close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

26 juin2016 Célébra on de clôture de l`année pastorale La parabole

IntégréTéléchargement
1
26 juin2016
Célébra0on de clôture de l’année pastorale
La parabole de la semence (Luc 8, 11-­‐15)
La célébra*on de ce jour intègre la dernière séquence du cheminement catéché*que vécue par les enfants réunis les mardis, séquence rela*ve à l’évangile du semeur. La liturgie de ce jour est aussi enrichie par un texte très important, unanimement salué (une encyclique), Laudato si, publié il y a quelques mois par notre pape François traitant de la réalité complexe de l’écologie. Après un temps de partage qui suit la proclama*on de la parabole de la semence avec et par des enfants puis par un adulte, voici ce que je voudrai meGre en lumière, notamment suite à l’assemblée générale de la paroisse, le 23 avril 2016, moment de partage, de bilan et de prospec*ves.
Dans la vie, chers enfants, vous l’apprendrez tout au long de vos années de vie, tout est relié… Rien n’est neutre, notre corps, notre cerveau enregistrent tout. Et tout est relié : il n’y a pas de >roirs qui séparent tout : le corps, le coeur, le cerveau, l’appren>ssage, la mémoire, l’émo>on, l’amour…
Dans un arbre c’est un peu pareil : tout est u>le, tout est complémentaire, tout est relié… la terre, les racines, le tronc, la sève, les branches, les feuilles, l’environnement… mais au début, il faut aussi une graine, un semeur et de la bonne terre.
Dans la vie d’une communauté de paroisses, nous l’avons entendu et expérimenté, lorsqu’une soixantaine de personnes étaient réunies pour une assemblée générale… ; rien n’est neutre, tout est relié… ce que nous vivons, ce que nous ignorons, ce que nous désirons… tout est en rela>on… c’est beau et c’est complexe. 2
Pour moi, il y a d’abord et avant tout dans ceGe parabole, l’importance du moment favorable… aDtude de veille, de vigilance, d’éveil, d’aEen>on… ce n’est pas toujours le temps des semailles…chacun de nous devrait apprendre, parfois réapprendre à se dire : « *ens, est-­‐ce que je suis récep*f, aGen*f à des graines, des paroles, des aStudes qui pourraient grandir en moi et aussi grâce à moi… ? » ; si j’ai le cœur et l’esprit fermés, si j’ai trop de soucis… j’ai le droit de le dire, de me libérer, de demander de l’aide… les groupes paroissiaux autour de la solidarité ont ceGe mission d’écouter, d’accompagner, de soutenir sous des formes mul*ples et dans la discré*on. Je pense souvent à ce Proverbe (15,4) de la Bible : « une langue bienfaisante est un arbre de vie »… c’est possible, c’est réalisable, ne nous privons pas. Grand merci aux acteurs de la solidarité.
Sacrements et évangélisa>on Dans une grande communauté de paroisses comme la nôtre apparaissent beaucoup de demandes : des baptêmes, environ 80 par ans, autant de célébra*ons de funérailles pour et avec des familles qui perdent un être cher, et puis les nombreuses fêtes de la foi : première réconcilia*on ; première communion, profession de foi, confirma*on… des parents acceptent d’inscrire leurs enfants et leurs jeunes, des catéchistes nombreux – et nous pouvons et devons les remercier chaleureusement car ces personnes s’inves>ssent pour ini>er, éveiller, donner, apprendre, meEre en lien… Beaucoup de sacrements sont donnés… Les coeurs sont-­‐ils pour autant évangélisés, les semences prennent-­‐elles racines ?
Allons-­‐nous de moments forts en moments forts… en minimisant, voir en oubliant l’habituel, l’ordinaire…
Sœurs et frères, nous ne voudrions quand même pas devenir des consommateurs de religieux, de religion… uniquement quand cela nous arrange.
3
Une psychologue chré*enne Simone Pacot a écrit il y a quelques années un livre important, l’évangélisa1on des profondeurs (Paris, Edi*ons du Cerf, 1997). Nous avons de la chance de pouvoir laisser entrer en nous des graines, des semences qui sont bonnes, non seulement pour nous mais aussi pour notre monde si complexe et si balloGé ; 2015 et 2016 nous l’ont déjà bien tristement rappelé. L’écologie dont parle le pape François et que les enfants ont approfondi ceEe année au « caté » concerne aussi et d’abord nos cœurs : prendre soin aussi de son coeur, de son intériorité … aura alors lieu un vrai développement durable en nous et autour de nous… Merci chers enfants de nous le rappeler aujourd’hui. Les choristes, l’organiste, les personnes inves>es dans la liturgie sont au service de la beauté – grand merci à eux également; n’oublions jamais que la première beauté à soigner c’est l’Homme, créé à l’image de Dieu. L’arbre décoré lors de l’assemblée générale (n’hésitez pas à le voir de près) est le fruit de générosités, d’engagements, de dons… ce qui n’évacuent ni les peurs, ni les ques*ons… les chré>ens, et les pra>quants ne sont pas au-­‐dessus des autres… tous nous sommes en marche.
Mais l’avenir d’une communauté chré*enne, d’une paroisse aura toujours besoin de racines, de convic*ons, de stabilité… autant de piliers à par*r desquels l’on peut par*r, grandir, aller vers, être missionnaires…
Un réveil spirituel est nécessaire dans les pays de vielle chré>enté ; des gens cherchent de la spiritualité, du bien être… Puisse notre communauté de paroisse con>nuer à être et à devenir encore davantage un lieu d’accueil, d’écoute, de vie, d’échanges, de célébra>ons… Une communauté devrait, me semble-­‐t-­‐il, être à la fois enracinée, mais aussi souple et créa>ve… Les personnes engagées pour des aEentes et des demandes mul>ples
Les personnes engagées demeurent nombreuses dans notre communauté de paroisses, à tous les niveaux. Je rends grâce à Dieu
4
Je vois pourtant trois points d’aGen*on : • les groupes vieillissent… et ensemble il nous faut porter le souci du renouvellement… tout groupe doit aussi être missionnaire pour lui-­‐
même… savoir appeler, savoir demander, ne pas se replier sur des vieilles habitudes et se plaindre… • Il nous faut avoir vraiment le souci du sang neuf à tous les niveaux car le risque est grand de devenir une communauté habituelle très âgée avec des assemblées plus diverses et plus jeune de temps en temps, occasionnellement… ayons à cœur donner le goût à d’autres de nous rejoindre plus régulièrement • Il y a aussi ces dernières années des proposi*ons nouvelles : accompagnements de personnes dans le deuil, de personnes divorcées, des groupes d’Ace, les enfants de la catéchèse du mardi, le dimanche autrement… Ces proposi*ons sont importantes et n’occultent pas les proposi*ons classiques. N’ayons pas peur de la nouveauté et surtout n’opposons pas les proposi>ons classiques et les proposi>ons nouvelles ; les deux sont appelées à s’enrichir mutuellement.
Enfin, dans l’évangile il est ques*on aussi clairement de pierre, d’absence de racines, d’épines… il convient d’abord de s’interroger soi-­‐même avant de chercher les autres ailleurs et chez d’autres. Si j’arrive à mieux m’es>mer, à mieux m’aimer l’évangile prendra d’autres couleurs et aura du relief… être missionnaire come par soi… et je suis plus heureux, plus libre, plus ouvert, plus solidaire alors d’autres autour de moi-­‐
s’interrogeront posi>vement.
Merci Dieu créateur pour la vie
Merci pour la créa>on
Merci pour la rela>on
François Wernert 
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
110 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler