close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Communiqué de presse

IntégréTéléchargement
Direction de la communication
Communiqué de presse
Paris, le 7 juillet 2016
L’Autorité des marchés financiers publie sa cartographie des risques 2016
Incertitudes liées au Brexit, effets d’un environnement de taux bas, risque de re-tarification brutale
des actifs, évolutions structurelles des marchés : l’AMF dresse à mi 2016 un état des lieux des
principaux risques pour les marchés, l’épargne, la gestion collective et le financement de
l’économie.
L’Autorité des marchés financiers publie la dixième édition de sa cartographie des risques dans un
contexte particulier : le vote du Royaume-Uni en faveur du Brexit. Cette situation inédite de sortie de
l’Union européenne ouvre une période d’incertitudes, dont les effets se sont déjà fait sentir sur les
marchés (volatilité, hausse de la prime de risque). Si le Royaume-Uni reste aujourd’hui membre de
l’Union, les négociations qui s’ouvriront avec le Conseil européen sur les modalités de sa sortie seront
importantes pour l’activité des sociétés de gestion et des prestataires de services d’investissement. La
cartographie des risques s’est ainsi intéressée aux conditions et aux domaines dans lesquels les
prestataires britanniques pourraient éventuellement bénéficier d’un régime « pays tiers » pour continuer à
exercer en Europe. Au-delà, le Brexit pose des questions en matière de compensation des contrats
libellés en euros et de surveillance des marchés.
Malgré un retour ou une stabilisation de la croissance dans les principales zones du monde, ces
incertitudes viennent s’ajouter à des risques que l’AMF avait déjà identifiés dans ses précédentes
cartographies, dont certains apparaissent plus importants en 2016 :
la mise en place par les banques centrales de nouveaux outils pour soutenir la croissance a créé
un environnement de taux très bas en zone euro. Le Brexit accroît encore la probabilité que cette
situation dure longtemps. Or, cet environnement pourrait éroder le modèle économique des
banques et des assureurs et inciter les investisseurs à une plus grande prise de risque et à
investir dans des actifs peu liquides ;
l’hypothèse d’une re-tarification brutale des actifs financiers apparaît plus prégnante qu’en 2015
et pourrait être déclenchée par la survenue d’un événement mal anticipé par les marchés, dans
un contexte géopolitique incertain. Sur le marché obligataire, par exemple, le stock des titres à
taux désormais négatifs et la quasi-disparition des primes de risques témoignent d’une
déconnexion entre la situation des emprunteurs et les valorisations ;
la stabilité de la croissance mondiale comme l’absence d’inflation n’ont pas permis de réduire le
risque de crédit, et la hausse de l’endettement peine à se traduire en investissement productif
capable de relancer la croissance ;
certaines évolutions structurelles à l’œuvre sur les marchés, comme la concentration des risques
au sein des chambres de compensation ou le développement de la gestion passive obligent à
une vigilance particulière.
Dans le même temps, d’autres risques pointés par le passé semblent se stabiliser, à l’image de la
fragmentation des marchés ou des difficultés des entreprises – notamment les PME – à accéder au
financement par les marchés.
A propos de l’AMF
Autorité publique indépendante, l’AMF est chargée de veiller à la protection de l’épargne investie en produits financiers,
à l’information des investisseurs et au bon fonctionnement des marchés. Visitez notre site www.amf-france.org
Suivez-nous sur Twitter https://twitter.com/AMF_actu
Suivez nous aussi en vidéos sur notre chaîne Youtube
Direction de la communication de l’AMF - Christèle Fradin - Tél : +33 (0)1 53 45 60 29 ou +33 (0)1 53 45 60 28
1/1
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
23 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler