close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Afficher - Mairie d`Athis-Mons

IntégréTéléchargement
dépliant-2016-ok:dépliant2010.qxd 20/05/16 20:24 Page1
Samedi 25 juin à 20h30
Dimanche 26 juin à 14h30
Samedi 25 juin à 17h30
Dimanche 26 juin à 17h30
S
Ô
CABARET
Textes de Valère Novarina (l'Espace Furieux –
extraits) et Ghislain Mugneret (Prologue et autres
fragments).
Mise en scène de Ghislain Mugneret
Textes de Patrick Kerman (La Mastication des
morts) et Christian Rullier (Sur tout ce qui bouge)
Mise en scène de Gérard Lorcy
avec
Esther Jean-Mary, Wafa Landolsi, Ronan Melennec,
Ferroudja Pavan, Rosario Sandoval, Brigitte Suzanne
avec
Julia Bobes, Lucie Bodin, Adeline Cloarec, Nathalie
Garnier, Marie-Josée Gay, Chryslène Jomie, Elodie
Jousselin, Denis Rousseau, Laurent Sobczak
Sous la terre, y a des morts. Pour eux, les divertissements
sont rares. Quand une nouvelle pointe le bout de son nez,
ça fait une occasion de parler un peu de soi, de sa petite vie
passée. Ça distrait. Pendant ce temps-là, sur la terre, y a des
vivants. Eux, c’est connu, ils ont des aspirations, des grandes.
En attendant la mort, mais sans trop vouloir y penser, ils
visent le ciel. Ça distrait.
Patrick Kerman et Christian Ruillier font dans la comédie
caustique. Ils sont plutôt moqueurs, mais pas que. Entre
deux vanités, il y a des petits bouts d’amour, des parcelles de
grandeur.
Chaque séquence s'apparente à un numéro isolé, pouvant se
suffire à lui-même. Donc ici pas de "pièce de théâtre", même
si l'ensemble emprunte à Valère Novarina des fragments de
l'espace Furieux. "Ô", comme une antique exclamation, dont
on ne sait si elle annonce une apparition miraculeuse ou la
disparition redoutée de toute chose.
« Nous verrons le cercueil germer dans le Berceau » ; « Ô mères ! Le
berceau communique à la tombe » écrivait Victor Hugo : le début et la fin
se rejoignent à l'horizontal. La fin s'inscrit dans le début. Ô comme
Origine, origine de la parole... du théâtre. Héritage donc ! « Ô cerveau,
tu es finalement le cercueil de toute pensée véritable. »
(Valère Novarina)
Tarif unique : 5€
Théâtre Jean Dasté
9 rue du Docteur Vinot
91260 Juvisy-sur-Orge
graphisme jac dor / impression RGP Antony
L'actrice du prologue (au public) :
« ...C'est qu'il est besoin entre nous d'un consentement mutuel, dont ni
vous ni moi ne connaissons véritablement l'origine. Pour que ce soir existe, ici, sur cette scène, pouvons-nous dire – comme pour l'œuf et la poule
– qui, du spectateur ou de l'acteur, a désiré la chose en premier ? Ne
répondez pas, tout est dit. Débrouillez-vous avec ça. Si c'est confus j'en
suis confuse. (elle regarde sa montre) Maintenant je vous prie de bien
vouloir nous excuser pour ce léger contretemps. Avouez quand-même que
vous l'avez bien cherché ! C'est vous qui avez commencé ! »
(G.Mugneret)
ENS DESSUS
DESSOUS
Le Centre Culturel
des Portes de l’Essonne
1 rue de l’Observatoire
91260 Juvisy-sur-Orge
RENSEIGNEMENTS
et RESERVATIONS
01 69 57 81 10
centreculturel@portesessonne.fr
centreculturelportesessonne.fr
Réunion d'information
et Préinscriptions
Samedi 11 juin à 11h
Théâtre Jean Dasté
Juvisy-sur-Orge
du 1 2 au 1 4 juin
2 6 au 2 8 juin 2 0 1 5
& duspectacles
5
des Ateliers Théâtre
du Centre Culturel
des Portes de l’Essonne
à Juvisy-sur-Orge
du 11
au 12 juin
& du 24
au 26 juin
2016
dépliant-2016-ok:dépliant2010.qxd 20/05/16 20:24 Page2
Samedi 11 juin à 17h30
Dimanche 12 juin à 17h30
C
ARTON-PÂTE
Textes de Peter Turrini, Samuel Beckett,
Christophe Huysman, Hanokh Levin,
Daniil Harms et des comédiennes
Lydwine Hudault et Myriam Ronseaux
Mise en scène de Jean-Paul Mura
avec
David Boudebesse, Lucas Dornet, Lydwine Hudault,
Laurie Le Cocquen, Alexis Peillet, Myriam Ronseaux
Quelque part aux abords d'un centre commercial, un
endroit perdu dans une forêt au bout d'un parking, une
zone grise comme il en existe tant et tant, un peu sale,
un peu abandonnée, de celle qu'on ne regarde
plus... Là, un abri bricolé à la va vite : un lieu de survivance pour individus en fin de cycle. On s'épie, on se
renifle, on se jauge... fragments de vies, les pieds dans
la gadoue et la tête itou, avec bon Dieu en présence,
ou quelque chose comme ça...
En immersion - Espaces créatifs #8
Une exposition de travaux des élèves de l’Ecole d’art
Camille Lambert au Centre aquatique. De l’accueil aux
bassins en passant par le solarium,
des propositions surprenantes attendent les nageurs.
Du 11 au 26 juin
Vernissage samedi 11 juin à 15h.
Centre aquatique des Portes de l’Essonne –
9 rue Paul Demange à Athis-Mons
Renseignements à l’Ecole d’art Camille Lambert :
01 69 57 85 50 – portesessonne.fr
C
Samedi 11 juin à 20h30
Dimanche 12 juin
à 14h30
ECI N’EST PAS
UNE ŒUVRE
D’ART !
Texte et mise en scène de Julien Parent
avec
Fetta Chovelon, Marie-Rose Bonté, Julie Trecan, Nathalie
Germinal, Pascale Garcia, Emmeline Rocher, Sandra
Jouve, Sylvie Larose, François Dufour, Éric Tarnaud, Kévin
Gounifio, Marie-Madeleine Tréguer
Avec la collaboration artistique des élèves de
l’École d'Art Camille Lambert
En écho à l'exposition organisée par l'École d'Art
Camille Lambert au Centre aquatique des Portes de
l'Essonne, nous avons conçu un spectacle clownesque
dont l'argument est justement une exposition d'art
contemporain dans une piscine...
Pour l'être humain normalement constitué, une proposition artistique dans un lieu public, c'est du bonus. Mais
pour un clown, tout est plus compliqué. Deux propositions simultanées, c'est toujours une de trop. Alors les
ennuis commencent... Mélanger sport et culture, c'est
créer une brèche spatio-temporelle, plonger dans un
abîme de perplexité, provoquer de la perte de sens, des
fausses notes et du discours gratuit.
Défileront une érotomane amoureuse d'un sculpteur
japonais, des intellectuelles parisiennes de banlieue, un
couple en crise, une Présidente de la République, des
clowns qui chantent la Marseillaise, etc...
Enfin bref, un spectacle absurde qui nuit à la santé mentale !
Vendredi 24 juin à 20h30
Samedi 25 juin à 14h30
T
OUTE LA VIE
De Pascal Rambert
Mise en scène d’Olivia Sabran
avec
Charlotte Alandi, Cédric Leininger, Fanny Lorrin, Philippe
Soussan, Claudine Nerfie, Nadine Decreamer, Salamata Bâ,
Areski Ouazir, Charlène Moreau, Fatou Diarra, Martine
Rodrigues, Sandra Jouve
Dans cette pièce il est question de la naissance, de la
mort de ce qu'on fait de sa vie. Il est question de l'humanité entière. De tout ce qui vit. Chaque évènement
comme l'origine du suivant. Il y a la vie éternelle, le clonage, la reproduction naturelle, le suicide, l'amour, l'art, la
politique, l'histoire, les expériences, les voyages...
"En fait, comme bébé, je me souviens assez mal des choses sinon
des mains de ma mère sur mon corps quand je hurle. Et je hurle
beaucoup. Je n'ai jamais rien connu d'aussi bien. Là je suis un enfant
et ma mère me caresse quand je hurle. Elle me prend dans ses bras
et elle me masse contre sa poitrine quand je hurle. Depuis sa mort,
je ne pense qu'à une chose: remonter contre sa poitrine et hurler. Je
veux mettre mon visage contre sa poitrine et hurler. Ecraser mes
lèvres contre sa poitrine. Ecraser mon visage en hurlant contre sa
poitrine. Comme sur la photo où on la voit avec mon père qui me
tient dans ses bras. C'est amusant, à ce moment elle se bat avec
une organisation de gauche pour qu'on creuse un tunnel sous le
détroit de Gibraltar. Pour "rapprocher l'Afrique de l'Europe".
"Humaniser l 'immigration". Tu vois le genre d'idées. Un train à grande vitesse y passerait; comme l'Eurostar."
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
1 794 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler