close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Base aérienne Sion

IntégréTéléchargement
2016/2
Base aérienne Sion
News
Dans ce numéro
Nouvelle FORMATION DES PILOTES 3
Travaux de piste 4-5
POLICE AERIENNE PERMANENTE
6
SALON DES METIERS "YOUR CHALLENGE"2016
7
Planification des vols 8
Editorial
Une étape importante pour la sécurité de
la Suisse a été franchie ce printemps, avec
l’acceptation à une large majorité du projet
de développement de l’armée (DEVA) par
les Chambres fédérales. Le DEVA est le
fruit d’un débat commencé en 2010 autour
notamment du rapport sur la politique
de sécurité. Le DEVA se concentre sur les
menaces ainsi que les dangers modernes
et les arguments qui parlent en sa faveur
sont nombreux : il accroît la disponibilité de
l’armée, complète son équipement, améliore
son instruction et renforce son enracinement
régional.
La mise en œuvre du DEVA débutera au
1er janvier 2018 et devrait s’achever pour
l’essentiel en 2021. Un référendum a été
lancé et il faudra attendre cet été pour savoir
s’il va aboutir ou non.
Le développement de l’armée va dans le
sens des attentes de la population. C’est
ce que souligne l’étude sur la sécurité
2015 (disponible sur internet) réalisée par
l’Académie militaire et le Center for Security
Studies de l’EPF de Zurich. La part de la
population suisse qui considère que l’armée
est nécessaire reste très élevée (80%).
La tranche d’âge des 20 à 29 ans admet
cette nécessité comme jamais au cours des
trente dernières années (74%). Le 73% des
citoyennes et des citoyens s’accorde à dire
que la Suisse doit entretenir une armée
bien instruite et le 61% veut qu’elle soit
entièrement équipée.
descendante. L’école de pilotes sur les avions
de type PC-21 forme sa dernière volée depuis
Sion cette année. Dès le début août, elle
quittera le Valais et rejoindra définitivement
la Base aérienne d’Emmen. Une page
importante de l’histoire de l’aérodrome
militaire sédunois va se tourner.
Le DEVA s’efforce d’établir un équilibre
durable entre les prestations de l’armée
et les moyens financiers dont elle dispose.
L’évolution démographique de notre pays
a également été prise en considération.
L’effectif réglementaire de l’armée sera
réduit à 100’000 militaires. On ne peut pas
vraiment dire que le contingent sera diminué
de moitié, car en 2015, l’armée comptait
près de 130'000 militaires actifs et environ
41'000 réservistes. Mais il faut savoir que ces
derniers n’effectuent plus de jours de service
et que leurs formations de réserve ne sont
pas équipées !
L’armée continue toutefois d’investir sur
le site aéroportuaire de Sion. Près de 10
millions de francs vont être injectés ces deux
prochaines années pour refaire une partie
de la piste, assainir la tour de contrôle et
moderniser certains systèmes. Ces travaux
profitent aussi grandement à notre voisin civil
qui peut se prévaloir d’exploiter un aéroport
conforme aux normes internationales de
l’aviation civile. Principalement grâce à
l’appui des militaires qui, selon l’étude de
l’EPFL de 2011, contribuent à 60% aux
frais de fonctionnement de l’aéroport
civil, auxquels il faut rajouter l’importante
participation de l’armée aux investissements
annuels.
Quant à la Base aérienne de Sion, son
développement
poursuit
sa
courbe
Antoine Jacquod
Commandant de la Base aérienne de Sion
Base aérienne Sion – News 2016/2 2
La formation des pilotes gagnera en attractivité
Chemin raccourci jusqu’au cockpit
La formation de pilote militaire de carrière
est longue et exigeante. Les candidats sont
soumis à une sélection impitoyable avant de
pouvoir commencer leurs études à la Haute
école des sciences appliquées de Zurich à
Winterthur (ZHAW). Ce cursus va changer
à partir de 2017: l’instruction des pilotes
sera raccourcie et réorganisée, et les études
obligatoires à la ZHAW seront supprimées.
Ainsi, la formation deviendra plus attrayante
et la relève plus nombreuse. Chaque année,
des dizaines de jeunes hommes et de
jeunes femmes se soumettent aux examens
d’aptitudes de SPHAIR dans l’espoir de
devenir pilotes militaires.
jusqu'au grade d’officier, les sélections sur
simulateur et PC-7, et trois ans d’études à la
ZHAW avec, en parallèle, l’accomplissement
d’une formation civile de pilote de ligne.
Pour certains d’entre eux, le rêve s’arrête
là, car ils ne remplissent pas les conditions
requises pour exercer cette profession.
Quant aux autres, ils sont admis à l’Institut
de médecine aéronautique (IMA) pour
un examen médical. Une fois ce premier
obstacle franchi, le candidat doit suivre
un cours SPHAIR de deux semaines pour
confirmer qu’il est réellement à la hauteur
des tâches qui l’attendent. Cette première
phase est suivie par la formation militaire
De l’avis du brigadier Peter Soller,
commandant de la Formation d’application
d’aviation 31, cette formule offre plusieurs
avantages: «La formation de pilote étant
réduite de deux ans, les élèves pilotes
intègrent beaucoup plus rapidement le
cockpit. D’un côté, l’instruction est plus
attrayante, et de l’autre, les candidats font
leurs premières expériences aéronautiques
au sein des Forces aériennes, ce qui est un
atout pour toute la formation.»
3 Base aérienne Sion – News 2016/2
Formation raccourcie
Les choses vont changer à partir de 2017.
Après avoir réussi la sélection, tous les
élèves pilotes suivront une instruction de
base aéronautique militaire de six mois sur
PC-7, notamment pour décider s’ils veulent
se spécialiser sur jet ou sur hélicoptère.
Viendra ensuite une formation de pilote de
ligne d’une durée d’une année dans une
école d’aviation civile.
En outre, le développement de l’instruction
des pilotes des Forces aériennes signifie la
fin des études aéronautiques obligatoires à
la ZHAW. A l’avenir, chaque pilote breveté
bénéficiera d’une planification de carrière
individuelle. Pour certains, cela inclura des
études de bachelor, définies en fonction de
leurs aptitudes et aspirations personnelles
ainsi que des besoins des Forces aériennes.
Des études de master sont également
envisageables sur demande.
Le commandant Soller est persuadé
de l'intérêt de cette restructuration de
l'instruction: «Cette formation sur mesure
augmente l’attractivité des Forces aériennes
en tant qu’employeur. Elle permet de
recruter plus de candidats et de cibler encore
mieux le perfectionnement sur les fonctions
recherchées.»
Sélection inchangée
L’instruction militaire des officiers et le
processus de sélection seront en principe
maintenus sous leur forme actuelle. SPHAIR
reste le meilleur tremplin pour chaque
carrière de pilote, tant au civil qu’au militaire.
Travaux de piste
Un aéroport aux normes internationales
Durant l’année 2016, l’aéroport de Sion
sera entièrement fermé au trafic d’avions
de mi-septembre à fin octobre en raison
d’importants travaux sur la piste et sur ses
équipements annexes. En effet, d’inévitables
rénovations et adaptations conséquentes
sont désormais nécessaires pour assurer le
parfait fonctionnement de la piste de Sion.
Les travaux représentent un investissement
global de CHF 8 à 10 millions, répartis sur
deux ans, entièrement pris en charge par
l’armée suisse (Armasuisse).
Les éléments majeurs concernés par ces
travaux sont l’assainissement de 600
mètres de la piste elle-même, la rénovation
des équipements techniques de la tour
de contrôle, et l’entretien et adaptation
des systèmes de piste, tels que les lampes
d’approche et d'indicateur de pente (Precision
Approach Path Indicator ou PAPI). Par la suite,
logiquement, le marquage au sol de toute la
piste sera également ajusté.
Une durée de six semaines est prévue pour
ces travaux avec une reprise du trafic aérien
dès la première semaine de novembre.
L’utilisation de la piste sera totalement
interrompue durant cette période autant
pour les jets militaires que pour les
avions civils. En revanche, la restriction
ne s’appliquera évidemment pas aux
hélicoptères.
Réhabilitation de 600m
Les 600 premiers mètres de la piste
représentent la partie la plus sollicitée et
donc la plus usée. Il s'agit de l'endroit où
posent les avions lors des atterrissages.
Ce secteur sera ainsi entièrement assaini
dans le cadre de l’entretien usuel de la piste,
ce qui signifie une remise à niveau complète
du goudronnage. Il s’agit concrètement de
retirer 3'700 mètres carrés de dallage et
16'000 mètres carrés de goudron. Par la
suite, 19'700 mètres carrés de goudron neuf
seront alors coulés en remplacement. Cela
représente donc un total de 11'400 tonnes
de matériaux nécessaires à l'assainissement
des secteurs les plus usagés de la piste
d'atterrissage.
Base aérienne Sion – News 2016/2 4
Rénovation de la tour de contrôle
La tour de contrôle a été mise en service en
1996, il y a de cela 20 ans, et son agencement
ne répond plus aux normes en vigueur
aujourd’hui. Par conséquent, les installations
techniques de la tour seront rénovées et
modernisées, cela également dans le but
d’uniformiser l'ensemble des installations
techniques de Skyguide. Cela permettra
en outre de regrouper toutes les fonctions
opérationnelles sur un système conforme au
niveau de technologie moderne, de surcroît
nécessitant moins d'espace dans la tour.
Installations techniques accessoires
Les installations techniques accessoires de la
piste, en particulier les lampes d’approche
seront adaptées aux normes internationales
en vigueur. Les deux câbles d'arrêt d'urgence
(KAFA) pour F/A-18 seront révisés.
Menés par Armasuisse et les Forces
aériennes, ces travaux d'assainissement
profiteront également pleinement à
l’aéroport civil. Une fois de plus, la Base
aérienne
apporte
une
contribution
importante au bon fonctionnement du site
aéroportuaire de Sion.
5 Base aérienne Sion – News 2016/2
Légende :
Assainissement 2016
Câbles d'arrêt
Assainissement 2018
Tour de contrôle
Feux d'approche et PAPI
(indicateur de pente d'approche)
Police aérienne permanente
Bientôt le service 24 heures sur 24
Depuis le 4 janvier, deux F/A-18 armés
stationnés à Payerne sont prêts, de 8 heures
à 18 heures les jours ouvrables, à décoller
en moins de 15 minutes pour remplir
des missions de police aérienne. C’est la
première étape de la concrétisation du projet
intitulé police aérienne 24 (PA24) qui prévoit
d’instaurer, d’ici à fin 2020, une disponibilité
opérationnelle permanente.
Les Forces aériennes devront, à l’avenir, être
en mesure d’intervenir en tout temps en cas
de violation des règles du trafic aérien ou de
l’espace aérien suisse. C’est ce qu’a demandé
dans une motion l’ancien conseiller aux Etats
Hans Hess (PLR/OW), en 2009. Cela a donné
lieu au projet PA24, qui a commencé de se
concrétiser au début de l’année. Dans un
premier temps, les deux jets armés sont en
état d’alerte de 8 heures à 18 heures les
jours ouvrables. Dès 2017, cet état d’alerte
s’étendra sur 365 jours. Une exploitation en
deux équipes de 6 heures à 22 heures suivra
en 2019, pour arriver à un service permanent
avant la fin 2020.
Le colonel EMG Peter Bruns, chef du projet
PA24, de déclarer que les Forces aériennes
interviennent déjà 24 heures sur 24 avec
leurs hélicoptères, leurs avions de transport
et leurs drones et qu’il est logique d’étendre
cette disponibilité aux jets de combat. Il
s’agira, dorénavant, de concrétiser aussi
rigoureusement que possible le mandat
catégorique émis par le politique.
100 nouveaux postes
L’augmentation des heures de service,
qui passeront de 35 heures par semaine
actuellement à 168, n’est pas possible sans
disposer de personnel supplémentaire. Et
Peter Bruns de préciser qu’une centaine de
postes supplémentaires, principalement
occupés par des mécaniciens et des
spécialistes des Forces aériennes, de la Base
logistique de l’armée (BLA) et de la Base
d’aide au commandement (BAC) ainsi que
par des pilotes et des officiers attachés à la
centrale d’engagement, sont nécessaires.
A cela s’ajoute la sécurité aérienne assurée
par Skyguide. Au final, les coûts de mise en
place de la PA24 s’élèveront au maximum
à 30 millions de francs par année. Malgré
l’augmentation sensible du nombre
d’heures de service, celui des 100 postes
supplémentaires peut sembler élevé. Mais
le colonel Bruns relativise. Selon lui, cela
correspond approximativement à ce qui est
consacré au service de police aérienne que
divers pays de l’OTAN assurent à tour de rôle
au-dessus de la mer baltique.
La Base aérienne de Payerne est la base
principale d’engagement pour ce projet.
L’objectif est de renforcer de façon notable la
protection et la sécurité en vol dans l'espace
aérien suisse, où transitent chaque jour plus
de 3'000 vols de ligne et vols d'affaires, ainsi
que des vols diplomatiques.
Projet concernant toute l’armée
Même si, avec la PA24, l’attention est portée
sur les jets de combat, ce projet concerne
toute l’armée dans la mesure où d'autres
organisations que les Forces aériennes sont
impliquées. Le colonel EMG Bruns va plus
loin en disant que souvent, un avion qui
viole les règles du trafic aérien est d’abord
repéré par la sécurité aérienne civile; les
Forces aériennes se chargent ensuite
d’intervenir dans les airs et d’autres autorités
comme la police fédérale ou l’Office fédéral
de l’aviation civile, traitent l’affaire au sol.
C’est pourquoi le chef du projet souhaite
qu’une collaboration étroite s’installe entre
tous les intervenants et déclare que la PA24
pourrait servir de modèle aux responsables
du Réseau national de sécurité.
Base aérienne Sion – News 2016/2 6
«Your Challenge» 2016
La Base aérienne au salon des Métiers
Du 8 au 13 mars 2016 s’est déroulée à
Martigny la 5e édition du Salon des Métiers
et formations «Your Challenge». Ce salon
dédié à l’orientation professionnelle
rassemble en un seul lieu plus de 400 offres
d’apprentissage, de formation et de métiers
disponibles en Valais et en Suisse. Cette
année, pas moins de 19'000 visiteurs ont
découvert les offres de 84 exposants.
Fidèle à son importante vocation formatrice,
la Base aérienne était naturellement
présente sur place pour présenter sa palette
d’apprentissages. Ainsi, les visiteurs ont
eu l’occasion de découvrir les différentes
formations de l'aérodrome militaire et
de se faire une première idée du cadre
professionnel stimulant qu’offre celui-ci.
Outre le fait de côtoyer des engins aussi
pointus que des avions militaires, le centre
d’apprentissage de la Base aérienne dispose
d’une infrastructure de 900 m2 accueillant
une quarantaine de machines-outils
modernes dédiées uniquement à la formation
des apprenti(e)s polymécanicien(ne)s.
Sans surprise, le succès du centre
d’apprentissage de la Base aérienne s’est
ressenti au salon « Your Challenge » où
de nombreux visiteurs se sont pressés sur
le stand. Pour Vital Emery, responsable du
centre, l’édition 2016 de ce salon a été une
belle réussite : «Ce genre de manifestation
est une très bonne opportunité. Tous les
cycles d’orientation du Valais visitent le salon
et tous les corps de métier se présentent avec
des stands attractifs et participatifs. J’ai été
enthousiasmé par l’énergie et par l’originalité
des exposants, ce qui permet d’engager un
dialogue instructif avec les jeunes et leurs
parents.»
Les visiteurs du stand de la Base aérienne
ont notamment pu y découvrir le centre
d’apprentissage au travers d’une visite
virtuelle à l’aide de lunettes 3D et s’imaginer
un instant à la place d’un pilote de chasse en
s’installant sur un siège éjectable au dessus
duquel était déployé un parachute.
Intéressé(e) par un apprentissage de
polymécanicien ?
Tu es âgé(e) de 15 à 17 ans, tu as un réel
intérêt pour la technique et tu souhaites
apprendre un métier qui allie à la fois les
études et la pratique, tout en offrant des
débouchés vers les hautes écoles ?
Alors viens effectuer un stage pratique
de 2 jours dans nos ateliers et partager le
quotidien de nos apprenti(e)s en formation.
Tu peux aussi visiter nos portes-ouvertes
qui te permettront de découvrir nos ateliers
et les multiples facettes de ce métier. La
prochaine édition est prévue l'après-midi du
mercredi 2 novembre 2016.
Enfin, si tu souhaites postuler, plusieurs
annonces sont publiées dans les journaux
en octobre et novembre. Il te suffit d'y
répondre ou de nous envoyer une offre
spontanée contenant une lettre de
motivation accompagnée du CV ainsi que
des notes obtenues au cycle d'orientation.
Les candidatures doivent nous parvenir au
plus tard pour le 2 décembre 2016.
Contact
Base aérienne de Sion,
Centre d'apprentissage,
Case postale 544,
1951 Sion
Base-Aerienne.Sion@vtg.admin.ch
7 Base aérienne Sion – News 2016/2
Planification des vols
Semaine
Août
Septembre
Octobre
Novembre
Décembre
27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52
Mois
Semaine
16
16
14
12
10
Aérodrome de
Fermé pour jets
dégagement
Fermeture
(travaux sur la piste)
8
6
4
CE
CE
CE
Nombre d'avions engagés
18
Fermeture
18
Pas de service de vol
Ce tableau présente la répartition du trafic
aérien sur avions à réaction prévu au départ
de Sion. Hors des périodes planifiées, le
trafic de jets militaires se limite à des vols
occasionnels d’entraînement individuel
de pilotes de milice (E indiv), de transfert
d’avions ou d’essais en vol après des travaux
d’entretien et de réparation sur avions.
Juillet
Fermé pour jets
Horaire général des vols jets :
du lundi au vendredi,
de 8 à 12 heures
et de 13h30 à 17 heures.
Mois
Nombre d'avions engagés
Vols de jets militaires au départ de
Sion de juillet à décembre 2016
14
12
10
2
8
6
4
2
E indiv
E indiv
Légende :
CE = Cours d’escadrille Tiger (en rouge)
E indiv = Périodes prévues pour les entraînements individuels et isolés de pilotes de milice sur
F-5 Tiger, soit de 0 à 10 vols par semaine (en jaune)
Prise de l'Etendard de la Base aérienne 14
sur la place de la Planta à Sion, le 29 février 2016
Impressum
Concept et édition : Service Communication
Impression : Gessler SA Sion
Base aérienne Sion
des Forces aériennes en collaboration avec la
Numéro : 2016/2 (juin)
Case postale 544 - 1951 Sion
Base aérienne de Sion
Tirage : 39'000 exemplaires, distribués
Tél. +41 58 461 21 11
Layout : Centre des médias électroniques
gratuitement aux autorités et à la population
Base-Aerienne.Sion@vtg.admin.ch
de la Confédération (CME)
de la région.
www.forcesaeriennes.ch
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
2
Taille du fichier
3 694 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler