close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Champ. suisses simples à Genève - Lausanne

IntégréTéléchargement
CHAMPIONNATS SUISSES SIMPLES
GENÈVE - 16-17.07.2016
DEUX BELLES MÉDAILLES POUR LES ATHLÈTES DU LS
C'est à Genève qu'on peut localiser les débuts de l'athlétisme en Suisse. C'est en effet là que, le 1er juillet 1906,
ont eu lieu pour la première fois des championnats suisses
d'athlétisme. Organisés par le FC Servette, ces championnats ont mis en vedette Emile Mugnier (CA Genève), qui
s'était imposé sur 100 m. en 11"2 et sur 400 m. en 56"0,
avec deux records suisses retentissants à l'époque. Depuis
cette première, les clubs de Genève ont eu la chance
d'être les hôtes de ces championnats suisses simples à dix
autres reprises, dont les trois dernières en 1972 avec en vedettes Meta Antenen et Michel Patry (2,15 m. en hauteur), en 1985 avec l'avènement d'un lanceur
à l'avenir prometteur nommé Werner Günthör et en 2001 avec des athlètes fribourgeois ou broyards
en feu comme jamais sur 100 m, 400 m., 1500 m. et en hauteur. Bref, ce retour aux sources
représente toujours un très grand moment dans l'histoire de l'athlétisme helvétique et 2016 ne va
pas faire exception, ce d'autant plus que la vague sur laquelle surfent actuellement les athlètes
suisses semble être d'une force rarement atteinte dans notre pays. Au niveau du Lausanne-Sports,
on n'a pas trop à se plaindre non plus, même s'il y a de nouveau eu un lot de forfaits : Joëlle Golay
a mis un terme prématuré à sa saison, Alexane Bornoz est toujours en délicatesse avec sa cuisse,
Pauline Gruffaz avait une autre compétition en France, Alexia Roux soigne une périostite tenace,
alors que Francesco Pellicani a dû rester en Italie pour défendre sa thèse. Pour la première
journée, neuf athlètes du club étaient en lice, essentiellement pour des séries qualificatives. A ce
jeu là, Alain-Hervé Mfomkpa a été fort convaincant sur 400 m. haies avec un facile 52"44 laissant
une marge de manœuvre importante. Son duel avec le Zurichois Dany Brand va être dimanche un
grand moment. Chez les femmes, Delphine Balliger a bien géré son 800 m. en prenant les devants,
ce qui lui a permis de courir à sa main et de se qualifier pour la finale à la place en 2'14"77. Sur 400
m. haies, les forfaits des deux meilleures ont donné de grandes idées aux viennent-ensuite, dont
Gaëlle Overney. Quatrième l'an dernier à Zoug, Gaëlle possède une occasion unique cette année
pour décrocher une place sur le podium. Problème : trois autres athlètes sont sur le coup ! Les
séries se sont en tout cas bien passées avec un minimum d'efforts fournis et un chrono de 1'01"88
pour un ticket en finale facilement obtenu à la place. Derrière, Chloé Oberson n'a pas pu défendre
ses chances de façon optimale. Bandée à la cuisse droite, elle a couru son 400 m. haies en 1'06"13.
Sur 1500 m., Agnès Stürner avait une belle chance d'atteindre elle aussi la finale, à condition
cependant de terminer au pire sixième de la deuxième série, avec un chrono aux alentours de son
record. Malgré la bise tourbillonnante relativement gênante, Agnès a réalisé ce qu'on attendait
d'elle, même si une grosse bourrasque a rendu la chose encore plus difficile à faire dans les
derniers cent mètres. Grâce à ses 4'49"07, elle s'est brillamment qualifiée; bravo à elle ! Dans les
compétitions du jour menant à un titre, quatre athlètes étaient de la partie. Alexia Lienhard a
terminé onzième du marteau avec 36,18 m., soit à quarante et un centimètres de son record établi
l'an dernier lors des championnats vaudois. Sur 100 m., nous avons eu droit à de solides prestations
de la part de Samantha Dagry chez les femmes et de Sylvain Chuard chez les hommes. Auteur d'un
nouveau record personnel à Bulle en 11"84, Samantha Dagry ne voulait pas en rester là et elle nous
l'a montré dès les séries avec un superbe 11"80 (+1,1), puis lors des demi-finales avec un tout aussi
bon 11"82 (+0,8). En finale elle a tenu le choc durant nonante mètres, mais elle a légèrement
flanché dans les dernières foulées, ce qui l'a fait terminer au septième rang en 11"92 (+0,6). Ces
belles performances - au demeurant fort méritées - ont été réalisées avec la manière, ce qui a été
relevé par un bon nombre d'observateurs présents. Sylvain Chuard avait lui aussi été rassuré à Bulle
par son état de forme suite à sa blessure du mois de juin. Pourtant on se demandait comment il
allait pouvoir tenir le choc à Genève, avec trois courses à disputer en quatre heures. Les séries se
sont déroulées par vent contraire et c'est sans doute cela qui allait faire la différence en fin de
journée. Sylvain y a été excellent avec 10"87 (-1,5), puis très impressionnant en demi-finales avec
un 10"71 (-0,3) laissant l'espoir de
décrocher ce podium tant attendu.
Mais la finale a malheureusement rendu
un verdict un peu amer pour lui avec
une cruelle quatrième place en 10"60
(-0,5), à trois centièmes de la médaille
de bronze et à un centième de son
record personnel. La déception est certes très grande pour Sylvain, mais il
faut être lucide : il y a deux semaines,
il ne courait pas à Nottwil car il se
disait qu'à 90% de ses moyens. Deux semaines plus tard, il est presque au top
de sa forme mais encore un peu juste
pour trois courses d'affilée. Sur une
pente ascendante, les semaines à venir
Sylvain Chuard a terminé quatrième du 100 m. en 10"60,
à trois centièmes de la médaille de bronze
devraient très certainement lui permettre de tout mettre définitivement
en place et c'est à ce moment là que les chronos devraient descendre de façon incroyable. On dit
ça car on voit bien que tous les voyants arrivent au vert pour Sylvain. Pour être complet, notons
encore que Jordan Ngom a pris part aux séries du 100 m., mais un peu blessé au talon. Crédité d'un
modeste 11"42, Jordan doit même renoncer au saut en longueur de dimanche.
La deuxième journée a vu la participation de nos quatre athlètes en finale, mais avant cela on a pu
assister aux séries du 200 m. des femmes. Par vent contraire, Sarah Atcho s'est facilement qualifiée
en 24"03 (-0,7), ce qui ne fut pas le cas d'une Samantha Dagry très fatiguée des efforts fournis la
veille sur 100 m. Elle fut la première non-qualifiée en 25"19 (-1,2). Juste avant que les finales ne
commencent, nous avons eu l'agréable surprise de voir Silvain Gertsch venir vers nous. Notre ancien
coureur de 400 m. haies n'était plus revenu dans une compétition depuis des lustres et à l'évocation
de ses exploits passés, il nous est immédiatement venu à l'esprit ses 51"40 réalisés en 2003 sur
cette même piste, ce qui fait toujours de lui le recordman du club chez les U23 M. Il nous a ensuite
parlé "d'un jeune qui est pas mal"… Il pensait à Alain-Hervé Mfomkpa, qu'il n'avait jamais vu courir.
"Attends la finale, Silvain; et tu vas voir ce que tu vas voir", lui a-t-on répondu. Place maintenant
aux finales de l'après-midi avec pour nous le premier point chaud que représentait le 800 m. des
femmes. Delphine Balliger a fait tout juste dans cette course, jusqu'à deux cent mètres de l'arrivée. Mais au moment de l'emballage final, elle n'a pas pu changer de rythme et elle a terminé au
huitième rang en 2'17"36. Sur 1500 m., la néophyte Agnès Stürner a essayé de suivre le tempo, mais
elle aussi n'a pas pu changer de rythme en fin de course. Elle termine douzième en 4'49"18, ce qui
est tout de même pas mal pour des premiers championnats suisses élite. Les deux 400 m. haies
représentaient autant de chances de médailles. Chez les femmes, on l'a dit, elles étaient quatre à
briguer l'une des trois places du podium.
Gaëlle Overney pouvait y croire, et nous
avec elle. Sa course s'est déroulée sans
gros soucis et à l'attaque de la dernière
haie, on s'est aperçu avec stupeur que
trois zurichoises se trouvaient devant
elle. Son joli finish ne fut pas suffisant
pour échapper à la quatrième place en
1'01"24. Malgré cette meilleure performance de la saison, cela ne va sûrement
pas consoler Gaëlle. Elle était en forme,
elle a fait de son mieux, mais la concurrence était hélas meilleure ! Chez les
hommes, Alain-Hervé Mfomkpa avait le
titre suisse en ligne de mire. Parti très
fort, il s'est fait rejoindre par son adversaire le plus sérieux, le Zurichois Dany
Brand. La jonction fut faite à la neuvième haie et les deux hommes étaient au
Alain-Hervé Mfomkpa, magnifique champion suisse du 400 m. haies
taquet pour les septante derniers mètres.
A foulées égales, on s'est dit que le passage de la dernière haie serait absolument déterminant. On
ne pensait pas si bien dire : les deux athlètes sont arrivés au dixième obstacle avec un peu de
retard dans leur rythme et, au même moment, ils ont tous les deux touché la haie avec leur talon.
En déséquilibre, Alain-Hervé s'est magnifiquement repris alors que Dany tombait en avant et culbuttait tout en touchant légèrement le Lausannois, qui s'envolait pourtant vers la victoire. Cette
mésaventure a failli coûter très cher, mais au final les événements ont été totalement favorables à
notre hurdler : il est devenu champion suisse du 400 m. haies en 50"42. Oui, 50"42 ! Alain-Hervé
venait d'améliorer le record du club U23 M de près d'une seconde, sous les yeux d'un Silvain Gertsch
complètement conquis et émerveillé par ce qu'il venait de voir. Il venait aussi de s'approcher du
record du club de Stéphane Borloz (50"26) et même du vieux record romand du Genevois François
Aumas (49"92 en 1974). Alain-Hervé a donc découvert qu'il était capable de réaliser de gros chronos
et le sursis accordé à ses deux aînés dans cet accroc sur la dixième haie ne sera pas forcément
réédité lors de ses prochaines sorties. L'histoire du 400 m. haies est en passe d'être bouleversée et
ce n'est sûrement pas pour nous déplaire. En attendant, Alain-Hervé est le premier champion suisse
du Lausanne-Sports depuis le titre de Pierre Lavanchy sur 400 m. en 2006 à Olten. Dix ans, c'est
tout de même long ! Le dernier point chaud nous concernant s'est disputé sur 200 m. En fait c'était
la finale que tout le monde attendait car elle devait mettre aux prises les Sprunger Sisters. Ellen vs
Lea, il y avait de quoi saliver car cette situation ne s'est pas produite si souvent que ça par le
passé. La lutte fut somptueuse et c'est la cadette Lea qui a gagné de façon magistrale en 22"38,
record suisse de Mujinga Kambundji pulvérisé de vingt-six centièmes ! Ellen, deuxième en 22"89,
avait elle aussi été incroyable. Profitant de ces deux TGV, Sarah Atcho a suivi à une distance fort
respectable pour terminer troisième en 23"30. Là aussi il s'agit d'un chrono de rêve puisqu'elle a
battu de neuf centièmes le record du club détenu jusqu'alors par Joëlle Golay. Ces championnats
se sont donc achevés sur deux feux d'artifices qu'on n'est pas près d'oublier. Ça fait donc deux médailles pour nos athlètes, les # 95 et 96 de notre histoire. Bravo à tous pour cette très belle édition.
Sarah Atcho sur le podium avec les sœurs Sprunger. Les trois sprinteuses ont réalisé des chronos incroyables sur 200 m.
HOMMES
100 m.
: 4. S. Chuard 10"60 (-0,5) (Record du club U23 M, ancien 10"65 par lui-même le 09.07.2016 à Bulle) / 10"87
(-1,5) en séries et 10"71 (-0,3) en demi-finales - J. Ngom 11"42 (-1,5)
400 m. haies : 1. A.H. Mfomkpa 50"42 (Record du club U23 M, ancien 51"4'0 par S. Gertsch le 07.09.2003 à Genève / 52"44
en séries
FEMMES
100 m.
200 m.
: 7. S. Dagry 11"92 (+0,6) / 11"80 (+1,1) en séries et 11"82 (+0,8) en demi-finales
: 3. S. Atcho 23"30 (+0,4) (Record du club femmes, ancien 23"39 par J. Golay le 07.08.2015 à Zoug) / 24"03
(-0,7) en séries - S. Dagry 25"19 (-1,2) en séries
800 m.
: 8. D. Balliger 2'17"36 / 2'14"77 en séries
1500 m.
: 12. A. Stürner 4'49"18 / 4'49"07 en séries
400 m. haies : 4. G. Overney 1'01"24 / 1'01"88 en séries - C. Oberson 1'06"13 en séries
Marteau
: 11. A. Lienhard 36,18 m.
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
523 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler