close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Au cœur de la conspiration Bedjaoui-Khelil

IntégréTéléchargement
c’est l’été
CHLEF, LA FOURNAISE DU NORD DU PAYS
LE QUOTIDIEN INDÉPENDANT - Mardi 26 juillet 2016
N°7853 - Vingt-sixième année - Prix : Algérie : 20 DA. France : 1 €. USA : 2,15 $.
ISSN : 1111-0333 - http://www.elwatan.com
ÉDITION DU CENTRE
UNE SAISON
EN «ENFER»
LIRE EN PAGES 11, 12, 13, 14 ET 15
NOUVELLES RÉVÉLATIONS DES PANAMA PAPERS
Au cœur de
la conspiration
Bedjaoui-Khelil
■ Farid Bedjaoui se révèle
encore le maître artisan
des circuits mafieux qui ont
permis à des responsables
politiques, dont Chakib
Khelil, de détourner des
centaines de millions de
dollars au détriment de
l’économie nationale.
L
PHOTO MONTAGE
e feuilleton Bedjaoui-Khelil continue
avec son lot de révélations scandaleuses
sur la dilapidation de l’argent public.
Le Consortium international des journalistes
d’investigation (ICIJ), qui a mis en lumière
le scandale Panama Papers — en révélant
d’ailleurs dans ses précédentes livraisons
la détention de sociétés offshore par Farid
Bedjaoui et la famille Khelil — revient cette
semaine avec un dossier consacré à l’Afrique et
au détournement des profits pétroliers par
des dirigeants de certains pays du continent.
(Suite page 3)
Nadjia Bouaricha
RÉFORME DU BAC
PROCÈS INTENTÉ PAR TOTAL ET REPSON À SONATRACH
LE RAPPORT REMIS
AUJOURD’HUI AU
PREMIER MINISTRE
● Le ministre de l’Energie estime que Sonatrach a suffisamment
d’arguments en main pour défendre sa position dans le cadre de
la procédure engagée à son encontre par le groupe français Total.
LIRE L’ARTICLE DE FOUAD A. EN PAGE 6
PHOTO : B. SOUHIL
BOUTERFA PRIVILÉGIE
UN RÈGLEMENT
À L’AMIABLE
■ Le ministère de l’Education nationale
remettra aujourd’hui, aux services du
Premier ministère, son rapport final
concernant le dossier de la réforme
du baccalauréat, indique une source
de cette institution.
LIRE L’ARTICLE DE FATIMA AÏT KHALDOUN-ARAB EN PAGE 5
42 JOURNALISTES VISÉS PAR DES MANDATS D’ARRÊT
CRASH DU VOL
OUAGADOUGOU-ALGER
ERDOGAN S’EN PREND
À LA PRESSE
LE SYNDICAT DES PILOTES
ESPAGNOLS RELANCE
LA POLÉMIQUE
LIRE L’ARTICLE EN PAGE 10
LIRE L’ARTICLE DE SALIMA TLEMÇANI EN PAGE 4
El Watan - Mardi 26 juillet 2016 - 2
L’ACTUALITÉ
IL SE DIT VICTIME D’UN ACHARNEMENT
Les faux-fuyants
de Boualem Sansal
a récente tribune dans
le journal Le Monde,
«Gare au terrorisme
à bas coût !», publiée au
lendemain du massacre de
Nice, a suscité de vives
critiques. Dans son texte, le
romancier à succès Boualem Sansal s’est autorisé
un parallèle pour le moins
inopportun. Pour expliquer
la stratégie des terroristes
et la riposte à lui opposer,
l’auteur du roman anticipationniste, 2084, la fin du
monde, est allé chercher
un exemple dans la tactique de guérilla urbaine
qu’était la Bataille d’Alger
pour suggérer au gouvernement français la méthode
dure utilisée par les généraux tortionnaires contre les
vaillants combattants pour
la libération nationale. Il
reprend insidieusement une
sémantique que même les
militaires français ont fini
par abandonner depuis fort
longtemps : comparer les
compagnons de Larbi Ben
M’hidi aux faux dévots et
autres ayatollahs de la mort
est une démarche aussi hasardeuse que malheureuse.
Elle ne peut que provoquer
une légitime indignation.
Et s’il avait convoqué, à la
place de la Bataille d’Alger,
la résistance du Français
Jean Moulin contre l’occupant nazi, Sansal aurait subi
des attaques plus violentes.
Il ne s’agit pas là de sacraliser la lutte de libération
nationale ou de l’ériger
en dogme, mais tenter de
mettre au même niveau le
terrorisme et une légitime
résistance pour briser les
chaînes du colonialisme,
c’est donner raison a posteriori à l’occupation coloniale.
Sollicité par El Watan pour
s’exprimer après les critiques suscitées par sa tribune, Boualem Sansal ne
répond pas sur le fond (voir
entretien). Il adopte une
attitude victimaire, criant
à la persécution. Il en fait
sa ligne de défense. Dans
l’entretien qu’il nous a accordé, il est resté évasif,
allant jusqu’à inventer «un
procès en sorcellerie». Il
se plaint de voir ses propos susciter la polémique,
même si, en même temps,
il reconnaît que celle-ci est
utile au débat. De par le
monde, écrivains, romanciers et artistes sont adeptes
des polémiques des plus
violentes. En France, le
pays que Sansal connaît le
mieux est un terrain où
les personnalités publiques
s’exposent de façon permanente à de vives polémiques
et aux controverses les
plus folles. Boualem Sansal
veut-il s’ériger en pape de la
littérature dont les lecteurs
ne devraient pas interroger
les idées et les positions ?
D’autant qu’il ne s’agit plus,
pour le sujet, de réactions de
lecteurs, de public, puisqu’il
«J’ai le droit de critiquer
ce que je veux»
● Suite à une tribune parue dans le journal
français Le Monde le 18 juillet, l’écrivain
Boualem Sansal se trouve au cœur d’une
farouche polémique. Contacté, il réagit dans ce
court entretien.
Propos recueillis par
Chahredine Berriah
PHOTO : DR
S
BOUALEM SANSAL. Ecrivain
évoque en l’occurrence un
épisode fondateur de l’histoire du pays.
Le romancier, de plus en
plus sollicité pour réagir
à chaque attentat terroriste
commis en France, semble
pris dans une machine médiatique qui fait de lui un
«expert» de fait de l’islamisme et de son versant
violent. Il se place ainsi
sur un terrain éminemment
politique, donc sujet par définition aux critiques et aux
remises en question. L’écrivain qui, souvent, dans ses
interventions médiatiques,
exprime du mépris pour
l’Algérien, le maintenant
dans «indigénat» intellectuel — comme en témoigne
son interview accordée au
Monde, en juin dernier —
doit tout de même s’attendre
à des réactions pas forcément mues par des velléités
de «procès en sorcellerie»
et autres «hurlements à la
mort».
H. O.
Dans l’article que vous avez publié dans Le Monde, vous
faites un parallèle inapproprié — pour ne pas emprunter les
qualifiants utilisés jusqu’ici par des centaines de lecteurs —
entre le conducteur du camion de Nice et Zohra Drif, entre la
promenade des Anglais et le Milk Bar d’Alger…
C’est rigolo : le seul pays au monde où on me fait des polémiques c’est... l’Algérie. Les amis chicaneurs et censeurs oublient
que c’est mon pays, que j’y vis et que, comme chacun, j’ai le droit
de critiquer ce que je veux : la politique du gouvernement, l’équipe
nationale, le comportement des commerçants, les programmes
de télé et le reste. S’il y a des choses qu’il est interdit de critiquer,
qu’ils fassent des lois pour nous dire lesquelles et on cessera de les
critiquer.
Franchement, en comparant un terroriste à de vaillants
moudjahidine, vous ne vous attendiez sûrement pas à ce que ce
raccourci passe inaperçu ?
Ecoutez, les polémiques ne me dérangent pas, elles participent
du débat national, ça peut être utile. Mais là, il s’agit de procès en
sorcellerie, on a allumé un bûcher, on hurle déjà à la mort. Si ça servait à quelque chose, je le ferais, j’expliquerais et je démontrerais
que les accusations qu’on me fait n’ont pas de raison d’être, mais
ça ne sert à rien. Aujourd’hui, tout ce qui est publié, même écrit
par le pape ou Dieu lui-même, donne lieu dans la minute qui suit à
un déluge d’insultes, d’accusations, d’insanités, de mensonges, de
condamnations à mort. On dirait que ces gens ne dorment jamais.
Pourquoi surveillent-ils tant le monde ? Et pourquoi n’écrivent-ils
pas eux-mêmes qu’on puisse à notre tour déverser notre bile sur
eux, les traîner dans la boue, les pousser vers le bûcher ? C’est à
sens unique, ce n’est pas juste.
Vos propos dépassent peut-être la critique, ils vont à l’encontre de la morale aussi… ?
La critique est normale et souhaitable, chacun a le droit de
s’exprimer comme il l’entend, sur tous les sujets, c’est le principe
de base de la démocratie. Le champ de l’expression et de la critique
est ouvert à l’infini et personne, sauf la loi, n’a à se poser en gardien
de quoi que ce soit, dogme sacré ou vérité supérieure. Il s’expose
à l’interpellation : qui t’a fait gardien ? D’où tires-tu ce droit ? La
morale est la chose la plus relative du monde, en tout cas la plus
élastique. Ce qui est bien ici, est mal là et inversement.
C. B.
IL S’EXPLIQUE SUR LA TAXE SUR LES PROFITS EXCEPTIONNELS
Chakib Khelil veut faire diversion
sables de l’Etat à l’époque, que chez les amis de
l’Algérie qui le considéraient comme suicidaire
pour le pays. Il est clair que depuis son retour,
il tente de se refaire une virginité en multipliant
ses sorties publiques dans les zaouïas, sur les plateaux de télévision et sur son compte facebook,
mais n’aurait-il pas mieux fait de s’expliquer sur
les graves scandales de corruption qui l’éclaboussent ? Qu’a-t-il à dire à propos des documents
et des informations révélés par les Panama Papers,
l’affaire Saipem et les commissions se chiffrant en
millions de dollars qui ont atterri sur les comptes
de son épouse Nadjet Arafat soigneusement
garnis, au nez et à la barbe des Algériens, par ses
hommes de main, Farid Bejaoui et Omar Habour ?
La justice italienne soutient que la société Collingdale Consultants Inc. liée à Farid Bedjaoui a
été utilisée pour «détourner 15 millions de dollars
au profit des associés et de la famille de Chakib
Khelil».
Et l’affaire BRC and Condor qui a été dissoute
avant que le scandale n’éclate sur la place
publique ? Contrairement à ce qu’il prétend, la
gestion de l’ancien ministre de l’Energie et des
Mines — une gestion qu’il défend dans la vidéo
qu’il a mise en ligne hier — a été une catastrophe
pour le secteur et pour le pays. Qu’à cela ne tienne,
M. Khelil crie à qui veut l’entendre que c’est grâce
à sa clairvoyance que l’Algérie a engrangé des
milliards de dollars. Se mettant dans la peau de la
victime d’une machination diligentée par le DRS,
il se dit prêt à pardonner les torts commis envers
lui et pense qu’«il est temps aujourd’hui de mettre
le passé derrière nous et voir les choses autrement
avec un regard tourné vers l’avenir en contribuant
tous ensemble à construire une économie prospère
et diversifiée au profit de notre jeunesse». S’ins-
crit-il dans un projet politique à venir, comme il
le laisse entendre ? Rien n’est impossible tant que
le système qui le protège l’extirpe des mains de
la justice devant laquelle il devrait naturellement
répondre sur plusieurs dossiers liés à la corruption.
Saïd Rabia
PUBLICITÉ
L
e jour même où le New York Times consacre sa
première page aux dirigeants africains impliqués dans des affaires de corruption et réserve de
longs passages à l’Algérie en le citant lui et son
homme de main Farid Bejaoui, Chakib Khelil,
l’ancien ministre de l’Energie et des Mines, publie
une vidéo sur son compte facebook pour parler
de la «taxe sur les profits exceptionnels» imposée
aux compagnies pétrolières étrangères opérant en
Algérie en 2006. Le journal américain, qui revient
sur les scandales révélés par les Panama Papers,
décortique et raconte comment de hauts responsables africains ont détourné et planqué leur
argent dans les sociétés offshore. Chakib Khelil
est de ceux-là. Mais ne le voilà-t-il pas, toute honte
bue, qu’il s’adresse à l’opinion publique pour lui
expliquer que c’est lui l’initiateur de la TPE qui a
préservé les intérêts de la nation et que c’est grâce
à lui que l’Algérie a pu gagner, depuis 2006, 15
milliards de dollars et continue, selon lui, à en profiter même aujourd’hui. Chakib Khelil s’accroche
désespérément aux retombées bénéfiques d’un
texte de loi décidé par l’Etat algérien après le gel
d’un nouveau projet de loi sur les hydrocarbures
qu’il avait lui-même élaboré en 2003. Il a oublié,
bien évidemment, de mentionner que le premier
texte qui portait sa signature remettait tellement
en cause la souveraineté nationale sur un secteur
aussi stratégique que celui des hydrocarbures,
qu’il avait soulevé un tollé général aussi bien dans
le pays, y compris parmi de nombreux respon-
El Watan - Mardi 26 juillet 2016 - 3
L’ACTUALITÉ
NOUVELLES RÉVÉLATIONS DES PANAMA PAPERS
AU CŒUR DE LA CONSPIRATION
BEDJAOUI-KHELIL
Suite de la page 1
L
’Algérie figure en «bonne place»
dans ce dossier, largement
repris par le prestigieux journal
américain New York Times dans son
édition d’hier. «Des deals secrets
privent l’Afrique de milliards de dollars
de revenus», souligne l’ICIJ, en faisant
cette fois le lien entre les sociétés
offshore créées par l’intermédiaire du
cabinet d’avocats Mossack Fonseca
et le détournement des revenus des
contrats de vente ou de projets dans le
secteur des hydrocarbures ou autres
ressources naturelles. Farid Bedjaoui,
qui se trouve actuellement dans une
réplique du quartier américain huppé de
Beverly Hills à Dubaï, dont les sociétés
offshore sont qualifiées de «carrefour
des flux financiers illicites», est celui
à travers lequel la famille Khelil a
bénéficié des contrats signés avec la
firme italienne Saipem. «Quand il n’est
pas à bord de son yacht, Farid Bedjaoui
occupe la cour de l’hôtel Bulgari à
Milan, un palais rénové du XVIIIe siècle
niché entre les jardins botaniques et
le théâtre La Scala. Sur cinq ans, la
note d’hôtel de Bedjaoui a largement
dépassé les 100 000 dollars», décrit
le rapport de l’ICIJ, en notant que
Bedjaoui y recevait des responsables et
cadres du gouvernement algérien ainsi
que des dirigeants de Saipem.
1,5 MILLIARD DE DOLLARS
DÉTOURNÉS PAR AN
«Leur ordre du jour est révélé par des
témoins interrogés par les enquêteurs
italiens : organiser le transfert de
275 millions de dollars de pots-de-vin
afin d’aider la compagnie italienne
à gagner plus de 10 milliards de
dollars en contrats de construction de
pipelines en Algérie.» La mission de
Bedjaoui est au cœur de l’organisation
du transfert en question entre les deux
pays. Il utilise à cet effet un groupe de
17 sociétés offshore, dont une douzaine
ont été créées par le cabinet Mossack
Fonseca. Les enquêteurs italiens
arrivent à la confirmation que Bedjaoui
a utilisé une entreprise pour acheminer
quelque 15 millions de dollars au profit
d’associés et membres de la famille de
l’ancien ministre de l’Energie, Chakib
Khelil.
DES YACHTS, DES WARHOL
ET DALI
Le document de l’ICIJ rappelle que les
enquêteurs italiens accusent Bedjaoui,
appelé «Monsieur 3%», de gonfler
la valeur des contrats au profit de
responsables algériens et de prendre
une marge à son compte.
Présentée comme un «modèle» en
Afrique sur la dilapidation des recettes
des richesses naturelles, l’Algérie a
perdu entre 2004 et 2013, note l’ICIJ,
1,5 milliard de dollars par an à cause
de l’évasion fiscale, la corruption et
la criminalité, selon les estimations
de l’indice d’intégrité financière
mondiale. Les Nations unies estiment
que 50 milliards au moins s’évaporent
chaque année du continent africain à
travers le flux d’argent illicite.
«Avec ses nationalités française,
canadienne et algérienne, le neveu
de l’ancien ministre des Affaires
étrangères a ouvert des comptes
bancaires un peu partout… Depuis
11 ans, Mossack Fonseca travaille
pour Bedjaoui et une demi-douzaine
de membres de sa famille, amis et
associés à des fins d’enrichissement
illicite», indique l’enquête de l’ICIJ,
en notant que Bedjaoui et ses associés
ont choisi les règles du secret pour
«assurer l’anonymat aux actionnaires»
et brouiller les pistes des bénéficiaires.
En sus d’échanger des numéros de
téléphone secrets, l’argent des
commissions est aussi réparti entre
16 comptes bancaires établis à Dubaï,
en Algérie, à Singapour, Londres,
Hong Kong, en Suisse et au Liban.
Farid Bedjaoui menait, grâce à l’argent
du contribuable détourné, une vie de
prince. «La police canadienne a saisi
les actifs de Bedjaoui à Montréal et
les autorités françaises ont fait une
descente dans son appartement situé
sur une avenue bordée d’arbres à Paris,
et ont saisi des tableaux de Warhol,
Miro et Dali, ainsi que son yacht de
43 mètres.» Les autorités américaines
ont elles aussi examiné trois demeures
situées à New York d’une valeur de plus
de 50 millions de dollars achetées par
Bedjaoui Farid, dont une copropriété sur
Fifth Avenue acquise pour 28,5 millions
de dollars. Les enquêteurs italiens, qui
ont demandé au ministère de la Justice
américain des registres de propriété
et des informations sur l’origine des
fonds utilisés pour acheter des biens
immobiliers à Rockville, Potomac et
Maryland, ont reçu, entre autres, des
documents attestant qu’une société sise
à Delaware, spécialisée dans le transfert
d’actifs, a émis 26 millions de dollars
de la banque new-yorkaise Mellon à
JP Morgan Chase afin de compléter
l’achat de la copropriété de Central
Park. «L’investissement du produit de la
corruption dans l’immobilier aux EtatsUnis est un modus operandi typique du
groupe criminel imputable à Bedjaoui»,
notent les enquêteurs italiens.
Le cabinet Mossack Fonseca, qui nie
être au courant des affaires judiciaires
liées à la source de l’argent de Bedjaoui
avant septembre 2013, a continué à
gérer les actifs d’une des sociétés du
neveu du ministre jusqu’en novembre
2015.
N. B.
QUAND LES REVENUS PÉTROLIERS SONT DÉTOURNÉS
L’Afrique, un continent riche spolié par ses dirigeants
’Afrique, ce grand continent, l’un des plus
riches au monde de par la diversité de ses
ressources naturelles, ne profite pas à ses
populations. Des dirigeants de pays africains les
plus pourvus en ressources naturelles s’attellent à
spolier et siphonner les richesses sans sourciller.
Le Consortium international des journalistes
d’investigation (ICIJ) établit le lien entre les
sociétés offshore créées dans les îles Vierges et
autres paradis fiscaux et la corruption dans le
secteur minier et énergétique dans 44 des 54 pays
d’Afrique. Pas moins de 37 sociétés-écrans
identifiées sont concernées par des actions
judiciaires ou enquêtes gouvernementales sur
des accusations de dilapidation des richesses
naturelles africaines. Evasion fiscale, corruption
et destruction de l’environnement, tout est
prétexte, dans ces pays, pour créer des sociétés
offshore par l’intermédiaire du cabinet d’avocats
domicilié au Panama, Mossack Fonseca. Pétrole,
gaz, diamant, or, etc., l’Afrique est ouverte
à la spoliation et à la prédation moyennant
des commissions versées à des dirigeants et à
leurs proches. «Des compagnies peuvent avoir
accès facilement à des projets d’extraction
minière très lucratifs grâce à la connexion de
leurs propriétaires avec le monde politique,
ou parce que leurs propriétaires sont prêts à
se livrer à des transactions douteuses visant à
générer des profits rapides pour quelques-uns
au lieu de profiter à la société au sens large»,
a confié au ICIJ Fredrik Reinfeldt, président de
l’Initiative pour la transparence des industries
extractives. Le même responsable souligne
que les sociétés-écrans et fictives facilitent le
blanchiment d’argent et la corruption, car elles
permettent aux malfaiteurs de se cacher derrière
une chaîne de sociétés souvent enregistrées dans
plusieurs juridictions. Les fichiers internes de
Mossack Fonseca révèlent que pas moins de
1400 entreprises sont liées à l’exploitation des
mines, des minéraux, du pétrole et du gaz. «Une
majorité de ces entreprises est contrôlée par
des politiciens, des membres de leurs familles
et des associés d’affaires», précise le document
de l’ICIJ, en notant que ce que la terre a mis des
millions, voire des milliards d’années à former,
est négocié sur le marché de la corruption par
des sociétés-écrans qui n’existent que depuis
quelques mois. L’ICIJ révèle que 27 filiales
enregistrées par Mossack Fonseca appartiennent
au plus grand producteur d’or au monde, qui
n’est autre que le géant minier AngloGold
Ashanti.
Les Panama Papers soulignent en outre que
le Nigeria, grand pays pétrolier, arrive en tête
des pays africains où des milliards de dollars
sont siphonnés chaque année. Les Panama
Papers montrent que parmi les anciens clients
du cabinet panaméen figurent trois ministres
du Pétrole, ainsi que des cadres supérieurs
de la compagnie pétrolière nigériane et deux
anciens gouverneurs d’Etat reconnus coupables
de blanchiment d’argent. Les fonds détournés
ont été utilisés, entre autres, pour l’achat d’une
maison à Rockville (Maryland) et quatre autres
demeures à Londres. Des propriétaires de mines
de diamant en Sierra Leone et des compagnies de
safari au Kenya et au Zimbabwe comptent aussi
des sociétés offshore. La caste des dirigeants
spoliateurs s’offre aussi des yachts, de luxueuses
demeures à Manhattan et Beverly Hills. N. B.
PUBLICITÉ
L
El Watan - Mardi 26 juillet 2016 - 4
L’ACTUALITÉ
CRASH DU VOL OUAGADOUGOU-ALGER
Le syndicat des pilotes espagnols
relance la polémique
es pilotes du vol Ouagadougou-Alger qui
s’est crashé le 24 juillet 2014 n’étaient
pas formés aux manœuvres qui auraient
pu éviter le drame. C’est le Syndicat des pilotes
espagnols (Sepla) qui vient de faire cette
déclaration, rejoignant ainsi le Bureau d’expertise
aérienne (BEA), qui a mis en avant «l’erreur
humaine» dans le crash de l’avion de Swiftair
affrété par Air Algérie, causant la mort de 116
personnes. Pour Air Algérie, il faut attendre
la fin des trois enquêtes pénales engagées en
France, en Espagne et en Algérie pour valider les
conclusions et se retourner contre Swiftair.
De plus en plus, les causes du crash du vol
AH5017 d’Air Algérie se précisent. Après les
conclusions du BEA de Paris qui évoquent
«une erreur humaine», c’est au tour du syndicat
des pilotes espagnols de pointer du doigt
leurs collègues qui étaient aux commandes
du McDonnell Douglas MD83 affrété par Air
Algérie auprès de la compagnie espagnole
Swiftair, à bord duquel se trouvaient 110
passagers et six membres d’équipage qui ont
trouvé la mort, le 24 juillet 2014 dans la région de
Gossi, au Mali. Dans un communiqué largement
repris par l’AFP, le Sepla, a déclaré que «les
pilotes espagnols aux commandes de l’avion
d’Air Algérie de ce 24 juillet 2014 n’étaient pas
formés aux manœuvres qui auraient pu éviter le
drame». Une conclusion à laquelle était arrivé,
en avril dernier, le BEA de Paris à la suite d’une
enquête technique. Pour les experts du BEA,
le crash a été provoqué par «la non-activation
par l’équipage du système antigivre», suivie de
«l’absence de réaction des pilotes» pour sortir
d’une situation de décrochage. «L’obstruction
● Le Syndicat des pilotes espagnol vient de confirmer
la thèse de l’erreur humaine que le BEA avait déjà précisée
dans son rapport. La procédure d’indemnisation des familles
des victimes a déjà commencé.
des capteurs de pression des moteurs en raison
du givre a conduit à une diminution de la poussée
des moteurs, puis de la perte de vitesse de l’avion.
L’équipage n’aurait pas détecté cette diminution
de vitesse jusqu’au décrochage, puis n’a pas été
en mesure de le rattraper». Le Sepla explique
cette non-réactivité de l’équipage par le «manque
d’expérience». «Les pilotes n’avaient jamais
été formés pour affronter une telle situation»,
note le syndicat, en rappelant d’autres accidents
aériens causés par ce type de problème, citant
le vol Rio-Paris d’Air France en juin 2009 avec
à son bord 228 passagers. Le syndicat s’attaque
à la compagnie Swiftair en l’accusant de ne pas
avoir pris les mesures nécessaires. «Depuis,
l’Organisation de l’aviation civile internationale
a prévu des formations complémentaires, qui
n’ont pas été mises en œuvre par Swiftair
avant l’accident. Nous n’apprenons pas de nos
erreurs», a dénoncé, lors d’une conférence de
presse, Ariel Shocrón, chef du département
technique du syndicat, repris par l’AFP. «Le pilote
et le copilote étaient très expérimentés, ils avaient
plus de 16 000 heures de vol sur cet aéronef (...)
Nous avons besoin de davantage d’entraînement
de meilleure qualité», a lancé le responsable
syndical. Du côté d’Air Algérie, l’heure est à la
commémoration douloureuse de cet accident.
D’abord en France (Paris), pays qui compte 54
victimes, où une cérémonie de recueillement
a eu lieu, puis aux alentours de l’aéroport de
Ouagadougou, où les travaux de construction
d’une stèle commémorative viennent d’être
lancés.
«EN CAS D’ERREUR HUMAINE, NOTRE
ASSUREUR SE RETOURNERA CONTRE
SWIFTAIR»
Sur la responsabilité de ce crash, la compagnie
est obligée d’attendre les résultats des procédures
pénales ouvertes en France, en Espagne et en
Algérie sur les circonstances de l’accident. «En
attendant la fin de ces enquêtes, la compagnie a
engagé la procédure d’indemnisation des familles
des victimes conformément à la Convention
de Montréal. Les négociations collectives et
individuelles, par le biais des avocats de nos
assureurs, ne se sont jamais arrêtées. Les
familles des six victimes algériennes ont été
indemnisées. Une avance sur indemnisation a
été remise à 52 autres familles avec lesquelles les
négociations sont en bonne voie. Il y a bien sûr
quelques familles qui ont refusé l’indemnisation
et attendent la fin de la procédure. Nous avons
déjà gagné le procès intenté par des familles
au Canada. C’est un travail de longue haleine
entrepris par les avocats de nos assureurs»,
déclare Nabil Doumi, chargé des affaires
générales à Air Algérie. A propos des accusations
portées à l’encontre de Swiftair, le responsable
explique : «Nous ne pouvons rien faire pour
l’instant. Les conclusions d’une expertise peuvent
être remises en cause par l’une ou l’autre partie.
Il faudra attendre la fin des actions pénales. Dans
le cas où elles confortent la thèse de l’erreur
humaine, notre assureur pourra se retourner
contre l’assureur de Swiftair, auquel il exigera
le remboursement de toutes les dépenses de la
compagnie, voire un dédommagement puisqu’Air
Algérie a subi un énorme préjudice en raison de
ce crash.»
Au-delà des responsabilités pénales ou des
indemnisations, ce crash, faut-il le rappeler,
constitue un drame pour les familles des 116
victimes. Si certaines parmi elles ont pu être
identifiées puis enterrées chez elles, d’autres
n’ont pu être rapatriées, laissant leurs familles
dans le désarroi le plus total.
A la veille du deuxième anniversaire, celles-ci
apprennent que les autorités maliennes ont pris
la décision, en mai dernier, d’enterrer les restes
humains à Bamako, en expliquant avoir respecté
«toutes les dispositions règlementaires de
l’Organisation de l’aviation civile internationale.
Les victimes venaient d’une quinzaine de pays, il
était difficile de faire autrement».
Reprise par les médias maliens, cette déclaration
d’un haut responsable à Bamako a suscité
beaucoup d’inquiétude et surtout de la colère
parmi les familles des victimes qui souhaitaient
le rapatriement des restes de leurs proches non
identifiés et leur enterrement. A Ouagadougou,
une stèle sera être érigée à leur mémoire. Leur
vœu n’a pas été exaucé.
Salima Tlemçani
PUBLICITÉ
L
El Watan - Mardi 26 juillet 2016 - 5
L’ACTUALITÉ
RÉFORME DU BACCALAURÉAT
DU RIFIFI À L’ENTV
Le rapport remis aujourd’hui
au Premier ministre
● Le rapport de la commission chargée de la réforme du baccalauréat ne fait pas l’unanimité au sein de la communauté
de l’éducation. Certains syndicats émettent des réserves alors que d’autres s’opposent carrément au contenu.
L
e ministère de l’Education nationale remettra, aujourd’hui,
aux services du Premier ministère, son rapport final concernant le
dossier de réforme du baccalauréat,
indique une source proche de cette
institution. Ce rapport représente
le résultat du travail de la commission chargée, au début de l’année
scolaire, de collecter les propositions (par le biais de représentants)
des enseignants, parents d’élèves et
experts relatives aux changements
à opérer concernant cet examen
dont le caractère «généraliste» a été
jugé préjudiciable pour l’orientation
universitaire des élèves. Les propositions de cette commission, ayant
trait notamment à la réduction de
la durée de l’examen et à l’organisation d’une session anticipée pour
les matières secondaires, ont été
enrichies, faut-il le souligner, par
d’autres recommandations d’experts
du secteur universitaire.
Abdelhafid Aourag, directeur général de la recherche au ministère de
l’Enseignement supérieur et de la
Recherche scientifique, a préconisé,
dans le cadre du réaménagement du
baccalauréat, de revoir certains aspects de l’enseignement secondaire.
L’atelier organisé entre les deux
ministères sur ce dossier a été d’ailleurs l’occasion pour ce responsable
de proposer d’enseigner les matières
scientifiques en français, comme solution au problème d’échec enregis-
tré en première année universitaire
dans des spécialités scientifiques.
Un taux d’échec de 60% à ce palier
des études doit interpeller sur le
choix de la langue d’enseignement
de ces matières, dispensées en langues étrangères à l’université.
A souligner qu’un consensus a été
obtenu sur la réduction de la durée
de l’examen de six à trois jours avec
une évaluation annuelle des matières
optionnelles.
Le département de Nouria Benghebrit est confronté à une divergence dans la définition des matières
secondaires qui figureront parmi
les optionnelles, dont les sciences
islamiques. L’Union nationale des
personnels de l’éducation et de la
formation (Unpef), entre autres formations ayant exprimé leurs réserves, s’oppose à ce choix et préconise de reporter l’application de
cette réforme. Ce syndicat défend le
maintien de ces matières de «l’identité», à savoir les sciences islamiques, tamazight et l’histoire dans
le calendrier de l’examen. Plusieurs
syndicats plaidant pour «un bac spécialisé» voient en cette divergence
une «politisation» du baccalauréat,
«dont la réforme est à chaque fois
reportée faute de débat de spécialistes», comme l’a commenté
Boualem Amoura du Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (Satef).
Fatima Aït Khaldoun-Arab
MAGISTRATURE
L
Tayeb Louh rappelle aux juges le respect
de l’obligation de réserve
’indépendance de la justice, la responsabilité
et les devoirs du juge ont été au centre du long
discours du ministre de la Justice et garde des
Sceaux, Tayeb Louh, lors de la cérémonie de sortie de la 24e promotion d’élèves magistrats. Dans
son allocution, il a insisté sur «les principes qui
doivent guider leur comportement dans l’exercice
de l’application équitable de la loi», ô combien
difficile par les temps qui courent. Il rappelle
aux jeunes juges ce qu’il n’a jamais cessé de
répéter à propos «des obligations inhérentes à la
préservation de l’honneur et de l’intégrité de leur
profession à travers le respect de l’obligation de
réserve et le désintéressement de toute influence»,
parce que, pour lui, «le magistrat est un modèle à
suivre, un exemple». Il évoque les derniers amendements apportés à la Constitution qui, selon lui,
«renforcent la protection du magistrat de toute
pression, intervention ou manœuvre» et souligne
que «le juge ne doit nullement prêter attention aux
tentatives et influences qui visent sa crédibilité,
même si elles émanent sous formes de droit d’opinion ou de liberté d’expression». Le ministre rend
hommage à «la conscience des magistrats qui
n’ont cessé, en toute circonstance, de préserver
l’autorité et la dignité du corps de la magistrature et contribuer à l’instauration d’une justice
de qualité garantissant les droits et protégeant
les libertés». Pour Tayeb Louh, la responsabilité
des magistrats consiste qui «à assurer une saine
application de la loi est une mission noble, lourde
et pénible en même temps». Il leur rappelle leur
devoir de se conformer aux «obligations et qualités consacrées par le statut de la magistrature,
à l’éthique qui dicte les principes d’un comportement neutre et intègre». Mieux encore, pour le
ministre de la Justice, «un pouvoir judiciaire fort
est le garant d’une justice équitable, une justice
à la hauteur des aspirations du justiciable, en
position de faiblesse, d’accéder normalement à
son droit, et ne laissant point à la personne forte
la possibilité de prétendre à un droit indu (…). La
jouissance des magistrats des droits consacrés et
protégés par la loi ne doit s’exercer que dans un
cadre à même de préserver l’autorité du poste,
l’honneur de la fonction ainsi que l’intégrité et
l’indépendance de la magistrature». Pour le ministre, «l’indépendance judiciaire se matérialise,
avant tout, par l’indépendance effective du juge et
le degré de l’application de la loi». Elle se concrétisera, dit-il, «par l’acquisition des connaissances
scientifiques et pratiques, adaptées aux règles
de la pratique réelle de la profession, permettant
ainsi au magistrat d’être indépendant, n’obéissant
qu’à sa conscience et à la loi».
Le ministre s’exprimait devant un parterre
d’élèves magistrats et de magistrats, mais aussi de
membres du gouvernement, les ministres de l’Intérieur, de l’Enseignement supérieur, de l’Habitat
et de la Solidarité. Parmi les invités, il est à noter la
présence énigmatique du patron de la Gendarmerie nationale, du directeur de la justice militaire,
mais aussi du directeur général des Douanes, d’un
divisionnaire représentant de la Sûreté nationale
et d’un cadre de la Protection civile, qui ont pris
part à la remise des prix aux meilleurs élèves
parmi les 453 qui composent la promotion, baptisée du nom du défunt ministre de la Justice,
Mohamed Teguia.
Salima Tlemçani
AUGMENTATION DES NAISSANCES DURANT L’ÉTÉ
Les services d’obstétrique en difficulté
S
i la saison estivale rime, pour
plus d’un, avec les congés et le
farniente, dans les services obstétriques des grands hôpitaux et des
cliniques c’est tout à fait le contraire.
D’après les chiffres de l’Office national des statistiques (ONS), près
de 300 000 naissances, dont plus
de 50 000 durant les mois de juillet
et août, soit 28,4% des naissances
annuelles, ont été enregistrées durant le 3e trimestre de l’année 2015.
Parallèlement, quelque 113 000
mariages ont été contractés durant
la même période. Dans la capitale,
le boom des naissances a atteint ses
plus hauts sommets l’été dernier.
Près de 30 000 nouveaux-nés, dont
21% issus d’autres wilayas, ont vu
le jour durant cette période dans
les 17 établissements hospitaliers
de la capitale. La direction de la
santé publique d’Alger évoque la
disponibilité d’un seul service pour
chaque 61 167 femmes en âge de
procréation, un lit pour 447 femmes
dans les établissements publics et
une sage-femme pour 1171 femmes.
Ces chiffres justifiés par le ministère
de la Santé, de la Population et de
la Réforme hospitalière par cette
hausse des mariages rendent la tâche
du staff médical des grands hôpitaux
et des cliniques des plus difficiles.
Ces professionnels de la santé expliquent cette immense surcharge
de leurs services par l’absence d’une
couverture sanitaire de proximité,
obligeant le citoyen en quête d’une
bonne prise en charge à s’orienter
vers un service équipé.
ALERTE DANS LES HÔPITAUX
Cette hausse du taux de natalité durant cette période de l’année fait que
même les prestations au niveau des
services d’obstétrique à travers le
pays sont à déplorer. Dans plusieurs
d’entre eux et suite à l’insuffisance
de lits, il est très fréquent de trouver
deux femmes par lit. Certaines préfèrent amener leur matelas avec elles
et dorment à même le sol. Au CHU
Nafissa Hamoud, ex-Parnet, le service gynécologie-obstétrique prend
en charge entre 30 et 50 accouchements par jour et plus de 1000 par
mois, dont la plupart habitent en
dehors de la wilaya d’Alger. D’une
capacité de 24 lits, le recours à deux
femmes et leurs bébés dans un seul
lit s’avère, pour le staff médical et
paramédical du service, l’unique
issue pour gérer cette situation.
La même situation est déplorée au
centre hospitalier de Annaba (est du
pays) où 4000 accouchements ont
été pris en charge durant le troisième
trimestre 2015, soit 40 naissances
par jour, dont 70% venues des
wilayas avoisinantes et 50% de la
seule wilaya d’El Tarf. Même si sa
capacité d’accueil est nettement
plus importante que celle de Parnet
(135 lits), le staff médical, composé
de 7 médecins et 55 sages-femmes,
est dans l’incapacité de faire face à
cette immense demande. Même si
le transfert des femmes enceintes
résout la situation dans certains
établissements, tels que celui de
Kouba à Alger, ou ceux des wilayas
de l’Ouest, l’ouverture de nouveaux
établissements hospitaliers dédiés
uniquement à la maternité et la
pédiatrie serait d’un grand soulagement à ceux qui suffoquent de
surcharge. Dans ce sens, le directeur
de la santé de la wilaya d’Alger,
M. Meraoui, a annoncé l’ouverture,
en septembre prochain, d’un nouvel hôpital maternité-pédiatrie à
Douéra à l’ouest de la capitale et un
autre complexe à Baba Hassen et à
Birkhadem dans l’attente du coup
d’envoi pour la réalisation de trois
hôpitaux similaires à Rouiba, Aïn
Benian et Hussein Dey d’une capacité de 150 lits chacun.
Asma Bersali
Les journalistes
envisagent
la création
d’un syndicat
autonome
■ Gelée depuis 2014 pour avoir osé
dénoncer le fonctionnement de l’ENTV, la
section syndicale de la télévision publique
n’est toujours pas opérationnelle, ce qui
n’est pas pour plaire aux journalistes qui ont
décidé d’agir. En ce moment, les membres
de cette section manifestent leur colère
contre la direction qui travaille en solo et
sans concertation avec les représentants
des travailleurs. Ayant épuisé toutes les
voies de recours interne, les journalistes
ont fini par saisir l’Inspection du travail
pour dénoncer les abus commis par
l’administration de l’entreprise publique
envers l’ensemble des journalistes.
Mais quels sont les motifs d’une telle
protestation et en cette période ? Pour les
journalistes, le combat pour la réactivation
de leur section syndicale n’a jamais
cessé. «Nous continuons à revendiquer le
dégel, parce que nous estimons que nous
n’avons commis aucune erreur méritant
une telle sanction. Notre seul tort est
d’avoir exprimé notre point de vue en toute
liberté et nous continuerons à le faire»,
affirme un journaliste. Les membres de
la section syndicale ont dénoncé auprès
de l’Inspection du travail la tenue de la
réunion annuelle de la commission paritaire
en l’absence des quatre membres élus,
censés représenter les travailleurs au sein
de cette commission, et ce, selon l’article
26 de l’accord collectif signé entre les
deux parties. Les journalistes rappellent
que cette commission, qui normalement
devait se tenir chaque année, ne s’est pas
réunie depuis quatre ans. Les syndicalistes
ont également demandé à l’Inspection
du travail d’intervenir pour appliquer la
loi concernant la question de la prime de
rendement individuelle qui a été revue à
la baisse et dont le seuil a été fixé sans
aucune explication ni justificatif, ni de
la part de la hiérarchie ni de la tutelle.
Face à ces irrégularités, les journalistes,
qui envisagent la création d’un syndicat
autonome, exigent l’application de la loi.
Nabila A.
Décès
Les familles Naïmi et
Benhamadi de Sidi Bel
Abbès, d’Alger et de Tébessa,
parents et alliés, ont la
douleur de faire part du
décès de Salah Naïmi, son
épouse et ses deux petites
filles dans un terrible
accident de la route.
Condoléances
Le directeur et l’ensemble
du personnel d’El Watan,
très émus par le décès de
Salah Naïmi, son épouse et
ses deux filles, présentent à
leur ami et collègue Zouaoui
Benhamadi (parent des
défunts) leurs sincères
condoléances et l’assurent
de leur profonde sympathie.
Que Dieu Le Tout-Puissant
accueille les défunts en Son
Vaste Paradis.
El Watan - Mardi 26 juillet 2016 - 6
ÉCONOMIE
PROCÈS INTENTÉ PAR TOTAL ET REPSON À SONATRACH
Bouterfa privilégie
un règlement à l’amiable
● Le ministre a qualifié le litige qui oppose Total à Sonatrach «de petit différend conflictuel qui ne constitue
pas un enjeu stratégique majeur».
PHOTO : D. R.
E
n visite, hier, au pôle pétrochimique d’Arzew, le ministre de l’Energie, Noureddine Bouterfa, s’est montré serein
concernant les actions engagées,
en mai dernier, par le français
Total et l’espagnol Respsol auprès de la Cour de Genève pour
un arbitrage international. «Il est
naturel qu’ils essaient de défendre leurs intérêts. Nous allons
défendre les nôtres. Sonatrach a
assez d’arguments sur ce dossierlà», a déclaré le ministre. «La
compagnie nationale Sonatrach
a su argumenter son dossier et a
pris acte de la voie contentieuse
empruntée par le groupe français
Total», a-t-il affirmé. «Ils n’ont
fait que défendre leurs intérêts et
nous savons défendre les nôtres»,
a encore affirmé le ministre, qui
a qualifié ce litige «de petit différend conflictuel qui ne constitue
pas un enjeu stratégique majeur».
Le ministre a, dans la foulée,
exprimé son étonnement de voir
ces procédures engagées plus
d’une décennie après l’instauration par le gouvernement algérien
Siège du groupe français Total
des taxes sur les profits exceptionnels. «Nous avons toujours gardé
les portes ouvertes à nos partenaires. Les portes du dialogue
sont ouvertes pour un règlement
à l’amiable», a ajouté le ministre.
Ayant pris acte de la voie choisie
par ces deux sociétés pétrolières,
Sonatrach a, dans un récent communiqué, affirmé «privilégier la
recherche de solutions à l’amiable
acceptables». Les groupes français Total et l’espagnol Repsol
ont engagé une procédure en
contentieux contre l’Algérie et
Sonatrach auprès de la Cour internationale d’arbitrage de Genève
pour contester une application
rétroactive de la taxe sur les profits exceptionnels introduite, en
2006, par la loi sur les hydrocarbures. Total et Repsol ont sollicité l’arbitrage international en
vue d’obtenir une compensation
évaluée par des médias français
à plusieurs centaines de millions
d’euros. Total et Repsol contestent
la façon dont l’Algérie a rétroactivement modifié le partage des
profits tirés des hydrocarbures dès
que le pétrole a dépassé la barre
des 30 dollars. Le gouvernement
algérien avait créé une taxe sur les
profits exceptionnels réalisés par
les compagnies étrangères. Par
ailleurs, Noureddine Bouterfa a
réitéré son annonce, faite la veille
à Skikda, concernant la réalisation
de quatre raffineries qui seront
implantées à Tiaret, Arzew, Hassi
Messaoud et Skikda. «Les études
ont été lancées et les avis d’appels
d’offres seront lancés l’année prochaine», a précisé le ministre. Les
futures raffineries vont doubler les
capacités nationales de raffinage à
l’horizon 2018, qui sont de l’ordre
de 30 millions de tonnes par an actuellement. Accompagné du PDG
de Sonatrach, Amine Mazouz, le
ministre de l’Energie a visité les
unités de raffinage du pétrole et de
liquéfaction du gaz implantées à
Arzew.
FouadA.
CONCURRENCE
Les prérogatives
du Conseil national renforcées
L
e Conseil national de la concurrence, exclu
du processus de maturation de projets de
textes législatifs et réglementaires en lien
avec la concurrence, a obtenu en partie gain
de cause auprès du Premier ministère. « Suite
à notre rapport annuel et après avoir protesté
avec véhémence, le Premier ministre a donné
une instruction au secrétariat général du gouvernement afin que dorénavant tout projet de
loi soit accompagné de l’avis du Conseil de
la concurrence», a révélé hier à Alger Amara
Zitouni, président du Conseil national de la
concurrence, invité du forum du quotidien
El Moudjahid. Ce dernier est revenu sur la
marginalisation de son organisme dans les
processus de conception de projets de textes
législatifs et réglementaires ayant un lien avec
la concurrence. Alors que l’article 66 de l’ordonnance 03-03 modifiée relative à la concurrence stipule que le Conseil de la concurrence
est consulté sur les projets de textes législatifs
et réglementaires ayant un lien avec la concur-
rence, celui-ci n’a jamais été saisi notamment
sur les licences d’importation, la normalisation
et le code des marchés public. «Nous évoluons
dans un contexte institutionnel hostile», a-t-il
résumé. Les prérogatives du Conseil, considéré pourtant comme l’institution «pivot» en la
matière, ont été réduites après l’abrogation de
l’ordonnance de 1995 par celle de 2003, qui a
été, à son tour, modifiée et complétée en 2008
et 2010 alors qu’elle n’avait pas été appliquée
durant les dix années du gel des activités du
Conseil, d’après son président.
Par conséquent, ce changement réglementaire s’est répercuté négativement sur le statut
juridique de l’institution, son rôle et ses missions de régulation, notamment après l’introduction de nouvelles dispositions au niveau
de la loi, mettant le Conseil de la concurrence
sous tutelle du ministère du Commerce et
l’habilitation d’agents d’autres ministères
pour relever les infractions aux règles de la
concurrence.
«L’instabilité des textes constitue un point
noir» pour le Conseil, a fustigé Amara Zitouni
en évoquant des conditions de travail difficiles
et un manque d’effectifs. Selon lui, seulement
une centaine de décisions ont été prises par
son organisme depuis sa création et ont porté
sur des sanctions pécuniaires, des injonctions
et des rejets de demandes d’intervention. «Il
faut du temps pour lutter contre les infractions
à la concurrence. Notre première cible est les
situations monopolistiques», a expliqué l’orateur, annonçant le lancement d’un programme
de conformité aux règles de concurrence
destiné aux entreprises. Le Conseil national
de la concurrence fond beaucoup d’espoir sur
la modification de l’ordonnance n°03-03 de
2003 en vue de mettre en œuvre les disposions
de l’article 43 de la Constitution amendée en
2016 portant sur l’interdiction du monopole
et de la concurrence déloyale, les droits des
consommateurs et la non-discrimination entre
les entreprises, d’après le conférencier. H. L.
MARCHÉS
PÉTROLIERS
Un début
de semaine
pénible
L
es prix du pétrole poursuivaient leur
déclin hier en cours d’échanges
européens, toujours affectés par
le pessimisme des investisseurs quant à la
surabondance d’offre pesant sur le marché
et à la fragilité de l’économie mondiale. Vers
17h30, heure algérienne, le baril de brent de
la mer du Nord pour livraison en septembre
valait 45,08 dollars sur l’InterContinental
Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,1
dollar par rapport à la clôture de vendredi.
Dans les échanges électroniques sur le New
York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de
light sweet crude (WTI) pour la même échéance
lâchait 1,10 dollar à 43,09 dollars.
«Alors que la nouvelle semaine d’échanges
commence, le brent ne se négocie qu’à peine
au-dessus du plus bas en deux mois et demi
qu’il a enregistré vendredi», tombant alors à
45,17 dollars le baril, observaient les experts de
Commerzbank.
Selon eux, le moral des investisseurs est sombre
alors que les investisseurs financiers continuent
de se retirer du marché pétrolier et génèrent
ainsi une pression à la vente accrue. Les cours
poursuivaient ainsi sur la lancée baissière ayant
caractérisé leur évolution la semaine dernière
alors que, selon Tamas Varga, analyste chez
PVM, «les craintes au sujet de l’état fragile
de l’économie mondiale ainsi que la nature
excédentaire du marché pétrolier sont les
raisons expliquant la mauvaise performance
des prix» depuis le 18 juillet.
La résurgence des inquiétudes entourant
la surabondance de l’offre a en particulier
été alimentée par les dernières données
hebdomadaires du département américain de
l’Energie publiées mercredi, selon lesquelles
même si les réserves de brut américaines ont
enregistré leur neuvième semaine consécutive
de déclin, les stocks commerciaux totaux sont
à un plus haut historique en raison notamment
d’une forte hausse des réserves d’essence.
Ainsi, «comme mentionné dans des rapports
récents, la surabondance mondiale de
pétrole brut semble s’être transformée en une
surabondance de produits» pétroliers, ce qui
a contribué à faire fuir les investisseurs du
marché, poursuivait M. Varga.
En outre, selon le décompte établi par le
groupe privé Baker Hughes, 14 puits de forage
supplémentaires en activité ont été recensés
la semaine dernière aux Etats-Unis, soit la
quatrième hausse hebdomadaire consécutive.
«Il serait toutefois prématuré de supposer que
cela va conduire à une hausse de la production
pétrolière américaine. Bien que l’activité de
forage soit désormais à son plus haut niveau
depuis la fin mars, elle reste toujours de 30%
inférieure au niveau auquel elle se trouvait
au début de l’année», tempérait-on chez
Commerzbank.
R. E.
ALORS QUE LES HYDROCARBURES RETROUVENT LA CROISSANCE
Le secteur agricole ralentit
L
e secteur des hydrocarbures a enregistré un taux de croissance
de 3,2% au premier trimestre de l’année en cours, contre -1,9%
durant la même période de l’année précédente, tandis que le secteur
agricole observe une nette tendance au ralentissement, indiquait hier
l’Office national des statistiques (ONS) cité par l’APS. Alors que
le secteur des hydrocarbures renoue désormais avec la croissance,
grâce surtout à la progression des activités de raffinage et de
liquéfaction, l’agriculture, elle, précise l’ONS, n’enregistre qu’une
croissance de 4,8% sur les trois premiers mois de l’année en cours,
contre 6,3% au 1er trimestre de 2015, soit un net ralentissement qui
s’explique par des conditions pluviométriques défavorables, selon
la même source. Globalement, est-il indiqué, le taux de croissance
du produit intérieur brut (PIB) s’est établi à 3,6% au 1er trimestre de
2016, avec une croissance hors hydrocarbures de l’ordre de 3,8%,
contre 5,1% au 1er trimestre de l’année écoulée, tandis que le PIB
hors agriculture a augmenté de 3,5% durant la même période de
référence. Par ailleurs, indique encore l’ONS, le PIB industriel a
quelque peu marqué le pas avec une croissance de 5% entre les deux
périodes de comparaison, alors qu’il avait connu une hausse de 6,1%
au 1er trimestre de 2015 en comparaison avec le même trimestre
de 2014. Des améliorations du PIB industriel sont constatées
notamment dans les filières chimie et plastique, textile, cuir, boisliège-papier et les mines et carrières. En revanche, une décélération
a été enregistrée dans les filières des industries métallurgiques et
sidérurgiques, matériaux de construction et les industries diverses.
Quant au secteur du BTPH, il a enregistré une croissance de 4,3%,
contre 4,8% au même trimestre de 2015. Les services marchands
ont affiché une croissance de 4,2%, contre 6,4% au 1er trimestre
de 2015, avec un net ralentissement de l’activité commerce dont le
taux de croissance a été de 3,9%, alors qu’il était de près de 7% au
1er trimestre de l’année passée. Ce rétrécissement constaté dans le
commerce est à imputer essentiellement à la baisse des importations
de marchandises, explique l’ONS. S’agissant enfin des services non
marchands (administrations publiques, services financiers, affaires
immobilières...), leur PIB a connu une croissance de 2,5%, selon
l’Office national des statistiques.
A. R.
El Watan - Mardi 26 juillet 2016 - 7
RÉGIONS
MOUZAÏA (BLIDA)
CHERCHELL
Régularisation
des constructions inachevées
Patrimoine
historique
transformé
en «place
Pepsi»
● De nombreux citoyens concernés par cette opération se sont présentés au service de l’urbanisme pour s’enquérir des
dispositions de cette loi et de la marche à suivre pour la régularisation de leur situation.
PHOTO :S.AMI K.
D
ans le cadre de la mise en œuvre
des dispositions de la loi 8-15
du 20 juillet 2008 relative à
l’opération de régularisation et de
mise en conformité des constructions
inachevées, des journées portes ouvertes
de sensibilisation et d’information
sont organisées actuellement, et ce,
jusqu’au 3 août prochain, au niveau de
la bibliothèque communale de Mouzaïa.
De nombreux citoyens concernés par
cette opération se sont présentés au
service de l’urbanisme pour s’enquérir
des dispositions régissant cette loi
et des démarches à suivre pour la
régularisation de leur situation. Des
architectes et des techniciens de la
SUCH, ainsi que du génie civil étaient
présents à une rencontre afin d’assister
les propriétaires d’habitations non
conformes à la réglementation et de leur
expliquer les éventuelles zones d’ombre
ou les ambigüités concernant cette
loi. Un dépliant, guide du citoyen avec
tous les renseignements concernant
à cette loi a été remis aux concernés.
Il est vrai que cette loi, promulguée
depuis huit années et dont le délai
de conformité et l’achèvement des
constructions a été fixé à cinq années
a connu une prolongation de délai
jusqu’au 3 août 2016, date butoir, mais
elle n’a pas eu les résultats escomptés.
«L’objectif de ces portes ouvertes est
d’expliquer aux nombreux propriétaires
d’habitations non achevées ou non
conformes au permis de construire
initial les démarches à suivre pour
la régularisation de leur situation»,
souligne Abdelkader Djaâfri, chef de
service urbanisme et réserves foncières
à l’APC de Mouzaïa. Et d’ajouter :
«Les retards dans l’application de la loi
étaient dus au manque de sensibilisation
de la population concernée et
Les propriétaires doivent achever leurs construction afin que Mouzaïa retrouve sa belle image
les craintes de celle-ci de se voir se
soumettre à d’éventuels conditions de
conformité draconiennes difficilement
réalisables.»
PROLIFÉRATION DE
CONSTRUCTIONS ANARCHIQUES
DEPUIS LES ANNÉES 90
A l’instar de toutes les daïras du pays,
celle de Mouzaïa a connu dès le début des années 90 un phénomène de
construction d’habitations tous azimuts
altérant lourdement son cadre de vie.
Ces constructions, dont la plupart sont
restées inachevées, au moment où aussi,
de nombreux propriétaires détenteurs
de permis de construire ont carrément
transgressé la loi en procédant à des
extensions de leur habitation et n’ayant
rien à voir avec les prescriptions du
permis de construire demandé, ont complètement défiguré le paysage urbain de
la commune de Mouzaïa, comme a tenu
à le rappeler un citoyen. Concernant
la conformité des constructions et leur
achèvement depuis le début de l’opération jusqu’au 17 juillet 2016, près de
300 dossiers ont été traités par les services concernés de l’APC de Mouzaïa
et transmis à la commission de la daïra.
Celle-ci en a traité 224 et régularisé
58, alors que 26 dossiers sont encore
en instance d’examen. 114 dossiers
ont été ajournés pour insuffisance de
documents dans le dossier de demande
de conformité et 52 ont été purement
et simplement rejetés. En tout, 6,80 %
d’habitations ont été régularisées par la
commission installée à cet effet. «Les
citoyens désirant régulariser leur situation sont invités à se présenter au service
concerné de l’APC pour retirer un
formulaire à remplir avant de contacter
un architecte agréé pour photographier
l’habitation puis se rapprocher du service du génie civil pour enfin déposer le
dossier pour son traitement», explique
Abdelkader Djaâfri. Notre interlocuteur
préviendra que le certificat de conformité sera désormais exigé dans toutes
les transactions immobilières, registre
du commerce, location et même pour
un partage d’héritage. «La loi prévoit
même des poursuites judiciaires pour
les contrevenants», avertit-il. Obligeant
le propriétaire à parachever sa construction, la commune de Mouzaïa retrouvera à coup sûr sa belle image défigurée.
Abdelkader Lazereg
AHMED CHAÂLAL. Recteur de l’université ALi Lounici d’El Affroun (Blida 2)
«Du nouveau pour la prochaine rentrée»
A El Affroun, à
l’université Ali Lounici
(Blida 2), un travail de
fourmi est en train de se
faire pour que la rentrée
universitaire 2016/2017
se passe dans les
meilleures conditions.
Des effectifs humains et
des moyens matériels
colossaux ont été
mobilisés. Pour avoir
plus de détails et mieux
informer les nouveaux
bacheliers, nous nous
sommes rapprochés de
Ahmed Chaâlal, qui s’est
prêté au jeu des
questions/réponses et a
fait preuve d’une
disponibilité
tout à son honneur.
C’est la période des inscriptions
pour les nouveaux bacheliers, comment
l’avez-vous préparée ?
La campagne des inscriptions a commencé le 17/07 et s’étalera jusqu’au
09/08/2016. Elle s’effectuera sans discontinuité vu le nombre important des
nouveaux bacheliers (environ 8000 !) que
l’université Ali Lounici va recevoir, cette
année. Pour réussir ce challenge, nous
avons mobilisé 120 personnes (personnels
enseignant et administratif, ingénieurs en
informatique et techniciens supérieurs).
Quatre amphithéâtres dotés de tous les
moyens matériels ont été réservés à cette
opération. Nous avons prévu aussi pour les
étudiants handicapés, durant les inscriptions, un espace spécial comportant toutes
les commodités pratiques.
L’accès à l’université d’El Affroun
n’est pas aisé, en cette période de «creux
de la vague» où le transport universitaire
n’est pas assuré, surtout pour les nouveaux
bacheliers qui ne sont pas habitués à cet
itinéraire…Des navettes temporaires ont
été créées entre Soumaâ et l’université Ali
Lounici et entre la gare ferroviaire d’El
Affroun et l’université Blida 2, pendant
toute la période des préinscriptions et ins-
criptions, pour faciliter le déplacement aux
nouveaux étudiants. En plus, pour leur éviter les déplacements inutiles entre la ville
et l’université, les nouveaux bacheliers
pourront s’acquitter de leurs droits d’inscription au niveau du bureau de poste du
campus universitaire dont le personnel sera
renforcé pour permettre à cette opération
de se dérouler dans de bonnes conditions.
8000 nouveaux étudiants en plus des
anciens, l’université pourra-t-elle satisfaire tout ce beau monde ?
L’université Ali Lounici a entamé le
recrutement de 52 enseignants, notamment
dans les disciplines déficientes telles que
l’anglais, le français, l’italien, les sciences
de l’information, l’histoire, l’archéologie,
la comptabilité et l’économie. Ces enseignants seront opérationnels dès la prochaine rentrée universitaire. Par ailleurs,
une opération de recrutement du personnel
administratif manquant est en cours.
Du nouveau pour cette rentrée universitaire 2016/2017 ?
Oui, sur le plan des infrastructures,
l’université réceptionnera un auditorium
d’une capacité de 600 places, un centre
audiovisuel, un centre d’enseignement
intensif des langues. La faculté de droit
et des sciences politiques assurera deux
mastères intitulés «Collectivités locales»
et «Relations internationales». La faculté
des lettres et langues hébergera un mastère
en «Traduction», dans le département
d’anglais ; la faculté des sciences humaines
introduira deux mastères intitulés «Mass
média et société» et «Bibliothèque et
technologie de l’information», enfin, la
faculté des sciences économiques et de
gestion assurera un mastère professionnel
en «Contrôle de gestion».
Un mot, pour conclure...
Je m’adresse aux 8000 nouveaux étudiants que nous allons
accueillir.L’université de Blida 2 est un
tremplin pour la réussite. Avec les multiples conventions que nous avons signées,
cette année, avec les différents secteurs,
l’étudiant choisira, de façon consciente,
son cursus en fonction des besoins des
entreprises qui offrent des postes de travail.
Pour les rassurer sur leur avenir, je leur
dirais que plus de 80% des étudiants titulaires d’une licence pourront poursuivre
leurs études en mastère. Leur voie est donc
toute tracée. Je leur souhaite beaucoup de
succès.
Mohammed Rahmani
Incroyable ignorance
des autorités
communales, pas du
tout préparées pour
gérer une ville au passé
millénaire.
Parmi le cortège de
bévues relevées par
de nombreux citoyens,
nous citerons
l’exemple de la
transformation du Fort
turc construit sous l’ère
des frères Barberousse,
Arroudj et Kheireddine.
La construction
remonte à la période
allant de 1516 à 1518.
Ce monument était
orienté vers le nord,
pour la protection du
port de la ville. Au fil
des ans , ce monument
historique a disparu,
totalement rasé, pour
se transformer en
un espace, appelé
étrangement
«place Pepsi». La
multinationale doit
se frotter les mains.
Plus grave encore, ils
ont fait disparaître
les noms des martyrs
affichés sur une
plaque à l’entrée de
cette place. Le Fort
turc faisait partie des
points à visiter par les
touristes. Aujourd’hui,
cet espace s’est
métamorphosé, en
abritant une quinzaine
commerciale. L’APC de
Cherchell n’a jamais
fait d’effort pour créer
de l’emploi, hormis
la multiplication des
parkings le long des
rues. La location de la
«place Pepsi», comme
veulent l’appeler ces
individus —que les
responsables de la
culture ne s’offusquent
pas contre cette
appellation — constitue
une aubaine pour les
maîtres actuels de la
commune pour
«ramasser» des sous,
afin de se mettre en
conformité avec les
dernières directives du
ministre de l’Intérieur .
M’hamed H.
HORAIRES DES PRIÈRES
Alger et ses environs
MARDI
21 CHAWAL 1437
Fadjr……………………04 : 06
Chorouk………………05 : 50
Dohr……………………12 : 54
Asser………………… 16 : 44
Maghreb…………… 20 : 03
Îcha…………………… 21 : 35
El Watan - Mardi 26 juillet 2016 - 7
RÉGIONS
FONCIER AGRICOLE À ANNABA
LPA À SOUK AHRAS
Une entreprise
mise à l’index
Les exploitants faillibles
en ligne de mire
D
● L’heure est à la mobilisation générale au niveau local avec comme mot d’ordre de rentabiliser
le potentiel foncier.
POR TRAIT
DESSIN: SOUHAYLA
L
a nouvelle équipe du ministère de l’Agriculture et
les représentants du secteur à Annaba semblent résolument déterminés à extraire de sa
longue torpeur l’économie agricole. L’heure est à la mobilisation générale au niveau local avec
comme mot d’ordre de rentabiliser l’ensemble du potentiel foncier. Des mesures viennent d’être
prises pour permettre au secteur
de renouer avec les performances
d’antan. Sont, dans cette perspective, prévus de nouveaux dispositifs d’appui au travail de la terre,
dont des avantages destinés à alléger ainsi qu’à assouplir certaines
charges, à l’instar de ceux déjà
octroyés en termes de fiscalité, tels
que les exonérations sur certains
produits et intrants et les financements incitatifs mobilisables par le
fonds d’aide spécial.
De bonnes nouvelles dont se réjouissent, certes, les professionnels agricoles, environ quelque
5300 affiliés à la Chambre de
l’agriculture de Annaba (CAA).
Mais nombreux sont, également,
ceux d’entre eux à retenir leur
souffle. Et pour cause : sont sous la
menace d’une déchéance systématique les exploitants agricoles dont
les terres sont sous-exploitées,
totalement inexploitées ou encore
utilisées à des fins spéculatives.
C’est ce qui ressort de l’instruction
dont ont, récemment, été destinataires les services agricoles (DSA)
de Annaba, leur enjoignant de
réactiver et d’appliquer, dans toute
leur rigueur les dispositions de la
loi d’orientation agricole qui prévoit la déchéance des exploitants
faillibles, et ce, quels que soient
la nature et le statut juridique de
l’exploitation, avons-nous appris
à la CCA. Ceux ayant transformé
en terrain à bâtir, mis en sous-lo-
cation, abandonné ou utilisé les
terres à des fins autres qu’agricoles sont particulièrement ciblés
par l’instruction : « …nous avons
été fermement instruits de remettre
en branle les dispositions de la loi
19/87 de la manière la plus drastique. Le contrat d’exploitation
de la terre peut être annulé si elle
n’est pas exploitée dans des activités agricoles. Les instructions
de la tutelle n’ont jamais été aussi
fermes», mettent en garde des élus
siégeant à l’Assemblée de la CAA.
Surtout que, justifient-ils, «Une
bonne partie des centaines d’exploitations agricoles collectives
(EAC) et Exploitations agricoles
individuelles (EAI) qui constituent
environ la moitié de la superficie
agricole utile (SAU) à Annaba
-celle-ci dépasse les 45 000 ha- est
visée par la mesure de déchéance.
Car c’est sur la base d’un acte administratif leur accordant le droit
de jouissance que les collectifs de
professionnels agricoles ou les
individus bénéficiaires sont censés
exploiter ces EAC/EAI». Après une
trêve de courte durée, l’opération
de recensement des terres non
exploitées a, repris de plus bel,
ajoutent nos sources.
Les dernières instructions de la
tutelle habilitent les délégués agricoles communaux à établir, euxmêmes, l’état des lieux sur les EAI
et EAC en situation d’abandon
ou détournées de leur vocation
initiale, avant de le transmettre
aux services agricoles, nous a-t-on
expliqué. Sont, ainsi, susceptibles
d’être engagées les procédures
de déchéance, du ressort de commissions spéciales, déjà mises en
place à cette fin. Tout cela coor-
donné et chapeauté par les services
de l’Office national des terres
agricoles, ajoutent nos sources.
C’est dire que les représentants
locaux du ministère de l’Agriculture ont, visiblement, bien retenu
le message de Abdelmalek Sellal.
Dans ce qui avait été perçu comme
un avertissement, voire un rappel
à l’ordre, le Premier ministre, lors
de sa visite à Annaba, début mars
dernier, avait, en effet, prévenu,
en présence de ces mêmes responsables ainsi que des exploitants
d’une EAC : «Je ne veux plus voir
de terre agricole non exploitée.
Désormais, ce type d’abus ne sera
plus toléré. Ceux qui ne peuvent
pas le faire, n’ont qu’à se regrouper en coopérative ou les louer.
Mais la terre est faite pour être
travaillée».
Naïma Benouaret
SONIA LOUAIL BENANI. Enseignante
Un modèle de pédagogie et de dévouement
A
près une très longue et riche carrière professionnelle jalonnée d’éloges et de reconnaissances de la part de ses proches, collègues
et élèves, Mme Sonia Louail-Benani vient de
rendre le tablier. Une telle mission n’a pas été
une simple sinécure pour l’exemplaire professeur de français quittant le lycée Malika Gaïd
avec un pincement au cœur. Respectée par ses
collègues et sa hiérarchie, cette enseignante aux
qualités rares éprouvait du mal à quitter le temple
où elle a passé 34 années de sa vie. Excusez du
peu! Aimée et adulée par son milieu, la jeune
retraitée avait du plaisir dans ce qu’elle faisait.
Exigeante sans être sévère, elle a su créer un lien
avec ses élèves, les incitant à aimer la langue de
Molière. De différentes générations, ses élèves
sont unanimes à reconnaître le dévouement et le
professionnalisme de leur professeur : «Avec sa
manière de faire, Mme Louail avait le don de faire
ressortir chez l’élève le meilleure de lui-même.
Engagée et disponible, elle a su nous apprivoiser et nous motiver à se dépenser sans compter.
On ne trouve pas les mots pour qualifier cette
grande dame qui est une deuxième mère pour
nous». Diplômée de l’Ecole normale supérieure
de Constantine (ENS) en 1982, Sonia Louail
Benani, rejoint en septembre de la même année,
le lycée Malika Gaid de Sétif qu’elle ne quittera
que 34 années après. La prochaine rentrée sco-
laire se fera sans l’enseignante qui a laissé ses
empreintes dans les coins et recoins de l’établissement qu’elle considère comme sa première
maison «A l’instar des 13 nouveaux retraités
qu’on aura du mal à remplacer, Mme Louail est
un modèle du professeur consciencieux. Elle était
très proche de ses élèves qui lui vouaient respect
et considération. Pour leur réussite, elle se donnait à fond. En un mot, elle est de la trempe des
grands pédagogues», dira la directrice du lycée
Malika Gaïd, Mme Hamdi Cherif Wassila, n’ayant
pas omis de préciser que la jeune retraitée est une
femme de cœur et de conviction. Ex-inspectrice
de l’enseignement, Mme Meriem Boussouf, qui
a aussi enseigné au même lycée, est bien placée
pour nous parler de cette enseignante, n’étant
autre que sa meilleure amie : «Sonia est une personne extraordinaire. Elle est à la fois altruiste et
dévouée. Cultivée et désintéressée, l’enseignante
faisant de la mise à niveau de ses connaissances
un principe, a réalisé une carrière exemplaire.
Sonia qui a été très proche de ses élèves qu’elle a
couvés, protégés, aidés et soutenus, est un modèle
à suivre».
Kamel Beniaiche
u jamais vu à Souk Ahras. Une entreprise du
bâtiment qui se substitue à toutes les instances
de l’Etat et fait fi publiquement de toute autorité publique. Des souscripteurs ont pris attache, hier,
avec El Watan pour dénoncer un fait gravissime émanant de l’entreprise du bâtiment Athamnia, chargée
de la réalisation de 50 logements promotionnels aidés
(voir nos éditions précédentes). Cette dernière vient
de se substituer à la daïra et à la direction de logement
pour signifier, à travers une feuille volante, adressée
par le biais d’un huissier de justice, à l’un des futurs
attributaires de logement, en l’occurrence M. Daira,
de verser un argent supplémentaire pour que son nom
soit validé officiellement comme souscripteur. «Je
me suis acquitté d’une somme de 560000 DA versée
au numéro de l’entreprise Athamnia et aussi de la
somme de 50000 DA remise au notaire de son choix.
Le promoteur exige en sus la vente du document VSP
ou vente sur plan à raison de 60000 DA(….) notons ici
que le notaire qui est de connivence avec l’entrepreneur, affiche au grand jour une partialité et menace
même les souscripteurs, lui qui refuse jusqu’à l’heure
où je fais cette déclaration de me remettre un reçu en
contrepartie de l’argent que je lui ai versé», a déclaré
le plaignant. Contacté hier par téléphone, une source
proche du directeur du logement a déclaré que l’entreprise qui n’est qu’à 2% de ses engagements, redouble
d’infractions et met dans la gêne ladite direction. Il
serait encouragé dans ces pratiques illégales par des
chefs de service qui gèrent eux même des entreprises
du bâtiment par personnes interposées. Une entreprise
qui s’arroge tous les droits dont celui d’imposer dîmes
et subsides, une administration qui lâche du lest au
moment où la rigueur est imposée et une justice qui
refuse de s’autosaisir quand toutes les conditions d’un
délit relevant du pénal est perpétré publiquement. Tout
l’enjeu est là.
A. Djafri
CHELGHOUM LAÏD
(MILA)
Imminente destruction
des extensions
commerciales illicites
A
près de nombreuses années d’attentisme et de
tergiversation, le problème des constructions
de petits locaux de commerce et de garages illicites
semble aller vers un dénouement, loin d’être cependant profitable à ses initiateurs. Et pour cause, une
vaste opération de démolition des jardins et autres
aménagements anarchiques est dans la mire des pouvoirs publics. Cette action ciblera, dans un premier
temps, a-t-on appris de bonne source, les habitants
des cités R+1 et des 1109 logements.
Cette initiative, qui n’est pas limitative à la seule
ville de Chelghoum Laïd, sera élargie à d’autres
agglomérations. En tout état de cause, les indus occupants ont été destinataires d’une mise en demeure
leur enjoignant l’ordre de détruire le bâti illégalement érigé, faute de quoi cette action sera réalisée
par la force publique dans les tout prochains jours.
M. Bumelih
BISKRA
1500 enfants en colonie
de vacances
P
as moins de 1500 enfants de familles démunies
et nécessiteuses de la wilaya de Biskra bénéficieront, durant cette saison estivale, de colonies de
vacances proposées sur les côtes de la ville d’ElKala (El-Tarf), selon les services de la direction
locale de la jeunesse et des sports (DJS), a rapporté
l’APS.Les vacanciers seront répartis sur trois (3)
groupes de 500 enfants âgés entre 6 et 14 ans, a
précisé Ahmed Yahyaoui, chargé de cette opération
de solidarité, assurant que «toutes les dispositions
humaines et matériels ont été prises par la DJS,
pour la réussite de ce programme».Les listes des
enfants bénéficiaires de cette initiative ont été arrêtées conjointement par les services de la DJS, et les
Assemblées populaires communales de la wilaya de
Biskra.
R. R.
El Watan - Mardi 26 juillet 2016 - 7
RÉGIONS
MALGRÉ L’ABSENCE DE SOUTIEN
L’association Imekraz d’El Atteuf
subjugue les publics d’Alger et de Kabylie
● Une troupe de musique composée de cantatrices de diwane, accompagnées de karkabou et de goumbri, a participé à des manifestations
culturelles à Alger, Tizi Ouzou et Béjaïa.
E
n dépit de toutes les embûches,
les tracasseries administratives
et les obstacles dressés sur son
chemin par ceux qui, en principe,
sont censés être leur soutien multiforme, les jeunes de l’association
Imekraz d’El Atteuf, la plus vieille
et première cité édifiée par les Ibadites dans la vallée du M’zab, ont
relevé le défi et ainsi merveilleusement «exporté» extra-muros leur
culture, du moins sur le plan de la
chanson féminine, du tapis, de l’artisanat et du patrimoine immatériel.
Ce qui, au départ, n’était pas, loin
s’en faut, compte tenu de la nature
conservatrice de la région et du regard de la société, une mince affaire
lorsqu’on sait que cette délégation
comporte en son sein une troupe de
musique composée de cantatrices de
diwane, accompagnées de karkabou
et de goumbri. En deux semaines,
entre le 17 et le 31 juillet, l’association a participé à Alger, Tizi Ouzou
et Béjaïa, à pas moins de trois manifestations culturelles où elle s’est
produite sur trois volets distincts.
Ainsi, cette association, présidée par
le très dynamique Ahmed Bouhoun,
enfant d’une très vieille famille d’El
Atteuf, a entamé sa tournée juilletiste par une participation, les 17 et
18 juillet, à la Coupole du 5 Juillet,
au Complexe olympique Mohamed
Boudiaf à Alger, à la 2e édition de la
manifestation culturelle Dar Dzaïr,
organisée par le ministère de la Jeunesse et des Sports.
Le premier volet de la représentation étant une production artistique
en dualité parfaite avec des cantiques féminins de Diwane, accompagnés par un merveilleux son du
goumbri et de karkabou sur scène,
alors qu’un groupe folklorique, vêtu
de superbes tenues de cotonnades
traditionnelles du M’zab, aux motifs
berbères et couleurs chatoyantes,
desquelles émerge surtout l’ocre
rouge, joue de la zorna et la karabila, à chaque interlude. Le second
volet est une véritable fresque sur
la cérémonie de mariage chez les
Mozabites. Un pur moment de plongeon dans le passé avec toute la passion et l’amour à la chose traditionnelle. Une parfaite reconstitution,
grandeur nature, de la cérémonie
d’habillage des futurs mariés avec
toute la symbolique du choix des
tissus et de la très minutieuse opération d’habillage et d’installation
du mari, accompagnée de chants
liturgiques dits «Azelwane», genre
madihs religieux, déclamés dans la
langue maternelle. Le 3e et dernier
volet consiste en une exposition de
l’association Imekraz, mettant en
valeur le célèbre tapis mozabite et la
production artisanale typiquement
mozabite, qu’elle soit, entre autres,
parmi le large éventail, dans le travail de l’argile ou dans la dinanderie
ou le cuir.
FÉLICITATIONS
La participation de cette association, qui s’est produite juste après
les trois grandes villes, Alger,
Constantine et Tlemcen, toutes auréolées de leur titre de capitale de
la culture arabe, a ravi l’assistance
et le ministre de la Jeunesse et des
Sports, El Hadi Ould Ali, l’a félicitée en lui remettant, en présence du
directeur de la jeunesse et des sports
de la wilaya de Ghardaïa, Zakaria
Koraichi, une lettre de félicitations
pour sa participation et sa prestation
ADOPTION DU PLAN D’AMÉNAGEMENT
DU TERRITOIRE DE LA WILAYA D’ILLIZI
de haute facture culturelle. Comme
quoi, «on n’est pas prophète chez
soi». Juste après avoir plié bagage à
Alger, les éléments de l’association,
et sur invitation de l’association
Tiziri, au thème déclaré d’échotourisme, dont le credo est la protection du patrimoine écologique et
environnemental de cette région,
ont pris la route vers les cimes de
l’Akfadou, exactement au village
Iferhounene, perché sur un piton
entre les wilayas de Tizi Ouzou et
de Béjaïa, où ils se sont produits,
au grand bonheur des habitants de
la région, du 19 au 22 inclus. Dernière étape de cette tournée, et non
la moindre, qui durera du 23 au 31
juillet, la commune de Souama,
dans la daïra de Mekla, située à 35
km de la wilaya de Tizi Ouzou, qui
accueille, cette année du 24 au 27
juillet, la 13e édition du festival
Raconte-Arts, sous le thème «Il était
une fois le royaume de Koukou».
Manifestation populaire à caractère
culturel et international à multiple
dimensions (culturelle, scientifique
et pédagogique), le festival «Raconte-Arts» connaît une grande
notoriété en Kabylie, où, l’année
dernière, selon Hacène Metref, le
directeur du festival a réuni plus de
10 000 visiteurs à Iguersafène. Audelà de son côté festif, «RaconteArts» se veut un carrefour qui vise,
selon ses concepteurs, à «conscientiser et sensibiliser la population
sur des problématiques de société
majeurs, telles que la question
environnementale, l’équité, les discriminations et la citoyenneté, tout
en réconciliant notre public avec
les concepts d’animation culturelle
indépendante, l’interculturalité et la
créativité». En somme, le meilleur
plateau et la meilleure vitrine offerte
à l’association Imekraz, pour mettre
en valeur toute la richesse de cette
mosaïque culturelle de la région du
M’zab en ce qu’elle recèle comme
identité et patrimoine matériel et
immatériel. Une véritable fresque
identitaire, saluée par toutes les
grandes instances culturelles internationales, à leur tête l’Unesco, qui
s’est empressée de mettre sous protection cet inestimable patrimoine
en le décrétant patrimoine universel
de l’humanité en 1982. K. Djamel
ILLIZI
Des policent visitent
Vers un décollage de la commune des enfants malades
de Bordj Omar Driss
L
a phase finale du Plan d’aménagement du territoire de la wilaya
d’Illizi (PATW 2030) a été adoptée,
jeudi dernier, par les membres de
l’exécutif de la wilaya, lors de la
clôture de la 2e session ordinaire,
consacrée, entre autres, à l’évaluation des résultats des examens des
trois paliers scolaires.
Selon Laïd Mansour, directeur de
l’environnement de la wilaya d’Illizi, le Plan d’aménagement du territoire de la wilaya (PATW), projeté
à l’horizon 2030, dont l’étude a été
confiée au Centre national des technologies et du consulting (CNTC),
«s’inscrit dans le cadre de la loi
01-20 du 12 décembre 2001relative
à l’aménagement et au développement durable du territoire.
Il s’agit d’une approche transver-
sale avec tous les secteurs impliqués, dont l’objectif est l’articulation des politiques sectorielles,
visant un développement territorial, économique et social cohérent
et une gestion plus intégrée de
l’espace de la wilaya d’Illizi, (limitrophe avec trois pays, la Tunisie,
la Libye et le Niger, ndlr)». Le
PATW a été déroulé en trois phases,
à savoir l’évaluation territoriale et
diagnostic, les schémas prospectifs
d’aménagement et du développement durable, les scénarios d’aménagement, et la troisième phase
relative au plan d’aménagement
intégré par aires de planification.
VALORISATION
La mise en œuvre de ce plan permettra d’assurer une promotion de
El Watan
Pour toutes vos annonces publicitaires à
OUARGLA
une seule adresse...
Avenue de la Palestine, immeuble Abdessmed, Ouargla
Tél/fax : 029 70 86 86 - Tel / 029 70 23 16
l’ensemble des communes de la
wilaya, notamment celle de Bordj
Omar Driss, à 700 km au nord
d’Illizi, en tant que pôle de croissance et comme territoire central
dans l’organisation de l’espace de
la wilaya vu ses potentialités économiques très appréciables, à la fois
agricoles et énergétiques. Bordj
Omar Driss occupe une position de
carrefour entre Ouargla au nord, Tamanrasset à l’est, et le chef-lieu de
wilaya au sud et offre des possibilités d’ouverture de la région d’Illizi
au nord du pays en diminuant les
distances considérablement. Nous
décortiquerons prochainement,
avec plus de détails, les atouts que
possède cette commune qui abrite
les plus importantes entreprises
pétrolières dans le monde, qui
n’ont, malheureusement, à ce jour,
aucun impact économique d’une
vraie valeur ajoutée sur la vie de la
population locale.
Ce qui est étonnant dans ce PATW
2030, c’est qu’il n’a pas pris en
considération la vocation touristique de la commune de Bordj
Omar Driss, riche en sites culturels
et archéologiques millénaires et
ses potentialités artisanales d’une
valeur sans égale !
A l’évidence, cette magnifique
oasis saharienne paie les conséquences de la non-classification de
ses sites cultuels par le ministère de
la Culture…
Bouda Brahim
La résidence Tassili d’Illizi a abrité,
samedi, les festivités commémorant
le 54e anniversaire de la création
de la police algérienne, et ce, en
présence du premier magistrat de
la wilaya, Attallah Moulati, des
autorités civiles et militaires, des
notables de la ville ainsi que des
représentants de la société civile.
Dans son allocution prononcée
à cette occasion, le chef de la
sûreté de wilaya d’Illizi a tenu à
souligner que «la police demeure
un instrument au service du
citoyen, menant sans cesse sa
mission afin de protéger le pays et
lutter contre les fléaux et le crime
organisé». Pour sa part, le wali,
Attalah Moulati, a tenu à rendre
un vibrant hommage aux sacrifices
consentis par la police algérienne
pour assurer la sécurité des citoyens
et préserver la stabilité du pays,
mettant en exergue la stratégie de
développement et de modernisation
de la police, contenue dans le
programme du président de la
République, Abdelaziz Bouteflika.
L’événement a donné lieu a une
exposition sur la police, où d’amples
informations et explications ont
été données sur les missions et
le dispositif utilisé pour la lutte
contre toute sorte de criminalité et
les moyens d’identification et de
recherche de criminels ainsi que
la mise en exergue de différentes
actions de proximité effectuées
dans les établissements scolaires.
Par ailleurs, des galons ont été
remis à 13 policiers promus à titre
exceptionnel. Les services de la
sûreté de wilaya d’Illizi ont tenu à
partager la joie de leur fête avec les
enfants malades hospitalisés.
Cet acte à la fois citoyen et de
solidarité hautement louable a
contribué à procurer un moment de
joie à cette frange de la société. Les
policiers ont également rendu visite
au moudjahid Mohamed Belakbir,
à son domicile. Aussi, sont honorés
à l’occasion, les éléments de la
police admis à la retraite, les forces
de police victimes du terrorisme,
les scolarisés de la famille en bleu
ayant obtenu le baccalauréat et les
B. B.
correspondants de presse.
Simulation de pèlerinage
La mosquée Zid Ibn Thabit, au chef-lieu de la wilaya d’Illizi, a organisé,
samedi, une simulation de pèlerinage en présence des autorités de
wilaya. Selon Chakrellah Righi, imam de la mosquée, «cette simulation
permettra aux futurs pèlerins de connaître les différentes étapes du
Hadj. Plusieurs conférences seront assurées par des imams de la
région pour répondre aux préoccupations des Hadji». Cette simulation
sillonnera toutes les communes de la wilaya, précise-t-il.
B. B.
El Watan - Mardi 26 juillet 2016 - 8
RÉGIONS
FESTIVAL DE L’AKFADOU
SAISON
ESTIVALE
Une cinquième édition
dédiée au développement local
Des mesures
pour fluidifier la
circulation à Tichy
l La manifestation se propose de servir d’espace culturel et économique avec, en ligne de mire,
le développement durable de la région de l’Akfadou.
PHOTO : EL WATAN
F
erhoune, la localité commerciale de la commune d’Akfadou, a vécu du 19 au 22 juillet
au rythme du Festival de l’Akfadou
qui fête cette année sa cinquième
édition. Abritée par l’école primaire
Tizamourine, cette manifestation organisée par l’association Bénévolat
Thiziri a donné à la région des sons
et des couleurs inhabituels. En dépit
de la canicule et de sa coïncidence
avec la tenue des fêtes familiales,
fréquentes en cette période, ce festival a drainé beaucoup de monde,
notamment le soir, où il a accueilli de
nombreuses familles. «Quotidiennement nous accueillons plus de 1200
visiteurs», déclare dans ce sens à El
Watan Amoura Nassim, le président
du festival.
De tremplin pour faire de la forêt de
l’Akfadou un parc national protégé,
cette manifestation s’achemine vers
une mutation en espace culturel
et économique pour encourager le
développement local. «Nous avons
appris que l’étude concernant le
classement de la forêt de l’Akfadou
en parc national est fin prête. Nous
espérons voir la revendication principale de ce festival concrétisée
pour en faire enfin un outil pour le
développement de tous les secteurs»,
nous dit Zidhnane Tarik, le vice-président de l’association.
«Pour un développement local durable», le slogan de cette édition,
précise de façon manifeste l’intention des organisateurs de diversifier la thématique du festival pour
ratisser large et toucher tous les
domaines du développement. «La
protection de l’environnement est
intimement liée au développement.
Tout le monde est concerné, c’est
l’affaire de tous. Ce festival est une
voix qui dit non à la destruction de
notre massif forestier, vivement son
classement en parc national, et cap
pour un développement durable»,
précise le président du festival. Se
voulant de dimension nationale,
cette manifestation a été un point
de rencontre de citoyens venus de
différentes régions du pays qui se
sont échangé volontairement leurs
expériences et leurs conceptions
culturelles et économiques.
Le conteur Farès Idir, qui a sillonné
plusieurs pays en semant à tout vent,
dans plusieurs langues, ses contes,
n’a pas caché son contentement de
se retrouver sur les hauteurs de l’Akfadou. «Expérience inoubliable»
avoue-t-il. Même impression chez
Les organisateurs se félicitent de la réussite du festival
Bahadj Mohamed, 74 ans, auteur-artistique du groupe Diwan Gnawa de
Blida, qui nous dit de son côté sa joie
d’être à Akfadou. Doyen du festival
Racont’art et ayant côtoyé dans son
parcours artistique de grands noms
du monde culturel, il nous explique,
exemple à l’appui, ses ficelles pour
la réussite et la pérennisation des
rendez-vous culturels. A l’exemple
de Farès Idir et de Bahadj Mohamed,
la majorité des festivaliers ont trouvé les échanges bénéfiques et ont
apprécié l’accueil de la population
locale à leur égard.
DES FESTIVITÉS COLORÉES
ET PLURIELLES
Inauguré mardi passé à partir de 16
heures, par un spectacle de rue animé
conjointement par la troupe Diwan
de Blida, le Cirque Mimo d’Alger
et les troupes de tambourinaires et
de danse de l’association Thiwizi de
Tizi Ouzou, le festival n’a été clôturé
que samedi dernier à deux heures du
matin, avec une prestation du groupe
artistique Robin Recours, venu de
France. Le programme concocté par
les organisateurs était à la hauteur
de l’événement. Pluriel, polyvalent,
riche en sonorités et en couleur… il
y en avait pour tous les âges et pour
tous les goûts.
Les activités présentées ont touché
quasiment à tous les arts du spectacle. De la musique avec la troupe
Diwan de Blida, la troupe Imekrass
Qaraqabo de Ghardaïa, la troupe Idhabalen de Tizi Ouzou, des bals dansants avec la troupe Thiwizi de Tizi
Ouzou et la caravane des Indigènes
de l’association Timuzgha d’Akbil,
Tizi Ouzou, des nuits de contes
assurées par Farès Idir et Naïma Mehaïlia, des divertissements de clown,
de magie… avec le cirque Mimo
d’Alger, des récitals poétiques donnés par Mezouni Khellaf et la troupe
Lahna d’Akbou, des représentations
théâtrales, Le sinistré, jouée par la
troupe Thagarma d’Akbou, Promesse, jouée par la troupe Ithran
Uzekka Iayadhen (Chemini), Qui
est donc malade, par la troupe Lemri
d’El Kseur, des monologues dits par
Hakim Lahdiri d’Akbou et Djamel
Zireg du Café Gosto…
Pour les enfants, en plus de certains
programmes quotidiens qui leur sont
exclusivement destinés, des toboggans sont installés en face de l’école
qu’ils prennent inlassablement d’assaut. A côté de ces activités liées
à l’art du spectacle, il y avait des
conférences axées sur le développement local et des ateliers dédiés à
plusieurs thèmes. Il est ainsi organisé
durant ce festival un atelier de secourisme assuré par le Croissant-Rouge
de Béjaïa, un autre d’arts plastiques
pris en charge par Abtout Zahia,
Tirouche Sonia, et Yazid Sofiane,
un atelier maquillage artistique, un
autre de conte et chant traditionnels
abrité par une maison traditionnelle,
et des visites guidées au PC de la
Wilaya III (village Mezoura) et au
dernier moulin à eau (Imaghdassen).
En hommage aux artistes disparus
de la région, (Youcef Abdjaoui,
Hamid Aïvene, Ali Zebboudj, Tahar
Oudjedi, Mourad Zougab), les festivaliers se sont recueillis sur leurs
tombes avec dépôt de gerbes de
fleurs. A noter qu’en parallèle à
toutes ces activités, des stands d’exposition proposent à la vente divers
produits artisanaux et artistiques
(vannerie, bijouterie, bimbeloterie…). En dépit des incontournables
couacs liés à l’organisation, presque
90% du programme prévu a été
réalisé. «De toutes les éditions que
nous avons organisées, celle-ci est
de loin la meilleure et la plus réussie», assure le président du festival.
Boualem B.
L’OPÉRATION VILLAGE PROPRE RECONDUITE
Lancé lors de la 4e édition du festival, le concours du village le plus
propre de la commune d’Akfadou, sponsorisé par Astalavista, a été
reconduit cette année. Les villageois sont ainsi appelés à redoubler
d’efforts pour garder leur village propre. Pour rappel, l’année passée ce
sont les villages Taourirt, Zioui, Tapount qui ont glané respectivement les
1er, 2e et 3e prix. Ces trois villages se sont vu offrir, en guise de
récompense, une aire de jeu pour les deux premiers lauréats et un club
informatique pour le 3e. Une façon, nous dit l’un des organisateurs,
d’encourager l’hygiène publique, de favoriser l’écotourisme et d’inciter
la population à s’impliquer foncièrement dans la protection de
l’environnement.
B. B.
Indispensable fiscalité
D
ans sa communication intitulée
«Le renouveau du développement local», l’universitaire Dahmani
Mohamed a expliqué que sans apport
de l’Etat, sans fiscalité, sans entrepreneurs dynamiques, il ne peut pas
y avoir de développement local.
On peut distinguer quatre phases
de développement local en Algérie.
Deux phases sont liées à la période
coloniale et deux phases post-indépendance. La première phase, c’est
la période où l’Algérie est divisée en
superficies utiles (plaines, forêts et
littoral) accaparées par les colons et
les superficies inutiles, montagnes
et régions escarpées, laissées aux
autochtones, il y avait à cette époque
une sorte de dualité économique,
deux types de développements. La
deuxième phase, c’est le Plan de
Constantine lancé par de Gaulle, il
n’a pas abouti. La troisième phase a
débuté à partir de 1967/1968, avec
les différents plans de développement et notamment les révolutions
industrielle et agraire. Et maintenant
on est dans la quatrième phase de
développement avec tous ses dispositifs Ansej, Angem, CNAC, PPDRI…
«Des villages hauts escarpés disposent maintenant du gaz de ville»,
explique-t-il. Pour le conférencier,
les populations doivent s’impliquer
davantage pour réaliser l’essor économique tant attendu. «Les efforts de
l’Etat ne suffisent pas s’il n’y a pas
l’adhésion de la population. Si l’on
ne protège pas ce que l’on possède
comme patrimoine, on encourage
l’économie informelle, l’on n’accepte pas de payer les impôts, l’on ne
développe pas un esprit entrepreneurial, l’on recommencera toujours ces
gestes indélicats de transformer des
unités de production en urinoirs et de
déboiser nos vergers de nos propres
mains», déclare-t-il.
B. B.
Si au fil des années Tichy s’est
imposée comme l’expression
parfaite du tourisme de masse et
que celle-ci a permis d’asseoir
solidement la destination de la
station balnéaire, cela n’est pas
évidemment sans contrepartie.
Des milliers de personnes
affluent chaque année à la même
période dans un rush qui étouffe
parfois la ville et des problèmes
organisationnels et sécuritaires
notamment ne manquent pas de
surgir. Cette année, les estivants
véhiculés n’auront pas à
connaître comme les années
précédentes le cauchemar des
longs encombrements sur
le tronçon routier qui traverse la
ville. Il faut savoir que Tichy est
traversée par une route à deux
voies seulement, qui devient un
entonnoir au lieudit L’Etoile et
provoque un embouteillage
sur près de trois kilomètres en
venant de Béjaïa. Un trajet
qui nécessite une bonne dose de
patience, car le plus souvent, il
faut une bonne heure de patinage
pour le franchir. L’implication de
la sûreté de daïra ayant
été déterminante par la
désignation de policiers en
faction permanente à cet endroit
et l’interdiction formelle de
stationner sur les accotements, la
fluidité de la circulation s’en est
nettement améliorée.
Par ailleurs, le chef de la sûreté,
le commissaire Athmaniou
Sadek, nous informe que «des
événements comme la fête
foraine, ainsi que les soirées
nocturnes qui attirent des
foules considérables font l’objet
d’une vigilance particulièrement visible des
services de sécurité de la daïra».
Ce qui n’est pas pour déplaire
aux hôtes de cette station
balnéaire renommée.
Hocine Adrar
Un neuvième noyé
repêché
Le corps sans vie du baigneur
noyé le 15 juillet dernier a été
repêché avant-hier, dimanche,
vers midi, par la Protection civile
(PC). La victime, disparue depuis
neuf jours, a été repêchée, «aux
alentours de la même plage, où il
a disparu, à une distance
d’environ 300 mètres, en
l’occurrence le lieudit Assoumath
(zone rocheuse non surveillée),
près de la plage de Tighremt,
commune de Toudja», indique un
communiqué de la PC. Il s’agit de
M. Samir, un jeune homme de 30
ans originaire de Béjaïa (quartier
Takliet). C’est le neuvième noyé
déploré depuis le 1er juin.
G. K.
El Watan
Béjaïa
Résidence Naceria (EPLF),
Bloc A. N°3, en face de la polyclinique
de Sidi Ahmed, Béjaïa.
Publicité : tél./fax 034 11 12 71
Rédaction : tél. 034 11 12 75
fax : 034 11 12 71
www.facebook.com/elwatan06
El Watan - Mardi 26 juillet 2016 - 8
RÉGIONS
CRIME DE LA RUE ZAÂBANE À CONSTANTINE
JIJEL
Les gendarmes
saisissent
347 parasols
Le meurtrier était
le coursier de la victime
M
● Après avoir gagné la confiance de la famille de la défunte, l’accusé a planifié un vol d’argent et
d’objets de valeur, mais surpris par la résistance de la victime, il l’a tuée avant de prendre la fuite.
A
près l’assassinat d’une
dame, répondant aux initiales H.A., âgée de 67 ans,
mardi dernier à la rue Zaâbane, en
plein centre-ville de Constantine,
les services de la sûreté de wilaya
ont appelé, hier, les citoyens à être
plus vigilants et méfiants envers les
gens étrangers qu’ils fréquentent,
notamment les personnes âgées
qui restent seules à la maison.
Lors d’une conférence de presse
animée au siège de la sûreté de
wilaya par Mustapha Belmokre,
chef par intérim du service de la
police judiciaire, tous les éléments
ont été donnés à la presse au sujet
du crime qui a défrayé la chronique
dans la ville depuis le 19 juillet en
cours. L’on saura ainsi que le jour
même, les services de la sûreté ont
été alertés vers midi par l’époux de
la victime. Ce dernier n’a pas pu
accéder à son appartement fermé
de l’intérieur, alors que sa femme
ne répondait pas à ses appels téléphoniques. Cette situation a suscité
l’inquiétude et les suspicions chez
le mari, qui n’a pas tardé à prévenir
la sûreté de wilaya. Intervenant sur
place, la police et les éléments de la
Protection civile étaient contraints
de défoncer la porte, pour découvrir le corps inanimé de la victime,
portant plusieurs coups de couteau
sur la poitrine.
Il n’y a eu aucun désordre dans
l’appartement, selon le conférencier, et aucun objet n’a été volé.
Sur place, la police scientifique
a signalé aussi d’autres blessures
sur les bras de la victime. Ce qui
prouve une certaine résistance de
sa part. «D’après les empreintes et
les témoignages recueillis durant
l’enquête diligentée par la police,
on a pu déterminer l’identité du
criminel. Ce dernier, répondant
aux initiales B.F., âgé de 33 ans,
est un repris de justice, père de
famille et exerce comme boucher
à la rue Mellah Slimane, dans le
quartier de Souika», a révélé le
conférencier.
Ce dernier a précisé que le meurtrier est connu de la famille de la
victime depuis environ 6 mois,
en gagnant leur confiance après
avoir proposé ses services comme
coursier auprès de la victime, malade chronique et ne pouvant se
déplacer surtout qu’elle habite le
cinquième étage. La défunte restait
souvent seule dans son appartement entre 8h et midi et demandait
à l’accusé de lui faire des courses.
Profitant de cette confiance, l’assassin a tenté de cambrioler la
maison et tuer affreusement cette
LE CALIBRAGE DE L’OUED BOUMERZOUG
QUASIMENT ACHEVÉ
Les travaux de calibrage de l’oued Boumerzoug, un des principaux affluents du Rhummel, dont les crues ont
été à l’origine d’accidents parfois mortels sont quasiment achevés, selon une source proche de la direction
de l’hydraulique de la wilaya de Constantine. L’opération calibrage de cette rivière sur un linéaire de 11,1
kilomètres a été confiée, pour rappel, au début de l’année 2015 à une société chinoise pour un délai de vingt
mois. L’autre volet que comporte le projet à savoir l’aménagement d’espaces de loisirs à proximité du stade
Hamlaoui sur une superficie de près d’un hectare, connaît, cependant, un retard dans sa réalisation, précise
la même source.
F. R.
sexagénaire, vers 10h de la matinée
du 19 juillet. Selon les témoignages
des riverains, il a rendu une courte
visite à leur voisine, avant de partir
rapidement. Ne s’attendant pas
à une résistance de la part de sa
victime, il l’a tuée, puis, pris de
panique après avoir entendu les
bruits des voisins, il a pris la fuite.
Il sera arrêté en fin de semaine
dernière à Biskra où il y a élu domicile avec sa femme et ses enfants.
«Nous avons trouvé des traces de
griffures sur le corps du coupable
suite à la résistance de la victime.
Cela a été prouvé par les analyses.
Nous avons des témoignages et des
empreintes qui prouvent son implication dans ce crime. L’accusé est
passé aux aveux et nous a même
expliqué la scène du crime. Son but
était de voler de l’argent et des objets valeur. Il a est présenté devant
le Procureur de la République», a
déclaré Mustapha Belmokre. Le
conférencier ne manquera pas de
souligner les difficultés rencontrées lors de l’enquête à cause du
refus de certains voisins de témoigner. «C’est pourquoi nous demandons aux gens de ne pas retenir
ce genre d’informations, car ils
risqueront d’être poursuivis en justice pour complicité de meurtre»,
notera-t-il.
Yousra S.
République Algérienne Démocratique et Populaire
WILAYA DE BATNA
Daïra d’EL MADHER
Le président de l’APC de Djerma informe l’ensemble
des habitants de la commune et particulièrement les
riverains de la zone d’activité qu’une enquête publique autour des incidences sur l’environnement
pouvant découler du projet de réalisation d’une
unité de montage de métaux industriels dans la
zone d’activités de la commune de Djerma au bénéfice de Monsieur Naïli Salim. Toute personne ayant
des revendications ou des oppositions au sujet de
l’installation de l’activité susmentionné, est appelée
à se rapprocher du siège de la commune pour les
inscrire sur un registre ouvert à cet effet pour une période limite de 7 jours à compter du 18 juin 2016.
Le président de l’APC
UNION SPORTIVE DE TÉBESSA
LE NOUVEAU PRÉSIDENT FACE
À SES DÉTRACTEURS
République Algérienne Démocratique et Populaire
WILAYA DE BATNA
Daïra d’EL MADHER
COMMUNE DE DJERMA
ENQUÊTE COMMODO ET INCOMMODO
Le président de l’APC de Djerma informe l’ensemble
des habitants de la commune et particulièrement les
riverains de la zone d’activité qu’en vertu de la décision
n°2092/2016 datant du 04 juillet 2016, émis par monsieur le wali de Batna, une enquête publique commodo et incommodo est ouverte autour d’un projet
de réalisation d’une unité de montage de métaux
industriels à la nouvelle zone d’activité de la commune
de Djerma au bénéfice de Monsieur Naïli Salim. Toute
personne ayant des revendications ou des oppositions
au sujet de l’installation de l’activité susmentionné, est
appelée à se rapprocher du siège de la commune pour
les inscrire sur un registre ouvert à cet effet pour une
période limite de 7 jours à compter du 18 juin 2016.
Le président de l’APC
R
CONDOLÉANCES
PHOTO: EL WATAN
ien ne va plus au sein de l’USTébessa depuis quelques jours. Le plus
pessimiste parmi les supporters des Jaune et Noir ne présageait guère
un tel scénario, il y a deux semaines. Appelé à la rescousse après la démission de l’ancien bureau dirigé par le président sortant Khoulif Laamri Le
nouveau président, Noureddine Ounis, élu à l’unanimité lors d’une AGE,
se trouve aujourd’hui dans une situation embarrassante. Après avoir entamé la préparation d’avant saison, avec l’installation du bureau du comité
directeur, et le choix de Samir Houhou pour driver l’UST, dont l’objectif
tracé et annoncé par le nouveau président n’est autre que l’accession, et au
moment où l’équipe qui a vu l’arrivée de nouvelles recrues, en prévision
d’un stage de deux semaines en Tunisie, voilà que les choses commencent
à se gâter. Tout ce travail que le nouveau président et son staff ont lancé
risque de tomber à l’eau avec les derniers développements survenus cette
semaine. Les premiers signes des problèmes sont apparus quand les
anciens dirigeants avaient déclaré que le club leur doit de l’argent et qu’ils
détiennent des jugements pour geler le compte du club.
Selon une source proche du comité directeur, on parle de 2,8 milliards de
centimes de dettes réclamées. Les tentatives du nouveau président menées
auprès des anciens dirigeants pour les convaincre d’opter pour un échéancier de paiement des dettes sont restées vaines. L’on saura, par ailleurs,
selon certaines informations, que l’ancien président Khoulif Laâmri, tente
de revenir à la tête du club par le biais d’un directoire ou un comité de salut.
Une tentative qui n’a pas été du goût du président Ounis. Contacté par El
Watan pour en savoir plus sur la situation qui règne au sein de l’USTébessa, le nouveau président Ounis précisa : «Il y a une manœuvre qui se
prépare depuis quelques jours entre un chef de service à la DJS de Tébessa
et l’ancien président démissionnaire. Ce soi-disant chef de service ne cesse
de nous mettre les bâtons dans les roues pour nous pousser à la démission,
afin de ramener l’ancien président et son bureau. Je dénonce ces manipulations de la part de ces gens et j’attire l’attention des autorités locales à leur
tête le wali, le DJS, les membres de l’AG et les supporters de l’US Tébessa,
sur ces pratiques. Je leur dis que je ne vais pas me taire ; je suis le président élu par l’assemblée générale qui est souveraine pour décider quoi
que ce soit sur le sort du club.» Ounis a ajouté que les gens qui devaient de
COMMUNE DE DJERMA
ENQUÊTE PUBLIQUE
l’argent au club avaient été manipulés contre lui pour bloquer le compte de
l’UST. «Comment ces gens cherchent-ils à ramener un président sortant
pour l’installer avec la magouille à la tête du club et contre les règlements
généraux», s’interroge-t-il. «Ce chef de service n’est pas la tutelle de l’US
Tébessa ; qu’il s’occupe de son travail ; seule, l’AG demeure la tutelle du
club. J’ai été élu à l’unanimité et il était témoin en tant que représentait de
la DJS», a-t-il fustigé. Nouredine Ounis se dit déterminé à aller plus loin
jusqu’à demander une audience au ministre de la Jeunesse etdes sports
pour dénoncer ce qui se passe à Tébessa. Les jours à venir s’annoncent déjà
très chauds à l’UST.
Lakehal Samir
Le directeur des bureaux de l’Est et
l’ensemble du personnel du bureau
régional d’El Watan présentent leurs
sincères condoléances à leur collègue de Souk Ahras, Abderrahmane
Djafri, et à sa famille suite à la disparition de sa sœur ainée
ZINEB, décédée hier des suites
d’une longue maladie.
Que Dieu lui accorde Sa Sainte
miséricorde et l’accueille en Son
Vaste Paradis.
«A Dieu nous appartenons et à Lui
nous retournons.»
PUBLICITÉ
enant des opérations de surveillance des
plages, les services de la gendarmerie
de la wilaya de Jijel ont saisi durant la
période allant du 8 au 23 juillet, 347 parasols
plantés de manière illégale. Ces opérations ont
permis aussi la saisie de 20 tentes, 168 tables et
518 chaises en plastique. Ces interventions ont été
effectuées au niveau des plages des Aftis, Rocher
Noir, Merigha dans la commune d’El Aouana, Ras
El Afia et Berka (Crique) à Jijel, Tassoust (Emir
Abdelkader), Bazoul (Taher) et Beni Belaïd (Oued
Adjoul). Par ailleurs, les mêmes services ont saisi
un camion qui transportait du sable de mer extrait
illégalement de la plage se trouvant près de l’embouchure de l’Oued El Kébir. Lors de cette opération, qui s’est déroulée le 21 juillet sur la RN43
près du lieudit Azaroud (Chekfa), le conducteur du
camion s’est garé sur le bord de route à la vue des
gendarmes, avant de prendre la fuite à travers les
champs de serres qui pullulent dans cette région.
Les camions accèdent généralement de la RN43
au niveau de ce point d’Azaroud vers la route
dite des «Italiens» pour rejoindre les chantiers de
construction. Au niveau de cette route cernée par
des serres agricoles, un point de stockage avait été
établi récemment par les contrebandiers du sable
qui venaient y déposer leur cargaison avant de la
vendre.
Fodil S.
El Watan - Mardi 26 juillet 2016 - 9
RÉGIONS
TLEMCEN
Six personnes
meurent dans un
accident
Six personnes d’une même famille ont
trouvé la mort, avant-hier en milieu
d’après-midi, dans un accident de la
circulation au niveau du lieu-dit
Hamara sur la RN35, reliant Tlemcen à
Maghnia. Les victimes, dont cinq sont
décédées sur le coup et la sixième
après son évacuation à l’hôpital de
Remchi, sont deux enfants, trois
jeunes femmes et un sexagénaire.
Selon des témoignages, le véhicule
léger, une Suzuki Alto, aurait dérapé
avant de faire des tonneaux. Mais à
l’heure qu’il est, l’on ignore toujours
la cause de ce drame. Une enquête de
la gendarmerie est en cours.
Chahreddine B.
APPUI EUROPÉEN À LA DIVERSIFICATION
DE L’ÉCONOMIE ALGÉRIENNE
NOUVELLES D’ORAN
■ LES HABITANTS D’UNE
Lancement d’un
appel à propositions
CITÉ RÉCLAMENT DES
TRAVAUX DE RÉFECTION
Les habitants de la cité Lescur ont dénoncé,
hier, l’état de dégradation dans lequel se
trouvent les colonnes montantes qui
débouchent sur le garage. Par le biais de leur
comité de quartier, les riverains ont lancé un
appel pressant aux autorités locales pour que
les travaux de réfection soient lancés afin
d’éviter le pire. En effet, et selon les
concernés, la situation perdure depuis plus de
quatre ans au sein de cette cité située en plein
cœur d’Oran. Les habitants dénoncent
l’absence du réseau d’assainissement des
eaux usées et les désagréments occasionnés à
la suite de ces défaillances. Plusieurs
démarches ont été entreprises par le comité
de quartier lesquelles ont permis d’obtenir
l’aval de l’OPGI pour le lancement des travaux
de réfection des colonnes montantes. Le
dossier a été transféré depuis deux ans aux
services de la DLEP, un projet qui, selon les
concernés, est aux oubliettes. Depuis, c’est le
parcours du combattant pour le comité de
quartier, qui ne cesse de multiplier les
tentatives pour lancer les travaux et en finir
avec ce problème.
F. A.
● Ce programme d’appui de l’Union européenne, doté de 15 millions
d’euros, est consacré à la diversification de l’économie algérienne à travers un
soutien à l’aquaculture, l’agriculture, l’agroalimentaire et le tourisme.
BÉCHAR
Colère des
résidants de la
cité 70 Logements
1200 enfants
vacanciers pris
en charge
«Tous les moyens humains et
matériels ont été réunis pour garantir
à pas moins de 1200 enfants un
séjour réconfortant en bord de mer»,
a affirmé El Alia, la première
responsable de la jeunesse au niveau
de la direction de la jeunesse et des
sports de la wilaya. Elle a précisé en
outre que la moitié des concernés
par ce programme qui se sera réparti
en quatre sessions de 15 jours
chacune, seront attendus des
wilayas de Batna, M’Sila et El
Bayadh. «Toutes les commodités
d’accueil, de restauration et de
transport sont réunies pour
permettre à ces petits vacanciers de
se réjouir sur les monts de Beni
Zentis, un coin idéal au nord-est du
chef-lieu de wilaya», a ajouté notre
interlocutrice. Durant leur séjour, les
enfants seront quotidiennement
acheminés, à bord de bus
réquisitionnés pour la circonstance,
Issac B.
vers une plage.
L
e programme européen Diveco 2 est de retour dans
une deuxième phase de
son application. C’est le second
programme d’appui, doté de
15 millions d’euros, consacré à
la diversification de l’économie
algérienne à travers un soutien à
l’aquaculture. Dans son exposé
des motifs, il estime que le stock
«pêchable» sur les eaux territoriales algériennes étant limité, 100 000 tonnes doivent être
produites à l’horizon 2020. En
janvier puis en février derniers,
des experts européens s’étaient
déplacés à Témouchent et dans
d’autres régions afin de collecter
les informations de base afin
d’établir un diagnostic et de sérier
les actions d’appui prioritaires.
L’action des experts se poursuit en
ce mois de juillet ; dimanche, une
session d’information et d’appel
à propositions a été organisée à
Oran en direction des associations
professionnelles et autres, concernées par la problématique. L’appel
a touché d’Oran, Témouchent,
Mascara et Mostaganem. Le sa-
medi 23 juillet, six autres wilayas
de l’Ouest étaient conviées à Sidi
Bel Abbes. Enfin, six sessions
sont programmées pour 18 autres
wilayas jusqu’au 11 septembre.
A terme, l’élaboration de dossiers
permettra, en 2017, la libération
du financement par l’UE. Il ciblera l’appui à l’administration en
charge du secteur tant en matière
d’équipements techniques et de
formation ainsi que les porteurs
de projet à travers la formation de
leurs ressources humaines.
M. Kali
MOSTAGANEM
Tapage nocturne à Sidi Lakhdar
L
es habitants de la localité de Sidi Lakhdar, à l’est
de Mostaganem, vivent le calvaire et plus particulièrement cet été. Ils ne cessent de se plaindre du
phénomène : chaque nuit, des centaines de pétards
et autres feux d’artifice, d’une détonation qui égale
le bruit d’une dynamite, se font entendre à plusieurs
kilomètres à la ronde. Ça fuse de partout, des terrasses, des boulevards, etc. Un tapage nocturne qui
se prolonge jusqu’à l’aube. L’utilisation excessive
des produits pyrotechniques, pourtant interdits par
la loi, dans les célébrations de fêtes, agace sérieusement les citoyens. Beaucoup de familles ne cachent
pas leur colère face à cet état de fait et s’interrogent
sur l’absence de réaction des autorités concernées
face à ces agissements intolérables et interdits. «De
tels actes doivent être sanctionnés et leurs auteurs
rappelés à l’ordre», déplore un ancien gendarme.
«On devrait penser aux enfants en bas âge, aux personnes âgés et aux malades dont la santé est fragile
ainsi qu’aux travailleurs qui se lèvent tôt le matin»,
ajoutent d’autres.
A cela s’ajoute le ronflement des moteurs de
motos, dépourvus de silencieux d’échappement, qui
prennent le relais de ce vacarme. Leurs propriétaires
font fi de toute réglementation. La quiétude des gens
est affreusement agressée de jour comme de nuit.
«Qui mettra fin une fois pour toutes à ce calvaire»,
s’interroge-t-on dans la ville.
L. H.
DANS DES ACCIDENTS
Un total de six accidents graves ont eu lieu ces
dernières 48 heures causant un décès et
15 blessés graves, selon le bilan de la
Protection civile. La personne décédée, A. A.
36 ans, a été percutée par un camion de
marque Chackman sur la RN11 reliant Sid El
Bachir à Bir El Djir. Les autres accidents se
sont produits près du rond-point d’El Bahia,à
haï Emir Abdelkader et haï Es Sabah. Le
facteur humain a été relevé comme la
principale cause dans la plupart de ces
accidents.
S. Moncef
■ TROIS PERSONNES
PÉRISSENT PAR NOYADE
Ces derniers jours, trois décès par noyade ont
été enregistrés au niveau du littoral d’Oran.
Ces drames ont été enregistrés au niveau
d’Aïn El Turck où ce sont des pêcheurs qui
avaient remarqué, assez tôt le matin, les corps
de deux personnes dont une fillette flottant
sur l’eau. Ils tenteront de leur apporter les
premiers secours mais en vain. Le troisième
cas de noyade a été enregistré, avant-hier, sur
la plage des Andalouses.
S. M.
■ FEUX DE FORÊT À CAP
PHOTO: D.R.
RELIZANE
■ UN MORT ET 15 BLESSÉS
Le programme européen
Diveco vise la diversification
de l’économie algérienne
PHOTO: EL WATAN
Les résidants de la cité 70 Logements
LSP en zone bleue sur la route de
Kenadsa ont pris attache avec notre
quotidien pour exprimer leur colère
contre, disent-ils, la réalisation
bâclée et défectueuse du réseau
d’assainissement de leur cité. Ils ont
saisi maintes fois par écrit, affirmentils, qui de droit mais en vain.
Plusieurs habitations subissent
aujourd’hui des infiltrations des
eaux usées découlant de la
défectuosité du réseau
d’assainissement et l’obstruction
des regards d’égouts.
A l’origine de cette situation, le choix
du site en pente sur lequel a été
édifié, au début de l’an 2000, le
lotissement des 70 logements LSP
sans contrôle ni suivi rigoureux. Les
résidants, qui sollicitent souvent
l’Office national d’assainissement
(ONA) pour des interventions
ponctuelles, lancent un pressant
appel aux autorités pour une
nouvelle étude et la rénovation du
réseau d’assainissement de leur cité.
M.Nadjah
TIARET
Enquête après le suicide d’un prisonnier
ne commission d’enquête M. K., 48 ans, condamné lors de t-il été suivi, comme l’exige la récomposée d’inspecteurs de la dernière session criminelle à glementation, du fait de «troubles
U
la direction centrale des prisons 15 années de réclusion pour ten- psychologiques» et/ou de condique préside Mokhtar Felioune et
de magistrats du tribunal de Tiaret
a été diligentée pour situer les
responsabilités dans l’affaire du
suicide, la semaine dernière, d’un
détenu.
Selon nos sources, la commission
qui a auditionné des gardiens
ainsi que des prisonniers intervient au lendemain du suicide de
tative d’assassinat de son épouse.
M. K.,qui est passé de vie à trépas
en se servant d’une corde à linge,
avait agressé sa femme de plusieurs coups de couteau alors qu’il
était en proie à une dépression. La
victime, bien que sérieusement
touchée, a été sauvée d’une mort
certaine.
Natif de Sougueur, ce justiciable a-
tions d’incarcération ou a-t-il agi
sous l’effet d’une crise passagère ?
L’établissement pénitencier de
Tiaret, l’une des huit institutions
réalisées tout dernièrement, conçu
pour 2000 places, bien qu’ayant
ouvert ses portes il y a moins de
deux années, n’a pas été officiellement inauguré.
A. Fawzi
ROUSSEAU ET À BOUSFER
Un incendie s’est déclaré, ces dernières
24 heures, dans une forêt proche de Cap
Rousseau, à Belgaïd. Il était environ 20h lorsque
les flammes ont pris aux arbres de cette forêt.
Plusieurs incendies se sont alors déclarés. Les
éléments de la Protection civile sont parvenus,
après plusieurs heures, à éteindre cet incendie.
On saura que 500 mètres carrés sont partie en
fumée. Un autre incendie s’est déclaré au niveau
de la localité Sidi Hamadi, à Bousfer.
Là aussi, les pompiers sont arrivés à mettre fin au
feu après plusieurs heures de lutte. Les flammes
ont détruit 8000 mètres carrés de cette forêt.
S. M.
El Watan - Mardi 26 juillet 2016 - 10
I N T E R N AT I O N A L E
C’est mal parti pour Hillary
Clinton et les démocrates
● Un sondage CNN/ORC Poll, conduit entre les 22 et 24 juillet auprès de 1001 personnes en âge de voter, dresse un
tableau de l’opinion aussi pénible pour la démocrate Hillary Clinton que porteur d’espoir pour
le candidat républicain Donald Trump.
Ç
dernière fut marquée par les incidents et
les polémiques, a ironisé toute la journée de dimanche à propos du scandale
démocrate sur twitter. «Si la convention
républicaine avait explosé avec des
courriels, avec la démission du chef et
les critiques d’un poids lourd (Bernie),
les médias se seraient déchaînés», at-il dit.
PHOTO : DR
a va mal au Parti démocrate
américain. Alors que celui-ci
a ouvert hier sa convention, à
Philadelphie, durant laquelle Hillary
Clinton doit être officiellement désignée comme la candidate démocrate à
l’élection présidentielle, sa présidente,
Debbie Wasserman Schultz, a présenté sa démission. Elle paie la fuite
d’e-mails internes, révélée vendredi
par WikiLeaks, dont certains semblent
indiquer que les hauts responsables du
parti ont pris fait et cause pour Hillary
Clinton contre son rival Bernie Sanders
durant la primaire démocrate. Ce sont
plus de 20 000 messages qui ont été
publiés par WikiLeaks.
En juin, la presse avait déjà appris
que des pirates informatiques russes
avaient volé des documents aux démocrates. Pour l’entourage d’Hillary Clinton, ce sont ces hackers qui se seraient
procuré ces messages «pour aider
Donald Trump». Mais le contenu de
ces e-mails est aussi embarrassant. Des
responsables y débattent de différentes
stratégies pour affaiblir la campagne
de Bernie Sanders, notamment en
mettant en doute le fait qu’il croit en
Dieu. Dans un message, la présidente
du parti, Debbie Wasserman Schultz, a
même traité un proche de Bernie Sanders de «maudit menteur».
Plutôt que de polémiquer, le sénateur
du Vermont a préféré calmer le jeu
pour laisser toutes ses chances à Mme
Clinton. Il a salué la décision de Debbie
Hillary Clinton et Bernie Sanders
Wasserman Schultz de démissionner et
admonesté les ténors démocrates. «Les
dirigeants du parti doivent toujours
rester impartiaux dans le processus
des primaires présidentielles, ce qui
ne s’est pas produit en 2016», s’est-il
contenté de déclarer. Bernie Sanders
semblait satisfait de ce dénouement et
profitera de la tribune de la convention
pour continuer à propager son appel
aux jeunes à s’impliquer en politique
pour poursuivre la «révolution» amorcée avec sa candidature.
MOSCOU POINTÉ DU DOIGT
De son côté, l’entourage d’Hillary Clinton s’est publiquement étonné que ces
messages soient publiés quelques jours
seulement avant la convention, rappelant que des groupes liés aux autorités
russes avaient été pointés du doigt pour
le grave piratage du parti démocrate, révélé le 14 juin. Robby Mook, directeur
de campagne d’Hillary Clinton, s’est
dit «troublé» que des «experts estiment
que les Russes diffusent ces courriels
dans le but d’aider Donald Trump»,
sous-entendant que Moscou essayait
d’influencer les élections américaines.
Il a fait le lien avec la déclaration de
Donald Trump sur l’OTAN, la semaine
dernière, lorsqu’il a dit que sous sa
présidence, les Etats-Unis n’interviendraient pas automatiquement pour protéger les Etats baltes en cas d’agression.
«Tout cela mis bout à bout est troublant», a dit Robby Mook à CNN. Une
accusation dénoncée par le directeur
de campagne de Donald Trump, Paul
Manafort. Le candidat républicain à
la Maison-Blanche, dont la propre
convention d’investiture la semaine
TRUMP À LA TÊTE DES SONDAGES
Quoi qu’il en soit, la polémique pourrait continuer dans les prochains jours,
risquant d’assombrir l’investiture
d’Hillary Clinton, qui prononcera son
grand discours le dernier soir, jeudi. La
présidente par intérim du Parti démocrate, Donna Brazile, a prévenu que
des milliers d’autres messages seraient
vraisemblablement publiés prochainement, car les hackers ont récupéré
l’ensemble des messages du parti. «Il
y a beaucoup de choses qui vont nous
forcer à présenter des excuses», a-t-elle
admis dimanche. C’est donc plutôt
mal parti pour Hillary Clinton, surtout
qu’un sondage CNN/ORC Poll, conduit
entre les 22 et 24 juillet auprès de 1001
personnes en âge de voter, dresse un
tableau de l’opinion aussi pénible pour
la démocrate Hillary Clinton que porteur d’espoir pour le candidat républicain Donald Trump. Celui-ci convainc
désormais davantage les Américains
que sa rivale, pourtant longtemps dominatrice dans la course à la fonction
suprême.
Aniss Z.
42 JOURNALISTES VISÉS PAR DES MANDATS D’ARRÊT
Recep Tayyip Erdogan s’en prend à la presse
● L’ONG Amnesty International a affirmé avoir réuni des «preuves crédibles» attestant de tortures, et même de viols,
de personnes détenues en Turquie après la tentative de coup d’Etat raté qui a fait 270 morts.
A
près les militaires et les juges, c’était au tour hier
des journalistes de faire les frais de la fureur du
président turc, Recep Tayyip Erdogan, qui est connu
pour ne par porter les médias dans son cœur. Avant le
putsch raté, plusieurs dizaines de journalistes croupissaient déjà dans les geôles. La justice turque a émis des
mandats d’arrêt visant 42 journalistes quelques heures
après le placement en garde à vue de 40 militaires à
Istanbul. Il s’agit du dernier épisode d’une vaste purge
enclenchée après le coup d’Etat manqué du 15 juillet.
Parmi les journalistes visés par un mandat d’arrêt se
trouve Nazli Ilicak, figure de premier plan du monde
des médias en Turquie, limogé du quotidien progouvernemental Sabah en 2013 pour avoir critiqué des
ministres impliqués dans un scandale de corruption.
Samedi, le président Erdogan avait prévenu, dans un
entretien à France 24, que si «les médias soutiennent le
coup d’Etat, qu’il s’agisse de médias audiovisuels ou
autres, ils en paieront le prix». Le 19 juillet, le régulateur turc des médias audiovisuels avait déjà pris la dé-
cision de retirer leur licence à de nombreuses chaînes
de télévision et de radio soupçonnées de soutenir le
réseau du prédicateur Fethullah Gülen, accusé d’être
l’instigateur du putsch, ce qu’il dément. Cette décision
a concerné 24 chaînes de télévision et radios. 34 journalistes, considérés proches de l’opposant en exil aux
Etats-Unis depuis 1999, se sont vu retirer leur carte
de presse. L’ONG Amnesty International a affirmé
dimanche avoir réuni des «preuves crédibles» attestant
de tortures, et même de viols, de personnes détenues
en Turquie après la tentative de coup d’Etat raté, qui a
fait 270 morts. Il est à signaler que 13 000 personnes
ont déjà été placées en garde à vue, 5800 placées en
détention et des dizaines de milliers de fonctionnaires
ont été limogés ou suspendus, ce qui suscite l’inquiétude de l’opinion internationale. Ce n’est pas tout. La
Turquie, où l’état d’urgence a été instauré jeudi dernier
pour la première fois en 15 ans, a porté de 4 à 30 jours
la durée des gardes à vue et dissous plus de 2000 institutions. Dans ce coup de balai inédit depuis l’arrivée
au pouvoir de M. Erdogan en 2003, ont été fermés plus
de 1000 établissements d’enseignement, 15 universités, plus de 1200 associations ou fondations et 19
syndicats.
A mentionner que Recep Tayyip Erdogan devait
recevoir hier après-midi des chefs de l’opposition au
palais présidentiel pour s’entretenir avec eux et les
remercier pour leur «attitude déterminée contre le
putsch». Le leader du parti prokurde HDP, accusé de
soutien au terrorisme, n’a pas été invité. La veille, la
principale formation d’opposition, le Parti républicain
du peuple (CHP, social-démocrate), avait organisé,
avec le soutien de l’AKP au pouvoir, un gigantesque
rassemblement sur la place Taksim à Istanbul pour dire
son opposition au putsch. Lors de ce rassemblement,
qui s’est déroulé sans incident, le chef du CHP, Kemal
Kiliçdaroglu, a toutefois exhorté le gouvernement à
se conformer à l’Etat de droit et à «punir au plus vite»
ceux qui auraient lynché des soldats dans la nuit du
coup d’Etat.
R. I. et agences
en bref
Allemagne
Le Syrien qui s’est fait
exploser dimanche soir près
d’un festival de musique
à Ansbach, en Allemagne, avait
«fait allégeance» à Daech d’après
une vidéo retrouvée sur son
téléphone portable, a annoncé hier
le ministre bavarois de l’Intérieur.
«Il a explicitement annoncé (agir)
au nom d’Allah, a fait allégeance
à Abou Bakr Al Baghdadi (...)
et annoncé expressément une
vengeance contre les Allemands
qui se mettent en travers de la voie
de l’islam», a déclaré Joachim
Hermann, s’appuyant sur une
première traduction de cette vidéo
en arabe, au lendemain de cet
attentat à la bombe qui a fait 15
blessés et tué son auteur.
Yémen
Plus de 80 soldats du
gouvernement et des rebelles
chiites ont été tués en moins
d’une semaine dans des combats
dans le nord-ouest du Yémen,
près de la frontière avec l’Arabie
Saoudite, ont indiqué hier des
militaires. La plupart de ces soldats
sont morts dans l’explosion de
mines plantées par les rebelles.
L’offensive est destinée à avancer
sur la capitale Sanaa à partir de l’axe
ouest tandis que l’offensive à l’est
de la capitale, à partir de la province
de Marib, marque le pas. Cette
opération se déroule alors que des
négociations de paix se poursuivent
entre les protagonistes du conflit
qui, selon l’ONU, a fait plus de 6400
morts depuis mars 2015.
Mali
La 10e réunion du comité
de suivi de l’Accord d’Alger
s’est ouverte aujourd’hui
à Bamako. Elle regroupe les
différentes parties signataires
de l’Accord pour la paix et la
réconciliation. La rencontre de
Bamako s’ouvre dans un contexte
tendu entre les groupes armés
signataires, notamment entre la
CMA et la Plateforme, après les
violents affrontements qui ont
opposé à Kidal des éléments de la
Plateforme et des partisans de la
Coordination des mouvements de
l’Azawad (CMA) jeudi dernier. Ces
affrontements ont fait plusieurs
dizaines de morts, dont la majorité
sont des membres de la Plateforme.
Libye
Quelque 279 000 élèves ne
peuvent pas être scolarisés
en Libye, un pays en
proie à l’instabilité politique et
sécuritaire, a déploré hier l’ONU
dans un rapport. «Les statistiques
récemment publiées par le ministère
libyen de l’Education donnent
une image alarmante de l’accès
au système éducatif», a indiqué
le Bureau de coordination des
affaires humanitaires de l’ONU
(BCAH). «Un total de 558 écoles
en Libye sont considérées comme
non opérationnelles, affectant la
scolarité d’environ 279 000 élèves»,
selon le rapport du BCAH.
PUBLICITÉ
LE PARTI DÉMOCRATE ÉCLABOUSSÉ PAR UN SCANDALE
> Pour la deuxième année consécutive, les
piscines de la wilaya de Sétif, où l’Etat n’a pas
lésiné, sont pour l’heure privées d’un espace pour
barboter et atténuer un tant soit peu les effets de
la canicule qui sévit actuellement.
> Projeté à la 9e édition du Festival
international d’Oran du film arabe, Nawara,
de Halla Khelil, évoque le rêve reporté des
Egyptiens après la Révolution de 2011.
> Le rideau est tombé, lundi vers 4h, sur la
dixième édition du Festival international du raï
d’Oujda. Cette fois-ci, le public était bel et bien au
rendez-vous. L’esplanade du stade d’honneur a
d’ailleurs tôt fait le plein.
c’est l’été
CHLEF, LA FOURNAISE DU NORD DU PAYS
I
l n’y a qu’une seule piscine opérationnelle au chef-lieu de wilaya et deux
autres à Boukadir et Oued Fodda, de
même qu’il n’existe que très peu d’espaces verts ou de lieux d’accueil des familles
pour des balades nocturnes. En ces journées
caniculaires de juillet, où la température
devient étouffante dès 9 h du matin, les gens
vaquent normalement à leurs occupations,
les rues sont bondées de véhicules et de piétons et la plupart des cafés sont occupés par
les consommateurs. Les citadins semblent
accepter leur sort en se résignant à la loi de
Chlef est considérée comme la ville la plus chaude
du nord du pays, la température y dépasse souvent
les 40°C en été. Un phénomène auquel les habitants
ont appris à s’habituer, et ce, en dépit du manque
criant de structures de divertissement de plein air,
comme les piscines et les jardins publics.
El watan
UNE SAISON
EN ««ENFER»
ENFER »
la nature, même si les températures sont relativement identiques à celles du sud du pays.
JADIS, L’OUED CHELIFF COULAIT EN
PERMANENCE L’ÉTÉ
«Nous ne sommes pas tout à fait d’accord
avec les services de la météo qui annoncent
plutôt des températures inférieures aux maximales enregistrées constamment à Chlef
durant l’été. Pourquoi on nous cache la vérité
?» S’interrogent des habitants.
Ahmed Yechkour
Suite page 12
Artisanat
C’EST
L’ÉTÉ
La ministre déléguée chargée de l’Artisanat, Aïcha Tagabou,
a appelé samedi à Bouira les responsables de son secteur et
l’ensemble des artisans à exploiter les structures existantes
afin de permettre la commercialisation des produits artisanaux
au niveau national et international
El Watan - Mardi 26 juillet 2016- 12
SÉTIF
Chlef, la fournaise
du nord du pays
Un été sans piscine
Une saison
en «enfer»
Dans l’après-midi, si les trottoirs sont peu
fréquentés, le trafic routier reste dense en
zone urbaine, ainsi que sur le tronçon de la
RN4 (Alger-Oran), qui traverse la ville. Les
administrations et autres services publics
fonctionnent normalement, tandis que la
gare routière et les stations de taxis ne
désemplissent pas. En revanche, dans les
foyers, la consommation d’énergie bat tous
les records, mettant à rude épreuve le
réseau de distribution. Heureusement,
l’offre en électricité s’est nettement
améliorée avec la réalisation de plus de 700
nouveaux postes de transformation. Il en
est de même pour l’eau potable grâce aux
transferts des eaux de la station de
dessalement de Ténès. Pourtant, de l’avis
de nombreux habitants parmi les plus âgés,
le climat n’a jamais été aussi chaud avant
les années 80, car l’environnement n’était
pas perturbé par les dégradations causées
par l’homme et les variations climatiques.
«A l’époque, il y avait une chaîne verte
autour de la ville, l’oued Cheliff coulait en
permanence l’été et la pollution de l’air était
presque inexistante. Même le modèle de
construction des habitations était adapté
aux spécificités climatiques de la région»,
se rappellent nos interlocuteurs avec
nostalgie.
Ahmed Yechkour
d. r.
Suite de la page 11
Pour la deuxième
année
consécutive, les
piscines de la
wilaya de Sétif,
où l’Etat n’a pas
lésiné, sont pour
l’heure privées
d’un espace pour
barboter et
atténuer un tant
soit peu les effets
de la canicule qui
sévit
actuellement.
ccueillant d’habitude des
milliers de baigneurs, les
piscines de Djemila, de
Aïn Azel, de Hammam
Skhouna, du complexe 8 Mai 1945
sont fermées, au grand regret des
utilisateurs. Lesquels s’expliquent
mal la manière de faire des gestionnaires de ces équipements publics
pris en otage. Rattachée à la commune, la piscine d’El-Eulma reste
ouverte au grand public. Celle-ci
fait donc l’exception. «Fort d’une
impunité, les chargés des lieux
trouvent le moyen de les fermer
durant la période des grandes chaleurs. Les jeunes qui n’ont pas les
moyens de se payer une virée à la
grande bleue sont une fois de plus
pénalisés et privés d’un espace
pour lequel les pouvoirs publics ont
consacré de gros investissements.
Tous les faux arguments sont avancés pour priver la masse juvénile
A
à la quête du moindre coin pour
s’évader, se détendre, se défouler et s’éclater. Si ce n’est pas le
manque de personnel, on brandit
l’alibi de l’entretien des bassins,
une histoire à dormir debout. On ne
programme pas une telle opération
au bout milieu de la saison estivale.
Un tel procédé cache des desseins
inavoués. La dernière instruction
du ministre, sommant les gestionnaires d’ouvrir les piscines, est
ignorée par les responsables des
sites précités», diront de nombreux
utilisateurs, qui se sont rapprochés
de nos bureaux. En ayant gros sur
le cœur, nos interlocuteurs vont non
seulement plus loin, mais enfoncent
carrément le clou : «Réalisée pour
accueillir l’élite de la natation, la
piscine de l’école d’El Bez qui a
coûté la bagatelle de 1,57 milliard
de dinars a été transformée par le
bon vouloir de certains nababs en
une banale piscine de proximité. Ne
s’arrêtant pas là, ces gens qui sont
arrivés à détourner l’infrastructure
de sa vocation première n’ont rien
trouvé de mieux que de la fermer.»
Il ne faut pas se voiler la face, la
structure est totalement délaissée.
Mieux encore, elle ne peut fonctionner avec un personnel réduit
et non formé. La vérité est amère,
mais c’est la triste réalité. Les «faux
rapports» ne vont pas éternellement
travestir la triste situation de ce
joyau balafré. Malheureusement, le
sort de ce précieux bien est relégué
au dernier plan, car les autoproclamés maîtres des lieux bénéficient d’une «bonne couverture d’en
haut». Pour connaître la version
de l’administration, on apprend
attache avec le directeur de la jeunesse et des sports, Aziz Tahir, qui
dit en substance : «Les directives du
ministre sont claires. Les piscines
en question seront mises à la disposition des jeunes. J’ai, dans ce sens,
instruit le directeur de l’OPOW
qui s’est engagé à appliquer l’instruction de la tutelle. Je dois par
ailleurs souligner que nous venons
d’acquérir 10 piscines gonflables
de 10X5. Celles-ci seront installées
dans les zones enclavées, telles
Beïda Bordj, Salah Bey, Ouled SiAhmed, El-Ouldja, Aïn Lahdjar,
pour ne citer que ces localités.» En
attendant l’application des directives du ministre de la jeunesse et
des sports, une bonne partie de la
masse juvénile de la wilaya de Sétif
prend son mal en patience. A noter
que le parc aquatique de la ville
de Aïn Fouara, lancé depuis des
années, se fait désirer lui aussi.
Kamel Benaiche
ÎLE DE MADÈRE (PORTUGAL)
Atterrir et descendre au CR7
Le footballeur Cristiano Ronaldo a
inauguré vendredi le tout premier
hôtel portant l’enseigne «CR7»
dans sa ville natale de Funchal, sur
l’île portugaise de Madère.Les
autorités locales ont profité de
l’occasion pour rebaptiser
l’aéroport du nom de la star.
oins de deux semaines après
la victoire du Portugal à l’Euro-2016, le capitaine de la Seleçao est apparu souriant vendredi
après-midi, casquette blanche vissée sur la
tête, sur la terrasse de l’hôtel, un luxueux
bâtiment rouge sur le front de mer ouvert
depuis le 1er juillet. «C’est encore un peu
étrange, je n’aurais jamais pensé devenir un
hôtelier à 31 ans», a ironisé le triple Ballon
d’or, accompagné de toute sa famille, ajou-
d. r.
M
Cristiano Ronaldo hôte de son hôtel
tant que son premier hôtel ne pouvait ouvrir
que sur sa terre natale, «là où tout a commencé». Le président de la Région autonome
de Madère, Miguel Albuquerque, a annoncé
dans la foulée que l’aéroport de l’île porterait
désormais le nom de Cristiano Ronaldo, une
façon de rendre hommage à l’enfant du pays.
Le footballeur doit encore visiter samedi son
nouveau musée, situé au rez-de-chaussée
de l’hôtel, qui accueille depuis le mois de
juin ses innombrables trophées, remplaçant
les anciens locaux devenus trop petits. Juste
devant se dresse une statue en bronze à son
effigie haute de 3,40 m et pesant 800 kg,
inaugurée en décembre 2014. Cristiano
Ronaldo avait annoncé en décembre se lancer
dans l’hôtellerie en investissant plus de 37
millions d’euros dans une nouvelle chaîne
d’hôtels, avec le groupe portugais Pestana,
lui aussi originaire de Madère. Un deuxième
établissement «CR7» ouvrira ses portes à
Lisbonne au troisième trimestre. Deux autres
verront le jour en 2017 à Madrid et New
York.
AFP
Star trek
C’EST
L’ÉTÉ
Star Trek sans limites, 13e opus de la saga fêtant ses
cinquante ans, a pris largement la tête du box-office ce
week-end pour sa sortie dans les salles nord-américaines,
selon les estimations provisoires publiées dimanche par
la société Exhibitor Relations.
El Watan - Mardi 26 juillet 2016 - 13
PROJECTION DU FILM ÉGYPTIEN NAWARA, DE HALLA KHALIL, À ORAN
L’échec momentané d’une Révolution
Oran
De notre envoyé spécial
l est rare que le public applaudisse une
scène d’un film. Dimanche soir, à la salle
Maghreb à El Bahia, les spectateurs ont
vivement réagi à la scène dans laquelle
un chien prend la défense de Nawara (Manaâ
Shalaby) dans le long métrage de Halla Khalil,
Nawara, en compétition officielle au Festival
international du film arabe d’Oran. Nawara vit
dans un quartier pauvre du Caire, où les ruelles
sont jonchées d’ordures, les égouts à ciel ouvert
et où l’eau potable manque. Nawara, qui vit
avec sa grand mère (Rajaâ Hussein), doit courir
chaque matin pour prendre le bus dans les rues
encombrées d’El Qahira. Parfois, Aly (Amir
Salaheddine), son fiancé, la conduit à bord d’une
moto. Aly gagne difficilement sa vie de réparateur de télévision, rêve d’avoir un appartement
et de se marier. Nawara travaille dans la villa de
Oussama (Mahmoud Homeida), un ex-ministre
et un député, qui a fait fortune grâce à ses postes
politiques et à son influence. Oussama, nageant
dans une piscine couleur azur, parle avec sa
domestique de la situation du pays. Nawara soutient la Révolution et croit à «la légende» de la
restitution des fonds et des biens volés, évoquée
quelques jours après l’effondrement de la dictature. «Chaque Egyptien aura 200 000 livres. J’ai
vu cela à la télé», dit-elle. Durant une grande partie du long métrage, le fil de l’actualité est déroulé
à travers des journaux et débats à la télévision et
à la radio sur l’argent détourné vers l’étranger
par les fidèles à Moubarak. «J’ai eu beaucoup
de mal à récupérer des extraits d’émissions ou
de JT de l’époque. Beaucoup de chaînes de télé
ou de radio et de journalistes ont refusé de me les
remettre. Ils n’assument plus ce qu’ils disaient à
l’époque pensant que les gens vont tout oublié»,
a confié Halla Khalil, lors du débat qui a suivi la
projection. Seule la speakerine, Dina Abderrahmane, a accepté de collaborer avec l’équipe du
film. Le recours aux news à chaques fois pour
situer l’évolution de la situation politique a alourdi le récit, donnant une sensation de répétition
à chaque fois. Les news sonores ont rapproché
le film du documentaire sans densifier le film.
Dès le début, Halla Khalil a choisi de mettre ses
personnages au milieu de l’Histoire en marche
sans leur faire jouer le rôle d’acteurs. La scène de
la foule qui manifeste et bloque le passage d’un
I
« Nawara » de Halla Khelil
évoque le rêve reporté des
égyptiens après la
Révolution de 2011
bus semble symboliser l’image d’une Egypte qui
voulait continuer à travailler, sans prendre une
pause, même pour «renverser» l’ordre des choses.
Pris par un souci de neutralité, la cinéaste a évité
d’aller plus loin. Aussi, le symbole du chien, qui
passe par plusieurs phases dans son rapport avec
la domestique Nawara, prend toute sa valeur.
Autant que le départ de Oussama et sa famille
vers l’étranger pour fuir les poursuites post-Révolution, puisque l’histoire se déroule au printemps
2011, quelques semaines après le renversement
du régime de Moubarek par la Révolution de la
place Tahrir. Halla Khalil, qui au départ ne voulait
pas écrire et réaliser un film sur la Révolution, a
pris un grand risque en traitant un sujet encore
d. r.
Scène du film Nawara
brûlant. Risque calculé, puisque la cinéaste a pris
le soin d’ajouter une histoire d’amour pour alléger le propos et pour éviter que son long métrage
prenne l’allure d’un film politique. Nawara est
porteur de beaucoup de signes sur le non-aboutissement de la Révolution. Halla Khalil, qui a
débuté sa carrière cinématographique avec Ahla
Al awqat (Les meilleurs moments), en 2004, a
confié qu’elle ne pouvait pas éviter le sujet de
la Révolution. «C’était un événement qui préoccupait tout le monde, intéressait toute l’Egypte,
mais l’ensemble des pays arabes. La thématique
de la Révolution s’est imposée à moi. J’étais
parmi ceux qui sont descendus dans la rue en
rêvant au changement. Nous étions finalement si
grands d’avoir pu débarquer Hosni Moubarek !
Un personnage du film le dit. Pour moi, la Révolution n’est pas encore terminée. Elle se poursuit
y compris dans le Monde arabe. Il y a encore un
long voyage à faire. L’idée du changement, qu’il
soit révolutionnaire ou réformateur, est encore
là présente», a déclaré Halla Khalil, lors du débat
après la projection. Elle a reconnu que la Révolu-
tion est une thématique vaste et compliquée avec
plusieurs angles, analyses et points de vue. «Pour
certains, les révolutionnaires sont des héros,
pour d’autres ce sont des traîtres. Le débat n’est
pas encore tranché», a-t-elle soutenu. La cinéaste
a décidé de réaliser une trilogie sur la Révolution
Nawara, constituant la première partie qui sera
suivie par Askar oua haramia (militaires et voleurs). «J’ai rejoint la Révolution pour défendre
les gens pauvres d’Egypte contre les injustices,
l’arbitraire et les humiliations. La justice sociale
est la chose que je défendais le plus. Depuis 2011,
le rêve ne cesse de perdre de son intensité puis
se transformer en cauchemar. Notre expérience
a été douloureuse. Un grande déception. Le film
nous rappelle une réalité qui fait mal. J’ai compris pourquoi les spectateurs pleuraient lors des
projections en Egypte. Ce n’était pas du tout mon
but. Je déteste faire du chantage émotionnel», a
déclaré Halla Khalil. Elle a reconnu sa difficulté
de voir le film avec une certaine distance pour
avoir vécu elle même l’expérience du soulèvement populaire.
Fayçal Métaoui
PARTIR AU PARADIS, DE SALMEEN AL MURRY
Quand le rêve s’appelle grand-mère !
Partir au
paradis est un
road movie
sur l’univers
insondable
de l’enfance.
Oran De notre envoyé spécial
ultane et Saoud (Jomaâ et Ahmed
Al Zaâbi) sont des amis qui vivent
à Abu Dhabi. Sultane est choqué
lorsqu’il découvre que l’épouse qu’a
pris son père après le décès de sa mère a
jeté les poissons rouges qui étaient dans
un bocal. N’aimant pas du tout cette
femme, le garçon apprend par Fatoum,
sa sœur, que le papa cache une photo de
leur grand-mère, qui vit à Al Fujariah.
Sultane a alors un seul et unique projet:
partir chez cette inconnue grand-mère.
Il réussit à convaincre Saoud de prendre
la route vers Al Fujariah. Le film évolue
alors en road movie, une forme très
présente dans le cinéma des pays du
S
Golfe actuellement. Les deux enfants
rencontrent des personnages, dont Mohamed, qui les conduit dans une ferme en
dehors de la ville où vit sa mère, malade.
Partir du paradis, projeté dimanche à la
salle Maghreb d’Oran, à l’occasion du 9e
Festival du film arabe, rompt donc avec
l’image qui colle au septième art des
Emirats, celle des gratte-ciel, des boulevards vastes et des hôtels de luxe. Saâd
Salmeen Al Murry a pris soin de montrer des paysages rocailleux, une oasis,
une route qui plonge dans l’immensité
désertique, bref, l’extramuros... Arrivé à
la ferme, Sultane se rapproche de la mère
de Mohamed. En quête de tendresse,
l’enfant se confie à elle et retrouve
presque le bonheur.
Le film de Saâd Salmeen Al Murry se
distingue par la simplicité du scénario.
C’est une petite histoire qui tente d’explorer les grands sentiments humains.
L’absence du père, trait commun du
cinéma arabe, est là. Autant que l’abandon que peuvent sentir les enfants. Le
cinéaste a reconnu avoir eu des difficultés dans le casting et dans la direction
des comédiens débutants. «Je ne pouvais
pas prendre de risques. La réussite du
film dépendait du jeu de Sultane et de
Saoud. J’ai passé trois mois à travailler
avec eux. Pour moi, il n’était pas important de s’intéresser à la vie de Sultane à
l’intérieur de la maison. Le plus important était de le suivre dans la recherche
de sa grand-mère. C’est la raison pour
laquelle, j’ai filmé qu’une scène du père
pour montrer son désintérêt vis-à-vis de
son fils», a expliqué Saâd Salmeen Al
Murry, lors du débat après la projection.
Pour lui, le cinéma arabe devrait élargir
la palette des sujets au lieu de se contenter d’évoquer le terrorisme ou la violence. «Attendez vous à ce que le cinéma
des Emirats, qui s’est dotée d’une société
de production de niveau mondial, s’épanouisse et prenne plus de liberté dans
le choix du sujet», a-t-il promis. Partir
au paradis a décroché le Grand prix au
Festival international de Dubaï en 2015.
Avec Nawaf Al Djinahi, Saâd Salmeen
Al Murry figure parmi les cinéastes les
plus en vue aux Emirats arabes unis.
F. M.
Jazz
C’EST
L’ÉTÉ
Le guitariste américain de jazz-rock, Mike Stern, victime de
fractures aux deux bras après une chute, renonce à la tournée
européenne organisée avec le saxophoniste Bill Evans, qui
débutait samedi à Toulon.
El Watan - Mardi 26 juillet 2016- 14
CLÔTURE DU FESTIVAL DU RAÏ D’OUJDA
Furtif passage de Bellemou,
truculente Zahouania
d. r.
tance en admiration. Parmi le
public, certains connaissent ses
chansons sur le bout des doigts.
S’ensuit une succession de
chansons, tous des tubes ancrés
dans le mental et la mémoire
musicale collective.
Le rideau est tombé, lundi vers 4h, sur la
dixième édition du Festival international du
raï d’Oujda. Cette fois-ci, le public était bel
et bien au rendez-vous. L’esplanade du
stade d’honneur a d’ailleurs tôt fait le plein.
Oujda (Maroc)
De notre envoyé spécial
ahouania et Messaoud
Bellemou, en gueststars, ont incontestablement constitué les
principales têtes d’affiche de
cette soirée de clôture. La
diva de la chanson raï débute
avec un «istikhbar», une mise
Z
en bouche augurant de ce qui
attend ses fans. Elle a, comme
à l’accoutumée, essoufflé un
public qui s’est complètement
laissé entraîner par son rythme
soutenu et son timbre rauque
singulier. Worili win rak tergod (Montre-moi où tu dors),
Anta goudami ouana mourak
—chanson à succès de cheikha
Rimiti —, ont fixé une assis-
RAÎ QUEEN
Toute vêtue de noir, Zahouania
fera danser et suer un public
nombreux jusqu’à tard dans
la nuit. Avant elle, Messaoud
Bellemou, le père des sonorités raï est chaleureusement
accueilli. «C’est avec un grand
plaisir que je participe au
festival d’Oujda. C’est une
ville où l’on respire le raï»,
dira-t-il lors d’une conférence
de presse qu’il a animée peu
avant. Bellemou est celui qui
a fait la jonction entre l’ancestrale guesba (la flûte) et la
trompette, ouvrant la voie du
«pop raï». Une trompette qu’il
fera entonner avec, parfois, des
accents latino, et ce, durant
moins d’un quart d’heure. Un
passage sur scène, certes furtif, mais qui fut longuement
applaudi par les nostalgiques
de ce genre musical né dans
le Témouchentois. Bellemou
Messaoud et Belkacem Bouteldja sont les artisans de cette
transformation qu’on appellera
d’abord pop-raï au début des
années 1970. La soirée de clôture a été marquée également
par le spectacle des Daft Punk
Tribute, une version low-cost
du groupe d’origine.
PÂLE IMITITATION
«Il ne s’agit pas du groupe
original, mais de leurs sosies»,
tient à expliquer l’animateur
de la soirée, avant que les Daft
Punk Tribute ne foulent la
scène du grand stade d’honneur. Une précision qui s’imposait, selon la direction du
festival, afin d’éviter une autre
confusion après celle provoquée par le sosie de Psy, lors
des premiers jours de cet événement musical. Tout comme
les légendes de l’électro, les
Daft Punk Tribute sont habillés en robots. Sauf qu’au lieu
de remplir des stades et de
traîner en soirée avec Pharell
Williams, «ils ont plutôt tendance à animer des mariages»,
ironise le journaliste du site
Huffpostmaghreb. Le public,
contrarié par le fait que le festival fasse appel à des artistes
low-cost, ne manquera pas de
huer les DJ français dès leur
entrée sur scène. «On est venus
pour voir des chanteurs raï,
encore moins des sosies d’un
groupe de DJ. Ramenez-nous
Zahouania !», s’écrie au milieu
de la foule un jeune Oujdi,
un peu éméché, après une
demi-heure de musique techno
assourdissante. M.Abdelkrim
FESTIVAL INTERNATIONAL DE BIZERTE ( TUNISIE)
Khaled à guichets fermés ce vendredi
a manifestation, qui a débuté
le 14 juillet dernier, se poursuit jusqu’au 21 du mois prochain, connaîtra également
la participation de plusieurs stars de
la chanson, comme Alpha Blondy,
Gnawa Diffusion et Saber Rebaï.
Pour le spectacle de Khaled, la soirée
sera animée à guichets fermés, dès
lors que toutes les réservations ont
été faites, nous a précisé un respon-
L
sable du festival, qui a indiqué que
plusieurs Algériens ont fait leur réservation et seront au rendez-vous de ce
spectacle.
DRASTIQUES MESURES DE
SÉCURITÉ
Cependant, les responsables en
charge du festival doivent impérativement renforcer les mesures de
sécurité et garantir la sécurité des
artistes et même du public, dès lors
que des soirées artistiques organisées
au niveau du Fort espagnol de la
ville de Bizerte ont été émaillées de
graves incidents. Des dépassements
gravissimes ont émaillé le spectacle
du chanteur de rap tunisien, Klay BBJ,
où des bandes rivales, ont envahi la
scène, provoquant panique et climat
de peur au sein du public, venu également assister à une soirée de boxe,
a-t-on constaté sur place.
A.Fedjkhi
d. r.
Le king de la chanson raï,
cheb Khaled, se produira
vendredi au Fort espagnol de
Bizerte, en Tunisie. Cette
soirée est organisée dans le
cadre de la 34e édition du
Festival international de
Bizerte.
David Bowie
C’EST
L’ÉTÉ
Un album inédit de David Bowie, disparu en janvier dernier,
sera bientôt édité dans son intégralité, a annoncé le label
Parlophone à des médias.
El Watan - Mardi 26 juillet 2016- 15
CONCERT DE ROKIA TRAORÉ À ALGER
d. r.
La voix de l’africanité et de la paix
La voix naturelle et
royale de la chanteuse
malienne Rokia Traoré
a résonné, dimanche
soir, au théâtre de
verdure Laâdi Flici à
Alger.
ême si Rokia Traoré connaît assez
bien l’Algérie puisqu’elle y a vécu
de 1985 à 1990 de par le poste important qu’occupait son père en tant
que diplomate, la musicienne a signé sa première
prestation à Alger. Une remarquable prestation à
la hauteur des attentes du public. Cette soirée- initiée par l’Agence algérienne pour le rayonnement
culturel(AARC)- est placée sous le signe du creuset de l’africanité. Rokia Traoré est une artiste à
la fois humble et pacifiste. Durant tout le temps
M
qui lui a été imparti, elle a su transmettre de sa
voix pure, intense et profonde tous les maux de la
société africaine, en ne manquant pas de plaider
pour l’unicité de ce continent. Après quelques
minutes de retard, l’artiste investit la scène pieds
nus, sous un tonnerre d’applaudissements. Avec
un sourire gracieux qui ne la quitte, pour ainsi
dire jamais, elle accapare, aussitôt, le micro, pour
remercier Alger de l’accueillir avec tant de générosité. Dotée d’un corps de mannequin, elle évolue
sur scène en toute aisance, en ne manquant pas
de faire des clins d’œil complices à ses comparses, notamment au bassiste ivorien Mathieu
N’Guessan, au joueur de ngoni malien Mamah
Diabaté, au batteur burkinabé Moïse Ouattara, et
à la choriste Marie Kokola. Elle étrenne son répertoire par une chanson dédiée au peuple africain,
européen et oriental. Elle enfile, par la suite, sa
guitare éléctrique en bandoulière pour se lancer
dans une série de chansons à textes. Rokia Traoré
possède un phrasé lourd et envoûtant difficile à
résister. Sa voix respire le combat et la révolte.
Preuve en est, le devant de la scène est submergé
par des danseurs potentiels. Les têtes dodelinent
et les corps se déhanchent au rythme des sonorités
métissées. Les titres s’enchaînent les uns après les
autres avec des orchestrations adaptées. Elle surfe
du français à l’anglais, en passant par le Bambara,
en proposant des titres évocateurs de leur contenu.
Parmi ces derniers figurent, entre autres, Amour
tu m’emportes, Vole, vole, Zen, Bountiful Africa,
Ka moun ké, Kouma, Lalla, N’teri et Sikez. Elle
gratifie l’assistance de quelques morceaux de son
sixième et dernier album, Né So (2016), né dans la
douleur, pendant son exil en Europe après les tragiques événements qu’a connus son pays en 2012.
Au fil des interprétations égrenées, une osmose
naît entre l’artiste et le public. La chanteuse, auteur-compositeur et guitariste malienne s’adresse
à ses convives dans un langage des plus poétiques
et philosophiques. Dans une très belle leçon de
morale, elle rappelle qu’elle a le privilège de voyager dans toutes les contrées du monde. D’être l’aiguille qui compte les morceaux du monde. «Nous
possédons, dit-elle une vie compliquée. Tout ce
queje vois et que j’entends aujourd’hui, me laisse
sans voix. Un homme seul ne fait pas de cadeau.
Ce monde est loin de ses paradoxes et de ses vérités. Nous faisons partie de couleurs différentes.
Sans les autres nous ne sommes rien. La notion de
respect est primordiale pour soi et pour les autres.
La vie de l’homme est éphémère. Ce temps est
si précieux qu’il nous échappe», déclame-t-elle
sous des applaudissements explosifs. Elle quitte
furtivement la scène pour laisser place au jeu
orchestral de ses musiciens. Alors que certains se
dirigent vers la sortie pensant que le concert tire à
son fin, Rokia réapparait sur scène, déterminée à
donner encore une fois le meilleur d’elle-même,
en faisant dans la reprise de deux célèbres titres
maliens. Rokia Traoré est une artiste qui mêle à la
perfection dans sa musique le passé et le présent.
Elle a réussi à enchevêtrer subtilement la musique
occidentale aux sonorités africaines. Elle se veut la
porte-parole des peuples opprimés. On devine en
filigrane qu’elle s’est fait le serment de prêter sa
foi à la paix et à ceux qui sont privés de leur terre.
NacimaChabani
Programme TV
19:55 Téléfilm
19:55 Culture
JOSÉPHINE, ANGE GARDIEN
SECRETS D’HISTOIRE
GRANTCHESTER
La nouvelle protégée de Joséphine
se nomme Sophie. C’est une jeune
sportive de haut niveau qui
commence son tout nouveau métier
d’animatrice dans un club de
vacances au Maroc. Tout y est
paradisiaque, sauf Eric, qui dirige
l’établissement d’une main de fer.
Celui-ci a du mal à accepter...
Cléopâtre ou la beauté fatale
Stéphane Bern lève le voile sur la
dernière reine d’Egypte, Cléopâtre
VII. Elle restaura la grandeur de son
royaume et parvint à dompter
l’Empire romain et à conquérir Jules
César et Marc Antoine, les deux
hommes les plus puissants de son
temps. Incroyable et fascinante...
Un homme arrêté par Geordie pour
avoir frappé sa femme meurt dans sa
cellule. De lourds soupçons pèsent
alors sur l’inspecteur lorsque l’on
découvre qu’il est blessé aux
articulations de la main et qu’il était
proche de l’épouse de la victime...
Quant à Amanda, elle aide Sidney à
recueillir des signatures afin...
19:55 Série
QUANTICO
Pour leur examen de mi-parcours,
les recrues se sont confinées et
disposent d’un temps limité pour
désamorcer une bombe. Un échec
équivaut à un renvoi définitif. Alex
demande des comptes à Ryan sur la
mission de surveillance qu’il a
menée sur elle. A New York, huit
mois plus tard, Parrish tente...
19:55 Culture info
ENQUÊTES CRIMINELLES : LE MAGAZINE DES
FAITS DIVERS
Affaire Sylvain Schrutt : le lourd poids
du mensonge. En août 2010, Céline et
Emeline découvrent le corps sans vie
de leur mère, Ghislaine Leclerc, gisant
à son domicile dans une mare de
sang. Elle a été assassinée à bout
portant de quatre balles dans la tête.
Pendant quatre ans, les fausses...
19:55 Cinéma
19:55 Série
19:55 Documentaire
19:55 Culture
SPORT : LE REVERS DE LA MÉDAILLE
YOUTH
Fred Ballinger refuse de conduire un
concert en l’honneur de la reine
d’Angleterre. Le célèbre chef
d’orchestre et compositeur, retraité,
passe, comme chaque année, de
paisibles vacances d’été dans une
pension de luxe en Suisse. Parmi les
autres pensionnaires, on trouve...
Pesant 3% du commerce mondial,
les athlètes de haut niveau sont
devenus des icônes modernes. JeanPierre Papin, Laurent Brochard,
Marion Bartoli, Christine Arron,
Derek Redmond, entre autres,
témoignent sur leur carrière et leur
retraite. Pour améliorer leurs
performances, certains sont...
19:55 Téléfilm
19:55 Cinéma
NUS ET CULOTTÉS
L’HOMME DU PRÉSIDENT
IL NE FAUT JURER... DE RIEN !
Aller manger du chocolat avec le roi
des Belges à Bruxelles, tel est le
nouveau défi que se sont lancé Nans
et Mouts. Leur expédition commence
dans une forêt alsacienne. Puis ils se
font héberger par des viticulteurs et
une grand-mère fine cuisinière.
Après une tentative réussie de
péniche-stop, ils remontent le...
L’homme du président L’épouse du
président des Etats-Unis vient d’être
enlevée par des extrémistes. Ceux-ci
réclament une somme colossale en
échange de sa libération. Pour
retrouver la première dame, le
président s’octroie les services de
Joshua McCord. Ce professeur d’arts
martiaux dans une université...
A Paris, en juillet 1830, Van Buck, un
riche commerçant, caresse le projet
de marier son neveu Valentin, noceur
invétéré et bohème, à Cécile, la jolie
fille de la baronne de Mantes. Mais
Valentin, misogyne, ne croit pas en
l’amour et négocie un pari avec son
oncle : s’il parvient à séduire la
demoiselle en moins d’une...
El Watan - Mardi 26 juillet 2016 - 16
PUBLICITÉ
SORFERT - ALGÉRIE SPA
Lot n°02, îlot 17, rue du 1er Mai, Béthioua, Oran
Avis dʼappel dʼoffres national &
international ouvert n°05/S0/D.TEC/2016
La Société Sorfert Algérie Spa, sise à la zone industrielle d’Arzew, lance un avis d’appel
d’offres national & international ouvert portant l’achat de :
- Lot n° 01 : Analyseur de soufre
- Lot n° 02 : Équipements pour les gaz
- Lot n° 03 : Détendeurs des gaz.
pour le Complexe d’Ammoniac et d’Urée de Sorfert Algérie Spa.
Le cahier des charges précisant les conditions et modalités de soumission est mis par la
direction juridique à la disposition des soumissionnaires intéressés contre remise d’un
justificatif de virement d’une somme de dix mille dinars (10 000 DA) pour les soumissionnaires
de nationalité algérienne versée à la Banque Extérieure d’Algérie, Agence El Marsa n°11 rue
Fetas Mohamed Arzew (Oran) au compte n°RIB : 002000700702200046 - 70 ou équivalent en
devises pour les soumissionnaires étrangers versé à la Banque Extérieure d’Algérie, Agence
El Marsa, n°11, rue Fetas Mohamed, Arzew (Oran) au compte n° RIB: 002000700703000006
- 67/SWIFT code : (BIC) BEXADZAL070.
Les soumissionnaires intéressés par le présent avis d’appel d’offres peuvent retirer le cahier
des charges précisant les conditions et modalités de soumission au lot n° 02, îlot 17, rue du
1er Mai Béthioua, Oran, Algérie.
Le dossier d’appel d’offres accompagné des documents réglementaires conformément aux
prescriptions du cahier des charges devra être fourni sous pli anonyme.
L’offre technique ne devra en aucun cas comporter des indications relatives aux prix et aux
coûts.
L’offre doit être transmise ou déposée auprès du secrétariat de la direction juridique de Sorfert
Algérie SPA sise au lot n° 02, îlot 17, rue du 1er Mai, Béthioua, Oran, Algérie, sous double pli
cacheté. L’enveloppe extérieure devra comporter la mention suivante :
AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL
& INTERNATIONAL OUVERT n°05/S0/D.TEC/2016
Portant l’achat de :
- Lot n° 01 : Analyseur de soufre
- Lot n° 02 : Équipements pour les gaz
- Lot n° 03 : Détendeurs des gaz.
Importante multinationale
dans le domaine des véhicules industriels
et constructeur européen renforce
son réseau de distribution et recherche
De nouveaux partenaires
dans les régions du pays :
Alger, Oran, Béjaïa, Sétif, Ouargla
Vous êtes investisseurs
et vous répondez aux critères suivants :
• Vous disposez d’une solide expérience
dans le domaine de l’automobile
ou des engins avec une forte orientation
service aux professionnels
• Vous possédez un terrain
et des infrastructures adaptés à l’activité
de maintenance et de réparation
de véhicules industriels.
OFFRE TECHNIQUE - A NE PAS OUVRIR
La date limite de réception des offres techniques est fixée au 28/08/2016 à 12h00.
La date d’ouverture des plis techniques est fixée au 28/08/2016 à 14h00.
La présente publication,valant invitation aux soumissionnaires pour assister à la séance
d’ouverture des plis.
La direction générale
Merci de nous envoyer une présentation détaillée de votre activité et de vos
motivations à lʼadresse ci-dessous :
Contact :
Email : camion.europeen@gmail.com
Les candidatures retenues feront lʼobjet dʼentretiens approfondis
IMPORTANT LABORATOIRE
RECRUTE
1/Responsable dʼadministration générale
45- 50 ans/ universitaire (droit, économie, financier) / Expérience de 15 ans minimum.
2/ Assistante anglophone
Universitaire (licence d’anglais ou interprétariat)/
Age : 35-45 ans/ Parfaite maîtrise de l’anglais, français et arabe/ Expérience de 10 ans minimum.
3/Infographe (H/F)
30-35 ans/ Diplôme dans la filière/ Expérience dans
le domaine/ Maîtrise Photoshop et Illustrator.
4/Comptable (H/F)
Universitaire / Age : 35-40 ans / 10 ans d’expérience
dans le domaine/ Maîtrise logiciel Sage.
5/Chef dʼatelier (H/F)
Chimiste confirmé / 35-40 ans / Expérience
de 05 ans dans le domaine.
Envoyez vos CV à l’adresse mail :
entrep.ca2016@gmail.com
Cabinet d'urologie
Ouverture cabinet
médical d'urologie
à Kouba (SNACK)
Dr Necib Amar
ancien maître-assistant
spécialiste en urologie :
reins, vessie, prostate,
voies urinaires, stérilité
masculine, endoscopie.
Adresse : Bt O, rdc, en face
ancien monoprix (King Baby)
à côté du stade.
Tél. : 0770 30.22.11
Pr. M. S.
Bendjeddou
chirurgie orthopédique
nouveau n° téléphone
Tél. : 023 48.51.61
Tél./Fax : 023 48.51.45
Nous avons l’honneur de vous
informer des changements
des numéros de nos lignes
téléphoniques, à savoir :
Tél. : 034 10.72.74
Fax : 034 10.72.98
Merci.
Meilleurs salutations.
La direction
Société privée, leader en automates
de biologie médicale
RECRUTE
• Spécialistes application :
pharmaciens - biologistes
- hématologues
• Ingénieurs / techniciens :
électronique - électrotechnique
- biomédical
• Assistantes commerciales
✓ Niveau universitaire
• Démarcheur
✓ Bon niveau
✓ Expérience et anglais souhaité
Avantages : Formation de haut niveau
- Bonne rémunération
Envoyez CV + lette de motivation à
diagnosticalab@gmail.com
El Watan - Mardi 26 juillet 2016 - 17
JEUX - DÉTENTE
HORIZONTALEMENT : 1.Abattement 2.Qu'il est impossible d'éteindre 3.Version première. Fleuve côtier de
France. Roue à gorge. Chose latine 4.Partirions. Casse-tête
chinois. Action de raser 5.Elégant. Sorte de cale. Plante ornementale 6.c’est-à-dire. Demi-tour. Nationale. Fils de Jason 7.
Mener secrètement (une affaire). Fin de série 8.Rendre inopérant. Impôts 9.Coup aux arts martiaux. Filet lumineux 10.Possèderont. Vagabondas 11.Pièces de selle. Symbole. Démonstratif 12.Désert. Longue période. Sans enjeu 13.
Diffuse. Railleur 14.Grugé. Arrestation massive. Vases funéraires 15.Déboitée. Réfléchi. Apparue. Pilote de lignes.
VERTICALEMENT : 1.Qui correspond à une circonscription
2.Qui excède les bornes habituelles. Grand coureur australien
3.Démonstratif. Voyelles. Qui offense gravement 4.Ville anglaise. Richesse 5.Vieille note. Bouts de nuit. Pays. Note 6.
Vallées. Petit restaurant bon marché, en Italie 7.Recueil de
mots plaisants. Rideau. Psychisme 8.Consonne doublée. Mère
nourricière. Sommets. Fuse dans l’arène 9.Monnaie. Rougir
légèrement. Preneur de son 10.Cœur tendre. Pilastre cornier. Jeu de cartes 11.Détente joyeuse. Irrégulier 12.Phase lun a i r e . D é f a l q u e r. B o n n e c a r t e . Tr a i t e m e n t 1 3 . S a n s
éclat. Chiffre romain. Ville française 14.Etriqué. Condiment. Agent de liaison 15.Compartiment. Grand loch. Raisonnable.
Quinze sur 15
1
N° 793
5
REGLE DU JEU
3
Une grille est composée
de plusieurs
carrés. Chaque carré
contient tous les chiffres
de 1 à 9. Chaque ligne
comme chaque colonne
contient aussi tous les
chiffres de 1 à 9.
Certains chiffres vous
sont donnés, à vous de
trouver les autres. Pour
cela, procédez par
déduction et élimination.
4
Tout Codé
7
4
2
Définition
du mot encadré
7
10 11 12 13 14 15
II
III
VII
7
VIII
11
12
14
15
VERTICALEMENT : 1.CONTEMPORAINS 2.OPIACES. ARTICLE
3.NIECES. LI. IOS 4.TNT. RUTILANTES 5.RI. IVRESSE. IRAN 6.EAS.
EAST. DR. ANE 7.VTT. TIREUR. GR 8.ERODER. NESS. FEE 9.REPU.
ANGE. TRI 10.IT. ROTE. LEI. LAD 11.TENIR. VELOCE. ME 12.ALITE.
ENIGMES 13.SOCLE. LS. TIEN 14.TROLLEY. CEDRES 15.CAEN.
ERSES. ESSE.
4
8
Solution
7
3
Sudoku
précédent
6
3
9
3
7
2
exalter
produire
6
8
4
5
6
7
8
4
10
3
7
11
12
6
13
7
8
14
9
1
9
6
4
8
5
7
3
2
5
2
3
6
7
4
9
4
8
7
8
4
2
3
9
5
6
1
2
1
8
3
5
7
6
9
4
répéteraient
degré d’une
hiérarchie
8
12
4
7
11
9
4
7
10
6
12
9
3
9
9
5
4
4
7
3
13
7
3
9
16
5
4
9
14
7
15
9
7
17
3
6
4
7
1
9
2
8
5
3
9
3
5
8
4
6
2
1
7
8
9
2
9
1
3
4
7
5
3
7
9
5
2
4
1
8
6
4
5
1
7
6
8
3
2
9
VERTICALEMENT
1- Occupant une place dominante sans être concurrencé. - 2.
Lacune. 3 - Dressa - Symbole du travail intense. 4 - Privée de
mordant - Sodium. 5 - Axe sur carte - Cousin le jackot. 6 Coupe le souffle - Exclamation attiribuée à Archimède. 7 Saouls - Hameau. 8 - User de moyens détournés - Tranche de
pain. 9 - Donne à resservir - Abrasif. 10 - Use lentement Etablie
SOLUTION N° 4492
HORIZONTALEMENT
I- POSTULANTE. II - ANTÉRIEURS. III - TA - ERIE.
IV - OGRESSE - PO. V - UR - RAS - TIR. VI - IENA ERIGE. VII- OIE - URNE. VIII - LOIR - OS. IX - ERRER - EN. X - REE - ATROCE.
VERTICALEMENT
1- RATOUILLER. 2 - ONAGRE - ORE. 3 - ST NOIRE. 4 - TEMERAIRE. 5 - UR - SA - RA. 6 LIESSE. 7- AERE - RUSER. 8 - NUI - TIR - NO. 9 TREPIGNE. 10 - ES - OREE - DE.
Fléchés Express
substance
qui adoucit
Q
magicienne
9
8
poème
purifiées
9
15
5
3
6
9
vallée
10
9
13
9
points
opposés
5
8
8
12
2
9
6
8
9
3
9
3
7
16
4
9
3
12
7
16
1
15
9
7
13
14
12
6
9
13
6
19
diffuser
4
4
9
9
refus puéril
1
10
1
8
18
1
fleuve
côtier
adverbe
de lieu
9
7
8
mère de
l’ETUSA
acide
nucléique
remarque
note
9
4
5
5
N° 4493
animal
domestique
6
15
9
10
gradins
peinerions
9
9
5
4
3
11
8
13
1
12
7
HORIZONTALEMENT
I- Qui peut servir de nourriture à l’homme. II - Champignon
non comestible. III - Pratique invariable - Muse de l’Elégie. IV
- Posture de yoga - Au sein du sein. V- Caesium - Nattée. VI Volatile - Staff militaire. VII - Vante - Ils fusent en éclats. VIII
- Abonné au zéro - Attrait de l'histoire - Passé pour rire. IX
-Premier en calcul - Coiffures. X- Marque le dédain.
10
2
14
6
X
9
2
9
5
IX
8
En vous aidant de la définition du mot encadré, complétez la grille, puis reportez les lettres correspondant
aux bons numéros dans les cases ci-dessous et vous
découvrirez le nom d’un personnage célèbre.
4
4
VI
6
1
9
3
V
5
Sommet ou pointe d'un organe.
3
2
IV
4
4
6
9
3
8
8
8
I
6
9
N° 4493
6
N°4493
Par M. IRATNI
2
1
1
9
5
Mots croisés
1
2
8
4
7
9
5
3
1
SOL. QUINZE SUR 15 PRECEDENT : HORIZONTALEMENT :
1.CONTREVERITES 2.OPINIATRETTE. OTA 3.NIET. STOP. NACRE 4.
TAC. DURILLON 5.ECERVELE. ORIEL 6.MESURA. RAT. LE 7.PS.
TEST. NEVE. ER 8.LISTING. LYS 9.RAILS. REELLES 10.AR. AEDES.
EON. CS 11.ITON. RUSTICITE 12.NI. TI. EGIDE 13.SCIERA. FIL.
MERS 14.LOSANGE. AMENES 15.NES. NEREIDES. SE.
Sudoku
2
N° 4493
écrabouille
recueil de
bons mots
4
X
duplicatif
6
9
5
19
lettres
du matin
id est
transpira
violon
aide
plumard
île
grugé
suivent la
théorie
tresser
SOL. TOUT CODÉ PRÉCÉDENT :
AMEUTER - JEANNE MOREAU
SOLUTION FLÉCHÉS EXPRESS PRÉCÉDENTS :
HORIZONTALEMENT : PRECISION / ACARIENS / INO / SLALOM / SCORENT / EGO / OB /
ANIME / MUR / DEESSE / NA / SCENES / NB / ANARS / STALLE / OE / ELUES / SR.
VERTICALEMENT : TRANSCENDANTE / ECOLOGIE / BAL / DCA / AROMES / LU / IR / LE /
ESCALE / USINONS / SENES / IE / MT / MENA / TONS / OU / EROS / NS / EMBRASSER.
rejet de
gaz sonore
met
Jeux proposés par
gym C Magazine
El Watan - Mardi 26 juillet 2016 - 18
PUBLICITÉ
Vente
ou
location
siège pour société
sur autoroute de
Blida (Birkahdem).
Intermédiaire ou
agence s'abstenir.
Tél. :
0560 955 728
VENTE
D’APPARTEMENTS
vend F3 rdc 50m2 comm ou logement. Tél. : 0697 631 854 0551
779 485
ALGER-CENTRE part vend ou
échange F4 contre F2 Alger. Tél. :
0697 631 854 0551 779 485
VD F4, F5 Chéraga. F5 El Achour.
Tél. : 0555 977 030
PAP., vd F3 standing tbe sur grd
Boulevard Télemly sans vis-à-vis
grande véranda. Tél. : 0550 434
422
AG vend F3 aux Vergers sup
107m2 1er étage clos et couvert
acte+L.F. Tél. : 0557 173 311
PART. vend apparts. F5 103m2 5e
et dernier étage centre-ville Birtouta, acte, LF., libre de suite. Tél.
: 0557 634 236
avec acte à Jijel. Tél. : 0697 296
616 - 034 49 59 40
VD F4 top 128m2 Oued Romane,
acte. Tél. : 0555 996 960
VEND à part. F4 Les Vergers
90m2 2e étage prix 2,4u libre.
Tél. : 0661 645 215 - 0560 040
612
LE PARADOU vend F6 Les Vergers Birkhadem sup. 160m2 au
1er étage. Tél. : 0556 755 057
LE PARADOU vend F4 au Télemly
2e étage 120m2. Tél. : 0661 507
653 - 0556 755 057
LE PARADOU vend F4 Said Hamdine 2e ét. Tél. : 0556 755 057 0661 507 653
VD des apparts. en Espagne. Tél. :
0541 213 503
LE PARADOU vend F5 210m2
avec 2 garages au rdc à Hydra rue
Panorama. Tél. : 0661 507 653 0556 755 057
AG vd F5 Didouche M. 2e ét. + F5
Ben M'hidi 1er ét. + F5 Med. V 1er
ét. + F5 Av Pasteur 3e ét. Tél. :
0555 866 580
LE PARADOU vend F2 Belcourt
48m2 plus F1 23m2 Boulevard
Med V rdc. Tél. : 0661 507 653 0556 755 057
VEND F3 Zéralda (CNEP), acte 1
MD. Tél. : 0542 666 328
STÉ promo immo vd plrs apparts.
résid. Capucine acc cre banq Chéraga. Tél. : 0550 661 485
LE PARADOU vend F3 El Biar côté
stade 2e étage sup 75m2.Tél. :
0556 755 057 - 0661 507 653
AG vend F4 Ain Allah 4e ét. Tél. :
0558 417 017
LES PINS Chéraga vd duplex F4 +
gge acte. Tél. : 0665 689 500. AG.
AIR DE FRANCE ag vd F5 standing avec terrasse dans une résidence. Tél. : 0661 510 700 - 0554
068 389
VD plusieurs apparts type F3 et
F4 duplex acte Zemmouri El Bahri
Boumerdès. Tél. : 0560 963 713
lABEL immo vd F3 105m2 promo
h/stand gge 1 voiture Hydra. Tél. :
0561 638 466
AG vd duplex 234m2 + garage
Ain Naâdja. Tél. : 0559 598 121
VD F2 rue Benidorm Alicante
Espagne meublé, piscine, parking. A p. 11h. Tél. : 021 28 80 81
MEISSONNIER vd F3 4e étage.
Tél. : 0790 741 683
AIR DE FRANCE Agence vend 2
F6, duplex dans une résidence
livrable fin août 2016. Tél. : 0661
510 700 - 0554 068 389
AG LA COMÈTE vd F4 Réda Houhou + F4, F3 rue Charras + F3 Bd
Amirouche + F5 1er étage
Didouche Mourad. Tél. : 0551 285
516
EUCALYPTUS vd F3 p/de porte
580u. Tél. : 0698 119 902
MENANI F5 4e ét. 115m2 2000u
fixe. Tél. : 0550 053 026 Ag
B/EZZOUAR Hai El Jorf F4 1er
étage 1450 u ferme. Ag. Tél. :
0550 053 026
PROMO immo vd logts en cours
de réalisation à Boumerdès avec
facilité de payement 0% intérêt.
Tél. : 0560 026 526
PROMO immobilière vend F3 115 120m2 dans résidence de 3
étages centre Birkhadem possib
crédit bancaire. Tél. : 0557 338
127
PART. vd F3 acte Sorecal BEZ., 4e
ét. 76m2. Tél. : 0553 906 056
BIR MOURAD RAIS cité Cilla part
AGENCE VEND
- DUPLEX 250M2
RÉSIDENCE LES PINS
- F3 130 M2
F2 80 M2
RÉSIDENCE LES PINS
Tél. :
0550 195 715
VD F3 F4 haut standing dans une
résidence à Dar Diaf. Tél. : 023 37
10 28 - 0770 994 109
PROMOTION vend F4
standing parking clôturé gardé
Chéraga. Tél. : 023 37 10 69 0770 938 388
NOUVELLE promotion à
Chéraga vend apparts. standing
F3 F4 F5 tte comm. Tél. : 023 37
10 28 - 0770 994 104
AG vd F3, F4 O. Romane. Tél. :
0777 278 078
VD apparts. F2 à Béni K'sila,
Béjaïa. Tél. : 0555 296 411 - 0772
028 001
VD F5 110m2 2e étage Said Hamdine. Tél. : 0550 821 494
AG vd F5 100m2 Jolie Vue II. Tél.
0771 654 203
VEND studio 30m2 Bd des Martyres non loin RTA. Tél. : 0554 927
593
VD nv F4 130m2 Tixeraine. Tél. :
0550 821 494
VD duplex 240m2 Tixeraine. Tél. :
0550 821 494
JOLI F3 82m2 Dergana 1050u. F3
102m2 Hydra 3300u. Tél. : 0661
510 835
VEND F3, F4 en simplex et
duplex à Belfort en cours de réalisation toutes commodités
accepte crédit bancaire. Tél. :
0770 256 804
AG vend à Said Hamdine joli F4
100m2 3e ét. très bien situé sans
vis-à-vis avec parking à l'intérieur
px 2,9M nég. Tél. : 0798 130 651
VEND à Hydra la Placette F4
140m2 refait avec gge 2 voitures
au 2e ét., très jolie vue dégagée
6,2 nég. Tél. : 0798 130 615 Ag
VEND appartement F4 126m2
STÉ promo immo vd apparts. h
standing sur Hydra, Les Sources,
El Achour. Tél. :0672 249 090 0672 249 091
VENTE DE VILLAS
AG vd villa 640m2 R+1 bon prix
D. Ibrahim. Tél. : 0559 598 121
VD villa R+1 Draria 9 MDS. Tél.
0541 155 593. Papiers en règle.
AG vd villa 180/150m2 bâti) s/sol
/R+2 13 pièces gge 6 v. Kheraicia.
Tél. : 0771 720 237
AFFAIRE à saisir Saoula pro
immo vd villa en construction
avancée à 25% centre villa qui
sera édifiée comme suite rdc, ch.
salon séjour, cuisine, salle de
bains, 1er ét. 3 cha,
sdb+hammam, 2e 1 p kitchenette,
salle d'eau, avev terrasse, 130m2
bâti sur 220m2. Tél. : 0552 144
676 - 0555 845 208 paiement en
5 tranches, prix 3M300 réal. : 8
mois
AG vend villa 1151 m2 Draria route
Baba Hacène avec piscine, hammam, salle de sport, jardin gge.
Tél. : 0661 565 392
AG LA COMÈTE vd bâtisse R+2
garage et jardin vue sur mer
Douaouda. Tél. : 0551 285 516
TIGZIRT/SIDI KHALED bord mer
vend avec acte villa R+2, piscine
et ttes commodités bâti 130/m2
sur 900m2 55 MDA. Tél. : 0555
379 219
AG vend au Télemly villa R+1
jardin+garage et un immeuble
R+2 avec 3 locaux sup. 464m2
acte+LF., l'ensemble possède vue
panoramique sur la baie d'Alger.
Tél.: 0557 173 311
GOLF villa R+1, 400 m2 acte. Tél. :
0665 68.95.00. Ag.
TELEMLY vd villa R+1, 300 m2.
Tél. : 0665 689 500 Ag
AG vend à Dély Ibrahim villa R+1
sup. 326m2 bâti 220m2 cour et s/
sol, acte+ LF. Tél. : 0557 173 311
AG vend villa coloniale à Bou
Ismail sup. 195m2 + garage et jardin. Tél. : 0557 173 311
VEND très jolie petite villa neuve
230m2 ds un bel endroit, une
résidence Draria avec magnifique
piscine, chauffante int + jardin +
ham-sauna + gge 4 voitures px 12
MDS nég. Tél. : 0798 130 651
VD carcasse 176m2 Tixeraine. Tél.
: 0550 821 494
VD villa R+1 400m2 Castors BMR.
Tél. : 0549 901 903
LABEL
IMMO
vd
120/130/140/150/2000m2 acte/
LF., à Sidi Abdellah. Tél. : 0561
639 128
BENI K'SILA vd terrains w. 06).
Tél. : 0658 859 726
BEN BAHATA Corso vd terrain.
Tél. : 0658 859 726
VD 160m2 acte + LF c. Dellys.Tél. :
0773 206 750
À CÔTÉ hôtel St George vd
620m2 Plateaux permis R+3 faç
21m. Tél. : 0550 053 026 Ag
VD villa R+3 160m2 bâti 130
Kouba. Tél. : 0541 956 254
VEND lot de terrain 200m2 avec
acte à Jijel centre. Tél.: 034 49 59
40
VEND carcasse Said Hamdine et
Hydra. Tél. 0661 519 771
BEN AKNOUN vd ter. 680 m2
acte. Tél. : 0665 68.95.00. AG.
VD villa R+1 act. BE Kiffane. Tél. :
0542 74.85.21
BOUZARÉAH Air de France vd
terr. 312 m2 acte. Tél. : 0665 689
500 Ag
INFOGÉNIE vd villas R+2 Les Vergers finie 80%. Tél. : 0661 506
403
INFOGÉNIE vd villa Les Vergers
commercial avec 3 rideaux. Tél. :
0661 506 403
LE PARADOU vend villa lot. Les
Jasmins Chéraga R+1 2 F4 avec F1
plus garage, jardin et piscine sup.
du terrain 600m2. Tél. : 0661 507
653 - 0556 755 057
LE PARADOU vend villa Deux
Piliers Bouzaréah R+2 terrain
700m2 avec piscine et jardin. Tél.
: 0556 755 057
LE PARADOU vend belle villa Les
Sources Lot la Cadat 650m2 R+2
+ rd jardin avec piscine. Tél. : 0661
507 653 - 0556 755 057
LE PARADOU vend à Aissat Idir
Chéraga R+1 sup 280m2. Tél. :
0556 755 057 - 0661 507 653
LE PARADOU vend villa à El Biar
R+1 t. 280m2. Tél. : 0661 507 653
LE PARADOU vend villa Dar Diaf
Chéraga R+2 sur 420m2 avec
deux façades. Tél. : 0661 507 653
- 0556 755 057
LE PARADOU vend villa El Achour
R+2 sup t. 550m2. Tél. : 0556 755
057 - 0661 507 653
LE PARADOU vend villa à Draria
lot. Zemmouri, ter., 500m2, bât.
170 R+1 7 pièces 2 salons, 2 sdb. 1
cuis. Tél. : 0661 507 653 - 0556
755 057
LE PARADOU vend villa lot. El
Feth, El Biar, Park des Pins R+2
avec s-sol bât. 160m2 terrain
420m2 toutes commodités. Tél. :
0556 755 057 - 0661 507 653
LE PARADOU vend belle villa
Douaouda résidence gardée R+2
avec jardin. Tél. : 0661 507 653 0556 755 057
VENTE à Boudouaou (Boumerdès) 150 m2, 180 m2, 200 m2
acte. Prix : 12 000/m2. Tél. : 0662
09.16.54 - 0554 78.02.71
VEND terrain à bâtir 160m2 et + à
Koléa avec acte + permis. Tél. : :
0553 083 614
Tél. : 0560 955 728
vue panoramique 180° imprenable sur mer, bureau de société
ou logement, entrée indépendante, libre de suite. Tél. : 0697
631 854 - 0551 779 485
PARADOU vend hangar 1600m2
à Koléa ZI., sur un terrain de
2500 m2. Tél. : 0556 755 057
LOCATION
D’APPARTEMENTS
EL BIAR Bougara loue F3 65 000
DA. Tél. : 0550 615 414 Ag
AG JOLI TOIT vend terrain sup
365m2 dans une résidence fermée aux Vergers. Birkhadem. Tél.
: 0557 828 490 - 0550 125 968
BEN M'HIDI ex-rue d'Isly F5 90
000 DA. Tél. : 0550 615 414
BOUGARA vd 250m2, F13 m acte
R+3. Tél. : 0550 375 260
AGENCE F5 avec box super standing Said Hamdine. Tél. : 0558
417 017
PART. vend lot terrain 267 m2 à
Ben Younès Boumerdès. Tél. :
0667 221 902
VD terrain agricole à Cherchell.
Tél. : 0559 282 480
AG vd terrain 7000m2 façades
25m t commercial à Bouira cne
Aomar 5u/m2 inter. s'abst. Tél. :
0555 866 580
LE PARADOU vend terrain
Mahelma 600m2. Tél. : 0556 755
057 - 0661 507 653
LE PARADOU vend 1000m2 Chéraga Les Dunes avec façade. Tél. :
0556 755 057
LE PARADOU vend à Zéralda rdc
sup du terrain 200m2. Tél. : 0556
755 057
62 HA agricole Biskra 6 M. Tél. :
0669 883 872
VEND terrain 1000 à 6000 m2,
40 000DA/m2 Hamiz, Alger, LF.,
acte, propriété moyenne tension.
Tél. : 0666 929 435
VEND terrain à Biskra 308 m2 tte
commodités certificat d'urbanisme + livret foncier sur route
nationale n° 31 vers Batna. Tél. :
0552 196 030
VENTE
VENTE DE TERRAINS DE LOCAUX
LABEL IMMO vd 218m2 centreville Kheraicia 10m façade, acte.
Tél. : 0561 652 520
AIR DE FRANCE Ag vend 2
locaux 250/300m2. Tél. : 0661
510 700 - 0554 068 389
AG LA COMÈTE vd 400m2 Bordj
El Kiffan + 800m2 pieds dans
l'eau Surcouf + 350m2 Khemisti+
300m2 et 2 hectares Bouzaréah +
380m2 Said Hamdine. Tél. : 0551
285 516
KH. BOUKHALFA local 55m2 +
s/p 1600u nég. Tél.: 0550 053
026
VEND unité indust. 2300m2 à
Boudouaou El Bahri autoroute.
Tél. : 0552 999 050
VEND
maison (RC) avec 2
locaux commerciaux
Sacré-Cœur
- Appartement F4
Les Sources.
- Appartement F4
Val d'Hydra derrière
Toyota.
Agence et intermédiaire s'abstenir.
VEND local Alger centre 200m2
acte, liv. conv., dépôt fabrique.
Tél. : 0560 278 470
LA MADRAGUE PORT, particulier
vend loft luxe, open space 117m2,
F3 meublé proximité Didouche
70 000DA. Tél. : 0550 615 414
AG LA COMÈTE loue F5 Bd V + F3
p bureau Didouche Mourad. Tél. :
0551 285 516
AG cherche F1, F2, F3, F4 w. 16
urgt. Tél. : 0542 666 328
LOUE F4 Kouba Coopemad 2e
étage. Tél. : 0555 289 516
LOUE F4 Alger centre 1er étage.
Tél. : 0555 289 516
L. F5 180m2 URBA 2000 Draria.
Tél.: 0555 175 480
LABEL IMMO loue F3/F4 meublé
Hydra côté Toyota. Tél.: 0550 032
326
LABEL IMMO loue F4 mb, h.stang
gge 1 v Parmentier Hydra. Tél. :
0771 720 237
D/IBRAHIM Hai Bina F4 n. villa
140m2 8u f. S. Hamdine F3 top 7u
fixe. Tél. : 0550 053 026 ag
L. nv F5 250m2 jard v/mer Bd
Bougara. Tél. : 0555 175 480
AG loue F5 tb situé G.-Poste, 3e
étage. Inter. s'abstenir. Merci. Tél.
: 0555 86.65.80
AGENCE
LOUE
- Maison Parc
Paradou.
- Maison
rue des Jardins
avec piscine.
Tél. :
0550 195 715
El Watan - Mardi 26 juillet 2016 - 19
PUBLICITÉ
HIGH TECH SYSTEMS
RECRUTE
- Chargé parc auto
- Chargé(e) RH/Juriste
- Chargé(e) des
importations, maîtrise
anglais
- Ingénieurs en
électronique.
- Commerciaux
- Electricien bâtiment
- Plombier.
- Maçon
Salaires motivants
Email : recrutement@
hts-hightechsystems.com
DE PARTICULIER à particulier
loue appartement meublé standing à Ben Aknoun 2 mn du
lycée international. Tél. : 0661
526 666 - 0550 230 240
PART. loue apparts. F4 garage
Staouéli. Tél. : 0560 015 394
LOUE F3, F4 D. Ibrahim. F4 Chéraga. Tél. : 0555 977 030
AG loue F3 à BEZ sup 70m2 2e
étage. Tél. : 0557 173 311
AG loue F4 à Sidi Fredj meublé.
Tél. : 0557 173 311
LOUE F3, F4 Saïd Hamdine, F3
Hydra. Tél. : 0560 46.39.71
F3 102m2 Hydra 10u. F3 résidence Les Pins 10u. Tél. : 0555
476 432
PART. loue des F2 tous équipés
Sidi Fredj 5u/semaine. Tél. : 0551
369 774
LOUE F5 Chevalley propre. Tél. :
0552 421 502
PART. loue F4 meublé Tipasa
face Matarès endroit clame clôturé période été. Tél. : 0552 232
858
AG JOLI TOIT loue F4 meublé
standing Said Hamdine. Tél. :
0557 828 490 - 0550 125 968
AG JOLI TOIT loue F4 meublé au
2e étage refait Said Hamdine,
usage hab/burx. Tél. : 0557 828
490 - 0550 125 968
L. F3 meub. v/s mer Bd Bougara.
Tél. : 0555 175 480
S.-FREDJ résid. f pap. loue F4 +
jardin 300/plage. Tél. : 0559 050
293
communale F7 accès facile R+3
avec 2 garages et villa R+3 Châteauneuf, El Biar 800m2 bâtie
sur 200m2 climatisation. Tél. :
0550 579 111
LOUE F2 meublé Hydra 7u. Tél : .
021 60 71 86 - 0559 585 382
LOCATION
DE VILLAS
AG PALAIS loue villa Mackley
600m2 composée de 2 F4 et 3
F2. Tél. : 0558 417 017
AG loue villa Dély Ibrahim 25u.
Tél. : 0661 565 392
LOUE villa D. Ibrahim 180 000
DA. Tél. : 0542 666 328
AG loue nv F3 meublé, 1er étage
D. Ibrahim. Tél. : 0559 598 121
LABEL IMMO loue 2 villas jardin
et piscine à Hydra. Tél. : 0550
032 326
LOUE belle villa p/ambassade
société b. située Poirson Ag. Tél.
: 0549 631 992
H-STREET loue villa Les Sources
top 5 ch jardin, piscine. Tél. :
0555 693 987
AG loue à Birtouta villa R+2 sup
200m2 jardin, garage+ cour. Tél.
: 0557 173 311
D. IBRAHIM loue jolie villa R+2,
F8 jardin gge, 20 unités. Tél. :
0665 689 500. Ag
VD belle villa b. située Hydra.
Tél. : 0549 627 558
LE PARADOU loue résidence à
Ben Aknoun R+2 avec piscine.
Tél. : 0661 507 653 - 0556 755
057
LE PARADOU loue villa Chéraga
résidence EPLF Béjaïa. Tél. :
0556 755 057 - 0661 507 653
LOCATION
DE LOCAUX
AG loue local 140m2 Bab
Ezzouar. Tél. : 0560 438 224
AG cherche locaux w 16 Alger;
Tél. : 0542 666 328
LABEL IMMO. loue local 220m2
idéal pour dépôt + 220m2
espace bureaux à Baba Hassen.
Tél. : 0550 032 326
CHERCHE location local 200m 2
min S/Yahia pour sté étrangère.
Tél. : 0550 053 026 Ag
Hamdine, Les Vergers, Kouba.
Tél. : 021 74.93.89 - 0665
55.62.13
AG LA COMÈTE cherche achat
local 250 à 400m2 les environs
d'Alger. Tél. : 0551 285 516
IMMEUBLES
COUPLE en attente sérieux
cherche location appartement
Alger et environs. Tél. : 0550 615
414
CHERCHE location ou achat
apparts., duplex, villa au Télemly,
S. Coeur, Golf, Hydra, El Biar. Tél.
: 0560 140 296 - 023 74 22 70
Ag
CHERCHE terrain dans zone
industrielle 800m2 et plus. Tél. :
0560 140 296 - 023 74 22 70 Ag
CHERCHE location apparts., D.
Ibrahim, El Achour, Oued
Romane, Draria, Chéraga. Tél. :
0560 140 296 - 023 74 22 70 Ag
URGENT cherche location
appartement F1, F2 F3, F4 et
plus Hydra, Poirson, URBA 2000
et env. Tél. : 0560 140 296 - 023
74 22 70 Ag
CHER. F3 Said Hamdine. Tél. :
0553 963 067
URGT. cher. locat. p étrg.
Appart., villa. Tél. : 0555 175 480
URGT. cher. location villa dans
un quartier résid. Hydra, El Biar,
B. Aknoun, Les Vergers (env).
Tél. : 0549 631 992
CHERCHE pour étrangers
apparts. villa, locaux. Tél. : 021
60 90 87
H-STREET cherche hangar w. 16
surface couverte 3000m2 min.
Tél.: 0555 693 987 - 021 608 566
URGT. cher. achat belle villa D.
Ibrahim, Chéraga, O. Fayet env.
Tél. : 0674 911 368
CHER. achat F3, F4 Hydra, B.
Aknoun, URBA 2000 Chéraga. O.
Fayet. Tél. : 0674 911 368
URGT. cher. achat villa Hydra,
Poirson, Ch. Mackley (int. s’abst.
Tél.: 0549 627 558
URGT. cher. location F3, F4 D.
Ibrahim, Chéraga, O. Fayet, B.
Hassène. Tél. : 0661 016 759
XCHER. achat F3, F4, dans une
résidence calme, D. Ibrahim,
Chéraga. Tél. : 0674 91.13.68
LABEL IMMO loue local 100m2 2
rideaux comm à Birkhadem. Tél.
: 0550 032 326
H-STREET cherche F3 URBA
2000. Tél. : 0555 69.39.87
LOUE h a n g a r 1 1 0 0 m 2 Z I
Boudouaou. Tél. : 0550 821 494
H-STREET cherche F3, F4 nv.
villa Hydra Ben Aknoun Les Vergers Kouba. Tél. : 0555 69.39.87
PARADOU loue F7 de 200m2
pour bureaux à Said Hamdine
rdc EPLF. Tél. : 0556 755 057 0661 507 653
LE PARADOU loue 2 hangars
1000 et 800m2 à Khemis El
Khechna. Tél. : 0556 755 057 0661 507 653
URG cherche location villa Chéraga, D. Ibrahim, O. Fayet, B.
Hassen. Tél. : 0561 01.67.59
HYDRA F3 2e ét. meublé Sidi
Yahia. Tél. : 0659 176 005
LE PARADOU loue un grand
magasin au boulevard Belouizdad 600m2. Tél. : 0661 507 653
- 0556 755 057
PARADOU loue F4 Résidence
des Jardins Chéraga. Tél. : 0661
507 653
L. F3, F4 Hydra + F3, F4 S. Hamdine. Tél. : 0781 799 156
LOUE 2 F3 Hoggar, Oasis Hydra.
Tél. : 0659 176 005
PARADOU loue F5 n. de villa
220m2 à Dély Ibrahim. Tél. :
0661 507 653 - 0556 755 057
LOUE F4 meublé S. Yahia 13u.
Tél : . 021 60 71 86 - 0770 484
693
LOUE villa à Dar El Beida cité
LOUE ZI DM Constantine hangar
3000m2 avec 1500m2 couverts
de ps h 12m, admin. R+3 avec
logement F4 poste 630kva eau,
parking. Tél. : 0661 338 354
PROSPECTION
AG LA COMÈTE cherche achat
F3, F4, F5 environs Dély Ibrahim,
Kouba, Birkhadem, Boumerdès,
Dar El Beida. Tél. : 0551 285 516
URG cherche location F3, F4, F5,
B. Aknoun, Hydra, S. Hamdine,
Garidi (env.). Tél. : 0549 63.19.92
CHERCHE location F1, F2, F3, F4,
F5 à Télemly, S. Cœur, Bd V,
Audin, El Biar, Hydra. Tél. : 021
74.93.89 - 0665 55.62.13
CHERCHE achat, location villa,
appart., locaux, terrain. Tél. : 021
63 43 47
CHERCHE tous biens immobiliers pour achat ou location
appart. villas, duplex meub. ou
vide à Télemly, Golf, Hydra, ElBiar, B. Aknoun, D. Ibrahim, S.
AG vend à Said Hamdine un très
luxueux bloc 6 ét toute com. de
dernière technologie très bien
situé visible autoroute. Tél. :
0798 13 06 51
AG loue à Kouba Ben Omar un
ensemble de villas + immeuble
sup 316m2, 3 niveaux. Tél. :
0557 173 311
AG l o u e à D é l y I b ra h i m
immeuble, s/sol+ rdc+3, superficie 446m2, cour 190m2. Tél. :
0557 173 311
PENSION
OFFRE pour un 1 mois F2 à BEO,
Maillot vue sur mer prix 5u ou 10
jours prix 2u. Tél. : 0667 330 943
(SMS)
PROPOSITION
COMMERCIALE
TIMIMOUN complexe, ouverture
15 octobre 4 ha 160 lits, resto
salle de conférences 200 places,
cherche associé investisseur
majoritaire. Tél. : 0697 631 854 0551 779 485 - . Email : contactalger@yahoo.fr
AUTOS
VEND 206 + année 2013 gris.
Tél. : 0661 775 818
ACHAT véhicules d’occasion ou
neufs. Tél : 0661 690 384
ACHAT véhicule accidenté ou en
panne d’occasion. Tél. : 021 91 35
62 - 0550 590 360 - 0771 394
982
OFFRES
DE SERVICE
RÉPARATION machines à laver
toutes marques à domicile. Tél. :
0542 769 802 - 0698 997 728
RÉPARATION machines à laver
toutes marques. Tél. : 0770 405
316 - 0542 29 26 00- 0662 631
923 Lyes
PREND travaux étanchéité. Tél. :
0550 868 390
RÉP. et inst. de climatiseurs w
16. Tél. : 0561 244 218
INST. maintenance clim. Tél. :
0561 633 9 81
RÉPARATION installation climatiseur, frigo, machines à laver.
Tél. : 0770 220 628 - 0551 685
779 - 021 83 61 76
PRENONS travaux de peinture,
maçonnerie, étanchéité et plomberie. Tél. : 0553 082 447
TOUS travaux étanchéité. Tél. :
0550 103 428
DIVERS
VD 2 batteries facco 10 000
sujets 3 étage et 6000 sujets 6
étages. Tél. : 023 97 67 52
VD tous types de pointeuses.
Tél. : 0771 807 993
ACHAT chaudières radiateurs,
meubles et divers. Tél. : 021 23 25
60
VD 3 silots 150 tonnes. Tél. :
0658 859 726
MARCHAND de meubles d’occasion achat électroménagers et
divers. Tél. : 021 47 64 77 - 0661
511 806
ACHAT radiateurs chaudières.
Tél. : 0550 099 898
ACHAT meubles d’occasion et
divers matériels + froid. Tél. :
0664 365 765 - 021 23 17 75
JIJEL
À VENDRE
À MEZGHITAN
F2, F3
1er étage et
local de service
rdc. vue sur mer,
acte notarié
Libre de suite.
OFFRES D’EMPLOI
CABINET expert-comptable
cherche comptables diplômés
expérience exigée maîtrise SCF
pc compta/paie et outil informatique. Envoyer CV au fax : 021 43
55
37.
Email
:
gecaklc@gmail. com
Tél. : 0659 308 700
0774 981 043
28 ans architecte 1 an d'exper.
cherche emploi. Tél. : 0661 778
980
CHER. femme de ménage couchante. Tél. : 0778 016 263
27 ans architecte 2 ans d'exper.
cherche emploi. Tél. : 0697 465
759
SOCIÉTÉ spécialisée domaine
transit cherche déclarant principal en douane pour bureau avec
5 ans d'expérience et plus. Tél. :
021 75 45 08/13. Email :
contact@uniontrawc-dz.com
JH titulaire d'un CMTC certificat
de maîtrise des techniques
comptables ayant 5 ans d'expérience cherche emploi dans le
domaine. Tél. : 0549 535 014
IMPORTANTE entreprise privée
recrute pour son siège de
Hamadi 1 (un) gestionnaire des
stocks pour assurer le mouvement du flux et reflux des
stocks, maîtrise des logiciels
Intellix et PC stocks et expérience souhaitées. CV par fax :
023 36 70 32. Email : recrutement.chéraga@gmail.com
JH DRH DAG+10 ans d'exper.
dans les RH et administration
générale cherche emploi étudie
ttes propositions. Tél : 0558 523
060
DENTISTE cherche remplaçant
Staouéli. Tél. : 0560 015 394
CADRE 42 ans, 12 ans d’expérience ingénieur assimilé techn i c o - c o m m e rc i a l , c h a rg é
d’études générales tehnico-commerciales, DESS supply chain
managment, technicien sup en
informatique de gestion cherche
emploi dans public ou privé. Tél.
: 0774 575 330
SARL SAATEG leader national
de la facilité de paiement,
cherche des agents agréés à travers le territoire national pour
vente meubles électroménager,
électronique & informatique.
Veuillez contacter M. Boukrouh.
Tél. : 0560 041 161
ECOLE PRIVEE à Boumerdès
cherche pédagogue pour le primaire, expérience dans les
écoles privées souhaitées. Tél. :
0561 300 080 - 0550 107.847 ou
envoyez vos CV : ecole35.recrutement@gmail.com
RECRUTE urgence pharmacien
diplômé pour officine à Beni
Messous. Tél. : 0699 59.09.03
DEMANDES
D’EMPLOI
JF 27 ans master en économie
option : économétrie bonne maîtrise de l'outil informatique et de
la langue française cherche
emploi à Blida et ses environs.
Tél. : 0552 384 404
JF licence en marketing 3 ans
d'exper. + master 2 en tourisme.
Cherche emploi à Tizi Ouzou. Tél.
: 0561 320 677
ING. génie civil 26 ans, 4 ans
d'exepr. étude + suivi + sap
2000+ ropot + outil informatique. Tél.: 0776 553 210
H 33 ans Alger exper. 10 ans,
chargé livraison, chauffeur,
ambassade, superviseur marketing cherche emploi. Tél. : 0559
712 886
JH 30 ans master en sciences
politiques et DUEA en notariat, 6
ans d'expérience cherche emploi
. Tél. : 0561 311 469
JH 38 ans licence commerce 8
ans d'exper. gestion stock, maîtrise Intéllix Sage Excel. anglais.
Tél. : 0791 004 837
MASTER en biologie spécialité
génétique du développement
USTHB et licence en biologie du
développement 24 ans cherche
emploi dans secteur public ou
privé. Tél. : 0696 624 518
CHEF DE PARC avec expérience
dans la gestion du parc roulant
et engins et également dans la
logistique, maintenance et
entretien cherche emploi. Tél. :
0663 299 325
ING. chef de projet travaux BTP
gestion planification suivi réunions coordination sur chantier
23 ans exp, études réalisation
cherche emploi. Tél. : 0771 863
596 - 0551 798 411
JH licencié en marketing cherche
emploi dans W 16 ou 35. Tél. :
0775 838 034
JH 42 ans TS en maintenance
des engins roulement cherche
emploi au SAV poids lourd. Tél. :
0774 653 418
H. chef comptable CAP CMTC,
CED, 30 ans d'exp. tenue compta
bilans, déclarat fiscales, parafis,
ADM. Tél. 0551 116 632
ING. BTH, 22 ans d’exp chantier
gestion usine production logistique, représentant technicocommercial soumission expertise consulting, véhiculé cherche
emploi. Tél. : 0551 002 402
El Watan - Mardi 26 juillet 2016 - 20
PUBLICITÉ
Avis d’appel d’offres national
restreint n°003 / 2016
General Electric
Infrastructure Water
& Process Technologies spa
La société General Electric Infrastructure Water & Process
Technologies Spa lance un avis d’appel d’offres national restreint pour la fourniture et la livraison de produits chimiques
pour la station de dessalement de l'eau de mer d’El Hamma.
Les sociétés spécialisées désirant concourir sont invitées à
retirer le dossier d’appel d’offres y afférent en adressant une
demande accompagnée d’une copie légalisée du registre du
commerce à l’adresse mail suivante : wafia.adnane@ge.com
& mohammed.beggar@ge.com
Tél. : 021 67.57.02 à 04 - Fax. : 021 67.14.14 & 21.21
Les offres doivent être adressées ou déposées à :
GEIW & PTA Station de dessalement de l'eau de mer
d’El Hamma Avenue de l’ALN, Alger.
La date limite de dépôt des offres est fixée au : 25 août 2016
à 14h30
Condoléances
Le président et les membres du Conseil
d'administration de la société mixte Marmedsa
Bemarine SPA, le directeur général ainsi que l'ensemble
du personnel, très attristés par la disparition tragique
de Benarab Djamel
directeur de l'administration
présentent à la famille et aux proches du défunt toutes
leurs condoléances et leur soutien dans ces pénibles
moments.
Nous prions Dieu le Tout-Puissant de l'accueillir en Son
Vaste Paradis.
"A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons."
Pensée
Il y a quarante jours nous a quittés notre cher et regretté père
et grand-père
Argaz Salah
Père malade (cancer) ayant un enfant
handicapé à 100 % âgé de 24 ans
cherche médicament
Inixum 20 mg.
Tél. : 0791 68.26.00
0551 35.42.30
Dieu vous le rendra
SOS
SOS
à l'âge de 77 ans.
Père modèle, grand-père affectueux et haut fonctionnaire de
l'Etat à la retraite qui avait forcé l'estime de tous et que ses
concitoyens surnommaient "le cheikh".
Ta droiture, ton honnêteté, ta modestie et ton sourire affable
resteront à jamais gravés dans nos cœurs et nos mémoires.
Nous sommes honorés de t'avoir eu comme père et fiers d'être
tes enfants.
Repose en paix, nous marcherons sur tes traces...
Que Dieu t'accueille en Son Vaste Paradis.
Maman demande lait
Celia EHF + couches 4e âge
pour ses 3 enfants malades.
Contactez le journal
qui transmettra.
Dieu vous le rendra
Décès
Les familles Boudjakdji, Sari, Borsali, Bendimerad, Baraka et Haddadine
ont la douleur de faire part du décès de
Boudjakdji Benmansour
survenu le 25 juillet 2016 à l'âge de 91 ans.
La levée du corps a eu le jour même.
Que Dieu le Tout-Puissant accorde au défunt Sa Sainte Miséricorde et l'accueille
en Son Vaste Paradis.
"A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons."
El Watan - Mardi 26 juillet 2016 - 21
L’ÉPOQUE
CAPACITÉ HÔTELIÈRE EN HAUSSE À ALGER
ON VOUS LE DIT
L’hôtel Hani affiche ses étoiles
Le Salon du livre de Sétif zappé
Les férus de lecture des Hauts-Plateaux sétifiens et des régions
limitrophes ont été privés, cette année, du Salon du livre.
Coïncidant chaque année avec la célébration des massacres du
8 Mai 1945, la manifestation n’a pas eu lieu en mai dernier.
L’indisponibilité de la salle des «expositions» de Maâbouda, en
travaux, est l’argumentaire avancé par le directeur de la culture
ayant annoncé à El Watan que le Salon n’est pas annulé mais
décalé au 5 juillet de l’année en cours. Le 54e anniversaire de
l’indépendance a été fêté, mais point de Salon du livre. Relancé
pour connaître les raisons d’un zapping ne disant pas son nom, le
directeur de la culture de Sétif «met en cause» les retards
enregistrés par les travaux de réfection d’un espace (un ex-Souk
El-Fellah) ressemblant à tout sauf à une salle des expositions.
● L'hôtel est doté de 73 chambres, de neuf suites, d'un restaurant coffee shop de 80 couverts et de
trois salles dédiées aux conférences pouvant accueillir de 20 à 140 personnes.
Hommage à l'ex-directeur
régional des Douanes de Chlef
Actions de sensibilisation
de la police à Tigzirt
La sûreté de wilaya de Tizi Ouzou a dressé des chapiteaux sur la
grande plage de Tigzirt, située à l’entrée de la ville, pour abriter
des activités vouées principalement à la sensibilisation sur les
différents fléaux sociaux, dispensées par des cadres des différents
services. Dans cette optique, plusieurs aspects seront abordés,
tels que l’environnement, la consommation de drogue, la
protection de l’enfance. Les cadres de la cellule de communication
et de presse, le psychologue et l’assistante sociale relevant du
service de wilaya de la santé, de l’action sociale et des sports,
prendront en charge, quant à eux, l’écoute et l’orientation
psychologique des personnes présentant une addiction aux
psychotropes, a-t-on indiqué. Enfin, les enfants ne seront pas en
reste de ces activités, puisqu’un circuit d’éducation routière est
prévu pour la circonstance.
Les habitants de Haouch Ghilène
en colère
Le cadre de vie à Haouch Ghilène, une agglomération rurale située
au sud-est de Boufarik, à 5 km du chef-lieu de commune, est décrié
par ses habitants. Ces derniers sont sortis en ce début de semaine
dans la rue et ont barré la route avec des troncs d’arbres, juste à
l'entrée d'une route sinueuse et poussiéreuse qui mène à leur
haouch. Laissés pour compte, ils se plaignent de l'absence de
commodités de base et de la dégradation de leur environnement.
«En 2016, nous utilisons toujours des fosses septiques, le réseau
d’assainissement étant inexistant», regrette un des habitants en
colère. Parmi les problèmes énumérés par ces citoyens, figure le
manque d’aménagement de leur haouch, l’absence de bitumage,
la pénurie d'eau potable, l’électrification (très basse tension) et un
abribus, afin que les transporteurs daignent s’arrêter. Les
habitants de Haouch Ghilène qui, par cette manifestation
pacifique, souhaitent l’intervention des hauts responsables pour
leur trouver une issue à ces récurrents problèmes. «Par le biais de
votre journal, nous lançons un appel pressant car toutes nos
doléances sont restées lettre morte», finit par dire un vieux tout
tremblant.
Arrestation d’un trafiquant de
drogues dures à Boufarik (Blida)
Un Subsaharien vient d’être arrêté par la brigade criminelle de la
sûreté de Blida pour détention et commercialisation de drogues
dures, a-t-on appris dimanche de sources policières. L’accusé était
à bord d’un taxi, lorsqu’il a été appréhendé par la police à Boufarik.
Ayant des soupçons sur le caractère louche de cette personne, les
policiers l’ont fouillé et ont trouvé dans sa valise dix capsules de
crack et 1,5 g d’héroïne. Une autre fouille a concerné son domicile à
Alger, où des éléments de la brigade criminelle ont pu saisir 30 g
d’héroïne, 10 g de crack, ainsi que de l'argent (228 000 DA et
1500 euros). L’accusé a été mis sous mandat de dépôt en attendant
son jugement.
El Watan -
Le Quotidien Indépendant
Édité par la SPA “El Watan Presse” au capital social de
255 623 520 DA. Directeur de la
publication : Omar Belhouchet
Direction - Rédaction - Administration Maison de la Presse
- Tahar Djaout - 1, rue Bachir Attar 16 016 Alger - Place du
1er Mai Tél : 021 68 21 83 - 021 68 21 84 - 021 68 21 85 Fax : 021 68 21 87 - 021 68 21 88
PHOTO : DR
Les cadres et agents de la direction régionale des Douanes de
Chlef , qui englobe six wilayas du centre-ouest du pays, ont rendu,
avant-hier, un vibrant hommage à leur premier responsable,
Belkheir Hamel, muté dans les mêmes fonctions à Annaba. Ce
dernier a dirigé cette structure depuis sa création en octobre 2011
jusqu'à sa récente mutation à Annaba. La cérémonie s'est déroulée
en présence de l'ensemble du personnel ainsi que des chefs des
inspections divisionnaires des Douanes de Chlef, Mostaganem et
Tiaret. Les cadres et fonctionnaires de l'institution, en retraite,
étaient également présents, à l'instar de leur collègue en
convalescence , M'hamed Bouhalla, qui a tenu à assister à cet
hommage. Les intervenants ont souligné le rôle important joué par
ce responsable dans la mise en place et le développement de la
direction régionale des Douanes de Chlef.
L
’hôtel Hani, à Bab Ezzouar
(3 étoiles), sera inauguré le 1er août
prochain. Il s’agit d’un établissement urbain qui va miser sur deux facteurs pour s’imposer : sa proximité de
l’aéroport et surtout du centre commercial Carrefour. Il est doté de 73 chambres,
huit suites luxueuses et une suite présidentielle. Un restaurant coffee shop de
80 couverts est situé au premier étage et
permet de recevoir les invités dans une
ambiance conviviale et confortable. Trois
salles ont été dédiées aux conférences
pouvant accueillir de 20 à 140 personnes.
Une navette permet de transférer les
clients de et vers l’aéroport. Ses promoteurs ne veulent pas miser uniquement
sur le nombre de nuitées et la restauration.
Cet établissement n'a pas seulement pour
ambition de fournir une salle de sport à
ses clients. Il a l'intention de leur offrir
des expériences de bien-être complètes.
Bien qu'elles diffèrent d'une chaîne à
l'autre, toutes les options de fitness ou de
bien-être proposées par de plus en plus
d'hôtels ont une chose en commun : elles
offrent une réponse au besoin croissant
des voyageurs de conserver le mode de
vie sain qui est le leur lorsqu'ils sont en
déplacement. L’objectif est de savourer
pleinement des moments de ressourcement et de quiétude. «Une telle installation représente dans un premier temps un
solide outil de différenciation pour notre
établissement désireux de se démarquer
de nos concurrents et nous permet de
proposer un service plus complet à nos
clients», nous a déclaré Embarek
Moumni, manager général.
Salah Benakmoum, directeur du tourisme de la wilaya Alger, avait déjà
déclaré que les nouveaux projets de
construction d'hôtels assureront 25 000
lits disponibles à l'horizon 2017. Il avait
fixé le chiffre de 50 000 lits pour résorber
le déficit. Les investissements dans le
tourisme sont disséminés à travers les
quatre coins de la capitale, que ce soit à
l’Ouest, comme à Zéralda et Chéraga, ou
encore au Centre, comme à Alger-Centre
et à Hussein Dey, ainsi qu’à l’est (Bab
Ezzouar, El Hamiz). La capacité des
hôtels prévus varie entre 20 et 400 lits. La
démarche gouvernementale entend satisfaire
la demande des clients et réaliser l'équilibre
entre l'offre et la demande dans le but de
faire baisser les prix, trop élevés, et améliorer la qualité de service.
Récemment, Abdelwahab Nouri, ministre de
l'Aménagement du territoire, du Tourisme et
de l'Artisanat, a fait état de 1548 projets
touristiques approuvés par son secteur, soit
un investissement global de 664 milliards de
dinars pour une capacité d'accueil de 194 916
lits. 511 projets d'une capacité de 72 523 lits
dont l'investissement s'élève à 259 milliards
de dinars sont en cours de réalisation.
Kamel Benelkadi
SÉTIF
Ouverture de l’aéroport début août
L
es usagers de l’aéroport 8
Mai 1945 de Sétif attendent
avec impatience la reprise du
trafic. Tancés par les navettes,
les habitués des lieux, notamment les membres de la communauté vivant à l’étranger,
sont à l’affût de la moindre
bonne information. «Quoi de
neuf ? Le trafic reprendra–t-il
avant la fin de la saison estivale ? La programmation des
gros porteurs est-elle prévue ?
L’ouverture de nouvelles
lignes sera-t-elle actualisée
?», s’interrogent de nombreux
citoyens prenant quotidiennement contact avec El Watan,
ayant appris que la réouverture
de l’aéroport de Sétif a fait
l’objet d’une réunion, tenue le
mercredi 20 juillet, au niveau
Site web : http://www.elwatan.com E-mail :
admin@elwatan.com PAO/Photogravure : El Watan Publicité - Abonnement : El Watan 1, rue Bachir Attar Place du 1er Mai - Alger. Tél : 021 67 23 54 - 021 67 17 62
Fax : 021 67 19 88.
R.C : N° 02B18857 Alger.
Compte CPA N° 00.400 103 400 099001178 - Compte
devises : CPA N° 00.400 103 457 050349084
ACOM : Agence de communication : 102 Logts, tour de Sidi
de la direction de l’aviation
civile (DAC) du ministère des
Transports et des Travaux
publics. Les différents services, ainsi que les compagnies aériennes concernés, ont
été conviés à la rencontre.
L’entreprise chargée du renforcement de la piste sur une
longueur de 2500 mètres a pris
part à la rencontre. Celle-ci a
été, nous dit-on, marquée par
l’absence de la compagnie
nationale Air Algérie, qui était
aux
abonnés
absents.
Contrairement aux autres
intervenants (ENNA, EGSA,
Aigle Azur, Atlas Atlantique
Airlines et Tassili Airlines), la
compagnie nationale n’a pas
jugé utile d’envoyer un représentant. En dépit de cette
défection, le point inscrit à
l’ordre du jour a été débattu
par les présents. Lesquels se
sont quittés sans fixer une date
précise pour la réouverture.
Néanmoins, les directives de
la tutelle et la réalité du terrain, où l’homologation de la
piste a été effectuée le 20 juillet dernier par le Contrôle
technique des travaux publics
(CTTP), sont d’un autre avis.
Selon les informations communiquées par une source suivant de près le dossier qui
continue à faire couler beaucoup d’encre, la reprise du
trafic à l’aéroport de Sétif se
fera entre le 1er et 15 août prochain. D’après notre contact,
le ministre des Transports et
des
Travaux
publics,
Yahia, Hydra. Tél :023573258/59
Impression : ALDP - Imprimerie Centre ;
SIMPREC- Imprimerie Est ; ENIMPOR - Imprimerie Ouest.
Diffusion : Centre : Aldp Tél/Fax : 021 - 55 77 31
0552 31 80 65. Est : Société de distribution El Khabar.
Tél : 031 66 43 67 - Fax : 031 66 49 35 - Ouest : SPA El Watan
Diffusion, 38, Bd Benzerdjeb
(Oran) Tél : 041 41 23 62 Fax : 041 40 91 66
Boudjemaâ Talaï insiste pour
une reprise rapide du trafic à
Sétif, rien que pour atténuer la
pression exercée depuis des
mois sur l’aéroport Mohamed
Boudiaf de Constantine.
D’après la même source, qui
tient à garder l’anonymat, le vol
d’essai devant donner le feu vert
à la reprise de l’activité au
8 Mai 1945, aura lieu le 2 ou le
3 août prochain. Les structures
d’accueil de l’infrastructure fermée depuis presque 4 mois
n'ont, apparemment, fait l’objet
d’aucun lifting. Les gestionnaires de l’espace, qui attendent
le dénouement des dossiers de
l’ILS et de la nouvelle aérogare,
vont-ils prendre le taureau par
les cornes ?
Kamel Beniaiche
Les manuscrits, photographies ou tout
autre document et illustration adressés
ou remis à la rédaction ne seront pas
rendus et ne feront l’objet d’aucune
réclamation. Reproduction interdite de
tous articles sauf accord de la rédaction.
El Watan - Mardi 26 juillet 2016 - 22
PUBLICITÉ
Félicitations
Félicitations
Félicitations
Naissance
Bravo
Yasmine
Ouahioune
A notre très chère
petite-fille
Pour l'obtention de ton
doctorat vétérinaire avec
brio, toute la famille
est fière de toi. Ta tante
Malika se joint à tes
parents, tes frères, tes
tantes et oncles pour te
féliciter chaleureusement
et te souhaiter d'autres
succès à l'avenir.
pour ta brillante
réussite à l'examen
du BEM 2016 avec une moyenne
de 15, 88, la famille Lashab de
Zéralda, les parents et alliés sont
très fiers de toi et honorés par
ton brillant succès arraché après
tant d'efforts et de sacrifices.
Encore une fois, bravo Bouchra
et à d'autres conquêtes !
Les familles Kourdache
de Takerboust et
Azzoug de Tazmalt
ont l’immense
bonheur d’annoncer
la naissance d’une
adorable petite
princesse le 15 juillet 2016
prénommée
Melissa
Lassouani et
Maya Khelfoune
pour votre réussite au
baccalauréat. Vos grandsparents d'Alger, papy
Mokhtar et mamy Zakia, vos
tantes, votre oncle Nounou
et vos petits cousins Ramy
et Zaky vous félicitent et
vous souhaitent d'autres
succès à l'avenir.
Félicitations
Bravo
Mahmoud Izri
Bravo
Yasser Izri
Bravo
Billel Hocine
Merci d'avoir honoré les
familles Izri et Hocine
par votre succès brillant à
l'examen de BEM et 4e. Votre
grand-père Hadj Maamar
Hocine.
Izri Mohamed
Pensée
Triste et douloureux fut pour
nous la journée du 26 juillet
2010, jour quand la mort a
arraché en silence notre cher
père et grand-père
Benali
Mohand Said
dit Mohand
Ouzaid
laissant derrière toi toutes les belles choses que tu
as entreprises. Certes, par la force des choses, nous
avons appris à parler de toi au passé, nous avons
appris à vivre sans toi. Nous n’avons pas pu effacer
de nos mémoires ta bonté, ta gentillesse ni ton
sourire, nous te pleurons à chaque occasion, tu nous
manques terriblement.
Ta femme, tes enfants, tes neveux que tu n’as pas
eu la chance de connaître et toute la famille Benali
demandent à tous ceux qui t’ont connu d’avoir une
pieuse pensée pour toi.
Repose en paix dada. Tu es juste parti pour un
monde meilleur, on ne t’oubliera jamais.
Condoléances
L’ensemble du personnel
d’Accentis Pharma Algérie
présente à son ancienne collègue
Mme Nazili Hamza
Madaoui
ses plus sincères condoléances
suite au décès de
son père Rachid Hamza
et l’assure en ces douloureuses
circonstances de sa profonde
sympathie, de son soutien moral
et de sa solidarité compatissante.
Que Dieu le Tout-Puissant
accorde au défunt Sa Sainte
Miséricorde et l’accueille en Son
Vaste Paradis.
Pensée
En ce jour du
26 juillet 2008,
notre cher
Arfi Ahmed
nous as quittés
pour toujours.
Ta femme et
tes enfants, tes
neveux et tes nièces et tous ceux
qui te connaissent auront une
pensée à ta mémoire.
A cette occasion, nous prions
Dieu le Tout-Puissant de
t'accorder une place en Son Vaste
Paradis. Repose en paix notre très
cher père.
Tes enfants
Bouchra
Lashab
Pensée
Chère épouse, chère maman,
chère
djida
Fatima Zohra
Benkhennouf
née Kellou
Voilà déjà un an, le 26 juillet 2015, que tu t'es
envolée pour ton dernier voyage.
Pour nous, c'est comme si tu nous avais quittés hier.
Tu sais maman, ta maison est devenue terriblement
vide sans ta présence.
Ton visage, ton regard et ton sourire nous manquent
beaucoup et sont gravés à jamais dans nos cœurs.
Comme tu le sais, ton époux, ton fils, tes filles, tes
petits-enfants t'adorent et ne t'oublieront jamais.
Nous savons que tu continues à veiller sur nous
Là-Haut.
Repose en paix Fatima Zohra.
Repose en paix maman.
Repose en paix djida dans le Vaste Paradis.
Pensée
Condoléances
Il y a de cela onze
années, le 26
juillet 2005, nous
a quittés, à l’âge de
82 ans, notre cher
et vénérable époux,
frère, père, beaupère, grand-père,
arrière-grand-père et oncle
Le délégué de la Nahia des
moudjahidine par intérim d'Hussein
Dey, les membres de kasmate d'H.
Dey, de Kouba, de Belouizdad et d'El
Maqaria et l'ensemble des membres
de l'APC d'Hussen Dey, très affectés
par le décès du secrétaire général
du bureau des moudjahidine de la
wilaya d'Alger
Ali Atrouche
Mahious Abdelmalek
A tous ceux qui l’ont connu et aimé
pour ses qualités morales et son sens
élevé du sacrifice, il est demandé
d’avoir une pieuse pensée à sa
mémoire. «A Dieu nous appartenons
et à Lui nous retournons.»
Pensée
A mon frère, colonel
Ahmed Bensalah
Dur, dur de passer 10 ans sans ta
compagnie. Ô combien de souvenirs
ont envahi ma tête : ma petite enfance
avec toi, nos jeux, nos lectures de
magazine Cinémonde dans la petite
pièce où on nous enfermait pendant les
heures de sieste, nos voyages dans le
train de Annaba à Tlemcen avec mon
père et encore bien des souvenirs et de
complicité. Mon frère, tu représentais
la sagesse, l’équilibre, la quiétude. Dieu
a voulu te retirer de ce monde où la
douceur de vivre d’antan a disparu.
Rien n’est plus comme avant. Tu resteras
toujours présent dans mon cœur.
Repose en paix.
Ta sœur Hafsa
présentent
leurs
sincères
condoléances à la famille du défunt et
l'assurent de leur profonde sympathie
en cette douloureuse circonstance.
"A Dieu nous appartenons et à Lui
nous retournons."
Décès
Les familles Chebab de
Béjaïa, Saïdi de Guenzet, de
Béni Yala, Mahtari d'Oran,
parents et alliés ont l'immense
douleur de faire part du décès
de leur cher et regretté fils,
époux et frère
Chebab Rabah
L'enterrement aura lieu au
cimetière de Ben Omar,
aujourd'hui, mardi 26 juillet.
La levée du corps se fera du
domicile à l'adresse suivante :
villa n°398 rue Mohamed
Bellili, Ben Omar.
Céline
venue égayer le foyer de M. Kourdache
Farhat et son épouse Sabiha. Elles félicitent
l’heureux papa, souhaitent une longue
et heureuse vie au bébé et un prompt
rétablissement à la maman.
Céline, tu es l’heureux événement
qui inonde les cœurs de tes parents,
tu es le bonheur de toute la famille.
Grand câlin pour toi Céline.
Pensée
Cela fait 40 jours, le 18
juin 2016, que nous a
quittés notre cher père
Hamza
Hamama
pour un monde
meilleur.
Ta bonté, ta gentillesse
et ton honnêteté resteront gravées à jamais
dans nos mémoires.
La douleur de ton absence est profonde.
Qu ceux qui t'ont connu et aimé aient une
pieuse pensée à ta mémoire.
Que Dieu le Tout-Puissant t'accueille en
Son Vaste Paradis.
"A Dieu nous appartenons et à Lui nous
retournons."
Ta fille Houria
Pensée
Il y a un an, le 26 juillet 2015, nous a
quittés notre cher et regretté
Aït Ouferoukh Yacine
Depuis, nous vivons dans la douleur.
Inconsolable, la maman ne cesse et ne
cessera jamais de te pleurer.
En cette douloureuse circonstance, sa
famille demande à tous ceux qui l'ont
connu, aimé et apprécié pour sa bonté et
sa générosité d'avoir une pieuse pensée
pour lui.
Que Dieu le Tout-Puissant t'accorde Sa
Miséricorde et t'accueille en Son Vaste
Paradis incha'Allah.
Repose en paix très cher Yacine. Tu
resteras à jamais dans nos cœurs et nos
mémoires.
"A Dieu nous appartenons et à Lui nous
retournons."
El Watan
Pour toutes vos annonces publicitaires à
BÉJAÏA
une seule adresse...
162 Logts Nassiria, Bât A n°3
Tél./Fax : 034.11.12.71 - 034 11.12.75
El Watan - Mardi 26 juillet 2016 - 23
SPORTS
Par Salim Oussaci
Comme lors de
tout
changement, il
y en aura, tout
naturellement,
chacun selon
son destin.
D’abord ceux
qui seront
servis et ceux,
par ricochet, qui le seront moins, qui
seront forcés, malgré leurs qualités,
de rester dans leur coin. La seule
chose nouvelle qui aura son poids et
son influence dans le décor sera ce
changement apporté au département
«désignation» des arbitres en activité
et à tout leur corps. Pourquoi ? Car
dans la tête de chaque arbitre encore
actif, il y a un idéal dans son parcours
sportif comme objectif avec un
engagement total et effectif, qui
devra, évidemment, être loin de tout
aspect ou penchant lucratif, qui a
pensé au moins une fois, qu’il a fait
l’objet d’un jugement négatif avec un
dessous destructif. Pour cela, il s’est
mis en route pour l’atteindre, il fera
tout pour s’y astreindre. Seulement
voilà, il ne faut pas qu’il soit de ceux
qui ont été habitués à compter sur le
concours d’autrui, car pour assouvir
leur soif, ils ont eu l’eau à portée de
main, sans cette harassante et terrible
manœuvre de descendre au plus
profond du puits. Cette fois, à l’orée
de cette nouvelle saison, le
changement opéré au département
«désignation» des arbitres donnera à
ceux qui espéraient un changement
tort ou raison. A l’opposé des clubs
qu’ils auront à officier, les arbitres
n’ont pas fait de recrutement, à moins
d’une révolution. Ce seront les mêmes
noms qu’on s’est habitués à voir sur
les terrains. A moins d’une exception !
Morale de l’histoire : seuls les arbitres
qui n’ont jamais compté sur le
concours d’une tierce personne pour
booster leur carrière n’auront pas peur
des «loups» qui rôdent, ces derniers
temps, en plein jour ou enfouis dans
leurs tanières.
S. O.
Abid dernière
recrue
Le Mouloudia de retour de
retour à Alger sans Allane
Derrardja et ses coéquipiers ont livré cinq joutes amicales en Pologne
E
n stage dans la ville polonaise de Wisla depuis
le 9 juillet, la formation
algéroise a rejoint Alger, dans la
soirée d’hier, après avoir bouclé
deux semaines de préparation
intense, ponctuée par une série
de cinq joutes amicales disputées
face à des équipes polonaises et
ukrainiennes.
La délégation mouloudéenne,
qui est passée par les aéroports
de Katowice et Frankfurt avant
de rejoindre la capitale, hier soir,
est donc de retour au bercail,
mais sans un des membres de la
délégation qui a manqué à l’appel, à savoir l’entraîneur des gardiens Abderrahmane Allane. En
effet, comme signalé dans une
de nos précédentes livraisons, ce
membre du staff technique de la
formation algéroise est toujours
en détention à Wisla, suite à son
arrestation en fin de semaine
dernière par la police polonaise,
pour une affaire qui serait liée
aux mœurs, bien que les res-
ponsables du club évoquent un
accrochage entre Allane et une
caissière dans une boutique. Cela
dit, Allane est toujours en prison
et devra y rester jusqu’à son
passage devant le juge, le mois
prochain. Une détention prolongée avant jugement, qui donne un
aperçu des charges qui pèsent sur
le technicien.
Face à cette absence et avec un
verdict prévu dans quelques semaines, la direction devrait procéder à la résiliation du contrat
de l’ancien portier du MCA, de
l’USMA et de la JSK, qui sera
certainement remplacé par l’actuel adjoint de Djamel Menad,
entraîneur des gardiens de son
état, Abdenour Aït Mouhoub.
Cette affaire est le seul bémol
de ce séjour du Mouloudia en
Pologne.
Il faut noter que du côté sportif,
la préparation des poulains de
Djamel Menad ainsi que les
prestations et résultats des cinq
matchs amicaux disputés (quatre
OULED EL HOUMA
MOB
Riche programme
à Béjaïa et
Constantine
Sendjak craint
la fatigue
Dans le cadre des activités sportives et
culturelles des jeunes des cités et
quartiers et des activités au profit des
détenus, le président de l’association
Ouled El Houma, Abderrahmane
Bergui, se rendra aujourd’hui à Béjaïa
pour la mise en place d’un programme
d’activités en collaboration avec la DJS
de la wilaya. Il est prévu une visite à
l’établissement pénitentiaire de
Béjaïa pour honorer les détenus qui
ont obtenu leurs examens
(baccalauréat et BEM). Aussi, il se
déplacera à Constantine pour se
rendre au chevet de deux anciens
arbitres internationaux malades qui
ont représenté dignement l’arbitrage
algérien, MM. Ghotari et Seghiri. A
cette occasion, M. Bergui tiendra une
conférence de presse sur la situation
de l’arbitrage en prévision de la
relance de l’Association nationale des
arbitres.
K. G.
NAHD
L
es Crabes du MO Béjaïa se
Lla ville
trouvent depuis dimanche dans
congolaise de Lubumbashi,
et ce, en prévision de la rencontre de
demain face au TP Mazembe, dans
le cadre de la manche retour de la
Coupe de la CAF.
Arrivés épuisés après un périple qui
a duré plusieurs heures, les camarades de Rahal se sont mis au repos
afin de reprendre des forces et être en
forme pour cette rencontre.
Après une promenade dans la matinée au zoo de la ville, les Béjaouis
ont effectué une première séance
d’entraînement dans l’après-midi, à
l’heure du match, qui a été consacrée
aux derniers réglages sur la composante et surtout prendre les repères
du stade dont la pelouse — en gazon
synthétique de quatrième génération
— ne devrait pas constituer de handicap pour les poulains de Sendjak.
Le coach a ainsi profité de cette
séance pour apporter les derniers
victoires contre une défaite),
dont la dernière victoire (3-0)
réalisée dimanche en fin de journée face au KS Piast Gliwice
(Ligue 1 polonaise), enthousiasment au plus haut point le Mouloudia, confortant les ambitions
du team à jouer le titre cette
saison, notamment avec le recrutement jugé «de qualité» aussi
bien par les responsables du club
que par les supporters.
Une équipe du Mouloudia qui se
présente comme un sérieux prétendant, du moins sur le papier,
avec les nombreuses arrivées en
prévision de la nouvelle saison
qui débutera, pour rappel, le
19 août avec le clasico à Tizi Ouzou face à la JSK. La préparation
se poursuivra d’ailleurs début
août avec un troisième stage à
l’étranger, cette fois en Tunisie
(du 2 au 10 août), lors duquel
le Mouloudia croisera le fer
avec les meilleures formations
tunisoises, en l’occurrence l’ES
Tunis et le Club Africain. T. A. S.
réglages qui s’imposent et trouver
la meilleure formule pour espérer
obtenir le meilleur résultat possible.
Cependant, la fatigue demeure le
souci majeur de Sendjak, surtout
que les joueurs n’ont pas eu assez
de temps pour récupérer. Face à une
telle situation, il est déjà appelé à
trouver les mécanismes nécessaires
pour pallier à cette situation. Une
ultime séance, prévue aujourd’hui,
sera consacrée au choix de l’équipetype ; cet entraînement pourrait avoir
lieu à huis clos.
Concernant l’équipe-type, il est attendu que le coach Sendjak procède
à quelques changements par des
éléments plus frais physiquement
dans l’espoir de présenter un groupe
équilibré.
Enfin, le staff technique a déjà une
idée de son adversaire et compte
mettre en place un plan de jeu pour
contrer cette formation du TP Mazembe.
L. Hama
e NA Hussein Dey a officiellement
engagé l’attaquant Mohamed Lamine
Abid, qui évoluait la saison passée au
MC Alger. Le joueur était très sollicité,
notamment par son ancien club, l’USMH,
mais le président Ould Zmirli a réussi à
convaincre l’enfant de Larbaâtache de
venir renforcer le compartiment offensif
du Nasria. L’entraîneur Bouzidi était dans
l’obligation de dégraisser l’effectif et
de retarder la signature du jeune Farhat
jusqu’au mercato hivernal. Après l’accord
de Abid, les Sang et Or se sont envolé hier
matin à destination de la Tunisie, plus précisément à Gammarth, pour un stage précompétitif qui sera ponctué par quelques
matchs amicaux contre des équipes algériennes et tunisiennes. Au cours de ce
stage, l’entraîneur en chef donnera l’occasion aux jeunes de jouer, avant de choisir
ceux qui seront retenus en équipe fanion.
Bouzidi insiste sur la rigueur dans le travail et compte énormément sur les anciens
pour réaliser le meilleur parcours possible
cette saison.
Les joueurs ont bénéficié d’un mois de
salaire et d’un lot d’équipement pour les
entraînements durant le stage.
A. B.
TOUR DE
FRANCE 2016
Et de trois pour
Froome
L
e Britannique Chris Froome est le
huitième coureur dans l’histoire de
la Grande Boucle à avoir remporté au
moins trois fois la plus grande course du
monde. Le record de victoires est détenu
par quatre coureurs (Anquetil, Merckx,
Hinault, Indurain) qui ont dominé le Tour
par cinq fois. Aucun coureur ne compte
quatre victoires, mais trois champions du
passé se sont imposés trois fois dans le
Tour, à savoir le Belge Philippe Thys au
temps des pionniers, le Français Louison
Bobet dans les années 1950 et, plus récemment, l’Américain Greg Lemond. Un
autre Américain, Lance Armstrong, avait
précédé Froome dans le cercle restreint
des triple lauréats (ou plus). Mais tous les
résultats du Texan, sept fois vainqueur à
Paris avant d’être convaincu de dopage,
ont été annulés en 2012.
PUBLICITÉ
Avec l’espérance
d’une juste
sentence
MC ALGER
PHOTO : DR
LE COIN DU REFEREE
LE QUOTIDIEN INDÉPENDANT - Mardi 26 juillet 2016
COMMENTAIRE
TRAFIC ROUTIER ET POINTS NOIRS
Le sommet
du pauvre
Pas de trêve estivale
L
Par Tayeb Belghiche
L
PHOTO : H. LYES
a trêve estivale des bouchons n’a pas eu lieu.
Bien que l’été — et les
congés qui riment avec — soit
déjà bien entamé, les automobilistes n’ont pas, contrairement à leurs espérances, assisté au «miracle saisonnier» des
routes vides et des bouchons
qui diminuent. D’ailleurs,
cette dernière semaine, les
services de la Gendarmerie
nationale ont recensé de nombreux points noirs, plus d’une
vingtaine, sur les routes relevant de leurs compétences à
travers de nombreuses régions
du pays. Ainsi, la wilaya où il
a été enregistré le plus de tronçons bouchonnés est Alger, où
ce ne sont pas moins de sept
points noirs recensés par la
Gendarmerie nationale, et ce,
hors agglomérations urbaines.
«L’autoroute Ouest, en direction d’Alger-Centre, qui relie
Zéralda à Ben Aknoun, et ce,
à partir des environs de
Bouchaoui jusqu’au pont de
Dély Ibrahim, tout particulièrement entre 7h et 10h», peuton lire dans le document de la
Gendarmerie nationale. «En
direction de l’Est, l’autoroute
qui relie Alger à la RN5,
jusqu’à la frontière de la
wilaya de Boumerdès, est
congestionnée de 7h à 10h, et
tout particulièrement au
niveau de la jonction entre les
deux autoroutes, à Dar El
Beïda», est-il énuméré.
L’autoroute Est-Ouest connaît
aussi de gros ralentissements,
dans son tronçon reliant
Alger-Centre à la wilaya de
Blida, à de nombreux
endroits, dus notamment à la
densité et au nombre important de véhicules, particulièrement à Birtouta. De même,
de nombreux points noirs
sont évoqués dans les matinées à Birkhadem, à Dar El
Beïda, Souidania, ou l’après-
La wilaya où il a été
enregistré le plus de tronçons
bouchonnés est Alger
midi à Bou Ismaïl et Sidi
Fredj. Les autres wilayas qui
ont concentré le plus d’embouteillages durant cette
période sont Constantine et
Annaba, où trois bouchons
récurrents sont cités. Pour le
Constantinois, il s’agit de
tronçons qui enregistrent un
flux routier important toute la
journée,
puisque
la
Gendarmerie nationale établit
que ces perturbations ont lieu
de 8h à 17h. «La route nationale doublée 101, dans son
tronçon qui relie la ville de
Constantine à la commune de
Aïn Smara», ou encore «la
RN20 qui relie la ville de
Constantine à la zone industrielle», dit-on.
Pour ce qui est de Annaba, il
s’agit essentiellement de la
RN21 qui relie la ville à
Guelma, et ce, en plusieurs
endroits, notamment à Aïn
Berda ou El Hadjar.
En ce qui concerne les autres
wilayas qui connaissent un
important trafic routier, la
Gendarmerie nationale cite
Boumerdès, Bouira, Bordj
Bou Arréridj, Mila, Oran,
et Jijel.
G. L.
DES ANNULATIONS DE VOLS ATTENDUES
DÉBUT DEMAIN D'UNE SEMAINE DE GRÈVE À AIR FRANCE
■ Les hôtesses et stewards d'Air France
sont appelés à la grève à partir de
demain, pour une semaine, contraignant
la compagnie à annuler 30% des vols
intérieurs et moyen-courriers et moins de
10% des long-courriers, selon une première
estimation de la compagnie publiée hier.
Le taux de grévistes devrait s'établir
autour de 35% en moyenne au premier
jour d'une grève qui intervient en plein
chassé-croisé estival, selon l'entreprise
qui affinera ses prévisions aujourd'hui.
Les deux organisations syndicales
SNPNC-FO et l'Unsa-PNC, revendiquant
45% des voix du personnel de cabine, ont
maintenu vendredi leur préavis déposé
jusqu'au 2 août, après une dernière
séance de négociations marathon tenue
la veille, sans succès. Au cœur du conflit,
le renouvellement de l'accord collectif
des personnels navigants commerciaux
qui arrive à échéance fin octobre. La
direction propose une reconduction quasi
à l'identique de cet accord, mais pour une
durée de 17 mois, jugée «insuffisante»
par les deux syndicats. La grève tombe
au pire moment pour Air France qui, l'été
dernier, opérait chaque jour en moyenne
1000 vols avec 140 000 passagers à bord.
Particulièrement touché, le moyen-courrier
inclut les vols européens, ceux opérés
depuis et vers le Maghreb ou Israël, ainsi
que quelques vols locaux en Asie et en
Afrique. «Les vols Air France opérés par un
avion d'une autre compagnie, dont HOP!,
KLM et Delta, ne sont pas concernés»,
précise la compagnie. Le nouveau PDG
du groupe Air France-KLM, Jean-Marc
Janaillac, avait réussi à lever in extremis
une grève des pilotes fin juin, proposant
le gel de certaines mesures salariales
décriées en échange d'une trêve sociale
jusqu'au 1er novembre. Déclencher
une grève en plein été, «au risque de
compromettre le redressement» de la
compagnie est une «véritable aberration»,
a déploré dimanche le PDG d'Air France,
Frédéric Gagey.
POINT ZÉRO
Qu’attendent l’air et la mer
pour s’ouvrir ?
C
haque été, c’est le sujet qui tourne au sol, Air
Algérie et ses pratiques d’un autre âge. On
pourrait pourtant parler de cette compagnie toute
l’année, son sureffectif et ses 10 000 employés, ses
billets gratuits à l’oligarchie et ses prix les plus chers
au monde pour les autres. On en reparle l’été, comme
un paradoxe qui enfle toute l’année pour éclater quand
il fait trop chaud. Mais si Air Algérie a réussi à faire des
efforts sur l’étranger en dehors de ses tarifs et tente
d’être une compagnie aux standards internationaux,
sur l’intérieur et toute l’année, c’est la pagaille la plus
totale. Vols retardés, annulés, détournés,
désorganisation, aucune notification ou système
d’information aux familles qui attendent ou aux
passagers bloqués, poussés par dépit dans les salles
d’embarquement sur tous les vols en même temps avec
leur argent, en attendant qu’un des avions vienne
récupérer cette marchandise qu’au fond, la compagnie
ne veut pas et ne laisse personne d’autre s’en occuper.
Par Chawki Amari
Ce mépris pour l’intérieur possède toutefois une
logique puisqu’avec des vols aussi chers, il y a très peu
de chance pour que le tourisme international connaisse
un développement significatif et que des étrangers
empruntent des vols domestiques, ce qui conforte la
compagnie dans ses maltraitances sans témoin. Bien
sûr, en été aussi, à chaque fois que l’on s’attaque à Air
Algérie, les officiels, qui ne payent généralement pas
leurs billets, ressortent le drapeau en jurant par
Qassaman que jamais Air Algérie ne sera privatisée. Il
ne s’agit évidemment pas de cela mais simplement
d’ouvrir le ciel, d’adopter le système open sky pour le
bénéfice des Algériens et, de la même façon, pour les
bateaux, ouvrir la mer. Oui, mais comment faire après
pour payer tous les enfants de dirigeants quand la
concurrence arrivera ? Gros problème. Mais il y a une
solution : qu’on les ramasse tous et qu’on crée avec
eux des compagnies filiales d’Air Algérie de l’ENTMV.
On verra leur compétence.
es sommets arabes se suivent mais ne se
ressemblent pas. Celui de Nouakchott
ne déroge pas à la règle. Il s’est même
tenu hier dans des conditions humiliantes
pour le pays hôte. Prévue pour deux jours, la
rencontre des chefs d’Etat et de gouvernement,
si on peut l’appeler ainsi, n’a duré qu’une
journée. A peine six chefs d’Etat ont jugé utile
de faire le déplacement. Du jamais vu. Le
président algérien, à la décharge de l’Algérie,
étant malade, a été représenté par le n°2 du
pays, en l'occurrence Abdelkader Bensalah,
secondé par Ramtane Lamamra, ministre des
Affaires étrangères, et Abdelkader Messahel,
ministre chargé des Affaires maghrébines et
africaines et de la Ligue arabe. Pourtant, la
Mauritanie mérite plus de respect et de
considération. Elle n’était pas du tout concernée
par l’organisation de ce sommet ; il était
programmé pour le mois de février dernier au
Maroc. Mais à la dernière minute, ce dernier
s'est désisté sans avancer d'argument crédible
pour justifier le reniement de ses engagements,
un exemple unique dans les annales de la Ligue
arabe. Il est coutumier de ce genre de
comportement. En janvier 2015, le Maroc devait
organiser la Coupe d’Afrique des nations
(CAN) annulée sous prétexte qu’il y avait des
risques à cause de la fièvre Ebola. La GuinéeBissau, malgré ses faibles moyens, a décidé de
le remplacer. La compétition a été un succès et
aucun athlète ou supporter n’a eu à se plaindre
d’une quelconque maladie. Cette énième fuite
en avant n’a pas honoré le régime de Rabat qui
continue à jouer l'enfant gâté.
Les Mauritaniens, démunis eux aussi de moyens
et figurant parmi les plus pauvres du continent
africain, se sont engagés à sauver l’honneur et à
éviter une humiliation pour la Ligue arabe, qui
offre déjà une piètre image au reste du monde.
Elle est considérée comme une sorte de syndicat
de chefs d’Etat au service exclusif des régimes
et non des peuples. D’ailleurs, ses décisions
sont toujours le reflet d’un rapport de force.
Actuellement, il est en faveur des monarchies
moyenâgeuses mues par le souci de préserver
leurs intérêts personnels et leurs trônes. Pour
preuve, alors que beaucoup de pays arabes sont
en train de vivre des tragédies et risquent même
de disparaître comme l’Irak, la Syrie, le Yémen
ou la Libye, les dirigeants de la Ligue n’ont pas
jugé nécessaire de suspendre quelque peu les
vacances qu’ils passent en Europe et ailleurs,
dans les paradis touristiques. Le Saoudien peut
frire par 60° à l’ombre. L’essentiel est que ses
princes et leurs progénitures soient loin de la
canicule. La Ligue arabe aurait bien pu se
passer d’un sommet qui se termine en queue de
poisson. La Mauritanie aura eu le mérite de
vouloir sauver la face. Pauvre mais fière.
météo
Aujourd’hui
Demain
18°
29°
ALGER
19°
30°
22°
35°
ORAN
21°
34°
16°
31°
CONSTANTINE
25°
40°
OUARGLA
17°
33°
25°
41°
c’est l’été
CHLEF, LA FOURNAISE DU NORD DU PAYS
LE QUOTIDIEN INDÉPENDANT - Mardi 26 juillet 2016
N°7853 - Vingt-sixième année - Prix : Algérie : 20 DA. France : 1 €. USA : 2,15 $.
ISSN : 1111-0333 - http://www.elwatan.com
ÉDITION DU CENTRE
UNE SAISON
EN «ENFER»
LIRE EN PAGES 11, 12, 13, 14 ET 15
NOUVELLES RÉVÉLATIONS DES PANAMA PAPERS
Au cœur de
la conspiration
Bedjaoui-Khelil
■ Farid Bedjaoui se révèle
encore le maître artisan
des circuits mafieux qui ont
permis à des responsables
politiques, dont Chakib
Khelil, de détourner des
centaines de millions de
dollars au détriment de
l’économie nationale.
L
PHOTO MONTAGE
e feuilleton Bedjaoui-Khelil continue
avec son lot de révélations scandaleuses
sur la dilapidation de l’argent public.
Le Consortium international des journalistes
d’investigation (ICIJ), qui a mis en lumière
le scandale Panama Papers — en révélant
d’ailleurs dans ses précédentes livraisons
la détention de sociétés offshore par Farid
Bedjaoui et la famille Khelil — revient cette
semaine avec un dossier consacré à l’Afrique et
au détournement des profits pétroliers par
des dirigeants de certains pays du continent.
(Suite page 3)
Nadjia Bouaricha
RÉFORME DU BAC
PROCÈS INTENTÉ PAR TOTAL ET REPSON À SONATRACH
LE RAPPORT REMIS
AUJOURD’HUI AU
PREMIER MINISTRE
● Le ministre de l’Energie estime que Sonatrach a suffisamment
d’arguments en main pour défendre sa position dans le cadre de
la procédure engagée à son encontre par le groupe français Total.
LIRE L’ARTICLE DE FOUAD A. EN PAGE 6
PHOTO : B. SOUHIL
BOUTERFA PRIVILÉGIE
UN RÈGLEMENT
À L’AMIABLE
■ Le ministère de l’Education nationale
remettra aujourd’hui, aux services du
Premier ministère, son rapport final
concernant le dossier de la réforme
du baccalauréat, indique une source
de cette institution.
LIRE L’ARTICLE DE FATIMA AÏT KHALDOUN-ARAB EN PAGE 5
42 JOURNALISTES VISÉS PAR DES MANDATS D’ARRÊT
CRASH DU VOL
OUAGADOUGOU-ALGER
ERDOGAN S’EN PREND
À LA PRESSE
LE SYNDICAT DES PILOTES
ESPAGNOLS RELANCE
LA POLÉMIQUE
LIRE L’ARTICLE EN PAGE 10
LIRE L’ARTICLE DE SALIMA TLEMÇANI EN PAGE 4
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
4
Taille du fichier
1 981 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler