close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Communiqué de Dijon Céréales

IntégréTéléchargement
Communiqué de Presse – 21 Juillet 2016
Dijon Céréales
Moisson 2016 : un séisme pour la production régionale
EN RÉSUMÉ : La moisson de Dijon Céréales est à mi-chemin, et les premiers constats sont alarmants.
Les escourgeons et orges d’hiver sont, en termes de volumes, extrêmement décevants. La situation
des blés sera tout aussi préoccupante, voire pire, seuls les colzas pourront en partie corriger ce
tableau catastrophique. Les craintes liées aux phénomènes météorologiques de la campagne,
émises il y a maintenant quelques semaines, étaient donc bel et bien fondées. Se profilent déjà les
difficultés économiques des exploitations avec des prix de céréales qui restent bas, sur fond de
marché lourd et de production mondiale importante.
« Les pertes de rendement en orges d’hiver et escourgeons seront de l’ordre de 20% et ce, dans
tous les secteurs. On parviendra péniblement à 50-55 qx/ha de moyenne sur l’ensemble de la
coopérative. Nous nous dirigeons tout droit vers une désillusion en blé. Si nous pressentions un risque
réel depuis début juin, nous ne pensions pas atteindre cette situation critique », indique Pascal
Demay, directeur Terrain et Céréales de Dijon Céréales.
Ce constat amer est le résultat des fortes précipitations, cumulées aux faibles températures et au
manque de luminosité, qui ont mis à mal le développement des cultures jusqu’au début de l’été.
Les calibrages sont également bas, mais permettent tout de même de conserver un débouché
brasserie important pour Dijon Céréales. Le service agronomique de Dijon Céréales analyse
actuellement les raisons précises qui ont conduit à cette situation.
Si la moisson se déroule désormais dans de bonnes conditions météorologiques, la situation est
d’autant plus préoccupante en blé, où les premières livraisons, comme les estimations de
rendements, laissent présager une récolte en forte baisse. Là encore, toutes les zones de Côte-d’Or
et cantons limitrophes seront touchées. S’il est encore trop tôt pour tirer des conclusions définitives,
la moyenne pourrait tourner autour de 50 qx/ha, soit 30% de moins que l’année dernière. Pour le
débouché meunerie, la qualité sera bonne et notamment le taux de protéines et les critères
technologiques dans les situations où les normes de PS seront atteintes. Dijon Céréales entreprend
un travail de silo important (nettoyage, tri voire calibrage) pour valoriser au mieux les productions et
se mettre en conformité avec les attentes de la filière meunerie.
Le colza semble, à cette heure, être la culture la moins pénalisée sur les secteurs Sud de Dijon
Céréales. Les rendements seront néanmoins très probablement en dessous du niveau pluriannuel,
notamment sur la zone Nord (plateaux) où un net recul est à noter.
Cette production ne suffira pas à oublier la grosse déception en céréales. Cette moisson 2016 met
encore un peu plus à mal la situation économique des exploitations des zones à potentiel moyen de
la région Bourgogne Franche-Comté, déjà largement pénalisées par les derniers exercices. La
situation est désormais plus que critique et la sonnette d’alarme doit être tirée.
Et ce d’autant plus que les marchés ne se redressent pas, restant sur des niveaux très bas. Si la
production française sera impactée fortement par ce phénomène d’ampleur nationale, il est
encore tôt pour savoir comment les marchés réagiront à cette mauvaise moisson. Les conditions de
cultures mondiales semblent bonnes et prometteuses pour une nouvelle grosse récolte, élément
défavorable à une reprise durable des cours.
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
170 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler