close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Actu Défense - Ministère de la Défense

IntégréTéléchargement
Actu Défense
Synthèse d’actualité du ministère de la défense
22 juillet 2016
L’effort des armées pour la réserve
Dès 2015, à la suite des attentats du mois de janvier, et
conformément aux orientations inscrites dans l’actualisation de la loi de programmation militaire, le ministère de
la Défense a lancé une politique ambitieuse de renforcement de la réserve. Comme l’a annoncé le ministre de la
Défense à l’occasion de la journée nationale du réserviste en mars 2015, la réserve opérationnelle de niveau 1
(réservistes sous contrat) devra compter, d’ici 2018,
40 000 réservistes engagés au minimum 30 jours par an,
dont 1 000 déployés en permanence pour participer à la
protection du territoire.
En 2015, les réservistes des armées, directions et services dépendant du ministère de la Défense ont atteint une
moyenne d’activité d’environ 28 jours. La réserve de niveau 2 est quant à elle composée d’anciens militaires sous
un régime de disponibilité obligatoire dans la limite de cinq ans suivant la cessation de leur état militaire.
Le 10 mars 2016, à l’occasion des Assises de la réserve, le ministre de la Défense a également annoncé le renforcement du maillage territorial de la réserve, avec la création d’unités de réservistes supplémentaires : 4 sections de
réserve et d’appui pour l’armée de l’air, 21 compagnies Romeo pour la marine nationale et 17 unités élémentaires
de réserve pour l’armée de terre.
Ce renforcement de la réserve est rendu possible par un effort budgétaire significatif. Cette année, le budget consacré à la réserve a ainsi augmenté pour atteindre 100 millions d’euros. Au bilan, sur la période 2014-2018, il aura
augmenté de l’ordre de 77 %.
Lien discours du ministre
Attentat de Nice - message du ministre
Conseil de défense - 22 juillet
Après l’attentat de Nice, le ministre de la Défense a
adressé un message aux armées. M. Le Drian a tenu à
saluer les militaires mobilisés à Nice dans la nuit : l’armée de terre dans Sentinelle, les marins et aviateurs
présents à Nice, les moyens aériens qui ont permis de
transporter toute la nuit du personnel, ainsi que l’hôpital d’instruction des armées de Toulon.
Le ministre a par ailleurs confirmé le maintien de l’opération Sentinelle à hauteur de 10 000 militaires. M. Le
Drian a rappelé la détermination qui doit être celle des
hommes et femmes de la Défense, conscient de l’intensité des engagements opérationnels et des contraintes
qu’ils induisent pour les militaires et leurs familles.
Lire le message du ministre
Au terme d’un conseil de Défense le 22 juillet, le
Président de la République a confirmé le maintien de
l’opération Sentinelle à son plus haut niveau, ainsi
que l’annonce faite le 13 juillet de l’intensification de
la lutte contre Daech. L’armée de terre renforcera son
soutien aux forces irakiennes avec des moyens d’artillerie et le porte-avions Charles de Gaulle se rendra de
nouveau dans la zone fin septembre.
Élysée
Décès de 3 militaires français
Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, déplore la perte de trois sous-officiers français décédés
en service commandé en Libye.
Il salue le courage et le dévouement de ces militaires
engagés au service de la France qui accomplissent,
tous les jours, des missions dangereuses contre le
terrorisme.
CEMA : « les Français comptent sur leurs armées »
Dans son message
aux armées à l’occasion du 14 juillet et à
la suite de l’attentat
de Nice, le général
Pierre de Villiers a rappelé qu’ « aujourd’hui, plus que
jamais, les Français comptent sur leurs armées ». Il insiste sur la fierté et l’humilité des armées dans leur
mission « exigeante et primordiale » de protéger la
France et les Français. Le CEMA met en exergue également le courage des militaires qui acceptent des engagements durs et éprouvants. Il a rappelé la nécessaire
cohésion et souligné les sacrifices consentis par les militaires et leurs familles.
Lire le message
Actu Défense
Page 2
Agendas ministériels
Réorientation Sentinelle
Suite à l’attentat de Nice, le ministre de la Défense,
Jean-Yves Le Drian, a participé aux conseils de sécurité
et de défense au Palais de l’Elysée.
Le ministre a précisé la décision du Président de la République de maintenir l’opération Sentinelle à son plus
haut niveau de 10 000 militaires. Elle est par ailleurs
élargie à la sécurisation des frontières et aux flux massifs en zones touristiques ou lors d’événements culturels estivaux d’ampleur. Cette réarticulation s’effectue
en lien étroit avec les forces de sécurité intérieure.
Le 18 juillet, il s’est déplacé avec le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, auprès des forces de l’opération Sentinelle à Avignon pour évoquer le travail de
coopération des forces de sécurité.
Déplacements de J.M. Todeschini
Le 20 juillet, le secrétaire
d’État
aux
Anciens combattants
et à la Mémoire s’est
rendu à Herserange
(Meurthe-et-Moselle),
sa ville d’origine, afin
de participer à une
marche en hommage
aux membres d’une famille d’Herserange, décédés
dans l’attentat de Nice.
Mardi
19
juillet,
M. Todeschini a participé
à la cérémonie australienne commémorant le
centenaire de la bataille
de Fromelles (Nord). À,
cette occasion, il s’est entretenu avec son homologue australien, M. Dan Tehan.
Déplacement J.Y. Le Drian à Washington
Les 20 et 21 juillet, le ministre de la Défense s’est rendu
à Washington pour participer à une réunion des pays
membres de la coalition contre Daech au Levant, à
l’invitation de son homologue américain, M. Ashton
Carter, et de M. John Kerry, Secrétaire d’Etat américain.
Communiqué conjoint
M. Le Drian a confirmé la détermination de la France à
continuer de lutter contre le terrorisme, tant au Levant
qu’au Sahel ou sur le territoire national. Il a par ailleurs
prononcé un discours devant la Brookings Institution le
20 juillet.
Le ministre est revenu sur la violence qui caractérise
Daech, qualifié « d’entreprise totalitaire à part entière :
[…] fondée sur un substrat idéologique profondément
inégalitaire ». M. Le Drian a par ailleurs souligné l’action
de la France contre le terrorisme, rappelant que la contribution française au Levant est significative : « nous
formons à Bagdad les membres de l’unité d’élite contre
-terroriste (ICTS – Iraqi Counter Terrorism Service), nous
formons des unités de l’armée de terre ; nous travaillons main dans la main avec les Peshmergas ; nos
avions sont mobilisés depuis septembre 2014 et frappent régulièrement les cibles ennemies, quasiment
tous les jours au sein de la coalition ».
Il a par ailleurs souligné l’action de la France au Sahel
avec l’opération Barkhane et confirmé le renforcement
des moyens contre Daech avec un nouveau déploiement du groupe aéronaval et l’accroissement du rôle
de l’armée de terre en soutien des forces irakiennes.
L’objectif de la coalition est désormais de planifier
« concrètement notre avancée sur Mossoul, l’un des
principaux centres de décision de l’organisation terroriste ».
Le ministre est également revenu sur le sommet de
l’OTAN à Varsovie et sur la nécessité d’accompagner le
« Brexit » en matière de défense, tout en évitant « que
l’Europe ne perde sa place d’acteur majeur de la sécurité, qui est complémentaire de la puissance
américaine ».
Lire le discours
Actu Défense
Page 3
Actualités de la défense
Bilan social 2015
La direction des ressources humaines (DRH-MD) du
ministère de la Défense vient de publier le bilan social,
document dressant pour l’année 2015 un état de la
politique de ressources humaines du ministère et présentant des données permettant d’apprécier la situation de l’ensemble du personnel de la Défense. Il lui est
annexé un rapport de situation comparée relatif à
l’égalité professionnelle entre les femmes et les
hommes de la Défense.
La loi de programmation militaire (LPM) 2014/2019 a
été actualisée en juillet 2015 pour prendre en compte
le nouveau contexte créé par les attaques terroristes.
La charge de déflation a ainsi été allégée pour permettre le redéploiement d’effectifs vers des fonctions
que le président de la République a jugées prioritaires :
la protection du territoire, le renseignement et la
cyberdéfense.
Par ailleurs, l’égalité professionnelle a été en 2015, un
axe majeur de la politique des ressources humaines
du ministère. Le protocole ministériel d’accord relatif à
l’égalité professionnelle entre les femmes et les
hommes civils de la Défense, signé le 16 décembre
2015, prévoit 15 mesures avec des actions associées
qui s’articulent autour de quatre axes :
- faire du dialogue social un élément structurant pour
parvenir à l’égalité professionnelle ;
- rendre effective l’égalité entre les femmes et les
hommes dans les rémunérations et les parcours professionnel ;
- améliorer l’articulation entre la vie professionnelle et
la vie personnelle ;
- prévenir toutes les violences faites aux agents sur les
lieux de leur travail et lutter contre le harcèlement
sexuel et le harcèlement moral.
Le taux de féminisation, en 2015, est de 15,5 % pour
les militaires et de 37,7 % pour les civils.
Le ministère de la Défense compte, en 2015, 263 350
personnels, soit une baisse de 2,8 % par rapport à
2014. Le personnel militaire représente 77,1 % des
effectifs. En 2015, 19 351 militaires et 2 620 civils ont
été recrutés, soit une forte augmentation du volume de
recrutements par rapport à 2014 : + 6 000 militaires et
+ 300 civils. L’âge moyen des militaires est de 33,4 ans
et celui des civils de 47,7 ans.
La loi n° 2015-917, du 28 juillet 2015, tenant compte de
deux arrêts de la Cour européenne des droits de
l’homme (CEDH), a accordé aux militaires le droit de
créer et d’adhérer à des associations professionnelles
nationales de militaires (APNM). Par ailleurs, le conseil
supérieur de la fonction militaire (CSFM) et les conseils
de la fonction militaires (CFM) sont rénovés.
En 2015, un effort particulier a été mené sur les contrats d’apprentissage. Ainsi, le ministère a accueilli près
de 400 élèves en apprentissage, contre 100 en 2014.
Le bilan social 2015 est téléchargeable sur le site du
ministère de la Défense en cliquant ici.
Actu Défense
Page 4
Marine nationale : collision en Manche
Jeux Olympiques
et Paralympiques
Dans la nuit du 14 au 15 juillet, une collision s’est produite entre le navire de pêche Gros Loulou et le
Waasmunster, navire gazier battant pavillon belge de
174 mètres et transportant 18 000 tonnes de butane.
Ce dernier se trouvait au mouillage au large du Havre,
dans une zone d’attente du port. Victime d’une voie
d’eau, le Waasmunster a demandé assistance au
Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de Jobourg (50).
Compte tenu du risque potentiel, la préfecture maritime Manche – mer du Nord, en liaison avec le CROSS,
a fait appareiller le remorqueur d’intervention, d’assistance et de sauvetage Abeille Liberté, ainsi que le chasseur de mines Croix du Sud, en mission en Manche. Une
équipe d’évaluation et d’intervention, composée de
marins-pompiers et d’experts techniques de la base
navale de Cherbourg, a été déployée par un hélicoptère
Caïman marine, ainsi que des plongeurs du chasseur de
mines Croix du Sud.
Au lever du jour, une plaque d’obturation magnétique
a été posée par les plongeurs, obturant ainsi une
brèche de 50x70cm dans la coque. Après deux heures
de pompage, le navire a été autorisé à faire route vers
le port du Havre, qu’il a pu rejoindre en fin d’aprèsmidi, après une dernière plongée de vérification.
Le navire de pêche, dont l’étrave était enfoncée, a également été victime d’une voie d’eau. Il a pu rejoindre
Port-en-Bessin (14) en début de matinée, après l’intervention de la Société nationale de sauvetage en mer.
L’expertise et les moyens d’intervention mis à disposition du préfet maritime, en particulier par la marine
nationale (intervention sous-marine, expertise, déploiement par hélicoptère, remorqueur d’intervention…),
ont permis d’éviter un naufrage aux conséquences humaines et environnementales importantes.
La zone Manche – mer du Nord est une des zones maritimes les plus fréquentées du monde, avec par exemple
plus de 80 000 navires de commerce qui empruntent le
détroit du Pas-de-Calais chaque année.
La 31e édition des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été aura lieu pour la première fois en
Amérique du Sud. Elle se déroulera à Rio de Janeiro (Brésil) respectivement du 5 au 21 août et
du 7 au 18 septembre 2016.
Jeux Olympiques – 5 au 21 août :
396 sportifs (168 femmes, 228 hommes) et 33
remplaçants défendront les couleurs de la
France dans 31 disciplines. Cette délégation sera
la plus importante jamais engagée aux Jeux
Olympiques.
37 sportifs de l’Armée de champions et 7 remplaçants ont été sélectionnés dans 16 disciplines
pour faire partie de cette délégation.
Jeux Paralympiques – 7 au 18 septembre :
126 athlètes dont 14 sportifs de l’Armée de
champions représenteront la France. Pour la
première fois, un militaire blessé participera aux
Jeux Paralympiques en canoë-kayak.
Politique jeunesse du ministère
La « politique jeunesse » du ministère de la Défense
sera désormais mise en œuvre par le général de corps
d’armée Philippe Pontiès, qui cumulera les fonctions de
Directeur du Service National, de président de la Commission Armées-Jeunesse et de Délégué ministériel à la
jeunesse et à l’égalité des chances.
Plusieurs dispositifs ont pour objectif de faire connaître
nos forces armées à la jeunesse. Ces dispositifs ont connu depuis 2012 un indéniable développement : quintuplement des Classes de défense et de sécurité globales
(CDSG), avec 203 classes aujourd’hui recensées ; le redémarrage des Cadets de la Défense, dont les 13
centres en activité accueillent plus de 350 cadets ; le
succès des boursiers méritants qui occupe 15% des
places au sein des lycées de la défense etc. Le Plan Égalité des Chances du ministère, qui rassemble ces dispositifs touche annuellement quelque 35 000 jeunes.
Des élèves d’une CDSG en visite au 7e RMAT à Lyon
Actu Défense
Page 5
DGA : rénovation à mi-vie des Mirage 2000-D
En parallèle, la coalition a intensifié ses frappes sur les
régions d’Haditha et de Tal Afar, véritables nœuds logistiques du dispositif de Daech.
En Syrie, dans la région de Deir Ez Zor et à l’Est de Palmyre, Daech continue à perdre du terrain. A Manbij, la
situation a peu évolué cette semaine, la progression
des forces aux sol étant ralentie par un terrain truffé
d’engins explosifs installés par l’organisation terroriste.
Activité de la force Chammal
La force Chammal poursuit la campagne aérienne et
les missions de formation et de conseil.
Dans la continuité de la décision prise en comité ministériel d’investissement (CMI) en fin 2015, la Direction
générale de l’armement (DGA) a notifié le marché de
rénovation à mi-vie du Mirage 2000 D aux sociétés
Dassault Aviation et MBDA. Ce marché porte sur la
rénovation de 55 avions pour l’armée de l’air. L’objectif de la rénovation à mi-vie des Mirage 2000 D est de
permettre leur emploi en complément des avions Rafale jusqu’au-delà de 2030.
Outre la modernisation de l’avionique, cette rénovation comprend l’adjonction d’un canon air-sol, ainsi
que le remplacement des missiles d’autoprotection
Magic, d’ancienne génération, par des missiles MICA.
Ce programme permet de garantir le format prévu par
le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale, à
savoir 225 avions de chasse (air et marine).
Actualités des opérations
Chammal : point de situation au Levant
Cette semaine, la situation militaire a été marquée par
une accélération de la progression des forces de sécurité irakiennes (FSI) dans le secteur de Qayyarah. A
moins de 75 kilomètres de Mossoul, elles ont établi la
jonction entre les rives ouest et est du Tigre le 15 juillet. Affaibli par ces combats et les frappes aériennes,
Daech continue sa logique de repli pour consolider ses
lignes de défense autour de Mossoul.
Du 13 au 19 juillet, les aéronefs de l’opération
Chammal ont poursuivi leurs missions aériennes contre
Daech, en réalisant 40 sorties dont 38 de bombardement et 2 de recueil de renseignement.
Elles ont permis la réalisation de 6 frappes, aboutissant
à la destruction de 11 objectifs de Daech.
- 3 frappes d’appui au sol ont été réalisées en Irak au
cours de la semaine à Sinjar et Ramadi ;
- 3 frappes planifiées ont été conduites en Irak.
Chammal : appui de l’offensive sur Mossoul
Les 17 et 18 juillet, trois frappes planifiées ont été réalisées pour appuyer l’offensive des forces de sécurité
irakiennes pour reprendre Mossoul, en frappant les
lieux à partir desquels s’organise la défense de Daech.
Le 17 juillet, deux Mirage 2000D ont détruit un important quartier général de Daech dans la région de
Mossoul, servant également de caserne et de lieu de
stockage de munitions.
Le 18 juillet, toujours à Mossoul, un autre raid de deux
Mirage 2000D et deux Mirage 2000N a pris pour cible
un complexe de plusieurs bâtiments abritant un poste
de commandement, un centre d’entraînement au
combat urbain, et un entrepôt de véhicules suicide.
Dans le même temps, à Tall Afar, deux Rafale ont détruit un site de plusieurs bâtiments servant de centre
d’entraînement.
Actu Défense
Page 6
Barkhane : point de situation
Dans la bande sahélo saharienne, la force Barkhane
poursuit ses opérations en patrouillant avec les Forces
armées maliennes (FAMa) dans la région de Gao et en
poursuivant ses opérations de contrôle de zone dans le
triangle Kidal – Abeibara – Tessalit.
Activité de la force Barkhane
Du 13 au 19 juillet , la composante aérienne de la force
Barkhane a réalisé 55 sorties, dont 8 sorties chasse, 11
sorties de recueil de renseignement et 35 sorties de
transports.
Barkhane : opération Täschhorn
Opération Échelle
Du 15 au 20 juillet, deux sections des forces armées
maliennes ont conduit l’opération Échelle dans la région de Goundam. Elles étaient appuyées par le Détachement de liaison et d’appui opérationnel 4 (DLAO 4)
des forces françaises, stationné à Tombouctou.
Les FAMa, déployées depuis Tombouctou jusqu’à
Goundam, ont débuté l’opération par une reconnaissance d’axe jusqu’au village de Douetire.
Les deux sections ont ensuite continué leur progression
en direction de Dire où ils ont procédé à un contrôle de
zone, toujours appuyées par le DLAO 4. Cette mission a
également été l’occasion pour les forces maliennes
d’effectuer plusieurs actions civilo-militaires au profit
de la population.
Les sections maliennes et le détachement du DLAO 4
ont ensuite poursuivi le contrôle de la zone autour de
Goundam, avant de se désengager vers Tombouctou.
Opération Étoile
Du 18 au 22 juillet 2016, les forces armées maliennes
ont conduit l’opération Étoile entre Ansongo et Tintakouffe, appuyées par le détachement de liaison et d’appui opérationnel 3, stationné à Ansongo.
Dans le cadre de son action au Nord Mali, la force
Barkhane a mené du 29 juin au 8 juillet l’opération Täschhorn. Celle-ci avait pour objectif de perturber et
d’affaiblir les groupes armés terroristes dans la région,
en exploitant du renseignement acquis les semaines
précédentes dans le cadre de son contrôle de zone.
Deux sous-groupements ont d’abord mené une mission
de reconnaissance depuis Tessalit et Abeïbara vers
Ourdjane, où ils se sont rejoints et ont installé en base
opérationnelle avancée temporaire avant de débuter
leurs recherches.
Ils ont ainsi fait la découverte, dans le village de Talhandak, d’une dizaine de caches d’armes et de munitions.
Une assistance médicale à la population a également
été menée, au profit de 70 personnes.
A la fin de l’opération, les deux sous-groupements se
sont réarticulés sur les points d’appui de Tessalit, Kidal
et Abeïbara, afin de poursuivre leurs missions de contrôle de zone.
Coopération avec les forces armées maliennes
Depuis le 15 juillet, deux opérations simultanées ont
été menées en coopération avec les Forces armées maliennes (FAMa).
Les FAMa ont déployé deux compagnies, soit plus de
120 militaires pour mener à bien cette opération de
contrôle de zone. Appuyées par le DLAO 3, composé de
30 soldats de la force Barkhane, les forces armées maliennes se sont scindées en deux.
Les deux éléments se sont déployés depuis Ansongo
pour mener des missions de reconnaissance, jusqu’aux
villages de Tagarangabout et d’Inkismane où les soldats
maliens ont également pu effectuer plusieurs actions
civilo-militaires.
Les deux compagnies maliennes et le DLAO 4 ont ensuite poursuivi leur progression en reconnaissant les
axes en direction de Tintakouffe. Là, les forces armées
maliennes ont effectué une mission de contrôle de
zone ainsi qu’une action civilo-militaire au profit de la
population du village.
Actu Défense
Page 7
Territoire national : Sentinelle
La force Sentinelle
constitue
une
opération interarmées en appui des
forces de sécurité
intérieure, visant
à protéger les
Français et à sécuriser les sites les
plus sensibles à Paris, en province et dans les
DOM/COM.
A la suite de l’attentat de Nice, qui a fait 84 victimes le
14 juillet au soir, un conseil de défense s’est tenu le 15
juillet au cours duquel a été décidé le maintien de
l’opération Sentinelle à son niveau maximum d’engagement.
Les effectifs de Sentinelle sont mobilisés pour appuyer
les forces de sécurité intérieure et de la sécurité civile.
Les forces armées agissent en complémentarité et en
coordination avec les forces de sécurité intérieure.
Un dispositif interarmées de 10 000 hommes et
femmes est donc mobilisé, tout l’été, sur le territoire
national. Réactif, adaptable et dynamique, il permet de
répondre aux besoins des autorités civiles exprimés
dans le cadre des réquisitions.
Les missions de l’opération Sentinelle ont été réadaptées pour participer en particulier à l'action de sécurité
lorsqu'il y a des flux, que ce soient des manifestations
sportives ou culturelles. La contribution de l’armée
française vise ainsi à maintenir un haut niveau d’engagement terrestre pendant les mois d’été, dont 98 % de
l’effort est porté par l’armée de Terre.
L’engagement des effectifs par zone a lui-même été
réarticulé sur l’ensemble du territoire,
plusieurs milliers de
militaires étant redéployés en régions pour
assurer la sécurité des
populations.
Cet engagement sans
précédent
implique
également l’ensemble
des directions et services des armées.
République centrafricaine
Depuis le 16 juillet 2016, la mission européenne EUMAM en République Centrafricaine a officiellement
laissé sa place à la mission EUTM-RCA (EU Military Training Mission in the Central African Republic).
La mission EUTM-RCA est placée sous le commandement du général de division Hautecloque-Raisz. La
France y participe en tant que nation cadre, avec environ 80 militaires engagés dont le général commandant
la force.
En coordination et complémentarité avec la MINUSCA
la mission européenne favorisera l’application des réformes du secteur national de la Défense par le gouvernement centrafricain, en appuyant les forces armées
centrafricaines. Son objectif est de contribuer à la constitution d’une armée moderne, efficace et responsable.
La précédente mission européenne, EMAM, était une
mission de conseil. Sa mission principale consistait à
former des officiers et de l’état-major de l’armée centrafricaine.
EUTM-RCA a donc pris le relais de cette mission de formation, avec 170 militaires européens. Elle poursuit la
mission de conseil stratégique et y ajoute une mission
d’instruction opérationnelle au profit des soldats centrafricains.
Pour remplir sa mission, EUTM-RCA s’appuie sur du
conseil stratégique auprès du ministère de la Défense
centrafricaine, l’instruction et l’entrainement opérationnel des forces.
La mission EUTM-RCA constitue le volet militaire de
l’approche globale de l’Union Européenne dont l’objectif est de restaurer la stabilité et de soutenir le processus de transition démocratique en Centrafrique.
Contact presse opérations et CEMA :
09 88 68 28 65 / 09 88 68 28 66
emapresse@gmail.com
Produit par le bureau porte-parole de la Délégation à l’information et à la communication de la défense (DICoD)
Directrice de la publication : Valérie Lecasble
Rédacteur en chef : CC Alexis Edme
Rédacteurs: Chloé Ruard, Marie-Astrid Lefeuvre, Pauline Royer-Briand, EMA/COM (opérations)
CONTACTS PRESSE : 09 88 67 33 33 ou presse@dicod.defense.gouv.fr
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
4 955 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler