close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Acquérir – Traiter

IntégréTéléchargement
ATC
EME
2
Acquérir – Traiter - Communiquer
Par Mohamed HILAL
Docteur de l’Ecole
Mohammadia d’Ingénieurs
2014
Presentation
1
Chaîne d’Information
Traiter
Acquérir
Grandeurs
physiques,
Consignes
Communiquer
I. Généralités
Acquérir
Traiter
Communiquer
 Capteurs numériques
 Circuits Logiques
 Generalife
 Capteurs analogiques
Programmables.
Réseaux
 Filtrage
 Grafcet.
 Mise en Forme
 Système à
 Réseau
d’Entreprises.
minimal.
Analogique
 Réseau de
 Les
Numérique et
terrains.
Numérique
Microcontrôleurs
Analogique.
PIC 16F84 et
 Réseau de
Matiè
capteurs/actionn
re
eurs.
premi
 Bus USB.
ère
16F877.
 Conversion Tension
 Les systèmes
Chaîne d’Energie
asservis.
Fréquence et
Fréquence Tension.
Distribuer
Alimenter Courant
 Conversion
1.1- Définition :
Un capteur est un organe de prélèvement d'information qui élabore à partir d'une grandeur
physique, une autre grandeur physique de nature différente (très souvent électrique). Cette
grandeur représentative de la grandeur prélevée est utilisable à des fins de mesure ou de
commande.
Informatiques.
microprocesseur
 Conversion
Dans de nombreux domaines (industrie, recherche scientifique, services, loisirs ...), on a
besoin de contrôler de nombreux paramètres physiques (température, force, position,
vitesse, luminosité, ...). Le capteur est l'élément indispensable à la mesure de ces grandeurs
physiques.
Convertir
Fluide
Transmettre
Agir
Tension.
Energie
Alimenter
Distribuer
 Réseau
Convertir
 Contacteu
ONE
r
 Groupe
 Relais et
électrogè
relais
ne
statique
 Pile,
Accouplem
Matiè
à courant
ent :
re
continu
 Embrayag
premi
 Machines
e,
asynchron
 Distribute
 Poulie-
 Vérins
courroie,
 Carburant
 Système
 Capteurs TOR (àur
Contact, optique).
 Concepts relatifs à la chaîne d’énergie (constituants et grandeurs) :
vis écrou,




Tension et courant électriques ;
Pression ;
Contacteur, Moteur, etc.
Distributeur, Vérins, etc.
Capteur Analogique
Capteur Numérique
………………….................
……………………………
……………………………
……………………………
………………….................
……………………………
……………………………
……………………………
………………….................
……………………………
……………………………
……………………………
2.1- L'étendue de mesure (E.M) :
C’est la plage de valeurs du mesurande pour lesquelles le capteur répond aux
spécifications du constructeur. En dehors de cette plage, la mesure est susceptible
d'être très imprécis.
ère
 Frein,
 VariateurPrérequises
batterie,
Type de capteurs:
Capteur Logique
II. Caractéristiques d’un capteur:
Convertir
 Machines
1.2-
 Engrenag
.................
ET
Valeu
r
................
Ajout
ée
1
........
........
..
2.2- Fonction de transfert :
e
4/103
Acquérir / Mise en Forme
C'est la relation fonctionnelle qui relie le mesurande en entrée et la grandeur
électrique en sortie du capteur. Elle est définie soit par un graphe, soit par une
relation formelle (linéaire, exponentielle, logarithmique…).

Détecteur de niveau :
Dans une tige isolante est imprimé un
conducteur formant une résistance R, le
flotteur court-circuite cette dernière pour
obtenir une résistance R’ image du niveau
du liquide. Ce type de détecteur est utilisé
pour détecter le niveau dans le réservoir
des voitures
2.3- La sensibilité
Ce paramètre caractérise la capacité du capteur à détecter la plus petite variation de la
grandeur à mesurer. C’est le rapport entre la variation V du signal électrique de
sortie pour une variation donnée  de la grandeur physique d’entrée : S = V / 
………
S(m) =
…………
…….
…………
Pour un capteur linéaire, la
sensibilité est
……………………….
…
…
…
……
.
2.4- La résolution
…………
……..
……
.
…
…
La résolution est la plus petite variation du mesurande que le capteur peut détecter.
4.2- Capteurs inductifs
4.2-1.LVDT (Linear Variable Differential Transformer):

Principe
Capteur de déplacement inductif utilisant le principe de variation de flux dus au
mouvement du noyau. Le déplacement que l'on veut mesurer est imposé à un des
éléments d'un circuit magnétique ce qui entraîne une variation de flux.
2.5- La précision
La précision est définie comme étant l'intervalle autour de la valeur mesurée à
l'intérieur duquel on est sure de trouver la valeur exacte. La précision d'un capteur
dépend des erreurs accidentelles et systématiques effectuées lors de la mesure.
VS1
Ve
III. Classifications des capteurs
VS2
Les capteurs sont regroupés en deux catégories selon les phénomènes physiques mis en
jeux dans les capteurs.
C’est un capteur linéaire
3.1- Capteurs actifs
-2jwax
Fonctionnant en générateur, un capteur actif est généralement fondé dans son principe sur
un effet physique qui assure la conversion en énergie électrique de la forme d'énergie
propre à la grandeur physique à prélever, énergie thermique, mécanique ou de
rayonnement. Les effets physiques les plus classiques sont :


Effet thermoélectrique : Un circuit formé de deux conducteurs de nature chimique
différente, dont les jonctions sont à des températures T1 et T2, est le siège d'une force
électromotrice d'origine thermique e(T1,T2).
Effet piézo-électrique : L'application d'une contrainte mécanique à certains matériaux
dits piézo-électriques (le quartz par exemple) entraîne l'apparition d'une déformation et
d'une même charge électrique de signe différent sur les faces opposées.
F
V
VS =

Z1
.E
- E : Amplitude de la tension d'excitation
- Z1 : impédance dans le primaire
- X : Déplacement du noyau
Caractéristiques métrologiques

Étendue de mesure : ± 1 mm à ± 500 mm, ± 45°

Erreur de linéarité : 0.05 % à 1% de l'E.M

Précision : 0.05 % à 1% de l'E.M
4.2-2.RVDT (Rotated Variable Differential Transformer):
Le RVDT exploite le même principe que le LVDT sauf que c'est un capteur rotatif,
il est utilisé pour détecter les déplacements curvilignes
4.2-3.Les détecteurs de proximité inductifs
Appelé aussi circuit à entrefer variable leur principe repose sur la mesure de la
variation du coefficient d'auto-induction dans un circuit magnétique. Lorsque un
matériau ferromagnétique se déplace à proximité du noyau bobiné, le champ
magnétique engendré varie, modifiant ainsi la f.e.m auto-induite dans la bobine.
Métal
Quart
Métal
z
5/103
Acquérir / Mise en Forme
Le primaire est attaqué par un signal sinusoïdal.
Un signal sinusoïdal est induit dans les 2 bobines
du secondaire. Quand le noyau est au milieu du
transformateur, on a Vs =0, car les tensions
induites dans les deux bobines sont d'amplitudes
égales mais de sens opposé.
9/103
Acquérir / Mise en Forme
4.5- Capteur optique
4.5-1.Capteurs optique Digitaux :

Codeur incrémental :
4
Un disque rotatif comporte plusieurs fentes transparentes et opaques, une cellule
motrice – réceptrice d’infrarouge et une marque de référence, se capteur nécessite un
étage de compteurs pour détecter le position :
Emetteur
Objet
…
1
t2
t1
0
…
T
Sortie du
Récepteur
Temps
Récepteur
I- Généralités :
t1 = D / V

t2 = d / V

T=(D+d)/V

F=V/(D+d)
Le traitement des signaux numériques est devenu aisé par le développement des
microprocesseurs (DSP), ainsi les unités de traitement analogiques sont abandonnées.
Le faisceau ne peut
atteindre le
récepteur

Le faisceau
arrive sur le
récepteur
Transparent Opaqu
e
e
Entrée
Traitem
CAN
(ADC)
Analogi
que
II- Définitions :
La détection du sens de rotation se fait par une autre cellule légèrement décalée
Sortie
CNA
N
ent
Analogi
Bits
que
(DAC)
Numéri
1
que
A. Résolution.
1
1
La résolution LSB du CNA est la variation de tension de sortie correspondant à la
variation d'une unité du nombre binaire en entrée. La définition est équivalente à celle
du CAN.
2
2
t1 t2
t1 t2
t3
t4
Déplacement à Gauche
2
t3
t4
Déplacement à Droite
B. Plage de conversion.
1
1
Instant t1
2
Pour un CNA de N bit, la plage de conversion numérique va de 0 à 2N-1, celle du CAN,
la plage de conversion étant le nombre d’intervalles.
2
1
1
Instant t2
2
2
LSB =
1
1
Instant t3
2
ΔVMAX
2N-1
2
1
1
Instant t4
2
2
1
1
2
2
t1 t2
t3
Fonction de transfert d'un CAN 3 bits
t1 t2
t4
t3
t4
12/103
31/103
Acquérir / Conversion Analogique Numérique & Analogique Numérique
Acquérir / Mise en Forme
5
6
1. Introduction
1. Introduction :
La programmation d’un circuit logique programmable de type PAL ou GAL nécessite un
fichier standardisé au format JEDEC (Nom.JED) qui correspond à la table des fusibles
(masque) du composant à programmer. L’obtention de ce fichier JEDEC est assurée par
un compilateur dont le point d’entrée est un fichier texte écrit dans le langage ABEL
(Advanced Boolean Equation Logical). C’est un langage HDL (Hardware Description
Language) moins puissant que VHDL.
Le microprocesseur communique avec les différents périphériques grâce à la technique
d’adressage et au signal R/W.
2. Adressage :
La technique d’adressage permet de sélectionner un mot parmi plusieurs dans un boitier
(ex mémoire) en vue d’une lecture ou écriture.
2.1. Principe :
Bus de données
2. Etapes de developpement :
D4
Cahier des charges
Mise en « équation » du problème
Bus de d’adresses
Choix du PLD en fonction du nombre d’entrées
et de sorties
Saisie des équations logiques, de la table de
vérité, du logigramme ou de l’algorithme avec le
logiciel
Simplification logique
Génération d’un fichier au format JEDEC
D
Q
D
CLK
/Q
CLK
/Q
CLK
/Q
CLK
/Q
D
Q
D
Q
D
Q
D
Q
CLK
/Q
CLK
/Q
CLK
/Q
CLK
/Q
Mot 1
IN/OUT
N
Sorties
2.2. Cas General :
Adresses
Le langage ABEL ne fait aucune distinction entre majuscule et minuscule pour les
mots réservés ou mots clés. Par contre, il les différencie dans les noms attribués par
l'utilisateur (identificateurs).
Les instructions se terminent par ";" (point virgule).
Toutes descriptions en langage ABEL est constituée de MODULE organisée en :
 Une zone de déclaration des entrées (pin), des sorties (pin) et des signaux
internes (node),
Mot 1
Mot 2
Buffer 3Etats
R/W
D
Mot N
R/W
Registre d’E/S
Données
Traiter / Langage ABEL
Q
A0
n
Entrées
Ces étapes sont
effectuées par le
logiciel
3.1. Généralités :


Q
Pour écrire le mot 0, on présente la donnée à écrire sur le bus de données et on fixe les
adresses A1A0=01, pour écrire le mot 1 on fixe le bus A1A0=10.
3. Syntaxe de base du langage ABEL :

D1
D
Mot 0
DEC Bin / Décimal
PLD programmé
D2
Q
A1
Simulation
Programmation du PLD à l’aide du fichier
JEDEC et du programmateur
D3
D
38/103
Traiter / Les Microprocesseurs & Périphériques
47/103
Q
CLK
/Q
D
Q
CLK
/Q
Familles
Base-Line
Mid-Range
High-End
7
Les PICs sont des composants STATIQUES, Ils peuvent fonctionner avec des fréquences
d’horloge allant du continu jusqu’à une fréquence max spécifique à chaque circuit ( 16F84
, fMAX=10MHZ).
3. Comparaison des PIC
1. Les microcontrôleurs
1.1. Composition
PIC
16F870
16F871
16F872
16F873
16F874
16F876
16F877
Un microcontrôleur est un composant électronique Autonome doté de :
 Un microprocesseur,
 La mémoire RAM,
 La mémoire permanente
 Des interfaces d’E/S //, série (RS232, I2C …)
 Des interfaces d’E/S analogique
 Des Timer pour gérer le temps
 D’autres modules plus au moins sophistiqués selon la taille des μC.
1.2. Performances
Plusieurs Constructeurs se partagent le marché des microcontrôleurs, citons INTEL,
MOTOROLA, AMTEL, ZILOG, PHILIPS et enfin MICROCHIP avec ses PICs très
populaire.
Les microcontrôleurs, quelque soit leurs constructeurs, ont des architecture très similaires
et sont constitués de modules fondamentaux assurant les mêmes fonctions :
 UAL
: Opération arithmétiques
 Ports d’E/S
: Périphériques Numérique.
 Interfaces de communications série
: Périphériques Numérique.
 Interfaces d’E/S analogiques
: Périphériques analogique.
 Timer
: Temporisation.
 Horloge temps réels
: Cadensement.
Le langage de programmation (Assembleurs) constitue la différence majeure des
différents microcontrôleurs (similaires) venant de deux constructeurs différents.
2. Les PICs de Microchip
Les PICs sont des microcontrôleurs à architecture RISC (Reduce Instructions
Construction Set), ou encore composant à jeu d’instructions réduit. L'avantage est que
plus on réduit le nombre d’instructions, plus leur décodage sera rapide ce qui augmente la
vitesse de fonctionnement du microcontrôleur. La famille des PICs est subdivisée en 3
grandes familles


RAM
128
128
128
192
192
368
368
EEPROM
64
64
64
128
128
256
256
I/O
22
33
22
22
33
22
33
A/D
5
8
5
5
8
5
8
Port//
NON
PSP
NON
NON
PSP
NON
PSP
Port Série
USART
USART
MSSP
USART/MSSP
USART/MSSP
USART/MSSP
USART/MSSP
16 F 84 - 04
………………
…………………………
………………
…………………………
………………
…………………………
………………
…………………………
………………
…………………………
………………
…………………………
………………
…………………………
………………
…………………………
………………
…………………………
5. Organisation
de la pic 16F84
………………
…………………………
…………………………
5.1.………………
Organisation externe
………………
…………………
………………
………………
………………
………………
………………
………………
………………
………
50/103
Traiter / Les Micros Contrôleurs PIC
FLASH
2K
2K
2K
4K
4K
8K
8K
4. Identification d’une PIC
Il est généralement moins puissant qu’un microprocesseur en terme de rapidité ou de taille
mémoire, il se contente le plus souvent d’un bus 8 ou 16 bits. Ceci en fait un composant
très bon marché parfaitement Adapté pour piloter les applications embarquées dans de
nombreux domaines d’application. Un microcontrôleur peut être programmé une fois pour
toutes afin qu'il effectue une ou des tâches précises au sein d'un appareil électronique.
Mais les μC récents peuvent être reprogrammés et ceci grâce à leur mémoire permanente
de type FLASH
1.3. Constructeurs


Instructions Codées sur
12 bits
14 bits
16 bits
Traiter / Les Micros Contrôleurs PIC
……………
……………
……………
……………
……………
……………
……………
……………
……………
……………
……………
……………
……………
……………
……………
……………
……………
……………
……………
……………
……………
……………
……………
……
………………
………………
………………
………………
………………
………………
………………
………………
………………
………………
………………
………………
………………
………………
………………
………………
………………
………………
………………
………
51/103
1 port B de 8 bits utilisable en entrée ou sortie ( Broches RB0-7)
1 port de 5 fils RA0-4 , le fil R4 est aussi l’entrée du signal de commande du timer
interne (RTCC) ,pour le 16C54 il n’a que cette fonction.
La broche MCLR est utilisée pour le RAZ et également dans le cas du 16C/F84
pour la programmation de la mémoire de programme .
2 bornes pour réaliser l’oscillateur il peut être configurer en quatre mode différent,
le programmeur doit préciser le mode choisi dans les bits (FOSC1 & FOSC0)
adresses 2007h:
…………….
Osc1
Osc1
……..
………
………
….
Osc2
Osc2
Osc2
……
Osc1
………
…..
………
Modes :
Mode RC :
• LP Low Power Crystal
• XT Crystal/Resonator
• HS High Speed Crystal/Resonator
Resistor / Capacitor
Mode
……
…….
…….
Fréquence
32 kHz
200 kHz
100 kHz
2 MHz
4 MHz
4 MHz
10 MHz
OSC1/C1
68 - 100 pF
15 - 33 pF
100 - 150 pF
15 - 33 pF
15 - 33 pF
15 - 33 pF
15 - 33 pF
OSC2/C2
68 - 100 pF
15 - 33 pF
100 - 150 pF
15 - 33 pF
15 - 33 pF
15 - 33 pF
15 - 33 pF
Note:
En mode RC il est interdit d’introduire une horloge
externe sur ASC1, le pic risque de s’endommager
Program Memory
MAP And Stack
5.3.2. La mémoire RAM
Note
For VDD > 4.5V, C1 = C2 = 30 pF is recommended.
La mémoire RAM est organisée en 2 banques pour la 16F84. La RAM est subdivisée
de plus en deux parties. Dans chacune des banques se trouve des cases mémoires
« libres » (GPR) que l’utilisateur peut utiliser pour le stoquage temporaire de données
et des « cases mémoires spéciales » appelées REGISTRES SPECIAUX (SFR) dont
chacun permet le control de plusieurs fonctions spécifiques :
5.2. Organisation interne
La mémoire de la 16F84 est divisée en 3 parties.
5.3.1. La mémoire programme
La mémoire programme, où réside le programme, est constituée de 1K mots de 14 bits
(taille des fichiers programme de 2Kbytes).
Organes
Adressage
Indirect
Temporisateur
PC
Ports d’entrées
Sorties
EEPROM
interne du PIC
Traiter / Les Micros Contrôleurs PIC
52/103
Registre
SFR
INDF
STATUS
TMR0
OPTION
PCL
PCLATH
INTCON
PORTA
PORTB
TRISA
TRISB
EEDATA
EEADR
EECON1
EECON2
Adresses
04 / 84
00 / 80
03 / 83
01
81
02 / 82
0A
0B
05
06
85
86
8
9
88
89
Traiter / Les Micros Contrôleurs PIC
Fonction
……………………………………………………………….
……………………………………………………………….
……………………………………………………………….
……………………………………………………………….
……………………………………………………………….
……………………………………………………………….
……………………………………………………………….
……………………………………………………………….
……………………………………………………………….
……………………………………………………………….
……………………………………………………………….
……………………………………………………………….
……………………………………………………………….
……………………………………………………………….
……………………………………………………………….
……………………………………………………………….
53/103
6. Le Registre d’état STATUS (03H/83H) .
Certains registres sont identiques dans les 2 banques Cela signifie qu’on peut y
accéder depuis la banque 0 ou 1 (FSR adresse ......... ou ........).Chaque bit du registre
d’etat est un indicateur qui temoigne d’une situation
Time out
…………………
…………………
………………….
0
1
SFR
B7
………………
Special
Function
Register
………………
………………
Bank0 : 00-0B
Bank1 : 80-8B
………………
……………….
……
……
Power down
……
……
……
……
……
Indicateur Zéro
0
…………………
1
…………………
Indirect
0
…………………
1
…………………
00
01
10
11
………………
16F84
…………………
…………………
0
1
Direct
…………………
…………………
…………………
…………………
……
B0
Indicateur Retenue
0
…………………
1
…………………
Demi Retenue ( Sur 4bit )
0
…………………
1
…………………
………………
GPRs
………………
Bank0
: 0C-4F
………………
Bank1 : 8C-CF
GPR
Evénement
Mise sous tension
MCLR à la masse durant fonctionnement normal
MCLR à la masse durant mode sleep
Reset par dépassement timer watchdog
Sortie du mode sleep par dépassement watchdog
Sortie du mode sleep par interrupt avec GIE = 0
Sortie du mode sleep par interrupt avec GIE = 1
……………….
………………
General Prepuce
………………
Register
………………
………………
……………….
Branchement (PC)
0x00
0x00
0x00
0x00
Suite programme (PC+1)
PC + 1
PC + 1 puis 0x04
STATUS
00011xxx
000uuuuu
0001uuuu
00001uuu
uuu00uuu
uuu10uuu
uuu10uuu
Data Memory MAP (RAM)
5.3.3. La mémoire EEPROM
La mémoire EEPROM (Electrical Erasable Programmable Read Only Memory), est
constituée de .......... octets qu’on peut lire et écrire depuis le programme. Ces octets
sont conservés après une coupure de courant et sont très utiles pour conserver des
paramètres semi permanents. Elle est accessible par une procédure spéciale mettant en
oeuvre les registres ..................................................................................
Traiter / Les Micros Contrôleurs PIC
54/103
Cependant les .......... bits ne donnent pas accès à la mémoire RAM totale (.........), c’est
pourquoi la RAM a été divisée en deux banks. Le bit ....... du registre STATUS permet
la sélection du bank.
8.1.

Exercices
Addition de deux octets en memoire RAM
Adressage Direct
…………
………..
…………………..
…………………..
…………………..
Syntaxe
…………………..
…………………..
…………………..
…………………..
…………………..
…………………..
…………………..
…………………..
…………………..
…………………..
…………………..
…………………..
…………………..
…………………..
…………………..
…………………..
Signification
Increment file
Decrement file
MOVe to File
ADD W and F
SUBtract W from F)
AND W with F
Inclusive OR W with File
eXclusive OR W with File
Complement F
Rotation Left with Carry
Rotation Right with Carry
MOVe W to File
Clear File
Clear Work
Swap halves
No Operation
……….
………..
………..
………
…………………..
…………………..
…………………..
…………………..
…………………..
Description
(f) + 1 → d
(f) – 1 → d
(f) → d
(w) + (f) →d
(f) – (W) → d
(f) AND (w) → d
(w) OR (f) → d
(w) XOR (f) → d
/F → d
C←f←C
C→f→C
(W) → f
0x00→ f
0x00→ w
permutation
Flags
Z
Z
Z
Z,C,DC
Z,C,DC
Z
Z
Z
Z
C
C
Aucun
Z
Z
Syntaxe
…………………..
…………………..
…………………..
…………………..
…………………..
Signification
Bit Set F
Bit Clear F
Traiter / Les Micros Contrôleurs PIC
RAM (File register)
……
……..
……...
……...
……...
……...
……...
……...
……...
( 0x0C -> 0x4F) Bank0
( 0x8C -> 0xCF) Bank1
…….
…….
EQU
EQU
……..
…….
………..
………..
………..
………..
………..
………..
………..
………..
……….
57/103
0x25
27
0x26
2F
0x27
……...
……...
……...
……...
……...
……...
……...
……...
Dans le fichier H16F84.INC sont regroupés les assignations des différents bits et
registres du 16F84.
Addition d’une zone mémoire
…………
…………
…………
…………
…………
…………
…………
…………
…………
…………
…………
…………
…………
…………
…………
…………
…………
…………
…………
…………
01
16 Nombres
02
Résultat
…………
…………
…………
…………
…………
…………………..
…………………..
…………………..
Description
(f) + 1 → (d)
(f) + 1 → (d)
08
Flags
Z
Z
Traiter / Les Micros Contrôleurs PIC
59/103
0x10
…
.
.
EQU
EQU
………..
………..
………..
………..
………..
………..
………..
……….
SFR.inc

Ce sont des instructions destinées à manipuler directement des bits d’un registre
particulier. Elles sont codées de la manière suivante :
 ....... bits pour l’instruction (dans l’espace resté libre par les instructions
précédentes)
 ....... bits pour indiquer le numéro du bit à manipuler (bit 0 à 7 possible), et de
nouveau ............ bits pour indiquer l’opérande.
Adressage Indirect
……
……
……….
………..
……. …
On peut écrire les assignations des adresses des SFRs à leurs noms dans un fichier
séparé SFR.inc qu’on peut inclure ...................................... en cas de besoin.
7.3.2. Les instructions « orientées bits »
…………
………..
55/103
Traiter / Les Micros Contrôleurs PIC
44
…
9. Les sous programmes.
9.1. Sous programme
........ niveaus d’empilements sont possibles, en cas de debordement de la pile( plus de
huit appels imbriqués de sous programmes) le microcontroleur plante.
.................... permet le retour d’une subroutine en gardant la valeur ....... dans ..........
................... permet le retour d’une interruption.
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
……..
………….
0100
0101
0102 ........ .......
0103
0104
0105
0106
0107
0108
0109
0110
0111
0112
0113 END
………….
………….
………….
0020
0021 ....... ......
0022
0023
0024
0025
0026 ...............
0030
0031
0032
0033
0034
0035 .............
………..
………...
………...
………...
………...
………...
………...
.........
.........
7
6
5
4
3
2
1
0

…………..
Ecrire le code qui fait clignoter les LEDs
au rythme De 0.5 seconde.
............
..........
.
9.2. Temporisation Logicielle :
La vitesse de traitement du micro processeur se mesure en ........ (million
d’instruction/seconde) elle dépend de la fréquence du signal d’horloge, un cycle
d’instruction nescience quatre période d’horloge.
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
1
1
1 / 2 (TMP-1)/2
2
TMP
2
1
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
………….
;
;
;
;
;
;
;
1
1
1/2
2
1/2
2
2
11. Les Interruptions.
11.1. Principes.
Les routines d’interruption sont des .............................. particuliers, déclenchés par
l’apparition d’un événement spécifique, le vecteur d’interruption est situé à l’adresse
.......... Le seul registre que le microcontrôleur sauvegarde pour aller aux sous
programmes est ......, le programme doit effectuer la sauvegarde des différents registres
(échanger le contenu du registre Avec W puis stocker W en mémoire).
Cycles = (3Tmp+4)
Max = 772
F=4MHZ : 772 μS
1
CMPT2
CMPT2 x (CMPT1-1) / CMPT2
CMPT2 x CMPT1
(CMPT2-1) / 2
Cycles = Cnt2(2cnt1+5)+4
CMPT2
Max = 66820
F=4MHZ : 66820 μS
Evénnement
Déclencheur
Exercice :
0100
0101
0102
0103
0104
0105
0106
0107
0108
0109
0110
0111
0112
0113 END
0020
0021
0022
0023
0024
0025
0026 ...........
7
6
5
4
3
2
1
0
………...
………...
………...
………...
………...
………...
………...
..........
..........
Le 16C84 dispose de 4 sources d’interruptions contre 13 pour le 16F876 :
Ecrire un sous programme pour obtenir une temporisation de 0.5 S

Une source externe via la broche .............. encore appelée ..............., étant
configurée en entrée, le niveau qui lui est appliqué est modifié.
Le débordement du ...........................................
un changement de l’état des bornes ........................... lorsqu’elles sont en
entrées
 La programmation de ..............................................................
Ces interruptions sont définies et autorisées à partir du registre ............................
d’adresse ......... ou ...............


63/103
Traiter / Les Micros Contrôleurs PIC
65/103
Traiter / Les Micros Contrôleurs PIC
7
1. Régulation automatique :
1.1. Régulation manuelle de température :
Tc : température de consigne (souhaitée), T la température effective en [°C]. L’opérateur
souhaite que T, du moins la température Tm qu’il perçoit sensoriellement, coïncide avec
Tc. Il agit pour cela sur le potentiomètre afin d’ajuster la puissance thermique dissipée par
effet Joule dans la résistance du corps de chauffage :
TExt(t)
Tc(t)
12. Le temporisateur TMR0.
Cerveau
Le timer est un compteur 8bits configuré par le registre .................. , il déclenche une
interruption (si elle est autorisée) à chaque .....................
( .................... ), il peut
fonctionner dans un des deux modes :
 Mode compteur : compter les impulsions reçues sur la pin .........................
 mode « timer » : compter les ............................................ de la PIC
12.1. Le Registre d’état OPTION (81H) .
Tmr0 Clock Source (Horloge timer0)
0
1
B7
RBPU
Affectation du pré compteur
0
1
.......................................................
.......................................................
INTEDG
T0CS
T0SE
Front actif sur Int RB0
0
...............................
1
...............................
PSA
Timer0 Source Edge
0
...............................
1
...............................
MOS de pull up du port B
0
..............................................
1
..............................................
PS2
............................................
...........................................
PS1
PS0
Taux division du prédiviseur
PSi
TMR0
WDT
000
2
1
001
4
2
010
8
4
011
16
8
100
32
16
101
64
32
110
128
64
111
256
128
B0
Main
θ (t)
u(t)
Amplificateur
de puissance
Elèment de
chauffage
uec(t)
Local
P(t)
T(t)
Tm(t)
Sensation
L’opérateur compare la température Tc avec la température mesurée (perçue) Tm, image
aussi fidèle que possible de la température réelle T [°C] (cela dépend de la qualité du
capteur : dans cet exemple, c’est opérateur qui perçoit sensoriellement la température T).
En fonction du résultat de la comparaison, l’opérateur agit sur le potentiomètre (il le
tourne d’un angle θ), ce qui modifie la tension Uec aux bornes du élément de chauffage, la
puissance instantanée dissipée P(t) et finalement la température T du local.
1.2. Régulation Automatique de température :
Le rôle de l’opérateur se limite maintenant à fixer la consigne Tc, la comparaison avec la
température mesurée Tm par un capteur étant effectuée par un dispositif appelé régulateur
qui se charge d’agir sur le élément de chauffage. Ici le régulateur a un comportement de
type tout-ou-rien : si l’erreur de température est en-dessous d’une certaine limite, on
impose 0 [V] aux bornes de l’élément de chauffage, sinon, s’il fait trop froid, on applique
la tension maximale.
TExt(t)
Chaîne d’action / Directe
Tc(t)
+
T(t)
-
Régulateur
e(t)
u(t)
Elément de
chauffage
Local
P(t)
y(t)
Capteur
Chaîne de Retour
Traiter / Les Micros Contrôleurs PIC
68/103
Communiquer / Les Réseaux informatiques
78/
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
1
Taille du fichier
1 659 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler