close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Communiqué de presse

IntégréTéléchargement
Communiqué de presse
#Entrepreneurs #Economie #Entreprise #CAC40
Observatoire de l’esprit entrepreneurial
Seuls 20 % des Français estiment positif le rôle des
entreprises du CAC 40 sur la création d’entreprise
Paris, le 30 juin 2016 – Une étude de l’agence de communication CorioLink, spécialiste
des thématiques sur l’entrepreneuriat et l’économie, réalisée par l’institut Odoxa en
partenariat avec Widoobiz, dévoile que les Français souhaitent une action des grands
groupes en faveur de la création de nouvelles entreprises. Mais cette dernière jugée
insuffisante, ils réclament plus d’engagement de la part du CAC 40.
85 % des Français plébiscitent l'idée que les grandes entreprises devraient s’engager
sur un budget d’aide à la création d’entreprises.
Incubateurs : la responsabilité du CAC 40 est engagée
Seuls 20 % des Français jugent positif le rôle des entreprises du CAC 40 en matière de
création d’entreprise. Leur engagement en faveur des nouveaux entrepreneurs est attendu
par les Français : 61 % estiment qu’il est de leur responsabilité de créer des incubateurs
pour aider les startups ou les jeunes entreprises en leur apportant un hébergement, des
conseils ou encore des financements. Pour autant, 84 % d'entre eux déclarent qu'elles n'en
créent pas suffisamment !
Amélie Lebreton, co-fondatrice de l'agence CorioLink, d’analyser : « Si de
nombreux groupes français, se sont déjà lancés dans la création d’incubateurs, les
Français ne le savent pas encore ou pas suffisamment. Un effort de pédagogie est
nécessaire car certains résultats sont inquiétants : c’est la tranche d’âge des 25-34 ans,
la plus concernée par la création de startups qui est la plus sévère avec les grands
groupes, ils sont uniquement 17 % à considérer que les grandes entreprises jouent un
rôle positif sur la création d’entreprise ».
L’obligation d’un financement destinée à la création d’entreprises
85 % des Français plébiscitent l'idée que les grandes entreprises devraient s’engager
sur un budget d’aide à la création d’entreprises, comme la loi leur impose de le faire en
faveur des comités d’entreprises. Les Français disent massivement « oui » à ce budget spécial
création d’entreprises quel que soit leur âge, leur niveau de revenu et qu’ils soient salariés
(82 %) ou à leur compte (89 %).
Jacky Isabello, co-fondateur de l’agence Coriolink de décrypter : « Les géants
français doivent jouer un rôle moteur en matière de développement de l'activité des
créateurs d’entreprises et des PME, à travers notamment la consolidation des filières
industrielles. Mais elles devraient être beaucoup proactives quant au développement de
nouvelles activités. Le nombre d'incubateurs qu'elles ouvrent n’est pas suffisant. Trop
Longtemps les grands groupes cotés ont privilégié la création d’entreprise à l’occasion
de l’adoption de Plans de Sauvegarde de l’Emploi (PSE) via notamment des outils
d'essaimage* défensif. Elles doivent être davantage proactives et promouvoir la
capacité des Français à créer des entreprises. Il n'est pas incongru de demander aux
géants du CAC 40 français d’assumer, avec de fortes preuves de leurs engagements,
un rôle de polinisateur de l'entrepreneuriat hexagonal ».
Les incubateurs : un rôle positif pour l’ensemble des acteurs économiques
Vu par les Français, le manque d’investissement du CAC 40 prend la forme d’un regret
puisqu’ils considèrent que la création massive d’incubateurs serait favorable à l’ensemble de
l’écosystème entrepreneurial, non seulement aux petites entreprises, mais aussi aux plus
grosses.
Ils sont tout aussi nombreux à estimer que cela permettrait aux jeunes entreprises de se
développer plus rapidement (75 %) qu’à penser que cela aurait pour vertu d’attirer des
talents dans les entreprises du CAC 40 (74 %). Par ailleurs, 69 % y voient un moyen pour
les entreprises du CAC 40 d’être à la pointe de l’innovation et pas moins des deux tiers (65 %)
affirment que ces incubateurs permettraient de créer de nombreux emplois.
Cadres du CAC 40 et entrepreneurs à succès : des profils éloignés
Ce n’est pas parce que l’on réussit à gravir les échelons d’une entreprise du CAC 40, que l’on
dispose de toutes les qualités pour créer une entreprise. Pour 54 % des Français, les profils
« CAC 40 » sont éloignés de ceux des « entrepreneurs à succès ». 57 % des plus jeunes (les
18-24 ans) les trouvent proches, mais plus on avance en expérience, moins on le pense
(seulement 38 % des 50-64 ans).
* définition essaimage (source : DIESE) : la notion d’essaimage recouvre des situations variées et désigne le soutien offert par
une entreprise à un de ses salariés pour la création d’une activité nouvelle ou la reprise d’une activité existante.
Méthodologie :
Enquête réalisée auprès d’un échantillon de 1020 Français interrogés par Internet les 19 et 20 mai 2016, échantillon
représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon est assurée par
la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge et profession de l’interviewé après
stratification par région et catégorie d’agglomération.
A propos de CorioLink
CorioLink, agence de conseil en communication d’influence spécialisée dans les problématiques économiques,
institutionnelles et politiques, a été co-fondée par Amélie Lebreton, Jacky Isabello et Pierre Alibert. CorioLink
propose des méthodologies pour « décupler la force d’engagement » de ses clients.
Jacky Isabello est mentor au Moovjee et administrateur d’associations œuvrant pour la promotion de
l’entrepreneuriat chez les plus jeunes ; co-auteur de « Créer son entreprise » aux éditions Jacob-Duvernet ; « En
finir avec la dictature du Salariat » éditions Editea ; un rapport pour le Président du Sénat sur les nouvelles
opportunités entrepreneuriales.
www.coriolink.com / @CorioLink
Contact presse :
Pierre Alibert : pierre.alibert@coriolink.com - Tel : 06 87 40 90 76
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
66 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler