close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

26 juin 2016 - Diocèse de Grenoble

IntégréTéléchargement
Pour vous accompagner dans vos partages en fraternité autour de la Parole de Dieu, le Sedifo — avec la
participation de laïcs et de communautés religieuses du diocèse — vous propose quelques questions pour
lire ensemble le texte d’évangile du dimanche.
Pour le 13e dimanche du temps ordinaire (C)
Ce texte se situe, au début de la montée de Jésus à Jérusalem, vers sa passion et sa mort qu’il vient d’annoncer pour la 2e fois. On perçoit le drame vers lequel il avance.
dimanche 26 juin 2016
Évangile de Jésus Christ selon St Luc 9, 51-62
51 Comme s’accomplissait le temps où il allait être enlevé au ciel, Jésus, le visage déterminé, prit la route
de Jérusalem.
52 Il envoya, en avant de lui, des messagers ; ceux-ci se mirent en route et entrèrent dans un village de
Samaritains pour préparer sa venue.
53 Mais on refusa de le recevoir, parce qu’il se dirigeait vers Jérusalem.
54 Voyant cela, les disciples Jacques et Jean dirent : « Seigneur, veux-tu que nous ordonnions qu’un feu
tombe du ciel et les détruise ? »
55 Mais Jésus, se retournant, les réprimanda.
56 Puis ils partirent pour un autre village.
57 En cours de route, un homme dit à Jésus : « Je te suivrai partout où tu iras. »
58 Jésus lui déclara : « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de
l’Homme n’a pas d’endroit où reposer la tête. »
59 Il dit à un autre : « Suis-moi. » L’homme répondit : « Seigneur, permets-moi d’aller d’abord enterrer
mon père. »
60 Mais Jésus répliqua : « Laisse les morts enterrer leurs morts. Toi, pars, et annonce le règne de Dieu. »
61 Un autre encore lui dit : « Je te suivrai, Seigneur ; mais laisse-moi d’abord faire mes adieux aux gens
de ma maison. »
62 Jésus lui répondit : « Quiconque met la main à la charrue, puis regarde en arrière, n’est pas fait pour le
royaume de Dieu. »
Se disposer à écouter ensemble la Parole
Se donner des nouvelles les uns des autres
Prendre le temps d’invoquer l’Esprit saint par un chant ou une prière
Celui qui anime la rencontre invite à prendre conscience, en silence, que Celui qui nous parle à travers ce que nous lisons, c’est le Christ lui-même
Un membre du groupe lit le texte pour tous, lentement, à haute voix.
Echanger sur le texte
Pour apprivoiser le texte
Avant d’entendre ce que le texte nous dit, écouter ce qu’il dit. Pour cela, accepter de se laisser déplacer
par un texte qui n’est pas de notre culture et peut déconcerter à première lecture. Partager sur ce qui nous
étonne, nous conforte, nous émerveille. S’écouter sans rentrer dans un débat (quelques minutes).
Pour approfondir la lecture
Repérer les attitudes et les paroles de Jésus. Qu’est-ce que cela révèle de lui ? De la manière dont il se
prépare au drame qu’il va vivre ?
Repérer tous les termes qui indiquent des déplacements. Qu’est-ce que cela évoque ?
Faites la liste des conditions qu’implique la suite de Jésus. Jusqu’où cette suite conduira-t-elle les disciples ? Quelles conversions leur sont demandées ?
 Réflexion personnelle quelques minutes puis échange libre dans le groupe.
Pour entendre la Parole dans nos vies
Jésus fait face (le visage déterminé) à un événement douloureux qu’il va vivre. Avons-nous eu l’occasion
comme lui de faire face ? Qu’est ce qui nous a aidés sur ce chemin ?
Jésus nous invite à faire des choix pour le suivre : pouvons-nous partager sur l’un ou l’autre de ces choix
que nous avons fait ?
Chacun réfléchit quelques instants en silence puis partage au groupe ce qu’il souhaite. On écoute cha-
cun dans un premier temps et si cela s’y prête, on peut ouvrir un échange dans un deuxième temps.
Clore la rencontre
- Prendre un temps de silence
- Chacun partage ce qu’il désire garder de la rencontre pour
vivre la semaine qui vient.
Ce guide est là pour vous aider dans vos échanges. Le but n’est pas de vouloir répondre absolument à
toutes les questions, mais de vous arrêter là où vous trouvez du goût en étant attentifs à ce que chacun
puisse s’exprimer. Il est bon cependant d’avoir un bon temps sur les questions qui concernent le lien avec
notre propre vie. Vous serez sûrement surpris et touchés par la force de l’écoute communautaire et fraternelle et des éclairages que vous vous donnerez les uns aux autres.
Pour aider à la compréhension
Etre enlevé au ciel : cela comprend passion, mort, résurrection et ascension de Jésus.
Les Samaritains : à l'époque de Jésus, les Samaritains considéraient que seuls les cinq premiers livres de la
Bible faisaient autorité. Ils étaient mal vus par les Juifs et même considérés comme des païens. Il y avait entre
eux une hostilité assez vive, avec des différences notamment sur le lieu de culte, Sichem et le Mont Garizim
pour les uns, Jérusalem pour les autres. C’est ce que reflète le verset 53. Si Luc mentionne ici ce village, c’est
sans doute pour préparer les disciples à une ouverture du Royaume à toutes les nations (cf. Ac 1, 8).
Laisse les morts ensevelir les morts. Cette phrase est choquante, mais elle dit l’urgence de l’annonce du
Royaume qui est une priorité. Il y a une radicalité qui fait envisager les liens familiaux autrement. Jésus dit
aussi : « Celui qui ne me préfère pas….à son père, sa mère, son fils, sa fille n’est pas digne de moi (cf. Mt
10,37). Un pasteur protestant propose cette traduction : « Laisse les morts enterrer leurs morts ! Toi, quand
tu es en chemin, tu annonces le Royaume de Dieu ! » et commente : « Non, toi laisse aller. Éloigne-toi de ce
qui te retient du côté de la mort. Ne magnifie ton père que dans la vie ! ». On pourrait dire : Jésus ne nous
demande pas de ne pas accomplir nos devoirs envers nos proches, mais de mettre notre attachement à lui à la
première place. Sinon, nous ne pourrons jamais annoncer le Royaume (cf. www.careme-protestant.org/).
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
1 100 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler