close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

"justice sociale".

IntégréTéléchargement
Leçon 3 pour le 16 juillet 2016
Dieu voulait que son peuple soit une nation prospère. Pour cela,
il a donné de justes lois et qui favorisaient aussi les nécessiteux.
C'est ce que nous connaissons comme "justice sociale".
. « Tu n'exploiteras pas l'immigré. »
. « Vous n'affligerez jamais la veuve ni l'orphelin. »
. « Tu ne suivras pas la multitude pour faire du mal. »
. « Tu ne favoriseras pas le pauvre dans son procès. »
. « Ton ennemi… tu l'aideras, tu
ne l'abandonneras pas »
. « Tu ne porteras pas atteinte au
droit du pauvre… »
. « Tu t'abstiendras de toute parole
mensongère. »
. « Tu n'accepteras pas de pot-de-vin. »
. « Tu abandonneras cela (les grappes, les
grains tombés) au pauvre et à l'immigré. »
Dieu a ordonné à Israël
l’observation de trois types
de sabbat (de repos) :
Lévitique
25.8-12 :
l'année du
jubilé, chaque
cinquantième
année.
Exode 20.8-11 :
le sabbat
hebdomadaire
(l'unique
observance
universelle).
« La miséricorde
et la justice sont
également mises
en lumière dans
les lois du sabbat
données à Israël. »
(Guide d’étude de la Bible, p. 18.)
Lévitique
25.3-7:
l'année
sabbatique,
pour le repos
des terres
cultivables.
Qu'en est-il de «justice sociale» dans chacun de ces repos ?
Le Sabbat
hebdomadaire
L’année
sabbatique
L'année
du jubilé
« Tu ne feras aucun travail… ni ton serviteur, ni ta servante, ni tes
bêtes, ni les immigrés qui sont dans tes villes. » Exode 20.10
Tout le fruit du champ cette année était pour les pauvres.
Ce qui restait, était pour les animaux. Exode 23.11; Lévitique 25.3-11
Les propriétés retournaient à leurs maîtres d’origine. Lévitique 25.10
Les dettes étaient remises. Lévitique 25.28
Les esclaves étaient libérés. Lévitique 25.40-41
« Qu’elle serait différente, la condition actuelle
du monde, au point de vue moral, spirituel
et temporel, si cette loi de Dieu concernant
les pauvres était mise en pratique! Au lieu de
l’égoïsme et de la suffisance, on verrait un tel
déploiement de sollicitude et de bienveillance
à l’égard du prochain que le paupérisme,
si fréquent en bien des pays, n’existerait plus. »
(E. G. White, Patriarches et Prophètes, ch. 51, p. 523.)
Les prophètes ont souvent parlé en faveur des nécessiteux,
appelant le peuple de Dieu à se repentir d’avoir maltraité
les marginalisés et les nécessiteux. Dieu rejette le culte de
ceux qui commettent de telles choses.
« Apprenez à faire du bien, cherchez
l'équité, redressez l'oppresseur, rendez
justice à l'orphelin, défendez la veuve. »
(Ésaïe 1.17)
« Pourquoi jeûnons-nous ? Tu ne le vois pas ! Pourquoi
nous privons-nous ? Tu ne le sais pas ! Le jour où vous
jeûnez, vous vaquez à vos propres affaires et vous
pressez tous vos ouvriers. » (Ésaïe 58.3)
« Le jeûne que je préconise, n'est-ce pas plutôt ceci : détacher les
chaînes de la méchanceté, dénouer les liens du joug, renvoyer libres ceux
qu'on écrase, et rompre tout joug ? Ne s'agit-il pas de partager ton pain
avec celui qui a faim et de ramener à la maison les pauvres sans abri ?
De couvrir celui que tu vois nu, et de ne pas t'esquiver devant celui qui
est ta propre chair ? » (Ésaïe 58.6-7)
« Faites droit au
faible et à l'orphelin,
rendez justice
au pauvre et au
déshérité, faites
échapper le faible
et le pauvre,
délivrez-les de la
main des méchants. »
(Psaumes 82.3-4)
La simple croyance dans le Christ ne nous
rend pas chrétien. Le chrétien doit refléter
dans sa vie le caractère de Dieu. Nous devons
être une lumière pour briller dans ce monde.
Au-delà de culte dans l'église, nous devons
vivre en adoration permanente.
Et une forme de culte (comme le montrent
les anciens prophètes) est d'aider les
nécessiteux, de donner aux travailleurs leur
salaire ... En bref, être juste et miséricordieux
(Deutéronome 24.10-22).
« La religion pure et sans souillure
devant celui qui est Dieu et Père
consiste à prendre soin des orphelins
et des veuves dans leur détresse, et à
se garder de toute tâche du monde. »
(Jacques 1.27)
« Le véritable amour pour Dieu se
manifestera toujours. Il ne peut être caché.
Ceux qui gardent les commandements de Dieu
en vérité feront preuve du même amour que
le Christ a montré pour son Père et pour ses
semblables. Celui dans le cœur duquel le
Christ demeure révélera son Sauveur par son
caractère, par son travail en faveur des frères
en la foi, par des paroles aimantes et des actes
miséricordieux. »
(E. G. White, Levez vos yeux en haut, 22 avril, p. 118.)
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
2
Taille du fichier
3 866 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler