close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

BSV_RA_HOR-PEPI_no5_du_27-07-2016

IntégréTéléchargement
BULLETIN DE
SANTE DU VEGETAL
Edition RHÔNE-ALPES
Horticulture et Pépinière n°5 du 27 Juillet 2016
Dernières observations en Horticulture
Maladies présentes dans la région
OÏDIUM
Risque faible Ce champignon est présent tardivement pour la saison en raison
de conditions de températures parfois fraîches en matinée, suite
aux diverses périodes de refroidissement observées. Les Begonia et dans une plus grande mesure les Dahlia et romarin sont
particulièrement impactés. Les températures plus élevées de
l’été abaissent le risque de dissémination de l’Oïdium.
MALADIES DIVERSES
Risque moyen Diverses maladies du feuillage ont été recensées par les observateurs :

Botrytis sur Fuchsia, la pression est cependant nettement descendue suite
aux températures élevées dans les serres,

Rouille sur Dianthus,

Mildiou sur cultures de basilic. Il est impératif de travailler en goutte à
goutte et suffisamment distancé pour les cultures en grosses potées de
cette espèce aromatique particulièrement sensible.
Sommaire
Pythium sur Geranium zonale © Caroline Baconnier HORTI /MALADIES : Oïdium, Maladies diverses
P 1 HORTI / RAVAGEURS : Aleurodes,
Thrips, hémiptères
P 2 HORTI / RAVAGEURS / Acariens,
Chenilles, bactériose
P 3 PEPI / MALADIES : Maladies foliaires, maladies du sol
P 4 PEPI / RAVAGEURS : Pucerons /
autres ravageurs
P 5 PEPI / Chenilles, Insectes auxiliaires
P 6 BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
Edition RHONE-ALPES
Les dernières observations en Horticulture
Ravageurs présents dans la région
ALEURODES
Risque moyen Plusieurs observations d’aleurodes. Comme c’est le cas depuis quelques étés, on les retrouve sur les chrysanthèmes. D’autres observations sur d’autres espèces classiquement plus
sensibles : Fuchsia, Lantana, Hibiscus moscheutos, Mélisse officinale, plantes aromatiques;
THRIPS
Le thrips Frankliniella occidentalis est observé partout avec une pression de moyenne à
forte. Il faut cependant s’attendre à une baisse des populations lors de périodes de chaleurs plus
intenses, les thrips se sont beaucoup développés cette année en raison d’une fin de printemps
fraiche et humide, et leur pression redevient élevée ensuite lors de fins d’été (septembre) aux
températures plus clémentes tout en restant élevées.
Risque élevé Les cultures concernées sont multiples : chrysanthème, Cyclamen, géranium, impatiens de nouvelle guinée, Fuchsia, Impatiens walleriana, Petunia, verveine, Hibiscus moscheutos, Platycodon,
Dahlia, euphorbes. Sur Hibiscus rosa sinensis, la pression élevée a entrainé la chute des boutons
floraux.
La viabilité des auxiliaires du thrips en été est difficile en raison des conditions de températures et
d’hygrométrie défavorables à leur développement. La vigiliance s’impose quant à la transmission
éventuelle de virus comme le TSWV ou l’INSV aux chrysanthèmes ou Cyclamen.
HEMIPTERES
Les pucerons sont encore présents sur plusieurs cultures : Fuchsia, géranium, verveine, chrysanthème, Hibiscus moscheutos,
Les cicadelles sont quant à elle bien présentes sur les plantes aromatiques comme le thym, l’origan, la verveine citronnelle, hélichryse.
Enfin, des cochenilles sont observée sur Dipladenia et sur Beaucarnea sur les lieux de vente.
Risque moyen BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
RHÔNE-ALPES
Dernières observations en Horticulture
ACARIENS
Risque moyen Des cas de Polyphagotarsonemus sur Impatiens de Nouvelle Guinée sont encore présents
sur les exploitations, & aussi sur Cyclamen.
Tetranychus urticae est déjà présent sur chrysanthème, Dipladenia, verveine, Colocasia,
Helianthus, Hibiscus moscheutos, Pentas & Impatiens de nouvelle guinée. Certains cas sont récurrents depuis de nombreuses semaines. L’utilisation d’un auxiliaire prédateur comme Phytoseiulus persimilis aurait permis l’éradication des foyers car il a un effet curatif avéré en s’attaquant à tous les stades oeuf, larve et adulte.
Risque moyen CHENILLES
La pression des chenilles sur les cultures augmente régulièrement avec les cultures estivales. La
présence de noctuelles terricoles qui s’attaquent au collet des Cyclamen, initialement via des attaques discrètes est déjà observée. Présence également de chenilles sur géraniums et hélichryse
avec le papillon Tebenna.
Bactérioses présents dans la région
Risque élevé Des cas de pourriture des bulbes du à Erwinia carotovora de Cyclamen ont encore été recensés. Les fortes chaleurs sont favorables au développement de la
bactérie et à sa dissémination par les eaux de drainage dans la parcelle. Destruction immédiate des plants atteints! Risque élevé selon le fournisseur.
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
Edition RHÔNE-ALPES
Dernières observations en Pépinière
Maladies présentes dans la région
MALADIES FOLIAIRES
La dernière période a encore été humide, accentuant la pression fongique très présente depuis
le début de ce printemps en région Rhône-Alpes.
L’Oïdium reste encore présent dans les cultures, les nuits fraîches ont favorisé son implantation :
Rosa, Prunus laurocerasus Lagerstroemia sont cités par les observateurs. Avec la période estivale, la pression devrait descendre avec des nuits qui sont moins fraîches actuellement.
D’autres maladies du feuillage sont recensées et causent des dégâts aux cultures à caractère
souvent important.

Rouille grillagée des poiriers,

Maladie des taches noires sur rosier,

Anthracnose (Discula destructiva) du Cornus et cylindrosporiose du cerisier,

Mildiou sur vigne avec une forte pression de ce champignon.
MALADIES DU SOL
Plusieurs dépérissements observés liés au champignon Phytophthora sur Choysia, Syringa,
céanothe. La culture sous ombrière, très peu pratiquée en pépinière, est très avantageuse sur
ce type de culture et sur les plantes de demi ombre, avec de surcroît des croissances plus
grandes de ces végétaux sous les ombrières.
Cladosporium paeoniae sur Pivoine Sphaeroteca pannosa sur Prunus laurocerasus © Hubert Breton Risque moyen BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
Edition RHÔNE-ALPES
Dernières observations en Pépinière
PUCERONS
Risque moyen Les observations de fortes pressions des bsv précédents font place à des pressions de pucerons plus faibles, en raison de l’installation progressive des auxiliaires indigènes qui permettent
de limiter naturellement la pression de ce ravageur :

Fruitiers pleine terre (Prunus avium, Prunus domestica, Pyrus, Malus) avec pucerons
verts et pucerons noirs,

Pucerons sur les plantes tapissantes Hedera & Vinca,

Pucerons noirs sur Salix & Populus avec ici de fortes pressions sur les jeunes pousses,

Pucerons sur des plantes grimpantes comme Wisteria.
AUTRES RAVAGEURS
Liés à des cultures ou conditions de culture particulières (cultures sous tunnel), on rencontre
aussi les ravageurs suivants, dont les pressions peuvent être fortes localement :

Erinose sur Vigne et sur Pyrus, avec des déformations foliaires caractéristiques, les
feuilles sont boursouflées, en relief, qui abritent ces acariens millimétriques

Acariens sur Hedera cultivés sous tunnel, en raison du confinement des cultures et des
températures élevées. La mise en place d’aérations latérales permet de diminuer notablement ce ravageur,

Psylle sur Poirier,

Cochenilles sur les gammes méditerranéennes comme le laurier rose,

Galéruque sur Populus & Salix,

Otiorhynque sur les espèces sensibles (persistants, Photinia, pivoine, Bergenia, plantes
de 2 ans, Euonymus) : les morsures des adultes sont observées sur les feuilles,

Pyrale du buis sur l’ensemble de la région dont la pression est toujours aussi fortes. Des
vols massifs de papillon ont été observés cette fois ci dans les zones boisées de l’isère
et sur les contreforts du Vercors dans la Drôme. La progression de ce papillon continue
donc sur les zones hors production
Risque moyen BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL
Edition RHÔNE-ALPES
Risque élevé BACTERIES
Les maladies d’origine bactériennes se développent en raison des températures élevées et de
l’humidité. Outre la bactériose du noyer très présente, on observe diverses souches de Pseudomonas sur les végétaux d’ornement, avec des infestations en général très rapides et désséchant rapidement le feuillage : Pseudomonas syringae pv mori sur Morus, Pseudomonas syringae pv philadelphi sur Philadelphus et bactériose sur Caryopteris. Le cuivre a une action bactériostatique intéressante sur les bactéries.
OBSERVATION DES AUXILIAIRES
Les coccinelles sont signalées partout, et sous la forme d’adultes comme de larves, avec de fortes populations. Elles ont largement concouru à la baisse de pression des pucerons dans les parcelles.
Les larves d’Aphidoletes contrôlent également les diverses populations de pucerons et sont souvent observées par période chaude.
Bulletin édité sous la responsabilité de la Chambre Régionale d’Agriculture de Rhône-Alpes.
Directeur de publication : Jean Luc FLAUGERE, Président du Comité Régional d'Epidémiosurveillance
Animation : Olivier GROS, RATHO
Analyse de risque et Rédaction : Olivier GROS
Comité de validation : RATHO, SRAL
A partir des observations réalisées par : les adhérents et conseillers du RATHO.
Ce bulletin est produit à partir d’observations ponctuelles. S’il donne une tendance de la situation sanitaire régionale, celle-ci
ne peut pas être transposée telle quelle à la parcelle. La CRARA dégage donc toute responsabilité quant aux décisions prises
par les agriculteurs pour la protection de leurs cultures et les invite à prendre ces décisions sur la base d’observations qu’ils
auront eux-mêmes réalisées sur leurs parcelles et/ou en s’appuyant sur les préconisations issues de bulletins techniques.
Action pilotée par le ministère chargé de l'agriculture, avec l'appui financier de l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques, par les crédits issus de la redevance pour pollutions diffuses attribués au financement du plan Ecophyto.
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
909 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler