etudiees
et plus generalement les cultures de pensee analogique (v. note 97).
b. Le champ de pertinence choisi est d'une certaine maniere mixte,
se situant ä mi-chemin entre l'ideologie de la production de l'espace
formulee par ses createurs et la description de cette production par
nous-memes qui renvoie aussi ä des donnees de leur ideologic nonformulee.11
c. Nous ne nous preoccuperons que secondairement des codes
denotatifs de l'espace. Notre attention se concentrera sur les codes
connotatif s et, parmi ceux-ci, sur le code cosmique, qui parait
etre en general le code dominant (v. aussi §§ 3.1 et 3.6).12 Les
codes etudies correspondent, d'apres le mode de production dont
ils relevent, ä Tideologie generale de la societe, s'agissant de societe
sans classes, ou surtout ä l'ideologie dominante, dans le cas contraire.
l .3 Codes connotatif s de l'espace et structure sociale globale
L'ensemble des niveaux d'une societe et de leurs relations (articulations), c'est-ä-dire la structure sociale globale (ou, pour citer le
terme marxiste habituellement employe, la formation sociale), est
regle par son mode de production, ce concept indiquant, dans un
sens restreint, la base d'une societe, l'articulation des forces productives avec les rapports (sociaux) de production. Selon le mode de
production, Yideologie appartient aux superstructures provenant de
cette base ou fait (en partie) partie integrante des rapports de
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
^AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
103
production. Dans les deux cas, si l'ideologic est en principe un produit
de la societe, eile contribut, inversement, la structuration de celleci, d'une maniere plus faible, dans le premier cas, ou plus forte, dans
le deuxieme (v. aussi §3.l).13
La production de l'espace peut etre analysee selon deux aspects
differents: un aspect extra-semiotique, pour lequel Fespace est le
resultat surtout de la relation entre le mode de production et l'ecosysteme correspondant, mais aussi de niveaux de la structure sociale
globale n'appartenant pas la base (comme, par exemple, du niveau
religieux ou politique, quand il est exterieur la base du mode de
production); et un aspect semiotique, pour lequel l'espace est le
resultat de Faction des individus d'une societe guides par leur ideologic (v. aussi §§1.2et3.6). 14
Cette partie de l'ideologie qui est orientee vers la production de
Vespace qui alors devient un Systeme signifiant, est transformee en un
ensemble de codes connotatifs. Entre ceux-ci et l'espace sont intercales des codes denotatifs;ces derniers decoulent des codes connotatifs
et se referent zuxfonctions de l'espace.ls
2. A N A L Y S E DES A G G L O M E R A T I O N S
TURELS DE L'EUROPE 1 6
DES CYCLES CUL-
2.1 Cycle culturel I: Greceln
2.1. \ Culture protohellenique
2.1.1.1 Crete. Le mode de production de la societe palatiale de la Crete
peut etre considere comme asiatique.18
Nous ne disposons pas de beaucoup d'information sur la cosmologie minoenne. L'ile de Crete etait consideree comme ayant un
omphalos, un centre cosmique (cf. § 1.2), le 'Ομφαλών; Ά etait situe
une petite distance de Knossos et etait entoure par Γ 'Ομφαλών
πεδώ^.19 Parmi la multitude d'interpretations concernant le labyrinthe minoen,20 celle de Mayer et Evans l'identifie au palais de
Knossos.21 D'autre part, le labyrinthe semble lie aux Sec: 'espace
d'initiation', 'intestins maternels', 'monde', 'danse spiroi'dale'.22
Les comes de consecration, qu'on retrouve sur le toit des palais
et des sanctuaires, ont comme Sec, si Γόη suit Kristensen, 'comes
du taureau', 'taureau', *terre', et, selon Gaerte, 'montagnes' et 'terre'23
(et 'mont cosmique'?).
Les palais minoens presentent un plan de nature "orthogonale",
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
104
A.-PH. LAGOPOULOS
organise autour d'une cour centrale rectangulaire, et une tendance
d'orientation vers les points cardinaux; cette meme tendance est
constatee relativement aux grandes habitations. La cour centrale
etait tracee la premiere, tandis que les pieces du palais se deployaient
du dedans vers le dehors, d'apres un mouvement centrifuge. Inversement, les parties peripheriques de 1'agglomeration, entourant le
palais, presentent une tendance centripete. A Knossos, le palais etait
entoure, vers le milieu du He millenaire av. J.-C., par les habitations
de la communaute dominante, qui etaient, ä leur tour, entourees par
les habitations des communautes dominees24 (Fig. 1).
Fig. 1. Knossos (selon Kriesis 1965).
Ces constatations concernant l'organisation spatiale des agglomerations minoennes et de leurs palais peuvent etre interpretees
grace a l'identification du palais de Knossos au labyrinthe et a sa
relation aux comes de consecration.
Cette identification demontre que le palais reel est un pSa, qui
correspond ä un Sia 'palais' ayant les Sec du labyrinthe, dont Tun est
'monde'. D'autre part, certains Sec des cornes de consecration
appartiennent probablement ä un code cosmique et signalent ainsi la
dimension cosmique du palais; elles remplissent une fonction metalinguistique. Du moment que le palais minoen est identifie au monde,
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
L'AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
10 5
nous pouvons supposer que son centre, la cour centrale, est un pSa
auquel correspondent les Sec: 'centre du monde', Omphalos'.
Le mouvement centrifuge de l'organisation des pieces du palais
pourrait alors avoir comme Sec 'mouvement de la creation du
monde', et le mouvement centripete de 1'agglomeration relativement
au palais pourrait corresponds Γ articulation des parties du monde
autour de son centre, l'ensemble du palais ayant dans ce cas le Sec
'centre du monde' (cf. §3.10). La tendance d'orientation vers les
points cardinaux serait une maniere d'exprimer I'identification symbolique du palais avec le monde (cf. §3.7),25 alors que la reduction
de la distance geographique du palais en fonction de l'elevation du
rang social serait due (toujours sur le niveau semiotique) au caractere
sacre et cosmique du palais.
2.1.1.2 Grece continentale
2.1.1.2.1 Culture neolithique. Le mode de production tant de la culture de Sesklo que de celle de Dimini parait etre communautaire.26
L'acropole de Dimini est entouree de six murailles; les trois
murailks interieures sont plus anciennes que les autres. Au centre
etait localise le μέγαρο^ 'megaron' abritant 1'autorite communale,
lequel etait entoure du groupe des habitations des individus de haut
rang social; au-dela des murailles se trouvaient les habitations du
peuple (Fig. 2). Selon Τσου^τα, le fait que les murailles interieures
sont plus hautes que les murailles exterieures s'explique par Pinclinaison du sol; il ajoute qu'une difference artiflcielle a ete creee
quand le sol etait plus ou moins horizontal. Selon Θεοχάρη, 1'acropole de l'agglomeration de Sesklo correspondant a la culture de
meme nom est entouree d'enceintes de trop petite epaisseur pour
qu'elles soient considerees comme des murailles, tandis que celle de
I'agglorneration correspondant la culture de Dimini est entouree
de trois murailles. Selon le meme auteur, ces murailles ne repondent
pas des besoins de fortification, car le site est naturellement fortifie,
mais decoulenl d'un modele typique.
L'organisation spatiale en forme d'echiquier est trouvee dans la
premiere agglomeration de Sesklo.27
L'hypothese parait legitime que la disposition
gradins des
murailles de Dimini, en dehors de son but defensif, avait aussi un but
symbolique: de transformer I'agglomeration en pSa du Sec 'mont
cosmique gradins'. D'autre part, les murailles concentriques des
agglomerations precitees auraient aussi pu corresponds a un code
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
106
A.-PH. LAGOPOULOS
Fig. 2. L'acropole de Dimini (selon Θεοχάρης 1973).
connotatif cosmique. M ller rapproche l'organisation spatiale de
Dimini
des organisations spatiales similaires de l'Europe megalithique (cf. §2.8) et a TEcbatane medique. Cette dermiere etait
entouree de sept murailles circulates et concentriques, s'elevant vers
le centre et ayant comme Sec 'les sept planetes', 'les sept jours de la
semaine' et sept couleurs; la muraille centrale comprenait le palais
royal.28
2.1.1.2.2 Culture mycenienne. Le mode de production mycenien
peut etre caracterise comme asiatique.29
Le noyau des acropoles de Mycenes et de Tirynthe est compose
du palais royal, tandis qu'elles etaient entourees d'une region habitee.
Le palais de Tirynthe est approximativement Oriente vers les points
cardinaux. Kadmee, le palais de Kadmos, a constitue le premier
noyau fortifie de Thebes qui, ensuite, a ete entouree par la muraille
sept portes de Zethos et Amphion. Cette agglomeration fortifiee a
constitue l'acropole de Thebes.30
Sur le niveau regional, Mycenes est localisee entre lesmontsHarvati
et Sara, dont le Sec serait, selon le point de vue temeraire de M ller,
'les deux sommets du mont cosmique'. Toutefois, cette these est
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
^AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
107
corroboree par la ressemblance des localites d'installation des rois
myceniens avec Olympe, la residence des dieux, ayant comme Sec
'monde' (et probablement 'mont cosmique') et 'centre du monde'.
D'autre part, le c te SO de l'acropole de Mycenes est en contact
avec im ravin qui etait appele Χάβος, nom provenant de χάος 'le
chaos'. Tres probablement, alors, le Sec de Mycenes etait 'monde',
s'opposant au et provenant du chaos. Cette conception ressort aussi
du mythe de la fondation de Kadmee.31
Selon ce mythe, une vache, incarnation d'Europe, soeur de Kadmos, lui indique la localite de Γ agglomeration et s'offre etre sacrifice.
Avant le sacrifice, des hommes-serpents surgissent de la terre et
executent une danse de sabres, pendant laquelle ils s'exterminent
entre eux. Apres son mariage sacre, Kadmos est transforme en
serpent. Selon la version la plus ancienne du mythe, Kadmos tue, a
l'aide d'Athena, un dragon, dont il seme les dents. De l surgissent
les Spartoi, qui s'entretuent. Cinq seulement echappent au massacre
et deviennent les fondateurs des families nobles de Thebes.
La victoire du heros sur le dragon correspond la victoire sur le
chaos et au commencement de la creation du monde. Si le Sec du
pSa 'Kadmee' est 'monde', la meme constatation est probablement
valable pour la muraille de Zethos et Amphion. Un autre Sec de ces
pSa etait probablement 'corps humain'.32
Vers le milieu du He millenaire av. J.-C., Cecrops, qui est represente comme mi-homme et mi-serpent ou mi-dragon, a fonde
Cecropia sur l'acropole d'Athenes et a divise les Atheniens, selon
Julius Pollux (lie siecle apr. J.-C.), en quatre tribus, chaque tribu en
trois phratries et chaque phratrie en trente genes. Ces divisions correspondent, d'apres Suide (Xe siecle apr. J.-C.), aux quatres epoques,
douze mois et 360 jours de l'annee. A ces classifications sociale et
temporelle correspond la division spatiale d'Athenes en douze
πόλεις 'poleis'.33
Le noyau du palais mycenien etait compose du μεγάρου, dont le
centre etait l'hestia circulaire; eile etait entouree de quatre colonnes.
Le Sec de l'hestia est 'centre du monde' (v. aussi §2.1.2). Sa relation
avec la colonne34 conduit
attribuer
la colonne le Sec 'axe
cosmique'.
2. l .2 Culture grecque
Apres une periode de transition (correspondant la "democratic
militaire" d'Engels - XIIe-VHIe/VIIe siecle av. J.-C.), a apparu le
mode de production antique, caracterisant la societe de la πόλεως
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
108
A.-PH. LAGOPOULOS
'polls'. Celui-ci a commence se transformer en mode de production
esclavagiste a partir du IVe siecle.35
Le concept de Γομφάλοϋ, du centre du monde, est, comme nous
Favons vu (§2.1.1.1), d'origine tres archai'que. II continue jouer
un role primordial dans la pensee de la periode etudiee ici.
Selon Homere, le monde est compose de cinq parties et a un
centre, Γθμφαλόν de la mer; une colonne tient distance le ciel et la
terre. Le bounclier circulaire a pour lui comme Sec 'monde' et son
centre en a Omphalos'. Dans la Theogonie d'Hesiode, le monde est
spherique et comporte trois regions: 1'ocean-Tartare, la terre et le
ciel; la terre est un disque circonscrit par la coupe du monde
travers un plan horizontal passant par son centre. La terre mediane
est, selon les loniens, probablement circulaire. Selon Anaximandre,
la terre circulaire est situee au centre du monde qui est une sphere
parfaite. Autour d'elle se meuvent les astres, la lune et le soleil, sur
des orbites concentriques, dont les rayons sont des multiples du
nombre 3. La Grece est situee au centre de la terre (Fig. 3). Selon
Pythagore aussi le monde est spherique; il comporte son centre un
foyer de feu; la εστία του παντός 'foyer du monde'. Les nombres 3,
4 et 10 ont des Sec appartenant un code cosmique. Pour le texte
hippocratique, la terre, qui a comme Sec 'corps humain', est composee de sept parties; 1'Ionie est son ομφαλός. Selon Platon, le
monde est spherique et comprend sept orbites concentriques; il
evolue autour de Taxe cosmique. Les nombres 2, 3, 4 (=2 2 ), 7, 8
(=23), 9 (=32) et 27 (=33) ont des Sec cosmiques. II y a une correspondance entre monde et corps humain, idee qui a profondement
influence la pensee du moyen age (v. §2.8).36
Le concept de Γομφαλοϋ est lie a Hestia, constituant, selon Vernant, Tun des deux membres du couple d'opposition Hestia-Hermes.
En effet, les Sec d'Hermes sont: 'male', 'lumiere', 'mouvement',
'transition', 'changement de situation', 'espace exterieur', 'situation
dynamique des regions du monde', tandis que ceux d'Hestia sont:
'femelle', Ombre', 'immobilite', 'permanence', 'espace interieur',
'fixation de l'espace autour d'un point central', 'terre'. Hermes correspond au carre et Hestia au cercle. L'axe cosmique passe par Hestia.37
Les notions mythiques de la periode de la πόλεως coexistent
avec une nouvelle pensee, la pensee rationelle, caracterisee par la
positivite et Γ abstraction et constituant le fondement de la philosophic, dont les racines se trouvent dans l'apparition de 1'economie
mercantile et dans 1'independance relative du niveau politique (v.
aussi §3.1). En ce qui concerne les agglomerations, Hippocrate conseille la selection attentive du site d'une agglomeration en fonction
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
109
L'AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
Fig. 3. La terre, d'apres Anaximandre (selon A. Herrmann — Μεγάλη
Έγκ υκ λοπαώ βία: χαρτογραφία).
des conditions climatologiques et Aristote considere qu'une agglomeration doit satisfaire quatre facteurs: hygiene, defense, bonne
administration et esthetique.38
La fondation d'une πόλεως grecque etait un acte sacro. L'histoire
reelle d'une agglomeration commence avec sa fondation. Cette
derniere, le combat contre un ou des dragons et la notion du centre
du monde constituent, d'apres Pindare, un tout (cf. §2.1.1.2.2). La
muraille de la ville est sacree. En ce qui concerne Forientation de
Γ agglomeration grecque, Gerkan et Martin la considerent comme
provenant de donnees de nature pratique (topographie, hygiene),
tandis que Nissen et Lavedan pensent qu'elle est due des causes
religieuses. Selon Lavedan, Pechiquier est lie I'orientation, qui le
met en relation avec l'ordre du monde (cf. §3.7).39
Les Sec de l'oracle de Delphes sont 'ομφαλός' et 'axe du monde'
('μβσόμφαλος ά£ω*>')· Les agglomerations et regions Milet, Delos,
Patara, Gryneion, Claros et Paphos avaient aussi comme Sec
'όμ<ραλός'.40
Si la πόλις grecque a comme Sec 'centre du moride', son centre,
Γάγορά 'agora', constitue egalement un centre, d'o tous les citoyens
doivent theoriquement se situer a egale distance, cause du regne de
Γίσορομόας 'isonomie'. Le modele politique de la πόλεως grecque est
done un cercle ayant un centre, modele qu'on doit rapprocher, selon
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
110
A.-PH. LAGOPOULOS
Vernant, aux nouvelles conceptions cosmologiques concernant
l'espace physique.41 Le centre, le μέσον 'milieu', est Ι'αγορά, le domaine public; il contient un autre centre, le centre par excellence, le
foyer public (έστω κοα/ή), l ge dans les #o\ot 'tholoi' ou les πρυτανεία
'prytanees'. Le Sec 'centre du monde' de 1'έστώς (ν. aussi §2.1.1.2.2)
et la relation indissoluble de celle-ci avec la delimitation de l'espace
organise (de l'habitation ou de l'agglomeration) conduisent
la
conclusion que le Sec de l'agglomeration est 'monde'. Le processus
de desacralisation pendant la periode de la πόλεως est reflete par le
fait que le code politique de Γέσπας predominesur le code cosmique.42
Au centre geometrique de l'acropole de Γ Athenes mycenienne
et ait un emplacement ay ant comme Sec 'όμφαλός* (ν. aussi
§2.1.1.2.2). Le πρυται>βορ de l'Athenes du XHIe siecle av. J.-C., dont
la construction et ait attribuee au heros mythique Thesee, contenait
Veortav de l'agglomeration. U yopa de Solon (commencement du
Vie siecle av. J.-C.) comprenait Pautel des Douze Dieux, d'o rayonnaient les arteres principales de l'Attique et etaient mesurees les
distances routieres (Fig. 4). Le Sec de cet autel etait probablement
'ομφαλός*. Ainsi, nous constatons a Athenes un deplacement du
centre du monde vers le NO, suivant les phases successives de la cite;
apres la fondation de Γαγορας de Solon, les trois centres du monde
paraissent coexister (v. aussi "§3.10). L'ακρόπολις, l'acropole, etait
consideree comme localisee au centre d'Athenes, Athenes comme
localisee au centre d'Attique, Attique, au centre de la Grece et la
Grece, au centre de la terre.43
Clisthene (deuxieme moitie du Vie siecle av. J.-C.) a cree Athenes
un espace social tripartite, d'une organisation approximativement
concentrique. Son but etait la materialisation d'une cite gouvernee
par Γΐσονομώ,ν. Cette organisation des pSa correspond probablement
aux Sec 'terre' et 'totalite' (un Sec archai'que du nombre 3 est
'totalite'). Selon L6v6que et Vidal-Naquet, ce symbolisme a ete Γ
objet de politisation. Les nombres 3, 5, 10 et 102 constituent un des
fondements des reformes de Clisthene.44
II parait que la relation du Sec 'centre du monde' avec le point
de convergence de rues est tres archai'que. Hecate occupe, pour la
cosmogonie orphique, le centre du monde et, d'apres Hesiode,
commande ses trois regions; les croisements de deux, trois ou quatre
rues lui sont dedies. ί,'όμφαλός de Phlionte qui etait consideree
comme le centre du Peloponnese etait localise a son centre et etait
le point de convergence de son reseau routier.45
Le centre du monde est le point par ou passe Taxe cosmique, qui
rend possible la communication entre les niveaux cosmiques. Ainsi,
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
111
L'AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
1. Late Hdbdic>trjvo
l,»iu-i..n
10. I
I). A^urtn
(2. Aiukciim
2. Submycciuean jfra\e«
iJ. Chetnv^horinn
14. i.li-uMni.m
.V <ic<«nxtr
15. fni^nviun
«.Jiht Twclu-liiHk 22. U-i.k..n..n 11. .shrim- nl'A-t» 24. Tcmpii irf'Ap«.!!.. 25. Temple ..i'ihc \l..ihvr ..ΓιΚ·
(,.HU 2ft.OI,IH,.i.lluu.Ti.m 2-.l'nunik..n 2K.IV«imtin-«.mc.rtiht· AK-M Ϊ). Imn^ular ^hriix 7M. Thi-M-i..n
31. I imv.ikr.«mm 32. Or. .mm .U OfvhvMw Λ4. T\rjm-%U>vrx.
Fig. 4. ^ακρόπολις et Vayop d'Athdnes au Vie sidcle av. J.-C. (selon J. Travlos,
Pictorial Dictionary of Ancient Athens. London: Thames and Hudson, 1971).
Etna (Catane), dont la fondation par Hieron ler a etc celebree Tan
470 av. J.-C., est consideree comme localisee sur 1'axe cosmique, au
sommet duquel se trouve Zeus et la base duquel se trouve, dans le
Tartare, Γέκατοντακάρανος Τυφώς Typhos a cent tetes'.46
Le modele urbain d'Hippodamos (Ve siecle av. J.-C.) etait fonde
sur Texistence d'un ensemble de rues en forme d'echiquier (Fig. 5)
(forme qui a ete employee en Grece depuis le Vile siecle av. J.-C. par
suite d'influences orientales [mediterraneennes] — mais qui avait deja
apparu dans le cadre de la culture de Sesklo, '§2.1.1.2.1), du nombre
3, d'origine indoeuropeenne (cf. §2.4, 2.5) —p.e. les trois groupes
sociaux composant une cite, les trois zones fonctionelles de celle-ci —,
et du nombre 10 (les citoyens de la democratie ideale doivent remonter a 10.000). Arnsi, l'espace politique et fonctionnel hippodamien
est differencie, visant, toutefois,
Tunite de la cite. Le modele
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
112
A.-PH. LAGOPOULOS
Fig. 5. Le plan en echiquier de Milet (selon Kriesis 1965).
hippodamien est probablement influence par les conceptions
anciennes pythagoriciennes, selon lesquelles la πόλις est fondee sur
le nombre, la proportion, 1'harmonie, la differentiation et la hierarchie, ayant ainsi comme Sec 'monde'. La notion d'une cite qui est
μνρίανδρος (= 10.000 hommes) parait renvoyer un Sec cosmique.
De telles cites ont ete Etna et Amphipolis en Macedoine (qui a ete
en plus fondee au croisement de neuf rues).47
La cite ideale de Platon est organisee de maniere concentrique et
divisee en douze parties (Fig. 6). Le nombre de ses citoyens remonte
5.040, nombre egal a 7! et divisible par 12. Ses Sec sont 'monde',
'zodiaque', 'les douze mois de 1'annee'. Le plan de la cite d'Atlantis
est compose, toujours selon Platon, d'une serie de cercles concentriques (Fig. 7). Ainsi, une serie d'anneaux de terre et d'eau est
consitituee. Chaque anneau terrestre est entoure d'une muraille. La
muraille du deuxieme anneau terrestre, en partant de la peripherie,
est revetie sa surface exterieure de cuivre, celle du troisieme d'etain
et celle de File centrale de bronze ayant comme Sec *feu'. Au centre
de cette ile il y a une montagne basse, sur laquelle est situe le temple
de Clito et de Poseidon, entoure d'une muraille ciculaire en or. Le
plan d'Atlantis, qui rappelle fortement celui d'Ecbatane (v. aussi
§2.1.1.2.1), est base sur les nombres 1, 2, 3, 5 et 10 et sur le cercle.
L'idee de la perfection du cercle et de la sphere a predomine jusqu'a
la renaissance. Le Sec de la cite est *monde' et de son centre, 'centre
du monde'.48
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
L'AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
113
Fig. 6. Cite ideale de Platon (Νόμοι), a!, a 2 ,..., a 12 : Probablement des secteurs
du sol inegaux; b t , b 2 , ..·, b 12 : Villages; 1: Αγορά et temples; 2: Garde; 3: Artisans; 4: Agriculteurs; 5: Άκρόττολκ, αγορά, temples; 6: Muraille; 7: Offlciels,
tribunaux; 8: Citadins; 9: Faubourgs (probablement).
Fig. 7. La cite d'Atlantis, selon Platon (suivant R. G. Bury, Plato (The Loeb
Classical Library). London: 1961 (1929)).
La cite ideale de Zenon de Cition (335-264 av. J.-C.) s'etend de
maniere
comprendre l'ensemble de la terre habitee. Cette cite
terrestre correspond
une cite celeste et obeit aux memes lois
qu'elle.49
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
l 14
A.-PH. LAGOPOULOS
2.1.3 Byzance
Antoniadis-Bibicou propose la periodisation schematique suivante
pour Byzance: IVe-VIe siecle: periode "protofeodale", Vile-debut
du Xe siecle: periode transitoire vers le feodalisme, Xe-XVe siecle:
periode proprement feodale. Nous avan$ons, d'autre part, l'hypothese que la periode dite "protofeodale" est caracterisee par la
transformation d'un mode de production de type asiatique en mode
de production feodal.50
Nous pensons qu'on retrouve Byzance la notion du centre du
monde comme Sec: du mot ομφαλός; des ομφαλίων, plaques en
marbre, souvent circulaires et pourpres, au milieu du plancher de
certaines constructions royales ou certaines eglises; et de la section
des deux branches de la croix chretienne, d'origine hebrai'que, qui
sont considerees comme orientees vers les points cardinaux. Le nord
et Test correspondent entre eux, et avec 'haut' et ' droite'; et ces
notions s'opposent 'sud', Ouest', 'bas' et ' gauche' respectivement
(cf. §2.2.1).51 La croix chretienne a comme Sec 'monde', 'mont
cosmique', 'colonne (v. axe) cosmique', 'echelle cosmique', 'arbre
cosmiqe', Sec auxquels renvoie aussi 1'eglise cruciforme (v. aussi
§2.8).52 Le cube, le complexe architectural cube - coupole et le
complexe parallelepipede - coupole demicylindrique ont comme
Sec 'monde'. La terre mediane est consideree comme tripartite.53
Constantinople, la "Nouvelle Rome" (Fig. 8), a ete fondee en 324
ou 325 par Constantin ler le Grand. Son centre a ete constitue par le
forum de Constantin. II avait une forme elliptique, dont le Sec etait
Ocean', avec un axe principal Oriente dans la direction E-O, et comprenait
son centre une colonne pourpre portant la statue de
Constantin. Le centre de Constantinople de Theodose II est associe
au Philadelphion. II est localise sur la colline Μβσόμφαλος 'Mesomphalos', qui se trouve la localite ou la λεωφόρος Μέση, l'avenue
Mese, bifurque; il comprenait une colonne pourpre portant une croix.
La \€ωφόρος Μέση aboutit Test a une grande place (Αυγουστεώ^),
entouree par 1'eglise Saint-Sophie, le palais et PHippodrome. L'orientation E-O de la Μέσης par excellence, sa relation avec un όμφαλόν
et le precedent du decumani romain indiquent que ses Sec etaient
probablement 'axe du milieu du monde', 'axe principal du monde'
(cf. §2.2.2). La Μέση par excellence divise la ville en deux regions,
une region sud et une region nord, cette derniere etant divisee en
deux par la branche de la Μέσης de direction NO.54
Constantinople comprenait, comme Rome, sept collines et etait
composee de 14 ( 2 X 7 ) regions (cf. Rome, §2.2.2). Les regions
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
^AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
115
Fig. 8. Constantinople (selon Lavedan-Hugueney 1966).
intra muros de Constantinople de Theodose II etaient douze. Probablement, le Sec du nombre 7 etait *les sept planetes' et celui des
douze regions, 'le zodiaque'.
Ainsi, on voit clairement que Constantinople est, sur le niveau de
la connotation, le monde, divise en parties (2,3,7,12,14) et traverse
par Taxe cosmique principal E-O et Taxe cosmique secondaire N-S,
se croisant au centre du monde. Un autre Sec de Constantinople
est 'centre du monde', Sec qui correspond aussi l'ensemble de
l'etat byzantin (μεσαίτατος τόπος της γτ?ς 'endroit le plus central
de la terre').55
Le reseau routier principal de la Thessaloniki byzantine est
d'origine hellenistique. II comprend deux arteres paralleles principales orientees NO-SE, dont la plus importante etait appele
Λεωφόρος *Leoforos' (il s'agit de la via Regia romaine); eile paraft
correspondre Taxe theorique E-O. Une troisieme artere principale
leur est perpendiculaire. A l'intersection de cette artere avec la
λεωφορον est localise le marche principal de la ville, sur Templacement de Γαγοράς hellenistique et du fort romain; la place du marche
etait nommee, d'apres un texte tardif, ομφαλός. D'autre part,
l'extremite de la partie NE (theoriquement N) de cette artere etait
localise le palais byzantin. Depuis la fin du IVe siecle, la ville disposait d'une citadelle, Επταπυργίου 'Eptapyrgion'.
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
l 16
A.-PH. LAGOPOULOS
L'agglomeration de Monemvasia est importante au moins depuis
le Xle siecle. Elle etait composee d'une ville haute et d'une ville
hasse. La ville haute est localisee dans la partie est d'un rocher; eile
aboutit vers le sud un precipice fortifie. Dans la partie ouest du
rocher il y a une citadelle byzantine de plan rectangulaire. La ville
basse s'etend la base du precipice et est aussi fortifiee. Elle comprend, suivant une esquisse du XVIIe siecle, quatre regions separees
par deux rues se croisant angle droit et approximativement orientees
vers les points cardinaux.
Mystras (XIHe siecle) est domine par une citadelle (Κάστρου),
construite par Guillaume de Villehardouin. La vieille ville (la ville
haute, Πόλις ou Χώρα) est divisee par la rue Μέση, dOrientation
approximativement E-O, en deux parties: une partie nord comprenant les palais et les habitations des nobles, et une partie sud avec
les habitations des citadins. La ville basse est peut-etre composee de
deux parties: Μεσοχώρα ou Μεσοχώρια? et Κατωχώρα ou
Κατωχώρω?; cette division est peut-etre liee une rue principale
d'orientation approximative N-S.56
La base du modele semiotique typique de 1'agglomeration
byzantine parait etre composee de deux parties, separees par une
rue principale d'orientation E-O. Cette rue parait corresponds au
decumanum romain et avoir comme Sec caxe principal du monde'.
Des lors, le Sec des deux parties doit etre 'les deux parties du
monde' (partie nord-partie sud). Cette structure se retrouve
probablement seule ou est enrichie par une rue secondaire qui
parait devoir avoir une orientation N-S correspondant au cardinem
romain. Cette rue part du decumani ou le traverse, conduisant ainsi
une tripartition ou quadripartition respectivement de I'agglomeration (modele typique), manifestement liee
un code cosmique
connotatif (trois parties=terre tripartite, quatre parties=quatre
regions de la croix-monde). Le modele byzantin parait avoir surtout
trois points privilegies: son centre, dont le Sec parait etre 'centre du
monde', et Test et le nord, symboliquement equivalents* auquels
peut correspondre le complexe du palais. La structure du niveau
connotatif du modele est identique aux structures des niveaux correspondants des modeles semiotiques des eglises et de la peinture;
ces structures s'identifient a la structure du monde.57
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
L'AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
117
2.2 Cycle culturel II: 11die
2.2.1 Etrusques
En Etrurie, apparait une transformation du mode de production
communautaire en mode de production asiatique au Vile siecle av.
J.-C. Le meme siecle est caracterise par l'existence de royautes. Vers
la fin du Vie siecle av. J.-C., apparait un Systeme oligarchique.58
L'organisation et la forme de 1'agglomeration etrusque decoulent
d'un modele mythique realise par suite du rite de fondation. L'agglomeration est liee ä un ensemble d'elements principaux de nature
magico-religieuse:
a.Mundus. Le Sed de ce mot etrusque est 'monde'. Les Sec du
pSa 'mundus', qui s'identifie ä un trou circulaire au sol couvert par
une pierre (lapis manalis) et conduisant souvent a une (ou deux)
salle souterraine probablement ä coupole (ayant comme Sec 'del'),
sont 'monde quadripartite' et 'centre du monde'.
b. Sulcus primigenius (probablement). C'est le fosse sacre creuse
autour de 1'agglomeration par son fondateur, dans le sens oppose au
mouvement apparent du soleil (sinistratio)\ il etait interrompu seulement ä l'emplacement des portes, qui ne cessaient, pourtant, d'etre
sacrees. Rykwert considere le trace du sulci primigenii comme une
hierogamie entre terre et ciel.
c. Pomoerium (probablement). II s'agit d'un anneau sacre entourant l'agglomeration, dont la localite est l'objet de discussions.
Toutefois, il est lie ä la muraille de l'agglomeration.
d. Templum (v. infra). Le templum celeste est projete pendant
le rite de fondation d'une agglomeration sur terre. Ce templum est
lie ä la division du cercle celeste en 16 secteurs (cf. §2.5.1). L'hemicycle est et gauche etait considere comme favorable, tandis que
l'hemicycle ouest et droit, comme defavorable (Fig. 9); la relation
entre est et ouest est comme la relation entre nord et sud (cf. §2.1.3).
Pendant le processus de projection, le pretre-augure est assis sur une
pierre au centre du templi terrestre (cf. §2.8), dont le Sec est 'centre
du monde', et est tourne vers le sud (les pretres et les gromatici
romains sont tournes vers le sud ou Test). Pendant le meme processus,
les deux axes principaux N-S et E-O et les quatre regions principales
celestes sont projetes sur terre. Les Sec du templi terrestre sont
'terre quadripartite' et 'monde quadripartite'.59
D'apres les textes, le contour de l'agglomeration etrusque parait
devoir etre circulaire. L'agglomeration a theoriquement trois portes.
Lavedan et Hugueney pensent que l'agglomeration etrusque archai'que
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
118
A.-PH. LAGOPOULOS
Fig. 9. La division etrusque du cercle celeste d'apres Pline. 1: Gauche/favorable;
2: Droite/defavorable.
est caracterisee par le cercle et que les deux axes precites N-S et E-O
ont ete ajoutes plus tard. Us pensent aussi, avec Hesselmeyer et
Nissen, que la limitatio (v. §2.2.2) est d'origine Orientale. D'autre
part, Rykwert et Grimal penchent vers l'influence du rite de fondation etrusque sur I'agglomeration romaine. Par contre, Müller, suivant
Usener, attribue le templum et ses deux axes aux Indoeuropeens,
plus specifiquement aux Latins et aux Falisques, et ne croit pas que
les Etrusques le connaissaient ou qu'ils ont influence les Romains, sans,
toutefois, nier que les cultures mediterraneennes connaissaient depuis
une epoque tres archai'que le cercle quadripartite de l'horizon (cf.
§2.8). Nous pensons que meme en admettant une origine indoeuropeenne du templi, eile ne contredit pas necessairement sa relation avec la culture etrusque, vu l'origine de cette derniere (v. §1.1 ).60
Les donnees archeologiques ne permettent pas d'estimer la validite
de ces hypotheses. Ainsi, p.e., les murailles des agglomerations
s'adaptent ä la topographic du sol. Les Etrusques appliquaient le plan
en echiquier depuis la fin du Vie siecle av. J.-C., par suite de ou surtout par suite de l'influence grecque, ainsi que l'orientation de ce
plan vers les points cardinaux (Fig. 10), mais les donnees concernant
le reseau routier ne permettent pas de se prononcer defmitivement
sur l'existence de deux axes principaux se croisant ä angle droit.
Selon Bloch, les agglomerations etrusques presentent un cardinem et
un decumanum, ayant comme Sec 'axe du ciel'. Selon Lavedan et
Hugueney, le Sec de l'agglomeration etrusque en echiquier est
'monde'.61
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
L'AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
119
Fig. 10. Capoue (selon Lavedan-Hugueney 1966).
2.2.2 Romains
Le mode de production des Romains etait au commencement communautaire. L'unite sociale de base etait la gens. Un ensemble de
gentorum composait une phratrie (curia) et un ensemble de phratries,
une tribu.
La periode de la royaute a Rome (754/3-510/9 av. J.-C.) est
divisee en deux parties. Pendant la premiere, on constate une transition entre le mode de production communautaire et le mode de
production asiatique, correspondant ä la "democratic militaire"
d'Engels. La deuxieme est caracterisee par 1'existence d'un mode de
production asiatique lie aux rois etrusques, installes a Rome en 616
av. J.-C. (cf. §2.2.1).
Apres une periode transitoire, couvrant le Ve siecle, s'installe le
mode de production antique, qui se transforme ensuite en mode de
production esclavagiste, dont la periode d'epanouissement a dure
entre le ler siecle av. J.-C. et le lie siecle apr. J.-C, Apres le IVe
siecle apr. J.-C., commence la transformation de ce mode de production en mode de production feodal (cf. §2.5.1).62
Dans le precedent paragraphe ont ete presentes les principaux
elements magico-religieux lies ä l'agglomeration etrusque. Les memes
elements constituent le fondement de l'agglomeration romaine. Son
rite de fondation, apparente au rite etrusque, est compose de trois
parties, qui visent ä lier l'agglomeration au mouvement de l'univers:
a. Inauguratio. Cette partie evolue autour de la notion du templi
et comprend les phases: conregio, conspicio et cortumio.
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
120
A.-PH. LAGOPOULOS
b. Limitatio. Elle comprend deux phases: la delimitation (v. le
sulcum primigenium — qui est trace dans le sens oppose au mouvement apparent du soleil) et la determination, qui est liee l'orientation
(orientatio), des subdivisions interieures de 1'agglomeration; cette
determination est fondee sur le trace des deux axes routiers principaux de l'agglomeration N-S et E-O.
c. Consecratio. Le noyau de cette partie parait etre un sacrifice
accompagne de la creation du mundi.63
Le rite de fondation de l'agglomeration romaine, ainsi que son
modele mythique, demontrent que son Sec principal est 'monde'
(v. aussi §2.2.1).
II y a plusieurs hypotheses concernant l'agglomeration de Rome,
parmi lesquelles nous suivons celle de M ller. La fondation de Rome
(754/3 av. J.-C. selon le point de vue courant), attribute Romulus,
a eu lieu sur la colline Palatium. Cette agglomeration a ete tracee en
forme circulaire, contenait un mundum et etait quadrata, savoir
quadripartite (et non pas carree). Pendant le Vie siecle av. J.-C., a eu
lieu une reorganisation de l'agglomeration, due probablement
Servius Tullius. Cette nouvelle Rome avait son mundum, qui
s'identifie probablement au tombeau de Romulus (lapis niger), au
Comitium, et comprenait quatre regions — Suburana, Esquilina,
Collina, Palatino, — zi sept collines (cf. Constantinople, §2.1.3) —
Fig. l l a , b .
f».seiut^^fc
V
<:
P.Son()Uftl.^
_
V\
Ϊ .,/
ΓκονίΜίξ
,'·'
<vL^u\
-·;
χ
\\
*\
\
\p.Tik
····,.\ντ
\.^«W/«V
yUrjiwW-r'·"
l6
"" ··
Fig. 11 a. Les murailles de Servius Tullius et d'Aurelien a Rome (LavedanHugueney 1966).
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
L'AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
121
von Gerkan 7953
Fig. lib. Les quatre regions de la Rome de Servius Tullius, d'apres von Gerkan
(selon Müller 1961).
Les Sec des deux Romes sont 'terre', 'del', 'monde' et 'centre
du monde' (v. aussi §2.2.1); les Sec du mundi sont 'centre de Rome',
'centre du monde', Omphalos' et 'debut de l'histoire du monde'.
Pendant la periode de 1'empire (27 av. J.-C.A16 apr. J.-C), Comitium et le forum sont lies au Sec 'centre du monde', ainsi que le
demontre l'existence du tombeau de Romulus, de V"umbilicus urbis
Romae" "omphalos de la vüle de Rome", et de la stele d'Auguste
marquant le point 0 d'ou etaient mesurees les distances de villes
principales de l'etat (cf. §2.1.2). Auguste a divise Rome en 14
regions (cf. Constantinople, §2.1.3).
Nissen, presentant les vues de Pline, mentionne que 1'agglomeration de Palatii avait une circonference de 943 pas, que 1'agglomeration
des sept rois (selon la tradition) qui ont precede la periode de la
republique, comprenant les sept collines, avait une circonference de
6.600 pas, a savoir 7 X 943 pas, et que la ville de Vespasien, qui
etait divisee en 14 regions, avait une circonference de 13.200 pas, ä
savoir 2 X 6.600 pas. Ces trois phases successives de Rome sont,
d'apres Pline, circulates et concentriques ayant leur centre commun
ä la stele susmentionnee du /or/. Les raisons des rayons, diametres
et circonferences de ces phases sont 1:7:14 (= 2 7).04 Les elements: stele du/on, cercle, et nombre 7, dont les Sec sont 'centre du
monde', 'circonference du monde' (v. §2.2.1) et 'les sept planetes'65
respectivement, demontrent que le Sec de chaque phase de Rome
etait 'monde'.
Les Romains appliquaient le plan en echiquier, qu'ils avaient
emprunte aux Etrusques,pourl'organisationspatialed'agglomerations
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
122
A.-PH. LAGOPOULOS
(depuis le IVe siecle av. J.-C.) et, plus specifiquement, de camps
militaires (castra), ainsi que pour la division des champs. L'unite du
Systeme de division des champs est un carre (centuria quadrata) et
son squelette est l'ensemble d'un cardinis et d'un decumani.66 Les
gromatici, afin de realiser une agglomeration en echiquier, employaient un Systeme de coordonnees s'identifiant aux deux axes
cardinem, N-S, et decumanum, E-O. Pendant l'empire, les gromatici
consideraient comme axe principal le decumanum; probablement,
dans une epoque anterieure, Taxe principal etait le cardo. Si
suit Hygin et Frontin, le decumanus etait considere comme divisant
le monde. D'autre part, le cardo etait considere comme passant par
l'etoile polaire et son Sec etait 'axe cosmique'. La partie situee ä
droite de Taxe correspondant au point de mire (v. §2.2.1) est caracterisee par les initiales DD (dextra decumanum) - regio dextrata;
et celle situee ä sä gauche, par les initiales SD (sinistra decumanum) regio sinistrata. La partie correspondant ä la region de mire et commen9ant ä partir de Taxe perpendiculaire ä Taxe de mire est
caracterisee par les initiales VK (ultra cardinem) - region ultrata;
et celle localisee de l'autre cöte de Taxe perpendiculaire, par les
initiales KK (citra cardinem) — regio citrata. Les rues qui sont
paralleles au cardinem sont caracterisees par les initiales
, VK 2 ,
VK3 ..., si elles sont localisees dans la partie VK, et par K K j , KK 2 ,
KK3 ..., si elles le sont dans la partie KK. Gelles qui sont paralleles
au decumanum sont caracterisees par les initiales DDj, DD 2 , DD3 ...,
si elles sont localisee a droite du decumani, et par SDi, SD2, SD3 ...,
si elles le sont ä gauche. Le point d'intersection des deux axes est
caracterise par les initiales DM KM (decumanus maximus — cardo
maximus) — Fig. 12a. L'ordre des quatre regions de Tagglomeration
romaine et de leurs blocks est considere comme provenant de ce
centre, dont les Sec sont 'centre du monde' et Omphalos': selon
Hygin, ''ab uno umbilico in quattuor partes omnis centuriarum ordo
componitur" "d'un omphalos (s'etendant) vers quatre parties
decoule tout l'ordre des blocks". Les Sec des axes et du centre de
l'agglomeration romaine s'accordent avec le Sec 'les quatre regions du
monde' correspondant ä ses quatre parties. Le modele semiotique
de l'agglomeration romaine doit avoir, en plus des caracteristiques
precitees, un contour carre ou rectangulaire et quatre portes (Fig.
12b).67
Au point DM KM sont lies le forum et le capitolium, le temple
de la religion officielle. Le mot capitolium provient du mot caput
'tete', etant donne que le Sec du capitolii est 'tete de la ville'. Le
capitolium est considere comme la localite d'oü les dieux surveillent
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
123
L'AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
ftogfo «nafrofo
ftegio rf*xfrafa
Fig. 12a. Systeme geometrique des gromaticorum remains pour Forganisation
des agglomerations (selon Müller 1961).
Fig. 12b. Modele de Tagglomeration romaine (selon Müller 1961).
et protegent agglomeration. Ainsi, le point DM KM ne renvoit pas
seulement aux Sec 'centre du monde' et Omphalos', mais aussi aux
Sec 'tete de la ville' et, tres prob ablernen t, 'tete du monde'; cette
derniere notion de capiiis mundi est aussi le Sec de la ville de Rome.68
Les elements fondamentaux de l'organisation spatiale, allant de
l'habitation jusqu'ä l'amenagement du territoire, son lies pour les
Romains a l'image et ä la creation du monde. L'acte rituel de l'organisation spatiale ropete la croation du monde. Le rite de fondation
de agglomeration, qui semble etre lie au concept du labyrinthe, ne
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
124
A.-PH. LAGOPOULOS
saurait etre souleve, en vue de la destruction de l'agglomeration, que
par l'accomplissement d'un autre rite, similaire et probablement
inverse.69
Si le fondement des modeles de l'agglomeration romaine se trouve
dans la pensee mythique, il ne faut quand meme pas oublier l'influence de la pensee rationelle, due aux modes de production antique
et esclavagiste romains et ä la pensee grecque.70
2.3 Cycle culturel III: Iberes
Alors qu'en Andalousie il y avait une economic centralisee, des
relations de production caracterisees par un petit groupe de proprietaires fonciers et une tres grande masse de travailleurs salaries
ou d'esclaves, et un etat monarchique — caracteristiques entrant
probablement dans le cadre d'un mode de production asiatique, qui
s'est desintegre avant l'arrivee des Romains -, dans la vallee de
l'Ebre et en Catalonie le mode de production peut etre considere
comme communautaire. Les Iberes du Levant Espagnol ne presentent
pas le mode de production asiatique, d'apres Arribas ä cause de leur
grande distance geographique des agglomerations pheniciennes et
de la difficulte des communications internes. Selon le meme auteur,
les influences grecques ont provoquo ici l'apparition d'un Systeme de
cites-etats.
En Catalonie et au Levant Espagnol se trouvent des agglomerations
construites sur des collines et presentant un plan en echiquier radial,
mais les donnees existantes n'autorisent pas ä se prononcer sur leurs
Sec. Toutefois, une indication de nature generate sur les Sec cosmiques probables de l'agglomeration iberique peut etre donnee par
l'origine de la culture iberique ä partir de la culture mediterraneenne
(v. §§1.1 et 2.8), sä parente avec la culture irlandaise (cf. §2.4) et les
influences etrusque et romaine sur celle-ci71 (cf. § 1.1, 2.2.1, 2.2.2).
2.4 Cycle culturel IV: Celtes
Le mode de production celte peut etre considere comme une phase
evoluee du (dit) mode de production communautaire. La societe
celte presente des ressemblances avec les societes de la Grece
homerique et des Romains avant les influences etrusques (v. §2.2.2).
L'unite sociale de base est le clan, fine. Un ensemble de clans constitue une tuath, dont l'organisation sociale est tripartite.72
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
L'AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
125
Les nombre 3 et 4 ont une importance spociale dans la culture
celte (cf. §2.1.2, 2.5). Plusieurs divinites celtes, ainsi que la hierarchie sociale des Irlandais et des Gaulois sont liees au nombre 3, qui
parait renvoyer a des Sec appartenant a un code cosmique. L'annee
celte est divisee en quatre periodes. Cette organisation quadripartite
du temps correspond a une organisation quadripartite de l'espace, qui
est liee ä la conception de l'existence de deux axes cosmiques,
Orientes vers les points cardinaux et se croisant ä angle droit.
Les Gaulois avaient la notion de l'omphalos de la terre et projetaient la notion du centre du monde sur l'espace geographique.73
L'organisation quadripartite du sol etait employee en Irlande.
Chaque quart (quarter) des townlands ou bailes etait divise en
quatre tates ou fermes. Un principe similaire est adopte pour I'organisation de l'habitation hivernale. Elle est composee d'un couloir et
de deux espaces localises de part et d'autre. Chaque espace est divise
en deux parties principales et chaque partie en quatre. Ainsi, l'habitation löge 16 families (cf. §2.5). L'organisation quadripartite etait
aussi employee sur le niveau regional. L'Irlande etait divisee jusqu'en
1066 en quatre provinces— Ulster, Munster, Connaught et Leinster —
correspondant aux points cardinaux (Fig. 13) — cf. §2.5.3 Le centre
9
M
100km
Fig. 13. Division administrative d'Irlande (selon Müller 1961).
de cette organisation spatiale etait la falaise Aill na-Mireann 'la
pierre des distributions', que Giraldus Cambrensis (XHe siecle)
appelle nombril du pays. Pendant probablement le He siecle, une
cinquieme province a ete creee au centre du pays, Mide ouMeath,
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
126
A.-PH. LAGOPOULOS
dans la capitale de laquelle, Tara, residait le roiÄrd Ri. D'autre part,
I'organisation administrative presente quatre niveaux.
Nous voyons que, tant I'organisation spatiale dans toutes ses
echelles, architecturale, 'urbanistique' et regionale, que l'organisation
administrative paraissent renvoyer ä un code cosmique connotatif.
La syntaxe des elements de ce code les mettait en relation avec le
mouvement apparent du soleil.74
L'organisation du oppidi celte est tres peu connue. Son enceinte a
la forme d'une courbe fermee. Souvent, le oppidwn 'agglomeration
fortifiee' est entoure d'une serie d'enceintes successives. Selon
Lavedan et Hugueney, leur forme est probablement due ä l'adaptation ä la topograpgie du sol. Dans la premiere edition de son livre,
Lavedan avait lie Voppidum ä la cite des dieux, le tombeau et les
symboles magico-religieux circulaires.
Les habitations des agglomerations de plan celte trouvees dans
la region de la vallee d'Ebre et la basse Aragon rayonnent autour
d'une rue axiale ou d'une place centrale ellipsoi'dale. Pouvons-nous
rapprocher ce plan de la roue solaire (cf. §2.6, 2.7)?
Dans FAllemagne du sud et la France de l'ouest on a trouve des
levees de terre fortifiees celtes ä contour orthogonal de la periode
La Tene (Ve-Ier siecle av. J.-C.). Dans la Gaule du sud, on trouve le
plan en echiquier, du ä l'influence grecque.
L'agglomeration celte parait avoir ete en general quadripartite et
on peut conclure que son organisation est fondee sur I'organisation
quadripartite du monde (cf. §2.5.2) - contrairement ä l'avis d'Egli,
qui considere qu'elle ne suit pas des regies definies. Le modele de
son enceinte parait etre le cercle (cf. §2.5.2, 2.5.3) ou le carre. Son
Sec est 'monde' et le Sec de son enceinte, 'confins du monde'. Les
espaces architectural et regional celtes paraissent aussi etre fondes
sur I'organisation cosmique.
L'urbanisme celte en general et plus specifiquement la forme
orthogonale de ses levees de terre fortifiees ont influence 1'urbanisme
du moyen age (§2.8).75
2.5 Cycle culturel V: Teutons
2.5.1 Introduction
D'apres Marx, il y a eu chez les Teutons trois types successifs
d'organisation communautaire (cf. §2.6): un type archai'que
remontant ä l'epoque de l'installation des Teutons en Germanie, oü
la terre est travaillee en commun par de grands groupes familiaux ou
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
L'AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
127
la tribu; un type correspondant ä la veritable commune teutonique,
qui ressemble a la commune agricole russe, et ayant existe entre le
temps de Jules Cesar et les grandes invasions, oil sont combinees la
propriete communautaire du sol et son exploitation parcellaire par
les differentes families; et un type correspondant ä la commune de
marche, ou sont combinees les proprietes communautaire et privee
(mode de production germanique). Les paysans libres de ce dernier
type ont graduellement ete asservis ä une noblesse fonciere, processus
qui a conduit au mode de production feodal.
II y a des ressemblances entre l'organisation sociale de Teutons,
des Celtes, des Slaves et des Thraces.76
L'image du monde et la societe des Teutons sont tripartites et
quadripartites (cf. §2.1.2, 2.4). Au milieu du monde, qui est provenu
du corps du geant Ymir, se trouveMidgard, la terre. La terre (mediane)
est circulaire et est entouree d'un ocean circulaire, qui est entoure ä
son tour de l'abime primordial. Elle est quadripartite et comprend en
son centre l'arbre Yggdrasil, qui traverse les trois hiveaux cosmiques
et a comme Sec 'colonne centrale du monde' et 'monde'. Le ciel, le
crane d' Ymir, est appuye sur quatre nains correspondant aux points
cardinaux (Fig. 14).
La methode scandinave et islandaise de mesure du temps est liee
ä la division quadripartite de la terre et du monde. Le cercle de
Fhorizon — qui est projete sur le sol — est divise en huit (2 X 4)
aettir. A chaque aet correspond un eykt, qui represente le temps que
prend le soleil pour parcourir un aet. Les huit directions principales
du monde bissectent les aettir (Fig. 15)77 — cf. §2.2.1.
2.5.2 Teutons de l'ouest
Le plan de certaines agglomerations de l'epoque des Ottons (surtout
Xe siecle) est lie, selon Müller, ä la division preexistante du sol. Soest,
d'origine saxone, selon Müller, etait divise ä la fin du Xlle siecle en
six parties (Hoven). Au XHIe siecle, il y avait dans 1'agglomeration
24 juges et une rue appelee Irings Weg, mot qui signifie en vieux
saxon 'voie lactee', et qui parait s'identifier ä la rue traversant
Faggiomeration dans la directions E-O. Au centre de Soest il y a une
tour et un cimetiere. Soest ressemble au plan d'une roue ä six rayons
et doit sa cohesion a sa tour centrale; il n'est pas provenu, selon
Müller, d'une agglomeration quadripartite d'origine celte, comme
pensent certains chercheurs. Soest etait lie, probablement des une
epoque bien anterieure au Xlle siecle, ä une division du cercle de
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
128
A.-PH. LAGOPOULOS
Fig. 14. Image teutonique de la terre. 1: Abirne primordial; 2: Ocean; 3: Terre
mediane; 4: Yggdrasil·, 5: Directions sur lesquelles sont situes les nains portant le
ciel.
norcfr
utsudh
Fig. 15. Division scandinave et islandaise du cercle de l'horizon (selon Müller
1938).
l'horizon en six parties et au mouvement du soleü; il renvoyait au
Sec 'monde'.
Depuis le XHe siecle, apparaissent en Allemagne de nouvelles
agglomerations, dont 1'organisation, qu'on retrouve en France et en
Grande Bretagne, obeit ä des regies. Ainsi, les agglomerations des
Zähringer et des Lippe sont divisees en quatre parties, sur le niveau
administratif et d'habitude aussi sur le niveau spatial au moyen de
deux rues se croisant ä angle droit.78 Leur contour est presque
toujours ellipsoidal (Fig. 16). Ces agglomerations sont considerees
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
L'AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
129
Fig. 16. Villingen dans Baar (selon Müller 1961).
comme provenant de leur centre et s'etendant vers les quatre points
cardinaux. Leur ressemblance ä l'image du monde teutonique et le
libelle des decisions des tribunaux prouvent que leur Sec est 'monde'.
D'autre part, les Sec de leur eglise centrale sont 'centre du monde'
et 'montagne cosmique' (v. aussi §2.8).
Les modeles des agglomerations des Teutons de l'ouest sont
fortement lies ä leur mythologie et aux modeles des Teutons du
nord, et, des lors, il n'y a aucune raison de rechercher leur origine
en dehors de la culture teutonique traditionnelle. C'est pourquoi
il faudra rejeter les points de vue concernant l'origine romaine
(compte tenu en plus de la discontinuite entre les agglomerations
romaines et teutoniques) ou chretienne du modele quadripartite.
Toutefois, la revivification de ce modele au Xlle siecle a aussi ete
due au modele de Jerusalem celeste qui a ete renforce ä cause des
Croisades.
Le temps de fondation de certaines agglomerations est projete
au temps 0 du christianisme.79
2.5.3 Teutons du nord
Les camps viking de Trelleborg, Aggersborg, Fyrkat et Odense du
Dänemark (Xe-Xle siecle) sont entoures d'une levee de terre, qui
est, ä son tour, entouree d'une serie de pieux et d'un fosse; tous
ces elements sont parfaitement circulaires. Le reseau routier central
est compose de deux rues se croisant ä angle droit. Le plan des
habitations ressemble a celui d'un bateau; quatre habitations sont
groupees autour d'une cour centrale.
Les rues de Trelleborg sont orientees vers les points cardinaux
et aboutissent ä quatre portes; ä leur croisement s'eleve une tour.
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
130
A.-PH. LAGOPOULOS
Chacune des quatre parties du camp comprend un groupe de quatre
habitations. Ainsi, l'organisation quadripartite de l'ensemble est
repetee dans la partie. L'extension du camp ä ete faite par la construction au SE d'une serie d'habitations suivant le contour circulaire
et ses rayons et entourees d'une levee de terre circulaire appartenant
ä un cercle concentrique par rapport au contour initial (Fig. 17). Le
besoin de construire un camp plus etendu ä Aggersborg a conduit
ä l'augmentation des groupes d'habitations de 4 ä 12. Les groupes se
sont organises en quatre triades de forme , dont la combinaison
spatiale accentue la forme de la croix.
La relation de ces camps avec, d'une part, les organisations spatiales
suivant le Systeme solskipt (v. infra) et les agglomerations des Teutons
de l'ouest, et, d'autre part, la methode demesure du temps scandinave
et l'image du monde et de la terre teutonique eloigne des pensees de
N^rlund se referant ä une influence romaine, de N^rlund et Höfler
se referant ä une influence byzantine et de L'Orange se referant ä
une parente directe avec les agglomerations iraniennes.80
Nous trouvons en Suede des agglomerations qui sont organisees,
avec leurs champs, autour de deux rues se croisant ä angle droit. Les
champs sont organises sur la base de huit attungar. L'organisation
des champs et la numeration de leurs attungar suivent le mouvement
apparent du soleil et se fönt de Test ä l'ouest et du sud au nord
(Fig. 18). Le modele de l'organisation des champs est, selon Müller,
un cercle divise en quatre secteurs par deux rues se croisant ä angle
droit, dont chaque secteur est bissecte en hufen (v. §2.5.1). Ce
Systeme dOrganisation, qui est appele solskipt en vieux suedois,
apparait dans la legislation du XIHe siecle et est lie ä la mythologie
teutonique. II se retrouve aussi en Dänemark (solskift, en vieux
danois), en Finlande et en Grande Bretagne.
En Grande Bretagne, l'unite des champs correspond ä la largeur
qu'un boeuf peut sillonner. La charrue typique etait trainee par huit
boeufs. Selon Homans, il y a une relation entre l'organisation du sol
britannique et les coutumes funebres britanniques. L'organisation
spatiale suit le mouvement apparent du soleil, qui est aussi suivi en
Grande Bretagne du nord par les processions funebres; il est considere comme favorable. Ce Systeme britannique d'organisation
spatiale, apparu au XHIe siecle, provient des envahisseurs danois des
IXe et Xe siecles ou des Angles (Teutons de l'ouest).
Le solskipt constitue un Systeme semiotique impliquant un niveau
connotatif. Le Systeme de base (ideologic) soutenant ce niveau regit
l'ensemble de la vie sociale et individuelle, a travers un ensemble de
systemes semiotiques, et est lie au cycle cosmique; chaque Systeme
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
131
L'AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
Fig. 17. Trelleborg (selon Arbman 1962).
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
132
A.-PH. LAGOPOULOS
Fig. 18. Organisation spatiale theorique d'aprds le syst&ne solskipt (selon Müller
1961).
semiotique tend ä reprendre l'ensemble du Systeme de base. La
parente etroite du solskipt avec la methode de mesure du temps
(§2.5.1) est manifeste. L'espace organise selon le solskipt renvoie,
tant en partie que comme tout, aux Sec 'terre' et 'monde'.
L'image du monde teutonique n'est pas seulement projetee sur les
agglomerations, mais aussi ä Techelle regionale: en 965, Islande fut
divisee administrativement en quatre parties81 (cf. §2.4).
2.6 Cycle culturel VI: Slaves
On retrouve parmi les Slaves deux types successifs dOrganisation
communautaire (cf. §2.5.1). Le type ancien est caracterise par la
propriete commune du sol (communaute familiale patriarchale
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
L'AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
133
zadruina des Slaves du sud). Un ensemble de communautds familiales
compose un clan exogame (rocKi), et un ensemble de clans compose
une tribu (pleme$ ayant son territoire (iupd). Le deuxieme type, la
commune agricole, est de nature binaire (commune russe), car on y
trouve la propriete communautaire du sol et l'exploitation parcellaire
par les families individuelles. La commune agricole a ete suivie par
un mode de production asiatique. Le passage du mode de production
communautaire au mode de production asiatique a ete effectue pour
la premiere fois en Moravie, pendant les VIHe et IXe siecles.82
Les Slaves concoivent le monde comme tripartite. Selon Harva,
une partie des Kusses contemporains, apparentee aux Finnois, connait la notion de Fomphalos du monde. Un element important de la
religion traditionnelle slave est l'adoration du soleil.83
Selon Lavedan, il y a deux types anciens de village slave: le type
dediny et le type Ihoty. Le premier est le plus ancien. II a en general
une seule entree et une place centrale approximativement circulaire,
autour de laquelle sont disposes les habitations et les champs. L'organisation spatiale est radiale. La place centrale du deuxieme type
(surtout XIIe-XIHe siecle) est rectangulaire et la raison de ses cotes
est de 2:5. Elle contient une eglise en contact avec un cimetiere et,
a Finstar du centre de la place du dldiny, un petit lac (Fig. 19).
Fig. 19. Les types anciens de village slave dediny et Ihoty (selon Lavedan
1926a).
Dans une source du IXe ou du Xe siecle on lit qu'il y avait des
civitates, des cites, dans la region des Slaves orientaux (Russes). Selon
Egli, les gorodica russes sont descendus de cescivitatorum. Souvent,
ils ont une ou plusieurs murailles circulates. Entre le XHIe et le XVe
siecle, les agglomerations russes se developpent en anneaux concentriques autour d'une region centrale fortifiee (kreml) habitee par les
nobles, et ont un contour circulaire et un reseau routier radial. On
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
134
A.-PH. LAGOPOULOS
retrouve approximativement la meme forme dans le cas des chateaux
slaves.
Nous voyons que 1'organisation spatiale slave parait obeir a differentes variantes d'un meme modele de base, caracterise par une
regions centrale circulaire, une Peripherie circulaire et, entre les
deux, un Systeme radial. L'existence du meme modele pour differentes echelles et functions spatiales et sä persistance ä travers le
temps indiquent sa qualite mythique, tandis que sa relation morphologique aux symboles solaires indique comme son Sec 'soleil' (cf.
§2.4, 2.7). Nous pensons que nous pouvons supposer aussi, malgre
1'avis contraire de Egli, que le modele a comme Sec 'monde'.84
2.7 Cycle culturel VII: Baltes
Pendant le ler millenaire apr. J.-C., les B altes son t organises en regions
locales ayant un chef; ä chaque tribu correspond un ensemble de
regions. Pendant la periode historique (apres 1.200), des 'rois' puissants gouvernent meme plus de quatre regions. Gimbutas considere
que la periode entre 100 et 400 apr. J.-C. est caracterisee par le
feodalisme, mais nous pensons qu'il s'agit du mode de production
communautaire, qui parait caracteriser toute la periode jusqu'en
1.200.85
Dans le cadre de la culture Fat'janovo (commencement du He
millenaire av. J.-C.), qui represente, selon Gimbutas, la branche la
plus Orientale de la culture proto-balte ou une culture indoeuropeenne directement apparentee, sur les vases anthropomorphiques des
Baltes occidentaux du Ve siecle av. J.-C. et pendant Tage du fer
moyen balte (400-850) on trouve des symboles solaires (Fig. 20a, b).
Fig. 20a. Symboles solaires de la Pomeranie Orientale (Ve siecle av. J.-C.) (selon
Gimbutas 1963).
Fig. 20b. Symboles solaires et astraux de la Prusse-Orientale (Vie siecle apr.
J.-C.) (selon Gimbutas 1963).
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
^AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
13 5
Le soleil et la terre sont consideres comme circulaires. Les sources et
les rivieres coulant vers Test sont considerees comme sacrees.
Le royaume des veles, figures etherees des morts, est une colline,
ä Sec 'ciel', qui est materialise comme pSa dans le paysage entourant
les agglomerations. Au-delä de cette colline il y a une pierre grise qui
porte l'arbre du soleil (un pilier en fer), ä savoir l'arbre cosmique, ä 3,
7 ou 9 'etages', et Taxe cosmique. Cet arbre a comme pSa des
poteaux ä toit.
Entre le ler siecle av. J.-C. et le Vie ou Vile siecle apr. J.-C., se
trouve un type de temple presentant un plan compose d'une serie
d'elements emboites tendant au cercle, et une colonne en bois
centrale; ces temples sont ä l'origine des agglomerations saintes. De
meme, le plan des tombes baltes de Tage du bronze recent (1100800/700 av. J.-C.) est compose d'une serie d'elements disposes en
cercles concentriques.
L'agglomeration fortifiee de l'ile du lac Arys (Prusse Orientale)
etait entouree d'une serie de murailles en bois. Celle de Starzykowe
Male (Pologne du nord, Ve-IVe siecle av. J.-C.) comprend des habitations rectangulaires, disposees en cercles concentriques et suivant la
topographic du sol (Fig. 21). Selon Gimbutas, le contour des agglomerations fortifiees des baltes orientaux pendant les derniers siecles
du ler millenaire av. J.-C. est du ä la topographic du sol.86
Malgre les indications (colonne centrale des temples precites) ou le
fait (collines considerees des veles, poteaux ä toit) de la materialisation comme pSa de notions cosmiques, malgre la ressemblance de
formes spatiales correspondant ä des echelles et des fonctions differentes, qui indique l'existence d'un modele mythique, et malgre la
ressemblance de ces formes aux symboles solaires (cf. §2.4, 2.6), qui
auraient pu etre lies ä un code cosmique, les donnees presentees
ne permettent pas de tirer des conclusions certaines sur le symbolisme de l'agglomeration balte.
2.8Moyen äge
Le commencement du moyen äge typique en Europe coincide avec
l'effondrement de l'empire romain et le commencement de la periode
de transition (Ve-IXe siecle) du mode de production esclavagiste au
mode de production feodal (v. aussi §2.2.2). Apres une periode
d'epanouissement et d'apogee (XHe-commencement du XlVe
siecle en general), ce dernier est entre dans une periode de crise
(XIVe-XVe siecle en general), dont la fin coincide avec la fin du
moyen äge. Le fondement du mode de production feodal est l'agri-
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
136
A.-PH. LAGOPOULOS
20 M
Fig. 21. Agglomeration de Starzykowe Male (selon Gimbutas 1963). 1: Traces
de pieux en bois; 2: Murs d'habitations et fosses; 3: Pierres;4: Foyers; 5: Courbes de niveau; 6: Limites de la region des excavations.
culture. Les travailleurs ont sur la terre des droits d'usage et
d'occupation, mais la propriete appartient aux seigneurs. La plupart
des travailleurs est en etat de servage. Les seigneurs sont organises
hierarchiquement.87
L'ensemble de l'Europe medievale a ete en grande partie le produit
culturel de l'influence d'une phase relativement recente de la famille
culturelle mediterraneenne, qui fut precedee par la phase megalithique, de l'influence indoeuropeenne et de leurs combinaisons. Parmi
ces influences, nous mentionnons les influences des anciens Grecs et
Romains, et des Teutons, ainsi que l'influence chretienne, une partie
de laquelle est due ä Byzance.
Une idee centrale de l'ideologie medievale typique est la correspondance entre Thomme et le monde. Jusqu'au Xle siecle, le
firmament etait considere comme ayant la forme d'une voüte ou
d'une tente. Apres le Xle siecle, l'univers de la 'chaine d'or' est
hierarchise et compose d'une serie de spheres concentriques. Pendant
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
137
L'AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
le moyen äge, la terre est consideree comme etant situee au centre
du monde et Jerusalem, au centre de la terre habitee. Jerusalem, tant
celeste que terrestre, a constitue le modele dominant des villes du
moyen äge et son plan symbolique est d'habitude un cercle divise
en quatre parties par deux rues se croisant ä angle droit; cette organisation spatiale est etroitement apparentee ä ou coincide avec
1'organisation spatiale des cartes de la terre habitee (Fig. 22). Terre'
et 'monde' sont des Sec de Jerusalem et de son modele.88
Fig. 22. Copie de la carte de Beatus (Müller 1961).
Les plans des agglomerations medievales presentent une grande
variete de types. Parmi ceux-ci on retrouve le type en echiquier
rigide, un type apparente moins rigide et le type radial Organique'
(Fig. 23a? b, c); le centre de ce dernier est souvent occupe par une
eglise, dont les Sec sont 'monde', 'centre du monde' et 'Jerusalem
celeste' (v. aussi §2.1.3).
Selon Lavedan, il y a une ressemblance de la relation entre monde
et Dieu avec la relation entre ies rues d'une agglomeration et son
centre, qui est accidentelle ou liee peut-etre ä une influence des
elements orientaux du christianisme. D'autre part, Mumford aussi
se refere ä la ressemblance entre le monde et l'agglomeration medievale, qu'il considere comme consciente.89
Au centre de plusieurs agglomerations allemandes se trouvent de
grandes pierres, dont le Sec est, d'apres Müller, Omphalos', 'Calvaire'
et 'Jerusalem'; elles sont aussi fortement liees, toujours sur le niveau
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
138
A.-PH. LAGOPOULOS
Fig. 23. Types d'agglomerations medievales (selon Lavedan 1926a). a. La
Fransaise (XHIe siecle); b. Montpazier (XIHe sidcle); c. Brive.
connotatif, ä l'autonomie et le droit de la ville. Souvent, ces pierres
constituent le point de depart de quatre rues qui divisent les agglomerations en quatre regions. D'apres Müller, le Sec des rues est 'les
quatre voies du monde' et les Sec des regions de Tagglomeration sont
'les quatre regions du monde' et 'les quatre regions de la terre'.
D'apres Müller toujours, le niveau connotatif de ces agglomerations
revele une origine qui remonte ä la culture megalithique,' dont la
cosmologie place la pierre ä Fomphalos du cercle de la terre quadripartite. Les grandes pierres precitees sont etroitement liees ä des
pyramides minuscules ä degres pqrtant une stele, dont un des noms
etait perron. Les pierres et les perrons sont equivalents sur le niveau
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
L'AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
139
connotatif et associes ou interchangeables en ce qui concerne les pSa.
Les perrons se trouvent surtout le long de l'Europe atlantique et
s'etendent jusqu'en Italie du sud et en Autriche generalement. Ainsi,
leur region de concentration suit celle des monuments megalithiques.
Les perrons de l'Europe de 1'ouest sont lies, sur le niveau connotatif
et souvent en ce qui concerne les pSa aussi, ä une quadripartition,
vehiculee par quatre rues et/ou quatre regions, d'echelle urbaine,
regionale ou meme nationale. Le Sec qui correspond ä l'ensemble
des pSa 'perron + quatre rues' est, d'apres Müller, 'montagne a degres
au centre du monde 4- quatre voies du monde', et revele, comme dans
le cas des grandes pierres, une origine megalithique (cf. §2.1.1.2.1).
Plusieurs fois, il y a autour du perron un dallage spiral, qui est lie,
d'apres Müller, au theme de agglomeration spirale cosmique.90
Les influences sur l'urbanisme de l'ensemble de l'Europe medievale
ont ete en general les suivantes:91
a. Probablement l'influence de la culture megalithique de l'Europe
de l'ouest, d'une maniere indirecte.
b. L'influence celte, due en partie aux levees de terre fortifiees
celtes ä contour orthogonal (v. §2.4). Egli considere comme probable
l'influence de l'agglomeration celte sur la genese du Systeme radial.92
c. L'influence teutonique (v. §2.5.2, 2.5.3). Müller considere,
entre autres, la possibilite de l'influence des chateaux francs sur les
agglomerations medievales.93
d. L'influence chretienne, vehicule d'elements judai'ques, dont une
partie est due aux villes byzantines de Constantinople et de Thessaloniki. Le modele urbain chretien dominant est celui de Jerusalem
celeste et terrestre.94
e. L'influence slave, surtout en Europe de Test (v. §2.6).
f. L'influence de l'Orient arabe, dont la ville representative est
Bagdad, fondee en 762; et, probablement, l'influence altai'que (des
Huns et des Avares).95
Toutes ces influences comportent, dofinitivement ou probablement,
l'agglomeration ä Sec appartenant ä un code cosmique. On a vue que
l'influence urbaine dominante, Jerusalem, appartient exactement ä ce
genre d'agglomerations. Taut ces influenes que les exemples cites
semblent demontrer que les Sec de l'ensemble de l'agglomeration
medievale chretienne. sont 'terre', 'monde' et 'Jerusalem'. D'autre
part, les Sec de son centre paraissent etre 'centre de la terre', 'centre
du monde', 'Calvaire', 'Jerusalem' et probablement, dans certaines
regions, 'montagne a degres au centre du monde'.96
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
140
A.-PH. LAGOPOULOS
3. CONCLUSIONS
3.1 Le niveau religieux a une fonction specifique dans la structure
sociale globale, qui depend du mode de production. Dans le mode
de production communautaire, il est etroitement lie aux rapports de
parente, qui souvent ont une fonction dominante. Chez les chasseurscollecteürs Mbuti du Congo dominent, selon Godelier, les rapports
entre generations et les representations et pratiques religieuses qui
constituent l'articulation de leur mode de production communautaire.
Dans les modes de production asiatique et feodal, la dominance
parait appartenir aux niveaux politique et religieux. Dans les modes
de production antique et esclavagiste, la dominance appartient au
niveau politique. Enfin, dans une premiere phase des modes de
production industriels l'economique constitue le niveau dominant,
tandis que dans une deuxieme il y a un deplacement de la dominance
vers le niveau politique.97
En ce qui concerne les modes de production communautaire,
germanique et asiatique, si agglomeration comme pSa est consideree
comme ayant une analogic avec le monde (niveau des Sec), eile est
en meme temps con9ue comme s'identifiant ä ce dernier. Cette
identification parait etre plus faible pour le mode de production
feodal europeen et, en consequence, l'analogie parait etre relativement renforcee. C'est le mode de production antique qui a
historiquement inaugure Fecartement graduel de l'identification en
faveur de l'analogie, qui souvent en Grece est fondee sur la forme
geometrique et le nombre abstraits et tend vers Tallusion (v. signe vs.
Symbole). Ce fait est parallele ä l'importance du code politique de
Tespace (cf. §2.1.2, 2.2.2). Le mode de production esclavagiste
presente les memes caracteristiques que le mode de production
antique, tandis que dans les pays europeens lies ä la renaissance (XVe
et XVIe siecle en general) et caracterises par Papparition de Paccumulation primitive du capital (XVe-XVIIIe siecle) ou presentant des
phenomenes similaires, agglomeration tient en general une relation
seulement analogique avec le monde, ayant une nature d'allusion
generate, abstraite et lache. Enfin, pour les modes de production
industriels, toute relation de ce genre disparaft en general.98
Nous constatons, alors, que Identification entre agglomeration et
monde apparaft dans le cadre des modes de production ou la religion
appartient a la structure dominante, que Identification entre eux
commence a etre ecartee avec l'apparition de la dominance du niveau
politique et que meme l'analogie disparaft avec apparition de la
dominance du niveau economique (cf. § 1.2.C, 3.6).
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
141
3.2 Dans la Table 1 figurent les principales caracteristiques semiotiques des agglomerations des cycles et sous-cycles culturels etudies.
Tant les modeles semiotiques de F agglomeration (structures geometriques) que leurs caracteristiques sont de nature generate.
Modeles et caracteristiques sont mis en correlation avec les modes de
production et les families culturelles correspondants.
3.3 La mise en correlation des modeles semiotiques avec le deuxieme
de ces facteurs (Table 2) ne peut etre consideree comme satisfaisante
en ce qui concerne la famille mediterraneenne, vu l'adoption du critere
relativement arbitraire geographique (v. §1.1). En effet, la famille
culturelle mediterraneenne a ete diffusee, depuis la periode megalithique, jusqu'en Afrique equatoriale approximativement et
probablement jusqu'en Asie du SE, et ainsi Fexemplaire etudie
n'est pas satisfaisant. D'autre part, meme si la famille culturelfe
indoeuropeenne a ete diffusee jusqu'aux Indes, Fexemplaire etudie
est satisfaisant.99 II en est de meme pour les cultures provenant de la
rencontre des deux families culturelles precitees. Certaines remarques
sur le sens de la Table 2 s'imposent:
a. Les correlations demontrent le fonctionnement de certaines
structures semiotiques a Finterieur des families culturelles etudiees.
b. Les correlations n'ont pas toutes la meme importance.
c. Si Fanalyse s'oriente vers Forigine de ces structures, qui est
relative car eile depend de la coupure relativement arbitraire du
temps historique adoptee (v. § 1.1), on doit tenir compte du facteur
de la diffusion inter-culturelle. Ainsi, les modeles semiotiques quadripartite et/ou radial, et/ou concentrique (au sens large), a contour
circulaire ou carre paraissent avoir une Origine' (pas necessairement
exclusive) indoeuropeenne.100
3.4 La mise en correlation des modeles semiotiques avec les modes
de production (Table 3) conduit aux conclusions suivantes:
a. La distribution des modeles semiotiques de l'agglomeration
parmi les modes de production ne presente pas une ligne quelconque
devolution, du point de vue de la possibilite de fonciionnement
d'un modele specifique ä Finterieur d'un mode de production, en
fonction de Involution des modes de production, caracterisee par le
developpement continuel des forces productives. De meme, il parait
que la genese de ces modeles n'est pas fonction de la transformation
des modes de production (au moins comme us ont ete formules ä ce
jour — cf. §3.7.b). Toutefois, on ne peut pas en general etendre ces
deux constatations en ce qui concerne les modes de production
industriels (cf. §3.7.d).
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
142
A.-PH. LAGOPOULOS
b. II n'est pas possible de Her d'une maniere exclusive un modele
semiotique specifique a un mode de production correspondant.
Aussi, ä chaque mode de production correspondent en general plusieurs modeles.
c. Les conclusions qui precedent demontrent la persistance de
certains complexes ideologiques et semiotiques a travers les transformations des modes de production™1 fait qui ne nie point la
relation des premiers aux seconds ou a leurs composantes socioeconomiques (v. aussi §3.7.b). Nous rappelons que les complexes
semiotiques auquels la presente analyse se refere sont de nature
generale; done, des complexes identiques sur ce niveau peuvent
diverger sur un niveau d'analyse plus detaille. En ce qui concerne
les pSa, la divergence existe des le niveau de generalite adopte.
3.5 A 1'interieur d'une meme culture, la transformation du mode de
production peut etre suivie par la transformation du modele
semiotique de l'agglomeration (v. p.e. la culture etrusque, §2.2.1)
ou non (v. p.e. les cultures romaine, §2.2.2, et teutonique, §2.5).
D'autre part, une transformation du modele semiotique peut se
presenter ä 1'interieur d'un meme mode de production (v. p.e. la
culture slave, §2.6).102
3.6 Nous avons etudie deux niveaux des modeles semiotiques de
l'agglomeration des cultures etudiees: le niveau des Sec et le niveau
des Sad. Le code (lexique) dominant du premier niveau est en
general le code cosmique (§1.2.c, 3.1) et l'agglomeration comme
pSa devient le produit et le vehicule d'une imaginis mundi\ le code
anthropomorphique est important. En effet, ce sont les codes connotatifs et tout specialement le code cosmique qui definissent la
forme geometrique generale (niveau des Sad) de l'agglomeration.
Pendant cette procedure est valable 1'application composee:
{z/z = Sic} ^ {x/x = Sad} $> {w/w = pSa}
ou en general f t et f 2 : *> (relation biunivoque).103
Ces constations paraissent etre valables aussi pour les espaces
architectural et regional, car ils paraissent provenir du meme modele
et de la meme procedure que l'agglomeration.104
Ainsi, l'organisation de l'espace de l'agglomeration est guidee
(aussi) par le niveau ideologique des cultures etudiees, 1'ideologie
jouant le röle de mediateur entre la societe et le modele semiotique
de l'agglomeration. L'organisation globale de l'espace de l'agglomeration decoule de la relation entre les facteurs semiotiques et les
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
Tgfclt
1
Οοιιηίαι erchfolofiquts t» sociologists
Cycfecvlliirti fevtcycJf
do nutet 4tt
Mo*dt
CMiturtl
Mtdttt ttmiotiqu· dime Hirt
p
LGrtct
P
»
c· · MI q it β
eemiotelif
gtomttrique)
«
At
brci«Stecosmiquc
b l' 099lomiraHon
Θ
Θ
Θ
Nk-IIH· »9(1·
Ο
3,4,7,12.540
ο
Θθ ο
Ρ«·
' \/
C.At
II Hctic
BU»jrtt
co*·
«· < tl· «vJK. - pfWftiwi tiklc
QAt
— 10)
iV.Ctl)··
•trh l· IM ««i-ς.
0
CAf
/ lU\Af
AW
'
CAT
0
C.A·
s/'
chrctitn
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
US,4.S,7,1§.tt,10*
^AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
143
facteurs extra-semiotiques (§1.3). C'est ce dernier phenomene que
Levi-Strauss a qualifie d'une maniere unilaterale, sur le niveau sociologique, de lütte entre Systeme et histoire. II parait que, dans les
societes ä pensee analogique, si les facteurs extra-semiotiques deformen t les modeles semiotiques au-delä d'un certain degre, // y a une
intervention visant leur reconstitution, a condition que le cadre
historique le permette.10S
II parait que, dans les cas ou l'espace de l'agglomeration (pSa)
dans lequel habite un groupe culturel appartient ä une culture differente, le groupe resemantise l'espace selon ses propres codes (cf.
§1.2). C'est p.e. le cas de la Thessaloniki byzantine, dont lOrigine
est hellenistique. Toutefois, pour que cette resemantisation puisse
avoir lieu, l'organisation du pSa doit se tenir dans certaines limites.
3.7 Les modeles semiotiques de l'agglomeration des cultures etudiees
appartiennent ä un champ extremement restreint parmi les choix
possibles. Ce champ est compose de deux categories fundamentales
de types de modeles, une categoric Zentrale', concentrique ou radiale,
ä contour en general circulaire et une categoric 'orthogonale'
(echiquier) — pouvant comprendre la forme de la croix — ä contour
rectangulaire ou carre (ou orthogonal libre). Dans les deux categories
un element central est accentue. Les types composes de deux parties
de part et d'autre d'un axe diametral (categoric 'diametrale') ou
d'une croix ä centre accentue et contour circulaire ou carre/rectangulaire (categoric "orthogonale") — ainsi que leurs combinaisons avec
les types de la categorie "centrale" - representent, historiquement
(cf. infra) et logiquement, le passage de la premiere ä la deuxieme
categorie.
Les deux categories precitees appellent certaines remarques:
a. Meme si elles different sur le niveau des Sad, elles se rencontrent
sur le niveau des Sec, puisque l'ensemble des Sec du code cosmique
signifie 'monde'.106 Pour que ce sens soit possible, c'est-ä-dire pour
que l'agglomeration puisse signifier 'monde', eile doit le transporter
en eile ä travers une procedure de mise en analogic. Cette derniere
est effectuee au moyen de ^orientation, vers le dedans, le point
central, pour la premiere categorie, vers le dehors, les points cardinaux de l'horizon, ä partir du point central, pour la deuxieme.107
b. Si elles sont semantiquement equivalentes, elles paraissent avoir
historiquement une origine differente. LOrigine de la categorie
"centrale", a l'exception des types dont 1'axe ou les axes sont liesaux
points cardinaux (combinaison avec le type "diametral" ou le type en
croix), parait avoir precede les societes agricoles,lQB tandis que la
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
144
A.-PH. LAGOPOULOS
categorie "orthogonale", et plus specifiquement sä forme archai'que
en croix, parait etre liee a ragriculture, dont Texercise comporte
observation des cycles des Saisons et des phenomenes astronomiques
y relatifs (p.e. les mouvements du soleil, conduisant ä la definition
des points cardinaux). En ce qui concerne la forme la plus evoluee de
la categorie "orthogonale", l'echiquier, eile constitue, oü eile apparait,
une transformation (attendue) de la forme en croix. Nous constatons
relativement au corpus etudie qu'elle est liee ä la culture mediterraneenne.109
c. Elles sont caracterisees par une polarisation tant sur le niveau
des Sec que sur celui des Sad. Pour les modes de production communautaire et germanique, ä cette polarisation ne correspond pas une
polarisation de nature economique, sociale et politique vehiculee
par les pSa, mais une simple centralite, tandis que pour les autres
modes de production correspond une polarisation de cette nature,
qui suit la polarisation regionale et la contradiction entre ville et
campagne.110
d. Elles representent, comme on a dejä vu, un champ extremement restreint parmi les formes geometriques possibles, ne comprenant
ni certaines formes geometriques elementaires (p.e. triangle) ni des
formes plus complexes, comme celles qui sont dues aux modeles
urbains contemporains geometriques111 ou algebriques (cf. §3.4.a).
3.8 La transformation d'un modele semiotique de agglomeration
en un autre peut etre soit de nature diachronique (suivant une transformation de mode de production ou ä l'interieur d'un mode de
production, §3.5) soit de nature synchronique. Dans le deuxieme
cas, eile peut etre purement synchronique, auquel cas il y a coexistence de deux ou plusieurs modeles equivalents (on trouve ce
cas dans les cultures byzantine et probablement celte), ou synchronique correspondant ä une realite diachronique: c'est le cas de
modeles correspondant aux dimensions differentes et/ou aux phases
successives des agglomerations (on trouve probablement ce cas dans
la culture viking).
Certaines transformations synchroniques ou diachroniques sont
dues ä ou s'accordent avec des lois decoulant des modeles semiotiques
de l'agglomeration. Aggersborg constitue la materialisation d'une
Variante du meme modele circulaire et quadripartite auquel obeit le
premier camp de Trelleborg; dans cette Variante la forme de la croix
est accentuee. Le deuxieme camp de Trelleborg constitue une autre
Variante du modele precite, dans laquelle le cercle et ses rayons sont
accentues. Dans les deux cas, le passage d'une forme a une autre est
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
L'AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
145
effectue sur la base des restrictions posees par les lois semiotiques.
La meme conclusion parait valable aussi pour les transformations
decoulant de facteurs extra-semiotiques. Tels sont p.e. les cas des
transformations se referant au passage de la categorie "centrale" ä la
categorie "orthogonale" de modeles semiotiques de l'agglomeration,
qui sont dues ä des facteurs socio-econorniques (v.§3.7.b).
Ainsi, meme si le niveau des modeles semiotiques de l'agglomeration (et plus generalement de l'espace) est defini directement par
l'ideologie et en general par la structure sociale globale et sä relation
dialectique avec son ecosysteme, U presente toutefois une autonomie
relative ainsi que le demontrent ses lois de transformation. Le genre
et les limites du niveau sont poses a travers la mediation de l'ideologie et les exigences du niveau (v. aussi § l .3, 3.6).112
3.9 Dans le paragraphe 3.6 ont ete lies le niveau des Sic et le niveau
des Sad, relation qui presuppose une relation entre le premier niveau
et celui des Sid. L'organisation spatiale, fonctionnelle et morphologique, de agglomeration europeenne precapitaliste est deflnie sur
la base du niveau connotatif et, en general, surtout du code cosmique.
L'ensemble du Systeme et du modele semiotique de l'agglomeration
est regi par un code, correspondant ä la langue de la linguistique. Ce
code est materialise d'un maniere specifique dans chaque agglomeration particuliere, cette materialisation correspondant ä la parole de
la linguistique et constituant un genre de discours.
Le Systeme et le modele semiotique de l'agglomeration forment
une totalite, et sont regis par des lois syntaxiques de nature geometrique et probablement logico-algebrique. Le niveau general des
lois geometriques est fourni par les formes geometriques de la Table
l, tandis que les lois logico-algebriques (v. la meme Table) sont
fondees sur des relations obeissant ä la structure +/0/— ou +/—. Le
modele de Tagglomeration presente des transformations, generales
ou specifiques (p.e. niveau des Sad), diachroniques ou synchroniques
(§3.8), qui se fönt ä travers uneautoregulatton. Ainsi, il presente les
caracteristiques que Piaget attribue ä une structure.113 Le modele
est regi par la structure sociale globale et sä relation avec son ecosysteme (§3.8).
3.10Tant sur le niveau connotatif que sur le niveau denotatif, on
distingue un ensemble de niveaux qui correspondent ä des manieres
differentes d'envisager le decoupage de l'agglomeration selon des
degres de detail differents; ainsi, chaque niveau correspond ä une
echelle spatiale (mentale ou cartographique) different.114 L'echelle
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
146
A.-PH. LAGOPOULOS
spatiale mentale la plus generate est celle pour laquelle I'agglomeration est congue comme un point (ayant comme Sec 'centre du
monde') et n'est pas utile pour la production de 1'agglomeration.
L'echelle spatiale mentale suivante est celle qui figure sur la Table
l et qui determine 1'organisation spatiale, fonctionelle et morphologique, generate, mais/omfome«ta/e, de I'agglomeration (cf. §3.4.c).
3.11 A une partie particuliere de 1'agglomeration ou a son ensemble
peut corresponds Tun quelconque d'une serie de Sec ayant entre
eux des relations de partie ä tout.115 Aussi, differentes localites de
agglomeration peuvent avoir le meme Sec: c'est p.e. le cas des
differents, et coexistant, centres du monde de 1'Athenes antique
(v. §2.1.2).
3.12 En general, le passage du niveau connotatif aux pSa ne se fait
pas selon le principe du reflet, morphologique (p.e. le cercle connotatif peut etre transforme en contour ellipsoidal ou courbe libre
fermee) ou conceptuel (p.e., l'orientation reelle peut ne pas refleter
I'orientation connotative).
3.13 Les Sec cosmiques, les Sic, les Sid et les Sad unitaires des
systemes et des modeles semiotiques etudies peuvent etre classifies,
ainsi que les Sa qui correspondent ä leur representation cartographique,
en trois categories paradigmatiques:116
a. Celle qui peut etre consideree comme la categoric des points, ä
laquelle appartiennent p.e. le Sec et le Sic 'centre du monde' ou le
Sid et le Sad 'centre de l'agglomeration'. Les pSa qui leur correspondent peuvent etre aussi varies que la cour centrale du palais
minoen, la ecrrea et
grecques, le mundus etrusque et romain,
la tour du camp viking, le kreml russe ou les grandes pierres, les perrons
et les eglises du moyen äge (et, peut-etre, le lac slave).
b. La categoric des lignes, ä laquelle appartiennent p.e. les Sec et
les Sic 'vote du monde' et 'limite du monde' ou les Sid et les Sad
'voie de agglomeration', 'borne entre quartiers' et 'limite de Tagglomeration'. Les principaux pSa correspondants sont les rues
principales de l'agglomeration et ses limites interieures et exterieure.
c. La categoric des surfaces, ä laquelle appartiennent p.e. le Sec
et le Sic 'region du monde' ou le Sid et le Sad 'quartier'. Les pSa
principaux correspondant sont les quartiers de l'agglomeration.
Les Sec cosmiques, les Sic, les Sid et les Sad des systemes et des
modeles de l'agglomeration sont en general de nature differente, ä
savoir appartiennent ä plus d'une des categories precitees.
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
L'AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
147
NOTES
1
Nous remercions le Dr. Δ. Θβοχάρτ?, professeur de Prehistoire a l'Ecole de
Philosophie de l'Universite de Thessaloniki, pour son assistance sur les sujets des
influences culturelles en et des agglomerations de la Grece neolithique, ainsi
que Mme. Μ. Καμπούρη-Βαμβούκου, Byzantinologue, et Μ. Γ. Βελέι^η, ArchitecteArcheologue, assistants a la chaire de l'Histoire d'Architecture de PEcole de
Technologie de ladite universite, qui ont bien voulu nous indiquer la bibliographic
sur la ville de Thessaloniki et sur la rue Μεστ? des Byzantins, respectivement.
2
Daniel 1963: Appendum.
3
V. aussiParain 1974b:26, 29, 32-33;et Vilar 1974a:51 et 1974b:37.
4
R chet 1969:68-69, 76, 82, 84, 86, 96, 97, 111, 117, 118, 128, 133, 197,
210, 232, et tableaux des pp. 282-85; et Θεοχάρης 1973:60, 101, 113. V. aussi
Childe 1949:79-87, 92, 103;et Hutchinson 1953a:5.
5
Bloch 1960:14, 21,22-27,35.
6
Arribass.d.: 16, 18-19,40-47, 54-55,60, 152-53, 154; et Powell 1963:48.
7
V. aussi Powell 1963:38-62, 65.
8
V. aussi Guirand s.d.: 263-265; et Powell 1963:164-66.
9
V. Majewski 1948:497. V. aussi Mongait 1961:263-71; Gimbutas 1971:58,
80; et Guirand s.d.: 335-36.
10
Gimbutas 1963:19-20; et Ringgren-Str m 1960:358. V. aussi Gimbutas
1971:26.
11
Boudon 1968:5, 13-14, 32;et Lagopoulos 1977:§1.2, 2.1.
12
V. les travaux d'Eliade, p.e. 1959c, 1959a, 1964, et 1965. V. aussi LeviStrauss 1962:214; Servier 1964:207; et Lagopoulos 1977:§2.1.
13
Godelier 1973a:18, 77-80, 89-91. V. aussi Marx-Engels 1975;Lefebvre 1971:
355-57; Goldmann 1970:159-60;et Mao Tse-Tung 1968:58-59.
14
Λαγόττουλος 1975:16-18 et 1973:88. Cf., en ce qui concerne Toeuvre picturale, Lagopoulos-Ioannidis 1977: §1.4.
15
Eco 1972:269-76.
16
Cette analyse a ete fondee en general sur Λαγόπουλος 1970.
17
Nous employerons a la suite les symboles suivants: pSa pour presignifiant
(v. Barthes 1964:102) — pSa correspond a la substance de l'expression de
Hjelmslev —, Si pour signe, Sa pour signifiant - Sa correspond au plan de l'expression de Hjelmslev -, Se pour signifie — Se correspond au plan du contenu de
Hjelmslev —, d pour denotation, et c pour connotation.
18
V. Parain 1974c:170, 178, 180.
19
R scher 1913:17; v, aussi Καλλίμαχου, 'Ύμυος €ΐς Δάζ, 42^-5.
20
V. Eilmann 1931:74; Kerenyi 1950:35; Knight 1936: p.e. 11, 22, 132, 135;
et Levy 1963:247.
21
Evans 1921:358-59. V. aussi Eilmann 1931:82, 87, 92; et Press 1964:34-41.
22
Eliade -1959b:84, 127-28, 228; Servier 1964:116-17; Kerenyi 1950:35; et
Deedes 1935:25-26.
23
V. N sson 1927:155-56 (et 152,154,157).
24
Hutchinson 1950:200-01, 203-07, 215; Kriesis 1965:44^6; Matz 1962:10,
32;et Evans 1928:560. Cf. Egli 1959:117-18.
25
V. aussi Lagopoulos 1969. D'apres Scully 1963:11-13, 15, 18, 24 (et 12, 17),
Taxe N-S des palais minoens est Oriente, apres Tan 2000 av. J.-C., vers une montagne a deux sommets ayant comme Sec 'cornes' et *force active de la terre mere*.
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
148
A.-PH. LAGOPOULOS
26
V. Θεοχάρτ?ς 1973:66, 68-77, 102; et R chet 1969:82-83, 88.
Τσούλας 1908:27-33, 40-41; Μυλωνάς 1928:35, 36; Θεοχάρης 1973:65,
101-02; Hutchinson 1953b:272; Kriesis 1965:93; et Lavedan-Hugueney 1966:
108-10.
28
M ller 1961:223 (et 131) et lettre a l'auteur du 17 janvier 1966; LOrange
1953:10;Lavedan-Hugueney 1966:26; et Egli 1959:86, 87.
29
Godelier 1974:65-66, 77; et Parain 1974c:170, 178-82.
30
Kriesis 1965:52-53; Lavedan-Hugueney 1966:122-24; Hutchinson 1953a:
13;Egli 1959:120-22; et Όμηρου, 'Οδύσσεια, Π 263.
31
M ller, lettre a l'auteur du 10 decembre 1965. Dans le meme sens conduisent
les observations faites par Θεοχάρτ? au cours de dicussions avec Tauteur.
32
Trumpf 1958. Cette muraille a ete construite sous les sons de guitare Ησιόδου, Fragmenta, CLI, 43. Amphion a ajoute a la guitare, qui auparavant
comprenait quatre cord es, trois en plus — Παυσανία, IX, V, 7-8.
La fondation de Troie combine la vache, indiquant la localite de fondation,
la musique, sous les sons de laquelle est construite la muraille, et la danse. La
destruction de l'agglomeration est liee a une danse labyrinthine (γέρατος).
D'apres Knight, les Sec de Troie sont 'terre' et Labyrinthe' (cf. §2.1.1.1); il
attribue le deuxieme Sec aux acropoles myceniennes aussi — Knight 1936:63,
93, 106,108, 124, 132; v. aussi Καλλιμάχου, Εις Απόλλωνα.
33
Στράβωνος, Γεωγραφικά, IX, 397, chap. I, 20; Πολυδευκου, Όνομασηκόν,
livre VIII, chap. IX, 109-111; Σουιδα, Tewr\TaC, ΓεΐΊ>τ?ται; et R scher 1913:3,
38-39.
34
Vernant 1974a: 167-69, 183.
35
V. Godelier 1974:67, 73, 74, 75, 78; Mosse 1962; et Glotz 1968:319-21,
322, 323-25, 326, 339. V. aussi Marx 1973:223, 474-79.
36
Όμηρου, 'Οδύσσεια, Α 50-54, et 'Ιλιάς, Ι, 483-608 et H, 267;Wolska 1962:
134, 247, 257; Koestler 1960:16-17, 25-26, 38-39; Vernant 1974a:175-76;
LOrange 1953:90; R scher 1913:3, 10, 38-39; Ησιόδου, Θεογονία, 411-15,
421-27; Lavedan-Hugueney 1966:99; Πλάτωνος, Τίμαιος, 35-36 B, 40 B, 36 C,
36 D; et Taylor 1928:39, 104, 137-38, 147-48, 154.
37
Vernant 1974a:124-70, 183; v. aussi Gernet 1968:383-90, 391, 393, 397,
399-402.
38
Vernant 1974a:38, 39, 99, 173, 177, 178-79, et 1974b:37-39, 43, 95, 102,
103-04, 106-07, 114, 115,117-18,123. V. aussi'Αριστοτέλους, Πολιτικά, Δ(Η),
x, 1330a-1331a.
39
Coulanges 1903:151, 157, 159, 160, 161, 163, 176-78, 252; Trumpf 1958:
157; Lavedan-Hugueney 1966:96-97, 133; Martin 1956:38-41, 42^3, 288;
Wycherley 1949:87; Nissen 1906, 1907, et 1910; Gerkan 1924:78-81; Lagopoulos 1976:28-30; et Ηροδότου, Ιστορία, V, 42.
40
R scher 1913:3-5, 32, 36-105, 124, et 1915:27, 28, 31.
41
II y a eu plusieurs interpretations concernant le plan de la Nephelococcygie
des Oiseaux d'Aristophane, qui est compose d'un cercle comprenant deux
diametres se croisant a angle droit (non pas etant transforme en carre): tentative
de conciliation du plan circulaire avec le plan en echiquier, inspiration basee sur
les villes reelles (contour tendant au cercle, reseau routier de nature radiale),
relation aux speculations sur la quadrature du cercle, relation a la theogonie
orphique, absurdite - v. Lavedan-Hugueney 1966:99-100; Kriesis 1965:65-66;
Leveque et Vidal-Naquet 1964:130-31; et Dodds 1965:147. Nous suggerons que
ce plan presente une forte similitude avec le modele precite dela πόλεως grecque.
27
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
^AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
149
42
V. aussi Vernant 1974a:179-86, 203, 206, 210-11, 215; et Leveque et VidalNaquet 1964:77-78.
43
Τραυλός 1960:24, 34, 36; R scher 1913:33 et 1915:22-23; Αριστείδου,
Ιΐαναΰηναϊκός, 99; et Πινδάρου, Fragmenta, 45.
44
Leveque et Vidal-Naquet 1964:10, 11, 13-15, 83, 91, 92-93, 99, 100, 107,
123, 128, 132; Vernant 1974a:211-13, 218-19, 224-25; et Glotz 1968:134-35.
45
Jung-Kerenyi 1953:138-39; Ησιόδου, Θεογοιχα, 411-15, 421-27; R scher
1913:32-33; et Παυσανία, II, XIII, 7.
46
Trumpf 1958:129, 130, 131, 132, 134, 135; Klinger 1935:49-50, 56, 59;et
Πινδάρου, Uvuiovutcu, I, 19-20.
47
Vernant 1974a:219, 221-22, 225-26; Leveque et Vidal-Naquet 1964:124-28,
132; Αριστοτέλους, Πολιτικά, Β, V, 1267b-1268a; Martin 1956:16; LavedanHugueney 1966:99; Trumpf 1958:131; Θουκυδιδου, 'Ιστορία, Ι, 100-IV, 102;
Grimal 1961:27-31; Mumford 1961:190-92; Λαγόπουλος 1970:183-84; et
θ€θχάρτ?ς 1973:65. V. aussi Freeman 1950:25.
48
Πλάτωνος, Νόμοι, V, 737E-738B, V, 745B, E, V, 746D, VI, 756B-C, VI,
771A-C, VI, 778C, VIII, 848C-E, et Κριτίας, 113D, 113E-114A, 115E, 116A-C;
Herter 1953:2, 3, 6, 8, 9, 10, 12, 13, 15-16, 19; Vernant 1974a:220, 226-29;
Leveque et Vidal-Naquet 1964:132-42; Martin 1956:20; Rykwert s.d.: 4;
LOrange 1953:9; Bidez 1932:244; et Koestler 1960:263, 289, 371-76, 379,
506, 508, 509.
49
VUtopia de T. Morus (1478-1535) et la Civitas Solis de T. Campanella
(1568-1639) ont ete influencees par un passage de Diodore de Sicile, apparente
aux conceptions de Zenon et de Cleanthe. V. Bidez 1932:249, 255, 257, 266,
269, 280-89.
50
Antoniadis-Bibicou 1974b:13-14; et Lagopoulos-Ioannidis 1977: §2.2.
L'hypothese d'un mode de production asiatique a Byzance n'est pas admise par
Antoniadis-Bibicou 1974a.
51
La correspondance entre nord et droite decoule du fait que, pour les Byzantins, le couple 'droit-gauche' est determine en function d'un observateur (divin)
situe a Test.
52
Janin 1950:111, 117;Eliade 1959a:8, 1952:214-215, et 1965:55-56;M ller
1961:180-182; Lagopoulos-Ioannidis 1977:§5.3; Hautecoeur 1954:108;
Apocalypse de Jean,chap. 21,10-27; Zacharie, chap.2,6;et/e>emze, chap.49,36.
53
Wolska 1962:113, 121-22, 133-36, 245^8; et Eliade 1965:56 et 1952:213,
214-15. V. aussi Grabar 1953:65, 68-69; et Lehmann 1945:27.
L'idee de la tripartition de la terre apparaft aussi dans les cartes-roues ou
cartes en T du moyen ge - Santarem 1849:250-53; v. aussi Miller 1895:60.
54
Le mot μέση denote a Byzance le milieu qualitatif (p.e., qualite μέση, sujets
μέσοι) ou spatial; dans le deuxieme cas, le milieu denote a la nature d'un centre
(v., p.e., le cas de la Μέσης ou Μεγάλης Μέσης, localisee au milieu de la peninsule do mont Athos) ou d'un axe (p.e., la \€ωφόρος Μέση) — ν. Κουκούλες
1928:41-42; Κτβζ^ας 1929:236; et ''Αμαντος 1925:284-85. Nous ne sommes
que partiellement d'accord avec Κουκουλέ 1948:4, qui attribue le nom Μέστ?
donne aux rues principales a l'organisation du reseau routier, du moment que,
comme nous avons essaye de le demontrer, au-dela de la signification denotative
du mot, il a une signification connotative appartenant a un code cosmique.
55
V. Janin 1950:29-30, 43^4, 49-64, 67-69; Mordtmann 1892:2-11, 60-61,
74, pi. Ι;Μαίδάτστ?ς 1976; Lavedan-Hugueney 1966:260, 263; Michaelis Pselli,
Scripta Minora (E. Kurtz-F. Drexl), II, lettre 193; et Trumpf 1958:133.
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
150
A.-PH. LAGOPOULOS
Saint-Sophie, le palais, FHippodrome, et les bains de POekonomion paraissent
etre lies aux Sec 'les sept planetes', 'monde', 'les douze mois', 'ensemble du
temps* - Γρηγοροβίον 1904:284; LOrange 1953:10, 34, 62,85, 109-11, 112;
Smith 1956:9,30,34,53,88, 130, 134, 141, 186, 193-94; et Janin 1950:214.
56
Kriesis 1965:149-52, 157, 161-64; Νικολός 1970; Tafrali 1913:121-22,
126, 140, 143, 147; Θεοχαρίδης 1959:11-12, 14, 15, 16, 17; Μπακιρτζής
1972:9-10, 12; Andrews 1953:161, 162, 195, 196, 199, 201-03, 209, pl.
XXXVII A; 'Ορλάνδος 1937:6-11, 12; et Μπουρας 1974:38. V. aussi LavedanHugueney 1966:261.
57
V. aussi Wolska 1962:250-53;et Lagopoulos-Ioannidis 1977:§5.3.
58
Parain 1974c:185-87 (et 190);Godelier 1974:86;et Bloch 1963:116-18.
59
M ller 1961:13-14, 23-26, 38-45, 47, et 1938:chap. 3; Rykwert s.d.:6, 7,
10, 11, 18, 19, 21, 22-23, 34, 35, 48 (note 51); Lavedan-Hugueney 1966:296302, 356-57; Bloch 1953:20, 1957:19, 1960:48, et 1963:146-47; R scher
1915:5-6; Eliade 1964:200, 317, 1952:52, 1965:43, et 1959c:478; Varronis,
De Lingua Latina, V, 143, VII, 7; Ovidii, Fasti, IV, 819; Festi, De Verborum
Significatu, 157, 237; Plinii, Naturalis Historiae, II, 137-148; Πλουτάρχου,
Βώι Παράλληλοι. Ρωμύλος, 1l ;Thulin 1906:10-17, 82; et Lotz 1958:20-21.
60
M ller 1961:9-51, 232 (note 27), et 1938:6-64; Rykwert s.d.:2, 5, 13, 14,
19, 22, 23, 49 (note 188), et 48 (note 36); Varronis,Z><? Lingua Latinay V, 143;
Πλουτάρχου, Btbt Παράλληλοι. Ρωμύλος, 11; Lavedan-Hugueney 1966:299-301,
308, 356-57; Λαγόπουλος 1970:24042; Piganiol 1917:204; Grimal 1961:
20-21; et Castagnoli 1951:398. Les Falisques aussi connaissaient Pagglomeration
circulaire - Egli 1959:126.
61
M ller 1961:48; Bloch 1963:104, 164, et 1957:19;Egli 1959:134; LavedanHugueney 1966:297, 299, 302-08; Grimal 1961:21-22, 27-28, 31-33; et Martin
1956:121-22. V. aussi Stanislawski 1946:116.
62
V. aussi Marx 1973:474-79, 487, 493-94; Engels 1974:128-38; Coulanges
1903:110, 115, 118-19, 124-28, 131-32, 135, 143-44; Parain 1974c:169, 18789, 190-91, et 1974a:15; Annequin, Claval-Leveque, Favory 1975:18; Zelin
1975:59; Finley 1975:87; et Godelier 1974:94 et 1973b:90, 99-100, 104.
63
Rykwert s.d.:5, 11, 13; Egli 1959:128, 278; Lavedan-Hugueney 1966:29899; Varronis, De Lingua Latina, VII, 9; et Cassirer 1964:100. II y a probablement une relation entre le rite de fondation decrit et les agglomerations de la
culture Villanova, qui ont un contour de nature circulaire - Rykwert s.d.:15,
22; et Egli 1959:126-28 (v. aussi Kerenyi 1953:268).
64
Πλουτάρχου, Βά>ι Παράλληλοι. Ρωμύλος, 9-11; M ller 1961:22, 23, 26-27,
30-31, 33-34, 231 (note 9), et 1938:60, 61; Rykwert s.d.ill, 19-20, 33;Castagnoli 1951:390-91, 395-99; Lavedan-Hugueney 1966:308-09, 313-14, 339;
Homo 1951:59, 70, 73,74-77, 100, 117; Grimal 1961:35-37, 38, 40, 48; Nissen
1910:351-54,357-58, 362-63;Engels 1974:137; et Eliade 1965:43.
La population de la Rome du Palatii a ete divisee en trois tribus et 30 phratries-Block 1963:53.
Le Sec du Capitolii de Rome, qui presente deux sommets, est, selon M ller,
'mont cosmique' (lettre a l'auteur du 10 decembre 1965) — cf.§2.1.1.1 et
2.1.1.2.1.
65
Les Etrusques adoraient sept divinites correspondant aux sept planetes —
Bloch 1963:152. Le Septizonium etait un genre de tour localise sur le Palatium
et dedie a ces divinites.
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
L'AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
151
66
M ller 1961:10, 13 (et 15), et 1938:17, 21, 64 (et 33, 58); Grimal
1961:15, 20-21, 31-33; Lavedan-Hugueney 1966:357-59; Bloch 1963:104;
Bradford 1957:145-46, 149-51; Stanislawski 1946:117; et Haverfield 1913:
70.
67
M ller 1961:13-16, 21, 33, et 1938:16, 18, 21, 58, 59, 65; Vitruvii, De
Architectura, IX, I, 2; Rykwert s.d.:19, 45; Grimal 1961:14-18 (et 6, 8);
Lavedan-Hugueney 1966:356; et Bradford 1957:149. V. aussi Benveniste
1969:14. En ce qui concerne le camp militaire romain, v. Lavedan-Hugueney
1966:359; M ller 1961:15 et 1938:18; et Rykwert s.d.:5.
68
Grimal 1961:10, 19-20, 49, 51; Lotz 1958:20.
Cf. ce rapprochement entre la notion de la centralite et celle de Yhauteur
le texte suivant de Godelier 1973a:326: "Lorsque les interets communs de tous
les membres d'une communaute (caracterisee par le mode de production
asiatique) ... s'incarnent dans la personne d'un seul de ses membres (ou d'une
seule de ses parties, famille, clan), celui-ci represents done a un degre superieur
la communaute dont il est membre. II est done a la fois en son centre et audessus d'elle".
69
Cassirer 1964:100-01; Rykwert s.d.:14, 29, 31, 35-38; Knight 1936:85-86,
101; et Levy 1963:249.
70
V. aussi Lavedan-Hugueney 1966:362-63; Rykwert s.d.:3, 4; et Martin 1956:
27-28.
71
V. Arribas s.d.:46, 49, 101, 104, 110, 116-18, 131-51; Lavedan-Hugueney
1966:288, 292; et M ller 1961:173. Le type des agglomerations d'Andalousie
est presque inconnu. Celui des agglomerations de la vallee d'Ebre est d'origine
celte(v. §2.4)-Arribas s.d.:105, 109, 114-15.
72
Powell 1963:74-76, 78-80, 85; Engels 1974:135 (note 1), 139, 140-43; et
Bloch 1968:77-78. V. aussi Marx 1973:472-74.
73
Powell 1963:75, 116-19, 124-25, 127, 155;Dumezil 1939:8-10; M ller 1961:
95, 110, 115; Ringgren-Str m 1960:339, 359; et R scher 1915:24. Les Gaulois
de l'Asie Mineure etaient organises sur la base des nombres 3 et 4 - M ller
1961:93-94.
74
M ller 1961:94-95, 101,202;Coon 1955:294, 295;et R scher 1915:24.
Selon Jules Cesar, les Helvetes etaient repartis en quatre districts — M ller
1961:93.
Le sanctuaire typique celte est compose d'un b timent carre, entoure d'un
portique et, parfois, d'une enceinte carree. Powell 1963:145 suppose que le
portique etait employe pour des processions suivant le mouvement apparent du
soleil.
75
V. M ller 1961:92, 93, 101, 115, et 1938:85; Lavedan-Hugueney 1966:160,
275-76, 287; Arribas s.d.:105;et Egli 1959:145-46 et 1962:22. V. aussi Allcroft
1921:344, 382-83; et Krappe 1957:293.
76
Marx 1973:479-85; Godelier 1973b:70-71, 79, 83, 86-87, 88, 89-90, 91-92,
99, 107, et 1974:67-68, 80; Engels 1974:143-55, 159-65, 307-16; Gimbutas
1971:141; et Bloch 1968:80. V. aussi Lefebvre 1972b:90.
77
Πάπυρος-Λαρους 1964:40, 44, 45; Dumezil 1939:7, 12; M ller 1961:109,
110, 115, et 1938:40-44; et Harva 1959:24, 32-33 (et 47).
Le plafond des constructions etait porte par un ele'ment en bois central, qui
avait comme Sec 'colonne central du monde' - v. Πάπυρος-Λαρούς 1964:46.
78
Chaque tribu des Prisons (branche des Saxons) etait compose de 24 goen, et
chaque go de quatre harden (au V Hie siecle, les quatre nations des Saxons
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
l 52
A.-PH. LAGOPOULOS
presentaient une organisation quadripartite). Chacun des quatre quarts d'un
harde, unite de l'organisation administrative des Prisons, comprenait en son
centre une eglise entouree d'un cimetiere; cette e'glise etait le point de depart
de quatre voies orientees vers les points cardinaux (cf. §2.4) — M ller 1961:95
et 1938:73,88.
79
M ller 1938:65-69, 75, 78-86, 88-89, 90-91, 92-110, 1961:47, 51, 53,54,
57, 58, 59, 61,62, 66-67, 68-69, 70-72, 73-74, 78-91, 97, 101, 109, 112-113,
114, 115, 196, 197 (et 75), et lettre a l'auteur du 10 decembre 1965; et Egli
1962:109.
Lavedan 1926a:271, 425, 434-35 considere le contour de l'agglomeration
teutonique comme elliptique ou circulaire, mais Tattribue a tort aux influences
slaves (v. aussi §2.6).
80
L'Orange 1953:14-15; M ller 1961:93, 102-05, 108; Arbman 1962:31-32,
33-34, 82-84; et Ntfrlund 1948:7-19.
81
M ller 1961:93, 95, 105-08, 109, et 1938:70, 72-73, 74, 88; et Romans
1936:438-42, 443-44, 446-48.
82
Marx 1973:473, 490; Godelier 1973b:41, 57, 63, 65, 77, 79-80, 83, 84-85,
87, 89, 91; et Gimbutas 1971:133-34, 136-37, 140-41, 142, 143, 145-48, 150.
V. aussi Mongait 1961:294.
83
Ringgren-Str m 1960:359; Harva 1959:25; Krappe 1957:216-18; et Πάπυρος
Λαρούς 1964:86-87.
84
Lavedan 1926a:409-l l; Egli 1962:194-95, 196; et M ller 1961:103.
II y a plusieurs hypotheses sur lOrigiiie de la culture Tripolje (3.000-1.700 av.
J.-C.), apparue vers le NO de la Mer Noire, p.e., developpement autochtone,
resultat d'une invasion de FAsie Mineure, resultat d'un melange entre des chasseurs non-indoeuropeens et des Thraces de langage indoeuropeen. A l'agglomeration de Vladimirovka, habitee par un clan, approximativement 200
habitations forment cinq cercles concentriques, dans le centre desquels il y a un
espace destine aux animaux. Une agglomeration Kolomijscina (I) est composee
de deux cercles concentriques d'habitations rectangulaires. Celles-ci sont
localisees d'une maniere radiale et leurs entre'es visent le centre de Pagglomeration. L Organisation circulaire des habitations caracte'rise la culture
Tripolje - Majewski 1947:358; Mongait 1961:117, 119, 121; Gimbutas 1956:
99, 102-03; et Ch de 1949:164 (v. aussi M ller 1961:256, note 64). Pendant le
Hie millenaire av. J.-C., sont trouves au nord du Caucase des motifs concentriques
avec ou sans un point au milieu, des rosettes et des anneaux, appartenant a la
culture Maikop qui presente une forte parente' culturelle avec le Proche-Orient; ils
sont probablement lies au culte du soleil et du ciel - Gimbutas 1956:46,56,58-59.
85
V. Gimbutas 1963:139-40, 171.
86
Gimbutas 1963:52-53, 65-68, 72-73,77-78,80-82,91,93, 102-05, 145, 180,
189-90, 193-94, 195, 197; et Guirand s.d.:377, 383.
87
Parain 1974a: 13-14 et 1974b:18, 20, 24, 26, 29 (et 19, 22-23); et Vilar
1974a:51 et 1974b:37. V. aussi Gallissot 1974:257-60.
88
Koestler 1960:75, 84-86, 87, 89, 90, 106; Singer 1958:67, 85, 232, 236;
Grodecki 1953:81; Santarem 1849:XL, 22-23,25,38,50,62,64,65, 114, 137,
169, 198, 234-36, 240, 242, 243, 259, 376, 378, 400, 405; Miller 1895a et
1895b:61-68, 116; Lavedan 1954:2, 12, 13; Egli 1962:27, 248-50; M ller
1961:54-56, 196; et LOrange 1953:15. Les Sec precites de Jerusalem et de son
modele sont d'origine hebraique - v. Λαγόττουλος 1970:91, 94-95, 97; et M ller
1961:183.
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
L'AGGLOM ERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
l 53
89
Lavedan 1926a:228-69, 505, et 1926b:76; Egli 1962:20, 21-23; Mumford
1961:267, 277, 304, 319; Koestler 1960:88; Λα-γόπονλος 1970:382, 383;
Grodecki 1953:79-80;et Cassirer 1964:102.
90
M ller 1961:195, 197-201, 202-15, 217-23 (et 170-79); Powell 1963:29-30;
et Daniel 1963:22-28,54,82.
91
V. aussi Lavedan 1926a:226, 269-80, 503;et Hiorns 1956:119. Selon Lavedan,
Γ agglomeration teutonique, qui paraft ne pas obe'ir des regies (!), n'a pas
influence Fagglomeration du moyen age (!) — 1926a:270, 409.
92
Egli 1962:22. Lavedan 1926a:252-54 attribue l'origine de ce Systeme a des
causes fonctionnelles et psychologiques interieures de la societe' medievale.
93
M ller 1961:91-92.
94
Egli 1962:27 exprime au sujet de l'influence de Jerusalem certains doutes.
95
Sur le symbolisme cosmique de Bagdad, v. Λαγόπουλος 1970:121-23; L'
Orange 1953:12-14; et Mazaheri 1951:95.
96
A part le code cosmique, certaines agglomerations medievales renvoient un
code zoologique - v. Lavedan 1926b:3 (note 2) et 1954:33. La correspondance
precitee entre Thomme et l'univers conduit a la conclusion que l'agglomeration
medievale renvoie aussi a un code anthropomorphique.
La structure connotative dominante de l'agglomeration medie'vale semble
correspondre a Topposition entre centre et non-centre. Cette structure est
identique a la structure connotative de la terre et des cartes medievales de la
terre, et semble etre identique, en general, la structure connotative de Fespace
regional ainsi qu'elle ressort de l'analyse se'miotique du roman courtois du Xlle
siecle - sur cette derniere, v. Boklund 1977:§2.1.1, 2.1.6, 2.1.7 et 5.1 (table 1).
97
V. Godelier 1973a:43, 77-79, 89-91, 371 et 1974a:88-90, 92-94; Annequin,
Claval-Leveque, Favory 1975:9-10; Parain 1974a: 13-14; GaUissot 1974:257;
Castells 1976:66 (note 21), 80;et Lefebvre 1972b:105.
Dans les modes de production communautaire, germanique et asiatique la
religion appartient a la structure dominante. II y a une relation interieure entre
ces modes de production, la dominance du niveau religieux et la pensee analogique, fondement du symbolisme cosmique des agglomerations. V. aussi Godelier
1973a:371: "La pensee mythique est la pensee humaine pensant la realite par
analogic" et 1973a:374: "La pensee par analogic fonde done en meme temps une
theorie et une pratique, la religion et la magie." La religion appartient a la structure dominante aussi dans le mode de production feodal, qui en Europe a etc
touche par la pensee rationnelle, philosophique (dialectique). Cette derniere a
apparu dans le cadre du mode de production antique a dominance du niveau
politique; eile est suivie de la desacralisation du savoir sur la nature et la socie'te v. aussi Vernant 1974a:38, 99, 173, 177, 178-79, et 1974b:37-39,43, 95, 102,
103-04, 106-07,114,115,117-18,123. La pensee rationnelle a prisΓavancedepuis
la periode de transition entre le mode de production feodal et les mode de
production industriels, pour arriver a son apogee dans le cadre de ces derniers.
La pense'e analogique pose des relations d'equivalence entre des objets et/ou
des notions et/ou des pratiques, entre leurs relations et entre les niveaux correspondant-v. Levi-Strauss 1962:83, 84-85; et Godelier 1973a:371, 376-77.
Tons les systemes semiotiques d'une culture de pensee analogique se trouvent en
analogic entre eux, etant donne qu'ils sont lies a une ideologic de Panalogie (cf.
note 104). Tous ces systemes vehiculent la meme ideologic. Cette derniere, une
fois entree dans le Systeme semiotique, est transformed en un ensemble de codes
connotatifs etant aussi en relation d'analogic - Lagopoulos 1975:216.
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
154
A.-PH. LAGOPOULOS
98
V. aussi Λαγόποϋλος 1970:190, 409-10, 421-22, 432-33, et 1973:109;
Lagopoulos, 1977:§3.1; V ar 1974a:52-53, 54, et 1974b:40-44, 45-46; et
Choay 1970-71:9.
99
V. M ller 1961:155-60, 170-79; Baumann 1962:p.e. 90-92 et carte p. 83;
et Rowland 1959:4.
100
V. aussi Λαλόττουλος 1970:442-44.
101
Cf. Lefebvre 1971:354: '*..., a travers ces transformations, des formes persistent et marquent ainsi la continuite historique. Parmi ces formes qui persistent
en ne changeant que graduellement, sans relation avec le mode de production,
citons d'abord la logique formelle. ... II en va de meme pour le droit... La
Philosophie, eile aussi, traverse les modes de production." (souligne par Lefebvre).
102
Manifestement, ces constatations sont d'une nature gonerale et schematique et
representent une premiere approche aux problemes etudies, dont Fexplication
exhaustive ne peut etre effectuee que par une analyse structurale genetique
detaillee.
103
V. aussi Λαδόπουλος 1973:91-92. Pour des constatations similaires concernant Γ agglomeration africaine precapitaliste, v. Lagopoulos 1972:146 et
1975:215.
104
V. aussi Λαγόπουλος 1970:437-38 et Lagopoulos 1970:275-76. Cette
constatation a des implications methodologiques importantes, car eile permet
l'extrapolation des conclusions generates concernant Tun niveau spatial a l'autre,
en cas de manque de donnees (cf. note 97).
105
V. Levi-Strauss 1962:90-93, 204, 206-11; Λαγόπουλος 1970:438-40; et
Lagopoulos 1970:276-79.
106
D'apres Eliade, p.e. 1965:41-42, 43, 52, 57, la fondation de l'agglomeration
precapitaliste repete la creation du monde partir d'un point central, un omphalos. V. aussi M ller 1961:135.
107
Λαγόπουλος 1970:446, 450-53; v. aussi Lagopoulos 1969:15-18. Probablement, l'image du monde a ete definie a travers une procedure similaire, a la
difference qu' la place de la relation agglomeration-monde il y avaitla relation
societe-monde. V. aussi M ller 1961:45.
108
V. aussi M ller 1961:45.
109
V. aussi Eliade 1964:117-18, 124, 134, 138-39, 145, 281-82, 292-93, 295,
304; et M ller 1961:134. Cette derniere constatation s'explique par Porigine de
l'echiquier, dont l'etude n'a pas ete entreprise ici vu sa relation a la culture
mediterraneenne et le fait que le corpus analyse ne couvre qu'une partie limitee
des agglomerations mediterraneennes (§3.3). D'autre part, Tensemble des hypotheses sur la transformation des modeles semiotiques de Tagglome'ration est
soutenu par l'analyse des modeles semiotiques d'agglomerations des cultures
africaines precapitalistes - v. Lagopoulos 1970:290-91 et 1972:146-47.
110
V. aussi Marx-Engels 1975:46, 49, 94-95; et Lefebvre 1972a:22, 77, 118,
et 1972b:46,51,90, 102.
111
V. p.e. sur les modeles urbains contemporains geometriques Lynch 1962:
103-27.
112
Cf. les conclusions similaires de Boklund (sous presse) sur le genre et les
transformations possibles de la structure litteraire en general, y compris specifiquement la structure spatiale, du roman courtois du Xlle siecle.
113
V. aussi ΛαγόττοΗλος 1973:103-04, 130-31, 134-35; Lagopoulos 1975:
216-17;etPiaget 1968:6-7.
114
V. aussi Λαγόπουλος 1973:134.
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
L'AGGLOM ERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
15 5
115
Cette caracteristique decoule de caracteristiques fondamentales de la
pensee analogique des societes precapitalistes - v. aussi Cassirer 1964:88-89.
116
V. aussi Λαγόποϋλος 1973:94-95 et Lagopoulos 1975:215.
REFERENCES
AUcroft, H.
1921
"The Circle and the Cross", The Archaeological Journal 78 (2nd
series, 28), 300-90.
''Αμαιτος, Κ. Ι.
1925
"Γλωσσικαι Παρατηρήσεις ek Μεσαιωνικούς Συγγραφείς",
Έπβ7Τ7ρις Εταιρείας Βυζαντινών Σπουδών Β/277-88.
Andrews, Κ.
1953
Castles of the Morea. Princeton, N.J.: The American School of
Classical Studies at Athens.
Annequin, J., M. Claval-Leveque, F. Favory
1975
"Presentation", dans Formes d'exploitation du travail et rapports
sociaux dans I'Antiquite classique (= Recherches internationales a la
lumiere du marxisme 84), 3-44.
Antoniadis-Bibicou, H.
1974a "Byzance et le mode de production asiatique", dans Sur le "mode de
production asiatique" (C.E.R.M.), 195-227. Paris: Editions Sociales.
1974b "Presentation", dans Feodalisme a Byzance (-Recherches internationales a la lumiere du marxisme 79), 3-17.
Arbman, H.
1962
The Vikings. London: Thames and Hudson.
Arribas, A.
s.d.
The Iberians. London: Thames and Hudson.
Barthes, R.
1964
"Elements de semiologie", Communications 4, 91-135.
Baumann, H.
1962
Les peuples et les civilisations de l'Afrique. Paris: Payot.
Benveniste, E.
1969
Le vocabulaire des institutions indo-europeennes, II: Pouvoir, droit,
religion. Paris: Editions de Minuit.
Bidez, J.
1932
"La cite du monde et la cite du soleil chez les stoi'ciens", Bulletin
de la classe des lettres et des sciences morales et politiques, 5e serie,
18(7-9). Bruxelles: Academie Royale de Belgique.
Bloch, M.
1968
(1931) Les caracteres originaux de l'historie rurale franchise. Paris:
Armand Colin.
Bloch, R.
1953
"Antiquite classique: Grece, Etrurie et Rome", dans Symbolisme
cosmique et monuments religieux. Paris: Muse'e Guimet.
1957
"Le symbolisme cosmique et les monuments religieux dans 1'Italie
ancienne", dans Le symbolisme cosmique des monuments religieux
(= Serie Orientale Roma, 14), 17-29. Roma: Istituto Italiano per il
Medio ed Estremo Oriente.
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
156
A.-PH. LAGOPOULOS
1960
The Origins of Rome. London: Thames and Hudson.
1963
The Etruscans. London: Thames and Hudson.
Boklund, K.
1977
"On the Spatial and Cultural Structure of Courtly Romance",
Semiotica 20, 1-37.
1977
"Socio-semiotique du roman courtois", Semiotica 21, 227-56.
Boudon, R.
1968
A quoi serf la notion de "structure"! Paris: Gallimard/NRF.
Bradford, J.
1957
Ancient Landscapes: Studies in Field Archaelogy. London: G. Bell
and Sons.
Cassirer, E.
1964
(1955) The Philosophy of Symbolic Forms, II: Mythical Thought.
New Haven: Yale University Press.
Castagnoli, F.
1951
"Roma Quadrata", dans Studies Presented to David Moore Robinson,
I, ed. G. E. Mylonas, 389-99. St. Louis, Missouri: Washington
University.
Castells, M.
1976
"Theory and Ideology in Urban Sociology", dans Urban Sociology:
Critical Essays, ed. C. G. Pickvance, 60-84. London: Tavistock.
Childe, V. Gordon
1949
L faube de la civilisation europeenne. Paris: Payot.
Choay, F.
1970-71 "Remarques a propos de semiologie urbaine", L'architecture d'aujourd'hui 153.
Coon, C. S.
1955
The History of Man, from the First Human to Primitive Culture and
Beyond. London.
Coulanges, F. de
1903
La cite antique: Etude sur le culte, le droit, les institutions de la
Grece et de Rome. 18e e'dition. Paris: Hachette et Cie.
Daniel, G.
1963
(1958) The Megalith Builders of Western Europe. Penguin Books.
Deedes, C. N.
1935
"The Labyrinth", dans The Labyrinth: Further Studies in the Relation between Myth and Ritual in the Ancient World, ed. Hooke,
1-42. London: Society for Promoting Christian Knowledge.
Dodds, E. R.
1965
Les Grecs et rirrationnel. Paris: Aubier-Montaigne.
Dumezil, G.
1939
Mythes et dieux des Germains. Paris: Leroux.
Eco, U.
1972
(1968) La structure absente: Introduction a la recherche semiotique.
Paris: Mercure de France.
Egli,E.
1959
Geschichte des Städtebaues, I: Die alte Welt. Erlenbach, Zürich:
Eugen Rentsche Verlag.
1962
Geschichte des Städtebaues, II: Das Mittelalter. Erlenbach, Zürich:
Eugen Rentsch Verlag.
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
L'AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
157
Eilmann, R.
1931
Labyrinthos: Ein Beitrag zur Geschichte einer Vorstellung und eines
Ornamentes. Athen.
Eliade, M.
1952
Images et symboles. Paris: Gallimard.
1959a (1949) Cosmos and History: The Myth of the Eternal Return. New
York: Harper Torchbooks.
1959b Naissanc.es mystiques: Essai sur quelques types d'initiation. Paris:
Gallimard.
1959c "Structure et fonction du mythe cosmogonique", dans La naissance
du monde (Sources Orientales). Paris.
1964
Traite d'histoire des religons. Paris: Payot.
1965
(1957) Le sacre et le profane. Paris: Gallimard.
Engels, F.
1974
L'origine de la famille, de la propriete privee et de I'eta t. Paris:
Editions Sociales.
Evans, A. J. (Sir)
1921
The Palace of Minos, I: The Neolithic and Early and Middle Minoan
Ages. London: Macmillan.
1928
The Palace of Minos, II, part 2: Town Houses in Knossos of the New
Era and Restored West Palace Section, with its State Approach.
London: Macmillan.
Finley, M.
1975
"Entre Tesclavage et la liberte", dans Formes d'exploitation du
travail et rapports sociaux dans I'Antiquite classique (= Recherches
internationales a la lumiere du marxisme 84), 78-97.
Freeman, K.
1950
Greek City-States. London: MacDonald.
Gallisot, R.
1974
"Conclusions-perspectives: La succession des modes de production",
dans Sur le feodalisme (C.E.R.M.), 257-70. Paris: Editions Sociales.
Gerkan, A. von
1924
Griechische Städteanlagen: Untersuchungen zur Entwicklung des
Städtebaues im Altertum. Berlin, Leipzig: Walter de Gruyter.
Gernet, L.
1968
Anthropologie de la Grece antique. Paris: Maspero.
Gimbutas, M.
1956
The Prehistory of Eastern Europe^ I (= American School of Prehistoric Research - Peabody Museum, Bulletin 20). Cambridge,
Mass: Harvard University.
1963
The Baits. London: Thames and Hudson.
1971
The Slavs. London: Thames and Hudson.
Glotz, G.
1968
(1928) La cite grecque. Paris: Albin Michel.
Godelier, M.
1974a "Vers une theorie marxiste des faits religieux", Lumiere et vie 23
(Nos. 117-118), 85-94.
1973a Horizon, trajets marxistes en anthropologie. Paris: Maspero.
1973b "Preface'*, dans Sur les societes precapitalistes (C.E.R.M.), 13-142.
Paris: Editions Sociales.
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
15 8
A.-PH . L AGOPOULOS
1974
"La notion de 'mode de production asiatique' et les Schemas marxistes devolution des societes", dans Sur le "mode de production
asiatique"(C.E.RM.)> 47-100. Paris: Editions Sociales.
Goldmann, L.
1970
"Structure sociale et conscience collective de structures", dans
Structuralisme et marxisme (Collection 10/18), 157-65. Paris:
Union Generale d'Edition.
Grabar, A.
1953
"Byzance", dans Symbolisme cosmique et monuments religieux.
Paris: Musee Guirnet.
ΓρηΊοροβώυ, Φ. (Σ. Π. Λάμπρου)
1 904
Ιστορία της Πόλεως των Ά&ηνών, κατά τους Μέσους Αιώνας
από του Ιουστινιανού μέχρι ττ?ς υπό των Τούρκων Κατακτήσεως.
Grimal, P.
1961 Les villes romaines (Que Sais-Je?). Paris: Presses Universitaires de
France.
Grodecki, L.
1953
"Moyen Age occidental", dans Symbolisme cosmique et monuments
religieux. Paris: Musee Guimet.
Guirand, F.
s.d.
Παγκόσμιο? Μυ#ολογύι. 'Ararat: Εκδόσεις Χρίστου Φ. Γίοβά^τ?.
Harva, U.
1959
(1933) Les representations religieuses des peuples altai'ques. Paris:
Gallimard.
Hautecoeur, L.
1954
Mystique et architecture: Symbolisme du cercle et de la coupole.
Paris: A. et J. Picard.
Haverfield, F.
1913 Ancient Town Planning. Oxford.
Herter, H.
1953
"Die Rundform in Platons Atlantis und ihre Nachwirkung in der
Villa Hadriani", Rheinisches Museum f r Philologie 96.
Hiorns, F.
1956
Town Building in History. London: George C. Harrap.
Homans, G. C.
1936
"Terroirs ordonnes et champs Orientes: Une hypothese sur le village
anglais", Annales d'histoire economique et sociale 41 (8e anne'e),
438-48.
Homo, L.
1951 Rome imperiale et l'urbanisme dans l'Antiquite (Bibliotheque
L'Evolution de THumanite'). Paris: Albin Michel.
Hutchinson, R. W.
1950
"Prehistoric Town Planning in Crete", Town Planning Review 21
(No. 3).
1953a "Prehistoric Town Planning in and around the Aegean (I)", Town
Planning Review 23 (No. 4).
1953b "Prehistoric Town Planning in and around the Aegean (II)", Town
Planning Review 24 (No. 1).
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
L'AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
159
Janin, R.
1950
Constantinople byzantine: Developpement urbain et repertoire
topographique. Paris.
Jung, C. G., et C. Kerenyi
1953
Introduction a l'essence de la mythologie. Paris: Payot.
Kerenyi, K.
1950
Labyrinth Studien: Labyrinthos als Linienreflex einer mythologischen Idee. Z rich: Rhein-Verlag.
1953
(1941) Apollon. D sseldorf: Eugen Diederichs Verlag.
Kk'nger, F.
1935
"Das erste Pythische Gedicht Pindars", Die Anike 11.
Knight, W. F. Jackson
1936
Cumaean Gates: A Reference of the Sixth Aeneid to the Initiation
Pattern. Oxford: Blackwell.
Koestler, A.
1960
Les somnambules: Essai sur l'historie des conceptions de l'univers.
Paris: Calmann-Levy.
Κουκούλες, Φ
1928
"'Ονόματα καί Ειδτ? 'Άρτων κατά τους Βυζαντινούς Χρόνους",
Έπετηρίς Εταιρείας Βυζαντινών Σπουδών Ε', 36-52.
1948
"At Όδοι και οι 'Έμβολοι των Βυζαντινών Πόλεων", Έπετηρίς
Εταιρείας Βυζαντινών Σπουδών ΙΗ', 3-27.
Krappe, A.
1957
Παγκόσμιος Μυθολογία. 'Αΰήναι: Άφοί Συρόπουλοι καίΚ. Κουμουνδουρέας Ο. Ε.
Kriesis, A.
1965
Greek Town Building. Athens: National Technical University of
Athens.
Κτένας, Χ.
1929
"Ό Πρώτος του Άγιου 'Όρους 'Ά#ω καί η 'Μεγάλτ? Μέστ?' rj
'Σύναξις'", Έπετηρίς Εταιρείας Βυζαντινών Σπουδών G \ 233-81.
Λαγόποι;λος, Α. -Φ.
1970
Ή Επιρροή των Κοσμικών Άντιλήψβων em της ϊίαραδοσιακής
Μεσογειακής καί'ΐνδοβυρωπαίκής Πολβοδομιας. Άΰήναι: These de
doctorat l'Universite Nationale Technique d'Athenes.
1973
Δομική Πολεοδομία: Ό Οικισμός ως Σύστημα. Ά&ήναι: Τεχνικόν
Έπιμβλητήριον της Ελλάδος.
1975
"Μαρξισμός, Δομισμός καί Πολεοδομία", dans Μεθοδολογία καί
Πολεοδομία - Χωροταξία.
Θεσσαλονίκη:
Σττουδαστήριον
Πολεοδομίας, Υίολυτεχνική Σχολή Αριστοτελείου Ιΐανεπιστημώυ
Θεσσαλονίκης.
Lagopoulos, A.-Ph.
1969
L "orientation des monuments, des cultures de mentalite archaique, I.
Athenes: J. N. Zacharopoulos.
1970
L'influence des conceptions cosmiques sur l'urbanisme africain
traditionnel. Paris: These de doctorat a la Sorbonne.
1972
"Semeiological Analysis of the Traditional African Settlement",
Ekistics 33 (No. 195), 14248.
1975
"Semiological Urbanism: An Analysis of the Traditional Western
Sudanese Settlement", dans Shelter, Sign and Symbol, ed. by Paul
Oliver, 206-18. London: Barrie and Jenkins.
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
160
A.-PH. LAGOPOULOS
1977
"L'image mentale de l'agglomeration", Communications 27.
Lagopoulos, A.-Ph., et A. loannidis
1977
"Semiotique picturale: Analyse d'une mosaique byzantine",
Semiotica 21, 75-109.
Lagopoulos, A.-Ph., et S. Klimopoulos
1976
"L'orientation des monuments, des cultures de mentalite archaique,
Π", Επιστημονική Έπβττιρις της Ιίολυτβχνικής Σχολής του
'Αριστοτέλειοι; Πανεπιστήμιου Θεσσαλονίκης Ζ', 3-38.
Lavedan, P.
1926a Histoire de Vurbanisme: Antiquite - Moyen Age. Paris: Henri
Laurens.
1926b Qu'est-ce que Vurbanismel Paris: Henri Laurens.
1954
Representation des villes dans l'art du Moyen-Age (Art medieval.
Bibliotheque de documentation). Paris: Vanoest.
Lavedan, P., et J. Hugueney
1966
Histoire de Vurbanisme: Antiquite. Paris: Henri Laurens.
Lefebvre, H.
1971
Au-del du structuralisme. Paris: Editions Anthropos.
1972a Espace et politique: Le droit a la ville, II. Paris: Editions Anthropos.
1972b La pensee marxiste et la ville. Tournay: Casterman.
Lehmann, K.
1945
"The Dome of Heaven", The Art Bulletin 27 (No. 1).
Leveque, P., et P. Vidal-Naquet
1964
Clisthene VAthenien: Essai sur la representation de l'espace et du
temps dans la pensee politique grecque de la fin du Vie siecle a la
mort de Platon (Annales Litte'raires de FUniversite' de Besanqon,
65). Paris: Les Belles Let t res.
Levi-Strauss, Cl.
1962
La pensee sauvage. Paris: Plon.
Levy, G. R.
1963
(1948) The Gate of Horn: A Study of the Religious Conceptions of
the Stone Age, and their Influence upon European Thought. London:
Faber and Faber.
L'Orange, H. P.
1953
Studies on the Iconography of Cosmic Kingship in the Ancient
World. Oslo: H. Aschehoug & Co.
Lotz, J. B.
1958
Das religiose Geheimnis der Stadt (Studien und Berichte der katholischen Akademie in Bayern, 6). M nchen: Karl Zink Verlag.
Lynch, K.
1962
(1960) "The Pattern of the Metropolis", dans The Future Metropolis,
ed. LI. Rodwin, 103-28. London: Constable and Co.
Μαιδάτστ?ς, Μ.
1976
"Ό Κοσμικός Συμβολισμός του Αστικού Χώρου στο Βυζάντιο.
Παράδειγμα: Κωνσταντινούπολη του 4οι> και 5ου Aic ra". Sujet
elabore a la chaire B' d'Urbanisme de TUniversite' de Thessaloniki.
Majewski, K.
1947
"Studia nad Kultura Trypiiska/', Archeologia 1.
1948
"Kultura pol Grzebalnych na Ukrainie a Problem Genezy S/owian
Wschodnich", Archeologia 2.
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
L'AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
161
Martin, R.
1956
L 'urbanisme dans la Grece antique. Paris: A. et J. Picard.
Marx, K.
1973
Grundrisse: Foundations of the Critique of Political Economy,
trans. M. Nicolaus (The Pelican Marx Library). Pelican Books, New
Left Review.
Marx, K., et F. Engels
1975
L Ideologie allemande. Paris: Editions Sociales.
Matz, F.
1962
"Minoan Civilization: Maturity and Zenith", The Cambridge Ancient
History. Revised edition of vols. HI. Cambridge: Cambridge University Press.
Mazaheri, A.
1951
La vie quotidienne des Musulmans au Moyen-Age: Xe au XIHe
siede. Paris: Machette.
Miller, K.
1895a Mappae Mundi: Die ltesten Weltkarten, I. Heft: Die Weltkarte des
Beatus (776 n. Chr.). Stuttgart: Jos. Roth'sche Verlagsbuchhandlung.
1895b Mappae Mundi: Die ltesten Weltkarten, III. Heft: Die kleineren
Weltkarten. Stuttgart: Jos. Roth'sche Verlagsbuchhandlung.
Mongait, A. L.
1961
(1955) Archaeology in the U.S.S.R. Penguin Books.
Mordtmann, Dr.
1892
Esquisse topographique de Constantinople. Lille: Desclee, de
Brouwer et Cie.
Mosse, Ch.
1962
La fin de la democratic athenienee: Aspects sociaux et politiques
du declin de la cite grecque au IVe siecle avant J.-Ch. Paris: Presses
Universitaires de France.
Μπακιρτζής, Χ. Ν.
1972
Ή Βασιλίκι? του 'Αγώι; Δημήτριου ('ΟδηγοίΜ*>τ?μεύοζ> Μακεδονίας,
4). Θεσσαλοι>άτ?: 'Ίδρυμα Μελετών Χερσονήσου του Αίμου.
Μπούρας, Χ.
1974
"Κάτοικος και Οικισμοί στη Βυζαντινή Ελλάδα", dans Οικισμοί
στην Ελλάδα, ed. Ο. Β. Δουμάνης και'P. Oliver, 30-52. Ά&ήναι:
'Αρχιτεκτονικά θέματα.
M ller, W.
1938
Kreis und Kreuz: Untersuchungen zur sakralen Siedlung bei Italikern
und Germanen (Deutsches Ahnenerbe). Berlin: Widukind-Verlag,
Alexander Boss.
1961
Die Heilige Stadt. Stuttgart: W. Kohlhammer.
Μυλωνάς, Γ. Ε.
1928
Ή Νεολιθική Εποχή ev Ελλάδα (= Βιβλιοθήκη της ev Ά&ήναις
'Αρχαιολογικής Εταιρείας, 24). Ά&ηναι.
Mumford, L.
1961
The City in History: its Origins, its Transformations and its Prospects. New York: Harcourt, Brace & World.
Νικονάνος, Ν.
1970
"Θεσσαλοίτ?", Εγκυκλοπαίδεια Δομή.
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
162
A.-PH. LAGOPOULOS
Nilsson, M.
1927
The Minoan-Mycenaean Religion and its Survival in Greek Religion.
London: Oxford University Press.
Nissen, H.
1906
Orientation: Studien zur Geschichte der Religion, I. Heft.
1907
II. Heft.
1910
III. Heft. Berlin: Weidmannsche Buchhandlung.
N^rlund, P.
1948
Trelleborg (Nordiske Forntidsminder). K0benhavn: Gyldendalske &
Nordisk Forlag.
'Ορλάνδος, Α. K.
1937
Παλάτια και Σπιτια τσϋ Μνστρα (= Αρχείου Βυζαντινών Μνημβύων
Ελλάδος, Γ': 1). Ά&ηναι.
Πάπυρος — Ααρούς
1964
Παγκόσμιος Μυθολογία. Ά&ηναι: Επιστημονική Έταφεαζ των
Ελληνικών Γραμμάτων Πάπυρος.
Parain, Ch.
1974a "Caracteres generaux du feodalisme", dans Sur le feodalisme
(C.E.R.M.), 13-17. Paris: Editions Sociales.
1974b "Evolution du Systeme feodal europeen", dans Sur le feodalisme
(C.E.R.M.), 18-34. Paris: Editions Sociales.
1974c "Protohistoire mediterraneenne et mode de production asiatique",
dans Sur le "mode de production asiatique'" (C.E.R.M.), 169-94.
Paris: Editions Sociales.
'
Piaget, J.
1968
Le structuralisme (Que Sais-Je?). Paris: Presses Universitaires de
France.
Piganiol, A.
1917
Essai sur les origines de Rome (Bibliotheque des Ecoles Franqaises
d'Athenes et de Rome). Paris: Boccard.
Powell, T. G. E.
1963
(1958) The Celts. London: Thames and Hudson.
Press, L.
1964
"Labyrinth", Archeologia 15.
R chet, G.
1969
Archeologie de la Grece prehistorique: Troie, Mycenes, Cnossos.
Liege: Marabout.
Ringgren, H., et . V. Str m
1960
Les religions du monde. Paris: Payot.
R scher, W. H.
1913
Omphalos: Eine philologisch-arch ologisch-volkskundliche Abhandlung ber die Vorstellungen der Griechen und anderer V lker vom
"Nabel der Erde". Leipzig: B. G. Teubner.
1915
Neue Omphalosstudien: Ein arch ologischer Beitrag zur vergleichenden Religionswissenschaft. Leipzig: B. G. Teubner.
Rowland, B.
1959
(1953) The Art and Architecture of India: Buddhist-Hindu-Jain
(The Pelican History of Art). Penguin Books.
Rykwert, J.
s.d.
The Idea of a Town (extract from Forum).
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
L'AGGLOMERATION EUROPEENNE PRECAPITALISTE
163
Santarem, Vicomte de
1849
Essai sur l'histoire de la cosmographie et de la cartographic pendant
le Moyen Age, I. Paris: Maulde et Renou.
Scully, V.
1963
(1962) The Earth, the Temple and the Gods: Greek Sacred Architecture. New Haven: Yale University Press.
Servier, J.
1964
L 'homme et I'invisible. Paris: Robert Laffont.
Singer, Ch.
1958
From Magic to Science. New York: Dover.
Smith, E. Baldwin
1956
Architectural Symbolism of Imperial Rome and the Middle Ages.
Princeton, N.J.: Princeton University Press.
Stanislawski, D.
1946
"The Origin and Spread of the Grid-Pattern Towns", Geographical
Review 36, 105-20.
Tafrali, O.
1913
Topographie de Thessalonique. Paris: Paul Geuthner.
Taylor, A. E.
1928
A Commentary on Plato's "Timaeus". Oxford: The Clarendon Press.
Θεοχαριδης, Γ. Ι.
1959
Τοπογράφοι και Πολιτική Ιστορία ττ?ς Θεσσαλονίκης κατά τον
ΙΔ Αιώνα (= Ίδρυμα Μελετών Χερσονήσου τον Αίμου, 31). Θεσσαλονίκη: 'Ίδρυμα Μελετών Χερσονήσου του Αίμου.
Θεοχάρτ?ς, Δ. Ρ.
1973
"Ό Νεολιθικός Πολιτισμός: Σύιτομτ? Έπισκόπτϊστ?", dans Νεολιθική
Ελλάς, ed. Δ. Θεοχάρτ?ς, 15-128. 'A#r?rai: Έ&νική Τράπεζα της
Ελλάδος.
Thulin, C. Ο.
1906
Die etruskische Disciplin. G teborg.
Τραυλός, Ι.
1960
Πολεοδομική Έξέλι£ις των Ά&ηνών. Ά&ηναι.
Trumpf, J.
1958
"Stadtgr ndung und Drachenkampf", Hermes, Zeitschrift f r
klassische Philologie 86, 129-57.
Tse-Tung, Mao
1968
"On Contradiction", dans Four Essays on Philosophy, 23-78. Peking:
Foreign Language Press.
Τ σουίτας, Χ.
1908
Αι Προϊστορικοί 'Ακροπόλεις Διμτ^ιου καί Σέσκλου. Ά#ήι>αι:
Τύττοις Π. Δ. Σακελλαρώυ.
Vernant, J.-P.
1974a Mythe et pensee chez les Grecs, I. Paris: Maspero.
1974b Mythe et pensee chez les Grecs, II. Paris: Maspero.
V ar, P.
1974a "Quelques themes de recherche", dans Sur le feodalisme (C.E.R.M.),
49-55. Paris: Editions Sociales.
1974b "La transition du feodalisme au capitalisme", dans Sur le feodalisme
(C.E.R.M.), 35-48. Paris: Editions Sociales.
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
164
A.-PH. LAGOPOULOS
Wolska, W.
1962
La topographic chretienne de Cosmos Indicopleustes. Paris: Presses
Universitaires de France.
Wycherley, R. E.
1949
How the Greeks Built Cities. London: Macmillan.
Zelin, K.
1975
"Principes de classification morphologique des formes de de'pendance", dans Formes d'exploitation du travail et rapports sociaux
dans rAntiquite classique (= Recherches internationales a la lumiere
du marxisme 84), 45-77.
Alexandros-Phedon Lagopoulos (ne a Athenes en 1939) est Professeur d'Urbanisme, Chaire B', a l'Ecole de Technologie de l'Universite de Thessaloniki. Ses
recherches actuelles concernent Farticulation du marxisme et de la semiotique et
Fanalyse semiotique de Torganisation urbaine des cultures occidentales et nonoccidentales. Parmi ses publications recentes: "Semeiological Analysis of the
Traditional African Settlement" (1972); "Urbanisme structural: L'Agglomerationcomme Systeme" [en grec] (1973); et "Semiological Urbanism: An Analysis
of the Traditional Western Sudanese Settlement" (1975).
Unauthenticated
Download Date | 6/27/16 11:36 AM
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
7 064 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler