close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Article dans la presse (pdf - 397 Ko)

IntégréTéléchargement
NAMUR - LUXEMBOURG
16
FOIRE
LIBRAMONT
LA GRANDE RÉGION
au chevet des agriculteurs
charte de l’agriculture qui sera signée
8 Lace lundi
à Libramont offrira
un cadre de gestion de la crise
A Les agriculteurs wallons ren-
contrent les mêmes difficultés
que leurs collègues français,
luxembourgeois et allemands
de la Grande Région. D’où
l’idée de renforcer la collaboration transfrontalière en matière de politique agricole, forestière et rurale.
Ce lundi, pour la première
fois, à l’initiative du ministre
wallon René Collin, une charte
de l’agriculture en Grande Région, sera signée à la Foire agricole de Libramont. Une piste
parmi d’autres pour soutenir le
secteur. “La Wallonie préside la
Grande Région jusqu’à la fin de
cette année”, rappelle le ministre René Collin. “Les grands axes
de la Charte de l’agriculture ont
été définis dans le cadre d’un
groupe de travail dédié à l’agriculture, la forêt et la ruralité.”
Cette charte, qui sera signée
par les ministres wallon et
luxembourgeois – Fernand
Etgen – de l’agriculture ainsi
que par des représentants de la
communauté germanophone,
de la Lorraine, la Sarre et la
Rhénanie Palatinat, favorisera
les échanges d’informations
entre les différentes régions.
Nouvel espace de concertation
sur la Politique agricole commune et les directives européennes, notamment en matière de pesticide, elle offrira
un cadre de gestion de la crise
et des risques sur la santé animale.
DEPUIS VENDREDI, les visiteurs
belges et étrangers sont nombreux à s’arrêter au stand de la
medi a été marquée par un petit incident. Vers 13 h, l’écran
géant devant l’entrée principale
de la Foire agricole a été piraté.
Les messages de la Foire ont
été remplacés par quelques
phrases chocs, comme “Non à
l’argent de l’Europe, oui à la régulation de la production du
lait”, “It’s time for action”, “Non,
au traité de libre-échange” ou
encore “TTIP Game over”.
: Pascal Pochet et Agnès Veron au stand de la Grande Région. © LALLEMANT
Grande Région, installé dans le
Hall 3 du Libramont Exhibition&Congress. “L’an dernier,
elle était l’invitée d’honneur de la
Foire agricole”, rappelle Pascal
Pochet, ingénieur agronome
au département développement au SPW. “Pour cette
deuxième participation, elle dispose d’un stand bien visible où
nous proposons de la documentation sur les différentes régions
des quatre pays partenaires et répondons aux questions du public.
Nous avons accueilli des agriculteurs belges, français, luxembourgeois et même des visiteurs japonais.”
Ce stand reste accessible ce
lundi dans le Village Agriculture de Wallonie.
Nadia Lallemant
Le MIG n’a pas piraté l’écran géant
LIBRAMONT La journée de sa-
FOIRE
DR
CHEZ NOUS
SOCIÉTÉ "Mon plus grand regret
était de voir les infrastructures
de la ville dégradées par les
incivilités."de Benoît Dispa
UN PIRATAGE revendiqué par
le collectif “Crève l’écran”, en
solidarité avec les agriculteurs.
Ces slogans étaient accompa-
gnés notamment du logo du
MIG, le syndicat agricole des
producteurs laitiers qui a manifesté vendredi matin autour du
champ de foire où des barrages
filtrants et bloquant ont provoqué des embarras de circulation. Erwin Schöpges, le porteparole du MIG, a été très surpris d’apprendre que son logo
avait été affiché à l’écran. “Je ne
suis pas au courant, a-t-il confié.
Le MIG n’a été associé, ni de
près, ni de loin à ce piratage. Cela dit, ces messages vont dans le
même sens que nos revendications.”
N. L.
NEUFCHÂTEAU
LA PETITE FOIRE DES PAYSANS
centaine de producteurs se rassemblent
8 Une
à contre-courant de la grande foire de Libramont
A Le succès est grandissant pour la petite
foire qui a posé ses stands à un jet de
pierre de la grande foire agricole de Libramont il y a six ans. Dans le village de Semel, pas de chichis ni de tralalas. Même si
le ministre Carlo Di Antonio est présent
aux côtés de Benoît Lutgen et de la députée provinciale Thérèse Mahy, l’inauguration se fait sans micro ni ruban. Priorité
est donnée aux paysans venus avec le fruit
de leur travail et leur savoir-faire qu’ils se
font un plaisir d’expliquer aux visiteurs.
C’est leur foire à eux dans un chemin
bucolique entre la ferme Bufflardenne et
la nationale reliant Neufchâteau à Libramont. Un concept qui séduit toujours
plus de paysans et de visiteurs. 35 fermes,
une centaine d’exposants et plus de 4.000
visiteurs se sont rencontrés le temps d’un
week-end. “Nous sommes à l’endroit idéal
sur une ferme paysanne où l’on respecte la
terre, les animaux, les hommes et les femmes
qui y travaillent et les hommes et les femmes
qui mangent la production”, précise Ariane
Charrière, paysanne à Muno (Florenville)
et coordinatrice de la petite foire gérée
par des bénévoles uniquement.
Une agriculture qui séduit de plus en
plus de paysans. “Le taux de reprise est élevé
par rapport à l’agriculture de masse. L’installation de néo-paysans est aussi forte. Ce sont
des gens qui ont travaillé ailleurs et qui ont
besoin d’un retour à la paysannerie. Ce n’est
pas un phénomène de mode. La vague est en
route”, poursuit Ariane Charrière.
C’EST LE CAS de Simon Menot qui s’est
lancé dans le métier de paysan-meunierboulanger il y a un an. Installé non loin
dans le village de Tournay, il cultive son
épeautre et son seigle qu’il transforme en
pain artisanal et écologique. Il est en
passe d’acheter un moulin pour pouvoir
: Simon Menot, paysan boulanger,
s’est lancé il y a un an. © BRASSEUR
transformer lui-même son grain. “J’étais à
la recherche d’une autonomie alimentaire,
d’un travail de mes mains dans la terre, de ne
pas être dépendant du marché”, conclu le
jeune boulanger.
Laurence Brasseur
www.dhPbe I LUNDI 25 JUILLET 2016 I LA DERNIÈRE HEURE - LES SPORTS
© S.A. IPM 2016. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
397 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler