close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Avis Technique 9/16-1025 Plafond réversible CONFORT plus²

IntégréTéléchargement
Avis Technique 9/16-1025
Annule et remplace l’Avis Technique 9+14/13-969
Plafond réversible
Heating and cooling ceiling
Plafond réversible
CONFORT plus²
Titulaire :
Société DencoHappel
61, av de l’Europe
FR-59223 Roncq
Tél. : 33 (0)3 20 68 90 27
Fax : 33 (0)3 20 94 57 37
E-mail : sales-france@dencohappel.com
Internet : www.dencohappel.fr
Groupe Spécialisé n°9
Cloisons, doublages et plafonds
Publié le 24 juin 2016
Commission chargée de formuler des Avis Techniques et Documents Techniques
d’Application
(arrêté du 21 mars 2012)
Secrétariat de la commission des Avis Techniques
CSTB, 84 avenue Jean Jaurès, Champs sur Marne, FR-77447 Marne la Vallée Cedex 2
Tél. : 01 64 68 82 82 - Internet : www.ccfat.fr
Les Avis Techniques sont publiés par le Secrétariat des Avis Techniques, assuré par le CSTB. Les versions authentifiées sont disponibles gratuitement sur le site internet du CSTB (http://www.cstb.fr)
 CSTB 2016
Le Groupe Spécialisé n°9 « Cloisons, doublages et plafonds » de la Commission
chargée de formuler des Avis Techniques et Documents Techniques d'Application a
examiné le 12 avril 2016, le procédé de "plafond réversible CONFORT plus2",
présenté par la société DencoHappel. Il a formulé, sur ce procédé de plafond
réversible, l'Avis Technique ci-après. Ce document annule et remplace l’Avis
Technique 9+14/13-969. Cet Avis a été formulé pour les utilisations en France
Européenne.
1.
Définition succincte
1.1
Sécurité en cas d’incendie
Description succincte
Le procédé de « Plafond réversible CONFORT plus2 » intègre un système de chauffage et/ou de rafraîchissement.
Le plafond est constitué d’éléments d’habillage métalliques (bacs acier)
équipés de tubes de circulation de fluide chaud ou froid fixés par des
ailettes, de l’ensemble des dispositifs de suspension et des éléments
d’habillage ainsi que l'ensemble des éléments constitutifs du circuit
hydraulique secondaire.
Pour son bon fonctionnement, ce système nécessite une régulation
adaptée et équipée d'un dispositif de protection contre la condensation.
1.2
Identification des éléments
Les bacs sont identifiés par une étiquette selon leur destination sur le
chantier (repérage à partir du plan de calepinage).
2.
AVIS
2.1
Domaine d’emploi accepté
L’emploi du procédé « Plafond réversible CONFORT plus² » est limité à
la réalisation de plafonds chauffants et rafraîchissants, dans les bâtiments d’usage courant : logements, tertiaires, hôpitaux, maisons de
retraite et dans les locaux classés :
EA(*)
EB(*)
EB+p(*)
A(**)
B(**)
Chauffage /
Rafraichissa
nt
Chauffage /
Rafraichissa
nt
Chauffage
uniqueme
nt
Chauffage /
Rafraichissa
nt
Chauffage
uniqueme
nt
NB. :
(*) : EA, EB et EB+ privatif au sens de la norme NF DTU 25.41
et du document « Classement des locaux en fonction de
l’exposition à l’humidité des parois » (e-cahier CSTB 3567- mai
2006) ;
(**) : A ou B au sens de la norme NF DTU 58.1 P1-1.
L’utilisation de ce procédé en mode rafraîchissement est exclue dans
les pièces humides et tous les locaux avec un degré d’humidité audessus de 75%.
Aucun classement de réaction au feu n’a été fourni. Il est rappelé que
le classement de réaction au feu du système global doit être fourni et
répondre aux exigences réglementaires de l’ouvrage dans lequel le
procédé doit être installé.
La sécurité en cas d’incendie est à examiner, au cas par cas, pour
l'ouvrage de plafond complet en fonction de la destination des ouvrages réalisés.
Dès lors qu'ils ne participent pas à la protection de la structure du
bâtiment, l'utilisation des « Plafonds CONFORTplus2 » ne s'oppose pas
au respect des exigences vis-à-vis :
 des risques d'incendie et de panique dans les Etablissements Recevant du Public telles que définies dans l'arrêté du 25 juin 1980 modifié,
 des risques d'incendie dans les locaux de travail, telles que définies
dans le code du travail.
Si ces plafonds doivent, de plus contribuer à la stabilité au feu du
plafond ou de la structure qu'ils protègent, ne peuvent être mis en
œuvre que des plafonds pour lesquels a été délivré, par un laboratoire
agréé, un classement de résistance au feu selon les dispositions de
l’arrêté du 22 mars 2004.
Réglementation thermique
Le procédé « Plafond réversible CONFORT plus² » avec la régulation
décrite (cf. paragraphe 3.5 du DTED), dès lors qu'il assure seul le
chauffage ou le rafraîchissement des locaux, ne fait pas obstacle aux
réglementations thermiques en vigueur.
La régulation permet au procédé d'éviter toute production de chaud et
de froid simultanément et dans le même local.
En application des réglementations en vigueur relatives « aux caractéristiques thermiques des bâtiments nouveaux et des parties nouvelles
de bâtiments » et « à la performance énergétique des bâtiments existants de surface supérieure à 1000 m² », il convient de tenir compte,
pour le calcul des consommations, des pertes au dos des émetteurs
intégrés au bâti en contact avec l’extérieur ou un local non chauffé.
Sur une installation dont le procédé « Plafond réversible CONFORTplus² » serait utilisé uniquement en rafraîchissement, le chauffage
étant produit d'une autre façon, il faut adapter la régulation pour ne
pas avoir production de chaud et de froid simultanément dans le
même local.
Le domaine d’emploi est restreint aux ouvrages pour lesquels l’article 3
de l’arrêté du 22 octobre 2010, modifié, ne requiert pas de disposition
parasismique et sous réserve du respect des prescriptions indiquées
aux paragraphes 2.21 et 2.33 ci-après.
Le procédé permet le respect du décret 2007-363, du 19 mars 2007
« Art. R.131-29. – Dans les locaux dans lesquels est installé un système de refroidissement, celui-ci ne doit être mis ou maintenu en
fonctionnement que lorsque la température intérieure des locaux
dépasse 26°C ».
2.2
Sécurité électrique
2.21
Appréciation sur le procédé
Satisfaction aux lois et règlements en vigueur
et autres qualités d’aptitude à l’emploi
Stabilité
Dans les conditions d’emploi et de mise en œuvre fixées dans le Cahier
des Prescriptions Techniques et compte tenu du mode d’accrochage et
de fixation prévus, des températures fixées et dans le domaine
d’emploi accepté, la stabilité propre de ce plafond apparaît assurée de
façon satisfaisante.
Pose en zones sismiques
Aucune justification n‘a été apportée lors de l’instruction de ce dossier
hormis les informations relatives au poids des différentes configurations du procédé.
Ensuite, il n'y a pas lieu de prendre en compte l'action sismique dans
la conception et le dimensionnement du procédé de « Plafond réversible CONFORTplus2 » dans la mesure où la configuration choisie est
mise en œuvre selon les conditions indiquées à l’article 2.33 du présent Avis et au point 5 du Dossier Technique établi par le Demandeur
(DTED).
La mise à la terre des composants métalliques (ossatures) conformément aux recommandations de la NF C 15-100, permet de s’assurer de
la sécurité vis-à-vis des risques électriques.
Les appareils électriques incorporés dans le plafond (luminaires par
exemple) sont mis en œuvre conformément à la norme NF C 15-100.
Réglementation acoustique
En fonction du bâtiment concerné, un essai ou une mesure peut
s’avérer nécessaire pour apprécier le respect des arrêtés et circulaires
relatifs aux modalités d’application de la réglementation acoustique
ainsi qu’à la limitation du bruit dans les établissements
d’enseignement, les établissements de santé et les hôtels.
Données environnementales
Le procédé de « Plafond réversible CONFORT plus² » ne dispose
d’aucune Déclaration Environnementale (DE) et ne peut donc revendiquer aucune performance environnementale particulière. Il est rappelé
que les DE n’entrent pas dans le champ d’examen d’aptitude à l’emploi
du procédé.
Aspects sanitaires
Il n’existe pas de Déclaration Sanitaire.
Le présent avis est formulé au regard de l’engagement écrit du titulaire de respecter la réglementation, et notamment l’ensemble des
2
9/16-1025
obligations réglementaires relatives aux produits pouvant contenir des
substances dangereuses, pour leur fabrication, leur intégration dans
les ouvrages du domaine d’emploi accepté et l’exploitation de ceux-ci.
Le contrôle des informations et déclarations délivrées en application
des réglementations en vigueur n’entre pas dans le champ du présent
avis. Le titulaire du présent avis conserve l’entière responsabilité de
ces informations et déclarations.
2.32
Risques de condensation
Le maître d'ouvrage ou son mandataire doit fournir à l'installateur du
plafond les informations précisées au § 6.2 du DTED. En fonction des
charges thermiques estivales et hivernales ainsi que des températures
d'eau prévues et fournies par le bureau d’études thermiques, la société
DencoHappel dimensionne thermiquement le plafond.
Le système est conçu pour prévenir les risques de condensation.
Il est possible, pour limiter ces risques que le confort ne soit plus
assuré durant quelques périodes limitées dans le temps et correspondant à des conditions climatiques défavorables (forte humidité et
température élevée).
Dans les régions à forte hygrométrie, la régulation est conçue pour
permettre un réajustement du point de consigne du seuil anticondensation.
Finitions - aspect
Le procédé de « Plafond réversible CONFORT plus² » permet de monter, dans un gros œuvre de précision normale, des plafonds d'aspect
satisfaisant.
Protection du réseau de distribution après installation
En cas de percement d'un tube de l'activation ou d'une tuyauterie, la
réparation est possible en changeant le bac métallique concerné ou la
partie de tuyauterie endommagée.
2.22
Durabilité
Les matériaux utilisés pour la réalisation du « Plafond réversible
CONFORT plus²» ne présentent pas d’incompatibilité entre eux.
Dès lors que les composants sont conformes et mis en œuvre conformément au Dossier Technique, la stabilité des ouvrages est normalement assurée.
Compte tenu de ce qui est défini ci-dessus et des éléments qui constituent le « Plafond réversible CONFORT plus² », on peut estimer, dans
les limites précisées dans le Cahier des Prescriptions Techniques, sa
durabilité comme satisfaisante.
2.23
Fabrication et contrôles
Le contrôle interne de fabrication des constituants visés dans le DTED
permet d’assurer une constance convenable de la qualité.
Les caractéristiques des éléments d’habillage sont celles définies à
l’article 3.11 du DTED.
Le mode de fabrication des éléments d’habillage métalliques équipés
de tubes de circulation de fluide chaud ou froid fixés par des ailettes
est réalisé par des machines automatisées.
Conception
La conception du plafond et son dimensionnement doivent être réalisés
conformément à l’article 5 du DTED.
La société DencoHappel doit apporter son assistance technique complète auprès des bureaux d’études, architectes, maîtres d’ouvrage et
installateurs (cf. art. 7 du DTED).
2.33 Conditions spéciales sous sollicitations sismiques
Lorsque l’article 3 de l’arrêté du 22 octobre 2010, modifié, requiert des
dispositions parasismiques pour l’ouvrage, il n’y a pas lieu de prendre
en compte l’action sismique dans la conception et le dimensionnement
des procédées de « Plafond réversible CONFORT plus² », dans la mesure où celui-ci est mis en œuvre suivants les prescriptions suivantes :
 masse inférieure à 25 kg/m²,
 hauteur sous plafond inférieure à 3,50 m.
La limite de masse mentionnée ci-dessus doit tenir compte du poids
propre du système plafond en intégralité (finition, constituants du
procédé de « Plafond réversible CONFORT plus² », les ossatures, les
fixations, l’isolation rapportée) et de toutes autres surcharges dans le
plenum ou se fixant sur le plafond.
2.34
Prescriptions de mise en œuvre
L'entreprise qui effectue la mise en œuvre est tenue d'effectuer des
contrôles réguliers, à réception des matériaux, en cours de montage et
à la réception de l'ouvrage, conformément au Dossier Technique du
demandeur.
Les indications du paragraphe 6 du DTED en ce qui concerne les précautions à prendre lors de la mise en œuvre doivent être respectées.
Le bâtiment doit être hors d'air et hors d'eau avant la mise en œuvre.
La mise en œuvre du « Plafond réversible CONFORT plus² » doit être
réalisée conformément aux prescriptions décrites dans le Dossier
Technique.
Le test hydraulique doit se faire à la fin de la mise en œuvre des bacs
métalliques.
Toutes les précautions doivent être prises pour éviter le risque de gel,
une fois les réseaux hydrauliques raccordés et mis en eau.
2.341
Ensemble des travaux à effectuer par
l'installateur du plafond
Ces travaux comprennent essentiellement :
Les contrôles sur les matières premières et après fabrication permettent de préjuger favorablement de la constance de qualité du produit
 La pose des ossatures, des dispositifs de suspension et des dispositifs de fixation à la structure porteuse,
2.24
 La pose des bacs de plafonds métalliques actifs et neutres, ainsi que
de l'isolation, si elle n'est pas intégrée aux bacs,
Mise en œuvre
La mise en œuvre du plafond réversible, moyennant le respect des
conditions définies dans le DTED et dans le Cahier des Prescriptions
Techniques, la mise en œuvre du « Plafond réversible CONFORT
plus² » ne pose de difficultés particulières aux entreprises de génie
climatique et aux entreprises de pose des plafonds.
 Les finitions du plafond si elles sont au lot plafond réversible.
2.3
 Le raccordement hydraulique des bacs,
2.31
Prescriptions Techniques
Coordination entre les corps d'état
La conception du plafond est réalisée conformément à l’article 5 du
DTED.
La qualité des installations du « Plafond réversible CONFORT plus² »
étant notablement tributaire des conditions de conception et de mise
en œuvre, il est nécessaire d’établir une coordination étroite entre
l'entreprise de génie climatique, l’électricien et l'installateur du plafond. A ce titre, les Documents Particuliers du Marché doivent préciser
qui est chargé de la réalisation de l’ouvrage et de la coordination des
travaux entre corps d’état.
 Le maître d'ouvrage ou son mandataire doit s'assurer que tous les
corps d'état intéressés sont informés de la présence des distributions hydrauliques et des panneaux équipés de diffuseurs dans le
plafond.
 L'installateur du plafond n'exécute l'installation que si les divers
corps d'état concernés ont pris connaissance des travaux qui leur
incombent, lesquels sont définis par les prescriptions du présent Cahier des Prescriptions Techniques.
 Sur le chantier, l'installateur du plafond est tenu d'informer les
autres intervenants de la présence des tuyauteries de distribution ou
des panneaux équipés de diffuseurs dans le plafond, par exemple,
par l'apposition d'affichettes, rappels dans les comptes rendus de
réunions de chantier, etc.
9/16-1025
2.342
Ensemble des travaux à effectuer par
l'entreprise de génie climatique
 La pose des circuits de distribution,
 Le raccordement au réseau d'alimentation,
 La pose et le raccordement au réseau d'alimentation des bacs de
plafonds métalliques,
 La réalisation des circuits de régulation,
 Les différents contrôles et essais avant, pendant et après réalisation
de l'ouvrage, tels que définis dans le Dossier Technique du demandeur.
2.35
Travaux
Les travaux de pose du « Plafond réversible CONFORT plus² » requièrent des compétences dans le domaine de la pose des plafonds métalliques, ainsi que dans le domaine du génie climatique. Ces différentes
compétences peuvent être le fait de deux entreprises séparées ou
réunies au sein de la même entreprise.
Ils doivent être réalisés conformément au paragraphe 6 « mise en
œuvre » du DTED.
2.36
Prescriptions de mise en service
La mise en service doit se faire en mode chauffage.
2.37
Prescriptions pour la maintenance
Les prescriptions décrites au paragraphe 6.6 du DTED doivent être
respectées.
3
Une attention particulière doit être apportée sur les sondes de mesure
d'humidité qui ont tendance à dériver dans le temps. Un contrôle
annuel est nécessaire.
2.371
Circuit hydraulique
La maintenance du circuit hydraulique est effectuée en suivant les
recommandations du cahier du CSTB 3114 « Installations de chauffage
central à eau chaude ».
 vérifier régulièrement la pression de service du réseau de distribution au niveau des sous-stations. En cas de besoin, compléter le
remplissage avec de l'eau de ville,
 contrôler le bon fonctionnement de tous les organes du circuit hydraulique tels que purgeurs, soupapes, débitmètres et pompes de
circulation,
Conclusions
Appréciation globale
L'utilisation du procédé dans le domaine proposé est appréciée favorable.
Validité
Jusqu’au 30 avril 2022
Pour le Groupe Spécialisé n°9
Le Président
 en cas de traitement antigel du fluide caloporteur de l'installation,
un contrôle bisannuel sera effectué.
2.372
Régulation
 Contrôler les points de consigne sur les régulateurs, sondes et
thermostats de régulation et de sécurité.
 Vérifier le fonctionnement des vannes motorisées de chaque secteur.
 Vérifier le serrage des borniers électriques.
 Tester le fonctionnement des sondes de point de rosée, une fois par
an, ainsi que les sondes de mesure d'humidité relative.
2.38
Documents à fournir
Selon la phase d’avancement du projet, les différentes parties (maître
d’ouvrage, maître d’œuvre, bureaux d’études, installateurs,..), requièrent certains documents.
2.381
Avant l’étude d’exécution
3.
Remarques complémentaires
du Groupe Spécialisé
Le Rapporteur du Groupe Spécialisé n°9
Avant l'étude d'exécution, le maître d'ouvrage ou son mandataire doit
fournir à l'installateur du plafond les plans d'exécution du bâtiment,
précisant la nature des cloisons, de la structure porteuse et des plafonds, et faisant apparaître le positionnement de toutes les réservations des autres corps d'état.
Il doit également informer si le plafond sera ou ne sera pas accessible
par le dessus. S’il n’est pas accessible, toute connexion électrique
devra se faire par le dessous et toute connexion hydraulique doit être
réalisée avec des raccords indémontables.
2.382
Avant l'exécution du plafond réversible
Avant l'exécution du plafond réversible, le maître d'œuvre doit informer l'installateur du plafond de toutes modifications apportées par luimême ou les autres corps d'état.
L'installateur du plafond réversible doit indiquer l'emplacement des
raccordements des différents circuits de modules sur les collecteurs et
les réservations éventuelles au niveau des réseaux de distribution ainsi
que :
 le plan de pose des dispositifs de suspension et des fixations,
 le plan d’implantation (calepinage) des panneaux et du système
d’activation (zone active et zone passive), des points de raccordement au réseau de distribution,
 le plan des accessoires intégrés dans le plafond.
2.383
Après l'exécution du plafond
Après l'exécution du plafond réversible, l'installateur doit remettre au
maître d'ouvrage ou à son mandataire :
 le plan définitif d’implantation des différents constituants et des
zones actives et passives,
 le plan des connexions des différents circuits au réseau de distribution,
 le plan des accessoires intégrés dans le plafond.


4
9/16-1025
Dossier Technique
établi par le demandeur (DTED)
A. Description
Le cuivre est de qualité SF Cu ½ dur suivant la norme EN 1057. Les
tubes ont une forme en « D » afin d’offrir une plus grande surface de
contact avec le bac métallique du plafond. La limite inférieure du rayon
de courbure des tubes est de 40mm.
1.
Le pas du tube standard est de 150mm afin de minimiser les pertes de
charges hydrauliques.
Principe
Système de plafond chauffant et/ou rafraîchissant « Plafond réversible
CONFORT plus² ». Il s’agit d’éléments d’habillage métalliques équipés
de tubes de circulation de fluide chaud ou froid fixés par des ailettes.
2.
Domaine d’emploi
L’emploi du procédé « Plafond réversible CONFORT Plus² » est limité à
la réalisation de plafonds chauffants et rafraîchissants, dans les bâtiments d’usage courant : logements, tertiaires, hôpitaux, maisons de
retraite et dans les locaux classés :
 EA, EB et EB+ privatif (uniquement en mode chauffage pour ce type
de locaux, le mode rafraîchissement est exclu) au sens de la norme
NF DTU 25.41 et du document « Classement des locaux en fonction
de l’exposition à l’humidité des parois », (e-cahier CSTB 3567- mai
2006) et;
 A ou B (uniquement en mode chauffage pour ce type de locaux, le
mode rafraîchissement est exclu) au sens de la norme NF DTU 58.1
P1-1.
L’aluminium utilisé pour les ailettes est de l’aluminium anodisé noir
avec un sabrage inférieur à 2mm/m. Celui-ci est livré en bobine sous
la forme d’une bande de 30mm de large et 2mm d’épaisseur.
L’écartement standard entre 2 ailettes est de 35mm, celles-ci sont
posées perpendiculairement au tube de cuivre et assure une répartition uniforme du transfert thermique vers le bac métallique.
Les ailettes sont anodisées et les tubes sont peints à l’aide d’une peinture spéciale acier galvanisé (fiche technique en annexe).
Ces valeurs de pas d’ailettes et d’espacement des tubes sont des
valeurs standard et peuvent être modulées en fonction de la puissance
d’émission demandée et des découpes de panneaux éventuelles pour
l’intégration d’accessoires.
Dans le cas où la puissance à apporter dans le local est relativement
faible par rapport à la puissance unitaire de chaque panneau, on peut
aussi installer des panneaux qui ne disposent pas de tubes ni
d’ailettes. Ces panneaux sont alors dits inactifs ou neutres, par opposition aux panneaux actifs qui sont ceux qui participent effectivement au
chauffage ou au rafraîchissement du local.
L’utilisation de ce procédé en mode rafraîchissement est exclue dans
les pièces humides et tous les locaux avec un degré d’humidité audessus de 75%.
3.13
Le procédé de « Plafond réversible CONFORT Plus² » est utilisable dans
toute zone de sismicité de France métropolitaine (zones 1 à 4) et pour
toute catégorie d’ouvrage (ouvrages de catégories I à IV) au sens de
l’arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de
construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite
« à risque normal », sous réserve du respect des prescriptions indiquées aux paragraphes 5.2 dans le présent Dossier Technique.
3.14
3.
Eléments constitutifs
Le procédé englobe les bacs avec les tubes et les ailettes, l’ensemble
des fixations et des raccordements des dits bacs, ainsi que l'ensemble
des éléments constitutifs du circuit hydraulique secondaire.
Pour son bon fonctionnement, ce système nécessite une régulation
adaptée et équipée d'un dispositif de protection contre la condensation.
3.1
3.11
Eléments d’habillage
Bacs métalliques
Les bacs métalliques sont fournis par des industriels de la conception,
fabrication et distribution de plafonds métalliques.
Fixation de l’ailette
Il existe plusieurs techniques d’assemblage des ailettes sur le bac, par
collage ou par un maintien mécanique. Dans le cas où l’ailette est
collée on utilisera une colle à chaud.
Isolant thermique/acoustique
Un isolant est systématiquement mis en place dans le bac. Il s’agit
d’un bloc panneau de laine de roche de 40mm d’épaisseur, de masse
volumique 45kg/m3 et de résistance thermique de 1,0m².K/W, emballé dans un film polyéthylène.
Il est placé à l’intérieur du bac, en atelier ou sur chantier.
Si pour le respect des réglementations thermiques, une isolation thermique dont la résistance thermique serait supérieure à 1,0m².K/W doit
être mise en place, celle-ci doit être prévue au niveau de la structure
porteuse.
Cet isolant doit avoir un classement de réaction au feu au moins A2s2, d0 (anciennement M0 ou M1).
3.2
Ossature et dispositif de suspension
Les éléments d’habillage (bacs acier) reposent sur des ossatures qui
sont elles-mêmes fixées à la structure du bâtiment par l’intermédiaire
d’un dispositif de suspension (tiges filetées ou des pattes spécialement
adaptées (Nonius)).
Les panneaux métalliques (cf. figure 6) sont fabriqués en tôle d’acier
galvanisé à chaud d’épaisseur 0,7 mm avec une épaisseur de zinc de
100 gr/m², avec ou sans voile acoustique, avec revêtement des surfaces visibles par thermo laquage en poudre.
Ces éléments d’ossatures métalliques et les dispositifs de suspension
doivent être conformes à la norme NF EN 13964.
La couleur standard est RAL 9010 avec une brillance maximum de
22%, mais en option toutes les nuances RAL peuvent être réalisées.
Ils peuvent être fixés à l’aide de :
Ces bacs sont perforés à 16% en standard (perforations de 2,5 mm de
diamètre).
 panneaux basculants,
Pour des applications spécifiques, ils peuvent également :
 être lisses, pour des applications hospitalières par exemple,
 avoir des perforations différentes afin de répondre à des exigences
esthétiques particulières. Les valeurs maximales admises sont 24%
perforation et 3mm de diamètre.
Certains panneaux peuvent recevoir une découpe pour intégrer les
luminaires, des grilles de diffusion, etc. L’activation (les tubes et ailettes) de ce type de panneaux est adaptée à la découpe.
Les dimensions des bacs les plus courantes sont 600 x 600mm ou
600 x 1200mm (d’autres dimensions sont possibles).
3.12
Tubes et ailettes
L’échange thermique est assuré par un tube de cuivre cintré et par des
ailettes en aluminium qui peuvent être collées aux tubes ou maintenues mécaniquement sur ceux-ci par un système d’encoches. Celles-ci
sont posées perpendiculairement ou parallèlement au tube de cuivre
sur le dos du panneau préalablement poncé (voir figure 1 : Vue
d’ensemble tube et ailettes sur le bac).
9/16-1025
On distingue, en règle générale, 3 solutions différentes pour assurer la
liaison des éléments d’habillage.
 profilé C (ou bandraster C),
 profilé oméga.
L’écartement des éléments d’ossature est déterminé conformément à
l’article 4 ci-après.
3.3
Finition périphérique
Sur toute la périphérie du plafond, des profils de rive sont fixés afin de
soutenir les bacs de plafonds. Les profils de rives utilisés ne sont pas
spécifiques des types de montage.
La pose des bacs parallèlement ou perpendiculairement à la façade ne
présente pas de différence.
3.4
3.41
Circuit hydraulique
Raccords et flexibles
Afin de raccorder les bacs entre eux, des flexibles étanches à l’oxygène
et protégés par une tresse d’acier inoxydable pour la partie extérieure
(en contact avec l’air environnant), sont utilisés.
Ils disposent à leurs extrémités d’un dispositif de raccord rapide démontable à clipser directement sur le tube de cuivre.
5
Les flexibles utilisés doivent disposer d’un avis technique en cours de
validité et présenter un diamètre au moins équivalent au diamètre
hydraulique des tubes de cuivre afin de présenter la plus faible perte
de charge possible pour l’ensemble du système.
Les suspentes sont conformes à la norme EN 13964 et font l’objet d’un
marquage CE.
3.42
La découpe et l’emboutissage des ailettes s’effectuent en usine et
s’adapte aux dimensions du bac. L’emboutissage est fonction de
l’écartement des tubes cuivre.
Tubes du réseau distribution
Les circuits hydrauliques réalisés par le lot CVC peuvent être réalisés
en acier, en cuivre ou en matières synthétiques dont l’usage est destiné au réseau de chauffage ou de climatisation, en veillant à respecter
les dispositions du paragraphe 3.1 du DTU 65.10, relatif à la compatibilité des métaux entre eux.
3.43
Accessoires du réseau
Les accessoires du réseau hydraulique sont ceux d’une installation
classique de génie climatique : circulateur, vannes d’arrêt et de régulation, tés d’équilibrage, purgeurs, et sont à la charge du lot CVC.
3.5
Régulation
Les dispositifs de régulation et de programmation doivent contribuer
au respect des exigences telles que définies dans les réglementations
thermiques en vigueur relatives « aux caractéristiques thermiques des
bâtiments nouveaux et des parties nouvelles de bâtiments » et « aux
caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des bâtiments existants ».
L’objectif majeur de la régulation sur ce type d’installation est, en plus
du maintien de la température de consigne, la prévention de la condensation sur les tuyauteries ou les panneaux du plafond.
Ceci est réalisé en mesurant la température de l’eau sur le départ vers
les panneaux d’une part, et en installant au point le plus froid de
l’installation une sonde qui détecte la condensation sur les tuyauteries
avec un minimum d’une sonde par niveau.
Il existe 2 types de sondes afin de détecter la condensation :
 soit une simple sonde de condensation qui par fermeture de la
vanne arrête la circulation de fluide dans les bacs,
 soit une mesure du point de rosée qui nécessite donc l’information
sur la température mais aussi sur l’humidité relative de l’ambiance.
Ce dernier type de sonde permet de modifier le point de consigne.
Par ailleurs, dans le cas d’un bâtiment disposant de fenêtres ouvrantes, il est nécessaire de prévoir un contact de feuillure qui interrompt l’alimentation d’eau lorsque la fenêtre s’ouvre (Voir figure 2 :
Schéma de principe de la régulation).
Le système
basses par
hydraulique
limite basse
est protégé des surchauffes ou des températures trop
des sondes de sécurité situées sur le circuit de départ
avec un seuil haut et bas. La limite haute est de 50°C, la
de 14°C.
4.4
4.5
Préparation des ailettes
Assemblage de l’ensemble
L’assemblage de l’ensemble des éléments est automatisé et peut être
réalisé à notre usine ou bien directement sur site.
Dans le cas de la version collée, la colle est déposée sur les ailettes en
aluminium. Celles-ci sont déposées et pressées dans le bac métallique.
L’épaisseur de la colle assure la reprise des dilatations différentielles
entre l’acier et l’aluminium.
La conductivité entre le cuivre et l’aluminium est améliorée par l’ajout
d’un mastic.
(Voir figure 3 : Assemblage tube – ailette).
L’élément du plafond réversible est ainsi obtenu et forme un bac rigide.
4.6
Identification
Chaque bac est repéré par une étiquette suivant son type et sa destination (le chantier, l’étage, la zone où il sera installé …), ce qui permet
de suivre les différentes étapes de sa fabrication (cintrage du tube,
emballage, expédition).
4.7
Contrôle qualité
Chaque élément composant du plafond réversible est vérifié par son
fournisseur. De plus, un contrôle visuel avec une lumière rasante est
effectué sur chaque bac en fin de production.
4.8
Livraison
Les bacs sont emballés verticalement dans des cartons ou sur palette
avec renfort et protection.
5.
5.1
Conception
Avant l'étude d'exécution
Avant l'étude d'exécution, le maître d'ouvrage ou son mandataire doit
fournir à l'installateur du plafond un plan d'exécution du bâtiment,
précisant la nature des cloisons, de la structure porteuse et des plafonds, et faisant apparaître le positionnement de toutes les réservations des autres corps d'état.
La régulation peut être fournie par DencoHappel ou par l’entreprise de
CVC.
5.2
3.6
Les éléments d’ossatures sont dimensionnés de manière à supporter
100 % de bacs actifs, quelle que soit la proportion envisagée dans le
projet.
Luminaires
Les luminaires ne nécessitent pas de classement particulier. Leur mise
en œuvre doit respecter la norme NF C 15-100 et ils doivent être
protégés en tête par un disjoncteur différentiel. Au cas où un problème
survient (fuite) et si de l’eau entre en contact avec le luminaire, la
sécurité est assurée par ce disjoncteur.
4.
Fabrication - Contrôles
Les éléments de plafonds réversibles sont assemblés par la société
DencoHappel dans son établissement situé à Harzé en Belgique ou à
Menden en Allemagne
4.1
Les bacs métalliques
Les bacs sont livrés dans notre usine où ils subissent un ponçage du
côté intérieur pour un meilleur accrochage des ailettes.
4.2
Préparation des tubes cuivre
La qualité des tubes cuivre est assurée, à la production, grâce à la
technique des courants de Foucault qui permet de repérer les éventuels défauts de structure.
Ils sont livrés à longueur et ébavurés une première fois chez le fournisseur, un second ébavurage est réalisé après cintrage.
Ils sont cintrés dans nos ateliers et peuvent ainsi s’adapter aux différentes configurations. Par exemple, lorsqu’un luminaire est prévu, le
cintrage le prend en compte pour que le tube ne soit jamais à moins
de 55 mm de l’enveloppe du luminaire.
En fin de production, des bouchons sont placés aux extrémités de
celui-ci pour éviter toute introduction de corps étrangers lors du transport et sur le chantier.
4.3
Profils porteurs et suspentes
Les profils porteurs de type C sont en acier galvanisé, et sont conformes à la norme EN 13964
6
Dimensionnement des ossatures
Le dimensionnement du plafond suspendu est réalisé par l’installateur
de plafonds, il est tenu compte de l’écartement des suspensions et
également du poids des matériaux.
La surcharge due aux composants tubes/ailettes/fluide est d’environ
5 kg/m². Le poids des panneaux isolant d’épaisseur 40 mm (densité
35 kg/m3) est d’environ 1,4 kg/m².
Le poids des bacs et des ossatures est estimé de l’ordre de 15 kg/m².
L’ensemble représente une masse d’environ 20 kg/m² (cf. tableau 1).
L’entraxe entre les porteurs secondaires et des dispositifs de suspension doivent être définis conformément à la norme EN 13964 et aux
dispositions prévues dans la norme NF DTU 58.1 en tenant compte des
indications de performances de chacun des éléments constituants avec
un coefficient de sécurité de 3 à la rupture.
L’entraxe maximum entre suspentes est limité à 1,3m.
Le dispositif de suspension est relié à la structure porteuse du bâtiment par des chevilles adaptées au support.
Les chevilles sont généralement métalliques pour les matériaux pleins
et synthétiques ou métalliques pour les supports creux.
Afin de s’affranchir d’une vérification, il est conseillé d’utiliser les chevilles métalliques faisant l’objet d’une Evaluation Technique Européenne (ETE) selon l’EAD (anciennement ETAG 001) ou les chevilles
plastiques faisant l’objet d’une Evaluation Technique Européenne (ETE)
selon l’EAD (anciennement ETAG 020).
5.3
Dimensionnement thermique
Le plafond est dimensionné, par DencoHappel, en fonction des charges
thermiques estivales et des déperditions thermiques hivernales maximales fournies par les bureaux d’études.
Nous déterminons la surface active nécessaire en fonction de ces
données, des caractéristiques de l’eau (températures départ et retour,
débits,..) et des températures ambiantes désirées.
9/16-1025
5.4
Circuit hydraulique
 le plan de pose des suspentes et fixations,
Les bacs sont raccordés en série. On limite à 10 bacs pour que la perte
de charge ne dépasse pas 60kPa.
 le plan de localisation (plan de calepinage) des bacs actifs et des
bacs neutres, des points de raccordement au réseau,
Ces panneaux forment un module, les différents modules étant ensuite
raccordés en parallèle par un départ et un retour communs au réseau
hydraulique.
 le plan des accessoires intégrés dans le plafond.
Si la configuration du bâtiment le permet, la distribution principale
sera réalisée en boucle de Tichelman.
Le procédé peut fonctionner en froid seul ou en chaud seul ou bien
alors en mode réversible en système 2 tubes (change-over) ou en
4 tubes. L’entreprise chargée du génie climatique (lot CVC) dimensionne les différents éléments du circuit en fonction du plan
d’activation.
5.5
Traitement de l’air
Le procédé, avec la régulation décrite au paragraphe 2.3, permet de
gérer les risques de condensation, en mode rafraîchissement, en arrêtant la circulation d’eau dans les plafonds. Ceci peut entraîner des
inconforts locaux et ponctuels.
6.3
Plafond métallique
La réalisation de l’ossature se fait en respectant les prescriptions de la
norme NF DTU 58.1 « Plafonds suspendus, travaux de mise en
œuvre ».
La pose du plafond métallique débute par la pose des cornières de
périphéries et du traçage de la position des suspentes.
Tous les problèmes de finition, bordure, isolation acoustique entre
différentes pièces sont traités comme dans le cas d'un plafondsuspendu métallique traditionnel.
Les éléments porteurs du plafond (bandrasters C, profilé Omega, té,..)
sont placés suivant les plans de calepinage et sont fixés à la structure
du bâtiment, via les suspentes, à l’aide de nonius (élément permettant
un ajustement précis de la hauteur du plafond) ou tout élément adapté.
La mise en place d’une centrale de traitement d’air (CTA) pallie cet
inconvénient en insufflant de l’air déshumidifié et à une température
de 16°C. De ce fait, le plafond rafraîchissant peut continuer à fonctionner lors de ces phases d’inconfort. La CTA apporte, en plus, hiver ou
été, un complément de puissance en chauffage ou en rafraîchissement
Une assistance technique sera fournie aux poseurs.
Dans ce cas, le soufflage et la reprise d’air sont assurés par des
bouches (à effet Coanda) dont la fourniture et la mise en place sont à
prévoir par l’installateur.
Les différents bacs sont reliés entre eux avec les flexibles décrits au
paragraphe 2.21.
6.
Mise en œuvre
Avant de débuter la pose des plafonds suspendus, il faut que :
 le bâtiment soit fermé (hors air et hors eau),
 les lots techniques : électricité, ventilation, etc. situés dans le plafond suspendu soient terminés, afin d’éviter de devoir intervenir
dans les plafonds posés et de risquer de les endommager,
6.4
Raccordement hydraulique des bacs
Le raccordement des flexibles sur les collecteurs principaux est réalisé
par le lot CVC.
Une série de bacs (module) est ensuite raccordée sur la tuyauterie
aller- retour de la distribution générale du fluide.
6.41
Fluide caloporteur
On utilise de l’eau de ville non traitée pour le remplissage du circuit
hydraulique. Celui-ci tournant en circuit fermé, il n’y a pas de risque
d’entartrage.
6.42
Equilibrage hydraulique
 les éléments de périphérie soient terminés (plâtres, enduits, première couche de couleur…).
L'installation doit être équipée, par module, de vanne d'arrêt et d’un
organe d'équilibrage. L’équilibrage du réseau est assuré par le lot CVC.
Les bacs sont stockés en position verticale sur le chantier. Si le bâtiment est équipé de faux-plancher, la livraison des bacs et de
l’absorbant acoustique se fait après la pose de celui-ci.
6.43
6.1
Travaux
Les travaux de pose d'un plafond chauffant et/ou rafraîchissant
« Plafond réversible CONFORTplus² » requièrent des compétences
dans le domaine de la pose des plafonds métalliques, ainsi que dans le
domaine du génie climatique. Ces différentes compétences peuvent
être le fait de deux entreprises séparées ou réunies au sein de la
même entreprise.
6.11
Ensemble des travaux à effectuer par
l'installateur du plafond
Purges d’air
L'installation doit être équipée de points de purge d'air pour permettre
un remplissage de l'installation dans de bonnes conditions.
6.5
6.51
Réception de l’ouvrage
Généralités
Après raccordement du réseau, l’ensemble de l’installation est testé à
10 bars puis laissé sous la pression de service.
Une prestation de thermographie à infrarouge peut être effectuée pour
contrôler la bonne irrigation des différents bacs.
Toute précaution sera prise pour éviter le gel à l'intérieur des panneaux comme sur la distribution primaire.
Ces travaux comprennent essentiellement :
L'installation est ensuite mise en service.
 la pose des ossatures ou des lattes en métal des plaques et des
dispositifs de fixation à la structure porteuse,
A la réception de l’ouvrage, l'installateur doit remettre au maître d'ouvrage ou à son mandataire :
 la pose des bacs de plafonds métalliques actifs et inactifs, ainsi que
de l'isolation, si elle n'est pas intégrée aux bacs,
 plans définitifs de localisation des bacs chauffants et/ou rafraîchissants et des bacs neutres ainsi que des raccordements au réseau de
distribution,
 les finitions du plafond si elles sont au lot plafond chauffant et/ou
rafraîchissant.
6.12
Ensemble des travaux à effectuer par
l'entreprise de génie climatique (lot CVC)
 dossiers d’études et notes de calculs,
 plan de calepinage,
 plan d’activation,
 la pose des circuits de distribution,
 fiche Technique Activation,
 la réalisation des sous-stations éventuelles,
 fiche Technique Flexible,
 la réalisation des circuits de régulation,
 cahier des bacs,
 le raccordement au réseau d'alimentation,
 cahier des bacs activés.
 la pose et le raccordement au réseau d'alimentation des bacs de
plafonds métalliques,
Les figures 4 et 5 montrent un extrait de plan de calepinage et de plan
d’activation.
 les différents contrôles et essais avant, pendant et après réalisation
de l'ouvrage, tels que définis dans le Dossier Technique du demandeur.
6.52
6.2
 ni percer,
Documents avant l'exécution du plafond
chauffant et/ou rafraîchissant
Avant l'exécution du plafond chauffant et/ou rafraîchissant, le maître
d'œuvre doit informer l'installateur du plafond de toutes modifications
apportées par lui-même ou les autres corps d'état.
Prévention
Afin de limiter les risques d’incident pour les occupants des locaux, le
maître d’ouvrage est informé qu’il ne faut :
 ni placer d’élément mobilier au contact du plafond,
 ni démonter sans précautions particulières.
L'installateur du plafond chauffant et/ou rafraîchissant doit indiquer
l'emplacement des raccordements des bacs actifs avec les canalisations d'alimentation et les réservations éventuelles au niveau des
réseaux de distribution ainsi que :
9/16-1025
7
6.6
6.61
Maintenance et réparation
Circuit hydraulique
C. Références
La maintenance du circuit hydraulique est effectuée en suivant les
recommandations du cahier du CSTB 3114 « Installations de chauffage
central à eau chaude », notamment sur les points suivants :
C.1
Données
sanitaires1
 vérifier régulièrement la pression de service du réseau secondaire au
niveau des sous-stations. En cas de besoin, compléter le remplissage avec de l'eau de ville,
Le procédé « Plafond réversible CONFORT Plus² » ne dispose pas d’une
Fiche de Déclaration Environnementale et Sanitaire (FDES).
 contrôler le bon fonctionnement de tous les organes du circuit hydraulique tels que purgeurs, soupapes, débitmètres et pompes de
circulation,
 en cas de traitement du fluide de l'installation, un contrôle bisannuel
sera effectué. Dans tous les cas, le pH du fluide sera contrôlé une
fois par an.
6.62
environnementales
et
Les données issues des FDES ont pour objet de servir au calcul des
impacts environnementaux des ouvrages dans lesquels le procédé
«CONFORTPlus²» visé est susceptible d’être intégré.
C.2. Autres références
La superficie de »Plafonds CONFORTplus² » posée depuis 2000 est de
240 000 m², dont 23 000 m² en France.
Régulation
 contrôler les points de consigne sur les régulateurs, sondes et thermostats de régulation et de sécurité.
 vérifier le fonctionnement des vannes motorisées de chaque secteur,
 vérifier le serrage des borniers électriques,
 tester le fonctionnement des sondes de point de rosée, une fois par
an, ainsi que les sondes de mesure d'humidité relative.
6.63
Réparation après installation
En cas de percement d'un diffuseur ou d'une tuyauterie, la réparation
est possible en changeant le bac métallique concerné ou la partie de
tuyauterie endommagée.
7.
Assistance technique
La société DencoHappel commercialise ses produits plafonds chauffants / rafraîchissants combinés aux centrales de traitement d’air via
son réseau d’installateurs en génie climatique.
DencoHappel apporte son assistance technique complète auprès des
bureaux d’études, architectes, maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre et
installateurs. Le dimensionnement est effectué par DencoHappel et la
puissance d’émission est donnée suivant les normes NF EN 14240 et
NF EN 14037.
Un suivi de chantier régulier et rémunéré peut être réalisé par DencoHappel durant tout le déroulement du chantier.
B. Résultats expérimentaux
Le système de plafond « Plafond réversible CONFORTplus² » est
l’aboutissement d’une recherche en collaboration avec l’université de
Liège et L’université de Louvain-la-Neuve (Belgique).
Bilans thermiques
Des tests de performances thermiques du système ont été réalisés au
laboratoire de thermodynamique de l’université de Liège et au laboratoire WSP Lab (Allemagne) selon les normes NF EN14240 et NF EN
14037. En sont déduits les équations ci-dessous :
Puissance frigorifique
La puissance frigorifique en W/m² est déterminée suivant la formule
suivante :
Q= C x ∆Tn
Avec
C= 6,98
n=1,1
l’air.
∆T : écart entre t° moyenne de l’eau et la t° ambiante de
Les tests sont réalisés selon la norme, en mode statique, en configuration réelle, les performances thermiques peuvent être augmentées de
20% (effet des parois chaudes et de la convection).
Puissance calorifique
La puissance calorifique en W/m² est déterminée suivant la formule
suivante :
Q= C x ∆ Tn
Avec
C= 7,74
n=1
∆T : écart entre température moyenne de l’eau et la température ambiante de l’air.
1
8
Non examiné par le Groupe Spécialisé dans le cadre de cet Avis.
9/16-1025
Tableaux et figures du Dossier Technique
Figure 1 - Vue d’ensemble tube et ailettes sur le bac
Figure 2 - Principe de régulation
9/16-1025
9
Figure 3 - Assemblage tube - ailette
Figure 4 - Extrait plan de calepinage
10
9/16-1025
Figure 5 - Extrait plan d’activation
Figure 6 – Schéma d’un bac métallique
9/16-1025
11
Figure 7 – Schéma global du plafond suspendu
12
9/16-1025
Tableau 1 – tableau de répartition des poids
9/16-1025
13
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
8
Taille du fichier
392 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler