close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Blocage autochtone en vue à Anticosti

IntégréTéléchargement
Nos ponts avec le passé Une série sur ces
ouvrages reliant les lieux et les gens Page A 2
Page B 8
◆
VO L . C V I I
No 1 5 4
LE
www.ledevoir.com
DEVOIR,
LE
MARDI
12
◆
JUILLET
2016
A CCUSATIONS
TA X E S
= 1 , 5 0 S|
Les Innus demanderont une
injonction pour empêcher
l’exploration pétrolière.
Et ils songent à occuper l’île
pour bloquer tout projet.
HÉLÈNE BUZZETTI
Correspondante parlementaire
à Ottawa
reize ans jour pour jour après
le décès de Zhara Kazemi enT
tre leurs mains, les autorités ira-
VOIR PAGE A 8 : H O O D FAR
1 , 3 0 S| +
Blocage
autochtone
en vue à
Anticosti
Homa
Hoodfar,
monnaie
d’échange
pour l’Iran?
niennes ont annoncé lundi qu’elles
déposaient des accusations — encore non précisées — contre une
autre Canado-Iranienne, la professeure de l’Université Concordia
Homa Hoodfar. Un cas, selon les
spécialistes, qui illustre à quel
point le Canada a fait erreur en fermant son ambassade à Téhéran et
qui pour rait être utilisé comme
monnaie d’échange pour accélérer
la normalisation des relations entre les deux pays.
M m e Hoodfar, 65 ans, était en
voyage en Iran pour visiter de la famille et mener des recherches sur
le terrain. La sociologue et anthropologue a été arrêtée une première
fois en mars et relâchée sous caution, puis ar rêtée à nouveau le
6 juin. On soupçonne que l’intérêt
de la chercheuse pour le féminisme
dans le monde musulman dérange
le régime. L’Iran a annoncé lundi
que des accusations avaient été déposées contre elle. Pour l’heure, la
famille en ignore la teneur.
« Comme vous, nous avons lu la
nouvelle, mais bien que le procureur ait fait son annonce dans les
médias, ni l’avocat de Homa ni sa
famille n’ont été informés des accusations por tées contre elle. Pour
cette raison, la famille préfère attendre d’avoir plus de détails avant de
commenter », explique par courriel
la nièce de Mme Hoodfar, Amanda
Ghahremani.
Un appel placé à l’« interest section » de l’ambassade du Pakistan à
MUSIDOZ
Politique
culturelle
La culture,
c’est aussi
l’architecture
CAROLINE MONTPETIT
es représentants de la communauté innue
L
de Mingan s’apprêtent à déposer une demande d’injonction pour invalider l’autorisation
CAROLINE MONTPETIT LE DEVOIR
Le gouvernement a autorisé récemment Hydrocarbures Anticosti à réaliser trois forages avec fracturation sur l’île.
Ces travaux financés majoritairement par l’État québécois doivent débuter cet été, pour être achevés en 2017.
C’est l’opérateur des travaux sur le terrain, l’entreprise Pétrolia, qui dirigera les opérations.
A UJOURD ’ HUI
A PPLICATION
de réaliser trois forages avec fracturation à Anticosti, accordée par le gouvernement du Québec à Hydrocarbures Anticosti,
le 15 juin dernier. Si l’injonction
n’est pas accordée, les membres de la communauté innue
ont l’intention d’aller car rément occuper l’île d’Anticosti
pour empêcher les forages.
C’est ce qu’a dit lundi au Devoir le chef de la communauté
innue de Mingan, Jean-Charles Jean-Charles
Piétacho, alors qu’il se rendait Piétacho
à Niagara pour assister à un
rassemblement de l’Assemblée des Premières
Nations du Canada (APN). M. Piétacho comptait également présenter une résolution à
l’APN pour aller chercher le soutien d’autres
membres des Premières Nations du Canada
contre la prospection et l’exploitation du pétrole à Anticosti.
Idéalement, cette injonction devrait être déposée avant le 15 juillet, soit 30 jours avant que
soient délivrées les autorisations, explique
Me David Shulze, l’avocat de la communauté innue dans ce dossier. Cependant, ce délai pourrait être assoupli du fait que plusieurs informations sont manquantes au dossier, entre autres
des données en hydrologie. « On a demandé à
consulter les autres documents, mais ils nous ont
été refusés. On nous a renvoyés à la loi d’accès à
l’information », poursuit Me Schulze. « L’obtention de ces documents nous permettrait d’obtenir
l’avis d’autres experts sur le sujet. »
VOIR PA GE A 8 : ANTICOSTI
MOBILE
Un Pokémon près de chez vous
Vingt ans après leur naissance, les Pokémon
font un retour en force et envahissent désormais les lieux qui vous entourent grâce à Pokémon Go, le nouveau jeu pour téléphone mobile dont tout le monde parle. Une application
qui, en quelques jours à peine, a conquis les
cœurs et enflammé la Bourse.
KARL RETTINO-PARAZELLI
Actualités › Francisation des
immigrants. Québec admet avoir
été trop « passif ». Page A 3
Les Sports › Le Canadien de
Montréal déménagera son clubécole à Laval. Page B 6
Avis légaux.................. A 4
Décès............................ B 4
Météo............................ B 2
Mots croisés............... B 6
Petites annonces ...... B 4
Sudoku......................... B 6
A
près avoir résisté pendant quelques
jours, Véronique Tremblay, 28 ans,
a succombé dimanche soir. Son copain et elle ont téléchargé l’application Pokémon Go et sont descendus
dans la rue. Entre 22 h et 3 h du matin, elle a « attrapé » plus de 30 Pokémon différents. « Je capotais. Je n’en revenais pas de voir que je marchais
dans mon quartier et que des Pokémon se présentaient devant moi. C’est un rêve de jeunesse. »
Avec Pokémon Go, ce sont des centaines de
milliers d’utilisateurs comme elle qui sont retombés en enfance depuis le lancement du jeu,
mercredi dernier, et des centaines de milliers
d’autres qui se demandent toujours ce qu’est
un Pokémon.
VOIR PA GE A 8 : P OK É MON
YOUTUBE
Grâce à l’application Pokémon Go, le personnage aviaire Pidgey apparaît dans le
réfrigérateur d’une épicerie.
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
1
Taille du fichier
215 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler