close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

cameroun: bulletin hebdomadaire #8 protection

IntégréTéléchargement
CAMEROUN: BULLETIN HEBDOMADAIRE #8
PROTECTION
PERSONNES DEPLACEES INTERNES (PDIs)
3-9 juillet 2016
Situation Sécuritaire
Des attaques et des incursions des combattants de Boko Haram en territoire camerounais ont été enregistrés cette
semaine. En effet, dans la nuit du 9 au 10 juillet, trois civils ont été tués dans la localité d’Aldjé dans le département du
Mayo Sava et plusieurs maisons ont été incendiées. La localité de Kolofata a connu deux attaques kamikazes qui ont
occasionné des morts et blessés. La population est en alerte ainsi que les forces de sécurité.
Presque tous les jours, des villages sont incendiés, pillés, des éleveurs et des pêcheurs assassinés et des troupeaux
de bétails emportés. Les combattants de Boko Haram semblent se limiter à des opérations de prédation principalement
dans les zones rurales, ce qui tend à renforcer la crise humanitaire dans la région.
Monitoring de protection
Comparativement à la situation de protection de la
semaine dernière au cours de laquelle 24 incidents de
protection avaient été identifiés, la semaine sous-revue a
permis d’en détecter 25. Le département de Mayo Sava
a été le plus affecté avec 48% des incidents, suivi de
Logone et Chari avec 32% et Mayo Tsanaga avec 20%.
Les incidents les plus fréquents été les violations du
droit à la vie et l’intégrité physique avec 17 cas (64%),
suivi des violations du droit à la propriété avec 7 cas
(28%) et 1 cas de violation du droit à la liberté de
mouvement (4%).
Protection de l’enfance
Pendant la période en revue, une évaluation de la
situation des enfants à risque a été organisée par le HCR
et Intersos dans les différents départements. Dans le
département du Mayo Tsanaga, précisément dans la
localité de Kossehone, 27 enfants non accompagnés (13
filles et 14 garçons) ont été identifiés. Parmi eux, 20 sont
pris en charge par le partenaire Action Locale pour un
Développement Participatif et Autogéré (ALDEPA) qui
assure la prise en charge matérielle. Le référencement
au CICR est en cours pour les activités de recherche de
famille. L’analyse de l’évaluation a montré que ces
enfants sont arrivés il y'a environ 6 mois dans les
différentes localités suite aux différentes attaques et
incursions dans les villages. Des solutions alternatives
ont été trouvées avec la collaboration des chefs
traditionnelles et des centres sociaux du Ministère des
Affaires sociales (MINAS). Certains ont été places dans
des familles d’accueil et d’autres vivent avec un membre
éloigné de leurs familles, tous vulnérables. Ces enfants
ne sont pas scolarisés et pour survivre certains font des
petits commerces ambulants.
Gaps :
Les risques de protection auxquels sont exposés les
enfants sont les risques d’enlèvements, l’exploitation
et l’abus, les enrôlements forces, les violences basées
sur le genre, la maltraitance et la négligence, le travail
des enfants.
Les gaps dans le cadre de la prise ne charge de ces
enfants sont l’absence d’infrastructures de protection,
la fermeture des établissements scolaires
dans
certaines zones limitant l’accès à l’éducation de ces
enfants, la prise en charge des enfants handicapes,
l’accès à l’aide humanitaires, l’insuffisance de
l’assistance matérielle et la prise en charge
psychosociale pour leur bien-être.
Distribution d’assistance
Suite de l’évaluation des 6 derniers mois par le secteur
sécurité alimentaire, il ressort que 55 591 personnes
déplacées et 35 333 personnes retournées restent à
couvrir en termes de vivres et matériels de production
agricole dans les différents projets.
Une mobilisation des fonds est nécessaire pour combler
ce gap.
Activités de sensibilisation et prise en charge
Cette semaine, Intersos a organisé deux sensibilisations
de masse à Mokolo sur le thème : « Protection et les
services disponibles » pour 134 participants dont 50
femmes, 30 garçons, 28 filles et 26 hommes.
Un total de 1 027 personnes (786 personnes déplacées
et 421 membres de la communauté hôte) ont aussi été
sensibilisées à travers des causeries éducatives,
sensibilisation porte à porte et sensibilisation de masse
sur le thème « Soutenir et réactiver les réseaux
communautaires positifs de prévention des VBG, sur les
différents types de VBG et la nécessité de les
dénoncer ». Les participants aux différentes séances de
sensibilisation sont informés, éduqués et conscientisés
sur les VBG et leurs conséquences.
Contacts:
Roseline Okoro, Deputy Representative (Protection), UNHCR
Cameroun, okoro@unhcr.org
Francesco Ardisson, Senior ProCap Protection Officer,
ardisson@unhcr.org
------------------------------------------------------------------------------Ce bulletin reflète l’action de tous les membres du groupe de travail Protection impliqués
dans la réponse à la situation des personnes déplacées internes au Cameroun.
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
344 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler