close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

13/07/2016 Lettre de suite d`inspection Radioprotection

IntégréTéléchargement
RÉPUBLIQUE FRANÇAISE
DIVISION DE PARIS
Paris, le 12 juillet 2016
N/Réf. : CODEP-PRS-2016-028118
Institut Curie - Hôpital
26, rue d'Ulm
75005 PARIS
Objet :
Inspection sur le thème de la radioprotection
Installation du service de médecine nucléaire
Identifiant de l’inspection : INSNP-PRS-2016-0784
Références :
Code de l’environnement, notamment ses articles L. 592-19 et suivants.
Code de la santé publique, notamment ses articles L. 1333-17 et R. 1333-98.
Code du travail, notamment le livre IV de la quatrième partie.
Monsieur,
Dans le cadre des attributions de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) en références, concernant le contrôle de la
radioprotection, une inspection a eu lieu le 6 juillet 2016 dans votre établissement.
Je vous communique ci-dessous la synthèse de l’inspection ainsi que les principales demandes et observations qui
en résultent.
Les demandes et observations relatives au respect du code du travail relèvent de la responsabilité de l’employeur
ou de l'entreprise utilisatrice tandis que celles relatives au respect du code de la santé publique relèvent de la
responsabilité du titulaire de l’autorisation délivrée par l’ASN.
Synthèse de l’inspection
L’inspection a porté sur l’organisation de la radioprotection au sein du service de médecine nucléaire. Au cours
de l'inspection, un examen des dispositions prises pour assurer la radioprotection des patients, des travailleurs et
de l’environnement a été effectué.
Les inspecteurs ont rencontré le médecin nucléaire titulaire de l’autorisation, le médecin nucléaire responsable du
service de médecine nucléaire, la personne compétente en radioprotection (PCR) et la responsable de l’unité
compétente en radioprotection (UCR), la radiophysicienne du service, le responsable de la physique médicale de
l’établissement, la radiopharmacienne, la cadre de santé et le médecin du travail.
Les inspecteurs ont visité le service de médecine nucléaire, ainsi que les locaux d'entreposage des déchets et des
effluents liquides radioactifs.
Il ressort de cette inspection que la prise en compte de la radioprotection des patients, des travailleurs et de
l’environnement au sein du service de médecine nucléaire est très satisfaisante. Plusieurs points positifs ont été
notés au cours de l'inspection, en particulier :
- concernant la radioprotection des travailleurs :
- la dispensation aux travailleurs qui accèdent aux zones réglementées du service de médecine
nucléaire de formations à la radioprotection adaptées et très opérationnelles aux postes de travail par
la PCR et la radiopharmacienne ;
- l’exhaustivité des évaluations des risques et analyses de poste et leur analyse au regard des pratiques
réelles ;
- la réalisation des contrôles de radioprotection selon les périodicités réglementaires ;
www.asn.fr
10, rue Crillon • 75194 Paris cedex 04
Téléphone 01 71 28 44 02 • Fax 01 71 28 46 02
-
concernant la radioprotection des patients :
- la bonne prise en compte des principes de justification et d’optimisation, notamment au travers de la
mise en place de protocoles optimisés aux scanners ;
- la gestion de la montée en compétence des nouveaux arrivants avec la mise en place d’une
habilitation par la radiopharmacienne des manipulateurs à la préparation des médicaments
radiopharmaceutiques.
Quelques actions restent à réaliser pour que l'ensemble des dispositions réglementaires relatives à la
radioprotection soit respecté, dont notamment :
- mettre à jour l’autorisation du service suite au départ du titulaire sur un autre centre de l’Institut Curie ;
- compléter le rapport de conformité à la décision n°2013-DC-0349 de l’ASN pour le scanner couplé à la
gamma-caméra ;
- compléter les plans de prévention et rapports de contrôles internes de radioprotection ;
- veiller à l’exhaustivité et à la traçabilité des contrôles internes de radioprotection.
Les constats relevés et les actions à réaliser sont détaillés ci-dessous.
Demandes d’actions correctives relatives au service de médecine nucléaire
•
Modification d’autorisation
Conformément à l’article R. 1333-39 du code de la santé publique, tout changement concernant le déclarant ou le titulaire de
l'autorisation, tout changement d'affectation des locaux destinés à recevoir des radionucléides ou des dispositifs émetteurs de
rayonnements ionisants, toute extension du domaine couvert par l'autorisation initiale, toute modification des caractéristiques d'une
source de rayonnements ionisants détenue, utilisée ou distribuée, doit faire l'objet d'une nouvelle déclaration ou d'une nouvelle demande
d'autorisation auprès de l'Autorité de sûreté nucléaire dans les formes mentionnées, selon le cas, aux sous-sections 2 ou 3 de la
présente section.
Il a été indiqué aux inspecteurs que suite à une réorganisation récente, les directions des services de médecine
nucléaire des sites de Paris et Saint-Cloud de l’Institut Curie étaient désormais séparées et que le titulaire actuel
de l’autorisation du service de médecine nucléaire du site de Paris était dorénavant uniquement localisé sur le site
de Saint-Cloud. Le service a indiqué son souhait de faire porter l’autorisation par le nouveau chef de service du
site de Paris.
A.1.
Je vous demande de déposer une demande de modification de votre autorisation afin de tenir
compte de ces changements.
•
Conformité à la décision n°2013-DC-0349 de l’ASN
Conformément à l’article 2 de la décision n° 2013-DC-0349 de l’ASN du 4 juin 2013, la présente décision est applicable aux
installations comportant des appareils électriques fonctionnant sous une haute tension inférieure ou égale à 600 kV et destinés à
émettre des rayonnements X, mobiles ou non, utilisés à poste fixe ou couramment dans un même local. Les exigences définies dans la
présente décision s’appliquent directement à l’enceinte indépendamment du local dans lequel elle est installée. La présente décision ne
s’applique pas aux salles d’hospitalisation où ne sont effectués que des examens radiographiques au lit du patient.
Conformément à l’article 3 de la décision n° 2013-DC-0349 de l’ASN du 4 juin 2013, l’aménagement et l’accès des installations
mentionnées à l’article 2 sont conformes :
- soit aux exigences de radioprotection fixées par la norme française homologuée NF C 15-160 dans sa version de mars 2011,
modifiées et complétées par les prescriptions annexées à la présente décision ;
- soit à des dispositions équivalentes dûment justifiées.
La vérification du respect des prescriptions mentionnées ci-dessus est consignée dans le rapport de conformité prévu à l’article 5 de la
norme NF C 15-160 dans sa version de mars 2011, comportant notamment les éléments permettant de justifier les paramètres de
calcul utilisés pour la conception de l’installation.
2/8
Conformément à l’article 7 de la décision n° 2013-DC-0349 de l’ASN du 4 juin 2013, les installations mises en service avant le
1er janvier 2016 qui répondent simultanément à la norme NF C 15-160 dans sa version de novembre 1975 avec son amendement
A1 de septembre 1984 et aux règles particulières, selon le domaine considéré, fixées par les normes complémentaires NF C 15-161
de décembre 1990, NF C 15-162 de novembre 1977, NF C 15-163 de décembre 1981 avec son amendement A1 d’avril 2002 et
NF C 15-164 de novembre 1976 sont réputées conformes à la présente décision dès lors qu’elles restent conformes à ces normes.
Conformément à l’article 4 de la décision n° 2013-DC-0349 de l’ASN du 4 juin 2013, toute modification des paramètres de
calcul donne lieu à une mise à jour du rapport de conformité mentionné à l’article 3.
Des rapports de conformité à la décision n°2013-DC-0349 de l’ASN ont été établis pour les deux scanners du
service de médecine nucléaire.
Néanmoins, les inspecteurs ont constaté des incomplétudes au niveau du rapport du scanner couplé à la gammacaméra : la note de calcul n’est pas présente dans le rapport, tout comme la partie relative aux vérifications des
systèmes de sécurité (arrêt d’urgence, dispositif de déverrouillage, dispositif de sécurité aux portes) et les mesures
de fuites de rayonnement et d’ambiance, incluant un plan côté précisant les points de mesure.
A.2.
Je vous demande de compléter et de me transmettre le rapport de conformité à la décision
n°2013-DC-0349 de l’ASN du scanner couplé à la gamma-caméra.
•
Analyses de postes
Conformément à l’article R. 4451-11 du code du travail, dans le cadre de l'évaluation des risques, l'employeur, en collaboration, le
cas échéant, avec le chef de l'entreprise extérieure ou le travailleur non salarié, procède à une analyse des postes de travail qui est
renouvelée périodiquement et à l'occasion de toute modification des conditions pouvant affecter la santé et la sécurité des travailleurs.
Conformément à l’article R. 4451-44 du code du travail, en vue de déterminer les conditions dans lesquelles sont réalisées la
surveillance radiologique et la surveillance médicale, les travailleurs susceptibles de recevoir, dans les conditions habituelles de travail,
une dose efficace supérieure à 6 mSv par an ou une dose équivalente supérieure aux trois dixièmes des limites annuelles d'exposition
fixées à l'article R. 4451-13, sont classés par l'employeur dans la catégorie A, après avis du médecin du travail.
Conformément à l’article R. 4451-46 du code du travail, les travailleurs exposés aux rayonnements ionisants ne relevant pas de la
catégorie A sont classés en catégorie B dès lors qu'ils sont soumis dans le cadre de leur activité professionnelle à une exposition à des
rayonnements ionisants susceptible d'entraîner des doses supérieures à l'une des limites de dose fixées à l'article R. 1333-8 du code de
la santé publique.
Des analyses de poste ont été rédigées pour l’ensemble des travailleurs du service. Ces analyses sont argumentées
et prennent en compte les différentes voies d’exposition des travailleurs. Cependant, l’analyse de poste de la
physicienne médicale ne prend en compte que son exposition liée à l’activité de médecine nucléaire, alors que
celle-ci intervient aussi en imagerie.
A.3.
Je vous demande de compléter les analyses de poste des travailleurs exposés, en cumulant
l’ensemble des activités auxquelles ils participent. En fonction du résultat, vous réviserez ou
confirmerez le classement de ces travailleurs.
•
Co-activité et coordination des mesures de prévention
Conformément à l’article R. 4451-8 du code du travail, lorsque le chef de l'entreprise utilisatrice fait intervenir une entreprise
extérieure ou un travailleur non salarié, il assure la coordination générale des mesures de prévention qu'il prend et de celles prises par
le chef de l'entreprise extérieure ou le travailleur non salarié, conformément aux dispositions des articles R. 4511-1 et suivants. A cet
effet, le chef de l'entreprise utilisatrice communique à la personne ou au service compétent en radioprotection, mentionnés aux articles
R. 4451-103 et suivants, les informations qui lui sont transmises par les chefs des entreprises extérieures en application de l'article
R. 4511-10. Il transmet les consignes particulières applicables en matière de radioprotection dans l'établissement aux chefs des
3/8
entreprises extérieures qui les portent à la connaissance des personnes compétentes en radioprotection qu'ils ont désignées. Chaque chef
d'entreprise est responsable de l'application des mesures de prévention nécessaires à la protection des travailleurs qu'il emploie,
notamment, de la fourniture, de l'entretien et du contrôle des appareils et des équipements de protection individuelle et des instruments
de mesures de l'exposition individuelle. Des accords peuvent être conclus entre le chef de l'entreprise utilisatrice et les chefs des
entreprises extérieures ou les travailleurs non-salariés concernant la mise à disposition des appareils et des équipements de protection
individuelle ainsi que des instruments de mesures de l'exposition individuelle.
Conformément à l’article R. 4451-43 du code du travail, les chefs des entreprises extérieures déterminent les moyens de protection
individuelle pour leurs propres travailleurs compte tenu des mesures prévues par le plan de prévention établi en application de l'article
R. 4512-6.
Conformément à l'article R. 4451-113 du code du travail, lorsqu'une opération comporte un risque d'exposition aux rayonnements
ionisants pour des travailleurs relevant d'entreprises extérieures ou pour des travailleurs non-salariés, le chef de l'entreprise utilisatrice
associe la personne compétente en radioprotection à la définition et à la mise en œuvre de la coordination générale des mesures de
prévention prévue à l'article R. 4451-8. A ce titre, la personne compétente en radioprotection désignée par le chef de l'entreprise
utilisatrice prend tous contacts utiles avec les personnes compétentes en radioprotection que les chefs d'entreprises extérieures sont tenus
de désigner.
Conformément à l’article R. 4512-6 du code du travail, au vu des informations et éléments recueillis au cours de l’inspection
commune préalable, les chefs des entreprises utilisatrice et extérieure procèdent en commun à une analyse des risques pouvant résulter
de l’interférence entre les activités, installations et matériels. Lorsque ces risques existent, les employeurs arrêtent d’un commun accord,
avant le début des travaux, un plan de prévention définissant les mesures prises par chaque entreprise en vue de prévenir ces risques.
Des plans de prévention ont été rédigés avec certaines entreprises extérieures susceptibles d’intervenir en zone
réglementée. Cependant, ces plans de prévention ne définissent pas les responsabilités de l’entreprise extérieure
et de l’entreprise utilisatrice en termes de radioprotection (formation à la radioprotection, port de la dosimétrie,
etc.). Par ailleurs, au jour de l’inspection, certains de ces plans de prévention n’avaient pas encore été signés.
A.4.
Je vous demande de compléter vos plans de prévention afin que les dispositions relatives à la
prévention des risques liés à l’exposition aux rayonnements ionisants, prises respectivement par
l’entreprise extérieure d’une part et votre établissement d’autre part, soient clairement
explicitées. Je vous demande de veiller à établir ce type de document avec l’ensemble de vos
prestataires intervenant en zone réglementée.
•
Contrôles internes de radioprotection
Conformément à l’article R. 4451-29, l'employeur procède ou fait procéder à un contrôle technique de radioprotection des sources et
des appareils émetteurs de rayonnements ionisants, des dispositifs de protection et d'alarme ainsi que des instruments de mesure
utilisés.
Ce contrôle technique comprend, notamment :
1° Un contrôle à la réception dans l'entreprise ;
2° Un contrôle avant la première utilisation ;
3° Un contrôle lorsque les conditions d'utilisation sont modifiées ;
4° Un contrôle périodique des sources et des appareils émetteurs de rayonnements ionisants ;
5° Un contrôle périodique des dosimètres opérationnels mentionnés à l'article R. 4451-67 et des instruments de mesure utilisés
pour les contrôles prévus au présent article et à l'article R. 4451-30, qui comprend une vérification de leur bon fonctionnement
et de leur emploi correct ;
6° Un contrôle en cas de cessation définitive d'emploi pour les sources non scellées.
Conformément à l'article 3 la décision n°2010-DC-0175 de l’ASN du 4 février 2010 précisant les modalités techniques et les
périodicités des contrôles prévus aux articles R. 4451-29 et R. 4451-30 du code du travail ainsi qu'aux articles R. 1333-7 et R.
1333-95 du code de la santé publique, l’employeur définit un programme des contrôles internes :
- les modalités et les périodicités des contrôles techniques de radioprotection des sources et des appareils émetteurs de rayonnements
ionisants, les contrôles d’ambiance et les contrôles de la gestion des sources et des déchets sont définies en annexe 1 et 3 de cette
même décision ;
4/8
-
les modalités et les périodicités des contrôles internes des appareils de mesure et des dispositifs de protection et d’alarme sont
définies en annexe 1 et 2 de cette même décision.
Conformément à l'article 4 la décision n°2010-DC-0175 de l’ASN du 4 février 2010 précisant les modalités techniques et les
périodicités des contrôles prévus aux articles R. 4451-29 et R. 4451-30 du code du travail ainsi qu'aux articles R. 1333-7 et R.
1333-95 du code de la santé publique, les contrôles externes et internes définis à l’article 2 font l’objet de rapports écrits, mentionnant
la date, la nature et la localisation des contrôles, les noms et qualités de la ou des personnes les ayant effectués ainsi que les éventuelles
non-conformités relevées. Ces rapports sont transmis au titulaire de l’autorisation ou au déclarant de l’installation contrôlée ainsi qu’à
l’employeur. Ils sont conservés par ce dernier pendant une durée de dix ans. L’employeur tient ces rapports à disposition des agents de
contrôle compétents et du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail ou, à défaut, des délégués du personnel.
Il a été indiqué aux inspecteurs que les contrôles internes des sources scellées du service n’étaient pas réalisés.
Par ailleurs, les inspecteurs ont constaté que les seuils d’acceptabilité des mesures n’étaient pas toujours précisés
dans les rapports de contrôles internes et que les actions correctives mises en place pour lever les nonconformités ne sont pas tracées.
A.5.
Je vous demande de veiller à l’exhaustivité de la réalisation des contrôles internes de
radioprotection et de la traçabilité de la levée des non-conformités relevées.
•
Contrôles d’ambiance
Conformément à l’article R. 4451-30 du code du travail, afin de permettre l'évaluation de l'exposition externe et interne des
travailleurs, l'employeur procède ou fait procéder à des contrôles techniques d'ambiance. Ces contrôles comprennent notamment :
1° En cas de risques d'exposition externe, la mesure des débits de dose externe avec l'indication des caractéristiques des
rayonnements en cause ;
2° En cas de risques d'exposition interne, les mesures de la concentration de l'activité dans l'air et de la contamination des
surfaces avec l'indication des caractéristiques des substances radioactives présentes. Lorsque ces contrôles ne sont pas réalisés de
manière continue, leur périodicité est définie conformément à une décision de l'Autorité de sûreté nucléaire prise en application de
l'article R. 4451-34.
Conformément à la décision n°2010-DC-0175 de l’ASN du 4 février 2010 précisant les modalités techniques et les périodicités des
contrôles prévus aux articles R. 4451-29 et R. 4451-30 du code du travail ainsi qu'aux articles R. 1333-7 et R. 1333-95 du code
de la santé publique, les contrôles d’ambiance consistent notamment en des mesures de débits de dose. Ils doivent être effectués au
moins une fois par mois ou en continu.
Les contrôles techniques internes d’ambiance en continu ou mensuels ne sont pas réalisés pour la salle
d’interprétation.
A.6.
Je vous demande de veiller à ce que les contrôles d’ambiance prévus par la décision n°2010-DC0175 de l’ASN soient réalisés selon les périodicités réglementaires et tracés.
5/8
•
Plan d’organisation de la physique médicale (POPM)
Conformément à l’article 7 de l’arrêté du 19 novembre 2004 modifié, dans les établissements mettant en œuvre des installations
soumises à autorisation en application de l’article R. 1333-24 du code de la santé publique, ainsi que dans les établissements
disposant de structures de radiologie interventionnelle, sans préjudice des conditions techniques de fonctionnement fixées en application
de l’article L. 6124-1 de ce code, le chef d’établissement arrête un plan décrivant l’organisation de la radiophysique médicale au sein
de l’établissement, conformément aux dispositions de l’article 6 du présent arrêté. A défaut de chef d’établissement, ce plan est arrêté
dans les conditions fixées au premier alinéa de l’article 6. Ce plan tient compte des propositions établies par les personnes autorisées à
utiliser les rayonnements ionisants en application de l’article R. 1333-24 du code de la santé publique. Il détermine l’organisation et
les moyens nécessaires en personnel et tient compte notamment des pratiques médicales réalisées dans l’établissement, du nombre de
patients accueillis ou susceptibles de l’être, des contraintes, notamment en temps de travail, découlant de techniques particulières ou
complexes, des compétences existantes en matière de dosimétrie et des moyens mis en œuvre pour la maintenance et le contrôle de
qualité interne et externe des dispositifs mentionnés à l’article R. 5212-28 du code de la santé publique. Dans le cas où l’exécution
d’une prestation en radiophysique médicale est confiée à une personne spécialisée en radiophysique médicale ou à un organisme
disposant de personnes spécialisées en radiophysique médicale, extérieures à l’établissement, une convention écrite doit être établie avec
cette personne ou cet organisme. Ce plan et, le cas échéant, la convention prévue à l’alinéa précédent sont tenus à la disposition des
inspecteurs de radioprotection mentionnés à l’article L. 1333-17 du code de la santé publique.
En collaboration avec la SFPM, l’ASN a publié le guide n°20 (version du 19/04/2013) relatif à la rédaction du Plan
d'Organisation de la Physique Médicale (POPM).
Un plan d’organisation de la physique médicale (POPM) a été élaboré au sein de l’établissement. Néanmoins, les
inspecteurs ont constaté que les tâches réalisées par les physiciens médicaux au sein du service de médecine
nucléaire étaient peu détaillées et que le document n’avait pas été signé par le chef d’établissement. En particulier,
ce document n’indiquait pas la priorisation des tâches à réaliser et leur répartition entre les deux physiciens
intervenant dans le service de médecine nucléaire.
A.7.
Je vous demande de compléter votre POPM en prenant en compte les remarques ci-dessus.
•
Délimitation des zones réglementées
Conformément à l’article 4 de l’arrêté du 15 mai 2006 modifié relatif aux conditions de délimitation et de signalisation des zones
surveillées et contrôlées et des zones spécialement réglementées ou interdites compte tenu de l’exposition aux rayonnements ionisants,
ainsi qu’aux règles d’hygiène, de sécurité et d’entretien qui y sont imposées,[…]
II. A l’exclusion des zones interdites mentionnées aux articles R. 4451-18 à R. 4451-22 du code du travail, qui sont toujours
délimitées par les parois du volume de travail ou du local concerné, lorsque les caractéristiques de la source de rayonnements ionisants,
le résultat des évaluations prévues à l’article 2 et l’aménagement du local le permettent, la zone surveillée ou la zone contrôlée définies
aux articles R. 4451-18 à R. 4451-22 du code du travail peut être limitée à une partie du local ou à un espace de travail défini
sous réserve que la zone ainsi concernée fasse l’objet :
a) D’une délimitation continue, visible et permanente, permettant de distinguer les différentes zones. Lorsqu’il s’agit de
zones spécialement réglementées prévues aux articles R. 4451-18 à R. 4451-22 du code du travail, les limites sont
matérialisées par des moyens adaptés afin de prévenir tout franchissement fortuit ;
b) D’une signalisation complémentaire mentionnant leur existence, apposée de manière visible sur chacun des accès au
local.
Les inspecteurs ont constaté que les zones réglementées n’étaient pas identifiées sur le plan présent à l’accès du
local de stockage des déchets.
A.8.
Je vous demande de veiller à la mise en place d’une signalisation systématique des zones
réglementées ainsi qu’à l’affichage du règlement de zone (consignes d’accès, de travail et de
sécurité) tels que prévus par la réglementation.
6/8
•
Consignes de travail en zone réglementée
Conformément à l’article R. 4451-23 du code du travail, à l'intérieur des zones surveillée et contrôlée, les sources de rayonnements
ionisants sont signalées et les risques d'exposition externe et, le cas échéant, interne font l'objet d'un affichage remis à jour
périodiquement. Cet affichage comporte également les consignes de travail adaptées à la nature de l'exposition et aux opérations
envisagées.
Les inspecteurs ont noté que les consignes d’accès et de sécurité du vestiaire chaud étaient affichées sur la porte
coulissante donnant accès à celui-ci depuis le vestiaire froid et n’étaient donc pas visibles lorsque cette porte était
ouverte.
A.9.
Je vous demande de veiller à la visibilité de l’affichage des consignes d’accès et de sécurité des
zones réglementées.
•
Entreposage des dosimètres passifs en-dehors des périodes d’utilisation
Conformément à l’annexe 1 de l’arrêté du 17 juillet 2013 relatif à la carte de suivi médical et au suivi dosimétrique des travailleurs
exposés aux rayonnements ionisants, prévoit que « hors du temps de port, le dosimètre est entreposé selon les conditions stipulées par
l’organisme de dosimétrie. Dans un établissement, chaque emplacement d’entreposage comporte en permanence un dosimètre témoin,
identifié comme tel, non destiné aux travailleurs et qui fait l’objet de la même procédure d’exploitation que les autres dosimètres ».
Les inspecteurs ont constaté qu’en dehors des périodes d’utilisation, les dosimètres passifs sont entreposés sur un
tableau situé dans le vestiaire chaud, et donc en zone réglementée.
A.10.
Je vous demande de veiller à ce que les dosimètres passifs, hors période de port, ainsi que le
dosimètre témoin, soient entreposés à un endroit accessible à tous les opérateurs, à l’abri de
toutes sources de rayonnements.
A.bis
Demandes d’actions correctives relatives à l’établissement
•
Gestion des déchets et régime administratif
Conformément à l’article 17 de la décision n° 2008-DC-0095 de l’ASN du 29 janvier 2008, les déchets contenant ou contaminés
par des radionucléides de période supérieure à 100 jours sont gérés dans des filières autorisées pour la gestion des déchets radioactifs.
Conformément à l’article L. 1333-4 du code de la santé publique, l’utilisation et la détention d’appareil mettant en œuvre des
rayonnements ionisants doivent faire l’objet d’une demande d’autorisation ou d’une déclaration auprès de la division territorialement
compétente de l’ASN. En outre, toute modification concernant l’équipement technique des installations où sont utilisés les dispositifs
émetteurs de rayonnements ionisants (sans modification des conditions de radioprotection) doivent faire l’objet d’une information écrite
de l’ASN par le déclarant.
Il a été indiqué aux inspecteurs la présence dans l’établissement de déchets et équipements contaminés,
notamment, au tritium, pour lesquels les démarches de reprise sont en cours. Ces éléments ne sont pas couverts
par une autorisation.
A.11.
Je vous demande de faire reprendre les déchets mentionnés ci-dessus par une filière adaptée
pour la gestion de ces déchets radioactifs.
A.12.
Dans l’attente de la reprise de ces déchets, je vous demande de régulariser leur situation
administrative auprès de l’ASN en déposant une demande d’autorisation.
7/8
Compléments d’information
Sans objet.
Observations
•
Modification d’autorisation
Conformément à l’article R. 1333-39 du code de la santé publique, tout changement concernant le déclarant ou le titulaire de
l'autorisation, tout changement d'affectation des locaux destinés à recevoir des radionucléides ou des dispositifs émetteurs de
rayonnements ionisants, toute extension du domaine couvert par l'autorisation initiale, toute modification des caractéristiques d'une
source de rayonnements ionisants détenue, utilisée ou distribuée, doit faire l'objet d'une nouvelle déclaration ou d'une nouvelle demande
d'autorisation auprès de l'Autorité de sûreté nucléaire dans les formes mentionnées, selon le cas, aux sous-sections 2 ou 3 de la
présente section.
Le service a fait part aux inspecteurs de ses projets d’utilisation d’un nouveau radionucléide, le radium 223, et de
réalisation d’actes au bloc opératoire, local non couvert par l’autorisation actuellement en vigueur.
.Il conviendra de déposer une demande de modification de votre autorisation lors de la mise en place
de ces projets pour prendre en compte ces nouveaux éléments.
Vous voudrez bien me faire part, sous deux mois, des remarques et observations, ainsi que des dispositions que
vous prendrez pour remédier aux constatations susmentionnées. Pour les engagements que vous prendriez, je
vous demande de les identifier clairement et d’en préciser, pour chacun, l’échéance de réalisation.
Enfin, conformément à la démarche de transparence et d’information du public instituée par les dispositions de
l’article L. 125-13 du code de l’environnement, je vous informe que le présent courrier sera mis en ligne sur le
site Internet de l’ASN (www.asn.fr).
Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’assurance de ma considération distinguée.
Le Chef de la Division de Paris
SIGNEE PAR : B. POUBEAU
8/8
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
187 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler