close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

chabbat parchat pin`has

IntégréTéléchargement
ž›
Likouteï Si’hot
Perspectives ‘hassidiques sur la Sidra de la Semaine
d’après les causeries du Rabbi de Loubavitch
CHABBAT PARCHAT
PIN’HAS
24 Tamouz 5776 - 30 juillet 2016
SEFER BAMIDBAR
Pin’has
Baal Peor
(Discours du Rabbi, Likouteï Si’hot, tome 18, page 297)
Le verset Pin’has 28, 13 dit : «il(1)ĂƉƉŽƌƚĂů͛ĞdžƉŝĂƟŽŶĂƵdžĞŶĨĂŶƚƐĚ͛/ƐƌĂģů(2)» et le
^ŝĨƌŝĞdžƉůŝƋƵĞ͗«ũƵƐƋƵ͛ăŵĂŝŶƚĞŶĂŶƚ͕ŝůŶ͛ĂƉĂƐďŽƵŐĠ͕ŝůƐĞƟĞŶƚůăĞƚŝůĂƉƉŽƌƚĞů͛ĞdžƉŝĂƟŽŶ(3)ũƵƐƋƵ͛ăĐĞƋƵĞůĞƐŵŽƌƚƐƌĞǀŝǀĞŶƚ(4)».
KŶ ƉĞƵƚ Ɛ͛ŝŶƚĞƌƌŽŐĞƌ͕ ă ĐĞ ƉƌŽƉŽƐ ͗ ƉŽƵƌƋƵŽŝ ůĂ ĨĂƵƚĞ ĚĞ ĂĂů WĞŽƌ ŶĠĐĞƐƐŝƚĞͲƚͲ
ĞůůĞƵŶĞĞdžƉŝĂƟŽŶĂƵƐƐŝůŽŶŐƵĞ͕ĂƵƉŽŝŶƚƋƵĞ͗«ŝůƐĞƟĞŶƚůăĞƚŝůĂƉƉŽƌƚĞů͛ĞdžƉŝĂƟŽŶ
ũƵƐƋƵ͛ăĐĞƋƵĞůĞƐŵŽƌƚƐƌĞǀŝǀĞŶƚ»(5) ?
ƚ͕ĚĞĨĂŝƚ͕ŽŶŶĞǀŽŝƚƉĂƐů͛ĠƋƵŝǀĂůĞŶƚĚĞƚŽƵƚĐĞůĂĚĂŶƐůĞƐĂƵƚƌĞƐĚĠĮƐĚƵ^ĂŝŶƚ
ďĠŶŝƐŽŝƚͲ/ů͕ĚĞůĂƉĂƌƚĚĞƐĞŶĨĂŶƚƐĚ͛/ƐƌĂģů͕ĚĂŶƐůĞĚĠƐĞƌƚ(6).
>͛ĞdžƉůŝĐĂƟŽŶĚĞƚŽƵƚĐĞůĂĞƐƚůĂƐƵŝǀĂŶƚĞ(7)͘ZĂĐŚŝĂĚĠũăĐŽŵŵĞŶƚĠĂƵƉƌĠĂůĂďůĞůĂ
ƐŝŐŶŝĮĐĂƟŽŶĚƵŶŽŵWĞŽƌ(8) : «ŝůĂǀĂŝƚƌĞĕƵĐĞŶŽŵƉĂƌĐĞƋƵĞů͛ŽŶĚĠĐŽƵǀƌĂŝƚů͛ĂŶƵƐ
ĚĞǀĂŶƚůƵŝĞƚƋƵĞů͛ŽŶĚĠƉŽƐĂŝƚĚĞƐĞdžĐƌĠŵĞŶƚƐ͛͘ĞƐƚĚĞĐĞƩĞĨĂĕŽŶƋƵ͛ŽŶůĞƐĞƌvait»(9).
ŶĚ͛ĂƵƚƌĞƐƚĞƌŵĞƐ͕ůĂŶĂƚƵƌĞŵġŵĞĚĞůĂĨĂƵƚĞĚĞĂĂůWĞŽƌĠƚĂŝƚƵŶĞĂĐƟǀŝƚĠƋƵŝ
ĠƚĂŝƚĐĞŶƚƌĠĞƐƵƌůĞƐĚĠĐŚĞƚƐĞƚůĞƐŝŵŵŽŶĚŝĐĞƐ͕ĚĞƐƋƵĞůƐŽŶĨĂŝƚĚĞƐĠůĠŵĞŶƚƐĐĞŶƚƌĂƵdžĞƚĨŽŶĚĂŵĞŶƚĂƵdž(10).
(1) Pin’has.
(2) Qui avaient pratiqué le culte idolâtre de Baal Peor.
(3) Pin’has continue à assumer cette mission.
(4) Jusqu’à la venue du Machia’h.
(5) On verra, à ce propos, les Tossafot sur le traité Sotta 14a, qui disent que : «chaque année, la
maison de Peor monte là-haut pour accuser et rappeler la faute», comme si celle-ci était commise, à
chaque fois, d’une façon nouvelle.
(6) A l’exception de la faute du veau d’or et de celle des explorateurs, qui sont également des fautes dont
l’influence s’étend sur toutes les générations. Néanmoins, il convient, en l’occurrence, de déterminer
quelle est la gravité particulière de cette faute de Baal Peor.
(7) On consultera, sur ce point, les Rechimot, fascicule n°3, le Torat Mena’hem, tome 37, à partir de
la page 166 et le Likouteï Si’hot, tome 18, à partir de la page 297
(8) Dans son commentaire du verset Balak 25, 3. Ce terme signifie découvrir.
(9) Il s’agissait donc, en l’occurrence, d’un culte idolâtre qui avait une bassesse et une grossièreté
toutes particulières.
(10) Il y avait donc bien là, au-delà de l’idolâtrie, une perte de valeurs, une divinisation de l’insignifiant dans le but de marginaliser ce qui est réellement important. C’est pour cette raison que l’expiation est dominante, en la matière.
1
Mais, dans laƌĠĂůŝƚĠĐŽŶĐƌğƚĞ͕ŽŶƉĞƵƚĠŐĂůĞŵĞŶƚƌĞŶĐŽŶƚƌĞƌĐĞƩĞĨĂƵƚĞƐŽƵƐƵŶĞ
ĨŽƌŵĞƉůƵƐĮŶĞĞƚƉůƵƐƐŽƵƌŶŽŝƐĞăůĂĨŽŝƐ͘
>Ă͚,ĂƐƐŝĚŽƵƚĞdžƉůŝƋƵĞƋƵĞůĂƐŽƵƌĐĞĚĞƚŽƵƐůĞƐƉůĂŝƐŝƌƐĚĞĐĞŵŽŶĚĞƐĞƚƌŽƵǀĞ
dans les «ĚĠĐŚĞƚƐ»ĠŵĂŶĂŶƚĚĞƐŵŽŶĚĞƐƐƉŝƌŝƚƵĞůƐ(11)͘/ůĞŶƌĠƐƵůƚĞƋƵĞ͕ĐŚĂƋƵĞĨŽŝƐ
ƋƵĞ ů͛ŽŶ ĂĐĐŽƌĚĞ ƵŶĞ ŝŵƉŽƌƚĂŶĐĞ ĚĠŵĞƐƵƌĠĞ ĂƵdž ǀĂůĞƵƌƐ ĚĞ ĐĞ ŵŽŶĚĞ͕ ŽŶ ƐĞƌƚ͕
Ě͛ƵŶĞŵĂŶŝğƌĞƉůƵƐĮŶĞ͕ů͛ŝĚŽůĞĚĞĂĂůWĞŽƌ͘
ĞƋƵŝǀŝĞŶƚĚ͛ġƚƌĞĞdžƉŽƐĠŶŽƵƐƉĞƌŵĞƩƌĂĚĞĐŽŵƉƌĞŶĚƌĞƉŽƵƌƋƵŽŝŝůĞƐƚĚŝƚ͕ƉƌĠĐŝƐĠŵĞŶƚăƉƌŽƉŽƐĚĞĐĞƚƚĞĨĂƵƚĞĚĞů͛ŝĚŽůąƚƌŝĞĚĞĂĂůWĞŽƌ͕ƋƵĞ͗«ŶŽƵƐŶ͛ĞŶĂǀŽŶƐ
ƉĂƐĠƚĠƉƵƌŝĮĠƐ͕ũƵƐƋƵ͛ăĐĞũŽƵƌ»(12).
ŶĞīĞƚ͕ĞdžĂŐĠƌĞƌů͛ŝŵƉŽƌƚĂŶĐĞĚĞƐĂƩƌĂŝƚƐĚĞĐĞŵŽŶĚĞŵĂƚĠƌŝĞůĞƚĚĞƐƉůĂŝƐŝƌƐ
ƋƵ͛ŝůƉƌŽĐƵƌĞĞƐƚƵŶĞƐŝƚƵĂƟŽŶĨƌĠƋƵĞŶƚĞ͕ĞŶƚŽƵƚĞŶĚƌŽŝƚĞƚăĐŚĂƋƵĞĠƉŽƋƵĞ(13).
͛ĞƐƚĚŽŶĐƉŽƵƌĐĞƩĞƌĂŝƐŽŶƋƵĞůĂĨĂƵƚĞĚĞĂĂůWĞŽƌŶĠĐĞƐƐŝƚĞƵŶĞĞdžƉŝĂƟŽŶƉĞƌŵĂŶĞŶƚĞĞƚĐ͛ĞƐƚăĐĞƉƌŽƉŽƐƋƵĞůĞ^ŝĨƌŝĚŝƚ͗«ŝůƐĞƟĞŶƚůăĞƚŝůĂƉƉŽƌƚĞů͛ĞdžƉŝĂƟŽŶ
ũƵƐƋƵ͛ăĐĞƋƵĞůĞƐŵŽƌƚƐƌĞǀŝǀĞŶƚ».
* * *
(11) C’est ainsi que la source de l’âme animale se trouve dans les excréments des anges. C’est l’une des
raisons pour laquelle le service de D.ieu des anges est décrit dans les bénédictions précédant le Chema
Israël. Il y a là un moyen de convaincre l’âme animale. Si les anges, desquels elle émane, servent D.ieu,
elle peut, à son tour, en faire de même.
(12) Yochoua 22, 17. C’est le sens de cette gravité particulière.
(13) Selon la manière dont on a laissé son âme animale se développer.
2
>ĂǀĞŶŐĞĂŶĐĞƉĂĐŝĮƋƵĞ
(Discours du Rabbi, Torat Mena’hem, tome 8, page 160)
>ĞǀĞƌƐĞƚWŝŶ͛ŚĂƐϮϱ͕ϭϭĚŝƚƋƵĞ͗«WŝŶ͛ŚĂƐ͕ĮůƐĚ͛ůĠĂnjĂƌ͕ĮůƐĚ͛ŚĂƌŽŶůĞŽŚĞŶ
ĐĂůŵĂDĂĐŽůğƌĞĐŽŶƚƌĞůĞƐĞŶĨĂŶƚƐĚ͛/ƐƌĂģů»ĞƚůĂWĂƌĐŚĂƚWŝŶ͛ŚĂƐĞƐƚŝŶƚƌŽĚƵŝƚĞƉĂƌ
ůĂƌĠĐŽŵƉĞŶƐĞƋƵŝĨƵƚĂƩƌŝďƵĠĞăWŝŶ͛ŚĂƐ(1)ƉĂƌĐĞƋƵ͛ŝůĂǀĂŝƚ«ǀĞŶŐĠůĂǀĞŶŐĞĂŶĐĞĚĞ
͘ŝĞƵ»ĞƚƚƵĠŝŵƌŝ͕ƋƵŝĂǀĂŝƚĐŽŵŵŝƐƵŶĞĨĂƵƚĞĂǀĞĐƵŶĞĨĞŵŵĞĚĞDŝĚLJĂŶ(2).
YƵĂŶĚ/ůůƵŝĂƩƌŝďƵĂĐĞƩĞƌĠĐŽŵƉĞŶƐĞ͕ůĞ^ĂŝŶƚďĠŶŝƐŽŝƚͲ/ůĚĠĐůĂƌĂ͗«WŝŶ͛ŚĂƐ͕ĮůƐ
Ě͛ůĠĂnjĂƌ͖ĮůƐĚ͛ŚĂƌŽŶůĞŽŚĞŶ»(3)ĞƚZĂĐŚŝĠŶŽŶĐĞůĂƌĂŝƐŽŶƉŽƵƌůĂƋƵĞůůĞůĞǀĞƌƐĞƚ
ŵĞŶƟŽŶŶĞƐŽŶĂƐĐĞŶĚĂŶĐĞĚ͛ƵŶĞŵĂŶŝğƌĞĂƵƐƐŝƉƌĠĐŝƐĞ͗«ůĞƐĂƵƚƌĞƐƚƌŝďƵƐůĞĚĠŶŝŐƌĂŝĞŶƚ͚͗sŽLJĞnjĚŽŶĐĐĞĮůƐĚĞWŽƵƚLJ͊^ŽŶŐƌĂŶĚͲƉğƌĞŵĂƚĞƌŶĞů(4)ĂĞŶŐƌĂŝƐƐĠĚĞƐ
ĐŚğǀƌĞƐƉŽƵƌů͛ŝĚŽůąƚƌŝĞĞƚůƵŝĂƚƵĠƵŶĐŚĞĨĚ͛/ƐƌĂģů͊͛ĞƐƚƉŽƵƌĐĞůĂƋƵĞůĞǀĞƌƐĞƚůĞ
ƌĂƚƚĂĐŚĞăŚĂƌŽŶ(5)».
WůƵƐŝĞƵƌƐ ƉƌĠĐŝƐŝŽŶƐ ƐŽŶƚ ĞŶĐŽƌĞ ŶĠĐĞƐƐĂŝƌĞƐ ŝĐŝ͘ dŽƵƚ Ě͛ĂďŽƌĚ͕ ƉŽƵƌƋƵŽŝ ůĞƐ ĞŶĨĂŶƚƐĚ͛/ƐƌĂģůŚƵŵŝůŝĂŝĞŶƚͲŝůƐWŝŶ͛ŚĂƐ͍E͛ĂǀĂŝĞŶƚͲŝůƐƉĂƐǀƵĚĞůĞƵƌƐƉƌŽƉƌĞƐLJĞƵdžĐĞ
ƋƵĞŝŵƌŝĂǀĂŝƚĨĂŝƚ͍E͛ĂǀĂŝĞŶƚͲŝůƐƉĂƐŽďƐĞƌǀĠƋƵ͛ĂƉƌğƐƋƵĞWŝŶ͛ŚĂƐů͛ĂŝƚƚƵĠ͕ů͛ĠƉŝĚĠŵŝĞƋƵŝĨƌĂƉƉĂŝƚůĞƉĞƵƉůĞĚ͛/ƐƌĂģůĠƚĂŝƚƉĂƌǀĞŶƵĞăƐŽŶƚĞƌŵĞ(6) ?
^ŝů͛ŽŶĂǀĂŝƚĚŝƚƋƵĞƐĞƵůƐůĞƐŵĞŵďƌĞƐĚĞůĂƚƌŝďƵĚĞŚŝŵĞŽŶů͛ĂǀĂŝĞŶƚŚƵŵŝůŝĠ͕ŽŶ
ĂƵƌĂŝƚ͕ĐĞƌƚĞƐ͕ƉƵůĞĐŽŵƉƌĞŶĚƌĞ͘KŶĂƵƌĂŝƚĂĚŵŝƐƋƵ͛ŝůƐǀŽƵůĂŝĞŶƚǀĞŶŐĞƌůĞƵƌĐŚĞĨ͘
ŶƌĞǀĂŶĐŚĞ͕ƉŽƵƌƋƵŽŝůĞƐĂƵƚƌĞƐƚƌŝďƵƐů͛ŚƵŵŝůŝğƌĞŶƚͲŝůƐ͍
WĂƌ ĂŝůůĞƵƌƐ͕ Ɛ͛ŝůƐ ǀŽƵůĂŝĞŶƚ ƌĂƉƉĞůĞƌ ůĞ ĐŽŵƉŽƌƚĞŵĞŶƚ ĚĞ zĞƚŚƌŽ͕ ŐƌĂŶĚͲƉğƌĞ ĚĞ
WŝŶ͛ŚĂƐ͕ƉŽƵƌƋƵŽŝĮƌĞŶƚͲŝůƐůĞĐŚŽŝdžĚĞĚŝƌĞƋƵĞ͗«ŝůĂĞŶŐƌĂŝƐƐĠĚĞƐĐŚğǀƌĞƐƉŽƵƌ
l’idolâtrie»͕ĂƵůŝĞƵĚĞĚŝƌĞƋƵ͛ŝůĂǀĂŝƚůƵŝͲŵġŵĞĠƚĠůĞƉƌġƚƌĞĚĞƚŽƵƚĞƐůĞƐĨŽƌŵĞƐ
Ě͛ŝĚŽůąƚƌŝĞƋƵŝĞdžŝƐƚĂŝĞŶƚ͕ăů͛ĠƉŽƋƵĞ͕ĚĂŶƐůĞŵŽŶĚĞ(7) ?
(1) Le titre de Cohen qu’il ne possédait pas au préalable.
(2) Le peuple qui incitait les enfants d’Israël à servir l’idole de Baal Peor.
(3) Selon les termes du verset Bamidbar 25, 11.
(4) Yethro.
(5) A son grand-père paternel.
(6) Les enfants d’Israël auraient donc dû éprouver de la reconnaissance pour Pin’has !
(7) Ce qui est infiniment plus grave. Rachi, commentant le verset Chemot 18, 11, d’après le Midrash
Tan’houma, Parchat Yethro, à la même référence, dit que : «il n’y avait pas une seule idole qu’il n’ait
servie». On verra aussi, en particulier, le Midrash Chemot Rabba, chapitre 1, au paragraphe 32 et le
Midrash Tan’houma, Parchat Chemot, au chapitre 11, de même que le commentaire du Ramban sur
le verset Chemot 2, 16. En revanche, Rachi donne une autre explication, à cette référence et dans son
commentaire du verset Béréchit 47, 22.
3
>͛ĞdžƉůŝĐĂƟŽŶĚĞƚŽƵƚĐĞůĂĞƐƚůĂƐƵŝǀĂŶƚĞ͘>ĂƌĂŶĐƈƵƌĚĞƐĞŶĨĂŶƚƐĚ͛/ƐƌĂģů͕ăů͛ĞŶĐŽŶƚƌĞĚĞWŝŶ͛ŚĂƐ͕Ɛ͛ĞdžƉůŝƋƵĂŝƚƉĂƌůĞĨĂŝƚƋƵ͛ŝůĂǀĂŝƚĠƚĠůĞƐĞƵůă͗«ǀĞŶŐĞƌůĂǀĞŶŐĞĂŶĐĞĚĞ͘ŝĞƵ»͕ĞŶƉƌĠƐĞŶĐĞĚĞDŽĐŚĠ͕ŶŽƚƌĞŵĂŠƚƌĞĞƚĚĞů͛ĂƐƐĞŵďůĠĞĚĞƚŽƵƐůĞƐ
ĞŶĨĂŶƚƐĚ͛/ƐƌĂģů(8).
/ůƐƌĞƚĞŶĂŝĞŶƚĚŽŶĐĐŽŶƚƌĞůƵŝů͛ĂƌŐƵŵĞŶƚƐƵŝǀĂŶƚ͗ŝůŶ͛ĂǀĂŝƚƉĂƐƚƵĠŝŵƌŝƵŶŝƋƵĞŵĞŶƚƉŽƵƌ«ǀĞŶŐĞƌůĂǀĞŶŐĞĂŶĐĞĚĞ͘ŝĞƵ»͕ŵĂŝƐăĐĂƵƐĞĚĞůĂĐƌƵĂƵƚĠŶĂƚƵƌĞůůĞƋƵŝ
ĠƚĂŝƚŝŵƉůĂŶƚĠĞĞŶƐŽŶąŵĞ(9).
͛ĞƐƚůĂƌĂŝƐŽŶƉŽƵƌůĂƋƵĞůůĞĐĞƵdžƋƵŝůƵŝƚĞŶĂŝĞŶƚƌŝŐƵĞƵƌŵĞŶƟŽŶŶğƌĞŶƚůĞĨĂŝƚ
ƋƵĞ͗«ƐŽŶŐƌĂŶĚͲƉğƌĞŵĂƚĞƌŶĞůĂǀĂŝƚĞŶŐƌĂŝƐƐĠĚĞƐĐŚğǀƌĞƐƉŽƵƌů͛ŝĚŽůąƚƌŝĞ»(10)͘Ăƌ͕
ŝůLJĂǀĂŝƚďŝĞŶůăƵŶĞŵĂƌƋƵĞĚĞĐƌƵĂƵƚĠ͊KŶĚŽŶŶĞăƵŶĞĐŚğǀƌĞƵŶĞŶŽƵƌƌŝƚƵƌĞ
ƌŝĐŚĞĞƚĐŚŽŝƐŝĞĚĂŶƐůĞďƵƚĚĞůĂƐĂĐƌŝĮĞƌ͕ƉĂƌůĂƐƵŝƚĞ͕ƉŽƵƌů͛ŝĚŽůąƚƌŝĞ͘>ĞƐĞŶĨĂŶƚƐ
Ě͛/ƐƌĂģůĞŶĚĠĚƵŝƐŝƌĞŶƚƋƵĞWŝŶ͛ŚĂƐĂǀĂŝƚŚĠƌŝƚĠĚĞůĂĐƌƵĂƵƚĠĚĞƐŽŶŐƌĂŶĚͲƉğƌĞĞƚ
ƋƵĞĐ͛ĞƐƚĐĞƋƵŝů͛ĂǀĂŝƚƉŽƵƐƐĠăƚƵĞƌŝŵƌŝ͘
Ğ ĐĞ ĨĂŝƚ͕ ůĞ ^ĂŝŶƚ ďĠŶŝ ƐŽŝƚͲ/ů ƐŽƵůŝŐŶĂ͕ ĚĂŶƐ ^ĞƐ ƉƌŽƉŽƐ ͗ «WŝŶ͛ŚĂƐ͕ ĮůƐ Ě͛ůĠĂnjĂƌ͕ĮůƐĚ͛ŚĂƌŽŶůĞŽŚĞŶ»͕ĂĸƌŵĂŶƚĂŝŶƐŝƋƵĞ^ĂǀĞŶŐĞĂŶĐĞ͕ƉĂƌů͛ŝŶƚĞƌŵĠĚŝĂŝƌĞ
ĚĞWŝŶ͛ŚĂƐ͕Ŷ͛ĠƚĂŝƚĞŶĂƵĐƵŶĞĨĂĕŽŶůĂĐŽŶƐĠƋƵĞŶĐĞĚĞƐĂĐƌƵĂƵƚĠ͕ĐĞƋƵ͛ă͘ŝĞƵŶĞ
plaise(11).
ŝĞŶĂƵĐŽŶƚƌĂŝƌĞ͕ĠƚĂŶƚůĞƉĞƟƚͲĮůƐĚ͛ŚĂƌŽŶ͕WŝŶ͛ŚĂƐĂǀĂŝƚŚĠƌŝƚĠĚĞůƵŝůĂƋƵĂůŝƚĠ
de : «ƉŽƵƌƐƵŝǀƌĞůĂƉĂŝdžĞƚŝŶƐƚĂƵƌĞƌů͛ĂŵŽƵƌĞŶƚƌĞĐĞƵdžƋƵŝĠƚĂŝĞŶƚĚŝƐƉƵƚĠƐ»(12). De
ĐĞĨĂŝƚ͕Đ͛ĞƐƚůƵŝƋƵŝƉƌŝƚů͛ŝŶŝƟĂƟǀĞĚĞƌĠƚĂďůŝƌůĂƉĂŝdžĞŶƚƌĞůĞƉĞƵƉůĞĚ͛/ƐƌĂģůĞƚůĞ^ĂŝŶƚ
ďĠŶŝƐŽŝƚͲ/ů͘/ů«ĐĂůŵĂDĂĐŽůğƌĞĐŽŶƚƌĞůĞƐĞŶĨĂŶƚƐĚ͛/ƐƌĂģů».
(8) Ainsi, même si l’initiative était positive, elle n’en était pas moins, selon eux, une attitude arrogante, un manquement au respect dû à Moché et aux anciens.
(9) C’est l’explication du Torah Or, à la page 19c, du Dére’h ‘Haïm, à partir de la page 81b, du Dére’h
Mitsvoté’ha, à la page 89b, du discours ‘hassidique intitulé : «Tu as séparé», de 5706, au chapitre 21
et du Likouteï Si’hot, tome 1, à la page 134.
(10) Plutôt que de dire qu’il était le prêtre de tous les cultes idolâtres.
(11) Mais, bien le désir de venger D.ieu.
4
>ĂdŽƌĂŚƌĠǀğůĞĂŝŶƐŝƋƵĞůĂǀĞŶŐĞĂŶĐĞĚĞWŝŶ͛ŚĂƐĠƚĂŝƚďŝĞŶƵŶĞŵĂƌƋƵĞĚ͛ĂŵŽƵƌ͕
ƵŶĞƌĞĐŚĞƌĐŚĞĚĞƉĂŝdž͘WŝŶ͛ŚĂƐĂŝŵĂŝƚƉƌŽĨŽŶĚĠŵĞŶƚůĞƉĞƵƉůĞĚ͛/ƐƌĂģůĞƚůĞ^ĂŝŶƚ
ďĠŶŝ ƐŽŝƚͲ/ů͘ /ů ǀĞŶŐĞĂ ĚŽŶĐ ůĂ ǀĞŶŐĞĂŶĐĞ ĚĞ ͘ŝĞƵ Ğƚ͕ ĚĞ ĐĞƩĞ ĨĂĕŽŶ͕ ŝů ƐƵƉƉƌŝŵĂ
ů͛ĂĐĐƵƐĂƟŽŶƋƵŝĂǀĂŝƚĠƚĠƉŽƌƚĠĞăů͛ĞŶĐŽŶƚƌĞĚ͛/ƐƌĂģů͕ăĐĂƵƐĞĚĞůĂĨĂƵƚĞĚĞƐĨĞŵŵĞƐ
ĚĞDŝĚLJĂŶ͕ƋƵŝĂƩĞŝŐŶŝƚƐŽŶƉŽŝŶƚĐƵůŵŝŶĂŶƚĂǀĞĐĐĞƋƵĞĮƚŝŵƌŝ͘
Ğƚ ĠƉŝƐŽĚĞ ĚĠůŝǀƌĞ ƵŶ ĞŶƐĞŝŐŶĞŵĞŶƚ ĠƚĞƌŶĞů͘ YƵĂŶĚ ĠĐůĂƚĞ ƵŶĞ ĠƉŝĚĠŵŝĞ ŵŽƌĂůĞĞƚƋƵ͛ƵŶ:ƵŝĨƐĞĚƌĞƐƐĞ͕ƉĠŶĠƚƌĠĚƵĚĠƐŝƌĚĞ«ǀĞŶŐĞƌůĂǀĞŶŐĞĂŶĐĞĚĞ͘ŝĞƵ», il
Ŷ͛LJĂƉĂƐůŝĞƵĚĞƌĞŵĞƩƌĞĞŶĐĂƵƐĞůĂǀĂůĞƵƌĚĞĐĞƋƵ͛ŝůĂĐĐŽŵƉůŝƚ͘/ůŶ͛LJĂƉĂƐůŝĞƵ
Ě͛ĠŵĞƩƌĞůĞĚŽƵƚĞƐƵƌƐĂŵŽƟǀĂƟŽŶĞƚĚ͛ŝŵĂŐŝŶĞƌĚĞƐŝŶƚĠƌġƚƐƉĞƌƐŽŶŶĞůƐ(13).
ğƐůŽƌƐƋƵ͛ƵŶĞĂĐƟŽŶĂĐĐŽŵƉůŝĞĞƐƚũƵĚŝĐŝĞƵƐĞĞƚďŽŶŶĞ͕ŝůĨĂƵƚƚŽƵƚĨĂŝƌĞƉŽƵƌ
ů͛ĞŶĐŽƵƌĂŐĞƌ͕ĐĂƌŶƵůŶĞƐĂŝƚƌĠĞůůĞŵĞŶƚĐĞƋƵĞƐŽŶƉƌŽĐŚĂŝŶƉŽƌƚĞĞŶƐŽŶĐƈƵƌ͘ƚ͕
ŵġŵĞƐ͛ŝůĂŐŝƚƉŽƵƌƵŶŵŽƟĨŝŶƚĠƌĞƐƐĠ͕ŽŶĐŽŶŶĂŠƚůĞƉƌŝŶĐŝƉĞƐĞůŽŶůĞƋƵĞů͗«Đ͛ĞƐƚĞŶ
ĂŐŝƐƐĂŶƚĚĞŵĂŶŝğƌĞŝŶƚĠƌĞƐƐĠĞƋƵ͛ŽŶƉĂƌǀŝĞŶƚăůĞĨĂŝƌĞĞŶĠƚĂŶƚĚĠƐŝŶƚĠƌĞƐƐĠ»(14).
͛ĞƐƚƉƌĠĐŝƐĠŵĞŶƚŐƌąĐĞăĐĞƩĞǀĞŶŐĞĂŶĐĞĚĞ͘ŝĞƵƋƵĞů͛ŽŶŝŶƐƚĂƵƌĞůĂƉĂŝdžǀĠƌŝƚĂďůĞ͕ĂŝŶƐŝƋƵ͛ŝůĞƐƚĚŝƚ͗«:ĞůƵŝĚŽŶŶĞDŽŶĂůůŝĂŶĐĞĚĞƉĂŝdž»(15).
* * *
(12) Selon les termes du commentaire de Rachi sur le verset Bamidbar 20, 29.
(13) Chaque fois qu’un Juif agit positivement, il n’y a pas lieu de remettre en cause ses motivations. Il
ne fait pas de doute que c’est alors l’amour naturel de D.ieu que chacun possède qui s’exprime en lui.
(14) Dans le traite Pessa’him 50b et l’on verra aussi les références indiquées, de même que les Lois de
l’étude de la Torah, de l’Admour Hazaken, chapitre 4, au paragraphe 3 et dans le Kountrass A’haron,
à la même référence.
(15) Bamidbar 25, 12.
5
‫לע"נ‬
r
Cette si’ha est offerte
par la famille KULSKI '‫שיחי‬
pour l’élévation de l’âme de
Ychaya ben Yaakov Yossef ‫ז"ל‬
ROTHMAN
décédé le 26 Tamouz 5762
6 Juillet 2002
r
Puisse son souvenir être une source de bénédictions.
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
223 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler