close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

ajef.fr

IntégréTéléchargement
8 ans après, ils racontent
Anciens présidents, trésorier, épouse du directeur... page 5
Août 2016
Edition nationale
ajef.fr
Jeunesse
Jeunesse, Enfance, Famille
DNJ, l’histoire
Nouvelle étape pour l’AJEF
C’est quoi ? Tu as l’air tout
seul avec ton projet…
Au départ, cela s’appelait CLCV, le comité de liaison des centres de
vacances, et puis c’est devenu AJEF, Action pour la Jeunesse, l’Enfance et la Famille, avant de devenir l’Aumônerie pour la Jeunesse,
l’Enfance et la famille.
page 7
Anecdote
Les voitures
de l’AJEF page 6
Une véritable
marche de
foi
Très vite, il est apparu que cette structure recouvrait un champ d’action immense et diversifié. Impossible de tout embrasser ! A moins de
se donner quelques moyens.
C’est ce que l’AJEF a fait en 2008.
Le début d’une formidable aventure, dont nous vous retraçons
quelques lignes dans ces pages.
Par le trésorier
de l’AJEF
page 5
La naissance du
DEF
Une naissance programmée
en haut lieu... page 8
ajef.fr
Page
2
AJEF 
« Ce qui m’a toujours motivé dans l’AJEF,
ce sont les défis » .
Michel Schulz, président
Ce qui m’a toujours motivé à l’AJEF ce sont les défis.
Notre nouvelle vie avec le Seigneur est un défi et une réalité exceptionnelle.
J’essaie de m’imaginer les bouleversements dans la vie de ces hommes et ces femmes ordinaires
qui ont rencontré et suivi Jésus. Ils ont vu, ils ont fait, ils ont vécu des choses qu’ils n’auraient jamais
pu même rêver. Des guérisons, des miracles, des profondes remises en questions, de l’opposition
aussi. Ils ont repandu partout la bonne nouvelle de Jésus Christ.
Aujourd’hui il me semble que les deux plus grands défis dans notre nation sont : l’égocentrisme et
l’ignorance. Des millions de gens ne savent absolument rien de Jésus et de la foi et ne sont préoccupés que par eux même.
Ce qui me motive dans l’aventure AJEF c’est d’ouvrir toutes les portes du possible en y amenant partout et de manière adaptée le message de l’évangile. Dans le monde des enfants, dans celui des ados et des jeunes , des familles, des couples, des personnes en détresse, des ainés. Dans les différentes corporations aussi qui composent
notre pays. Dans cette société il y des classes séparées : les riches et les pauvres, les faibles et les forts, les petits
gens et les grands de ce monde.
Mais, comme Jésus, nous voulons y voir des belles âmes à conduire à ses pieds.
Pour cela il nous faut nécessairement nous rapprocher d’eux, communiquer avec des paroles et des actions adaptées à tous ceux vers qui nous allons. Il nous faut les rencontrer dans leurs univers, nous mettre à leur portée.
« Allez » disait Jésus ! Quand nous voyons l’Esprit de Dieu saisir une personne, un groupe d’enfants ou de jeunes,
quel bonheur ! Que serait-il advenu si nous ne les avions rassemblés, si nous n’étions pas allé les rencontrer. C’est
pour vivre toutes ses choses aussi que nous avons décidé de suivre Jésus.
« Vie chrétienne » et « ordinaire » : cela ne va pas bien ensemble ! Si la vie est ordinaire, est-elle vraiment chrétienne ?
Et si c’est une vraie vie chrétienne, alors elle est tout sauf ordinaire.
Ne restons pas dans une vie ordinaire. Relevons nous et ensemble entrons dans les défis qui sont devant nous. La
moisson est prête : mais elle ne se rentrera pas toute seule ! Il faut beaucoup d’ouvriers pour cela et chacun de nous
est cet ouvrier. Venez nous rejoindre et soutenez nous dans les défis de notre temps.
Puissions nous être trouvés à l’œuvre quand notre Seigneur reviendra.
Soutenir l’AJEF
Vous découvrirez dans ces pages le travail remarquable accompli par l’AJEF et ses
différentes branches. Tout cela a été possible grâce aux soutiens financiers venant
d’églises, d’œuvres et de particuliers. Vous aussi, vous pouvez participer au développement de cette œuvre par un don ou par un soutien régulier. Les informations ci-dessous
vous indiquent différents moyens.
Par chèque :
Jean Luc Monnin, trésorier,
866 avenue Joseph Mège,
Le Clos du Canal
84500 Bollène
Prélèvement automatique
N° émetteur : 588840
Télécharger le formulaire
sur le site
RIB / IBAN AJEF
Titulaire du Compte
Association AJEF aumônerie
pour la jeunesse l'enfance et la famille
Par virement
RIB/IBAN sur le site
Etablissement Guichet N° de compte Clé
30004 01066 00010038611 20
Iban : FR76 3000 4010 6600 0100 3861 120
BIC : BNPAFRPPAVI
BNP PARIBAS Immeuble PASTEUR
Avenue PASTEUR 84500 BOLLENE
Par Paypal :
http://www.ajef.fr/
soutenirlajef.html
Le parcours 
Novembre 2007
L’AJEF innove en proposant
aux églises une démarche
de réflexion.
Conscients de la nécessité d’une évolution, les responsables de
l’AJEF de l’époque ont écrit un projet. La création d’un poste de directeur à temps plein était devenue incontournable.
Mais comment faire, puisque l’AJEF avait un budget à peine suffisant
pour ses réunions de comité ?
C’est là que l’idée est venue de consulter les Conseils d’administration
des églises. Un livret a été imprimé (photo) et envoyé à toutes les
églises. La démarche était que les CA étudient ce projet et se prononcent…
En mars 2008, 4 mois plus tard, au Congrès de Châteauroux, moins
de 30 églises avaient été informées des besoins de l’AJEF !
C’est donc par la foi, sans avance de trésorerie, que le poste de direction à temps plein a été lancé en septembre 2008.
Mais Dieu veillait, et ce sera le début d’une belle aventure !
L’AJEF aujourd’hui
Quelle évolution ?
2 évolutions majeures ont marqué ces 8 années :

la création de branches spécifiques : jeunesse, enfance et familles. Ces branches sont constituées en associations 1901 et
ont leur propre rythme de développement : DNJ, ADN, UniVaC, DEF, FEDEL, UdACTES.

Le passage de l’AJEF en association cultuelle : elle devient le
lien entre les activités et les églises. Elle conseille, inspire,
forme et entretient la vision spirituelle de toutes les actions
générées par ses branches.
Page
3
Des objectifs clairs
et mesurables
Le projet proposait de viser 10 objectifs. A
part 1, ils ont tous été atteints. En 2014, ils
ont été révisés pour continuer à développer
la mission de l’AJEF.
1.
Accompagner
les
différentes
branches dans leur développement : Aujourd’hui, DNJ, UniVaC,
DEF, ADN et UdACTES sont pleins
de vitalité.
2.
Création d’outils de formation : BAFA, Formation pour animateurs de
GIB, formation de formateurs, formation de responsables de groupes de
jeunesse, pilotage de projets, l’AJEF
propose des aides efficaces aux
églises pour leurs activités.
3.
Création d’outils de communication : Site Internet, Newsletter,
AJEF Infos, plaquettes, stands… Aujourd’hui l’AJEF communique !et fait
évoluer constamment ses outils.
4.
Création d’outils de service : promotion du bénévolat saissonnier, catalogue des centres de vacances, conseil aux associations 1901 locales,
banque de compétences sont aujourd’hui disponibles.

Transparence, avec les administrations de tutelle : l’organisation de
l’AJEF est maintenant parfaitement
compatible avec la laïcité, tout en affirmant son idéal évangélique.

Lien avec les pastorales : informations régulières et visite du directeur
dans les régions et dans les églises
permettent de partager la vision.

Lien avec les œuvres locales ou
régionales : de nombreux forums
permettent aux équipes des églises
locales de se fortifier dans leur motivation et d’améliorer leurs compétences;

Lien avec des structures similaires
d’autres dénominations : L’AJEF est
membre du CNEF et partenaire de
plusieurs projets (D6, BTF 2017…)
par le biais de ses branches;

De nouveaux projets : de nombreuses initiatives ont vu et continuent
de voir le jour sous l’égide de l’AJEF

Un magazine de la famille : ce projet n’a pas abouti, et a été abandonné.
Une structure trop discrète
L’AJEF est encore mal connue
Tout le monde en a entendu parler, mais son action est mal connue.
Il suffit d’interroger les participants des forums, ou les chrétiens des
églises visitées pour s’en rendre compte.
Le nombre relativement faible de soutiens financiers (une centaine)
indique aussi cette méconnaissance de la mission de l’AJEF.
Il est vrai que les problématiques qu’elle aborde ne sont pas les plus
porteuses sur le plan médiatique. Pourtant, les défis qu’elle veut relever, et leurs enjeux, sont de la plus haute importance, non seulement pour notre présent, mais aussi pour l’avenir.
Nous ne pouvons qu’encourager les responsables d’églises, les particuliers, à soutenir l’action de l’AJEF et à en diffuser les informations.
Page
4
Témoignages 
J’ai vécu une très belle aventure
René Delattre, premier directeur de l’AJEF
Je me souviendrai toujours de cette journée de septembre
2008. Au premier jour de ma nouvelle activité. Je venais
d’exercer 26 années de ministère pastoral auprès de plusieurs églises dans le nord et dans le sud. Parallèlement,
j’avais dirigé le Coteau Fleuri pendant 18 ans, et travaillé
dans différents centres de vacances. Sans oublier les rassemblements de jeunesse, la formation BAFA….
Depuis le départ, deux « cœurs de mission », l’église et la jeunesse, battaient en
moi. Cela n’a jamais été très facile à gérer, car je n’ai jamais réussi à « trancher ».
Même au milieu de milliers de jeunes, ou bien avec des auditoires d’enfants, c’est
l’église que je servais et c’est mon ministère que j’exerçais.
Mais voilà, en septembre 2008, j’avais tout mon temps pour me consacrer à l’AJEF.
Ma toute première tâche a été de réaliser le dossier du mois d’octobre. Intitulé « ma
vie pour les autres », il avait pour thème, l’action sociale en lien avec un excellent
livre édité chez Viens et Vois (Elio Madonia, Ma vie pour mon prochain).
Puis, rapidement, le travail s’est mis en place : j’avais l’impression de lire une partition musicale déjà écrite. J’ai rencontré des pasteurs et des chrétiens motivés et
compétents dans leurs domaines. Ils sont devenus de précieux collaborateurs et les
branches de l’AJEF ont commencé à voir le jour, créant ainsi la « planète AJEF ».
La méthode a été de réunir des compétences autour d’un seul thème, de créer des
groupes de travail à effectif réduit et de définir 3 ou 4 objectifs pour chacun d’eux.
C’est ainsi qu’une quinzaine de groupes sont nés et ont commencé à développer
leur créativité dans les domaines de la jeunesse, de l’enfance et de la famille.
Nous sommes ensuite entrés dans le « concret » : des milliers de jeunes rassemblés à DNJ, des centaines d’animateurs formés dans les églises, plusieurs dizaines
de responsables de jeunesse, d’action sociale, de groupes étudiants et maintenant
de porteurs de projets scolaires ont bénéficié de la vision de l’AJEF.
Nous pouvons dire que l’AJEF a été une étape du chemin de conversion de plusieurs centaines de personnes. Elle a aussi permis de susciter des vocations diverses ou d’entretenir la motivation et la vision pour diverses actions chrétiennes.
Ces 8 années ont été très intenses, car le travail n’a cessé de croître. Mais ces déplacements ont été à l’origine de belles rencontres tant dans le monde évangélique
au travers du CNEF, qu’en Europe, avec les leaders nationaux de jeunesse et dans
ma famille spirituelle, les Assemblées de Dieu, qui est aussi un incroyable réservoir
de talents.
Et après ?
Ma vie pour les
autres
C’est l’histoire incroyable d’un italien qui a
du fuir sa famille à cause de sa rencontre
avec Jésus-Christ.
Arrivé au Canada, il sera touché par la
générosité de l’accueil dont il a été l’objet
de la part de chrétiens. C’est là qu’il décidera de devenir lui aussi un chrétien généreux et de consacrer sa vie à son prochain.
Il fera fortune en produisant des sodas
italiens au Canada et deviendra un puissant homme d’affaires.
Jusqu’au jour où, en République Dominicaine, sa vie va basculer pour entrer dans
ces œuvres que Dieu a préparées
d’avance...
Disponible sur viensetvois.fr
Rodolphe
Oberbek
Futur directeur de
l’AJEF
Dès le départ, Rodolphe a
manifesté son intérêt pour le
travail de l’AJEF et s’y est
impliqué avec efficacité. Directeur de centre de vacances, engagé dans l’évangélisation des enfants, et
actuellement pasteur à Rive
de Gier (42), Rodolphe prendra ses fonctions en septembre. Dans le prochain
numéro d’AJEF-Infos, vous
pourrez faire connaissance
avec lui !
Nouvelle orientation pour Catherine et René Delattre
Depuis 2 ans, René exprimait au CA que l’AJEF devait entrer dans une nouvelle étape et qu’il pensait que c’était un
autre qui devait la conduire. C’était donc pour lui une réflexion sur son orientation « post-AJEF ».
Or, de grands changements se préparaient au sein de l’organisation des Assemblées de Dieu.
En mars 2016, les pasteurs ont voté au Congrès le lancement d’une vision de multiplication des églises, des chrétiens, des ouvriers : M². Pour que ce projet soit efficace, il fallait aussi faire évoluer le fonctionnement des ADD. Celui
-ci n’est plus adapté à la taille de ce mouvement (plus de 600 pasteurs, 10 départements, plus de 700 lieux de
culte).
Le vote du Congrès a décidé de la création d’un poste de coordinateur national. Celui-ci a été attribué à René Delattre. C’est donc une nouvelle aventure qui l’attend. Mais à la différence de l’AJEF, il sera accompagné de Catherine
en tant qu’assistante.
Comme pour l’AJEF, le défi est énorme, mais l’époque est exceptionnelle. Le temps est venu pour l’église de se mobiliser encore davantage et de façon unie pour la proclamation de l’évangile ! Notre message est assez puissant
pour changer un pays tout entier !
Prochainement, vous serez informés sur la vision M².
Page
5
Témoignages 
Ils racontent l’AJEF
Une longue étape dans mon service !
Christian Blanc, ancien président
L' AJEF est une longue étape dans mon service,
puisque je l'ai accompagnée durant 26 ans dont 25
années passées au secrétariat. J'ai assisté à sa naissance puis à son changement de nom. Le grand moment dont j'ai gardé un souvenir vivace en tant que
président reste la création du poste de directeur après la
décision
du
congrès
de
Châteauroux,
en
2008.
La suite de l'aventure a montré que le choix qui avait été fait était pertinent. Que de chemin parcouru en 35 années, avec la fidélité divine !
Ce fut un honneur de travailler au
sein d’un département aussi riche !
Alain Denizou, ancien président
C’est en Juin 1989 que je suis entré comme membre au
CA de l’AJEF.
Timidement j’ai appris à « connaître » l’enjeu de ce
département et les pasteurs qui en étaient pour la
plupart les « fondateurs » en 81.
En juin 1998, je succède à E. Kowalski à la présidence et ce jusqu’en 2008.
Ce fut un honneur et un privilège que de travailler au
sein d’un département aussi riche.
Je me suis efforcé de faire des propositions pour le rendre encore plus
performant. Entre autre de nouveaux statuts ont été adoptés pour
élargir nos champs d’actions et ainsi exploiter au mieux « les richesses » de notre mouvement. Un CA motivé et performant facilite la
tâche.
En 2007, l’idée d’avoir un coordinateur se dessine…aujourd’hui c’est
chose acquise et ceci a permis de moderniser et coordonner les diverses branches d’activités.
Jacob a déclaré : « …j’ai passé ce Jourdain avec mon bâton, et maintenant je forme deux camps. » Genèse 32 :10
Merci au seigneur de m’avoir permis de vivre une si belle aventure !
Mes années à l’AJEF
René Sanchez, ancien président
J’ai intégré le CA de l’AJEF en 2001, au moment où j’ai pris la direction du Centre des Térébinthes, en raison de ma double
« casquette » de directeur de maison de retraite et de responsable de
centre de vacances. J’ai été élu à la présidence de l’AJEF en mars
2009, alors que le poste de coordonnateur des activités de l’AJEF,
occupé par René Delattre, venait tout juste d’être créé six mois plus
tôt. J’ai vécu avec René Delattre toutes les difficultés que nous avons
rencontrées pendant plusieurs années pour pérenniser ce poste …
Dix fois j’ai cru que j’allais devoir le licencier !
En effet, si le vote du Congrès pastoral pour la création de son poste
avait été largement majoritaire, les soutiens financiers n’ont pas suivi,
dans les débuts, les engagements pris en Convention …
Mais le Seigneur s’est montré fidèle ! Et quand j’ai quitté la présidence de l’AJEF en 2013, le poste avait prouvé son utilité. René
Delatttre a su manifester l’énergie qu’il fallait pour structurer et développer l’AJEF. Je suis fier d’avoir partagé cette aventure avec lui et je
tiens à lui rendre hommage pour son enthousiasme, son dynamisme, sa foi et son amour de l’œuvre de Dieu. Que le Seigneur le
bénisse dans ses nouvelles fonctions !
Il fallait oser, mais on devait le faire
Catherine Delattre
Lorsque René est devenu le directeur de l’AJEF,
c’était une tout autre façon d’exercer le ministère
qui commençait.
Il fallait oser ! Même si ce n’était pas toujours
facile : il y avait des incompréhensions, des vents
contraires, des difficultés financières. Mais j’étais
convaincue que René était à sa place. Si je n’étais pas toujours à ses
côtés à cause de ses nombreux déplacements, je le soutenais dans
mes prières. On devait le faire. Il y avait de grands défis et de beaux
projets. On partageait tout ensemble et, malgré mes obligations professionnelles, je faisais un maximum pour l’aider en utilisant mes congés
pour être à ses côtés lors des forums ou pour les congrès DNJ.
Travailler pour l’AJEF, c’est très enrichissant. Nous avons rencontré
beaucoup de chrétiens engagés, motivés et enthousiasmants. La plupart sont venus grossir les équipes qui se mettaient en place.
L’AJEF est un département très créatif. Il y a les idées, les compétences, mais pas toujours les moyens financiers.
La seule chose que l’on peut regretter est cette difficulté, au niveau des
églises, à saisir l’importance des enjeux qui concernent les jeunes générations, la famille et la société.
Avec davantage de moyens, de nouveaux projets pourraient voir le
jour , de nouveaux services pour les églises locales, pour les familles,
les couples, etc.
L’AJEF a été aussi pour moi une belle aventure. Je suis certaine que
de belles choses sont en préparation et que Rodolphe mènera ce département et ses satellites encore plus loin.
Quant à nous, en créant ce nouveau poste de coordinateur national
des ADD, c’est l’inconnu, mais cette fois, j’accompagnerai René dans
ses déplacements, en tant qu’assistante… et épouse !
Une véritable marche de foi
Jean Luc Monnin, trésorier
Trésorier de l’AJEF depuis 2004, j’ai vécu ces huit
dernières années, une véritable marche par la foi.
Notre mouvement a décidé la mise en place d’un
coordinateur au sein de l’AJEF mais les débuts ont été
difficiles, les moyens financiers n’ont pas toujours suivi.
C’était pour nous une orientation mesurée et en
même temps, un saut dans l’inconnu. Il y a eu des
nuits d’insomnie où nous ne savions pas si nous pourrions payer le salaire du directeur ou les charges sociales, mais chaque
fois le Seigneur s’est montré fidèle et a pourvu de façon providentielle.
Cette expérience m’a encouragé et fortifié dans ma foi, en m’attendant
toujours plus à Celui qui peut tout.
Ce fût un réel plaisir de travailler avec René Delattre et les frères du
conseil d’administration durant toutes ces années, une folie parfois mais
combien d’expériences enrichissantes.
Je me réjouis de pouvoir terminer mon mandat avec Rodolphe
Oberbek sachant que sa vision et son travail permettront à l’AJEF de
poursuivre sa mission d’aumônerie dans toutes les couches de notre
société.
Pour cela, l’AJEF a des besoins financiers, un directeur s’en va mais un
autre lui succède et nous comptons sur votre engagement sans faille.
Merci pour ceux qui nous ont soutenus fidèlement jusqu’ici et merci à
ceux qui vont décider de le faire prochainement. « Mon œuvre est pour
le Roi » .
Page
6
Vécu
Les Voitures de l’AJEF
La fidélité de Dieu tient la route !
En 2008, l’AJEF ne pouvait me fournir ni véhicule, ni ordinateur, ni téléphone, faute de budget…
Aller à la rencontre des régions pastorales, des églises, des gens de terrain représentaient
environ 45 000 kms à parcourir chaque année, sans compter les déplacements en train ou en
avion. Il me fallait une voiture. Dieu le savait, mais il voulait certainement aussi mettre ma foi à
l’épreuve.
La Perla Nigra
(perle noire)
Un jour, je reçois un mail d’un chrétien du Vénézuela, en France pour faire de la recherche
informatique. Il repartait chez lui, et, avec son épouse, il priait pour donner sa voiture à un
serviteur de Dieu qui en avait besoin. C’est ainsi qu’il m’a contacté pour me présenter la
« Perla Nigra », merveilleuse Clio d’un autre âge, affichant plusieurs tours de compteurs et
dont le toit ouvrant fuyait généreusement. Mais j’avais une voiture ! La casse automobile
proche de chez moi venait de recevoir une Clio accidentée, mais équipée de sièges beaucoup
plus confortables, je remplaçais l’intérieur et en profitais pour faire quelques améliorations,
histoire de rendre la route moins longue. Cela ne m’a pas empêché de contracter un lumbago
et une série de piqûres dont je me souviens encore aujourd’hui !
Escort 1,8 TD
Ghia
Ensuite, j’ai récupéré une Ford Escort qui ne démarrait plus. La voiture était immobilisée depuis plusieurs mois. Après pas mal de recherches, j’ai pu trouver la panne et la faire repartir.
Quelques lavages et de nombreux passages à l’aspirateur lui ont donné une seconde jeunesse. C’était un modèle ancien, mais bien équipé et assez confortable.
C Max 1,6 TDCI
Ghia
Puis il y a eu le Ford C-Max. Le véhicule idéal, s’il n’avait été équipé d’une boite auto défaillante. Devant le coût des réparations, l’AJEF a décidé d’acheter un véhicule neuf.
C’est avec une immense reconnaissance que je suis sorti du garage du mandataire au volant
de la Mégane Estate « Bose Edition » toute neuve.
Mégane Estate
1,6 DCI 110
« Bose Edition »
Aujourd’hui, le directeur de l’AJEF circule en Peugeot 5008, un véhicule parfaitement adapté
pour de longs trajets et pour transporter du matériel, si besoin.
Mais, vous l’avez compris, ce n’est pas le goût de la mécanique qui motive cet article.
L’AJEF est partie de presque rien. Le Conseil d’administration a osé se lancer dans l’aventure,
et Dieu a pourvu au-delà de nos espérances. A son nom soit toute la gloire !
Tu as toujours besoin
d’un ordinateur portable ?
Un appel téléphonique béni !
Ce jour là, je décroche le téléphone et entend la voix d’un collègue et ami me posant cette question.
Quelques temps auparavant, il avait fait un achat qui ne lui convenait pas et le magasin avait repris la marchandise contre un bon
d’achat en guise de remboursement.
Ce bon arrivant à terme, il est retourné dans le grand magasin et
a acheté un très bel ordinateur portable… dont il n’avait pas besoin !
Mais Dieu savait…
Et c’est ainsi que je me suis retrouvé équipé d’un ordinateur dernier cri, très puissant. L’endroit où l’on pose ses mains était même
recouvert de cuir !
Cet outil a été mon fidèle compagnon pendant 5 ans et je n’ai pas
le souvenir d’avoir eu des problème sérieux avec pendant tout ce
temps.
Je remercie encore aujourd’hui ce frère d’avoir pensé à l’AJEF !
Mais j’ai compris aussi qu’au dessus de lui, il y avait un Dieu qui
pourvoyait à tous nos besoins, selon sa richesse et avec gloire !
5008 1,6 HDI
Style
J’ai perdu tous mes contacts !
Rencontre dans la gare de Lyon
J’avais de l’avance. J’avais un peu faim. Je calcule que j’ai juste le temps
de prendre un croque monsieur dans la brasserie de la gare.
Je savais qu’il me faudrait ensuite traverser la gare pour aller dans la partie
nouvelle et que cela me prendrait 10 minutes à pieds.
Une jeune dame était en train de travailler sur la table voisine. Tout à coup,
elle s’écrie : « j’ai perdu tous mes contacts ! » Son smartphone avait un
problème. Voyant que j’en avais un de la même marque, elle se tourne
vers moi.
Je regarde, je n’arrive pas le réparer. Je lui rends : elle s’écrie : « Merci
Monsieur, j’ai retrouvé tous mes contacts et même Internet fonctionne à
nouveau, cela faisait plusieurs jours qu’il ne marchait plus ! »
Je souris en disant que je n’y étais pour rien.
La conversation s’engage, je lui demande ce qu’elle fait. Elle me répond
qu’elle était biologiste, mais qu’elle se réoriente vers la psychologie.
Je lui dis ce que je fais et surtout, je lui parle de mon expérience avec
Jésus-Christ. L’heure tourne.
Elle me répond que, si elle a changé son orientation, c’est parce qu’’elle
était en recherche du sens de sa vie. La conversation prend une autre
tournure ! Mais je n’ai plus de temps, il faut marcher, aller rejoindre mon
quai. Tant pis, je lui parle un peu quand même.
Je lui laisse ma carte et lui indique le site « connaitredieu.com ». Elle me
laisse ses coordonnées.
Le serveur est introuvable, je dois régler ma note, je suis certain que je
vais rater mon TGV.
Je sors de la brasserie : mon train est à quai, juste en face de moi. Pourtant, je le prends régulièrement, il est toujours au même endroit. Mais ce
jour là, mystérieusement, il a été changé de quai...
Jeunesse-Enfance 
Tu as l’air bien seul !
Les débuts de DNJ
C’est à la suite de la rencontre « OPTIMA 2000 » à Avignon que plusieurs ont été convaincus que quelque chose se passait en France au
niveau de la jeunesse.
Ce fut la période des CIJEM, où de nombreux participants ont été richement bénis.
Ma conviction était qu’il fallait quelque chose qui soit en phase avec
les églises locales. C’est comme ça que l’idée est venue de réunir, non
pas des jeunes, mais des groupes de jeunes.
Après avoir partagé cela avec des collègues, 2 ont accepté de se joindre à moi pour écrire
un projet. C’était en 2003. 2 jours après, prenant conscience de la difficulté, ils m’ont informé qu’ils ne se lanceraient pas dans l’aventure. L’année suivante, j’en ai trouvé 5 autres et
nous avons commencé à avancer. Le projet du premier DNJ se construisait. Ce serait pour
2006.
En novembre 2005, j’ai commencé à prendre mon bâton de pèlerin pour rencontrer les
jeunes, les pasteurs, les églises. Ce sera le départ d’une vie itinérante qui me rendra incollable en géographie française.
Alors que les organisateurs du CIJEM m’avaient gentiment laissé un temps de parole pour
présenter le projet DNJ, une jeune est venue vers moi et m’a dit : « c’est quoi ça, DNJ ? Tu
as l’air bien seul dans ce truc ... »
Il est vrai que les débuts ont été chaotiques, mais il n’a jamais été dit qu’être dans le plan de
Dieu, signifiait la facilité. Le premier concert des Enflammés, lors de ce DNJ, a été marqué
par le chant « persévère ». C’est ce que nous avons fait.
Et Dieu ne nous a jamais lâchés. Des centaines de jeunes ont été bénis durant toutes ces
années.
Aujourd’hui, DNJ se porte bien et ne cesse de se développer pour répondre aux besoins
des groupes de jeunes.
René Delattre
ADN,
l’explosion
Effervescence
chez les ados
Le pasteur Laurent Altmann est venu un
jour partager sa vision pour les ados à
l’AJEF et à DNJ. Les CA l’ont écouté et
encouragé. Un temps de parole lui a été
donné au Congrès national et le projet
ADN a été accueilli très favorablement.
Très rapidement, des rassemblements
ADN se sont mis en place un peu partout,
avec parfois des effectifs assez importants.
Plus de 200 en Aquitaine, plus de 500
dans le Sud Est et, à chaque fois, une soif
de Dieu étonnante. La bénédiction est
visible : Dieu agit parmi les ados.
Le travail d’ADN ne manque pas : former
les animateurs des ados de l’église, rédiger des programmes d’enseignement
pour les adolescents, animer la page Facebook, concevoir des ressources pour
les parents… Cette branche de l’AJEF,
récemment constituée en association a un
immense chantier devant elle, mais les
débuts sont merveilleusement encourageants !
AEU
Stand by
Les universités ont été le champ le plus difficile
à explorer pour l’AJEF. Pourtant, à Lyon, Toulouse, Nantes, Poitiers, Bordeaux et dans
d’autre villes universitaires, des choses se font.
La réflexion est de savoir comment les aider,
les encourager et surtout, comment créer de
nouveaux groupes.
Après plusieurs années de fonctionnement,
malgré les bénédictions dont nous avons été
les témoins, l’AEU s’est mise en stand by. Cela
n’empêche pas les activités existantes de fonctionner.
Nous avons identifié 3 raisons à la difficulté
rencontrée :

la laïcité et la frilosité générale quant au
fait religieux.

La difficulté pour les étudiants de se
mettre dans le rythme de l’église de leur
ville universitaire

Le manque de sensibilisation rencontré
parfois pour ce travail autant chez les
responsables d’églises que chez les
étudiants eux mêmes.
Il y a pourtant plus de 2 300 000 étudiants dans
notre pays. Il faut prier pour que Dieu donne
« l’idée » qui permettra d’aller à leur rencontre.
Page
7
DNJ aujourd’hui
Vers la maturité
En 2015, un nouveau président a été nommé en la personne de Cédric Mercier,
pasteur à Belfort. Il est secondé par Tony Tornatore,
pasteur à Amiens et, bien
sur, par toute l’équipe.
DNJ 5 est déjà dans les
tuyaux. Il aura lieu en 2018.
Le staff a été partiellement
renouvelé, et rajeuni.
La formation Cœur de Leader va s’affiner pour la seconde année et le forum du
mois de novembre est en
préparation.
Cédric et Tony se déplaceront dans les régions pour
rencontrer les comités de
jeunesse : il est impératif,
maintenant que tous fonctionnent en synchronisation
avec DNJ : un vrai mouvement de jeunesse existera
ainsi au sein des ADD.
DNJ est également un des
acteurs de Bouge Ta France
2017, Cédric y travaillant en
tant que membre du comité
de pilotage.
La santé financière de DNJ
est plutôt bonne. Quand on
sait qu’en 2006, le Parc des
Expositions de Valence a été
réservé avec 0€ sur le
compte ! Maintenant, nous
pouvons régler les avances
demandées par le Zénith, le
Parc Expo, le traiteur et la
technique, ce qui représente
des sommes non négligeables… La gestion est
rigoureuse, tous participent,
staff et bénévoles, et le Seigneur fait le reste !
Page
8
Enfance
Il faut faire quelque chose !
DEF, une naissance décidée en haut lieu…
Vacances
Des centres actifs et
créatifs
Avec la création d’UniVaC, Union des vacances
chrétiennes, les différents
responsables de structure
ont appris à se connaître
et à travailler ensemble.
Alors qu’autrefois, une
certaine « concurrence existait entre les
centres, aujourd’hui, tous ont compris qu’ils
œuvraient ensemble pour une même
cause. C’est merveilleux de voir à Lognes
les stands de nos centres de vacances regroupés pour faire leur promotion auprès
du public ! Le très beau catalogue, financé
entièrement par les centres, est une preuve
tangible de cet esprit de collaboration. Que
de progrès !
Mais il y a encore du travail : développer les
BAFA, les BAFD, créer un site Internet, une
banque de ressources et bien d’autres
choses encore. Beaucoup de travail pour
ceux qui sont déjà bien chargés par l’activité
de
leur
centre !
Les écoles chrétiennes
C’était en novembre, un rassemblement régional de jeunesse. Nous
étions là, Catherine et moi, pour tenir le stand de l’AJEF. Un collègue pasteur vient vers moi et me dis : « René, il faut que l’AJEF
fasse quelque chose pour les enfants, quelque chose d’autre que ce
qui se fait dans les colos » C’était Rodolphe, celui qui sera le directeur de l’AJEF en septembre. Bien évidemment, j’étais convaincu,
mais je ne savais pas comment. 2 semaines plus tard, un autre pasteur, dont le cœur brûle pour l’évangélisation de notre pays, Jean
Marie Lefebvre, directeur de la Mission Intérieure Nord, me dit :
« René, il faut faire quelque chose pour les enfants ». Et lorsque
Jean Jacques Leprince est venu me voir avec la même parole, j’ai
compris que Dieu attendait quelque chose de moi.
Alors j’ai réuni quelques frères et sœurs qui avait cela à cœur et
nous avons commencé à travailler. Très rapidement, le DEF s’est
mis en place : il y avait un véritable besoin.
Réseau national, Journée de formation pour
les animateurs, kit de lancement d’une activité d’évangélisation, formation de formateurs,
semaine nationale de prière, contribution au
calendrier «trésor d’enfance», collaboration à
des projets du CNEF (D6, Bouge ta France
2017, etc.
Il y a dans le DEF, comme dans la plupart
des branches de l’AJEF, des compétences
remarquables : des personnes d’expérience
animées d’une foi conquérante pour le salut
des enfants. Les services que le DEF rend aux
églises locales sont d’une grande valeur.
« Donnez moi du bois, j’en ferai des flèches ! »
Le dernier né de la famille
Ces dernières années, ici et là, plusieurs chrétiens se sont appropriés cette phrase de Jean Calvin et se sont mis à réfléchir à la
création d’une école chrétienne. Dans le désir d’encourager ces initiatives et de susciter la naissance de nouveaux
projets, l’AJEF a mis en place les journées de l’éducation Chrétienne. Le pasteur Ichem Garziz en est le coordinateur. Une association, la FEDEL, Fédération des écoles évangélique libres, a été créée. Ces rencontres sont d’une
grande qualité et très motivantes. Les intervenants sont compétents sur le plan pédagogique, administratif, mais
aussi spirituel. C’est une belle chose de voir que les chrétiens évangéliques veulent reconquérir un terrain abandonné. Les prochaines rencontres auront lieu en octobre, les lundi 24 et mardi 25. Les infos et inscriptions seront prochainement disponibles sur le site.
Aumônerie de l’Enfance, la Jeunesse et la famille
Contact : Rodolphe Oberbek, 22 route de Gravenand, 42800 Rive de Gier
ajefcontact@gmail.com
06 88 48 07 66
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
1 290 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler