close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Agriculture et alimentation

IntégréTéléchargement
Agriculture et alimentation
Libérer durablement le potentiel de production
par une utilisation efficace des ressources
L’agriculture est essentielle à la vie, à la subsistance et à la sécurité alimentaire. Dans de nombreux
pays du monde, elle constitue en outre une base fondamentale pour la création d’entreprises
locales, l’emploi et le développement social. Toutefois, elle ne contribuera à un développement
économique durable et propice à l’intégration sociale que si le secteur parvient à investir dans de
nouveaux créneaux, à s’adapter aux défis à venir et à innover. À cette fin, un accès à des
financements, en particulier à long terme, s’avère nécessaire. En tant que banque de l’UE, la Banque
européenne d’investissement soutient l’économie rurale dans l’intérêt des entrepreneurs comme
de la société dans son ensemble. Une action qui s’inscrit dans la durée.
24 Mrd
EUR
à l’appui d’investissements sur
l’ensemble des chaînes de valeur
bio-industrielles et dans
la protection du capital naturel
en 2011-2015
40 000
prêts, soit 4,6 Mrd EUR,
pour les seuls secteurs de
l’agriculture et de la pêche,
via nos banques partenaires
en 2011-2015
De la semence au
consommateur
Le monde se tourne vers l’agriculture et
l’agro-industrie pour accroître la productivité et l’efficacité tout au long de la chaîne
de valeur, le tout avec, pour toile de fond,
des ressources naturelles limitées et des
défis environnementaux grandissants. La
stratégie globale de la BEI favorise l’innovation et la croissance durable dans les
filières de l’agriculture, de l’alimentation
et de la pêche.
secteurs des produits d’origine biologique ou pour permettre la substitution
de produits à base de combustibles fossiles par des matériaux biologiques.
La BEI aligne ses actions sur les normes et
les priorités de l’UE. En tant que banque
publique, elle soutient des projets qui
sont techniquement et financièrement
viables et qui sont conformes à sa politique environnementale et sociale. En
outre, elle exige que soient utilisées les
meilleures techniques disponibles pour
les projets qu’elle finance.
La Banque encourage l’interaction avec
d’autres secteurs, celui de l’eau par
exemple, car c’est en unissant leurs forces
qu’ils pourront relever, de manière efficace, les défis à venir.
La BEI est également un partenaire de
premier plan pour les investissements
en faveur de l’économie circulaire, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’UE. Elle
contribue à financer des projets liés à la
modernisation de centres de production et à des activités de RDI pour renforcer l’efficacité des ressources dans les
La stratégie globale de la BEI favorise l’innovation et la
croissance durable dans les filières de l’agriculture,
de l’alimentation et de la pêche.
Gestion des ressources
naturelles
2
Agriculture et alimentation
Fourniture d’équipement,
de machines et d’intrants
Production agricole
Agriculture et alimentation
libérer le potentiel de production
Ensemble, pour aller
plus loin
Afin de maximiser l’incidence et la portée de ses activités, la BEI coopère avec
d’autres institutions, associant souvent
ses financements à de l’assistance technique ou à des aides non remboursables.
Dans les pays d’Afrique, des Caraïbes et
du Pacifique (ACP), l’enveloppe destinée
à l’investissement d’impact, un guichet
spécial mis en place dans le cadre de la
Facilité d’investissement de l’Accord de
Cotonou gérée par la BEI, permet à la
Banque d’investir dans des projets très risqués, mais susceptibles d’avoir un impact
important sur le développement. Grâce
à l’éventail d’instruments dont elle dispose avec cette enveloppe, la BEI peut
renforcer ses interventions en faveur du
développement de l’industrie agroalimentaire, favoriser les prêts en monnaie
locale et promouvoir la microfinance
rurale. Elle peut ainsi cibler des segments
de la population qui, auparavant, étaient
mal desservis.
La BEI travaille en partenariat avec le
Fonds international de développe ment agricole (FIDA) et l’Organisation
des Nations unies pour l’alimentation et
l’agriculture (FAO), une collaboration qui
l’aide à accroître la prospérité et à assurer la sécurité alimentaire des populations vulnérables dans le monde entier.
Ensemble, ces institutions entendent
Fabrication des denrées
alimentaires et biomatériaux
partager leurs connaissances, mettre en
œuvre des projets conjoints et proposer
des instruments financiers afin d’aider les
petits agriculteurs à libérer leur potentiel,
répondre aux besoins d’investissement et
combler les lacunes des filières agricoles.
En tant que membre de la famille des
banques multilatérales de développement, la BEI est prête à utiliser ses propres
financements pour attirer les ressources
financières et la capacité de partage des
risques d’autres partenaires aux fins de la
réalisation des objectifs de développement durable. Elle partage l’engagement
ferme des banques publiques internationales, qui est de continuer à appuyer, au
cours des prochaines années, des investissements destinés, par exemple, à stimuler la croissance verte, à lutter contre
les changements climatiques et ses
effets, à exploiter de manière durable les
Infrastructures de transport,
de stockage et de contrôle qualité
ressources marines, ainsi qu’à garantir la
sécurité alimentaire et une amélioration
de la nutrition.
Avec le Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS), le Groupe
BEI possède une capacité supplémentaire de prise de risques qui lui permet
d’augmenter sensiblement le volume
de projets plus risqués qu’il appuie au
sein de l’Union et dans les pays voisins,
notamment dans le secteur agroalimentaire. Cette initiative conjointe permettra
à la Banque de relancer l’investissement à
l’appui de projets stratégiques en Europe.
Dans ce contexte, la Commission européenne, par l’intermédiaire de ses services liés à la production alimentaire, à
l’environnement, au climat et au développement rural, est le principal partenaire
institutionnel de la BEI.
Réseaux de gros
et de détail
Agriculture et alimentation
3
Les priorités de la BEI
Qualité des aliments et
sécurité alimentaire
La population mondiale devrait dépasser les neuf milliards d’habitants à l’horizon 2050. Cette croissance démographique devrait s’accompagner d’une
hausse notable de la demande de nourriture au cours des prochaines décennies,
une alimentation variée et riche en protéines étant plus recherchée à mesure
que les revenus augmentent dans les
pays en développement. Pour relever
ces défis, la BEI se tient prête à appuyer
des investissements en faveur d’une agriculture et d’une production alimentaire
modernes et durables. Pour la Banque,
favoriser la compétitivité et la viabilité sur
le plan environnemental de l’agriculture,
de la pêche et de l’industrie alimentaire
contribue à garantir l’accès à des denrées
de grande qualité. La BEI soutient également la sécurité alimentaire et la qualité
des aliments en finançant des investissements à l’appui de projets exemplaires en
matière de transport, de stockage et de
contrôle qualité des denrées alimentaires.
Un développement rural
durable et participatif
La BEI octroie des financements aux pouvoirs publics nationaux et régionaux pour
étayer la mise en œuvre de leurs programmes de développement rural et agricole. Elle soutient notamment des projets d’infrastructures modernes, comme
le déploiement de réseaux à large bande
dans les zones rurales, qui revêtent une
importance capitale pour l’activité économique et la compétitivité des entreprises rurales. Au moyen de lignes de crédit accordées aux PME, la Banque aide
de jeunes agriculteurs à reprendre des
exploitations agricoles, à les moderniser
Un projet en Bulgarie
Anton, maraîcher, souhaitait agrandir sa serre et cultiver davantage de légumes.
Toutefois, à cause de son absence d’antécédents de crédit, il s’est heurté à des difficultés pour obtenir un prêt auprès des banques locales. Il a fini par s’adresser à
l’organisme de microcrédit bulgare Mikrofond, un intermédiaire financier du Fonds
européen d’investissement (FEI) au titre de l’instrument européen de microfinancement Progress. Il a ainsi obtenu 1 150 EUR pour l’achat de semences, d’engrais et
de pesticides et il lui restait suffisamment de fonds pour financer l’agrandissement
de sa serre. Pour faire face à la charge de travail supplémentaire, Anton embauche
à présent des ouvriers saisonniers de la communauté rom locale et crée ainsi des
emplois à proximité. Le FEI joue, au sein du Groupe BEI, un rôle de fournisseur spécialisé de produits de capital-risque à l’intention des PME, y compris des produits
de microfinance en Europe.
4
Agriculture et alimentation
Un projet en Croatie
INSPECTO Ltd propose des services
de contrôle de qualité et de sécurité
sanitaire des aliments, y compris la
réalisation d’essais et d’analyses en
laboratoire sur des produits agricoles,
des céréales, des oléagineux, des denrées alimentaires, des aliments pour
animaux, de la betterave sucrière, des
amendements de sols et des engrais.
Grâce à un prêt de 65 200 EUR, rétrocédé par Privredna Banka Zagreb, une
banque partenaire de la BEI, la société
a pu acquérir du matériel de laboratoire ultramoderne afin d’élargir son
offre de services, avec pour priorité
absolue la santé publique, en utilisant
exclusivement des liquides aqueux.
Agriculture et alimentation
libérer le potentiel de production
Un projet en Irlande
Les paysages ruraux irlandais sont souvent
objets de poésie, de prose et de carte postale,
mais ils sont rarement associés aux notions
d’accessibilité ou de connectivité. La jeune
entreprise irlandaise innovante enet a perçu
l’ouverture que représentait le raccordement
des petites entreprises irlandaises à l’internet,
en leur permettant de rester compétitives et
de devenir une source de croissance pour les
collectivités rurales. La BEI a prêté 12 millions
d’EUR pour soutenir le développement d’enet
et ses projets ambitieux.
et à les mettre à niveau. Elle cible également les petits exploitants, les femmes
agricultrices, les microentreprises et les
entreprises qui souhaitent diversifier leurs
activités agricoles. Toutes ces activités
contribuent à favoriser des communautés rurales viables, ainsi que des revenus
familiaux et une croissance durables.
Une production
climato-intelligente
L’évolution des régimes météorologiques
provoquée par le réchauffement de la
planète menace les écosystèmes déjà
fragiles pour les cultures, l’élevage et la
pêche, en particulier dans les pays à faible
revenu qui ont une capacité d’adaptation plus restreinte. Tant la sécurité alimentaire que les moyens de subsistance
des populations rurales sont menacés.
Si l’on veut soutenir le développement
durable des zones rurales, il est essentiel d’investir dans une gestion des actifs
naturels qui soit intelligente sur le plan
climatique. Ainsi, la Banque finance le
boisement pour limiter l’érosion des sols ;
elle soutient des opérations de protection
du littoral ainsi que des projets visant à
restaurer les terres et les écosystèmes
dégradés. Elle investit aussi dans des systèmes d’irrigation économes en énergie
et en eau. Elle impose toutefois certaines
conditions, telles que la preuve que la
gestion de la demande en eau a été prise
en compte et la conformité des projets à
la politique environnementale et sociale
de la Banque.
Un autre domaine d’intervention essentiel visant à atténuer les effets des changements climatiques consiste à favoriser
la diversification des revenus et une production « climato-intelligente » auprès
des populations et des entreprises dans
l’optique de limiter les incidences négatives des événements météorologiques
sur la sécurité alimentaire.
Un projet en Équateur
En prenant une participation dans EcoEnterprises, un
fonds d’impact pionnier géré par une équipe féminine, la BEI a soutenu la fondation Runa, la première à
vendre du thé produit à partir des feuilles du guayusa,
un arbre endémique de l’Amazonie. La fondation
Runa aide les agriculteurs à intégrer le guayusa dans
leurs cultures, ce qui leur permet d’augmenter leurs
revenus et de les doter de moyens de subsistance
durables. La culture du guayusa contribue à diversifier
les exploitations et à rendre les populations locales
plus résilientes face aux effets des changements climatiques.
Agriculture et alimentation
5
Par ailleurs, la Banque aide le secteur à
réduire les émissions de gaz à effet de
serre, dans la mesure du possible, afin
de lutter contre les changements climatiques.
Des solutions innovantes et
économes en ressources
Il faut produire plus avec moins. Dans
un contexte de ressources restreintes,
l’utilisation productive de sous-produits
et la valorisation des déchets s’avèrent
essentielles à la compétitivité et à la viabilité des chaînes de valeur. La BEI aide
ses clients à innover au-delà de leur
périmètre d’activité habituel dans les
domaines de la RDI et de la mise au point
d’équipements de production modernes
pour les chaînes de valeur bio-industrielles. Elle soutient les promoteurs qui
investissent dans des technologies innovantes en matière de production, de
transformation et de distribution ou qui
les mettent au point, y compris les bioplastiques et la chimie verte. Ses financements appuient des projets en faveur
d’une production plus économe en ressources, la baisse des pertes alimentaires,
la transformation des déchets et des sousproduits en ressources ou la substitution
de produits à base de combustibles fossiles par des matériaux biologiques.
Un projet à Maurice
Un prêt de 8 millions d’EUR octroyé
par la BEI appuie la construction d’une
distillerie de sucre employant 50 personnes. À partir des 90 000 tonnes de
mélasse issues de la sucrerie d’Omnicane et d’autres fabriques de l’île,
cette entreprise peut produire jusqu’à
24 millions de litres de bioéthanol.
Celui-ci peut être utilisé comme additif pour carburant afin de réduire la
quantité d’essence requise pour alimenter le moteur d’une voiture. En
outre, il est également transformé en
alcool pour l’industrie alimentaire et
des usages médicaux.
6
Agriculture et alimentation
Soutien financier aux programmes de
développement rural de l’UE
La BEI soutient les États membres en cofinançant leurs contributions
nationales ou régionales aux programmes de développement rural mis en
œuvre au titre du Fonds européen agricole pour le développement rural
(Feader). Grâce au Feader, chaque État membre reçoit une contribution
financière de l’Union européenne qu’il doit compléter avec ses propres
ressources financières. Après avoir obtenu un financement de la BEI en faveur
de mesures d’investissement dans le cadre de ces programmes, les autorités
nationales et régionales peuvent lancer leurs programmes de soutien public
qui permettent aux agriculteurs et aux entreprises rurales de mettre en
œuvre leurs plans d’investissement.
Un projet en Belgique
Il est essentiel de soutenir des innovations locales qui jouent un rôle de premier plan
dans le secteur agroalimentaire mondial. Grâce au prêt de 45 millions d’EUR accordé
par la BEI, Puratos, une entreprise à la pointe de l’industrie alimentaire, pourra
étendre son programme de RDI en matière de transformation des aliments, de mise
au point de composants alimentaires plus sains et plus nutritifs et de prolongation
de la durée de conservation. Il s’agit de la deuxième opération de la Banque avec
Puratos, qui vise également à créer des produits de fermentation et des ingrédients
alimentaires pour la boulangerie-pâtisserie et l’industrie du chocolat.
Agriculture et alimentation
libérer le potentiel de production
Les produits disponibles
L’offre du Groupe BEI est flexible de
manière à répondre aux besoins de l’ensemble des filières agricole et alimentaire.
Son large éventail de produits financiers
s’adresse aux agriculteurs, aux entreprises alimentaires et agroalimentaires
de toutes tailles et au secteur public. Le
Groupe investit aussi en recourant à des
intermédiaires très divers qui sont ses
partenaires de financement sur les marchés locaux dans le monde entier. Il s’agit
de fonds de capital-investissement et de
capital-risque, de banques, d’institutions
garantes et d’organismes de microcrédit.
Au sein du Groupe BEI, le FEI, s’appuyant
sur son expérience, soutient la politique
de l’Union européenne qui vise à remplacer les aides non remboursables par
des instruments financiers en pilotant le
déploiement d’instruments financiers au
titre du Fonds européen agricole pour le
développement rural (Feader) dans tous
les États membres de l’UE. Trois instruments sont actuellement en cours d’élaboration : une garantie de portefeuille,
un prêt à partage de risques et un mécanisme de soutien à la microfinance. Des
instruments de fonds propres pourraient
être mis au point en fonction des besoins
du marché.
BEI
FEI
• Les prêts à l’appui de projets apportent des financements à long terme à des conditions favorables en faveur
d’investissements solides et durables. Ces prêts peuvent
représenter jusqu’à 50 % du coût total des investissements mis en œuvre par des promoteurs des secteurs
public et privé, y compris des coopératives.
• Les instruments de garantie de portefeuille offrent aux
bénéficiaires admissibles des prêts et des crédits-bails
assortis de taux d’intérêt réduits et (ou) d’exigences allégées en matière de sûretés. Les intermédiaires financiers
obtiennent une protection contre les risques au cas par
cas et une couverture des pertes sur portefeuille jusqu’à
un montant maximal. Les autorités de gestion de l’UE
bénéficient d’un effet de levier d’environ trois à quatre fois
leur contribution, grâce aux ressources privées attirées.
• Les prêts intermédiés, qui sont mis en œuvre par les
partenaires financiers de la BEI dans les marchés locaux
aux quatre coins du monde, facilitent l’accès aux financements pour les microentreprises, les PME et les ETI qui
entreprennent des projets de plus petite dimension qui
ne peuvent généralement pas bénéficier des prêts que
la BEI accorde à des projets individuels.
• Les prises de participation et la contribution à des
fonds permettent de stimuler et de catalyser des capitaux privés. La Banque cible des fonds qui poursuivent
une stratégie d’investissement axée sur les objectifs prioritaires de l’Union européenne, y compris dans les pays
d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique et dans le bassin
méditerranéen.
• L a BEI offre des services de conseil aux autorités de
gestion de l’UE qui souhaitent créer des instruments
financiers via le Fonds européen agricole pour le développement rural (Feader) ou le Fonds européen pour les
affaires maritimes et la pêche (FEAMP), notamment un
accompagnement ciblé des autorités de gestion et des
orientations et conseils techniques dans le cadre de ficompass (un partenariat entre la BEI et la Commission
européenne), mais aussi des services de conseil personnalisés sur les instruments financiers, de la préparation
de l’évaluation ex ante à la structuration et à la mise en
œuvre de fonds.
• Les instruments de prêts à partage de risques offrent
aux bénéficiaires admissibles des prêts assortis de taux
d’intérêt réduits et (ou) d’exigences allégées en matière
de sûretés. Les intermédiaires financiers bénéficient
d’une amélioration de la liquidité grâce au prêt accordé
dans le cadre du programme de l’UE et de contributions
nationales ou régionales. Pour l’autorité de gestion de
l’UE, l’effet de levier dépend du taux de partage des
risques prédéfini.
• Les instruments de microfinance destinés aux établissements de microcrédit permettent d’améliorer l’accès
aux financements pour les petites exploitations et les
populations rurales.
• Des instruments financiers sont mis en œuvre dans le
cadre d’activités de gestion de fonds de fonds menées
en coopération avec les autorités de gestion de l’UE pour
influer sur le marché en répondant aux besoins du secteur agricole et des intermédiaires financiers.
Le Groupe BEI ajoute régulièrement de nouveaux produits à son portefeuille de sorte que son offre évolue constamment. Pour de
plus amples informations sur les produits disponibles, veuillez consulter les sites web de la BEI (www.bei.org/agriculture) et du FEI
(www.eif.org/agri).
Agriculture et alimentation
7
Agriculture et alimentation
Les atouts du Groupe BEI
Une portée globale une vaste palette de produits sur mesure
Un effet de catalyseur la mobilisation de ressources complémentaires
auprès du secteur privé et du secteur public
Bureau d’information
3+352 4379-22000
5+352 4379-22000
U info@bei.org
Un savoir-faire la prestation de services de conseil et l’apport
d’une aide aux contreparties pour les amener à
des normes élevées
Banque européenne
d’investissement
98 -100, boulevard Konrad Adenauer
L-2950 Luxembourg
3+352 4379-1
5+352 437704
www.bei.org/agriculture
twitter.com/EIB
facebook.com/EuropeanInvestmentBank
youtube.com/EIBtheEUbank
Le Groupe BEI en bref
Le Groupe BEI est constitué de la Banque européenne d’investissement (BEI) et
du Fonds européen d’investissement (FEI).
En tant que banque de l’UE, la BEI apporte ses financements à long terme
à l’appui de projets d’investissement solides et durables, soutenant ainsi la
réalisation des objectifs stratégiques de l’UE en Europe et dans le reste du
monde. La BEI, dont les actionnaires sont les 28 États membres de l’Union
européenne, est le premier bailleur de fonds et emprunteur multilatéral au
monde.
Le FEI est le premier fournisseur de financements à risque à l’intention des
petites et moyennes entreprises (PME) et des entreprises de taille intermédiaire
(ETI) en Europe.
Fonds européen d’investissement
37B, avenue J.F. Kennedy
L-2968 Luxembourg
3+352 2485-1
5+352 2485-81200
U agri@eif.org
www.eif.org/agri
© BEI 07/2016
print: QH-02-16-671-FR-C
digital: QH-02-16-671-FR-N
ISBN 978-92-861-2875-2 doi:10.2867/369717
© EIB GraphicTeam
ISBN 978-92-861-2874-5 doi:10.2867/404783
© EIB photolibrary, © shutterstock, © Médiathèque de la Fondation Grameen Crédit Agricole / Philippe LISSAC, © Mikrofond AD, © Puratos Group, ©EBRD/Dermot Doorly,
© Maîtres laitiers du Cotentin, © Omnicane, © Runa Foundation, Ecuador.
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
2 395 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler