close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

1 - Agri Press World

IntégréTéléchargement
Campagne Le Porc Français - Printemps 2016
Source : INAPORC
Assemblée générale du Marché du porc Breton
Exercice 2015
Jeudi 23 juin 2016
Le Panorama mondial en 2015
A
chaque année ses événements ! L'année 2015 a été marquée par quelques bouleversements
majeurs dans l'économie porcine par rapport à 2014.
2014, c'était la DEP aux USA, l'embargo russe.
2015 :






La hausse de production dans l'UE
La reprise de production aux USA après la DEP
La poursuite de l'embargo russe
La parité des monnaies
La demande chinoise
La décapitalisation du cheptel truies en Europe
Les facteurs négatifs l'ont emporté puisque le cours du porc a baissé en moyenne de 11 % dans l'Union
européenne et de 33 % aux USA. Toutes les tendances vont être illustrées par des tableaux et graphiques
présentant les mouvements de l'année 2015.
Un premier tableau récapitulatif réalisé par l'IFIP, donne un aperçu des tendances 2015 :
Production
Import (1)
Export (1)
Consommation
1 000 tec
% / 14
1 000 tec
% / 14
1 000 tec
% / 14
1 000 tec
% / 14
Chine
54 750
- 3,5 %
845
+ 11,0 %
250
- 9,7 %
57 200
+ 0,1 %
UE 28
23 539
+ 2,0 %
11
=
2 118
+ 12,7 %
21 470
+ 1,1 %
USA
11 158
+ 7,6 %
502
+ 9,8 %
2 268
+ 3,0 %
9 340
+ 8,0 %
Brésil
3 565
+ 4,9 %
1
- 50,0 %
565
+ 1,6 %
2 887
+ 1,4 %
Russie
2 606
+ 3,8 %
300
- 41,7 %
1
=
2 929
- 3,1 %
Vietnam
2 450
+ 1,0 %
2
- 50,0 %
40
=
2 412
+ 1,0 %
Canada
1 840
+ 1,9 %
220
+ 2,8 %
1 210
- 0,7 %
846
+ 7,1 %
Philippines
1 370
+ 1,3 %
210
+ 5,0 %
1
=
1 579
+ 1,7 %
Japon
1 270
+ 0,5 %
1270
- 4,7 %
2
=
2 545
+ 0,1 %
Corée du Sud
1 210
+ 0,8 %
600
+ 25,0 %
2
=
1 820
+ 4,8 %
Taïwan
775
- 4,9 %
125
+ 98,4 %
2
- 33,3 %
898
+ 2,6 %
Ukraine
750
- 3,8 %
4
- 90,2 %
35 + 169,2 %
719
- 11,0 %
Chili
540
+ 3,8 %
60
+ 33,3 %
185
+ 13,5 %
415
+ 3,2 %
Australie
370
+ 2,2 %
230
+ 20,4 %
38
+ 2,7 %
562
+ 10,0 %
Source : IFIP d'après USDA, Eurostat, douanes et sources nationales. (1) Echanges en tec hors abats
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
1
Le Monde
La production porcine a progressé dans tous les pays à l'exception de la Chine, de Taïwan et de l'Ukraine.
Parler d'exception en évoquant la Chine n'est sûrement pas le terme approprié puisque la Chine est le
premier producteur de porcs au monde et le premier consommateur fort de sa population estimée à 1,3
milliard d'habitants. L'effondrement de la production et le recours massif à l'importation a modifié les
équilibres mondiaux.
Les principaux producteurs de porcs dans le monde en 2015
La production mondiale (1 000 tonnes)
Pays
Source USDA/
Eurostat et Douanes
2015
(1 000 tonnes)
% 2014
Chine
54 750
- 3,5
UE 28
23 539
+ 2,0
USA
11 158
+ 7,6
Brésil
3 643
+ 4,9
Russie
2 606
+ 3,8
Vietnam
2 450
+1
Canada
1 840
+ 1,9
Philippines
1 370
+ 1,3
Mexique
1 335
+ 3,5
Japon
1 270
+ 0,5
Corée du Sud
1 210
+ 0,8
Taïwan
775
- 4,9
Ukraine
750
- 3,8
Chili
540
+ 3,8
Australie
370
+ 2,2
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
2
Le Monde
LA PRODUCTION MONDIALE EN 2015
(Million têtes)
Ukraine
9,3
Biélorussie
5
Canada
Russie
27,8
38,65
USA
UE 28
120
256
Japon
17,1
Chine
660
Corée du sud
17
Mexique
17,8
Brésil
39
Source : USDA, Eurostat
AUTOSUFFISANCE DANS LE MONDE EN 2015
UKRAINE
80 %
BIELORUSSIE
97 %
RUSSIE
Canada
218 %
87 %
UE
112 %
JAPON
USA
120 %
50 %
CHINE + HK
95 %
TAÏWAN
86 %
COREE DU
SUD
66 %
Mexique
63 %
Thaïland
Vietnam
101 %
Philippines
87 %
Côte d'Ivoire
BRESIL
123 %
Congo
R.D. Congo
Angola
AUSTRALIE
CHILI
70 %
130 %
Argentine
100 %
Pays excédentaires
Pays déficitaires
Sources : USDA, Eurostat, douanes et sources nationales
La carte de l'autosuffisance 2015 n'est pas très différente de celle de 2014 en termes de pays importateurs
ou de pays exportateurs. Les niveaux d'excédents d'offres ou de déficit évoluent notamment en Chine avec
un déficit accru, en Russie avec un déficit moindre du fait du développement de la production. Ce dernier
pays présente un déficit encore important non pourvu du fait des conditions des embargos sanitaires et
économiques. A l'échelle des continents, l'essentiel de la production est consommé sur le lieu de
production.
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
3
Le Monde
Seuls 6 à 8 % (selon les années) des tonnages, soit 7 à 8 millions de tonnes traversent les grandes frontières.
Le commerce mondial a un impact significatif sur les prix production, il est toutefois concentré sur quelques
destinations comme le démontrent les deux tableaux suivants :
9 relations = 59 % des échanges mondiaux en 2 013
UE
UE
USA
USA
USA
Canada
UE
USA
Canada
Chine / Hong Kong
(≈ 1 052 000 T)
14 % du commerce mondial
Russie
(≈
747 000 T)
10 % du commerce mondial
Mexique
(≈
625 000 T)
8 % du commerce mondial
Japon
(≈
425 000 T)
6 % du commerce mondial
Chine / Hong Kong
(≈
417 000 T)
6 % du commerce mondial
USA
(≈
365 000 T)
5 % du commerce mondial
Japon
(≈
230 000 T)
3 % du commerce mondial
Canada
(≈
227 000 T)
3 % du commerce mondial
Japon
(≈
193 000 T) 2,5 % du commerce mondial
9 RELATIONS = 61 % DES ECHANGES MONDIAUX ( ESTIME 2015)
UE
Chine / Hong Kong
(≈ 1 400 000 T)
20 % du commerce mondial
USA
Mexique
(≈
719 000 T)
10 % du commerce mondial
Canada
USA
(≈
444 000 T)
6 % du commerce mondial
USA
Japon
(≈
406 000 T)
6 % du commerce mondial
USA
Chine / Hong Kong
(≈
339 000 T)
5 % du commerce mondial
UE
Japon
(≈
330 000 T)
5 % du commerce mondial
Brésil
Russie
(≈
240 000 T)
3 % du commerce mondial
UE
Corée du Sud
(≈
232 000 T)
3 % du commerce mondial
Canada
Japon
(≈
217 000 T)
3 % du commerce mondial
La concentration est un risque, la fermeture des frontières russes aux viandes européennes à fin janvier
2014 en est un exemple car cela crée instantanément une surproduction chez les exportateurs concernés.
La Russie était le troisième importateur en volume en 2013, en 2015 ce n'est plus un acteur majeur du
commerce mondial à l'exception de la relation Brésil / Russie.
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
4
Le Monde
Les 2 tableaux ci-après indiquent les volumes traités par les principaux exportateurs et importateurs.
Evolution des importations : les principaux importateurs (77 % du total)
Pays / 1 000 T
2014
2015
% / 14
Chine / Hong Kong
2 021
2 414
+ 19 %
Japon
1 105
1 052
-5%
Mexique
865
889
+3%
USA
488
536
+ 10 %
Corée du Sud
400
494
+ 24 %
Autres *
1 900
1 640
- 14 %
Total
6 779
7 025
+4%
Autres * : dont Russie = 340 000 T, Australie = 230 000 T, Canada = 220 000 T, Philippines = 210 000 T
Evolution des exportations : les principaux exportateurs (94 % du total)
Pays / 1 000 T
2014
2015
UE 28
2 940
3 159
+7%
USA
2 219
2 226
0%
Canada
1 081
1 084
0%
Hong Kong / Chine
712
497
- 30 %
Brésil
604
624
+3%
Autres *
603
478
- 21 %
8 159
8 068
-1%
Total
% / 14
Autres * : dont Chili = 185 000 T
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
5
Le Monde
LA CHINE
S
ur la fin 2015, les exportations vers la Chine ont fortement progressé concrétisant certaines
informations entendues au cours de l'année. Des chiffres de décapitalisation de cheptel ont été
avancés par les économistes du monde entier, chiffres ahurissants pour les observateurs extérieurs
tant cela parait démesuré à l'échelle de l'UE ou des USA.
La Chine a annoncé l'arrêt de 5 millions d'éleveurs de porcs balayés par le manque de rentabilité de
l'élevage en 2013 / 2014 et démotivés à continuer la production du fait de l'évolution des normes
environnementales. Selon les sources, il est évoqué 7 à 10 millions de truies en moins … sachant que 95 %
des élevages chinois sont familiaux, de très petites tailles utilisant de la génétique peu productive.
La décapitalisation chinoise a produit 2 effets : une flambée des cours du porc et un déclenchement
d'importations massives pour répondre au déficit de la production nationale.
Sur 2015, les importations de la Chine / Hong Kong ont
progressé de 19 % ; pour 2016, tous les records sont
pulvérisés au cours des premiers mois. Quelles seront les
tendances durables ? Ce sont les questions que tous les
opérateurs se posent aujourd'hui. Au prix du porc actuel,
il est vraisemblable que la production reparte en
croissance faible ? Forte ? Les challenges sont nombreux :
20,00
Prix du porc en Chine (CNY/kg)
21 CNY / kg
18,00
16,00
14,00
12,00
10,00
13
14
15
16
1 13 26 39 1 13 26 39 1 13 26 39 1
Besoin en capital pour investir,
L'accessibilité aux matières premières aliment (le coût alimentaire serait double de celui des producteurs US),
L'impact de l'évolution des normes environnementales,
La formation des éleveurs et techniciens à la gestion d'élevages intensifs,
La maitrise du sanitaire …
De par sa dimension, la Chine n'a pas fini d'influencer le marché du porc mondial !
Importation de coproduits
Importation de viande fraiche et congelée
Tonnes
Allemagne
2013
2014
2015
2013
2014
2015
+ 92,3
Tonnes
Allemagne
114 889
106 747
205 276
110 731
102 862
150 767
+ 46,6
70 445
91 533
136 622
+ 49,3
Danemark
164 996
152 978
144 745
- 5,4
119 182
117 146
Danemark
63 760
67 578
101 468
- 13,4
USA
245 311
264 234
140 024
- 47,0
81 271
+ 20,3
Espagne
53 076
73 029
85 744
+ 17,4
Canada
74 336
52 133
61 323
+ 17,6
Pays-Bas
10 547
29 280
69 629
+ 137,8
France
33 899
26 455
42 630
+ 61,1
Canada
88 326
65 187
50 088
- 23,2
UK
21 296
27 536
32 849
+ 19,3
France
50 105
46 616
45 381
- 2,6
Chili
19 946
25 450
31 398
+ 23,8
Chili
17 651
20 053
24 844
+ 23,9
2 448
9 010
29 685
+ 229,5
UK
13 766
17 263
21 679
+ 25,6
16 073
19 804
28 258
+ 42,7
Irlande
13 030
15 199
19 711
+ 29,7
-
1 711
16 780
+ 880,7
Hongrie
2 664
13 651
+ 412,4
Belgique
2 722
2 750
6 485
+ 135,8
Belgique
6 222
8 732
+ 40,3
Brésil
1 551
880
3 260
+ 270,5
Roumanie
153
-
Espagne
USA
Pays-Bas
Irlande
Hongrie
Roumanie
Autres
Total
% 15/ 14
-
-
224
-
Autres
42 738
15 604
1
-
Total
583 285
564 337
777 530
+ 37,8
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
3 785
% 15 / 14
30 843
11 836
26
- 99,8
802 169
807 423
775 174
- 4,0
6
Le Monde
HONG KONG - IMPORTATIONS
Importation de viande fraiche et congelée
Tonnes
Brésil
2013
82 687
2014
68 773
2015
73 480
% 15 / 14
+ 6,8
Tonnes
USA
Chine
53 423
60 951
60 515
- 0,7
Allemagne
23 648
32 847
27 958
- 14,9
USA
13 810
15 803
22 883
+ 44,8
Pays-Bas
26 370
18 358
17 719
- 3,5
Pologne
Pologne
2 014
7 546
9 727
+ 28,9
Espagne
Importation de coproduits
2013
54 852
2014
88 785
2015
105 458
% 15 / 14
+ 18,8
Allemagne
88 065
116 938
68 986
- 41,0
Pays-Bas
58 691
54 534
40 089
- 26,5
Brésil
38 341
43 645
38 246
- 12,4
7 849
39 733
37 986
- 4,4
21 214
28 279
31 863
+ 12,7
Vietnam
8 568
7 654
9 212
+ 20,4
Canada
8 311
12 295
18 385
+ 49,5
Canada
4 169
5 743
9 154
+ 59,4
UK
20 201
21 617
17 361
- 19,7
18 228
17 703
14 233
- 19,6
9 979
14 274
13 490
- 5,5
747
291
7 869
+ 2 604,1
5 880
7 782
6 438
- 17,3
Espagne
7 433
6 784
7 983
+ 17,7
Belgique
France
2 555
2 593
3 019
+ 16,4
Italie
Belgique
3 308
2 651
2 819
+ 6,3
Chine
840
441
2 258
+ 412,0
UK
3 231
2 613
1 993
- 23,7
Danemark
6 202
7 623
3 123
- 59,0
Australie
1 122
977
981
+ 0,4
Australie
3 633
3 457
2 950
-14,7
Italie
Irlande
Danemark
Autres
Total
262
321
964
+ 200,3
1 597
1 418
822
- 42,0
2 318
237 355
2 866
238 339
2 622
254 109
- 8,5
+ 6,6
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
France
Suède
2 717
2 793
2 321
- 16,9
Argentine
2 420
3 422
1 547
- 54,8
12 335
359 665
15 777
478 948
9 000
419 345
- 43,0
- 12,4
Autres
Total
7
Le Monde
LE JAPON
Bon an, mal an, le Japon présente un déficit de production par rapport à sa consommation de 50 %. Le pays
n'a pas les capacités à développer son élevage. Le Japon restera importateur, une destination choyée par
tous les exportateurs du monde. En 2015, les importations ont baissé de 4,7 % sur le secteur viande fraîche
et congelée.
JAPON - Importations de viande fraîche et congelée 2015
790 450 tonnes (- 4,7 %)
USA
259 475
Canada
165 829
Danemark
110 055
Espagne
73 915
Mexique
69 641
Chili
22 412
Hongrie
21 391
Pays-Bas
19 299
- 16,5 %
+ 19,5 %
- 3,1 %
+ 8,7 %
+ 12,8 %
+ 10,5 %
USA
- 19,6 %
France
Autriche
9 581
- 45,4 %
Allemagne
Allemagne
9 011
- 28,9 %
- 73,2 %
- 24,3 %
Australie
528
- 22,1 %
Belgique
288
- 60,9 %
Pologne
0
Canada
Hongrie
10 753
1 452
Danemark
Pays-Bas
France
Finlande
- 18,7 %
Finlande
11 154
2 965
+ 12 %
Belgique
Italie
Irlande
-6%
Autriche
Mexique
Irlande
Chili
Italie
Pologne
Australie
Espagne
- 100 %
Les importations japonaises 2015 seront en léger recul (- 4,7 %) par rapport à l'année 2014. 790 450 tonnes
ont été importées contre 829 375 en 2014. 2014 avait été un bon cru, en hausse de 12 % par rapport à
2013 (738 000 tonnes).
Les principaux fournisseurs sont les USA avec 259 475 tonnes (- 6 %) devant le Canada 165 829 tonnes
(+ 12 %), le Danemark 110 055 tonnes (- 18,7 %), l'Espagne (+ 12,8 %), le Mexique (+ 10 %) prennent des
positions de plus en plus affirmées. La France tient un modeste 10ème rang avec 10 753 tonnes exportées
(- 19,6 %) dépassée par l'Italie 11 154 tonnes (+ 8,7 %) en 2015.
En fin 2015, était évoquée au Japon la faiblesse des stocks de viandes et vraisemblablement une relance de
la demande pour 2016. Les importations en hausse de plus de 15 % sur les 4 premiers mois 2016 le
confirment !
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
8
Le Monde
LA COREE DU SUD
2013 avait été un point bas dans les importations
de viande de porc de la Corée du Sud (292 768
tonnes). En 2014, consécutivement à des
problèmes sanitaires en interne, les importations
avaient flambé de 24 % à 362 979 tonnes. 2015 est
un excellent cru pour les exportateurs car les
volumes ont à nouveau progressé de 24,8 % à
453 119 tonnes dépassant 2012 (380 927 tonnes).
Les USA, l'Allemagne, l'Espagne, le Canada et le
Chili sont les principaux fournisseurs avec des
croissances 2015 importantes.
Corée du Sud : importations de viande fraîche et congelée (tonnes)
Pays
2013
2014
2015
% 15 / 14
Pd M
USA
100 987
108 083
135 619
+ 25,5
29,9%
Allemagne
32 338
65 512
80 816
+ 23,4
17,8%
Espagne
18 398
38 115
62 936
+ 65,1
13,9%
Canada
39 676
34 850
41 082
+ 17,9
9,1%
Chili
30 367
25 169
31 560
+ 25,4
7,0%
Autriche
10 632
16 739
19 301
+ 15,3
4,3%
Danemark
8 835
9 721
17 405
+ 79,0
3,8%
Pays-Bas
9 121
9 989
14 811
+ 48,3
3,3%
Belgique
8 213
10 562
11 645
+ 10,3
2,6%
Mexique
7 067
8 880
10 158
+ 14,4
2,2%
France
7 262
10 529
9 464
- 10,1
2,1%
Irlande
979
5 867
7 067
+ 20,5
1,6%
Hongrie
3 216
6 089
4 297
- 29,4
0,9%
Finlande
2 623
3 178
3 378
+ 6,3
0,7%
UK
1 798
1 848
1 799
- 2,7
0,4%
Suède
1 100
1 126
1 086
- 3,6
0,2%
Australie
371
961
673
- 30,0
0,1%
Pologne
9 785
5 806
22
- 99,6
0,0%
292 768
363 024
453 119
+ 24,8
Autres
Total
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
9
Le Monde
LA RUSSIE
Les spéculations vont bon train sur la situation de la Russie. Entre réalité et propagande, il est difficile de
faire un point précis de la situation. La production intérieure est annoncée à la hausse par le
développement des élevages de grandes sociétés industrielles ; du fait de l'embargo, l'importation est
limitée, ce qui a forcément un effet sur la consommation intérieure. Les relations complexes entre
américains, européens et russes ont des retombées très négatives sur de nombreux secteurs économiques.
Les choix politiques des européens ont précipité le secteur porcin européen dans un marasme infini dont
toutes les conséquences ne sont pas encore établies. Se priver d'un marché de 146 millions d'habitants est
tout simplement ahurissant ! Les tableaux ci-dessous indiquent les conséquences de l'embargo.
Pour mesurer l'impact de l'embargo de 2014, il est intéressant de mettre en perspective 2012, 2013 (avant
embargo), 2014 et 2015. Par rapport à 2014, les importations ont baissé de 21 %, par rapport à 2013 de
65,5 %. Reste à savoir si la hausse de la production nationale a permis de compenser ce déficit
d'importation, à moins que la consommation de viande de porcs dans le pays n'ait irrémédiablement chuté.
Rappelons que l'Europe a été touchée par l'embargo sanitaire en début 2014, les USA et le Canada par
l'embargo économique en août 2014. Auparavant, l'Espagne avait perdu son agrément en 2013, tout
comme les USA.
RUSSIE : Bilan 2015 des importations
Selon
le
Ministère
de
l'Agriculture russe, les volumes
de viande de porcs abattus en
2015 atteignent 3,96 millions de
tonnes en hausse de 3,8 % par
rapport à 2014.
La hausse est sensible chez les
producteurs industriels (+ 8,3 %
à 3,09 millions de tonnes). Les
abattages des petits fermiers
privés se réduisent du fait du
sanitaire (PPA) et de la baisse de
production consécutive à une
baisse de la rentabilité du fait de
la concurrence de la production
industrielle.
Pays
2012
2013
2014
Allemagne
218 215
169 994
7 205
-
Canada
210 210
86 739
101 512
26
Espagne
127 938
59 486
43
-
Brésil
123 068
128 982
186 829
242 120
Danemark
114 837
146 169
9 748
-
USA
92 861
6 449
24 755
3 426
France
60 620
68 747
5 527
-
Pays-Bas
31 588
63 809
5 962
-
Belgique
27 227
37 268
3 286
-
Italie
25 141
32 173
3 407
-
Chili
22 524
22 205
28 180
32 851
Pologne
21 787
39 375
2 641
-
Ukraine
19 494
4 194
4 106
35 008
Irlande
14 181
22 393
2 746
-
Autriche
13 011
24 812
1 824
-
Hongrie
12 400
24 877
2 391
-
1 958
128
14 691
11 070
17 971
10 744
588
-
3 798
4 635
980 230
426 019
338 506
tonnes
Serbie
* Argentine (1 779 T), Paraguay (2 853 T) et
Suisse (2 941 T) ont fourni le marché russe
en quantités en relation avec leur potentiel
de production et d'exportation.
Biélorussie
Chine
2015
Autres *
TOTAL
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
1 156 981
10
Le Monde
Les importations russes de viande de porc fraiche et congelée en 2015
304 501 tonnes (- 18,2 %)
UE
- 100 %
Ukraine
+ 537 %
RUSSIE
Kazakhstan
+ 291 %
Chine
+ 29,7 %
Canada
- 100 %
USA
- 100 %
Brésil
+ 26,6 %
Chili
- 3,2 %
Les importations totales de la Russie en 2015
338 506 tonnes (- 20,5 %)
UE
- 100 %
Ukraine
+ 753 %
RUSSIE
Kazakhstan
+ 306 %
Chine
+ 22 %
Canada
- 100 %
USA
- 86,2 %
Brésil
+ 29,6 %
Chili
+ 16,6 %
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
11
Le Monde
L ES CONSEQUENCES DE L ' EMBARGO RUSSE
2012 : importations de 1 157 000 tonnes
Italie
2,20%
Belgique
Pays-Bas 2,40%
2,70%
Ukraine Autres
Chili
Pologne
1,70% 5,50%
1,90%
1,80%
Autres
5,60%
Allemagne
18,90%
France
5,20%
Brésil
10,60%
Canada
18,20%
USA
8%
DK
9,90%
Brésil
10,60%
UE
57,60%
Canada
18,20%
Espagne
11%
2015 : embargo économique et sanitaire
Importations de 338 500 tonnes
Serbie
3,30%
Ukraine
10,40%
Réalisation MPB
USA
8%
Chine Autres
1,40% 3,60%
Chili
9,70%
Brésil
71,60%
2012 était une année sans embargo. En 2013, il est constaté une baisse des tonnages de 15,3 % à 980 230
tonnes. Les ventes US s'effondrent (- 93 %) suite à une décision de la Russie d'interdire l'importation de
viande de porc d'animaux utilisant la Ractopamine. Cette même année, les ventes espagnoles ont chuté de
53 % suite au déréférencement d'abattoirs espagnols.
En janvier 2014, après l'annonce officielle de sangliers "PPA" dans l'Est de l'UE, la Russie décrète un
embargo sanitaire pour tous les exportateurs européens. Les exportations de l'UE vers la Russie cessent à
cette date ; en août, un embargo économique est instauré dans la "pagaille géopolitique" UE / OTAN / USA
/ Ukraine / Crimée / Russie, privant les USA et le Canada de ce débouché. En 2015, le Brésil (membre du
BRICS avec la Russie), est le seul susceptible d'exporter vers la Russie …
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
12
Le Monde
LES USA
L'effet boomerang de la reprise de production (+ 7,97 %) après les pertes de porcelets liées à la DEP s'est
traduit par une chute du cours du porc de 38 % en prix de base par rapport à 2014. Les exportateurs US
dont les volumes exportés représentent environ 20 % de la production, ont subi les conséquences de la
valorisation du dollar face à l'euro ainsi que les restrictions d'exportation vers la Chine une bonne partie de
l'année. La consommation intérieure a été très bonne, favorisée par le bon rapport qualité / prix de la
viande de porc comparé aux autres viandes.
LA PRODUCTION PORCINE AUX U.S.A.
140 000
Nombre de porcs abattus / 1000 têtes
Prix en dollar le kg vif
130 000
$1,67
$2,90
$1,41
$1,37 $1,40 $2,60
$1,35
110 000
$1,22
$1,18
$1,13
$1,20
$1,10
$1,05 1,04
$2,00
$1,05
$0,92
$0,96
$0,94
$0,93
$0,87
80 000
$2,30
$1,16
90 000 $1,00
$1,00
$1,70
$0,87
$0,75
$0,70
70 000
2012 : 1,826 $
2013 : 1,907 $
2014 : 2,270 $
$1,46
120 000
100 000
Prix du B Cost 51 - 52 % USA
$1,60
2013 : 1,907 $
$0,80 $1,40
$0,72
2014 : 2,270 $
60 000
$0,60
$1,10
2015 : 1,500 $
1 $ USD = 0,915 € au 31-12-15
50 000
$0,80
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
$0,40
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Sept.
Oct.
Nov.
Déc.
La Rentabilité
$100
RENTABILITE DE LA PRODUCTION DE PORC dans L'IOWA (source : ISU)
$50
$ / Tête
40 000
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53
$0
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
19/21 mois
rentables
-$50
La réduction des offres due à la DEP a propulsé les prix du porc à des niveaux exceptionnels en 2014. Malgré
la forte hausse de production en 2015, la rentabilité a encore été correcte … Deux années qui dénotent
avec le marasme général de la production européenne.
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
13
Le Monde
Bilan 2015 Exportations USA
Tous produits confondus, les exportations des USA ont atteint 2 132 135 tonnes, volume en baisse de 2 %
par rapport à 2014. Les meilleures performances des derniers mois de l'année ont permis d'approcher la
performance de 2014.
DESTINATION des EXPORTATIONS US de VIANDE de PORC en 2015
2 132 135 TONNES (- 2 %)
Mexique
Japon
406 186
Hong Kong / Chine
339 056
Canada
200 989
Corée du Sud
167 524
Amérique Centrale…
Australie
Philippines
+6%
718 819
122 587 0 %
57 763
35 639
Rép Dominicaine
23 265
Taïwan
20 278
+ 15 %
- 13 %
+1%
-3%
+ 24 %
Russie
Canada
UE
Japon
-8%
Chine + H Kong
Corée du sud
+ 38 %
Mexique
Philippines
Amérique centrale et du
sud
+ 29 %
Singapour
4 304
- 86 %
UE
4 268
-4%
Russie
1 346
- 97 %
Source : USMEF
Australie
Exportations de viande porcine US
‐ A noter que l'embargo économique a réduit à néant les
exportations vers la Russie (38 844 tonnes en 2014 et
1 346 tonnes en 2015).
‐ Les exportations de viande (1 697 474 T) représentent
79,6 % des exportations totales. Le volume 2015 est en
hausse de 3 % avec 2 progressions majeures : Mexique
+ 12 % et la Corée du Sud + 27 %. Les ventes de
coproduits ont chuté de 17 % à 434 661 tonnes.
‐ 2015 est la 6ème année au cours de laquelle les
exportations ont dépassé les 2 millions de tonnes. Le
record date de 2012 avec 2 262 109 tonnes.
US Meat Export Federation
2 300
2 100
1 900
1 700
1 500
1 000 T
1 300
1 100
900
700
500
300
100
1999
2001
2003
2005
2007
2009
2011
2013
2015
-100
‐ Les perspectives 2016 anticipent des volumes qui se situent dans la fourchette haute des tonnages avec
notamment des ambitions de performance en Chine.
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
14
Le Monde
Situation des abattages USA et CANADA
1 000 têtes
2013
2014
2015
% 15/14
USA
112 077
106 932
115 392
+ 7,91 %
CANADA
20 758
19 560
20 059
+ 2,55 %
Total Amérique du Nord
132 835
126 492
135 451
+ 7,08 %
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
15
Le Monde
LE CANADA
Le prix du porc au Québec
PRIX au QUEBEC $ / 100 kg
250
$213
Une conjonction royale pour les éleveurs canadiens
en 2014 avec les cours US sans les pertes DEP, 2015
est à l'image de l'évolution US avec quelques
différences liées aux écarts de change dollar US /
dollar canadien.
200
$190
$181
$177
$163
$140
$140
$171
$165
$161
$152
150
$187
$179
$154
$144
$131
$164
$152 $152
$148 $151
$138
$165
$143
$137
$125
$170
$159
$124
$121 $122
$117
100
50
0
1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Les exportations canadiennes de viande de porc en 2015
1 170 603 tonnes (+ 1,7 %)
USA
394 459
217 731
Japon
199 830
126 404
Chine
126 944
124 052
Mexique
104 615
42 024
Corée du Sud
40 300
27 281
31 936
Philippines
28 194
Hong Kong
28 324
Colombie
Chine
- 0,4 %
Japon
+9%
USA
+ 12,5 %
Corée du sud
+ 4,2 %
18 306
Hong Kong 55 %
Taïwan + 48 %
Philippines
+ 13 %
25 770
Australie
Nelle Zélande
Russie
40 324
Taïwan
Chili
443 738
24 272
12 705
Mexique
+ 18,6 %
Colombie
- 24 %
13 260
7 444
9 806
2015
2015 Ranking
1
2
3
4
5
Chili
- 4,2 %
Australie
+ 6,2 %
11 266
8 073
Source : Agriculture et Agroalimentaire
Nelle Zélande
+ 40 %
2014
TOP 5 Canadian Pork Powerhouses 2015
Company/Headquaters
Nb sows in 2015 Nb sows in 2014
HyLife/LaBroquerie, Manitoba
72 000
72 000
Maple Leaf Agri-Farms/Landmark, Manitoba
65 000
67 000
Olymel/Saint-Hyacinthe/Steinbach, Manitoba
46 500
41 000
ProVista Agriculture/Steinbach, Manitoba
40 000
40 000
The Progressive Group/Niverville, Manitoba
33 500
33 500
TOTAL Gain of 3 500 sows in 2015
257 000
253 500
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
16
Le Monde
LE BRESIL
La production brésilienne a progressé en 2015 de 4,9 % à 3 565 000 tonnes ; le prix du porc, en légère
baisse par rapport à 2014, reste cependant la deuxième référence historique des 15 dernières années.
Historique du prix du porc
R$ 4,50
Prix du porc Minas Gerais
4,13
Source : Abipecs
R$ 5,60
3,95
R$ 4,00
3,63
R$ 5,20
R$ 3,50
3,13
R$ 4,80
2,99
R$ 3,00
2,67
R$ 4,40
R$ 2,50
R$ 4,00
2,04
R$ 2,00
R$ 3,60
1,57
R$ 3,20
R$ 1,50
2,51
2,89
3,05
2,50
2,20
1,89
1,47
1 R$ = 0,234 € au 31-12-15
R$ 2,80
R$ 1,00
2013 : 3,63 R$
2014 : 4,13 R$
2015 : 3,95 R$
R$ 2,40
Source : ASEMG - Brésil
R$ 2,00
R$ 0,50
R$ 1,60
1
2
3
4
Janvier
5
6
7
8
Février
9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Sept.
Oct.
Nov.
Brésil : exportations 2015 tous produits
Source : Douanes d'après IFIP
1000 T % / 14
Russie
244
+ 30,6
Hong Kong
124
+ 11,5
Angola
59
- 41,8
Singapour
31
- 12,8
Uruguay
23
+ 9,1
Argentine
11
+ 37,5
Venezuela
10 + 142,8
Cuba
9
- 10,3
Autres
121
- 7,3
Total
631
+ 3,8
Déc.
R$ 0,00
2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Consommation en hausse de 2,7 %
La consommation a atteint 15,1 kg par habitant en
2015 contre 14,7 kg en 2014. Elle a été favorisée
notamment par le niveau élevé du prix de la viande
bovine.
Exportation Brésil 2015
Viande de porc fraîche et congelée (source : LF)
Le bilan export des producteurs brésiliens est
2013
2014
2015
% 15 / 14
positif. Les ventes ont atteint 472 710 tonnes, Tonnes
Russie
134 462 185 936 236 527
27,2
en progression de 13 %. Le client majeur des
Hong Kong
79 651
66 065
84 568
28,0
brésiliens est la Russie. En effet, parmi les Singapour
28 709
32 276
28 028
- 13,2
majors exportateurs, seul le Brésil a trouvé Angola
36 855
38 996
25 732
- 34,0
grâce auprès des russes, le Brésil n'étant pas Uruguay
20 934
19 575
21 029
7,4
Argentine
9
820
7
718
10
616
37,5
concerné par les décisions d'embargo
9 822
4 098
9 949
142,8
économique. L'association des exportateurs Venezuela
Autres
119 471
63 810
56 261
- 11,8
brésiliens est pleinement satisfaite du bilan de
439 724 418 474 472 710
13,0
Total
l'année avec les russes. 50 % des exportations
totales ont été destinées aux importateurs russes. La progression est de 27,2 % par rapport à 2014. Hong
Kong est le deuxième client pour 17,9 % des exportations brésiliennes. Les ventes vers Singapour et surtout
l'Angola se sont effondrées.
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
17
Le Monde
Comparatif prix Europe / Amérique
Prix moyen hebdo UE, US, Brésil et Canada (euro / 100 kg carcasse)
La courbe de prix du porc
brésilien ramenée en euro
montre la dévalorisation du
Real et le retour à la
compétitivité des brésiliens sur
les marchés exports.
Source : DG AGRI décembre 2015
Variation du prix de base
U.S.A.
CANADA
2004
+ 32,5 %
+ 25,1 %
2005
- 4,0 %
2006
- 5,4 %
2007
2008
BRESIL
Aux producteurs européens, il manque
cruellement la bonne année 2014 dont ont
bénéficié tous les producteurs américains.
2015 est négative avec des conséquences
diverses selon les bassins de production. La
production UE cumule les pertes, la
production nord-américaines a les réserves
pour supporter une baisse des cours.
U.E.
+ 30,9 %
+ 9,3 %
- 10,8 %
- 6,0 %
+ 0,1 %
- 17,7 %
- 24,7 %
+ 5,0 %
- 0,3 %
- 3,2 %
+ 16,4 %
-7%
+ 1,6 %
+ 1,1 %
+ 42,3 %
+ 13,2 %
2009
- 14,1 %
- 4,1 %
- 20,1 %
- 7,2 %
2010
+ 33,5 %
+ 21,3 %
+ 19,9 %
-1,4 %
2011
+ 20,1 %
+ 15 %
- 3,2 %
+ 9,2 %
2012
- 5,2 %
- 3,8 %
+ 5,5 %
+ 11,4 %
2013
+5%
+ 7,5 %
+ 19 %
+ 2,9 %
2014
+ 19 %
+ 25,2 %
+ 13,6 %
- 8,5 %
2015
- 33 %
- 22 %
- 4,4 %
- 11 %
3€
Coûts de production INTERPIG 2014
Les accords transatlantiques :
peut-on
raisonnablement
penser qu'avec de tels écarts
de coûts de revient, une libre
circulation des viandes serait
équitable
pour
les
producteurs européens ?
1,97 €
2€
1,50 €
2€
1,22 €
1,55 €
1,56 €
1,56 €
1,64 €
1,66 €
1,75 €
1,23 €
1,05 €
1€
1€
0€
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
18
Le Monde
2016 : € / $
Le prix du porc intérieur et le taux de change sont essentiels dans la compétitivité des bassins de production
sur les marchés tiers. Le prix du porc de l'Amérique du Nord en ce début d'année associé au dollar fort
favorise clairement les européens vers l'Asie … Parallèlement, l'usage de la Ractopamine en Amérique a
également fermé des débouchés.
Production début 2016
Le début 2016 voit la production US stable (- 0,3 % à 20 semaines), la production canadienne en hausse de
2,9 % sur la même période et la production européenne en hausse de 1,5 % sur les 5 premiers mois.
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
19
Le Panorama européen en 2015
E
n persistant à ignorer la faisabilité de certificats sanitaires régionalisés entre pays exportateurs de
l'UE et Russie, la commission européenne a sciemment sacrifié une partie de la production porcine
européenne. En négociant secrètement des accords de libre-échange avec le Mercosur et sans doute
avec les USA et le Canada, la commission porterait le coup fatal à un certain modèle de production.
Plus positivement, on pourrait remercier la commission européenne d'avoir utilisé un outil de gestion de
marché (le stockage privé) pour tenter de sortir les éleveurs du marasme … Foutaise ! 89 000 tonnes
stockées en janvier lorsque le porc valait 1,10 € pour le ressortir 3 mois après quand le porc ne vaut que
1,12 € … Ecran de fumée que ce stockage pour masquer le refus d'évoluer sur le dossier russe, écran de
fumée pour masquer les effets dévastateurs de
257,9
subventions à l'installation et au développement
Abattages de porcs dans l'UE (million de têtes)
258
255,1
255,4
de production au sein même de l'Europe alors que 256
la seule décision d'ignorer le marché russe crée 254
252,6
250,1
une surproduction quasi structurelle !!!
252
248,3
248,7
La production européenne a progressé de 2,6 % 250
246,5
en 2015, au moment même où le débouché russe 248
245,9
246
fait défaut. Sur les 2 années 2014 et 2015, la
244
production a progressé de 4 % (+ 10 millions de
242
porcs) un débouché équivalent à 3,5 % de la 240
production communautaire a été perdu … Une 238
2007
2008
2009
2010
2011
2013
2014
2015
2012
économie de marché ne peut gérer sans dégât un
delta de 7,5 % entre l'offre et la demande !
Perdre le marché russe est une chose, stimuler d'autres débouchés en est une autre. La notion du temps
n'est pas la même entre la fermeture brutale et la conquête de marchés de substitution, d'autant que dans
le même temps, la production se développe ! Un autre challenge tout aussi important incombait aux
producteurs : relancer la consommation intérieure dont la tendance à la baisse est lourde.
Consommation de viande de porc par habitant (kg) 2005 - 2015 (source GIRA)
Allemagne
Espagne
Danemark
France
Pays-Bas
Pologne
Italie
Belgique
UK
Autriche
UE-27
2005
2010
2011
2012
2013
2014
2015
% 15 / 05
% 15 / 10
54.1
57.2
48.3
34.1
41.9
49.6
37.5
45.8
25.1
56.9
41.2
54.8
53.6
52.1
33.7
42.6
50.8
40.7
44.3
25.0
56.6
41.8
54.6
53.3
54.0
32.5
40.6
52.8
37.7
45.0
24.6
54.3
41.3
52.7
52.1
54.0
31.6
40.8
48.3
38.9
44.5
24.1
54.2
40.1
52.5
52.7
53.7
31.2
40.5
45.5
38.1
43.2
23.5
53.0
39.7
52.3
52.8
53.4
31.5
39.6
46.4
38.0
43.0
24.4
52.7
39.8
52.1
53.1
53.3
31.5
39.4
47.8
37.7
42.7
24.4
52.4
39.8
- 3,7
- 7,2
+ 10,4
- 7,6
- 6,0
- 3,6
+ 0,5
- 6,8
- 2,8
- 7,9
- 3,4
- 4,9
- 0,9
+ 2,3
- 6,5
- 7,5
- 5,9
- 7,4
- 3,6
- 2,4
- 7,4
- 4,8
L'évolution du cheptel truies de fin 2014 annonçait une production en croissance en Espagne. Les chiffres
étaient assez fiables ! La production espagnole a progressé de 6,7 % en 2015.
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
20
L'Europe
La production en hausse a
globalement été consommée
(hors effets variation de stocks
privés des entreprises en fin
d'année). Les exportations pays
tiers ont atteint un record
absolu à 3 264 666 tonnes soit
230 824 tonnes de plus qu'en
2014
(+ 7,6 %).
Le
fait
marquant de l'année est le
record (dernier en date 2011 à
3 246 486 T) avec la Russie
fermée qui importait 25 % des
exportations de l'UE en 2013 !!!
ANALYSE DES ABATTAGES
2014
2015
%
ALLEMAGNE (abattages)
52 semaines
50 899 279
51 358 826
0,90%
ESPAGNE (abattages)
52 semaines
43 483 573
46 380 231
6,66%
UNIPORC OUEST
52 semaines
18 786 781
18 765 204
-0,11%
DANEMARK (abattages)
52 semaines
18 280 101
18 247 971
-0,18%
PAYS-BAS (abattages)
52 semaines
14 473 000
14 828 000
2,45%
ALL + DK + PB
52 semaines
83 652 380
84 434 797
0,94%
ROYAUME-UNI (production)
52 semaines
10 227 166
10 603 582
3,68%
USA
52 semaines
106 876 000
115 392 000
7,97%
CANADA
52 semaines
19 560 418
20 059 450
2,55%
Sources : AMI, Magrama, Uniporc Ouest, Landbrug & Fødevarer, PVE, Defra, Agriculture et Agroalimentaire Canada
Abattage 2015: 255 378 000 têtes
(+ 2,67 % / 2014)
Suède
- 0,1%
2 560
Finlande
+1,2%
2 080
Danemark
1 000 têtes
Estonie + 4,4 %
533
- 0,7 %
18 717
Irlande
+6%
3 225
Belgique
Pays-Bas
R.U.
+ 3,7 %
10 848
Lituanie - 1,8 %
837
+ 5,6 %
+ 0,3 %
11 887
15 418
Pologne
+ 3,6 %
Allemagne
+1 %
59 292
+ 0,1 %
5 414
+ 0,1 %
23 680
Espagne
21 243
CZ - 5 %
2 508
Slovaquie -10,4%
Autriche
France
Portugal
+5%
5 638
Lettonie + 2,8%
369
Italie
+ 3,4 %
11 304
Hongrie
+ 9,3 %
4 459
Croatie
1 089 +11%
+ 6,7 %
Slovénie
46 380
238 -0,2%
331
Roumanie
+ 1,4 %
4 038
Bulgarie
919 +12,6%
Grèce
-5,7%
1 505
Source : Eurostat
Malte
62 -11%
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
Chypre
+ 2,4 %
577
21
L'Europe
Commerce extérieur historique
UE : Exportations de viande de porc (tonnes)
3 300 000
3 033 842
3 060 000
2 940 000
3 264 666
3 217 935
3 180 000
540 131
Russie
661 777
2 820 000
Côte d'Ivoire
634 860
2 700 000
2 580 000
Taïwan
2 460 000
2 340 000
2 220 000
803 476
2 100 000
1 980 000
1 860 000
1 740 000
1 620 000
69 138
62 898
73 156
106 779
49 999
85 172
96 794
57 110
51 498
125 541
64 780
102 347
1 380 000
108 483
1 260 000
189 280
202 521
232 362
227 825
290 989
408 182
330 193
USA
Philippines
347 722
261 323
Hong Kong
660 000
1 109 262
540 000
300 000
Ukraine
Corée du Sud
900 000
420 000
Australie
388 190
1 020 000
780 000
Angola
102 015
90 985
1 500 000
1 140 000
Autres
668 411
180 000
Japon
717 033
Source : DG AGRI janvier
2016
Chine
60 000
Jan-Déc 13
Jan-Déc 14
Jan-Déc 15
La demande chinoise a contribué à rééquilibrer le marché européen par sa forte demande, l'euro faible face
au dollar a permis une activité européenne de haut niveau vers les pays tiers. Chine et Russie ont contribué
à bouger les lignes en 2014 / 2015 comme le démontre le document ci-dessous retraçant les historique des
exportations européennes vers les pays tiers depuis 1999.
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
22
L'Europe
Bilan pays tiers UE 2015
3 264 666 tonnes ont été exportées vers les pays tiers
Euro / dollar
au cours de l'année. Le volume est le nouveau record
absolu dépassant le précédent datant de 2011 :
3 134 000. Cette activité démontre la forte demande
mondiale d'un marché pourtant privé de la Russie pour
cause d'embargo. Bien évidemment, ce constat met
encore plus en évidence le préjudice colossal subi par
les éleveurs, les filières depuis 2 ans du fait de
l'embargo russe. Pour quelques sangliers et porcs
déclarés positifs "peste porcine africaine" à l'extrême
Est de l'UE, les producteurs européens sont passés à
côté de 2 années qui auraient été à coup sûr, très rentables ! Désolant, rageant même car une action plus
positive de la commission européenne sur des certificats régionalisés auraient changé le cours des marchés !
Cette performance record est en grande partie réalisée grâce à la Chine. Les importations ont progressé de
54,7 % à 1 109 262 tonnes, la chine représentant 34 % des exportations totales de l'UE. Le mois de décembre
a été dynamique, les exportations au départ de l'UE ont progressé de 18,3 % … avec la Chine en hausse de
83 % !!!! Sur l'année, outre la performance chinoise (+ 54,7 %), il faut relever la croissance de la Corée du
Sud (+ 2 %), des USA (+ 12,1 %). A l'inverse, tous les autres grands marchés sont en repli : Japon (- 5 %), Hong
Kong (- 28,7 %), Les Philippines (- 6,5 %), l'Ukraine (- 9,4 %).
Autres - 10,7%
Liechtenstein - 8,7%
Turkmenistan + 6,1%
Gabon + 25,9%
Suisse - 30,4%
Liberia + 41,9%
Albanie + 22,9%
Venezuela - 21,6%
Moldavie + 11,3%
Russie - 80,8%
Uzbekistan + 42,9%
Malaisie + 27,2%
Macédoine + 16,8%
Canada - 1,4%
Bosnie-Herz. + 19,1%
Montenegro - 37,5%
Congo + 20,7%
Congo (Dem. Rep.) - 8,2%
Nell Zélande + 29,4%
Afrique du Sud + 33,0%
Thailande - 1,8%
Vietnam + 137,9%
Singapour - 0,4%
Serbie - 24,4%
Georgie + 112,1%
Côte d'Ivoire + 25,4%
Angola - 20,5%
Taiwan + 1,3%
Australie + 16,4%
Ukraine - 9,4%
USA + 12,1%
Philippines - 6,5%
Corée du Sud + 2,0%
Hong Kong - 28,7%
Japon - 5,0%
Chine + 54,7%
154 504
Exportations UE vers pays tiers en 2015 : 3 264 666 T (+ 7,61 %)
8 149
8 532
9 609
10 990
11 610
Russie
- 80,8 %
11 843
12 017
Canada
- 1,4 %
13 211
13 269
Biélorussie -95 %
13 564
Ukraine -9,4 %
13 567
15 893
USA
+ 12,1 %
16 089
Serbie
- 24 %
17 639
Chine
+ 54,7 %
23 159
23 408
Japon
-5%
Corée du Sud
+2%
Taïwan
+ 1,3 %
H Kong
- 28,7% Philippines
Vénézuela
- 6,5%
28 629
29 883
C Ivoire
+ 25 %
32 233
33 775
Congo
+ 21 %
Malaisie
+ 27 %
Angola
- 20,5%
38 201
40 105
Australie
+ 16,4 %
Afrique du
Sud
+ 33 %
47 533
47 633
49 881
49 999
Nelle Zélande
+ 29 %
53 673
85 172
96 794
102 015
189 280
232 362
290 989
330 193
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
Tonnes
1 109 262
23
L'Europe
Les fournisseurs européens des pays tiers
Au grand export, s'affirment très logiquement les principaux pays producteurs de l'UE, l'Espagne explose
(+ 30 %) avec son potentiel de production, l'Allemagne augmente significativement.
Pays / tonnes
12 mois 2015
12 mois 2014
Allemagne
811 022
691 306
+ 17,32%
Danemark
551 610
542 607
+ 1,66 %
Espagne
495 691
380 786
+ 30,18 %
Pays-Bas
270 557
269 999
+ 0,21 %
France
216 906
209 895
+ 3,34 %
Pologne
164 008
185 074
- 11,38 %
UK
102 279
79 772
+ 28,21 %
Belgique
94 745
88 430
+ 7,14 %
Italie
88 169
94 315
- 6,52 %
Hongrie
86 849
95 694
- 9,24 %
Irlande
84 420
75 587
+ 11,69 %
Autriche
42 887
58 401
- 26,56 %
TOP 12
3 009 143
2 771 866
+ 8,56 %
Autres
255 523
261 976
- 2,46 %
3 264 666
3 033 842
+ 7,61 %
UE 28
% 15 / 14
Viande et coproduits
En 2014 comme en 2015, la part des viandes exportées représente 55 % du total viandes + coproduits.
La Chine, dont la progression est relevée par ailleurs, a porté son pourcentage de viande à 43,5 % contre
33 % en 2014. Les USA, l'Australie ont importé des quantités de viande supérieures à 2014 ; Hong Kong,
l'Angola et l'Europe de l'Est, des quantités inférieures.
Viandes :
•
•
•
•
25,7 % des viandes ont été achetées par les chinois,
15,3 % par les japonais,
10 % par les coréens,
5 % vers les USA,
Pour les 4 débouchés les plus importants.
Coproduits :
•
•
•
•
46 % des coproduits ont été expédiés vers la Chine,
11,7 % vers Hong Kong,
6,5 % vers les Philippines,
5 % vers l'Ukraine.
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
24
L'Europe
Le cheptel porcin à fin 2015
A bien observer l'évolution du cheptel truies, l'Espagne produira encore plus de porcs charcutiers en 2016
freinant la baisse de production européenne.
Le cheptel porcin fin 2015
1 000 têtes
Espagne
Allemagne
FRANCE
Danemark
Pays-Bas
Pologne
Italie
Belgique
Roumanie
UK
Hongrie
Autriche
Portugal
Rép. Tchèque
Irlande
Suède
Finlande
Croatie
Grèce
Lituanie
Slovaquie
Bulgarie
Chypre
Lettonie
Estonie
Slovénie
Luxembourg
Malte
Total cheptel
2014
2015
%
Total truies
2014
2015
%
Total truies saillies
2015
2014
%
28 367
27 535
13 307
12 702
12 453
10 590
8 683
6 353
5 089
4 439
3 124
2 845
2 225
1 555
1 475
1435
1239
1186
1013
688
633
600
358
334
307
271
89
44
26 568
28 339
13 300
12 709
12 065
11 266
8 676
6 350
5 042
4 510
3 136
2 868
2 127
1 607
1 506
1458
1223
1156
1046
714
642
553
342
349
358
281
93
47
+ 6,8
- 2,8
+ 0,1
- 0,1
+ 3,2
- 6,0
+ 0,1
0
+ 0,9
- 1,6
- 0,4
- 0,8
+ 4,6
- 3,2
- 2,1
-1,6
+ 1,3
+ 2,6
-3,2
-3,6
-1,4
+ 8,5
+ 4,7
-4,3
-14,2
-3,6
-4,3
-6,4
2 466
1 970
1 011
1 237
1 053
814
591
438
383
479
285
245
238
138
139
141
116
134
152
53
53
58
32
38
26
20
5
4
2 358
2 052
1 035
1 245
1 106
956
586
460
378
473
285
242
234
143
146
144
118
116
149
56
66
55
34
39
34
21
6
4
+ 4,6
- 4,0
- 2,3
- 0,6
- 4,8
- 14,9
+ 0,9
- 4,8
+ 1,3
+ 1,3
0
+ 1,2
+ 1,7
- 3,5
- 4,8
- 2,1
- 1,7
+ 15,2
+ 2,0
-5,4
- 19,7
+ 5,5
-5,9
- 2,6
- 23,5
-4,8
-16,7
0
1668
1421
717
777
703
537
481
358
237
318
182
171
165
88
98
99
86
46
82
44
35
33
22
13
20
12
4
4
1626
1485
738
802
694
643
488
368
234
313
184
172
163
90
102
101
85
36
78
47
33
33
23
16
26
12
4
4
+ 2,7
- 4,3
- 2,8
- 3,1
+ 1,3
- 16,5
- 1,4
- 2,7
+ 1,3
+ 1,6
- 1,1
- 0,6
+ 1,2
- 2,2
- 3,9
- 2,0
+ 1,2
+ 27,8
+ 5,1
- 6,4
+ 6,1
- 1,3
- 4,3
- 18,8
- 23,1
0
0
0
EU 28
148 939
148 331
+ 0,4
12 319
12 541
- 1,8
8 421
8 603
- 2,1
USA
Canada (juillet)
68 299
13 225
67 776
13 075
+ 0,8
+ 1,1
6 002
1 203
5 939
1 193
+ 1,1
+ 0,8
A moins 1,8 %, le cheptel truies de l'UE ne se réduit pas significativement. Les gains de productivité des
truies en production compensent généralement 2 % de truies en moins par an. Les écarts de productivité
sont encore importants entre producteurs et pays. Les leaders : Danemark / Pays-Bas progressent encore,
démontrant le potentiel des poursuivants.
2014 : porcs produits par truies / an
Belgique Brésil SC
26,0
25,0
Source : Interpig
Canada Danemark
21,5
28,5
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
Espagne
24,2
USA
22,4
France
25,7
UK
22,7
Italie
23,3
Pays-Bas Moyenne
27,8
24,4
25
L'Europe
FR 1011
8%
Pol 814
7%
IT 591
5%
Cheptel truies 2015 UE
RU 479
4%
(1000 Têtes)
BE 438 4%
Autriche 245 2%
Rou 383 3%
Hon 285 2%
Portugal 238 2%
PB 1053 9%
Grèce 152 1%
Suède 141 1%
Autre 1593 13%
DK 1237 10%
Irlande 139 1%
R Tchèque 138 1%
Croatie 134 1%
ALL 1 970 16%
Finlande 116 1%
ESP 2466 20%
Divers 290 2%
Source : Eurostat
Total UE 28 : 12 320 000 truies - 1,6 % / 2014
L'Espagne dépasse aujourd'hui l'Allemagne en nombre de truies sans pour autant produire autant de porcs.
Il faut bien sûr intégrer les traditions espagnoles de consommation de porcelets TOSTON (2 millions par an),
mais au regard du nombre de truies, le potentiel de croissance est important. Il faut également observer la
stratégie de certains pays orientant la production vers le naissage (Pays-Bas, Danemark), ce qui explique les
écarts qu'il peut y avoir entre la part de cheptel truies et la part de la production de viande.
Principaux producteurs de viande de porc de l'UE en 2015 (1000 T)
ALL
5 562
24%
ESP
3 896
17%
Autres
3 946
17%
BE
1 124
5%
FR
1 968
9%
PB
1 450
6%
DK
1 486
7%
IT
1 599
7%
Pol
1 906
8%
Source : Eurostat
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
26
L'Europe
Le tableau ci-dessous récapitule bien les orientations des bassins de production, la colonne "production
indigène brute" correspondant aux porcelets nés dans le pays.
Source : IFIP
Million têtes
Production indigène brute
2014
2014/2000
Abattages
2014
2014/2000
Allemagne
46,7
+ 12 %
58,8
+ 36 %
Danemark
30,6
+ 36 %
18,8
- 10 %
Pays-Bas
24,1
+ 15 %
14,6
- 21 %
Pologne
16,2
- 29 %
21,6
-6%
Espagne
44,0
+ 23 %
43,2
+ 22 %
France
24,3
-9%
23,8
- 12 %
UE 28
255,0
+ 25 %
254,8
+ 25 %
Accessoirement, il peut être ressorti de ce tableau que la production de l'UE a augmenté de 25 % de 2000 à
2014 pendant que la production française chutait de 9 %.
LE MARCHE DU PORCELET DANS L'UNION EUROPEENNE
Depuis l'automne 2014, le prix du porcelet est un prix de crise. Pour autant, les effectifs ne reculent pas
encore significativement.
Source : DG AGRI Mai 2016
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
27
L'Europe
Le Danemark poursuit sa progression en
réduisant le nombre de porcelets engraissés
dans le pays. Aux Pays-Bas, le bilan export
porcelets est plus mitigé, l'engraissement
des porcelets et l'abattage progressant dans
le pays.
Exportations de porcelets (Têtes)
2015
PAYS-BAS
DANEMARK
% / 2014
6 216 800
- 2,60 %
12 090 790
+ 6,9 %
La rentabilité du porcelet
La rentabilité du porcelet en Allemagne
Les courbes de prix du porcelet montrent que le marasme est général chez les producteurs de porcelets.
Pour autant, le nombre de truies en production ne s'effondre pas si l'on en croit les évolutions de cheptel
truies des différents pays.
La spécialisation dans le naissage modifie les structures de production et d'abattage de plusieurs pays de
l'UE. Les danois ferment des abattoirs ; les polonais, les italiens compensent la baisse de cheptel truies par
l'importation de porcelets, engraissés puis abattus majoritairement dans le pays de livraison.
Dans cette spécialisation du naissage, il y a un début de réponse à l'absence de cycles du porc tels que vécus
dans les années 90 et par le fait, à l'évolution des cours et à l'absence de très bonnes années.
La crise de 2010 / 2011 dans le naissage avait provoqué une baisse de production de 2,65 % en 2012 sur le
bassin européen. Fin 2014, 2015 et début 2016 présentent des similitudes avec 2010 / 2011 dans le
naissage ; la baisse de production de fin 2016 / 2017 sera-t-elle aussi significative ? … Sachant que
l'intégration espagnole progresse fortement !
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
28
L'Europe
L'ALLEMAGNE
Les producteurs de porcs pris en sandwich !
Les producteurs ont subi en 2015 une augmentation de leurs coûts de production, des cours du porc insuffisants pour
équilibrer ; ils ont dû aussi s'adapter à une nouvelle classification des carcasses imposée par Tönnies, leader dans
l'abattage allemand. Les producteurs subissent de plus en plus leur environnement et considèrent que les conditions
de production deviennent de plus en plus dures. La non-castration, la coupe des queues, la gestion des lisiers, la
filtration de l'air, la législation sont autant de pressions que subissent les producteurs.
L'absence de rentabilité dans le naissage a
provoqué une chute du cheptel truies de 4 % au
recensement de novembre avec une perspective
de baisse de la production en cours 2016. Le
nombre de porcs abattus à 59,4 millions s'est
approché du record de 2011 à 59,7 millions. Pour
2016, une baisse de 1,5 % est attendue. Une
baisse du prix du porc de plus de 10 % a été
enregistrée en 2015.
La consommation est en légère baisse : 38 kg
contre 38,2 kg en 2014 (conso par habitant sans
os).
Exportations de viande de porc
2015
2015 /
(tonnes)
2014
Italie
385 762
- 2,9 %
Pays-Bas
329 836
- 2,7 %
Pologne
191 222
- 0,7 %
Royaume Uni
184 296
- 3,3 %
Danemark
149 847
- 14,8 %
R. Tchèque
127 587
-7%
Autriche
113 232
- 13,5 %
Destinations
Total UE
Chine
Hong Kong
Corée du Sud
Philippines
Ukraine
Afrique du Sud
Thaïlande
Russie
Total Pays Tiers
Total
72,2
378 716
76 979
75 771
65 964
20 668
16 719
15 525
119
+ 76,8 %
- 33,5 %
+ 1,3 %
- 17,4 %
- 30,9 %
+ 22 %
+ 33,5 %
- 98,7 %
13 %
2,6 %
2,6 %
2,3 %
0,7 %
0,6 %
0,5 %
0%
807 354
+ 17,1 %
+ 0,5 %
1,70 €
1,60 €
1,50 €
1,40 €
2013 : 1,70 €
1,30 €
2014 : 1,544 €
1,20 €
1,10 €
27,8 %
100 %
Les exportations ont reculé de 4,7 % vers les pays
de l'UE et ont explosé vers les pays tiers (+ 17 %)
dont 76,8 % vers la Chine qui devient le deuxième
débouché de l'Allemagne !
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
(Base 56 % rendu abattoir)
1,80 €
13,3
11,4
6,6
6,3
5,2
4,4
3,9
- 4,7 %
PRIX DU PORC en ALLEMAGNE
1,90 €
% total
2 097 906
2 905 261
2,00 €
2015 : 1,385 €
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Sept.
Oct.
Nov.
Déc.
Activité des principaux abattoirs allemands
Tönnies renforce sa position de leader et abat plus que
ses 2 poursuivants réunis.
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Entreprises
En millions de porcs
Tönnies Rheda
Vion Düsseldorf
WestFleisch Münster
Danish Crown Essen
Vogler Feisch
Müller Gruppe
Böseler Goldschmaus
Heinz Tummel
BMR Schlachthof
Simon Fleisch
Top 10
Total Allemagne
2014
15,6
9,10
7,60
2,60
2,45
1,75
1,68
1,51
1,35
1,00
44,64
58,85
Abattages
2015
PdM
16,20
27,3 %
8,80
14,8 %
7,69
12,9 %
2,60
4,4 %
2,30
3,9 %
1,87
3,1 %
1,69
2,8 %
1,51
2,5 %
1,41
2,4 %
1,03
1,7 %
45,10
75,9 %
59,40
100 %
%15 / 14
+ 3,8 %
- 3,3 %
+ 1,2 %
0%
- 6,1 %
+ 6,9 %
0,6 %
0%
4,4 %
3,0 %
2015 aura été pour les producteurs allemands l'année
de l'application de normes "Welfare", du label
d'origine. 2016 verra une baisse des abattages dans le
second trimestre du fait de la baisse de production.
Les cours moyens devraient être proches de ceux de
2015 selon les experts allemands notamment parce
que ceux du premier semestre sont très bas. De
nombreux facteurs d'influence orienteront le marché
qui ne verra de rebond durable qu'avec une inversion
du rapport offre/ demande.
29
L'Europe
L'ESPAGNE
L'Espagne avait annoncé dès le début 2014 un fort développement de la production, surtout sur les seconds
semestres 2014, 2015 et 2016. Le graphique des abattages en atteste, l'Espagne conforte sa position de
deuxième producteur de viande en Europe après l'Allemagne et se rapproche de la première place de
producteur de porcs, l'Allemagne comptant dans ses 59,4 millions de porcs abattus un nombre non
négligeable de porcelets et charcutiers importés (environ 10 millions).
Abattage en Espagne
Têtes
5 000 000
2013
Source : Magrama
2014
2015
4 500 000
4 000 000
3 500 000
3 000 000
2 500 000
En 2015, l'abattage espagnol atteint 46,38 millions d'animaux (+ 6,7 %). Les 46,38 millions incluent truies
de réforme (environ 810 000) et les porcelets (environ 2 millions). En 2 ans, l'abattage a progressé de
12 % !! Une croissance incroyable, absolument phénoménale menée par les investissements méthode
intégration.
1,60 €
PRIX DU PORC LLEIDA (au kg vif)
LLEIDA - Prix du porc Kg vif
1,70 €
1,40 €
1,20 €
1,297 €
1,238 €
1,189 €
1,077 €
1,004 €
0,951
€
0,950 €
1,00 €
0,938 €
0,860 €
1,057 €
0,878 €
0,815 €
1,378 €
1,339 €
1,273 €
1,221 €
1,150 € 1,144 €
1,11 €
1,060 € 1,040 € 1,096 €
1,012 € 1,020 €
0,953 €
1,129 €
1,60 €
1,50 €
1,40 €
0,80 €
1,30 €
0,60 €
1,20 €
0,40 €
1,10 €
0,20 €
1,00 €
0,00 €
0,90 €
2013 : 1,378 €
2014 : 1,273 €
2015 : 1,129 €
1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Les cours du porc s'en sont ressentis : - 11,3 %,
une des plus fortes baisses de l'UE. Pour expliquer
le développement porcin espagnol, il suffit de
comprendre le graphique de synthèse réalisé par
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Sept.
Oct.
Nov.
Déc.
l'IFIP sur la situation économique des élevages
espagnols.
30
L'Europe
Espagne : 2007 – 2014 Augmentation régulière de la rentabilité
Bénéfices réguliers entre 2012 et 2014
Equilibre au premier semestre 2015, contre des pertes ailleurs
Les investisseurs espagnols ont profité
et profitent d'un environnement
politique, économique et financier
favorisant l'investissement et le
développement des entreprises. Le
développement de l'élevage dans un
pays excédentaire s'est prolongé par
le développement de l'exportation des
viandes et coproduits.
Les exportations espagnoles en 2015
Un nouveau record d'exportation pour les producteurs espagnols. Un record et quel record ! Le précédent
datait de 2014 et il est "pulvérisé" de 18 %. Déjà 2014 avait dépassé 2013 de 12 % ! L'Espagne a exporté
1 848 000 tonnes de viande de porc soit 278 000 tonnes de mieux qu'en 2014. Les ventes vers les pays de
l'UE progressent de 14,2 %, celles vers les pays tiers de 26 %. 68 % des tonnages étaient destinés aux pays
de l'UE, 32 % aux pays tiers. Le rythme d'exportation a été fort toute l'année, autour de 20 %
supplémentaires tous les mois à l'exception de mai et d'octobre.
L'EXPORT DE CARCASSES ET DE PIECES
La France est le premier client de Destination
2014
2015
% 15/ 14
% total
247 771
270 646
+9%
21,6 %
l'Espagne, loin devant les autres France
Italie
125 459
140 540
+ 12 %
11,2 %
destinations. France, Italie, Portugal Portugal
120 554
117 938
-2%
9,4 %
45 954
45 085
-2%
3,6 %
représentent 42,2 % des exportations Allemagne
Royaume
Uni
35
701
41
959
+
18
%
3,3 %
totales. L'explosion des ventes vers la
Danemark
22 270
26 378
+ 18 %
2,1 %
Chine (+ 72 % à 128 500 tonnes) Pays-Bas
19 519
26 349
+ 35 %
2,1 %
9 614
14 905
+ 55 %
1,2 %
permet à la Chine de devenir le 3ème Belgique
Slovaquie
8 535
9 913
+ 16 %
0,8 %
client de l'Espagne juste devant le Hongrie
6 716
10 479
+ 56 %
0,8 %
Portugal. La présence des espagnols TOTAL UE
777 488
892 351
+ 15 %
71,1 %
74 815
128 531
+ 72 %
10,2 %
sur tous les grands marchés mondiaux Chine
Japon
68 277
72 735
+7%
5,8 %
s'affirme. Il est vrai que la croissance Corée du Sud
42 506
45 418
+7%
3,6 %
21 464
19 500
-9%
1,6 %
de production phénoménale ne peut Hong Kong
Philippines
15 503
18 269
+ 18 %
1,5 %
plus être consommée sur le marché
Russie
73
0
- 100 %
0%
intérieur. Toute la stratégie liée au TOTAL PAYS TIERS
278 118
362 014
+ 30 %
28,9 %
1 055 605
1 254 365
+ 19 %
100 %
développement de la production doit TOTAL
être mise au service de la recherche de nouveaux débouchés extérieurs. Depuis 2 à 3 ans, il faut reconnaître
aux exportateurs espagnols un succès certain … en partie motivé par l'embargo russe de 2013.
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
31
L'Europe
LE DANEMARK
Evolution du prix d'acompte danois
Chiffres clef de 2015
Rappel : le marché intérieur danois est
considéré comme "résiduel" pour la filière
porcine qui exporte plus de 90 % de la
production totale.
1,80 €
Le prix d'acompte est en repli de 11,5 % par
rapport à la référence 2014. Le complément
de prix versé à l'automne s'est monté à 0,14
euro dont 0,01 € capitalisé par Danish
Crown.
1,30 €
2013 : 1,53 €
1,70 €
2014 : 1,39 €
1,60 €
2015 : 1,23 €
1,50 €
1,40 €
1,20 €
1,10 €
1,00 €
0,90 €
0,80 €
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Sept.
Oct.
Nov.
Déc.
Danemark : les chiffres d'abattage 2015
L'abattage a fléchi de 1 % en 2015 au Danemark à 18 756 572 porcs. L'activité de Danish Crown recule de
2 % à 14 365 915 porcs. Danis Crown représente 76,6 % de l'abattage total danois. L'activité de l'abattoir DC
de Horsens totalise 4 868 000 porcs dans l'année soit près de 92 000 porcs par semaine.
Le maximum d'abattage de porcs charcutiers au Danemark date de l'année 2004. Le bilan était de 22,6
millions. Depuis, la production de porcs charcutiers s'est réduite, laissant la place à la spécialisation
naissage. En 2014, 70 % des truies sont présentes dans les élevages de plus de 600 truies, 50 % dans des
élevages de plus de 800 truies.
Million de têtes
Abattages
Exportations de porcelets
2004
22,6
1,9
2010
20,2
7,5
2012
19,4
9,2
2014
18,8
10,9
2015
18,8
12,1
38 % des porcelets nés au Danemark sont exportés dans les pays voisins pour y être engraissés.
Question : pourquoi la valeur ajoutée est-elle externalisée ?
Abattoirs danois
DC Horsens
DC Blans
DC Ringsted
DC Saeby
DC Herning
DC Rønne
SC Skaerbaek
DC Total
Tican
Slagteriet Brørup A/S
Slagtegården st. Lihme A/S
Moesgaard Meat
Glumsø Slagtehus
Sevel Slagteri A/S
Hvidebæk slagteri
Danish Meat Company, Vrå 1)
Total
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
2015
4 867 681
2 948 036
2 202 435
2 049 174
1 514 268
482 119
302 202
14 365 915
1 884 515
1 734 579
343 519
129 176
98 946
106 065
93 857
18 756 572
2014
4 853 795
2 747 384
2 677 398
2 314 469
1 355 591
470 107
247 067
14 665 811
1 911 975
1 591 287
344 867
107 422
99 956
97 057
94 975
24 162
18 937 512
% 15 / 14
0,3
7,3
- 17,7
- 11,5
11,7
2,6
22,3
- 2,0
- 1,4
9,0
-0,4
20,3
-1,0
9,3
-1,2
- 1,0
32
L'Europe
Danemark 2015 : Destination des porcelets
(source : LF)
12 090 790 porcelets ont été exportés Porcelets < 50 kg
durant l'année 2015. Une offre en Allemagne
progression de 6,93 %. L'exportation Pologne
danoise représente 232 500 porcelets Italie
par semaine soit 15 000 de plus qu'en Pays-Bas
R. Tchèque
2014. Le volume de décembre est
Autres
supérieur de 10 %, ce qui veut dire TOTAL
que la crise du porcelet n'a pas réduit
les offres danoises même en fin d'année 2015.
2015
2014
%
PdM 2015
6 444 559
6 619 638
- 2,64 %
53,3 %
4 545 337
3 722 105
+ 22,1 %
37,6 %
626 947
439 015
+ 42,8 %
5,2 %
217 952
247 066
- 11,8 %
1,8 %
104 771
139 360
- 24,8 %
0,9 %
151 224
139 889
8,10 %
1,25 %
12 090 790
11 307 073
+ 6,9 %
100 %
A noter le relatif repli des ventes vers l'Allemagne et la forte
progression vers la Pologne et l'Italie, 2 pays dont le cheptel truies
subit les effets de la crise du porc. L'apport de porcelets importés
permet à la Pologne de préserver sa capacité de production et
d'abattage. Les exportations de truies de réforme vers l'Allemagne
ont augmenté de 11,2 % à 28 882 têtes. Cette activité est infime
pour une activité abattage "réforme" qui doit dépasser les 500 000
truies par an.
Pays-Bas 1,8% Rép Tchèque
0,9%
Italie 5,2%
Autres 1,3%
Allemagne
53,3%
Pologne
37,6%
Danemark export 2015 (source LF)
En 2015, 1 971 662 tonnes ont été exportées (+ 1,8 % / 2014) à raison de 71,3 % vers les pays de l'UE et
28,7 % vers les pays tiers. Vers les pays de l'UE, l'Allemagne est le premier débouché suivi de la Pologne et
du Royaume Uni.
Export vers pays
de l'UE (tonnes)
Allemagne
Pologne
UK
Italie
Suède
Pays-Bas
France
Espagne
R. Tchèque
Autres
Total UE
2015
2014
%
597 532
267 634
219 754
135 131
36 595
29 903
21 178
12 964
84 188
1 404 878
614 377
234 888
220 279
119 168
45 626
28 071
26 711
14 067
73 124
1 376 312
- 2,7 %
+ 13,9 %
- 0,2 %
+ 13,4 %
- 19,8 %
+ 6,5 %
- 20,7 %
+ 2,1%
Comme en porcelets, les fortes progressions de
vente des exportations danoises concernent la
Pologne et l'Italie. En 2015, les ventes vers
l'Espagne ont progressé significativement. A
l'inverse, le recul vers la République Tchèque est
sensible.
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
Export vers pays
tiers (tonnes)
Chine
Japon
Australie
USA
Corée du Sud
Taïwan
Hong Kong
Philippines
Singapour
Ukraine
Russie
Autres
Total Pays tiers
2015
2014
%
244 077
122 233
59 143
34 889
19 954
17 375
9 169
5 909
5 647
203 052
138 124
54 865
37 848
16 788
18 191
15 651
+ 20,2 %
-11,5 %
+ 7,8 %
- 7,8 %
+ 18,9 %
- 4,5 %
- 41,4 %
8 788
7 696
59 488
560 491
+ 1,1%
48 388
566 784
Le Danemark a participé à l'accélération de la
demande chinoise comme la plupart des
exportateurs européens. Les Philippines et
Singapour apparaissent dans les importateurs
significatifs en 2015 alors que l'Ukraine et la
Russie disparaissent.
33
L'Europe
LES PAYS-BAS
Depuis la dissolution du PVE, les données générales fournies par les autorités hollandaises sont peu
nombreuses, les prix du porc sont fixés par les abattoirs, le prix directeur étant celui de VION (1,31 € en
2015 : - 12 % par rapport à 2014).
Les abattages de porc ont progressé de 5,6 % à 15 418 000 porcs, les exportations de porcs vivants ont été
stables à 2,9 millions. En comptant les porcelets exportés, la production totale hollandaise est voisine de
24,5 millions de porcs.
L'Allemagne achète 66 % des porcs et porcelets exportés, la Belgique 9 %, l'Espagne 6 %, la Pologne 5 %,
l'Italie 3 %.
LA POLOGNE
Les importations de viande ont progressé de 9 % en 2015. Les chiffres d'exportation n'ont pas encore été
publiés. Comme le montre le tableau suivant, la Belgique est le premier fournisseur devant l'Allemagne et le
Danemark. L'Espagne progresse à grand pas.
La Pologne, pays de 39 millions d'habitants,
est un consommateur important de viande
1 000 T
2014
2015
%
de porc.
Belgique
163 006
189 050
+ 16 %
Les 675 000 tonnes importées ne sont pas
Allemagne
162 151
164 137
+1%
négligeables !
Danemark
118 929
123 186
+4%
La baisse de cheptel truies permet de
Pays-Bas
75 187
83 184
+ 11 %
nouvelles opportunités qui seront soit du
Espagne
33 043
48 327
+ 46 %
porcelet vif danois pour produire en
UK
27 955
28 939
+4%
Pologne, soit de la viande provenant des
France
12 358
13 224
+7%
pays de l'UE essentiellement.
Autres
27 911
25 758
-8%
En 2015, les importations d'animaux vivants
TOTAL
620 540
675 805
+9%
du Danemark ont progressé de 9 % faisant
du Danemark le premier fournisseur avec près de 60 % des expéditions vif vers le pays. L'Allemagne est le
deuxième fournisseur et la Lituanie, le troisième.
IMPORTATIONS VIANDE - POLOGNE
BILAN PESTE PORCINE AFRICAINE EN EUROPE
Ci-après, récapitulé, le nombre de cas confirmés de PPA dans les différents pays de l'UE :
2014 2015
Total
49
120
Dt Sanglier
43
107
Dt porc domestique
6
13
Pologne
Total
Dt sanglier
Dt porc domestique
Lettonie
2014
Total
167
Dt Sanglier
135
Dt porc domestique
32
Estonie
Total
Dt sanglier
Dt porc domestique
Lituanie
2015
746
736
10
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
2014 2015
32
53
30
52
2
1
2014
7
7
0
2015
670
652
18
La préservation de l'état sanitaire
est indispensable. La localisation
des foyers ne justifie pas le
certificat unique européen !
Sur la même période, l'Ukraine
annonce 39 cas en 2015 dont 35
sangliers, la Russie 91 cas dont 44
sangliers.
34
L'Europe
2016 : quelles perspectives ?
LA PRODUCTION
6%
Evolution en % de la production Union européenne par trimestre
4%
2%
0%
-2%
-4%
Source : DG AGRI d'après EUROSTAT(Forecast based on GIP and Experts Estimations)
-6%
-8%
Trim1
Trim2
Trim3
Trim4
Année
2012
-0,9%
-1,6%
-5,5%
-2,5%
-2,6%
2013
-1,6%
0,4%
0,8%
1,3%
0,2%
2014
0,3%
-1,3%
2,30%
2,20%
0,90%
2015
4,90%
3,30%
1,30%
1,20%
2,60%
2016
1,70%
1,40%
0,3%
-2,4%
0,2%
LE SANITAIRE
Au cours des 4 premiers mois de l'année, des cas de PPA sont recensés en Pologne (10 cas), Lituanie (53
cas), Lettonie (267 cas), Estonie (387 cas). Tous ces cas concernent exclusivement des sangliers. Leur
reconnaissance officielle reporte la réouverture du marché russe à 2019 à moins que des certificats
sanitaires soient régionalisés.
L'EXPORT PAYS TIERS
La formidable performance de l'exportation pays tiers compense les effets de l'augmentation de la
production de l'UE du début d'année. Sans le débouché russe, avec la Chine/ Hong Kong et toutes les autres
destinations, le résultat est inattendu et n'était en aucun cas incorporé aux données de prévision de prix du
porc de début d'année.
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
35
L'Europe
Du plus, du moins en ce début 2016, les éléments négatifs l'emportent car le prix du porc est en moyenne
encore inférieur à celui de début 2015. L'évolution va dans le sens de toutes les prévisions formulées en
2015. Une amélioration au cours de l'année ne peut provenir que de facteurs favorables conjugués : export
pays tiers, relance de la consommation intérieure et baisse de production.
ANALYSE DES ABATTAGES
2015
2016
%
ALLEMAGNE (abattages)
21 semaines
20 960 210
20 636 568
-1,54%
ESPAGNE (abattages)
13 semaines
12 161 352
12 625 781
3,82%
UNIPORC OUEST
21 semaines
7 604 702
7 780 427
2,31%
DANEMARK (abattages)
21 semaines
7 502 001
7 223 794
-3,71%
PAYS-BAS (abattages)
21 semaines
5 936 000
6 001 390
1,10%
ALL + DK + PB
21 semaines
34 398 211
33 861 752
-1,56%
ROYAUME-UNI (production)
17 semaines
3 556 203
3 660 020
2,92%
USA
21 semaines
46 833 000
47 019 000
0,40%
CANADA
20 semaines
7 800 124
7 976 658
2,26%
Sources : AMI, Magrama, Uniporc Ouest, Landbrug & Fødevarer, PVE, Defra, Agriculture et Agroalimentaire Canada
L'Allemagne, le Danemark décrochent, la Pologne également selon les prévisions formulées par les
autorités. Compte tenu de la hausse espagnole et française, la production de l'UE ne faiblit pas. La hausse
des cours est imputable à la demande mondiale, favorisée par la position de l'euro face au dollar.
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
36
L'Europe
La croissance des exportations du premier trimestre peut-elle être durable sur cette année 2016 ? Dans
cette hypothèse, toutes les prévisions antérieures seront malmenées. Qui aurait misé le moindre euro sur
un prix espagnol en hausse de 20 % en 6 semaines compte tenu des offres espagnoles ? Et pourtant, c'est la
réalité !
Estimation des prix moyens payés éleveurs
2,00 €
Moyenne à 23 semaine(s)
1,90 €
Danemark (D.M.A) (prix d'acompte)
1,80 €
Allemagne (AMI)
Espagne (Lleida)
1,70 €
MPB
1,60 €
1,50 €
 Synthèse
officieuse de
prix abattoirs
1,40 €
1,30 €
1,20 €
1,10 €
1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27 29 31 33 35 37 39 41 43 45 47 49 51 531 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27 29 31 33 35 37 39 41 43 45 47 49
Janv
Fév
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet Août
Sept.
Oct. Nov.
Déc.
Janv
Fév
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet Août
Sept. Oct.
Nov.
52
Déc.
1,00 €
La hausse des cours est nécessaire, mais ce n'est pas parce qu'elle est nécessaire qu'elle se produit
automatiquement. Le marché sait être imprévisible !

Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
37
LE PANORAMA FRANÇAIS EN 2015
Production
1.000 porcs
%
Année
Production
1.000 porcs
%
1999
27 059
+ 0,6
2008
26 042
- 0,3
2000
26 615
- 1,6
2009
25 700
-1,2
2001
26 397
- 0,8
2010
25 250
- 1,8
2002
26 768
+ 1,4
2011
25 170
- 0,2
2003
26 614
- 0,6
2012
24 530
- 2,5
2004
26 201
- 1,6
2013
24 471
- 0,2
2005
25 917
- 1,1
2014
24 297
- 0,7
2006
25 723
- 0,7
2015
24 400
+ 0,4
2007
26 128
+ 1,6
Année
FRANCE 2015
E
n 1994, la France était devenue
autosuffisante, comblant ainsi un déficit
important des années antérieures. Le taux
d'autosuffisance à 101,3 % est monté au
maximum à 107,8 % en 2011.
Depuis, c'est le repli, le taux est retombé à 102 %
en 2015. Toutefois, les volumes exportés
représentent 656 000 tonnes soit 30 % environ de
la production, les volumes importés s'élèvent à
609 000 tonnes, soit 28 % de l'équivalent
production française.
La consommation française est le premier
débouché de la production nationale. Tout doit
être mis en œuvre pour favoriser la
consommation de viande française dans le pays,
c'est la seule planche de salut pour les éleveurs et
industriels confrontés, par ailleurs, à des
distorsions de concurrence sévères avec certains
grands bassins de production voisins.
Le commerce international est inévitable dans le
contexte porcin de concurrence européenne et
mondiale et nécessaire pour valoriser au mieux
certains produits de porc qui ne trouvent pas les
débouchés en France. Ce commerce international
nécessite une compétitivité de prix français par
rapport aux prix des pays voisins sans quoi des
déséquilibres se produisent dans les échanges.
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
38
La France
BILAN FRANCE 2015
2000
Cheptel (1 000 têtes)
Dont truies
Abattage 1 000 têtes
Poids moyen / carc kg
Abattage 1 000 TEC
Production indigène brute
Consommation indigène brute 1 000 TEC
Consommation kg / hab
Taux auto approvisionnement
Exportation (1 000 TEC)
Vif
Viande fraîche
Viande congelée
Viande transformée
Graisse
Importation (1 000 TEC)
Vif
Viande fraîche
Viande congelée
Viande transformée
Graisse
Solde commerce extérieur
1 000 TEC
Million d'euros
Prix à la production
Classe E euro / kg
Base MPB / kg carc.
15 993
1 467
26 967
85,9
2 317
2 309
2 189
35,2
105,5
653
17
216
209
167
42
527
24
266
82
113
42
2014
13 293
1 034
23 653
90,6
2 151
2 209
2 154
32,7
102,5
693
63
326
155
110
38
638
5
324
95
185
29
2015
% 15 / 14
13 300
1 011
23 671
91,5
2 176
2 227
2 180
32,9
102
656
57
303
147
102
47
609
5
288
83
188
44
+ 0,1
- 2,3
+ 0,1
+ 1,0
+ 1,1
+ 0,8
+ 1,2
- 5,3
- 10,0
- 7,0
- 5,2
- 7,3
+ 23,0
- 4,5
0
- 11,0
- 13,0
+ 1,7
+ 52,0
126
136
55
- 311
47
- 350
- 14,5
+ 12,5
1,40
1,51
1,40
- 7,3
1,22 €
1,327 €
1,238 €
- 6,7 %
• Depuis l'année 2000, les abattages n'ont jamais atteint 26 millions de porcs, au cours des 3 dernières
années (2013, 2014, 2015), 23,9 millions de porcs environ ont été abattus, niveau le plus bas depuis
2000.
• La consommation par habitant a connu son plafond en 1998 avec 37,4 kg / hab. Depuis 2011, le niveau
est inférieur à 33 kilos. La consommation des ménages a été particulièrement médiocre en 2015 comme
en attestent les relevés ci-dessous.
2015 : forte baisse de la consommation de porc en volume
‐
‐
‐
‐
Porc frais : - 5 %, très forte baisse durant l'été,
Charcuterie : - 1 %, net recul de la coupe,
Bœuf : - 2,6 %,
Volaille : - 1 %
Janvier 2016 :
‐
‐
Achats de porc frais : - 2 % par rapport à janvier 2015, prix moyen
d'achats stable malgré forte intensité promotionnelle en particulier
en supermarchés.
Stabilité de la charcuterie.
Evolution des tonnages consommés
: janvier 2016 / 2015
Porc frais hors élaborés
- 1,9 %
Charcuterie
- 0,2 %
Source : IFIP
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
39
La France
BILAN FRANCE EXPORT VIF 2015
Les échanges internationaux alimentent tant de discussions, parfois de polémiques qu'il est nécessaire
de vérifier les réels mouvements.
a) Coches de réforme
92 800 truies de réforme ont été exportées soit 9 300 de moins qu'en 2014.
Export truies de réforme
2014
2015
% 15/14
TOTAL
102 100
92 800
- 9,1 %
Dont Allemagne
88 200
82 200
- 6,8 %
Dont Belgique
13 900
10 600
- 23,7 %
b) Porcs charcutiers
489 600 porcs charcutiers ont été exportés, volume en baisse de 3,05 %.
Export porcs charcutiers
2014
2015
% 15/14
TOTAL
505 000
489 600
- 3,05 %
Dont Belgique
339 600
345 100
+ 1,6 %
Dont Allemagne
52 300
55 900
+ 6,9 %
Dont Italie
54 100
55 000
+ 1,7 %
Dont Pays-Bas
7 800
11 300
+ 44,9 %
Dont Espagne
43 300
10 200
- 76,4 %
En comparaison avec le nombre de porcs abattus, l'exportation de porcs charcutiers est
marginale. Des échanges traditionnels entre le nord de la France et la Belgique constituent la
majorité des transactions. Les ventes estivales vers l'Espagne ont cessé, rappelons que le cours
du porc en France à l'été 2015 ne laissait aucune opportunité de vente à l'export vers des pays
dont le prix intérieur était inférieur au prix MPB.
BILAN FRANCE IMPORT VIF 2015
a) Coches de réforme : néant.
b) Porcs charcutiers
26 800 porcs charcutiers ont été importés soit 45,9 % de moins qu'en 2014.
Import porcs charcutiers
2014
2015
% 15/14
TOTAL
49 500
26 800
- 45,9 %
Dont Rép. Tchèque
13 200
17 100
+ 29,5 %
Dont Belgique
6 100
5 900
- 3,3 %
Dont Danemark
7 200
3 300
- 54 %
22 700
100
- 99,5 %
Dont Espagne
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
40
La France
BILAN
FRANCE
2015
EXPORT VIANDE, PRODUITS ET COPRODUITS
1 000 tonnes
2010
2014
2015
% 15/14
Italie
153
123
98
-20,3 %
Chine
43
64
89
+ 39%
Espagne
81
85
78
- 8,2 %
Belgique
58
50
55
+ 10 %
Royaume Uni
54
47
44
- 6,4 %
Allemagne
36
35
30
- 14,3 %
Philippines
23
32
29
- 9,4 %
Pays-Bas
20
17
27
+ 58,8 %
Bulgarie
13
25
26
+4%
Grèce
42
29
25
- 13,8 %
Russie
70
4
0
Autres
-
-
-
-
TOTAL
761
707
690 *
- 2,4 %
* sur les 690 000 tonnes exportées, 417 000 correspondent à des pièces fraîches réfrigérées ou
congelées
IMPORT VIANDE, PRODUITS ET COPRODUITS
1 000 tonnes
2010
2014
2015
% 15/14
Espagne
342
335
351
+ 4,8 %
Allemagne
114
131
122
- 6,9%
Belgique
58
63
77
+ 22 %
Italie
48
47
49
+ 4,3 %
Danemark
17
25
21
- 16 %
Pays-Bas
57
23
17
- 26 %
656
649
667
+ 2,8 %
Autres
TOTAL
Sur les 667 000 tonnes, 363 000 correspondent à carcasses / pièces.
L'Espagne, avec 52,6 % des importations totales françaises, est le premier fournisseur étranger de la
France. A l'heure où la production espagnole se développe à grande vitesse, ce flux prend tout son sens.
La France est convoitée par l'Espagne. Tout camion prenant la route de l'exportation passe par la France
en transit ou à destination !
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
41
La France
BILAN DE SECTEUR DU PORC 1980 - 2015
1980
1990
2000
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
11 353
1 222
12 276
1 180
15 993
1 467
14 835
1 253
14 654
1 210
14 552
1 185
14 279
1 116
13 967
1 103
13 778
1 076
13 428
1 043
13 293
1 034
13 330
1 011
+ 0,1
-2,3
Abattages redressés (1 000 têtes)
19 599
21 304
26 967
25 730
25 724
25 283
25 258
25 074
24 122
23 728
23 653
23 671
+0,1
Poids moyen d'abattage (kg/tête)
85.9
83.6
85.9
88.7
88.4
88.7
89.8
89.6
89.5
90.1
90.6
91.5
+1,0
Abattages redressés (1 000 tec)
1 683
1 780
2 317
2 281
2 275
2 244
2 245
2 225
2 175
2 150
2 151
2 176
+1,1
Production indigène brute
(1 000 tec)
Variation de stock (1 000 tec)
Consommation indigène brute
1 570
0
1 727
0
2 309
-6
2 344
8
2 312
-8
2 289
0
2 323
0
2 294
0
2 229
0
2 207
0
2 209
0
2 227
0
+0,8
0,0
1 905
2010
2189
2207
2179
2162
2161
2109
2111
2099
2154
2180
+1,2
93
16
9
16
24
28
430
129
178
71
40
12
223
13
79
53
55
23
507
67
222
86
91
41
653
17
216
209
167
45
527
24
266
82
113
42
700
69
294
166
122
50
571
6
284
108
134
39
740
44
314
210
120
52
599
7
284
117
155
36
718
53
312
173
114
67
591
7
296
105
148
34
775
89
312
157
113
105
613
11
307
101
150
44
778
79
306
203
122
69
596
9
294
100
162
28
731
63
322
174
115
58
614
9
304
98
174
28
731
64
327
168
114
56
621
7
316
95
177
29
693
63
326
155
110
38
638
5
324
95
185
29
656
57
303
147
102
47
609
5
288
83
188
44
-5,3
-10,0
-7,0
-5,4
-7,5
+23,0
-4,5
-1,0
-11,0
-13,0
+1,7
+52,0
-337
-3 218
-284
-4 079
126
136
129
32
142
27
127
-82
162
-82
182
-46
117
-78
110
-176
55
-311
47
-350
-14,5
+12,5
8.02
10.94
1.40
1.28
1.42
1.31
1.30
1.47
1.61
1.64
1.51
1.40
-7,3
Cheptel (1) (1 000 têtes)
Dont truies
(1 000 tec)
Exportations (1 000 tec)
- animaux vivants
- viandes fraîches
- viandes congelées
- viandes transformées
- graisses
Importations (1 000 tec)
- animaux vivants
- viandes fraîches
- viandes congelées
- viandes transformées
- graisses
Solde commerce extérieur
- 1000 tec
- millions
Prix à la production (2)
Cotation classe U (euros / kg net)
Cotation classe E (euros / kg net)
* Estimations (excepté pour le cheptel).
(1) Enquêtes de décembre de l'année précédente.
(2) Exprimés en francs jusqu'en 1997 et en euros à partir de 1998.
Source : France Agrimer d'après SSP, Douanes
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
42
2015*
%15*/14
ACTIVITE DU MARCHE DU PORC BRETON
2015
Moyenne annuelle : 1,238 €
COMPARAISON DE PRIX
ANNEE
AMPLITUDE DES COURS
Moyenne
1,464 €
1,327 €
1,238 €
2013
2014
2015
2,00 €
Prix minimum
1,293 €
1,111 €
1,067 €
Prix maximum
1,734 €
1,537 €
1,409 €
Cours du porc MPB (Départ élevage, 56 TMP)
1,80 €
EMBARGO RUSSE LE
29 JANVIER 2014
1,60 €
1,734 € 2 & 5/09/2013
1,537 € 17/04/2014
... Synthèse
officieuse des
prix abattoirs
1,409 € 23/07/2015
1,40 €
1,293 € 30/12/2013
1,20 €
1,00 €
2013 : 1,464 €
1,111 € 08/12/2014
2014 : 1,327 €
1,067 € 7 & 10/12/2015
2015 : 1,238 €
0,80 €
Source : Marché du Porc Breton
0,60 €
5 12 19 26 2 9 16 23 2 9 16 23 30 7 13 20 27 4 11 18 26 1 8 15 22 29 6 13 20 27 3 10 18 24 31 7 14 21 28 5 12 19 26 2 9 16 23 30 7 14 21 30 131415
U
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Sept.
Oct.
Nov.
Déc.
An
n prix de base en baisse de 6,7% sur l'exercice 2015 comparé à la moyenne 2014, de 15,4 % par
rapport à la référence 2013 : les producteurs ont subi, dans le prix payé, les pressions conjointes
de l'augmentation des offres de porc dans l'UE et de l'embargo russe. L'année 2015 est une année
de crise pour les éleveurs confrontés à un décalage significatif du prix de vente avec le coût de
production. Globalement sur l'Europe, le cours moyen a baissé de 11 %. Dans leur grand désarroi, les
producteurs français ont tenté, par de multiples actions, de défendre un niveau de prix en production. La
pression exercée par les offres des pays voisins a créé des situations ambiguës qui ont débouché sur un
recul d'activité des entreprises françaises à l'exportation, provoquant un "sous-abattage" et une
accumulation progressive des stocks de porcs vivants dans les élevages.
Le retour au prix européen de marché s'est naturellement produit, les stocks de porcs vivants ont mis
plusieurs mois à se résorber au fur et à mesure que les entreprises reprenaient des parts de marché à
l'export, dans un contexte forcément concurrentiel vu le potentiel de production des principaux
concurrents et particulièrement de l'Espagne.
L'Europe porcine de 2015, c'est une hausse de production de 2,8 %, une baisse de la consommation
dans plusieurs pays, une situation toujours rigide avec la Russie et enfin une éclaircie en fin d'année avec
une pression forte de la Chine aux achats. A part la Chine, trop de facteurs négatifs ont influencé le cours
des choses en 2015 pour rendre l'année dynamique et positive.
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
44
Le marché du porc Breton
EVOLUTION DU PRIX DE BASE
1,80 €
12 F
Réunification
SDRP
de
Allemagne
Pays-Bas
l'Allemagne
Belgique
1,60 €
PPC
Pays-Bas
Embargo russe
ESB
Allemagne
Italie
Espagne
Flambée matières
1ères
DEP
USA
FMD
10 F
Crise
financière
1,40 €
1,20 €
8F
UE à 25
Moyenne 1982-1992 : 1,539 €
1,00 €
Moyenne 2007-2015 :
1,274 €
0,80 €
6F
Moyennes arithmétiques
0,60 €
4F
0,40 €
Moyenne 1993 - 2006 : 1,194 €
2F
0,20 €
0,00 €
Prix m oyen €
1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
1,56 1,52 1,62 1,67 1,52 1,37 1,32 1,63 1,53 1,58 1,57 1,14 1,16 1,25 1,42 1,43 1,02 0,95 1,21 1,45 1,10 1,02 1,12 1,15 1,22 1,11 1,26 1,14 1,14 1,30 1,45 1,46 1,33 1,24
0F
Prix moyen FF 10,2 10,0 10,6 10,9 9,97 9,04 8,67 10,7 10,0 10,3 10,3 7,49 7,67 8,23 9,33 9,43 6,75 6,29 7,97 9,52 7,23 6,74 7,40 7,60 8,02 7,33 8,29 7,52 7,51 8,59 9,54 9,60 8,70 8,12
La DEP aux USA avait limité l'impact de l'embargo russe en 2014. En 2015, la hausse de production dans
l'UE, le retour à meilleure fortune aux USA ont empêché toute amélioration du prix du porc.
MOYENNE MENSUELLE
MOYENNE MOBILE ANNUELLE
MOIS
2014
2015
%
Janv ier
1,331 €
1,091 €
- 18,03%
01.02.2014 au 31.01.2015 1,307 €
Fév rier
1,272 €
1,149 €
- 9,67%
01.03.2014 au 28.02.2015 1,296 €
Mars
1,336 €
1,226 €
- 8,23%
01.04.2014 au 31.03.2015 1,288 €
Av ril
1,513 €
1,247 €
- 17,58%
01.05.2014 au 30.04.2015 1,264 €
Mai
1,424 €
1,229 €
- 13,69%
01.06.2014 au 31.05.2015 1,250 €
Juin
1,465 €
1,314 €
- 10,31%
01.07.2014 au 30.06.2015 1,239 €
Juillet
1,467 €
1,374 €
- 6,34%
01.08.2014 au 31.07.2015 1,233 €
Août
1,419 €
1,393 €
- 1,83%
01.09.2014 au 31.08.2015 1,231 €
Septem bre
1,324 €
1,367 €
3,25%
01.10.2014 au 30.09.2015 1,231 €
Octobre
1,181 €
1,237 €
4,74%
01.11.2014 au 31.10.2015 1,236 €
Nov em bre
1,161 €
1,123 €
- 3,27%
01.12.2014 au 30.11.2015 1,234 €
Décem bre
1,119 €
1,069 €
- 4,47%
MOYENNE ANNEE 2015 ≈ 1,238 €
12 MOIS
1,327 €
1,238 €
- 6,71%
MOYENNE ANNEE 2014
1,327 €
Les 2 moyennes surlignées en orange ont été calculées sur la base des prix proposés par les abattoirs durant
l'interruption du fonctionnement du cadran breton.
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
45
Le marché du porc Breton
Prix du porc - Coût de revient - Coût alimentaire
Prix du Porc : Base + Plus value + T
Coût de revient par kg carcasse
Coût alimentaire par kg carcasse
1,591
1,555
1,543
1,542
1,518
1,456
1,654
1,607
1,597
1,583
1,454
1,401
1,396
1,356
1,305
1,240
1,306 1,313
1,278
1,207
1,200
1,170
1,147
1,382 1,399
1,378
1,356
1,353
1,283
1,278
1,537
1,476
1,477
1,388
1,287
1,283
1,248
1,286
1,283
1,100
1,089
1,044
0,987
0,981
0,953
0,888
0,829
0,820
0,780
0,751
0,713
0,685
1996
1997
1998
1999
0,805
0,747
0,711
0,746
0,737
0,651
0,645
2000
2001
2002
2003
2004
2005
0,749
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Prix du porc - Coût de revient
1,9 €
1,9 €
Coût de revient mensuel C.E.R. 22
Janv. 13
Cours du porc MPB + Plus value + T
1,7 €
1,7 €
Janv. 14
Janv. 08
1,5 €
Janv. 11
1,5 €
Janv. 15
Janv. 12
Janv. 09
1,3 €Janv. 07
1,3 €
Janv. 10
1,1 €
1,1 €
0,9 €
0,9 €
C O M P A R A I S O N
TMP
Poids
+ Value gamme
+ Value générale
2008
60,12
91,2 kg
0,135 €
0,113 €
2009
60,2
91,6 kg
0,140 €
0,117 €
2010
60,35
91,9 kg
0,144 €
0,121 €
2 0 0 8
2011
60,43
91,6 kg
0,145 €
0,125 €
-
2 0 1 5
2012
60,44
91,58 kg
0,146 €
0,123 €
2013
60,5
92,1kg
0,147 €
0,125 €
2014
60,61
92,62 kg
0,15 €
0,131
2015
60,7
93,7
0,15 €
0,13 €
Valeur moyenne de la carcasse
2005
116 €
2006
122 €
2007
111 €
2008
124 €
2009
114 €
2010
115 €
2011
129 €
2012
140 €
2013
144 €
2014
133 €
2015
126 €
Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Depuis 3 ans, le prix du porc ne rémunère pas la production, les coûts de
production se situent dans la fourchette haute des 20 dernières années.
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
46
Le marché du porc Breton
Réforme PAC 1992 et cours du porc
1982
260 €
1984
1986
1988
1990
1992
1994
240 €
230 €
220 €
2000
2002
2004
2006
2008
2010
200 €
2012
2014
2,00 €
1,95 €
1,90 €
1,85 €
1,80 €
1,75 €
1,70 €
1,65 €
1,60 €
1,55 €
1,50 €
1,45 €
1,40 €
1,35 €
1,30 €
1,25 €
1,20 €
1,15 €
1,10 €
1,05 €
1,00 €
0,95 €
0,90 €
0,85 €
0,80 €
0,75 €
0,70 €
0,65 €
0,60 €
0,55 €
0,50 €
0,45 €
0,40 €
0,35 €
0,30 €
0,25 €
0,20 €
0,15 €
0,10 €
0,05 €
0,00 €
2007 à 2015
Moy. Prix du porc :
1,27€
Moy. prix du blé :
192 € tonne
200 € /T
1,54 €
210 €
1998
1993 à 2006
Moyenne prix du porc : 1,19 €
Moyenne prix du blé : 130 € tonne
1982 à 1992
Moyenne prix du porc : 1,54 €
Moyenne prix du blé : 200 € tonne
250 €
1996
192 € /T
190 €
180 €
1,27 €
170 €
1,19 €
160 €
150 €
140 €
130 € /T
130 €
120 €
110 €
100 €
90 €
Blé €/t
80 €
70 €
MPB € / kg carcasse
60 €
50 €
40 €
30 €
20 €
10 €
0€
Le prix de l'aliment IFIP
300
2006 - 2015 Euro / tonne
250
200
150
100
2006 (moy :
160)
2007 (moy :
208)
2008 (moy :
249)
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
2009 (moy :
188)
2010 (moy :
189)
2011 (moy :
254)
2012 (moy :
267)
2013 (moy :
290)
2014 (moy :
250)
Octobre
Avril
Juillet
Janvier
Octobre
Avril
Juillet
Janvier
Octobre
Avril
Juillet
Janvier
Octobre
Avril
Juillet
Janvier
Octobre
Avril
Juillet
Janvier
Octobre
Avril
Juillet
Janvier
Octobre
Avril
Juillet
Janvier
Octobre
Avril
Juillet
Janvier
Octobre
Avril
Juillet
Janvier
Octobre
Avril
Juillet
Janvier
50
2015 (moy :
238)
47
Le marché du porc Breton
ACTIVITE UNIPORC OUEST
Grammes
2 500
450
2014 : 361 284 porcs / sem ==> poids moyen : 92,60 kg
430
2015 : 360 869 porcs / sem ==> poids moyen : 93,74 kg
Variation poids 2014 : 1ère / dernière semaine du mois
410
t
ê
t
e
s
1 500
Variation poids 2015 : 1ère / dernière semaine du mois
1
0
0
0
2 000
390
381
372
377376
370
1 000
369372
370
660
610
348346
350
80
-50
-150
330
-390
360
357
348347
347
338
510
350
367
365
361 570 361 700
360
570
356
450
200
120
50
352353
250
-20
-140
-500
-520
310
0
-240
-320
-350
-410
500
-790
-720
-1 000
290
270
-1 500
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre décembre
Ce graphique met en évidence des comparaisons par groupe de semaines, les fériés décalés d'une année sur
l'autre provoquent des écarts d'activité qui ne sont pas le reflet des variations de production.
Sur l'année civile 2015, Uniporc Ouest annonce une baisse d'activité de 0,1 % sur les porcs et une hausse de
+ 4 % sur les abattages de truies de réforme.
L'activité de novembre était en retrait, faute de besoin, l'absence d'animation dans les magasins a entraîné
un effondrement des ventes de côtes fraîches (-10%) et de rôtis (-13%) ; l'activité de décembre est égale à
décembre 2014 grâce à la demande export. A 95 kilos de carcasse de moyenne, les offres auraient permis
des volumes supplémentaires. Semaine après semaine, les porcs se sont accumulés, le retour à la fluidité
est nécessaire pour la sérénité des marchés. Le retour à la fluidité ne peut se réaliser que par une baisse de
production ou alors par une situation de marché très concurrentielle par rapport aux bassins voisins. La
filière française n'est pas la mieux placée, ce n'est pas faute d'avoir alerté les politiques dont l'immobilisme
est destructeur.
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
EVOLUTION DU POIDS MOYEN UNIPORC OUEST
96,0
2013 : 92,09 kg
2014 : 92,60 kg
2015 : 93,74 kg
95,5
95,0
94,5
94,0
poids moyen en kg
Un
prix
national
dans
un
environnement économique plus
global ne peut subsister qu'à la
condition d'une parfaite fluidité …
C'est dire qu'à tous les stades :
abattages / découpe / transformation
/ distribution, l'engagement doit être
respecté … Les anglais semblent
réussir mais ils sont sur une île et
autosuffisants à 50 %. Nulle part
ailleurs, la protection du marché
intérieur n'empêche la confrontation
des prix.
93,5
93,0
92,5
92,0
91,5
91,0
90,5
90,0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Sept
Oct
Nov
Déc
48
Le marché du porc Breton
Casser le thermomètre et après ?
La mauvaise conjoncture a provoqué des réactions des producteurs tous azimuts. Le cadran a été la cible
facile et est devenu, sous la pression, l'objet de toutes les rancœurs. La soudaine pression médiatique a
donné l'illusion que la crise européenne du porc se limitait au prix du porc de Plérin. L'excès de pression a
provoqué déraison lorsque les cours du porc de l'UE n'ont plus été à l'unisson. Le 7 août, le groupe Bigard et
Cooperl industries annonçaient leur départ du cadran. Celui-ci a continué à fonctionner amputé de deux
acheteurs importants. A l'automne, Bigard puis Cooperl annonçaient des cours différents de celui de la
référence cadran. Le 7 octobre, le MPB constatait que de nouveaux acheteurs allaient quitter le marché. La
cotation était suspendue. Chaque entreprise proposait alors son prix maison pour la semaine. D'intenses
négociations ont ramené autour de la table tous les acteurs à l'exception du groupe Bigard. Le 26
novembre, le cadran redémarrait doté d'une nouvelle convention dans un contexte de saturation d'offres.
Le défi était, avec les opérateurs présents, de définir un prix public, référence pour les éleveurs qui ont,
durant le mois et demi de suspension, livré des lots de porcs sans en connaître le prix aux abattoirs. Du
jamais vu en 44 ans d'organisation !
ACHATS ET VENTES : 3 PERIODES DANS L'ANNEE
Répartition des ventes du 1er janvier au 7 août 2015
SERETAL
0,08%
ELPOR
0,16%
CAP 50
0,21%
ASPAME
0,30%
AGRIAL
61 674 porcs / semaine
1,08%
PORC ARMOR EV.
7,34%
TRISKALIA
8,09%
SYPROPORCS
10,78%
PORELIA
17,56%
PRESTOR
19,12%
AVELTIS
35,28%
Répartition des ventes du 10 août au 5 octobre 2015
0,00% 5,00% 10,00% 15,00% 20,00% 25,00% 30,00% 35,00% 40,00% 45,00%
28 850 porcs / semaine
46 255 porcs / semaine
ASPAME
0,07%
SERETAL
0,12%
ELPOR
0,14%
CAP 50
0,74%
AGRIAL
0,74%
TRISKALIA
PORC ARMOR EV.
SYPROPORCS
PRESTOR
PORELIA
Répartition des ventes du 26 novembre au 31 décembre 2015
ASPAME
0,40%
CAM 53
0,64%
SERETAL
0,74%
AGRIAL
TRISKALIA
SYPROPORCS
us
PORC ARMOR EV.
PRESTOR
PORELIA
AVELTIS
3,84%
8,17%
11,38%
16,27%
18,56%
39,96%
1,20%
7,74%
28 850 porcs / semaine
9,45%
10,41%
15,10%
16,23%
AVELTIS
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
38,08%
49
Le marché du porc Breton
Répartition des achats du 1er janvier au 7 août 2015
GROUPE SOCOPA
( 4 508 )
7,31%
(61 674 porcs
achetés / semaine)
GROUPE BIGARD JPA ( 2 230 )
(4 370)
7,09%
3,62%
ABERA ( 4 669 )
7,57%
KERMENE ( 18 305 )
29,68%
COOPERL ( 11 361 )
18,42%
GROUPE BERNARD
( 16 231 )
26,32%
Répartition des achats du 10 août au 5 octobre 2015
JPA ( 3 290 )
7,11%
GROUPE
COOPERL
(2 287) BIGARD (694 )
1,50%
4,94%
ABERA ( 4 770 )
10,31%
GROUPE SOCOPA
1,47%
(678 )
(46 255 porcs
achetés / semaine)
KERMENE ( 18 588 )
40,19%
GROUPE BERNARD
( 15 949 )
34,48%
Répartition des achats du 26 novembre au 31 décembre 2015
COOPERL ( 2 479 )
8,59%
JPA ( 4 806 )
16,66%
ABERA ( 4 613 )
15,99%
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
(28 850 porcs
achetés / semaine)
KERMENE ( 8 574 )
29,71%
GROUPE BERNARD (
8 383 )
29,05%
50
Le marché du porc Breton
LES PRINCIPAUX ABATTOIRS DE PORCS DE L'OUEST
COOPERL AA
LAMBALLE
7 411 / sem. 15,70 %
CHARLES SA
SIZUN
Groupe BERNARD Jean FLOC'H
5 770 / sem. 12,22 %
KERMENE
COLLINEE
14 762 / sem. 31,27 %
ABERA
ST BRICE en COGLES
4 050 / sem. 8,58 %
SOCOPA VIANDES
CHATEAUNEUF du FAOU
1 843 / sem. 3,90 %
COOPERL AA
Montfort
GATINE VIANDES
La Guerche de Bgne
BIGARD
QUIMPERLE
2 712 / sem. 5,74 %
BERNARD
LOCMINE
7327 / sem. 15,52 %
2015
LOUDEAC VIANDES
Groupe
BERNARD Jean FLOC'H
JPA
JOSSELIN
2 390 / sem. 5,06 %
% D'ACHAT DE L'OFFRE AU MARCHE DU PORC BRETON
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
SOCOPA Evron
949 / sem 2,01 %
COOPERL AA
St Maixent
SOCOPA
Celles
51
Le marché du porc Breton
47 213 / semaine
Manche
1,23 %
Finistère
57,06 %
Côtes d'Armor
27,03 %
Morbihan
8,89 %
Calvados
0,40 %
Orne
0,14 %
Ille-et-Vilaine
4,12 %
Mayenne
0,60 %
Sarthe
0%
Eure
0%
Eure-et-Loir
0%
Loir-et-Cher
Loire-Atlantique Maine-et-Loire
0%
0,01 % Indre-et-Loire
0,09 %
0%
Vendée
0,41 %
DeuxSèvres
0,01 %
Destination des porcs vendus au MPB 2015
47 213/ semaine
Finistère
21,87 %
Côtes d'Armor
46,96 %
Morbihan
20,58 %
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
Ille-et-Vilaine
8,58 %
Mayenne
2,01 %
52
Le marché du porc Breton
L'ÉVOLUTION DU PRIX DE BASE DANS LES PRINCIPAUX BASSINS DE PRODUCTION
PAYS
2014
2015
12 mois
12 mois
PAYS-BAS Monfoort 56%
1,491 €
1,310 €
-12,15
DANEMARK 61 %
1,388 €
1,235 €
-11,02
ALLEMAGNE AMI 56 %
1,544 €
1,385 €
-10,32
ESPAGNE Lleida vif
1,273 €
1,129 €
-11,31
ITALIE vif
1,391 €
1,268 €
-8,80
M.P.B. 56 TMP
1,327 €
1,238 €
-6,71
%
Estimation des prix moyens payés éleveurs
1,70 €
Danemark (D.M.A) (prix d'acompte)
Danemark (prix payé)
1,60 €
Allemagne (AMI)
Espagne (Lleida)
1,50 €
MPB
1,40 €
1,30 €
1,20 €
1,10 €
1
3
5
Janv
7
9
Fév
11
13
Mars
15
17
Avril
19
21
23
25
27
29
Mai
Juin
Juillet
31
33
Août
35
37
39
Sept.
41
43
Oct.
45
47
49
Nov.
51
53
Déc.
1,00 €
Année
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
=
+1
+4
+ 4,5
+2
+8
+9
+6
+6
+ 11
+ 10
+2
AMI/MPB
+7
+4
+4
+ 2,5
+7
+4
+4
-1
+3
+1
+ 0,7
- 4,7
DK/MPB
-2
-5
-5
=
-3
-1
+5
+3
+2
+4
-1
- 0,7
Ecart de prix
en centime
Mercolleida/MPB
Le complément de prix danois est de 14 cents (8 cents en 2014) dont 1 cent capitalisé.
De toutes les périodes au cours desquelles les professionnels ont mis en avant le porc français, 2015 a été la
plus intense … Cela se remarque dans les écarts de prix même si l'expérience a eu des conséquences
fâcheuses. Incontestablement, la notion d'origine doit être exploitée car elle permet de valoriser le porc
français en France dans les limites évidentes de concurrence avec les viandes étrangères. La compétitivité
des concurrents espagnols et allemands est un handicap qu'il faut tenter de relativiser par le savoir-faire
français.
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
53
Le marché du porc Breton
Le prix de la coche
Moyenne annuelle : 0,892 €
2,0 €
COMPARAISON PRIX COCHES / CHARCUTIERS
1,9 €
1,8 €
CH : 1,454 €
CH : 1,464 €
CO : 1,276 €
CO : 1,202 €
Charcutier
CH : 1,327 €
1,7 €
Coche
CO : 1,082 €
1,6 €
CH ≈ 1,238 €
1,5 €
CO : 0,892 €
1,4 €
1,3 €
1,2 €
1,1 €
1,0 €
Charcutiers : base 50% de muscle, 54 T.V.M. depuis le 12
juin 1997, 56 T.M.P. depuis le 18 décembre 2006
Coches : sans tête, ni mamelle, ni panne, ni rognon, ni pied
0,9 €
0,8 €
87,76 %
0,7 €
1
5
J
9
F
14
M
18
A
22
27
M
J
31
J
82,10 %
36
A
40
S
44
O
49 521
N
D
5
J
10
F
14
M
18
A
23
M
27
J
31
J
A
72,05 %
81,54 %
36
40
S
45
O
49 521
N
D
6
J
10
F
14
M
18
A
23
M
27
J
32
J
36
40
A
S
45
O
49 521
N
D
6
J
10
F
14
M
19
A
23
M
27
J
32
J
36
A
40
S
45
O
49 52
N
D
0,6 €
2013
2012
2014
2015
0,5 €
Ratio
coche/porc
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
77,5 %
85,9 %
89,2 %
88,4 %
82,7 %
77,7 %
83,8 %
88,7 %
86,4 %
80,3 %
2012
2013
2014
2015
87,76 % 82,10 % 81,54 % 72,05 %
1,60 €
PRIX COCHES AU M.P.B.
2010 / 2011 / 2012 / 2013 / 2014 / 2015
1,55 €
1,50 €
1,45 €
1,416 € le 27/09/2012
1,40 €
1,35 €
1,333 € le 29/08/2013
1,277 € le17/07/2014
1,30 €
1,25 €
1,20 €
1,15 €
1,154 € le 17/11/2011
1,10 €
1,05 €
1,00 €
0,95 €
0,975 €
0,925 € le 7/01/2010
2010 : 0,989 €
0,90 €
0,85 €
1,076 € le 26/12/2013
1,062 € le 23/09/2010
1,053 € le 12/01/2012
2011 : 1,051 €
0,900 € le 12 & 19/01/2011
0,806 € le 31/12/2014
2012 : 1,276 €
0,80 €
0,75 €
2013 : 1,202 €
0,729 €
0,70 €
2014 : 1,082 €
0,65 €
2015 : 0,892 €
0,60 €
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53
Janvier
Février
Mars
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Sept.
Oct.
Nov.
Déc.
54
Le marché du porc Breton
Répartition des coches vendues au MPB en 2015
440 / sem.
SYPROPORCS
1,60%
PORC ARMOR
EVOLUTION
5,35%
TRISKALIA
9,07%
PORELIA
18,22%
27,30%
PRESTOR
38,46%
AVELTIS
0,00%
5,00%
10,00%
15,00%
20,00%
25,00%
30,00%
35,00%
40,00%
Répartition des achats coches en 2015 au MPB
440 coches / semaine
COOPERL
3,59%
CHARLES
16,34%
SBA
32,71%
C.B.V.
18,47%
LOUDEAC
VIANDES
28,88%
Coches Uniporc Ouest
années
nombre
abattues
nb /
sem.
évolution
année - 1
évolution
/ 2000
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
255 898
245 039
241 153
249 997
267 475
282 872
298 617
326 952
337 626
341 505
348 203
374 546
385 239
403 820
402 656
401 932
4 921
4 712
4 638
4 808
5 144
5 440
5 743
6 288
6 493
6 567
6 696
7 203
7 408
7 766
7 743
7 729
4,43%
1,60%
-3,53%
-6,54%
-5,44%
-5,27%
-8,67%
-3,16%
-3,04%
-1,92%
-7,03%
-2,78%
-4,60%
0,29%
0,18%
-36,33%
-39,03%
-40,00%
-37,80%
-33,45%
-29,62%
-25,70%
-18,65%
-16,00%
-15,03%
-13,37%
Assemblée générale du MPB le 23 juin 2016
Vente de coches au MPB
nombre
années
nb / sem.
vendues
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
22 704
23 222
26 600
26 256
25 117
22 587
25 098
31 922
37 283
39 554
38 188
45 330
51 966
51 858
53 581
54 994
437
447
512
505
483
434
480
600
717
761
734
872
999
997
1 030
1 058
évolution
année - 1
évolution
/ 2000
-2,23%
-12,70%
1,31%
4,53%
11,20%
-10,00%
-21,38%
-14,38%
-5,74%
3,56%
-15,76%
-12,77%
0,21%
-3,22%
-2,57%
-58,72%
-57,77%
-51,63%
-52,26%
-54,33%
-58,93%
-54,36%
-41,95%
-32,21%
-28,08%
-30,56%
55
Association de mise en marché
des porcs charcutiers et des coches
PRESENTATION DU MARCHE
Statut juridique :
Association (type loi 1901) composée d’un collège des
“Organisations professionnelles” et d’un collège des
“Organisations régionales”.
Circonscription territoriale : Bretagne, Pays-de-Loire et
départements limitrophes.
Porélia
Aveltis
Aveltis
Triskalia
Prestor
Elpor
Syproporcs
Porélia
Porc Armor
Evolution
Agrial
Objet :
La mise en marché des porcs charcutiers et des coches.
Aveltis
Fréquence des marchés :
Lundi 14h30 et Jeudi 10h30 : vente des porcs
charcutiers.
Jeudi 9h30 : vente des coches.
Aspame (85)
Les organisations professionnelles au M.P.B.
Résultats de marché :
Audiotel (0,34€/mn) : 08 92 70 22 29 dès 17h le lundi,
13h le jeudi. Résultats et commentaire de marché.
S.M.S. : par abonnement sur le site Internet.
Internet à l’adresse http://www.marche-porc-breton.com
et par abonnement e-mail.
LE FONCTIONNEMENT DU MARCHE
Les annonces :
C.B.V.
Cooperl AA
Charles
Kermené
S.V.A.
Loudéac Viandes
SBA
JPA
Bernard
Abéra
Les annonces personnalisées sont collectées par les OP
le lundi avant 12 heures, le jeudi avant 10 heures, pour
le marché suivant. Elles sont transférées par
télématique au MPB.
Mode de vente : Le Cadran
- Sur catalogue sans présentation des animaux.
- Prix déterminé par enchères électroniques
dégressives.
- Transactions en salle ou à distance par réseau
informatique.
Porcs
Coches
Mode de commercialisation :
- Au classement carcasse, prix de base 56 TMP départ
Les acheteurs au M.P.B.
élevage vers abattoirs contrôlés par UNIPORC
OUEST.
- Ordre de passage des lots déterminé par tirage au
sort. Pour les premiers lots vendus, garantie
d’obtenir au minimum le prix moyen du jour.
- 2 enchères possibles par lot.
- Lots invendus sans enchère attribués en fin de
séance au prix moyen.
4, Avenue du Chalutier Sans Pitié – BP 80226 – 22192 PLERIN Cédex – Tél 33(0)2 96 74 74 70 Fax 33(0)2 96 79 96 06
Des garanties pour les éleveurs
L'action collective de mise en marché a permis à la production de
moraliser les relations interprofessionnelles et d'obtenir :
 la pesée, le classement, la présentation de carcasse, la
rédaction du bordereau par UNIPORC OUEST,
 des délais de paiement à 14 jours date de vente,
 la garantie de paiement : caution bancaire et assurance-crédit,
 une convention interprofessionnelle, base de facturation du lot
de porcs, régissant :
- le délai d'enlèvement (la semaine qui suit le marché),
- le délai d’abattage (moins de 18 h après le départ
de l'élevage),
- le nombre de porcs (bon d'enlèvement),
- la mortalité transport et crèche (50 % acheteur, 50 %
éleveur),
- le délai de pesée (inférieur à 7 mn après la fente),
- la présentation à la pesée (sans parage, avec tête et
langue, avec pieds, sans panne, sans rognon, sans hampe),
etc...,
 le taux de ressuage de 3%,
 la grille de rémunération :
TMP
64 et +
63
62
61
60
59
58
57
56
55
54
53
52
51
50 et -
valeur du point TMP/ + ou - value par point
base 56 (en €)
de TMP (en €)
+ 0,16
- 0,01
+ 0,17
0
+ 0,17
0
+ 0,17
+ 0,02
+ 0,15
+ 0,03
+ 0,12
+ 0,04
+ 0,08
+ 0,04
+ 0,04
+ 0,04
Base
base
- 0,02
- 0,02
- 0,04
- 0,02
- 0,08
- 0,04
- 0,12
- 0,04
- 0,20
- 0,08
- 0,40
- 0,20
Résultat du lot moyen 2015
Prix de base
1,238 €
TMP moyen
60,70
Plus-value TMP
0,12 €
Plus-value qualité T
0,020 €
Poids moyen chaud
93,73 kg
La convention du marché
La définition du prix du porc
La transparence
l’information :
des
transactions
et
de
 L'organisation de la mise en marché, par la
confrontation directe de l'offre et de la demande, permet
de définir en toute transparence le plus juste prix.
 Le M.P.B. met à disposition des opérateurs des
données collectées sur le plan régional (abattage et
poids carcasse), international (prix et activités),
informations indispensables à l'analyse du marché
européen.
 Par la transparence de son fonctionnement, le cadran
garantit à tous les opérateurs l'égalité de concurrence.
Facteurs d'influence du prix d'un lot :





Le taux de muscle des pièces
L’homogénéité du lot.
La taille du lot (capacité du transport).
L'accès au quai et les facilités d'embarquement.
La situation géographique (proximité des abattoirs, axes
routiers, etc ...).
Gamme de poids 82 à 105 kg poids chaud (30.03.2015)
0,02 €
GAMME DE POIDS
0,00 €
0,00 €
-0,02
-0,04 €
Cœur
de
Gamme
87 à 99
kg
-0,10 €
-0,10 €
-0,12 €
-0,14 €
-0,16 €
-0,18 €
-0,20 €
110,1 - 120 kg
- 0,20 €
45 - 69,9 kg
- 0,30 €
70
78
80
82
87
99
105 106
107
108
109 110
kg de carcasse
Le M.P.B. en quelques chiffres
- 10 600.000 € de cautions bancaires.
- 30 500 porcs commercialisés par semaine.
- 440 coches commercialisées par semaine.
- 11 organisations professionnelles.
- 2.200 éleveurs.
- 11 acheteurs.
M.P.B. et cahier des charges qualité
Les transactions réalisées représentent 26 % du volume de
production breton. Le prix moyen pondéré est référence pour la
majorité des transactions en FRANCE.
Depuis le 1er janvier 2002, les éleveurs produisant dans le
cadre du cahier des charges U.G.P.V.B bénéficient d'une
prime qualité de 0,02 € du kg (T)
Une convention privilégiant les vendeurs (OP) et acheteurs
réguliers est en vigueur. Elle est basée sur :
 Des engagements d'apports et d'achats.
 Une atténuation des risques de spéculation (vente obligatoire
à + 0,03 € par rapport à la moyenne du marché précédent.
 Une volonté de maîtrise des baisses et des hausses (dans
une fourchette de +/- 0,06 € la semaine).
Le contenu du cahier des charges :
Identification et traçabilité - Normes d'alimentation Spécifications sanitaires - Ajeunement des animaux - Quai
d’embarquement.
L'élevage est agréé par un organisme certificateur officiel
(Véritas).
Le prix de base du M.P.B. définit la valeur du porc
standard identifié, ajeuné. La plus-value qualité est intégrée
à la plus-value générale UNIPORC OUEST.
Mise à jour 01/01/2016
4, Avenue du Chalutier Sans Pitié – BP 80226 – 22192 PLERIN Cédex – Tél 33(0)2 96 74 74 70 Fax 33(0)2 96 79 96 06
Sauté de porc et légumes de saison
Ingrédients pour 4 personnes
Occasion:
C'est léger, Printemps/été
Préparation:
- de 20 min
Cuisson:
20 min
Difficulté:
Budget:
Note
•
•
•
•
•
•
•
•
•
800g d'échine coupée en petits morceaux
100g de pois gourmands
2carottes
2petits oignons
1poivron rouge
1poivron vert
5cl d'huile d'olive
2pincées de sucre
1c. à soupe de graines de carvi ou de curry
(facultatif)
Préparation:
1. 1Saisir les morceaux d’échine à l’huile d’olive
dans un wok ou dans une poêle. Ajouter les
petits oignons, le sucre et le carvi pour ceux
qui le souhaitent. Bien mélanger à feu vif puis
baisser le feu, laisser mijoter 10 min.
2. 2Pendant ce temps éplucher les légumes,
cuire les pois gourmands et les carottes en
rondelles 3 min. dans l’eau bouillante, émincer
les poivrons.
3. 3Ajouter tous les légumes à la viande,
mélanger puis laisser mijoter encore une
dizaine de minutes.
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
8
Taille du fichier
4 890 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler