close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Baromètre 2016 des entreprises en Tunisie

IntégréTéléchargement
Baromètre 2016
des entreprises
en Tunisie
Moral, préoccupations
et perspectives des
dirigeants d’entreprises
Baromètre 2016 des entreprises en Tunisie
• Moral, préoccupations et perspectives des dirigeants d’entreprises
1
A MC E Y T unisie, présente la 4 è m e édition
du b arom è tre des entreprises en T unisie.
L es éditions précédentes ont été trè s b ien
accueillies par la com m unauté des af f aires
et la sph è re économ iq ue, et le B arom è tre
E Y devient une source attendue pour
ex prim er un éclairage ob j ectif et prof essionnel du m oral, des préoccupations et des
perspectives des entreprises im plantées en
T unisie.
A
cette o ccasio n , n o u s so u h ai ton s
rem ercier les nom b reux dirigeants q ui
ont participé et pris le tem ps de partager
leurs points de vue sur les nom b reux suj ets
touch ant les entreprises en T unisie.
2
N ous tenons à rem ercier égalem ent
E m ir S f ax i et H ager B en Mah m oud pour
l’im plication et la persévérance déploy ées
pour l’ab outissem ent de ce proj et, ainsi q ue
tous les m anagers du B ureau de E Y T unis
pour leur précieuse contrib ution.
Baromètre 2016 des entreprises en Tunisie
• Moral, préoccupations et perspectives des dirigeants d’entreprises
Sommaire
Editorial
5
Situation et perspectives commerciales
Marchés et ventes
Situation interne liée aux processus opérationnels
Supply chain, Ressources humaines, Trésorerie
Stratégies d’investissement et Création d’emplois
Focus sur les intentions des entreprises
Conjoncture externe
Situations politique, économique et sociale
Verbatims
Périmètre et nouveautés 2016
10
14
16
Baromètres précédents
Baromètre 2016 des entreprises en Tunisie
8
12
La parole aux dirigeants d’entreprises
Méthodologie du Baromètre
6
17
• Moral, préoccupations et perspectives des dirigeants d’entreprises
3
4
Baromètre 2016 des entreprises en Tunisie
• Moral, préoccupations et perspectives des dirigeants d’entreprises
N oureddine H aj j i
A ssocié, D irecteur G énéral
L e b arom è tre E Y , désorm ais rendez - vous incontournab le pour ex prim er la voix du secteur privé, f ait
ressortir dans cette version 2 0 1 6 le décalage f ort
entre la réalité et les capacités de nos entreprises
pour aller de l’avant, d’un cô té, et le contex te politiq ue, économ iq ue et social q ui tire encore et encore vers le b as, de l’autre. N os entreprises résistent
à toutes sortes de déb â cles depuis la révolution
de 2011, même si des signes d’essoufflement
com m encent désorm ais à apparaitre. Malgré cela,
elles continuent à f aire de la croissance et à se
proj eter dans un avenir m eilleur. E lles nous donnent
de b onnes raisons d’espérer et nous f ont rê ver de ce
q u’elles sont capab les de f aire si les pouvoirs pub lics
f ont j uste ce q u’ils ont à f aire.
E ditorial
S ami Z aoui
A ssocié, A dvisory S ervices
A m b ivalence est prob ab lem ent le m ot q ui sied à la
situation des entreprises im plantées en T unisie. O ptim istes, elles le sont, puisq ue leur activité com m erciale est f avorab lem ent orientée, q u’elles m è nent
tam b our b attant de nom b reux proj ets internes à caractè re stratégiq ue ou opérationnel, et q ue l’investissem ent est une com posante essentielle de leur
f euille de route pour les années à venir. P essim istes,
elles le sont égalem ent à travers le regard sévè re
q u’elles portent sur les perspectives d’évolution
de la situation politiq ue, m ais surtout économ iq ue
et sociale de notre pay s. L e b arom è tre E Y 2 0 1 6
constitue ainsi leur porte- voix , et les m essages- clés
q u’elles souh aitent adresser sont on ne peut plus
ex plicites: l’intérê t national doit prim er sur les intérê ts corporatistes et le clim at d’af f aires doit ê tre
am élioré, ce q ui donnera des ailes à nos valeureuses
entreprises.
Baromètre 2016 des entreprises en Tunisie
• Moral, préoccupations et perspectives des dirigeants d’entreprises
5
S ituation et perspectives
com m erciales
M arc h é s et v entes
Les entreprises performent bien … voire très bien au regard de la conjoncture
D epuis 2 0 1 1 , voire depuis l’année 2 0 0 8 , année de déb ut de
la crise économ iq ue m ondiale, les entreprises tunisiennes évoluent dans un environnem ent f ragilisé par de nom b reux f acteurs
d’instab ilité, q u’ils soient internes ou ex ternes à la T unisie. A u vu
de ces f acteurs et des analy ses développées aussi b ien par les
ex perts économ iq ues locaux q ue par les institutions internationales, il y avait lieu de s’attendre à des résultats contrastés, voire
négatif s concernant la croissance des entreprises.
C ontre toute attente, on ob serve une tendance positive d’évolution du ch if f re d’af f aires. E n ef f et, plus de la m oitié des entre-
prises tunisiennes ( 5 1 % ) connait une am élioration de son ch if f re
d’af f aires en 2 0 1 5 par com paraison à 2 0 1 4 , en légè re b aisse
par rapport aux résultats du B arom è tre 2 0 1 4 . C ette tendance
est accentuée pour les entreprises dont le ch if f re d’af f aires est
inf érieur à 5 0 m illions de dinars, puisq ue 5 6 % d’entre elles ont
connu une am élioration du ch if f re d’af f aires contre 4 7 % pour les
autres entreprises.
A contrario, le ch if f re d’af f aires est en b aisse pour plus du q uart
des entreprises interrogées.
E v ol ution du c h if f re d’ af f aires
E v ol ution du c h if f re d’ af f aires par tail l e d’ entreprise
La croissance des entreprises est tirée par une véritable dynamique commerciale interne
L a croissance de l’activité des entreprises peut ê tre portée par
des f acteurs ex ternes, tels la croissance du m arch é, ou par des
f acteurs internes, liés au développem ent de l’of f re produits, au
positionnem ent stratégiq ue sur de nouveaux m arch és ou au renf orcem ent des processus et outils internes.
A l’instar de l’édition 2 0 1 4 , les résultats du B arom è tre 2 0 1 6
m ettent en évidence q ue l’augm entation du ch if f re d’af f aires est
avant tout le f ruit des ef f orts déploy és par les entreprises ellesm ê m es. L ’am élioration de l’of f re produits est en tê te ( pour prè s
de la m oitié des répondants) , suivie par l’am élioration de la f orce
de vente et le renf orcem ent des m oy ens et outils internes logistiq ues ou inf orm atiq ues ( ce f acteur passe de 1 6 % en 2 0 1 4 à 2 9 %
en 2 0 1 6 ) . A insi, le f acteur ex terne d’am élioration de l’activité
pour le secteur ou le m arch é n’apparaî t pas com m e déterm inant.
F ac teurs d’ amé l ioration ( pl usieurs ré ponses possib l es)
La mauvaise conjoncture économique explique les difficultés des entreprises
P lus du q uart des entreprises interrogées a f ait état d’une
b aisse, voire d’une f orte b aisse du ch if f re d’af f aires en 2 0 1 5 par
rapport à 2 0 1 4 . L es ¾ de ces entreprises attrib uent à titre principal la b aisse d’activité à une conj oncture économ iq ue q u’elles
estim ent déf avorab le.
L es autres principales raisons invoq uées par les entreprises q ui
sub issent une b aisse d’activité sont à caractè re ex ogè ne: niveau de concurrence, dem ande clients et concurrence déloy ale.
L es f acteurs internes ne sont cités q u’en dernier ressort, q u’il
s’agisse de difficultés liées à la gestion des ressources humaines
ou de prob lè m es dans le processus de production.
6
Baromètre 2016 des entreprises en Tunisie
L es raisons q ui ont al té ré l ’ é v ol ution du c h if f re d’ af f aires
( pl usieurs ré ponses possib l es)
• Moral, préoccupations et perspectives des dirigeants d’entreprises
Vers une fragilisation en profondeur du tissu économique tunisien?
L es tendanc es pour l es 12 proc h ains mois
Malgré la conj oncture, les décideurs se déclarent f ranch em ent
optim istes par rapport à l’évolution de leur activité pour les 1 2
proch ains m ois. P lus des 2 / 3 des entreprises prévoient une am élioration de l’activité et 1 3 % prévoient m ê m e une f orte am élioration. I l est clair q ue ces entreprises estim ent disposer des ressources et des réponses adéq uates pour se prém unir des ef f ets
de la conj oncture actuelle en T unisie et de la crise économ iq ue
q ui f rappe de plein f ouet notre région.
P erspec tiv es d’ é v ol ution d’ ac tiv ité
M oins de stab il ité q u’ en 2014
Mais ce scénario f avorab le ne s’appliq ue pas à l’ensem b le des entreprises sondées. E n ef f et, seules ¼ ( 2 4 % ) des entreprises s’attendent à une stab ilité de l’activité, contre 3 2 % en 2 0 1 4 . C ette
b aisse sensib le de 8 points se répartit à parts égales entre les
deux pô les positif et négatif d’évolution attendue de l’activité.
A insi, 8 % des entreprises s’attendent à une dégradation de leur
activité sur les douz e proch ains m ois, contre 4 % seulem ent en
2014. Il est donc clair que des signes d’essoufflement des entreprises apparaissent. C e constat est renf orcé par l’analy se d’évolution de l’activité des entreprises ay ant connu une b aisse de leur
ch if f re d’af f aires. S eul 1 / 3 de ces entreprises s’attend à une am élioration de leur activité au cours des douz e proch ains m ois.
P erspec tiv es pour l es entreprises ay ant c onnu
une b aisse du c h if f re d’ af f aires en 2015
Des éléments d'influence exogènes à l'entreprise
Point de vue
Les éléments qui influencent le plus l’activité sont clairement
liés aux troub les q ue traverse le pay s depuis la R évolution et le
déb ut de la guerre en L ib y e. L a situation sécuritaire ( 6 5 % des
répondants) , l’environnem ent politiq ue ( 5 2 % ) et la géopolitiq ue
régionale ( 4 5 % ) sont pointés par les entrepreneurs tunisiens
comme étant les principaux facteurs qui influenceront leurs activités, puisq u’ils constituent trois des q uatre prem iers f acteurs
d’influence.
T outef ois, l’évolution de la conj oncture économ iq ue est sociale
redevient le premier facteur d’influence pour l’évolution de l’activité com m erciale, alors q u’en 2 0 1 4 , l’évolution de la situation
politiq ue en T unisie était citée en prem ier, et ce par 8 0 % des
répondants. I l y a auj ourd’h ui une attente f orte q ue la sph è re
économ iq ue et sociale reprenne ses droits, cette attente portant
sur une am élioration générale de la conj oncture. L a m orosité
ambiante influencerait-elle les dirigeants d’entreprise?
Il convient enfin de relever que l’évolution du cadre de l’investissem ent en T unisie ne vient q u’en cinq uiè m e position des f acteurs d’influence, cité uniquement par 28% des répondants.
Facteurs d’influence des perspectives d’évolution
( pl usieurs ré ponses possib l es)
Mounir G haz ali
A ssocié, S tratégie, Mark eting & I nnovation
D epuis 2 0 1 1 , l’actualité politiq ue et sécuritaire du pay s n’a pas laissé de place à une reprise ef f ective. 5 ans aprè s, les
signes d’essoufflement sont visibles dans l’évolution du chiffre d’affaires et dans les perspectives commerciales. Ce
glissem ent accentue les ex trê m es des py ram ides de nos illustrations si l’on com pare les résultats de 2 0 1 6 à ceux de
2 0 1 4 . C ’est le cas de l’évolution du ch if f re d’af f aires où les ex trê m es des py ram ides, en f orte h ausse et en f orte b aisse,
ont sensib lem ent augm enté. I l en est de m ê m e pour les perspectives com m erciales.
Les gagnants nous donnent des raisons pour cultiver notre optimisme, les entreprises en difficultés nous rappellent à
plus de vigilance pour la période à venir.
Baromètre 2016 des entreprises en Tunisie
• Moral, préoccupations et perspectives des dirigeants d’entreprises
7
S ituation interne liée aux
processus opérationnels
S uppl y c h ain, R essourc es h umaines, Tré sorerie
Les processus Supply chain poursuivent la tendance positive initiée en 2014
E n m ettant en évidence une am élioration ou une stab ilisation
des processus supply ch ain ( approvisionnem ent, production,
distrib ution) des entreprises, le B arom è tre 2 0 1 4 illustrait le f ait
q ue les entreprises q uittaient la z one de turb ulences q ui avait
m arq ué les années 2 0 1 1 à 2 0 1 3 . C ette am élioration ou stab ilisation se poursuit et se renf orce, puisq ue m oins d’une entreprise
sur six ( 1 3 % ) f ait part d’une dégradation des processus supply
ch ain. P lus de la m oitié des dirigeants interrogés en 2 0 1 6 déclarent m ê m e une am élioration de leurs processus en 2 0 1 6
com parativem ent à 2 0 1 4 .
Facteurs d’influence (plusieurs réponses possibles)
P erspec tiv es d’ é v ol ution de l a S uppl y C h ain
L es réponses des entreprises concernant les f acteurs ay ant im pacté positivem ent leurs processus supply ch ain sont tranch ées.
E lles se sont en ef f et appuy ées sur une dém arch e volontariste,
en m ettant en œu vre des proj ets internes d’am élioration de
la perf orm ance opérationnelle. C ette approch e a été m ise en
œu vre indif f érem m ent par les entreprises de plus et de m oins de
5 0 m illions de dinars de ch if f re d’af f aires.
L es deux iè m e et troisiè m e f acteurs cités sont le m aintien de relations f ortes aussi b ien avec les clients q u’avec les f ournisseurs.
C eci ex prim e une f orte m aturité des entreprises, q ui ch erch ent
la stab ilité ( voire la perf orm ance) en s’appuy ant sur le renf orcem ent de leurs relations avec les parties prenantes opérationnelles directes .
L a dégradation des processus supply ch ain des entreprises provient q uant à elle de la détérioration des supports de distrib ution, de la b aisse de productivité m ais égalem ent de l’évolution
négative de l’activité com m erciale.
L’encours clients et les fluctuations de change impactent négativement la trésorerie
D e m ê m e q ue pour les processus supply ch ain, la situation de trésorerie des entreprises poursuit son am élioration déj à entam ée
en 2 0 1 4 . A insi, plus de 4 0 % des dirigeants interrogés soulignent
q ue leur trésorerie a connu une évolution positive. E n revanch e,
une f range im portante des entreprises ( 2 8 % ) continue à sub ir
une dégradation de la trésorerie.
La détérioration des délais clients et les fluctuations de change
apparaissent comme les deux facteurs d’influence négative de la
trésorerie des entreprises. P ar ailleurs, les entreprises soulignent
une certaine facilité d’accès aux financements bancaires, puisque
celui- ci est cité com m e un élém ent f avorab le de l’évolution de la
trésorerie par 3 3 % des entreprises. E n revanch e, 1 5 % des entreprises le soulignent comme un facteur d’influence négatif.
Vers une stabilisation de la situation sociale des entreprises
A lors q ue 4 1 % des entreprises f aisaient état d’une dégradation
de leur situation sociale dans le cadre du B arom è tre 2 0 1 2 et 2 7 %
dans le cadre du B arom è tre 2 0 1 4 , elles ne sont plus q ue 1 6 %
à voir l’ax e R essources h um aines continuer à se dégrader. P ar
ailleurs, l’am élioration se poursuit pour plus de 4 4 % des entre-
8
Baromètre 2016 des entreprises en Tunisie
prises, 10% d’entre elles affichant même une forte amélioration.
L es entreprises f ont preuve d’une gestion dy nam iq ue de leurs
ressources h um aines. A insi, 6 8 % des entreprises lient cette stab ilité au clim at social interne. A la q uestion « A vez - vous vécu
des perturb ations sociales au cours des années 2 0 1 4 et/ ou
• Moral, préoccupations et perspectives des dirigeants d’entreprises
2015? », plus de la moitié des réponses étaient négatives (63%)
et 32% affirment avoir connu des perturbations mais que celles-ci
sont m aî trisées. L es entreprises m ettent égalem ent en avant la
conduite de plans de transf orm ation R H .
Mais les difficultés rencontrées par les entreprises sont d’un
autre ordre. 71% d’entre elles affirment rencontrer des difficultés
dans le recrutem ent de cadres ex périm entés ( pour 6 6 % des dirigeants interrogés) , d’agents tech niq ues ex périm entés ( 4 3 % ) et
de cadres supérieurs j uniors ( 4 1 % ) .
P rè s de 4 0 % des entreprises enq uê tées estim ent ê tre en suref fectif. Celles-ci-ci justifient leur sureffectif principalement par la
décision de m aintenir l’ef f ectif en prévision d’un regain d’activité
(24%) ou par les difficultés à mettre en œuvre un plan de réduction d’ef f ectif ( 3 4 % ) . E n revanch e, 4 1 % des entreprises sub issant
un suref f ectif sont actuellem ent en cours de m ise en œ uvre d’un
plan de réduction d’ef f ectif .
P erspec tiv es pour l es entreprises ay ant c onnu
une b aisse du c h if f re d’ af f aires en 2015
P erspec tiv es d’ é v ol ution
Les entreprises restent résilientes, mais des signes d'essoufflement apparaissent
C oncernant la situation interne au cours des 1 2 proch ains m ois,
les dirigeants des entreprises f ont preuve d’un f ort optim ism e
avec 5 4 % d’am élioration prévue, contre seulem ent 6 % q ui s’attendent à une dégradation. A noter toutef ois la ch ute du nom b re
d’entreprises q ui s’attendent à une f orte am élioration ( 4 % contre
1 5 % lors de l’édition précédente du B arom è tre) .
Facteurs d’influence (plusieurs réponses possibles)
P erspec tiv es d’ é v ol ution
A
la q uestion « S i la conj oncture devait rester ce q u’elle est,
voire se dégrader, au b out de com b ien de tem ps votre activité
serait-elle selon vous menacée? », les dirigeants d’entreprises
ne sont plus q ue 2 5 % à estim er q ue leur activité ne serait pas
m enacée, contre 3 3 % lors du B arom è tre 2 0 1 4 . I l s’agit des entreprises du secteur des produits de consom m ation, du secteur
ph arm aceutiq ue et du secteur de l’énergie et des entreprises travaillant à destination de l’étranger.
P erspec tiv es de ré sil ienc e
Point de vue
A insi q ue l’ex prim e le graph e ci- dessus, les entreprises f ont
preuve d’un véritab le dy nam ism e pour am éliorer leur perf orm ance interne, leurs proj ets internes portant sur la dim ension
stratégiq ue, l’optim isation des processus S upply ch ain, ainsi
q u’une réorganisation au niveau des R essources H um aines.
F aez Choyak h
A ssocié, F iscalité & A ssistance aux E ntreprises
L a situation interne de nos entreprises est b ien m itigée. S i les processus supply ch ain connaissent une b onne
évolution et que le climat interne tend à se stabiliser, la trésorerie, bien qu’affichant une évolution positive,
demeure menacée par la fluctuation des cours de change et des encours clients.
L es perspectives d’évolution de la situation interne sont nettem ent m oins optim istes q u’en 2 0 1 4 . L es entreprises
trouvent des difficultés à recruter des cadres expérimentés et juniors. Nos dirigeants insistent sur la résilience de leur
b usiness, m ais cette tendance se trouve dépréciée par rapport à 2 0 1 4 .
E n résum é, les entreprises tunisiennes se renf orcent en interne en m isant sur des revues de la stratégie et des
optim isations des processus, m ais la conj oncture tend à les rattraper et à étouf f er leurs élans.
Baromètre 2016 des entreprises en Tunisie
Moral, préoccupations et perspectives des dirigeants d’entreprises
•
9
S tratégies d’investissem ent
et C réation d’em plois
F oc us sur l es intentions des entreprises
Des intentions réelles d’investissement, malgré un climat d’investissement défavorable
L es pronostics des dirigeants q uant à l’évolution du clim at d’investissem ent au cours des douz e proch ains m ois apparait m itigé
et dans la retenue, puisq ue 3 8 % d’entre eux s’attendent à une dégradation de clim at d’investissem ent et un tiers seulem ent prévoit une am élioration légè re. T outef ois, les entreprises sem b lent
déconnecter leur stratégie d’investissem ent du clim at d’investissem ent am b iant. E n ef f et, elles ne sont plus q ue 8 % à envisager
de réduire leurs investissem ents. A insi, m algré des prévisions
peu reluisantes si l’on com b ine stab ilité et dégradation ( soit 6 9 % ) ,
les dirigeants com ptent, en grande m aj orité, augm enter ou m aintenir leurs investissem ents.
L ’analy se par nationalité de l’investisseur présente à ce titre un
intérê t particulier. E n ef f et, les entreprises 1 0 0 % tunisiennes
affichent des intentions fortes d’augmentation de l’investissem ent ( 5 4 % des répondants) . C eci constitue un inversem ent de
tendance par rapport au B arom è tre 2 0 1 4 , puisq u’à l’époq ue,
seules 3 2 % des entreprises tunisiennes envisageaient d’augm enter leurs investissem ents, contre 4 9 % pour l’ensem b le de l’éch antillon. Q uant aux entreprises 1 0 0 % étrangè res, elles sont 3 8 % à
envisager d’accroî tre leurs investissem ents et 4 8 % à les m aintenir, ce q ui ram è ne le taux glob al des entreprises étrangè res q ui
m aintiennent ou augm entent leurs investissem ents à 8 6 % .
P erspec tiv es d’ é v ol ution du c l imat d’ inv estissement
I ntentions d’ inv estissement au c ours des 12 proc h ains mois
Perspectives mitigées d'investissement dans les régions de l’intérieur en Tunisie
L a m oitié des dirigeants interrogés ex clue d’investir dans des
régions de l’intérieur dans un h oriz on prévisib le. I ls m ettent
en avant la conj oncture actuelle q u’ils j ugent déf avorab le, l’ab sence d’attractivité intrinsè q ue de ces régions m ais égalem ent
le m anq ue de visib ilité politiq ue, sociale et sécuritaire dans ces
régions.
L ’ex pansion d’activité est présentée com m e la principale m otivation des entreprises q ui envisagent d’investir dans les régions
de l’intérieur. C elles- ci sont ainsi perç ues par certains dirigeants
d’entreprises com m e une nouvelle f rontiè re, des z ones d’activité
peu ex plorées q ue ce soit sur les plans com m ercial, logistiq ue ou
production.
P rinc ipal e raison de souh ait ou de ref us d’ inv estissement
dans l es ré g ions de l ’ inté rieur
Actions à réaliser pour répondre à la conjoncture actuelle
L es actions envisagées en 2 0 1 6 pour répondre à la conj oncture
contrastent avec celles q ui avaient été annoncées dans le cadre
du B arom è tre 2 0 1 4 . E n 2 0 1 4 , les entreprises étaient sur la déf ensive et citaient des m esures à caractè re conservatoire, telles
q ue la m ise en place de program m es de réduction de coû ts ( 5 0 % )
ou le report d’investissem ents prévus ( 2 8 % ) . E n 2 0 1 6 , m ê m e si
les program m es de réduction de coû ts sont touj ours envisagés
par 4 5 % des répondants, d’autres actions plus tournées vers
l’avenir sont citées, telles q ue le partenariat, l’augm entation des
f onds propres et la croissance ex terne.
1 0
Baromètre 2016 des entreprises en Tunisie
Ty pol og ie des proj ets env isag é s
• Moral, préoccupations et perspectives des dirigeants d’entreprises
Le Maghreb et l’Afrique sub-saharienne sur le podium de l’investissement à l’étranger
S i le Magh reb continue à tenir le h aut du pavé en term es de
présence internationale des entreprises tunisiennes, l’A f riq ue
sub-saharienne s’affiche sans conteste comme la destination de
dem ain. 2 0 % des entreprises y sont déj à im plantées et 2 6 % l’envisagent de f aç on sérieuse. A insi, si les intentions d’investissem ent
se réalisent, plus d’une entreprise enq uê tée sur deux aura une
présence dans un pay s du Magh reb , et prè s d’une sur deux en
A f riq ue sub - sah arienne. L ’internationalisation de nos entreprises
ne serait donc plus un m y th e …
P ré senc e ou intention d’ inv estissement à l ’ é trang er
Une grande variété de projets prévus pour l’avenir
P rè s de neuf dirigeants sur dix envisagent de m ettre en œu vre
des proj ets d’investissem ent ou de restructuration. C es proj ets
sont réellement diversifiés, et les dirigeants citent aussi bien le
partenariat avec des partenaires stratégiques ou financiers que
l’acq uisition d’entreprises.
Mais la diversification vers de nouveaux secteurs ou métiers
constitue un f ait m arq uant. E n ef f et, cette intention illustre le
f ait q ue, pour les entreprises tunisiennes, l’univers du possib le
est étendu, et que la réflexion qu’elles mènent sur leur avenir ne
se lim ite pas à leur périm è tre d’activité actuel.
Ty pol og ie des proj ets env isag é s
Une grande diversité dans le financement des projets à venir
Point de vue
Mode de financement des projets (plusieurs réponses possibles)
Les sources de financement traditionnelles (autofinancement
et endettement bancaire) contribueront à financer une partie
significative des projets d’investissement, respectivement pour
les deux tiers et la m oitié des entreprises. Mais les sources alternatives, notam m ent l’ouverture du capital à des partenaires ou
l’introduction en b ourse sont sérieusem ent envisagées.
Ridha Ben Z aied
A ssocié, C om ptab ilité, C onf orm ité, et R eporting
L es entreprises im plantées en T unisie f ont preuve d’une véritab le soif d’investissem ent. E lles déclarent m aintenir ou
accroî tre leur investissem ent, et ce, q u’elles soient tunisiennes ou étrangè res. Mais ce q ui est m arq uant est q ue ces
intentions sont appuy ées par des visions stratégiq ues précises. L ’A f riq ue sub - sah arienne apparaî t com m e une terre
d’ex pansion d’activité pour de nom b reuses entreprises, rej oignant ainsi le Magh reb . P ar ailleurs, les proj ets d’investissement des entreprises sont étayés par des réflexions approfondies sur la manière de les conduire ou de les financer:
partenariat, croissance ex terne, introduction en B ourse, . . . sont au cœu r des am b itions des entreprises.
Baromètre 2016 des entreprises en Tunisie
• Moral, préoccupations et perspectives des dirigeants d’entreprises
1 1
C onj oncture ex terne
S ituations pol itiq ue,
é c onomiq ue et soc ial e
Une situation politique préoccupante
S i les dirigeants d’entreprisses étaient 1 9 % en 2 0 1 4 à estim er
q ue la situation politiq ue était b onne, ils ne sont plus auj ourd’h ui
q ue 1 5 % à le penser. Malgré une stab ilité politiq ue apparente,
les com m entaires des dirigeants d’entreprises pointent la lenteur des réf orm es, l’ab sence d’un leadersh ip prononcé, l’ab sence d’une vision stratégiq ue sur le m oy en et le long term e
ainsi q u’une prise de décision plus q u’approx im ative com m e les
raisons de leur pessim ism e vis- à - vis de la situation politiq ue du
pays. Ceci se reflète également sur les projections dans le futur,
puisq u’ils sont 4 0 % à j uger q ue la situation politiq ue devrait se
dégrader au cours des 1 2 proch ains m ois contre 5 % uniq uem ent
en 2 0 1 4 . Q uant aux espoirs d’am élioration, ils ne concernent
plus q ue 3 1 % des dirigeants d’entreprises contre 6 9 % en 2 0 1 4 .
E v al uation de l a c onj onc ture pol itiq ue
E v ol ution de l a c onj onc ture pol itiq ue durant l es 12 proc h ains mois
Une situation économique et sociale fortement dégradée
A ux y eux des dirigeants d’entreprises, la situation économ iq ue
et sociale reste m auvaise pour 9 0 % d’entre eux , de m ê m e q u’en
2 0 1 4 . E n revanch e, les dirigeants sont b eaucoup m oins opti-
m istes q u’en 2 0 1 4 . E n ef f et, là où seuls 2 2 % estim aient q u’en
2 0 1 4 la situation allait se dégrader, ils sont devenus plus de 4 9 %
en 2 0 1 6 à le prévoir.
E v al uation de l a situation é c onomiq ue et soc ial e
E v ol ution de l a c onj onc ture é c onomiq ue durant l es 12 proc h ains mois
Les barrières à l’investissement sont du ressort des Pouvoirs publics
L e m anq ue d’investissem ent est l’un des critè res m aj eurs de la
dégradation de la situation économ iq ue selon les dirigeants.
L ’analy se des b arriè res et ob stacles q ui constituent un f rein à
l’investissem ent m et en évidence trois raisons principales q ui
restent du ressort des P ouvoirs pub lics: la lourdeur adm inistrative ( pour 7 5 % des interrogés) , la corruption adm inistrative
( 4 1 % ) et la législation du travail ( 3 3 % des dirigeants interrogés) .
L es entreprises citent égalem ent d’autres f acteurs ex ternes
notam m ent le clim at social général du pay s et la situation
sécuritaire.
Barrières à l ’ inv estissement
L’instabilité sécuritaire, économique et sociale préoccupe les dirigeants d’entreprises
C es b arriè res à l’investissem ent peuvent carrém ent devenir des
préoccupations m aj eures. L ’instab ilité sécuritaire, notam m ent
le terrorism e, est la prem iè re de ces préoccupations, selon 6 6 %
des dirigeants interview és. L a situation sociale, notam m ent la
pression des organisations sy ndicales, est égalem ent pointée du
doigt par 5 5 % des dirigeants.
1 2
Baromètre 2016 des entreprises en Tunisie
P ré oc c upations des dirig eants d’ entreprises
• Moral, préoccupations et perspectives des dirigeants d’entreprises
Des perspectives de stabilisation repoussées à plus de 3 ans
L es dirigeants interview és sont m oins optim istes q u’en 2 0 1 4 .
Aujourd’hui, près d’un 1/3 fixe l’horizon de stabilisation de la
conj oncture politiq ue, économ iq ue et sociale à plus de cinq ans,
alors q u’ils n’étaient q ue 1 2 % en 2 0 1 4 . L ’autre élém ent m arq uant
du B arom è tre 2 0 1 6 est q u’ils sont plus du 1 / 3 égalem ent à estim er q ue la stab ilisation devrait survenir à l’h oriz on de 3 à 5 ans.
S tab il isation de l a c onj onc ture pol itiq ue, é c onomiq ue et soc ial e
Des attentes fortes dans la lutte contre le terrorisme, la contrebande et l’économie informelle
L e pessim ism e des dirigeants est encore plus prononcé q uant
à la lutte contre la contreb ande, la corruption et le m arch é inf orm el. E n ef f et, ils sont plus de 8 0 % à estim er q ue la politiq ue
menée par les pouvoirs publics est insuffisante pour aboutir à
des résultats significatifs avant 3 ans, ce qui leur apparait au vu
de leurs com m entaires com m e une perspective trop éloignée.
L e pessim ism e est m oins de rigueur concernant la lutte contre le
terrorism e et l’insécurité, m ê m e s’ils sont plus de la m oitié ( 5 5 % )
à estim er q ue leur éradication ne saurait survenir avant 3 ans.
E radic ation de l a c orruption,
l a c ontreb ande et l ’ é c onomie inf ormel l e
E radic ation du terrorisme et de l ’ insé c urité
Les mêmes chantiers qu’en 2014 à mener par les Pouvoirs publics, mais avec des échelles de priorité revues
En 2014, les dirigeants avaient identifié cinq chantiers prioritaires pour am éliorer le contex te économ iq ue et social. C es
piliers sont encore les m ê m es en 2 0 1 6 , m ais avec des priorités dif f érentes. E n ef f et, c’était la lutte contre la corruption q ui
constituait la priorité 2 0 1 4 pour 5 6 % des dirigeants interrogés.
82%
Lutte contre la corruption
Refonte du cadre légal
et institutionnel de l’investissement
et de l’entreprise
62%
Lutte contre la corruption
Rehaussement de la qualité
des infrastructures et des services publics
44%
40%
Modernisation du système éducatif
et de la formation
56%
45%
Modernisation du système
éducatif et de la formation
42%
Refonte du cadre légal et institutionnel
de l’investissement et de l’entreprise
41%
40%
2014
41%
F ehmi Laourine
A ssocié, S ecteur des S ervices F inanciers
Point de vue
2016
Mise à niveau des services
des administrations en liaison
avec l’entreprise (douanes, BCT, etc.)
E n 2 0 1 6 , il s’agit clairem ent de la m ise à niveau des services des
adm inistrations en liaison avec l’entreprise ( douanes, B C T , etc. )
pour plus de 8 entreprises sur 1 0 . P arm i les autres transf orm ations prioritaires, nous citons la ref onte du cadre légal et institutionnel de l’investissem ent et de l’entreprise, la réorientation
des avantages fiscaux et la modernisation du système éducatif
et de la f orm ation.
A ux y eux de nos dirigeants, la situation politiq ue, économ iq ue et sociale de la T unisie est m auvaise. I ls
étaient plus de 8 0 % à estim er q ue la situation était m auvaise ou plutô t m auvaise en 2 0 1 4 . Malgré la tenue d’élections et une stab ilité relative au pouvoir, les h om m es et f em m es d’af f aires déplorent un m anq ue de visib ilité
persistant et l’ab sence d’une vision stratégiq ue. L e regard porté sur la situation économ iq ue et sociale est égalem ent
sévè re, ex prim ant ainsi une véritab le im patience.
L ors de la conduite de l’enq uê te du B arom è tre, les dirigeants n’ont cessé d’appeler les gouvernants à la prise de décision afin de sortir le pays d’une stagnation qui a assez duré, insistant au passage sur la nécessité d’agir d’urgence
contre le m arch é parallè le et la corruption, causes principales de ralentissem ent de l’évolution économ iq ue et sociale
du pay s selon eux . I ls ex prim ent leurs attentes de f aç on trè s ex plicite, en m ettant la m ise à niveau des services de
l’adm inistration en tê te.
Baromètre 2016 des entreprises en Tunisie
Moral, préoccupations et perspectives des dirigeants d’entreprises
•
1 3
V erb atim s
L a parol e aux dirig eants d’ entreprises
« Mettez-vous au travail ! »
A la question « Quel message adresseriez-vous et à qui, en Tunisie, pour assurer un avenir radieux et
un mode de vie prospère et attractif pour vous et vos descendants ? », voici un panel des réponses
des dirigeants d’entreprises interrogés :
Messages au Gouvernement
Messages à la classe politique
• « Remettez tout le monde au travail ! »
• « U n gouvernem ent courageux et ay ant une vision q ui
s’étend sur 5 à 10 ans »
• « F aites votre travail, assurez les réf orm es pour relancer
l’économie et renouer avec la croissance »
• « F rappez f ort pour le travail et rien q ue le travail,
soyez responsables et cartésiens dans vos décisions »
• « A ttaq uez directem ent les prob lè m es et n’essay ez pas
de les contourner ! »
• « A ppliq uez la loi, renf orcez la sécurité, com m uniq uez de
f aç on m eilleure à l’ex térieur pour rassurer les partenaires
étrangers »
• « L aissez les gens travailler, allégez les procédures
administratives et les autorisations pour le Tout Business »
• « E radiq uez la corruption avant q u’elle ne devienne
irréversible »
• « Supprimez les rentes de situations en les taxant fortement »
• « E ncouragez l’em ploi en im aginant un nouveau m odè le de
financement de la sécurité sociale et des retraites »
• « Simplifiez la fiscalité ! »
• « L uttez plus f erm em ent contre les arrê ts de travail et les
manifestations sauvages »
• « S ’il y a un ch antier à prioriser et q ui va perm ettre de
résoudre pas m al de nos m aux de tê te, c’est la réf orm e de
l’administration »
• « I l f audra des réf orm es courageuses dans tous les dom aines,
notamment l’éducation et la santé »
• « Mettez l’économ ie au centre de vos préoccupations sans
démagogie ni populisme »
• « S oy ez au service de votre pay s, et pas à votre propre
service »
• « Remettez la valeur TRAVAIL au centre des débats ! »
• « Cessez les messages négatifs vers l’extérieur »
• « Ne mélangez pas la politique et l’économie sociale »
• « N e prenez pas l’économ iq ue et le social en otage
de la compétition politique »
• « A ccélérez le processus des réf orm es et la révision des
principales réglem entations q ui ne sont plus appropriées
ni au contexte national ni au contexte mondial. »
• « L’intérêt national prime sur les calculs partisans. »
• « L a T unisie plurielle et m ulticolore est un acq uis q u’il
faut défendre sans discrimination aucune. »
• « Luttez contre l’extrémisme. »
« Luttez plus fermement
contre les arrêts de
travail et les
manifestations
sauvages »
• « D esservir toutes les régions de m oy ens pour avoir accè s
aux soins »
• « D im inuer la b ureaucratie, assouplir la réglem entation
et s’ouvrir à l’innovation »
• « Mettez des com pétences aux postes de gouvernance
du pays, et non des pseudos leaders politiques »
• « D ém ontrez davantage de sérieux dans la lutte contre la
corruption »
« Eradiquez la
corruption, avant
qu’elle ne devienne
irréversible ! »
1 4
Baromètre 2016 des entreprises en Tunisie
• Moral, préoccupations et perspectives des dirigeants d’entreprises
Aux partenaires sociaux et à la société civile
• « Rangez vos conflits aux placards et mettez l’intérêt
général au-dessus des intérêts corporatistes »
• « S ensib ilisez la population aux capacités réelles du pay s
pour rationaliser les demandes et réclamations syndicales »
• « Activez la paix sociale ! »
• « R espectez le droit du travail, arrê tez les surench è res
et les revendications au risque de détruire les sociétés »
• « Soyez plus forts et soutenez plus les sociétés »
• « I nvestissez dans la génération f uture en inculq uant
une bonne éducation axée sur les bonnes valeurs »
• « Continuez la vigilance ! »
• « Faites preuve de plus de civisme »
« Activez la paix
sociale ! »
Messages aux jeunes ou pour les jeunes
• « Forcez les portes pour prendre votre destin en main »
• « La jeunesse doit s’ouvrir vers l’étranger »
• « L ’ouverture d’esprit est nécessaire à la T unisie et sera
transm ise uniq uem ent si la j eunesse voy age et découvre le
monde »
• « I l f aut retrouver les valeurs du travail, sérieux et h onnê teté »
• « S auter une génération pour passer le cap. L a génération
influente qui a dépassé la cinquantaine et qui a fait preuve
d’échec doit prendre sa retraite »
• « C réer des terrains de sports, des lieux de loisirs et
culture pour les z ones déf avorisées, pour les enf ants adolescents et autres »
• « P révoir des f orm ations gratuites, aprè s des études de
marché, aux diplômés »
Messages au peuple Tunisien
• « A pprenez à vos enf ants l’am our de la patrie, le respect
des rè gles du vivre ensem b le et de la loi, les valeurs du travail, de l’effort, de la rigueur, de l’excellence. »
• « A pprenez à vos enf ants l’h onnê teté, le respect, la tolérance, l’ouverture à l’autre, au monde, à la vie. »
• « C e sont les f em m es tunisiennes q ui am è neront un ch angement social non négligeable »
• « L ’E tat P rovidence n’ex iste plus et n’ex istera plus. Q ue
chacun prenne ses responsabilités ! »
• « On est tous dans le même bateau ! »
• « Ayez un grain de patriotisme ! »
• « Mettez-vous au travail ! »
• « Achetez tunisien, d’abord et toujours »
• « J e reprendrai ainsi la déclaration de J . F . K ennedy à ses
concitoy ens : « A sk not w h at y our country can do f or y ou,
ask what you can do for your country »
• « N e vous laissez pas ab attre, travaillez dur, ay ez de l’am b ition, croyez en vos capacités et en votre pays. »
« Achetez tunisien,
d’abord et toujours ! »
• « C roire en la j eunesse, m iser sur les acq uis q ue sont l’éducation, la place de la f em m e et sa singularité dans le m onde
arabe et musulman »
« Forcez les portes
pour prendre votre
destin en main »
Baromètre 2016 des entreprises en Tunisie
• Moral, préoccupations et perspectives des dirigeants d’entreprises
1 5
Méth odologie du B arom è tre
P é rimètre et nouv eauté s 2016
L e B arom è tre s’articule autour d’une doub le analy se:
• d’une part la sy nth è se sur toute la durée de l’année 2 0 1 6 , de
la vie des entreprises en T unisie, suivant plusieurs lignes directrices résum ées dans ce docum ent;
• E Y a interrogé aussi b ien des dirigeants d’entreprises, q ue des
leaders d’opinion. A u total, l’enq uê te a touch é cette année 8 8
groupes et entreprises représentant 1 3 6 0 0 0 salariés, et totalisant un ch if f re d’af f aire de 1 6 0 0 0 m illions de dinars ( MD T ) .
• d’autre part, l’analy se de la perception et des attentes des di-
rigeants d’entreprise et leaders d’opinions pour 2 0 1 6 , en m ê lant aspects q uantitatif s et q ualitatif s, ainsi q ue tous les f acteurs
ayant une influence quelle qu’elle soit sur la vie des entreprises
en T unisie.
Profils interrogés
E f f ec tif s
S ec teur d’ ac tiv ité
C h if f res d’ af f aires ( M il l ions de D T)
Ty pes de soc ié té s
1 6
Baromètre 2016 des entreprises en Tunisie
• Moral, préoccupations et perspectives des dirigeants d’entreprises
B arom è tres précédents
Baromètre 2014
des entreprises
en Tunisie
Moral, préoccupations
et perspectives des
dirigeants d’entreprises
Baromètre 2014
des entreprises en Tunisie
Revolution
Opportunities:
Construisons notre
Tunisie de demain
Baromètre 2012
des entreprises en Tunisie
R ev ol ution O pportunities:
C onstruisons notre Tunisie
de demain, 2011
Baromètre 2016 des entreprises en Tunisie
• Moral, préoccupations et perspectives des dirigeants d’entreprises
1 7
E Y T unisie
A v ec pl us de 220 prof essionnel s en Tunisie,
E Y oc c upe une pl ac e de premier pl an sur l e
marc h é et ag it en tant q u’ ac teur maj eur du
dé v el oppement é c onomiq ue.
D es équipes pluridisciplinaires
et internationales
E Y rassemb l e des prof essionnel s de l ’ A udit,
du C onseil en M anag ement, des Transac tions, de l a F isc al ité et du D roit, pour proposer un l arg e é v entail de serv ic es prof essionnel s et innov ants aux entreprises.
N otre ré seau pl uridisc ipl inaire inté g ré et
sans f rontières, est g ag e d’ un serv ic e d’ ex c el l enc e partout dans l e monde pour ré pondre aux enj eux et b esoins de nos c l ients.
U ne présence dans tous les secteurs de
la vie économique tunisienne
E Y Tunisie ré al ise pl us de 5 00 missions par
an auprès :
• d’institutions gouvernementales à vocation é c onomiq ue
• de filiales de multinationales de grande
env erg ure
• de grands groupes privés tunisiens
• de sociétés cotées
• d’établissements financiers de premier
pl an.
N ous assistons l es inv estisseurs é trang ers
dans l eur impl antation en Tunisie et ac c ompag nons l es entreprises tunisiennes dans
l eurs proj ets d’ international isation, notamment au M ag h reb et en A f riq ue.
E Y c ontinue à c ré er l es c onditions de
confiance dans l’économie et le marché des
c apitaux . N ous aidons nos c l ients dans l a
c ompré h ension de l eurs enj eux et l ’ amé l ioration de l eur perf ormanc e pour nourrir
une c roissanc e durab l e.
Le Baromètre des entreprises en Tunisie est une
véritable tradition chez EY. Ce rendez-vous, qui en
est à sa quatrième édition, est d’abord une occasion
de se retrouver avec les dirigeants d’entreprises et
d’effectuer le bilan de l’année écoulée et des perspectives à venir et d’évaluer le climat des affaires.
Cette année encore, une large équipe pluridisciplinaire a été mobilisée pour la réalisation de cette
étude. Une approche privilégiant les entretiens individuels a été adoptée pour être au plus près de nos
partenaires et à leur écoute afin de retranscrire au
mieux leurs impressions.
Au total, plus de 120 dirigeants et leaders
d’opinions ont participé à cette enquête. Ils représentent plus de 88 entreprises et groupes avec plus de
130 000 employés pour un total de chiffres d’affaires
supérieur à 16 000 millions de dinars tunisiens.
Structuré en quatre parties distinctes: Situation et
perspectives commerciales, Situation interne liée
aux processus opérationnels, Stratégies d’investissement et Emplois et Conjoncture externe, le Baromètre a été conçu afin d’aborder la situation des
entreprises dans son ensemble.
Depuis la Révolution de 2011, le Baromètre vibre
au rythme de l’actualité tunisienne, une actualité caractérisée par une effervescence sur tous les plans,
économique, social et politique. « Le Baromètre
2016 des entreprises en Tunisie : Moral, préoccupations et perspectives des dirigeants d’entreprises »
s’inscrit dans la lignée des éditions précédentes
dans lesquelles EY a mis tout son savoir faire afin
de synthétiser au mieux la vision de la Tunisie aux
yeux des dirigeants du secteur privé ainsi que leurs
attentes des pouvoirs publics, en particulier, de la
société civile et du peuple tunisien en général.
Cette édition traduit le degré de maturité et la notoriété atteinte par le Baromètre qui se classe à présent comme une référence reconnue dans le monde
des affaires en Tunisie. En plus d’aider les acteurs
macro économiques à identifier les principales tendances du marché, cet outil se distingue aussi par
son aptitude à diagnostiquer les maux qui ralentissent l’élan des entreprises tunisiennes et freinent
par conséquent la croissance nationale.
Enthousiasmés comme à l’accoutumée, les chefs
d’entreprises et leaders d’opinion ont fait preuve
d’une grande ouverture et d’une franchise remarquables.
Merci à tous ceux qui ont œuvré à la réussite de ce
projet.
E mir S fax i
C onsultant,
A dvisory S ervices
1 8
Baromètre 2016 des entreprises en Tunisie
• Moral, préoccupations et perspectives des dirigeants d’entreprises
C ette pub lication présente une sy nth è se
d’élém ents dont la f orm e résum ée a valeur
d’inf orm ation générale. E lle n’a pas vocation
à se sub stituer à une rech erch e approf ondie
ou au j ugem ent d’un prof essionnel. N i E Y T unisie,
ni aucun autre m em b re de l’organisation m ondiale
E Y ne pourra ê tre tenu pour responsab le
d’un dom m age occasionné à q uiconq ue
aurait agi ou s’en serait ab stenu en f onction
de son contenu.
C ontacts
N oureddine H aj j i
A ssocié, D irecteur G énéral
noureddine. h aj j i@ tn. ey . com
S ami Z aoui
A ssocié, A dvisory S ervices
sam i. z aoui@ tn. ey . com
Baromètre 2016 des entreprises en Tunisie
• Moral, préoccupations et perspectives des dirigeants d’entreprises
1 9
EY désigne les membres d’Ernst & Young Global Limited, dont chacun
est une entité juridique distincte. Ernst & Young Global Limited ne fournit
pas de prestations aux clients. AMC Ernst & Young est une société
à responsabilité limitée de droit tunisien.
Retrouvez plus d’informations sur notre organisation sur www.ey.com/tn.
© Juin 2016 EY
Tous droits réservés
Cette publication fournit des informations générales et n’a pas vocation
à se substituer à un accompagnement professionnel en matière comptable,
fiscale ou autre. Pour toute question spécifique, prenez contact avec les
interlocuteurs appropriés.
20
Baromètre 2016 des entreprises en Tunisie
• Moral, préoccupations et perspectives des dirigeants d’entreprises
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
2 715 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler