close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Chiffres clés Climat-Air-Energie Lorraine 2012

IntégréTéléchargement
Chiffres clés Climat-Air-Energie
Lorraine 2012
OREL | Observatoire Régional de l’Energie en Lorraine
Table des matières
1. Le territoire
3
1.1 Chiffres clés du territoire
3
1.2 Rigueur climatique et météorologique
4
1.3 La précarité énergétique
4
2. La politique énergétique régionale
5
2.1 Le Schéma Régional Climat Air Energie (SRCAE)
5
2.2 Scénario « consommation d’énergie »
5
2.3 Scénario « émission de gaz à effet de serre »
7
2.4 Scénario « production d’énergie renouvelable »
9
3. La consommation d’énergie
11
3.1 Consommation d’énergie primaire
11
3.2 Consommation d’énergie finale
12
4. Production d’énergie en Lorraine
13
4.1 Vision globale
13
4.2 Analyse par type de transformation
14
4.2.1 Production d’électricité
14
4.2.2 Production de chaleur
15
4.2.3 Production de combustibles et de carburants
16
5. Le bilan d’énergie
17
6. Les émissions des Gaz à Effet de Serre (GES)
19
7. Emissions d’oxydes d’azote NOX
21
8. Emissions de particules PM10 22
9. Emissions de particules PM2.5 23
10. Généralités méthodologiques et données d’entrée
24
11. L’OREL 25
OREL | CHIFFRES CLÉS CLIMAT AIR ENERGIE 2015 (DONNÉS 2012) | 2
1
Le territoire
1.1 Chiffres clés du territoire
Depuis le 1er janvier 2016, la région Lorraine a fusionné avec les régions Alsace et Champagne-Ardenne
pour donner naissance à la Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine. Ce document recense les chiffres
clés climat – air – énergie 2012 du territoire lorrain, composé des départements de Meurthe-et-Moselle,
Meuse, Moselle et Vosges. Les départements de Moselle et Meurthe-et-Moselle regroupent 75 % de la
population (dont 21% dans les deux principales agglomérations de Metz et Nancy).
Lorraine
France métropolitaine
% Lorraine / France
métropolitaine
Population
2 349 816
63 375 917
3,7 %
Superficie
23 547 km²
547 030 km²
4,3 %
99,8 hab./km²
115,8 hab./km²
Densité de population
Départements
4
96
4,2 %
2 337
36 531
6,4%
Taux d’urbanisation
72,7 %
77,5 %
Nombre d’entreprises
67 908
2 516 832
22 %
18,5 %
Communes
-
Dont industrie
Nombre de salariés secteur privé
-
2,7 %
528 376
Dont industrie
22,5 %
Emplois frontaliers
101 500
PIB en valeur
56,3 mds €
PIB par habitant
23 968 €
Revenu fiscal moyen
23 479 €
25 512 €
Taux de chômage
10,7 %
10 %
Nombre d’étudiants de l’enseignement supérieur
76 342
2 389 013
3,2 %
3,7 %
Part d’étudiants dans la population
Sources : Chiffres clés CCI Alsace - Insee – Acoss –Urssaf – CESE Lorraine
3,2 %
FIGURE 1 CHIFFRES CLÉS DU TERRITOIRE
OREL | CHIFFRES CLÉS CLIMAT AIR ENERGIE 2015 (DONNÉS 2012) | 3
1.2 Rigueur climatique et météorologique
La Lorraine comporte quelques zones géographiques froides comme l’extrémité est/sud-est où se situent le massif des
Vosges, mais encore le Pays de Bitche ou le Pays-Haut aux alentours de Longwy.
En Meuse et dans les Vosges, l’absence d’accès au réseau de gaz naturel dans certaines communes engendre logiquement
son remplacement par d’autres combustibles qui peuvent être le bois, le fioul, l’électricité ou encore les gaz de pétrole
liquéfiés (butane, propane).
Département
Bois
Fioul
Domestique
Butane Propane
Electricité
Chauffage
Urbain
Gaz Naturel
% Communes
Raccordées
% Habitants
Raccordés
54
0.103
0.106
0.008
0.210
0.016
0.348
29%
85%
55
0.231
0.222
0.016
0.238
0.010
0.215
8%
50%
57
0.097
0.159
0.008
0.199
0.031
0.347
36%
84%
88
0.223
0.198
0.015
0.238
0.015
0.222
20%
69%
FIGURE 2 CONSOMMATIONS DÉPARTEMENTALES DU SECTEUR RÉSIDENTIEL EN
TEP/HABITANT – RACCORDEMENT AU RÉSEAU GAZ NATUREL
1.3 La précarité énergétique
En raison de sa situation
géographique et de
l’ancienneté de son parc
résidentiel, la consommation
d’énergie du secteur résidentiel
est relativement importante
en Lorraine. La rénovation
énergétique des logements est
un enjeu fort pour limiter à la
fois les effets du dérèglement
climatique et la précarité
énergétique des ménages.
FIGURE 3 CARTE DE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN 2012
OREL | CHIFFRES CLÉS CLIMAT AIR ENERGIE 2015 (DONNÉS 2012) | 4
2
La politique énergétique régionale
2.1 Le Schéma Régional Climat Air Energie (SRCAE)
Les enjeux environnementaux, socio-économiques
et sanitaires, liés au changement climatique et aux
pollutions ainsi que la raréfaction des ressources
ont mené les pouvoirs publics à s’interroger sur les
politiques à mettre en œuvre pour répondre à ces
problématiques.
Les Schémas Régionaux Climat Air Energie (SRCAE),
introduits par les Lois Grenelle I et II, ont pour
objectif de répondre à ces enjeux de manière globale
et cohérente à l’échelon local, en définissant les
orientations et objectifs en matière de maîtrise de la
demande énergétique, de lutte contre la pollution
atmosphérique, de développement des énergies
renouvelables, de réduction des émissions de gaz à
effet de serre et d’adaptation aux effets probables du
changement climatique .
Le SRCAE Lorraine, adopté conjointement par l’Etat et
le Conseil Régional de Lorraine le 21 décembre 2012, a
défini un ensemble d’orientations regroupées en trois
priorités : « consommer moins », « produire mieux »
et « s’adapter au changement climatique ». Il fixe
des objectifs de production d’énergie renouvelable,
de réduction de la consommation d’énergie et des
émissions de GES à l’horizon 2020 et contribue ainsi à
décliner à l’échelle régionale les engagements pris par
la France au plan national et international (« 3x20 »
et facteur 4). Ces objectifs découlent de travaux de
scénarisation réalisés en 2011-2012 à partir de données
2005 (scénarii dits « retenus » ). Afin d’assurer le suivi
du SRCAE, les données issues des inventaires d’Air
Lorraine, comparables dans la durée, ont été utilisées.
Les données disponibles à ce jour couvrent la période
2002 à 2012. Ces données étant différentes de celles
utilisées dans les scénarii retenus lors de l’adoption
du SRCAE, les valeurs d’entrée (2005) et valeurs cibles
(2020) ont été recalculées. Aussi, les objectifs de chaque
scénario du SRCAE ont été appliqués à ces données afin
de reconstituer des scénarii dits « adaptés » et
d’identifier le point d’étape 2012.
2.2 Scénario « consommation d’énergie »
Scénario retenu1
Objectif SRCAE 2020 : -13% par rapport au tendanciel 2020
FIGURE 4 CONSOMMATION D’ÉNERGIE FINALE : SCÉNARIO RETENU
SCENARIO “CONSOMMATION D’ÉNERGIE FINALE” DU SRCAE EN MTEP(10^6 TONNES ÉQUIVALENT DE PÉTROLE). ENTRE PARENTHÈSES, ÉQUIVALENCE EN
TÉRAWATT-HEURE (10^12 WATT-HEURE)
1
OREL | CHIFFRES CLÉS CLIMAT AIR ENERGIE 2015 (DONNÉS 2012) | 5
Scénario adapté
Afin d’assurer le suivi du SRCAE, l’objectif de réduction de 13% des consommations d’énergie a été appliqué aux données
disponibles (inventaires 2002 - 2012 d’Air Lorraine).
FIGURE 5 CONSOMMATION D’ÉNERGIE FINALE. SCÉNARIO ADAPTÉ ET SUIVI
*
* Valeur 2005 extrapolée à partir des inventaires 2002, 2006, 2010, 2012
Comparatif entre les deux scénarii
Energie [Mtep]
Scénario "retenu"
tendanciel
SRCAE 2020
effort de réduction par rapport tendanciel
réduction par rapport niveau 2005
Scénario "adapté"
tendanciel
SRCAE 2020
effort de réduction par rapport tendanciel
réduction par rapport niveau 2005
(données Air Lorraine)
Point d'étape: suivi
(données Air Lorraine)
Dernier point disponible
réduction par rapport tendanciel
reduction par rapport niveau 2005
2005
référence
8,5
8,5
2012
(pour suivi)
9,8
9,8
2020
objectif
9,1
7,9
-13%
-7%
10,4
9,1
-13%
-7%
7,8
-25%
-21%
FIGURE 6 RÉSUMÉ DES SCENARII ET SES ADAPTATIONS POUR N’ASSURER LE SUIVI
Les données disponibles chez Air Lorraine montrent que la consommation d’énergie a diminué de 21% entre 2005/2006
et 2012. La valeur 2012 est inférieure à 25% de celle du scénario tendanciel « adapté» avec les données Air Lorraine. Les
méthodologies utilisées et les données en valeur absolue sont différentes de celles retenues dans le scénario du SRCAE, mais
la dynamique de baisse constatée sur la période 2005-2012 est bien plus importante que celle prévue initialement. Cet effet
s’explique notamment par une forte réduction de la consommation du secteur industriel suite à la fermeture de grands sites
de production.
OREL | CHIFFRES CLÉS CLIMAT AIR ENERGIE 2015 (DONNÉS 2012) | 6
FIGURE 7 ÉVOLUTION DE LA CONSOMMATION D’ÉNERGIE FINALE ENTRE 2002 ET 2012 EN GWh
2.3 Scénario « émission de gaz à effet de serre »
Scénario retenu2
Objectif SRCAE 2020 : -23% par rapport à la référence de Kyoto 1990
FIGURE 8 EMISSION DE GES. SCÉNARIO RETENU
2
SCENARIO “ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE” DU SRCAE EN MT (10^6 TONNES) DE GES (GAZ À EFFET DE SERRE, QUI COMPREND LE CO2, LE CH4 ET LE N2O)
OREL | CHIFFRES CLÉS CLIMAT AIR ENERGIE 2015 (DONNÉS 2012) | 7
Scénario adapté
Afin d’assurer le suivi du SRCAE, l’objectif de réduction de 23% de l’évolution des émissions directes de GES a été
appliqué aux données disponibles (inventaires 2002 - 2012 d’Air Lorraine).
FIGURE 9 EMISSION DE GES. SCÉNARIO ADAPTÉ ET SUIVI
*
* Valeur 2005 extrapolée à partir des inventaires 2002, 2006, 2010, 2012
Comparatif entre les deux scénarii
Gaz à Effet de Serre (10^6 tonnes)
1990
Scénario "retenu"
SRCAE 2020
effort de réduction par rapport 1990
effort de réduction par rapport 20051
référence
Kyoto
38,8
2005
2012
2020
référence
(pour
suivi)
objectif
34,3
-12%
29,8
-23%
-13%
42,5
n/d
36,9
n/d
-13%
1 donnée non intégrée lors de l’adoption du SRCAE mais reconstituée pour le
scénario "adapté"
Scénario "adapté"
(données Air Lorraine)
Scénario SRCAE 2020
effort de réduction par rapport 19902
effort de réduction par rapport 20053
n/d
n/d
2 difficulté à reconstituer un inventaire pour 1990 avec les données Air Lorraine
3 donnée non intégrée lors de l’adoption du SRCAE mais reconstituée pour le
scénario "adapté"
Point d'étape: suivi
(données Air Lorraine)
Dernier point disponible
réduction par rapport niveau 2005
31,5
-26%
FIGURE 10 RÉSUMÉ DES SCENARII ET SES ADAPTATIONS POUR N’ASSURER LE SUIVI
OREL | CHIFFRES CLÉS CLIMAT AIR ENERGIE 2015 (DONNÉS 2012) | 8
2.4 Scénario « production d’énergie renouvelable »
Scénario retenu
SRCAE 2020 : 14 % de la consommation en énergie finale (production de 12,96TWh d’EnR, +189% par rapport à 2005)
FIGURE 11 PRODUCTION D’EnR. SCÉNARIO RETENU
Scénario adapté 3
Afin d’assurer le suivi du SRCAE, l’objectif de porter la part des EnR à 14 % de la consommation en énergie finale a été
appliqué aux données disponibles ( inventaires 2002 à 2012 d’Air Lorraine ).
FIGURE 12 PRODUCTION EnR. SCÉNARIO ADAPTÉ ET SUIVI
*
* Valeur 2005 extrapolée à partir des inventaires 2002, 2006, 2010, 2012
3
SCENARIO “PRODUCTION D’EnR” DU SRCAE EN Mtep (10^6 TONNES ÉQUIVALENTS DE PÉTROLE) ENTRE PARENTHÈSE, 10^12 WATT-HEURE.
OREL | CHIFFRES CLÉS CLIMAT AIR ENERGIE 2015 (DONNÉS 2012) | 9
Comparatif entre les deux scénarii
Production d'énergies
Renouvelables [Mtep]
Scénario "retenu"
Scénario "adapté"
(données Air Lorraine)
Point d'étape: suivi
(données Air Lorraine)
2005
2012
2020
référence
(pour suivi)
objectif
SRCAE 2020
augmentation par rapport à 2005
indicateur "production EnR / Consommation EF"
0,38
SRCAE 2020
augmentation par rapport à 2005
indicateur "production EnR / Consommation EF"
0,32
1,1
189%
14%
4%
0,9
189%
14%
3%
Dernier point disponible
augmentation par rapport à 2005
indicateur "production EnR / Consommation EF"
0,5
55%
6%
FIGURE 13 RÉSUMÉ DES SCENARII ET SES ADAPTATIONS POUR N’ASSURER LE SUIVI
Entre 2005 et 2012, la production d’énergies renouvelables a augmenté de 55 % à 61% tandis que la consommation
d’énergie finale a subi une réduction de 25%. Cela explique l’augmentation de l’indicateur Production EnR/Consommation
EF.
Suivi des objectifs SRCAE en terme de production d’EnR par filière
FIGURE 14 SUIVI DES OBJECTIFS EN TERME D’ENR DU SRCAE
OREL | CHIFFRES CLÉS CLIMAT AIR ENERGIE 2015 (DONNÉS 2012) | 10
3
La consommation d’énergie
3.1 Consommation d’énergie primaire
L’industrie et la branche énergie représentent plus de la moitié des consommations d’énergie primaire de la région. En
effet, la Lorraine reste une terre d’industrie et comporte encore en 2012 quelques grosses infrastructures de production
d’électricité. Ces dernières contribuent aux trois quarts des consommations de la branche énergie. La moitié restante se
partage principalement entre le secteur résidentiel-tertiaire et les transports routiers.
Par secteur
4
FIGURE 15 EVOLUTION DE LA CONSOMMATION D’ÉNERGIE PRIMAIRE PAR SECTEUR
Par source d’énergie
FIGURE 16 ÉVOLUTION DE LA CONSOMMATION D’ÉNERGIE PRIMAIRE PAR SOURCE D’ÉNERGIE
4
UTILISATION DES TERRES, LEURS CHANGEMENTS ET LA FORÊT (UTCF)
OREL | CHIFFRES CLÉS CLIMAT AIR ENERGIE 2015 (DONNÉS 2012) | 11
3.2 Consommation d’énergie finale
La Lorraine restant une région fortement industrialisée, ce secteur représente la majorité des consommations d’énergie
finale. Le secteur résidentiel y contribue pour un quart, principalement pour les besoins en chauffage (~70%). Suivent les
transports routiers, en provenance des voitures particulières à 49%, des poids lourds à 30% et des véhicules utilitaires à
20%. Enfin le secteur tertiaire consomme 12% de l’énergie finale en région5
Par secteur
6
FIGURE 17 EVOLUTION DE LA CONSOMMATION D’ÉNERGIE FINALE PAR SECTEUR
Par source d’énergie
FIGURE 18 ÉVOLUTION DE LA CONSOMMATION D’ÉNERGIE FINALE PAR SOURCE D’ÉNERGIE
5
ON CONSIDÈRE QUE LES PRODUCTEURS, TRANSFORMATEURS ET DISTRIBUTEURS D’ÉNERGIE NE CONSOMMENT QUE DE L’ÉNERGIE PRIMAIRE, C’EST POURQUOI ILS
N’APPARAISSENT PAS ICI.
6
UTILISATION DES TERRES, LEURS CHANGEMENTS ET LA FORÊT (UTCF)
OREL | CHIFFRES CLÉS CLIMAT AIR ENERGIE 2015 (DONNÉS 2012) | 12
4
Production d’énergie en Lorraine
4.1 Vision globale
La production
d’énergie présente 3
type de valorisation
possibles :
sous la forme
de combustible,
de chaleur ou
d’électricité.
Certaines filières
(comme la
cogénération)
peuvent présenter
deux valorisations
simultanées.
La Lorraine est un territoire fortement producteur d’énergie, bien que l’évolution du secteur industriel a eu comme
conséquence une réduction du volume total produit. En effet, ce déclin est associé à la fermeture de centrales thermiques
à flamme qui fonctionnaient au charbon et d’autres combustibles fossiles, ainsi que la réduction de la production de
combustible sous la forme de coke. En revanche, on constate une augmentation notable de la présence des énergies
renouvelables sur le territoire, sous la forme de chaleur ou d’électricité.
FIGURE 19 PRODUCTION D’ÉNERGIE EN LORRAINE PAR TYPE
DE VALORISATION
FIGURE 20 EVOLUTION DE LA PRODUCTION
D’ÉNERGIE EN LORRAINE
OREL | CHIFFRES CLÉS CLIMAT AIR ENERGIE 2015 (DONNÉS 2012) | 13
FIGURE 21 VENTILATION DE LA PRODUCTION D’ÉNERGIE EN LORRAINE POUR 2012
4.2 Analyse par type de transformation
4.2.1 PRODUCTION D’ÉLECTRICITÉ
FIGURE 22 PRODUCTION D’ÉLECTRICITÉ EN LORRAINE
Crédit Photo : Gerard Pol Gili
FIGURE 23 PRODUCTION D’ÉLECTRICITÉ NON-RENOUVELABLE EN 2012
Production
d’électricité
non-renouvelable
en 2012 :
41 352 GWh
OREL | CHIFFRES CLÉS CLIMAT AIR ENERGIE 2015 (DONNÉS 2012) | 14
FIGURE 24 PRODUCTION D’ÉLECTRICITÉ RENOUVELABLE EN 2012
Production
d’électricité
renouvelable en
2012 :
1681 GWh
4.2.2 PRODUCTION DE CHALEUR
Energies renouvelables
FIGURE 25 EVOLUTION DE LA CHALEUR PRODUITE
PAR DES SOURCES RENOUVELABLES EN LORRAINE
FIGURE 26 VENTILATION DES SOURCES DE CHALEUR
RENOUVELABLE EN 2012
Zoom sur les réseaux de chaleur urbaine (RCU)
Historiquement, un grand nombre de communes lorraines disposent de systèmes de chaleur urbaine afin de chauffer des bâtiments
publics et privés à partir d’une chaufferie collective. Le système permet de mobiliser des sources d’énergie difficilement exploitables
au niveau individuel en zones urbaines (chaleur fatale, bois-énergie, etc.).
Le secteur présente des évolutions très positives en terme de mix énergétique. Ainsi, en 2012, 35% des sources de chaleur des
systèmes lorrains étaient renouvelables.
FIGURE 27 ÉVOLUTION DE LA PUISSANCE LIVRÉE DANS LES
RÉSEAUX DE CHALEUR EN LORRAINE
FIGURE 28 VENTILATION DES SOURCES DE CHALEUR POUR LES
RCU DE LORRAINE EN 2012
OREL | CHIFFRES CLÉS CLIMAT AIR ENERGIE 2015 (DONNÉS 2012) | 15
4.2.3 PRODUCTION DE COMBUSTIBLES ET CARBURANTS
Production d’énergie en Lorraine
Renouvelables (Biocarburant)
Crédit photo : Dominique Mollicone
FIGURE 29 EVOLUTION DE LA PRODUCTION DE BIOCARBURANT EN LORRAINE
Non-Renouvelables (Coke)
Crédit photo : Dave Heuts
FIGURE 30 EVOLUTION DE LA PRODUCTION DE COKE EN LORRAINE
Crédit photo : Dave Heuts
OREL | CHIFFRES CLÉS CLIMAT AIR ENERGIE 2015 (DONNÉS 2012) | 16
5
Le bilan d’énergie
La réalisation d’un bilan d’énergie globale du territoire nécessite la combinaison des différents jeux de données d’Air
Lorraine, ainsi qu’un certain nombre de calculs spécifiques :
OREL | CHIFFRES CLÉS CLIMAT AIR ENERGIE 2015 (DONNÉS 2012) | 17
6
Les émissions des Gaz à Effet
de Serre7 (GES)
POTENTIEL DE RECHAUFFEMENT GLOBAL
Le PRG8 a été défini afin de déterminer l’impact relatif
de chacun des gaz à effet de serre sur le changement
climatique (cf. généralités méthodologiques).
La formule de calcul du PRG, adoptée par le GIEC et
dans le cadre du protocole de Kyoto est la suivante :
PRG = CO2 + 21 x CH4 + 310 x N2O
Elle signifie que le potentiel de réchauffement du CH4
est 21 fois plus élevé que le CO2 et celui du N2O 310
fois plus élevé que le CO2 .
Le PRG est exprimé en tonnes équivalent CO2 à
horizon 100 ans.
Seules les émissions directes (SCOPE 1) de CO2 , CH4
et N2O sont prises en compte dans le calcul du PRG.
Même si d’autres gaz à effet de serre existent, ces
trois gaz représentent la quasi-totalité du PRG.
ENJEUX REGIONAUX
Le PRG lorrain représente 7% du PRG national
en 2012. Les émissions de CO2 dominent le
PRG dont la répartition spatiale et sectorielle
est liée à celle du CO2 .
L’impact des GES agricoles au sein du PRG est
assez faible et principalement visible en zone
rurale.
Les mesures prises pour la réduction des
émissions de CO2 , principalement au sein de
la branche énergie et de l’industrie, devraient
impacter également le PRG lorrain qui devrait
alors continuer sa baisse dans les années
futures.
FIGURE 31 EVOLUTION DES ÉMISSIONS DIRECTES ET INDIRECTES
DE GES EN LORRAINE
Crédit Photo : MecTouZen-art
FIGURE 32 ÉVOLUTION DES ÉMISSIONS DIRECTES
(SCOPE 1) PAR HABITANT
7
8
HORS UTILISATION DE TERRES, LEUR CHANGEMENT D’AFFECTATION ET LA FORESTERIE
AUSSI APPELÉ «ÉQUIVALENT DE CO2» OU «CO2E»
OREL | CHIFFRES CLÉS CLIMAT AIR ENERGIE 2015 (DONNÉS 2012) | 19
FIGURE 33 ÉVOLUTION DES ÉMISSIONS DIRECTES (SCOPE 1) PAR HABITANT
9
FIGURE 34 ÉVOLUTION DES ÉMISSIONS DIRECTES (SCOPE 1)
PAR HABITANT
FIGURE 35 RÉPARTITION DES ÉMISSIONS DE GES LIÉES
ET NON LIÉES À L’ÉNERGIE PAR SECTEURS ÉMETTEURS EN 2012
10
La contribution de chaque gaz à effet de serre au panier
de PRG en 2012 est la suivante :
CH4
6%
N2O
7%
CO2
87%
FIGURE 36 CONTRIBUTION DES PRINCIPAUX GAZ À EFFET
DE SERRE EN 2012
9,10
UTILISATION DES TERRES, LEURS CHANGEMENTS ET LA FORÊT (UTCF)
OREL | CHIFFRES CLÉS CLIMAT AIR ENERGIE 2015 (DONNÉS 2012) | 20
7
Emissions d’oxydes d’azote NOX
Le monoxyde d’azote NO et
le dioxyde d’azote NO2 sont
notamment issus de combustions,
directement ou indirectement.
Le NO2 est un gaz irritant pour
les bronches. Il
participe au
phénomène des pluies acides. Il
joue également un rôle précurseur
dans la formation de l’ozone
troposphérique
et
favorise
l’augmentation des concentrations
de nitrates dans le sol.
ENJEUX REGIONAUX
En 2012, la Lorraine représente 6% des émissions nationales de NOx.
En 2013 et 2014, des dépassements en NO2 de la valeur limite annuelle de
40 µg/m3 sont à signaler sur des stations de proximité autoroutière dans les
agglomérations de Metz et Nancy.
En 2014, environ 23 000 lorrains ont été exposés à des dépassements de
valeurs réglementaires, notamment à proximité des grands axes routiers et sous
l’influence des véhicules diesel.
Par ailleurs, aucun dépassement du seuil d’information du public ou d’alerte en
2013 et 2014 n’est à constater.
Malgré ces quelques points à surveiller, la baisse des émissions devrait se
poursuivre en raison des politiques publiques mises en œuvre et aux évolutions
technologiques des véhicules.
FIGURE 38 EVOLUTION DE LA RÉPARTITION DES ÉMISSIONS DE NOx PAR
SECTEUR
FIGURE 37 EVOLUTION DES ÉMISSIONS DE NOx
11
FIGURE 39 EVOLUTION DE LA CONTRIBUTION DE LA CONSOMMATION FIGURE 40 RÉPARTITION DES ÉMISSIONS DE NOx LIÉES ET NON-LIÉES À
D’ÉNERGIE AUX ÉMISSIONS DE NOx
L’ÉNERGIE EN 2012
12
11, 12
UTILISATION DES TERRES, LEURS CHANGEMENTS ET LA FORÊT (UTCF)
OREL | CHIFFRES CLÉS CLIMAT AIR ENERGIE 2015 (DONNÉS 2012) | 21
8
Emissions de particules PM
10
ENJEUX REGIONAUX
Elles correspondent aux poussières en
suspension de diamètre inférieur à 10
micromètres et ont de nombreuses origines,
naturelles et anthropiques.
Les PM10 pénètrent dans les voies respiratoires
supérieures. Elles peuvent réduire la visibilité,
et influencer le climat en absorbant et en
diffusant la lumière. En se déposant, elles
salissent et contribuent à la dégradation
physique et chimique des matériaux,
bâtiments, monuments et plantes. Malgré
ces quelques points à surveiller, la baisse des
émissions devrait se poursuivre en raison des
politiques publiques mises en œuvre et aux
évolutions technologiques des véhicules.
Au niveau régional, les rejets de PM10 contribuent à hauteur de 4.9% aux
émissions nationales en 2012.
Depuis 2010 les valeurs limites réglementaires ont été dépassées
uniquement sur des sites de proximité industrielle.
On peut noter en 2014, 22 jours de dépassement du seuil d’information
et 3 jours du seuil d’alerte, en 2013 14 épisodes de pollution aux PM10
sur une durée de 39 jours au total et 4 jours d’alerte
Ces épisodes régionaux et ponctuels sont dus à des conditions
météorologiques particulières. Les émissions à grande échelle de PM10
devraient continuer leur baisse dans les années futures en raison d’un
grand nombre de mesures visant leur réduction (plan particules…).
FIGURE 42 EVOLUTION DE LA RÉPARTITION DES ÉMISSIONS DE PM10 PAR
SECTEUR
FIGURE 41 EVOLUTION DES ÉMISSIONS DE PM10
13
FIGURE 43 EVOLUTION DE LA CONTRIBUTION DE LA CONSOMMATION D’ÉNERGIE AUX ÉMISSIONS DE PM10
FIGURE 44 RÉPARTITION DES ÉMISSIONS DE PM10 LIÉES ET NON-LIÉES À
L’ÉNERGIE EN 2012
11
13, 14
UTILISATION DES TERRES, LEURS CHANGEMENTS ET LA FORÊT (UTCF)
OREL | CHIFFRES CLÉS CLIMAT AIR ENERGIE 2015 (DONNÉS 2012) | 22
9
Emissions de particules PM
2.5
ENJEUX REGIONAUX
Ce sont les particules en
suspension d’un diamètre
inférieur à 2.5 micromètres.
Leurs origines et effets sont
les mêmes que les PM10 mais
du fait d’un diamètre inférieur,
elles peuvent pénétrer plus
profondément dans le système
respiratoire, jusqu’aux alvéoles
pulmonaires.
Les PM2.5 émises à l’échelle de la région représentent 4.4% des rejets français en
2012.
Les PM2.5 respectent les valeurs réglementaires en 2013 et 2014 pour l’ensemble
des stations de mesure en Lorraine.
Au même titre que pour les PM10, il existe un grand nombre de mesures visant
la réduction des émissions de PM2.5, on peut noter par exemple l’amélioration
des dispositifs individuels et collectifs de combustion du bois, l’optimisation
des pratiques d’épandage, la promotion des modes de transport alternatifs à la
voiture.
La baisse devrait se poursuivre dans les années à venir.
FIGURE 45 EVOLUTION DES ÉMISSIONS DE PM2.5
FIGURE 46 EVOLUTION DE LA RÉPARTITION DES ÉMISSIONS DE PM2.5
PAR SECTEUR
15
FIGURE 47 EVOLUTION DE LA CONTRIBUTION DE LA CONSOMMATION
D’ÉNERGIE AUX ÉMISSIONS DE PM2.5
FIGURE 48 RÉPARTITION DES ÉMISSIONS DE PM2.5 LIÉES ET NON-LIÉES
À L’ÉNERGIE EN 2012
16
15, 16
UTILISATION DES TERRES, LEURS CHANGEMENTS ET LA FORÊT (UTCF)
OREL | CHIFFRES CLÉS CLIMAT AIR ENERGIE 2015 (DONNÉS 2012) | 23
10
Généralités méthodologiques
et données d’entrée
Tous les résultats présents dans ce document sont issus de la base de données Invent’air d’Air Lorraine
La méthodologie de l’inventaire de polluants appliquée ici est partagée à l’échelle nationale et conforme au guide méthodologique rédigé
par le PCIT (Pôle de Coordination des Inventaires Territoriaux) qui intègre le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de
l’Energie (MEDDE), la Fédération Atmo-France, le CITEPA (Centre Interprofessionnel Technique d’Etudes de la Pollution Atmosphérique)
et l’INERIS (Institut National de l’Environnement Industriel et des Risques). Ce guide est disponible en ligne
De nombreuses données d’entrée interviennent dans la réalisation de l’inventaire. Les données socio-économiques sont principalement
fournies par l’INSEE et l’IGN, les données énergétiques proviennent des statistiques du MEDDE et des fournisseurs d’énergie. Les données
du transport et de l’industrie proviennent de diverses institutions telles que : DREAL, ADEME, RFF, conseil régional et conseils généraux,
communes, communautés de communes, etc… Les données agricoles sont issues du recensement général agricole et de la base AGRESTE
(Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt) et les données de l’enseignement, des inspections d’académie ou du
rectorat. Le guide OMINEA (Organisation et Méthodes des Inventaires Nationaux des Emissions Atmosphériques) du CITEPA, référence
en la matière, permet principalement de disposer des facteurs d’émission.
DEFINITIONS ET EQUIVALENCES ENERGETIQUES
Emissions de gaz à effet de serre : Afin de déterminer l’impact relatif de chacun des gaz à effet de serre sur le changement
climatique, un indicateur, le Pouvoir de Réchauffement Global (PRG), a été défini. Il est calculé au moyen des PRG respectifs de
chacune des substances et s’exprime en équivalent CO2 (CO2 e). Les coefficients utilisés dans l’inventaire sont ceux établis lors de
la Conférence des Parties de 1995, et appliqués dans le cadre du protocole de Kyoto (CO2 = 1 ; CH4 = 21 ; N2O = 310 ; 140 < HFC <
11 700 ; SF6 = 23 900).
Branche énergie : elle regroupe ce qui relève de la production et de la transformation d’énergie (centrales électriques, cokeries,
raffineries, pertes de distribution, etc.). Cette branche qui effectue la transformation d’énergie est également appelée industrie
de l’énergie.
Consommation d’énergie finale : consommation des seuls utilisateurs finaux, ménages ou entreprises autres que celles de la
branche énergie. Les consommations de la branche énergie sont considérées comme de la consommation primaire et ne sont donc
pas affectées à la consommation finale des secteurs (toutefois les consommations de carburants des véhicules des entreprises de
la branche énergie sont affectées au secteur des transports).
Consommation totale d’énergie primaire : consommation d’énergie de tous les acteurs économiques
Source: ASPA
OREL | CHIFFRES CLÉS CLIMAT AIR ENERGIE 2015 (DONNÉS 2012) | 24
11
L’OREL
L’Observatoire Régional de l’Energie de Lorraine (OREL) est né d’un
travail collaboratif entre le Conseil Régional, l’ADEME et la DREAL
visant à proposer une évaluation des politiques énergétiques et des
incidences en matière de consommations sectorielles, d’émissions de
gaz à effet de serre ou encore de changement climatique. Le portage
technique et l’animation sont confiés à Air Lorraine.
L’OREL se doit de répondre à plusieurs objectifs clairement identifiés,
à savoir connaître, suivre et évaluer périodiquement le profil
énergétique et climatique régional, de porter à la connaissance des
décideurs les actions menées en région sur ces thématiques et enfin
de suivre et évaluer le Plan Climat Régional ainsi que le Schéma
Régional du Climat, de l’Air et de l’Energie (SRCAE).
OREL | CHIFFRES CLÉS CLIMAT AIR ENERGIE 2015 (DONNÉS 2012) | 25
Conseil éditorial: Conseil Régional du Grand Est – DREAL Grand Est – ADEME Grand Est – Air Lorraine. Toutes les données sont
issues de « Invent’Air Emissions-Consommations V2014 V4 d’Air Lorraine » et du « Rapport Climat Air Energie 2015 (données
2012) » de l’OREL / Air Lorraine. Graphiques : Air Lorraine. Mise en page : Diana Pallas | www.dipallas.com » Tél: 07 70 33 96 69
OREL | CHIFFRES CLÉS CLIMAT AIR ENERGIE 2015 (DONNÉS 2012) | 26
CONTACT
L’Observatoire Régional de l’Energie en Lorraine
Animation et portage technique:
Air Lorraine
20 Rue Pierre Simon de Laplace, 57070 Metz
+33 03 87 74 56 04
contact@observatoire-energie-lorraine.fr
www.air-lorraine.org
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
8 258 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler