close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

AGENCE DE DEVELOPPEMENT MUNICIPAL Août 2016

IntégréTéléchargement
AGENCE DE DEVELOPPEMENT MUNICIPAL
Projet de gestion des eaux pluviales et d’adaptation
aux changements climatiques
Composante Villes Durables
CONCEPTION ET L'OPERATIONNALISATION D'UN SYSTEME DE SUIVI ET DE MODELISATION
ENVIRONNEMENTAL DE LA ZONE COTIERE DE SAINT-LOUIS
ESQUISSE DES TERMES DE REFERENCE
Août 2016
1
Table des matières
AGENCE DE DEVELOPPEMENT MUNICIPAL ................................................................................. 1
Préambule .................................................................................................................................................... 4
Objectif de l’étude .................................................................................................................................... 4
Rappel de la problématique ........................................................................................................................ 5
Contexte ................................................................................................................................................... 5
Description de la problématique de l’érosion côtière liée à la nouvelle embouchure du fleuve
Sénégal...................................................................................................................................................... 6
Évolution de la brèche et de la zone impactée ....................................................................................... 7
Zone d’étude ................................................................................................................................................. 8
Les différents volets du plan d’intervention ............................................................................................... 8
Volet socio-économique .......................................................................................................................... 9
Volet environnemental ............................................................................................................................ 9
Volet financier .......................................................................................................................................... 9
Volet institutionnel .................................................................................................................................. 9
Volets techniques ..................................................................................................................................... 9
Volet Bibliographie.............................................................................................................................. 10
Volet Caractérisation des conditions du site : .................................................................................... 10
Volet modélisations numériques des conditions du site et de l’évolution du site ............................. 10
Volet recherche de scénarios d’aménagement et analyse de leurs impacts ..................................... 11
Volet recherche de sites d’emprunt de matériaux ............................................................................. 11
Le modèle hydro-sédimentaire et l’acquisition des données nécessaires ............................................... 11
Questions auxquelles le modèle hydro-sédimentaire doit pouvoir répondre .................................... 11
Paramètres simulés par le modèle ........................................................................................................ 12
Méthodologie de simulation des processus .......................................................................................... 13
Conditions auxquelles les modèles doivent satisfaire .......................................................................... 13
Acquisition des données ........................................................................................................................ 13
Traitement et analyse des données....................................................................................................... 14
Critères et procédures pour l’évaluation de la qualité du modèle : calibration et validation ............ 14
Scénarios d’intervention à étudier ............................................................................................................ 15

Scénario d’intervention 1 : Aucune intervention .......................................................................... 15

Scénario d’intervention 2 : Retour à la situation d’avant 2003 .................................................... 15

Scénario d’intervention 3 : La brèche contrôlée ........................................................................... 15

Scénario d’intervention 4 : Dérivation partielle du fleuve Sénégal ............................................. 15
Analyse de synthèse ............................................................................................................................... 16
2
Transfert de connaissances aux experts Sénégalais ................................................................................. 16
Formation et entraînement pour exploiter le modèle ......................................................................... 16
Formation et entraînement pour utiliser les données et les équipements ......................................... 16
Livrables du projet...................................................................................................................................... 17
Liste de livrables ..................................................................................................................................... 17
Utilisation des modèles et l’entretien ................................................................................................... 17
Acceptation des livrables et conditions de paiement ........................................................................... 18
Activités et calendrier du projet ................................................................................................................ 18
Activités .................................................................................................................................................. 18
Présence du Consultant au Sénégal pendant le projet ......................................................................... 18
Calendrier ............................................................................................................................................... 19
Annexe 1 : Description des livrables …………………………………………………………………………………………….. 20
Annexe 2 : Tdrs études portant sur l’évaluation environnementale du modèle hydrodynamique de St
Louis ………………………………………………………………………………………………………………………………………………..23
Annexe 3 : Érosion en face de la brèche ………………………………………………………………………………………….. 28
Annexe 4 : Évolution de la brèche ……………………………………………………………………………………………………29
3
Esquisse des Termes de Référence
Préambule
Dans le cadre de l’exécution du Projet de Gestion des Eaux Pluviales et d’Adaptation aux changements
climatiques, l’ADM a reçu un financement du Fonds Nordiques de Développement destinés à la
composante « villes durables » du PROGEP. Cette composante concerne la zone de Diamniadio et la zone
de l’embouchure du fleuve Sénégal à St Louis. Il est prévu pour la commune de St Louis et environs,
d’élaborer une étude du Plan Directeur d’Urbanisme (PDU) dans le cadre d’un autre marché. Pour le cas
spécifique de St Louis, le contexte particulier du site recommande la réalisation d’une étude du
comportement des plans d’eau et de la dynamique hydro sédimentaire, afin d’aider à une bonne
préparation du PDU, et en particulier de bien planifier l’occupation de l’espace. A cet effet, le
gouvernement du Sénégal a décidé de confier une mission d’étude à un Consultant ayant la capacité et
une expertise avérée pour développer des modèles de simulation numériques, notamment des processus
hydro-sédimentaires. Les modèles mis en places devront être bien validés et aideront à la préparation
d’un plan d’intervention qui en plus des considérations techniques, devra aussi se baser sur des
considérations d’ordre social, économique, financier et environnemental. Le plan devra promouvoir le
développement durable du bas delta du fleuve Sénégal et devra pour cela donner une réponse robuste
aux défis causés par le changement climatique et par la croissance démographique et économique,
notamment les problèmes d’érosion côtière et les problèmes d’aménagement et d’occupation de cet
espace quasi amphibie. Le Consultant devra prévoir dans son offre l’organisation et la réalisation de
campagnes de mesure, pour acquérir les données nécessaires à la calibration et à la validation du modèle
de simulation. Les termes de références décris ci-dessous cadrent la mission du Consultant qui sera
recruté à cet effet.
Objectif de l’étude
L’objectif de l’étude est de rechercher un plan d’intervention permettant de maîtriser au mieux les
conditions hydrodynamiques, hydrosédimentaire et les phénomènes d’inondation, dans la zone de
l’embouchure du fleuve Sénégal et de fournir des informations utiles à la préparation du PDU de St Louis
(cartes thématiques et autres données pertinentes).
Pour cela, un point essentiel de l’étude consiste à développer plusieurs modèle dont un, ou plusieurs,
modèles hydro-sédimentaires de l’évolution des conditions hydrodynamiques (hauteurs d’eau, courants,
agitation, intrusion saline) le long du littoral et dans le bas delta du fleuve Sénégal et des évolutions
morphologiques (sédimentation, érosion, bathymétrie) sur des échelles de temps allant d’une marée à
cent ans. Ces modèles devront permettre d’aider à la compréhension des phénomènes mis en jeux et de
tester différents scénarios d’aménagement. Après validation, ils permettront de justifier le scénario
retenu.
Le plan d’intervention sera basé sur une étude multithématique permettant d’intégrer les multiples
contraintes et enjeux sur le site d’étude.
4
La complexité des phénomènes mis en jeux sur cette zone ne permette pas au maître d’ouvrage de définir
précisément le contenu de l’étude. En conséquence, le maître d’ouvrage lance une consultation avec un
mode de Sélection Fondée sur la Qualité (SFQ). Il appartient donc à chaque bureau d’études de définir
précisément dans leur offre la méthodologie et le contenu de l’étude qu’il souhaite mettre en place pour
répondre aux objectifs. De même, ils préciseront les livrables fournis en fin d’étude et les résultats
attendus.
Rappel de la problématique
Contexte
Le bassin versant du fleuve Sénégal s’étend sur un vaste territoire de près de 300 000 km2, partagés entre
le Sénégal, la Mauritanie, le Mali et la Guinée. Sur les 1700 km de son parcours, le bassin versant du fleuve
Sénégal se distingue par trois régions caractéristiques : la zone du haut bassin en amont de Bakel, la vallée,
entre Bakel et Richard Toll, et le Delta, en aval de Richard Toll.
Figure 1. La zone appelée « bas delta » du fleuve Sénégal ; situation avant 2003. Le nord est vers la droite.
De la période coloniale à aujourd’hui, les différentes régions du fleuve Sénégal, en particulier le bas delta,
ont toujours recelé d’importantes potentialités économiques et richesses environnementales, qui ont
conduit l’État du Sénégal et ses partenaires de l’Organisation de la Mise en Valeur du fleuve Sénégal
(OMVS) à initier d’importants programmes de mise en valeur du fleuve, bâtis autour des composantes
suivantes :
 Aménagements hydroagricoles ;
 Production d’énergie électrique ;
 Navigation fluviale, entre Saint-Louis au Sénégal et Ambidédi au Mali.
L’OMVS vient de démarrer dans ce cadre, les études APD pour la construction à Saint-Louis d’un nouveau
port fluviomaritime et l’aménagement de l’ancien port, dit « Port Polonais » (voir documentation
annexée).
5
D’autre part, la ville de St Louis, comme le reste des autres grandes villes du Sénégal, vit une augmentation
très rapide de sa population et de son extension géographique. Les environs du littoral ainsi que certaines
zones du lit majeur du fleuve Sénégal et de ses défluents, sont de plus en plus convoitées. Pour la zone de
Saint-Louis et du Gandiolais La pêche artisanale constitue une des ressources majeures des populations
de cette région. La préparation du PDU devient un impératif urgent pour planifier l’occupation de l’espace
et réduire les risques d’inondation.
Description de la problématique de l’érosion côtière liée à la nouvelle embouchure du fleuve
Sénégal
Le bas delta du fleuve Sénégal est soumis à la dynamique fluviale pendant le passage de la crue entre
septembre et novembre ; la dynamique marine est dominante en saison sèche. Comme le reste du bassin
du fleuve Sénégal et l’ensemble de la région sahélienne en général, la zone du delta présente une forte
vulnérabilité aux aléas climatiques, allant des sécheresses extrêmes aux inondations répétitives. Les
inondations de fin 2003 avaient conduit les autorités Sénégalaises à percer la Langue de Barbarie à 7 km
en aval de Saint-Louis, pour faciliter l’évacuation de la crue fluviale vers la mer. Cette percée n’était pas
contrôlée par des structures en dur; il s’en est suivi un processus d’érosion et aujourd’hui la largeur de la
« brèche » atteint environ 5 kilomètres. L’ancienne embouchure s’est fermée, tandis que l’extension
excessive de la brèche a entrainé des problèmes d’érosion côtière sur la Langue de Barbarie et sur les rives
du la zone du Gandiolais (Annexe 3).
Les problèmes majeurs vécus dans la zone au cours de ces dernières années qui devront être pris en
compte se présentent comme suit :











Inondations fréquentes ;
Vulnérabilité accrue aux aléas marins ;
Érosion des berges et du lit du cours d’eau ;
Ensablement / envasement de l’ancienne embouchure et du chenal fluvial dans la zone du Gandiolais ;
Érosion côtière sur la Langue de Barbarie ;
Augmentation du taux de salinité dans les plans d’eau du Gandiolais ;
Salinisation de la nappe phréatique ;
Rejets des eaux usées agricoles et eaux usées domestiques ;
Occupation anarchique de certaines parties du lit majeur et du domaine maritime par de nouveaux
lotissements ;
Perte de biodiversité qui se traduit par la dégradation de la mangrove et des forêts de filaos ;
Extraction anarchique du sable sur le littoral.
La brèche a facilité l’accès à la mer pour les pêcheurs de la région de Saint-Louis. La pêche en mer a permis
à ces pêcheurs d’augmenter leurs revenues. Cependant, le passage de la brèche s’est avéré dangereux ;
plus de deux cents pêcheurs ont péri dans la brèche depuis l’ouverture en 2003. Il est à noter aussi que
plusieurs espèces de poissons ont disparu du fleuve, avec un effet négatif sur la pêche fluviale.
6
Évolution de la brèche et de la zone impactée
L’embouchure du fleuve Sénégal est fortement influencée par le transit nord-sud de sable le long du
littoral. Ce transit de sable, précédemment estimé à 0.5-1 million m3/an par Barusseau (1980), à 0.6-0.7
million m3/an par OMVS (2006) et à 0.175 million m3/an par Steijn (2010), est provoqué par une houle
océanique venant préférentiellement du secteur nord-ouest à nord. L’interruption du transit de sable par
l’embouchure du fleuve crée une tendance à l’accrétion de la rive nord de la passe et une tendance à
l’érosion de la rive sud. L’embouchure se déplace ainsi vers le sud ; avant de déboucher, le fleuve suit la
côte, séparé de la mer par une flèche sableuse appelée « Langue de Barbarie ». Par grande crue, le fleuve
pouvait briser la Langue de Barbarie, créant une nouvelle embouchure plus au nord. Plusieurs ruptures
de la Langue de Barbarie ont été rapportées depuis 1850 ; les dernières ruptures datent de 1959 et 1973.
À chaque fois, l’embouchure s’est déplacée ensuite vers le sud, à une vitesse d’environ 500 m/an (Camara
2008). L’endroit le plus au sud de l’embouchure observé jusqu’à présent se trouve à environ 30 km au sud
de Saint-Louis. C’était l’endroit de l’embouchure en 2003.
Les différentes évolutions du débouché du fleuve, de son lit et de la flèche sableuse suivent des processus
naturels (dérive littorale influencée par les conditions océano-météorologiques, évolution du niveau
moyen de la mer, pluviométrie sur le bassin versant, débits du fleuve Sénégal avec ses variations
saisonnières et inter annuels, apports sédimentaires du fleuve, évolution de la topographie/bathymétrie,
…) mais sont aussi influencées par l’action de l’homme (modifications du transit littoral en amont,
prélèvements de sables, création de barrage le long du fleuve, endiguement des berges, aménagement
du lit majeur, aménagements agricoles, urbanisation, …). À ce jour l’influence de ces différents paramètres
est très mal connue.
En 2003, quand une nouvelle grande crue menaçait d’inonder la ville de Saint-Louis, pour prévenir cette
inondation, les autorités Sénégalaises ont décidé de pratiquer une percée artificielle de la Langue de
Barbarie, à quelques kilomètres au sud de Saint-Louis. Cette percée, appelée « brèche », a permis de
réduire la hauteur des crues et de mettre Saint-Louis à l’abri des inondations fluviales. Cependant, la
brèche s’est élargie depuis sa création d’une largeur initiale de quelques mètres à une largeur actuelle de
l’ordre de 5 kilomètres. Un tel phénomène n’était pas observé lors des brèches « naturelles » dans le
passé. La brèche s’est déplacée vers le sud depuis sa création, et l’ancienne embouchure s’est fermée. Il
n’est pas clair, cependant, si l’évolution de la brèche tendra vers une situation semblable au passé, ou si
l’embouchure évoluera différemment. Donner une réponse à cette question, en tenant compte des
différentes actions humaines, est un des sujets clé de la présente étude. Les observations (Annexe 4)
montrent que l’évolution procède de façon irrégulière ; des périodes de stabilité relative alternent avec
des périodes d’évolution rapide. L’évolution observée contredit les conclusions de l’analyse de Barry et
Kraus (2009), qui avaient prévu la stabilisation de la brèche autour de la configuration de 2005.
La large ouverture de la brèche permet à la houle d’attaquer la rive du fleuve en face de la brèche.
Initialement, une forte érosion de cette rive s’est produite ; un village situé sur cette rive (Doun Baba
Dieye) a totalement disparu en 2012 (Sy 2010). La période d’érosion était suivie d’une période d’accrétion,
où l’ancienne rive était reconstituée et par endroit même élargie. Les observations (Annexe 4) suggèrent
que ce sont des sables issus de la Langue de Barbarie qui sont transportés progressivement vers la rive en
face de la brèche, sous l’influence des vagues. Avec l’élargissement de la brèche vers le sud, d’autres zones
riveraines sont maintenant soumises à l’érosion ; le village de Pilote Barre est fortement menacé (Annexe
7
3). Il apparaît donc que l’évolution de la zone impactée par la brèche connaît une grande variabilité
spatiale et temporelle (Sy et al. 2012).
Zone d’étude
La zone d’étude ne peut pas être définie précisément. Elle sera variable en fonction des thématiques
abordées.
Elle concerne par exemple tout le bassin versant du fleuve Sénégal, la côte africaine, du Sénégal au Maroc,
et une grande partie de l’Atlantique, pour la définition des conditions influant sur les paramètres à
prendre en compte.
La recherche des scénarios d’aménagement concerne tout le delta du Sénégal (depuis Richard Toll) et tout
le littoral du delta sur plus de 100 km (de l’Ouest de Richard Toll en Mauritanie jusqu’au Sud de
l’embouchure de 2003).
La zone où doivent être recherchés les scénarios d’amélioration des conditions d’érosion et d’inondation
peut être limitée à la zone de l’aval du barrage de Diama (25 kilomètres en amont de Saint-Louis) à
l’ancienne embouchure (30 kilomètres en aval de Saint-Louis), voir figure 1. Elle constitue la partie
maritime du delta du fleuve Sénégal, généralement appelé le « bas delta ».
En revanche, la zone d’analyse des impacts de l’évolution du débouché du fleuve (qu’elle soit naturelle ou
artificielle) et de l’ensemble des travaux n’a pas encore de limites précises. Le bureau d’étude pourra en
faire une première caractérisation dans son offre et devra si besoin la redéfinir en cours d’étude.
Les différents volets du plan d’intervention
Le plan d’intervention doit viser le développement durable (économique et environnemental) de la région
de Saint-Louis et du Gandiolais et définir la meilleure protection contre les aléas marins et fluviaux
(inondations et érosions).
Le développement du plan comporte différents volets, dont notamment : un volet socio-économique, un
volet environnemental, un volet financier, un volet institutionnel et des volets techniques.
Dans la mesure du possible, chaque volet sera traité de manière concomitante durant l’étude et les
résultats préliminaires de chaque volet pourront faire évoluer le contenu des autres volets. Ils pourront
intégrer les résultats, même préliminaires, d’autres études ou travaux en cours :
 Mission d’évaluation environnementale stratégique (EES) pour la conception et
opérationnalisation d'un système de suivi et de modélisation environnemental de la zone côtière
de Saint-Louis.
 étude du Plan Directeur d’Urbanisme de la Commune de St –Louis et environs.
8
Volet socio-économique
Le Consultant organisera, sous le guide du Client, une série d’ateliers de conception et d’échange d’idées
avec les autorités concernées, les investisseurs, les organisations civiles et le public. Le Consultant animera
ces ateliers et apportera l’expertise en matière de planification et d’ingénierie. Le plan doit identifier et
optimiser les opportunités de développement économique de la région. Il doit tenir compte des structures
sociales existantes et des ressources économiques actuelles. Le Consultant établira une stratégie de
communication pour assurer l’engagement des acteurs locaux tout au long du projet.
Volet environnemental
Le plan d’intervention doit permettre la protection durable des ressources naturelles de la région. Il s’agit
en particulier de la qualité des eaux, des ressources en eau douce, des sols, des forêts et des habitats
naturels importants. Les interventions sont autant que possible basées sur le principe de « travailler avec
la nature », en utilisant des processus physiques et biologiques naturels et des matériaux et des espèces
endémiques. Le rapport sur le volet environnemental devra fournir les éléments d’information
nécessaires pour l’évaluation des impacts environnementaux du projet. Les termes de références sont
jointes à l’annexe 2.
Volet financier
Les interventions demanderont sans doute des investissements considérables. La réalisation sera
grandement facilitée si le plan d’intervention permet de produire des bénéfices économiques. Par
conséquent, une analyse coût-bénéfice (ACB) sera un élément important pour comparer différents
alternatives d’intervention. Cette ACB sera aussi complétée par une analyse multicritères (AMC) afin de
caractériser les éléments non-monétarisables. Le Consultant discutera le plan avec des investisseurs
potentiels, pour explorer les possibilités de coopération entre autorités publics et investisseurs privés
pour le financement du plan d’intervention. Il s’agit en particulier d’investisseurs dans le secteur maritime
(si le plan prévoit la construction d’un port maritime), le secteur touristique, le secteur agricole et le
secteur de la pêche. Il est entendu que toute intervention doit prendre en compte les aspects sécurité
publique.
Volet institutionnel
Le plan d’intervention touche aux responsabilités de plusieurs organisations gouvernementales. Au
niveau national : les ministères des finances, de l’économie, de l’environnement, de la pêche et des
affaires maritimes, de l’urbanisme et de l’agriculture ; au niveau local : la préfecture de la région de SaintLouis et les mairies ; au niveau international : l’organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal
(OMVS). Ce contexte institutionnel peut compliquer la prise de décision et ralentir le projet. Il sera
demandé au Consultant de proposer une forme d’organisation du projet qui permet une exécution
efficace, tout en tenant compte des responsabilités diverses.
Volets techniques
Le système naturel dans lequel les interventions ont lieu est d’une grande complexité, à cause de la
diversité des processus physiques en jeu, la complexité géographique et la variabilité des conditions
marines et fluviales. Les interventions engagent des sommes considérables. Chaque erreur dans
l’estimation des effets des interventions sur l’environnement pourra coûter très cher. Pour cette raison le
développement d’un modèle hydro-sédimentaire bien validé est un élément essentiel pour analyser
l’efficacité du plan d’intervention.
9
Les aspects techniques concernent de multiples domaines. Ils peuvent être décomposés dans les
différents volets suivants :
 Volet Bibliographie
Une recherche bibliographique approfondie sera faite suivant toutes les thématiques du dossier,
y compris les thématiques environnementales. Cette bibliographie sera analysée et commentée.
Elle sera maintenue à jour pendant toute la durée de l’étude et mise à la disposition du Maître
d’ouvrage.
 Volet Caractérisation des conditions du site :
Les conditions du site devront être définies par le titulaire pour répondre aux besoins de l’étude.
On peut citer de manière non exhaustive :
o conditions météorologiques,
o agitation,
o courants marins, marée, surcote,
o courants de dérive littorale,
o bathymétrie, topographie,
o géologie, sédimentologie, nature des fonds,
o hydrologie,
o hydrogéologie,
o matière en suspension,
o mouvements sédimentaires, dérive littorale,
o paramètres physico-chimiques,
o qualité des eaux,
o qualité des milieux.
Suivant les disponibilités et leur niveau de précision, ces éléments pourront être extraits de la
bibliographie, des bases de données existantes, de mesures sur site (anciennes et acquis au cours
de l’étude), de résultats de modèles mis en place spécifiquement pour les besoins de l’étude, … .
Le bureau d’études réalisera les mesures nécessaires pour caractériser le site et compilera
l’ensemble des données.
L’ensemble des données sera analysé. Cette analyse devra permettre de caractériser le site
suivant les différentes thématiques en lien avec les objectifs de l’étude.
 Volet modélisations numériques des conditions du site et de l’évolution du site
Différents modèles numériques seront mis en place afin notamment de :
• Permettre de mieux caractériser et analyser les conditions du site.
• Permettre d’analyser les évolutions potentielles du site à plus ou moins longue échéance
et en fonction de l’évolution des paramètres naturels ou (et) anthropiques.
• En conséquence, le modèle devra au final permettre de définir un projet d’ingénierie
adéquat pour exécuter le plan d’intervention.
Les délais de l’étude ne permettent pas d’attendre que les différents modèles soient mis en place
après que les caractéristiques du site aient été correctement définies. De même, il ne sera pas
possible d’attendre que les modèles soient totalement validés pour commencer à tester des
solutions d’aménagement. En conséquence, les modèles mis en place devront pouvoir évoluer
10
tout au long de l’étude et être utilisés le plus tôt possible pour apporter des éléments de réflexion
préliminaires tout au long de l’étude.
 Volet recherche de scénarios d’aménagement et analyse de leurs impacts
L’ensemble de l’étude étant tournée vers la mise en place d’un plan d’intervention basé sur le
scénario offrant le meilleur compromis, et donc sur une analyse pertinente des différents
scénarios, il sera donc nécessaire en cours d’étude d’orienter les différentes analyses des
différents volets sur la base de scénarios potentiellement réalisables.
En conséquence, la recherche des scénarios d’aménagement devra commencer au démarrage
de l’étude et être affinée tout au long de l’étude. Ces scénarios devront être analysés sur les
différents aspects (technique, financier, environnemental, impact, socio-économique, politique,
…) Le Maître d’ouvrage devra être régulièrement informé de l’ensemble de ces évolutions pour
orienter les choix.
 Volet recherche de sites d’emprunt de matériaux
La faisabilité, ou non, de certains scénarios seront potentiellement conditionnés par la
disponibilité, ou non, de matériaux d’emprunt pour réaliser des ouvrages. Cela concerne
principalement des matériaux sableux pour les remblais et des matériaux rocheux pour la
protection des ouvrages. Cela peut aussi concerner la recherche de granulats pour réaliser des
ouvrages en béton.
En conséquence, parallèlement à la recherche de scénarios, l’étude devra rechercher :
• les zones en mer où il sera possible de prélever des sédiments pour la réalisation des
ouvrages.
• Les carrières actuellement exploitables pour fournir des enrochements adaptés et en
quantité suffisante,
• les zones où des nouvelles carrières pourraient être ouvertes pour fournir des
enrochements.
Dans tous les cas le coût des matériaux devra être défini pour ces zones d’emprunt et l’étude
devra analyser les impacts de ces prélèvements. Le bureau d’études assistera le Maître d’ouvrage
dans le choix des zones présentant le meilleur compromis.
Ces travaux seront considérés comme faisant partie des ouvrages et la caractérisation de ces
différents sites sera comprise dans le volet précédemment cité.
Le modèle hydro-sédimentaire et l’acquisition des données nécessaires
Questions auxquelles le modèle hydro-sédimentaire doit pouvoir répondre
Les questions les plus essentielles auxquelles le modèle doit apporter une réponse concernent :
 L’évolution tendancielle à long terme (état hydrodynamique et morphologie sur cent ans) de la flèche
sableuse, des deltas de flot et de jusant, de la brèche, du lit du fleuve, et de la zone impactée par la
brèche, pour différents scénarios d’intervention ;
 Les conditions hydro-sédimentaires pendant l’exécution des travaux d’intervention ;
 Les critères d’ingénierie pour la conception et la réalisation des interventions ;
 Les risques d’érosion en conditions normales et en conditions extrêmes ;
 Les risques d’inondation liés aux conditions extrêmes ;
11
 L’intrusion saline ;
 L’influence de différentes hypothèses de changement climatique.
Ces questions doivent être étudiées pour chaque scénario d’intervention.
Pour chaque scénario, le consultant devra aussi identifier des mesures d’accompagnement pertinentes.
Paramètres simulés par le modèle
Dans le modèle, l’état hydrodynamique sera caractérisé par les paramètres (distribution spatiale et
temporelle au cours de la simulation) :
 Les niveaux du plan d’eau (niveaux liées à la marée, à la surcote, à l’effet des vagues, aux apports
fluviaux) ;
 Les courants ;
 La houle (tenant compte du spectre de fréquences et de direction) ;
 Le couplage complet houle/courant. Les courants et niveaux induits par la houle devront être calculés
explicitement par le modèle, mais également les effets des courant sur la propagation de la houle
(réfraction notamment) ;
 La salinité et température ;
 La turbidité.
Les modèles sédimentaires utilisés devront être capables de calculer le transport des sédiments non
cohésifs (sédiments sableux) et cohésifs (sédiments vaseux) ainsi que les différents processus d’érosion,
transport (en suspension ou par charriage) et dépôt.
Le candidat prestataire décrira dans son offre comment les effets du déferlement sur la plage seront pris
en compte dans le ou les modèles.
Le transport de sédiments comprendra :
 La dérive littorale le long de la côte marine et de la rive fluviale ;
 Le transport sédimentaire perpendiculaire à la côte ;
 Les apports sédimentaires marins et fluviaux ;
 Le flux de sédiments à travers la brèche ;
 Le transport sédimentaire dans l’estuaire.
L’évolution morphologique sera caractérisée par la distribution spatiale et l’évolution temporelle de :
 Les zones de dépôt/érosion et les flux associés
 La bathymétrie du fleuve, de l’estuaire et de la zone côtière ;
 Le trait de côte marin et fluvial.
Les modèles utilisés pourront être constitués de plusieurs modèles emboités adaptées aux échelles
spatiales et temporelles des processus étudiés. Tous les modèles utilisés ne devront pas nécessairement
modéliser tous les phénomènes physiques demandés.
A titre d’exemple, un premier modèle de grande emprise pourra être mis en place afin de déterminer les
conditions océanographiques côté mer (houle du large, mer de vent, niveaux et courants, etc…), puis un
deuxième modèle centré sur la zone d’étude à proprement parler pourra être construit avec une
résolution beaucoup plus fine afin de caractériser les processus à échelle locale (dérive littorale, courant
induits par la houle, etc…)
12
Les modèle hydrosédimentaire mis en place devront être basés sur les processus et devront reposer sur
un couplage morphodynamique. Les évolutions bathymétriques devront donc être intégralement prises
en compte dans le modèle pour le calcul des conditions hydrodynamiques.
Des modèles simples d’évolution du trait de côte pourront être utilisés en complément des modèles
morphodynamiques évoqués plus haut, mais ne seront évidemment pas suffisant pour caractériser le
fonctionnement et la dynamique sédimentaire complexe de la zone d’étude.
La méthodologie de simulation long terme (100 ans) est évidemment sujette à de nombreuses,
hypothèses, incertitudes et approximations. Ainsi, la stratégie mise en place afin de proposer une
modélisation long terme la plus réaliste possible devra être clairement détaillées, notamment en ce qui
concerne les facteurs d’allongement d’échelle.
Les étapes de calage et la validation du modèle en état actuel seront déterminantes pour s’assurer de la
pertinence du modèle morphodynamique sur le moyen-long terme. Les méthodologies employées pour
y parvenir devront être clairement détaillées.
Méthodologie de simulation des processus
Dans son offre, le candidat indiquera, pour chaque modèle présenté, les principes utilisés pour simuler
les différents processus.
Au cours de l’étude, le prestataire appuiera ses choix de modélisation en réalisant une bibliographie des
différents processus modélisé et des différents modèles simulant ces processus. Cette bibliographie sera
complétée par une analyse critique de ces différentes méthodes de simulation.
Pour les modèles utilisés le prestataire sera tenu de fournir une description détaillée des méthodologies
de simulation utilisées pour modéliser les différents processus.
Conditions auxquelles les modèles doivent satisfaire
Les modèles mis en place devront pouvoir être pleinement utilisé par le maître d’ouvrage et ses
partenaires tout au long de l’étude et après l’étude. Les modèles devront être « open source » ou ne pas
avoir de restrictions en termes de développement de modèles, date ou durée d’utilisation, zones
géographiques,… le candidat précisera si les codes sources du logiciel de modélisation seront accessibles,
ou non. Dans la négative, le prestataire devra fournir gratuitement les mises à jour et le service
d’assistance adéquat pendant toute la durée de vie du modèle.
Dans son offre, le candidat devra inclure la fourniture et la mise en service de 10 ordinateurs, de puissance
adaptée, complètement équipés en termes de matériel et de logiciel pour pouvoir faire tourner et
exploiter les modèles et les différentes simulations. Les caractéristiques de ces ordinateurs seront
précisées dans l’offre. Le prestataire devra assurer la maintenance et la garantie de ce matériel et des
logiciels pendant toute la durée de l’étude ainsi que un an après l’étude.
Acquisition des données
Les données nécessaires au développement, calibration, validation et exploitation du modèle devront
être acquises par le Consultant au cours du projet. Il s’agit, en particulier :
 de la bathymétrie du delta, de l’estuaire et de la zone côtière,
 de la topographie du delta,
13





des conditions météorologiques au large et dans l’estuaire,
de la houle océanique et les vagues (spectre de hauteurs, périodes et de direction),
la marée, les hauteurs d’eau, les courants, le débit du fleuve
la nature des fonds et des sédiments, le transport sédimentaire,
la salinité.
Les seules données de qualité actuellement disponibles sont les débits et niveaux d’eau journaliers au
barrage de Diama, situé à 25 km en amont de Saint-Louis.
Le prestataire réalisera toutes les mesures de terrains nécessaires et se chargera de la mise en place de
l’ensemble des campagnes de mesures, avec le matériel et les moyens adaptés.
La calibration du modèle morphodynamique nécessitera le maximum de données topo-bathymétriques
passées ou historiques. L’analyse des photographies aériennes disponibles permettra également de
fournir des éléments pour le calage du modèle par la re-simulation d’évènement passés (migration de la
brèche, avancée ou recul du trait de côte…). En conséquence l’utilisation de données d’imagerie aérienne
acquise pendant l’étude pourrait être proposée, ainsi que les post-traitements pour la réalisation de
modèle numérique de terrain.
Le candidat prestataire doit prévoir dans son offre un programme de campagnes de mesure et
d’acquisition de données. Il indiquera : le type de données, leur localisation et la couverture du domaine
d’étude ainsi réalisée, les intervalles de temps couverts par les mesures, la méthode d’acquisition, les
équipements fournis par le Consultant et les équipements financés par le projet.
Traitement et analyse des données
Toutes les données collectées seront rassemblées dans des fichiers électroniques (données brutes et
données corrigées après validation). Les données seront analysées au regard de leur signification pour la
problématique de l’étude ; cette analyse sera rapportée dans un document de synthèse.
Le traitement, l’analyse et la visualisation des données devront être basés, le plus possible, sur des
logiciels « open source » qui resteront opérationnels et disponibles pour le Client après le projet.
Critères et procédures pour l’évaluation de la qualité du modèle : calibration et validation
Le candidat prestataire indiquera dans son offre de quelle façon il propose d’effectuer la calibration et la
validation du modèle. L’acquisition des données devra être optimisée en fonction des besoins de
calibration et de validation. La qualité des procédures de calibration et de validation est un critère
important dans l’évaluation de l’offre. La calibration et la validation du modèle devra couvrir les
paramètres hydrodynamiques simulés, la salinité et l’évolution de la bathymétrie/topographie et du trait
de côte.
La validation doit comprendre la simulation de deux bathymétries séparées par une période où les
variations de la bathymétrie ont été substantielles (par exemple, période d’environ un an). La validation
comprendra aussi la simulation de l’évolution globale de la brèche depuis la création fin 2003 et la
simulation globale des érosions et accrétions qui se sont produites le long de l’ancien rivage du fleuve
Sénégal. Les données bathymétriques passées et les photographies aériennes disponibles devront aussi
14
être utilisées pour valider la simulation des évolutions passées. Le degré d’efficacité du modèle par
rapport à des situations connues permettra de juger de sa pertinence pour simuler l’évolution du système
à 100 ans.
Le candidat indiquera dans son offre quelles sont les données de validation du modèle non utilisées pour
la calibration.
Scénarios d’intervention à étudier
Le Consultant effectuera des simulations avec le modèle validé pour différents scénarios choisis en
rapport avec le Comité Technique. Les scénarios ci-dessous sont décrits à titre indicatifs. Ils pourront être
revus pour d’éventuelles améliorations au cours du projet à la suite des résultats des études socioéconomiques, environnementales et coûts-bénéfices, en rapport avec le Comité Technique. Pour chaque
scénario, les résultats des simulations seront documentés dans un rapport d’analyse.
 Scénario d’intervention 1 : Aucune intervention
Le modèle simulera l’évolution vers un nouvel équilibre morphologique pour deux scénarios climatiques,
correspondant aux projections haute et basse de IPCC pour le niveau marin. Pour chaque scénario
climatique une estimation sera faite de l’augmentation de la fréquence de dépassement du niveau fluvial
de +2m à Saint-Louis et de l’intrusion saline.
 Scénario d’intervention 2 : Retour à la situation d’avant 2003
Ce scénario prévoit la fermeture de la brèche et la réouverture de l’ancienne embouchure.
Le modèle simulera l’évolution vers un nouvel équilibre morphologique pour deux scénarios climatiques,
correspondant aux projections haute et basse de IPCC pour le niveau marin. Pour chaque scénario
climatique une estimation sera faite de l’augmentation de la fréquence de dépassement du niveau fluvial
de +2m à Saint-Louis et de l’intrusion saline.
Dans ce scénario une simulation sera faite des conditions hydro-sédimentaires à l’embouchure pendant
l’opération de fermeture, en choisissant le mode de fermeture le plus avantageux.
 Scénario d’intervention 3 : La brèche contrôlée
Construction d’une nouvelle brèche contrôlée par des structures en dur, proche de l’endroit de la percée
de 2003 et fermeture de la brèche actuelle.
Le modèle simulera l’évolution vers un nouvel équilibre morphologique pour deux scénarios climatiques,
correspondant aux projections haute et basse de IPCC pour le niveau marin. Pour chaque scénario
climatique une estimation sera faite de l’augmentation de la fréquence de dépassement du niveau fluvial
de +2m à Saint-Louis et de l’intrusion saline. Les simulations seront faites avec et sans transit artificiel de
sédiment (« sediment bypass ») à l’embouchure.
Dans ce scénario une simulation sera faite des conditions hydrodynamiques pendant l’opération de
construction, en choisissant le mode d’intervention le plus avantageux.
 Scénario d’intervention 4 : Dérivation partielle du fleuve Sénégal
Dans ce scénario, le débit du fleuve Sénégal transitant par la ville de Saint-Louis sera réduit, une partie
sera déviée vers le nord de Saint-Louis et sera contrôlée par endiguements pour empêcher d’éventuels
15
débordement vers le sud ou le nord. On étudiera l’évolution de la brèche et sa fermeture autonome
éventuelle. On étudiera aussi les possibilités de réduire l’intrusion saline dans la lagune. Ce scénario
d’intervention sera étudié pour deux scénarios climatiques, correspondant aux projections haute et basse
de IPCC pour le niveau marin. Le prestataire prendra en compte l’expérience d’embouchures fluviales
artificielles réalisées ailleurs (exemples : Rio Turia à Valence, Rio Llobregat à Barcelone, Ria Formosa en
Algarve, la Meuse à Rotterdam).
Analyse de synthèse
Les résultats des simulations numériques des scénarios étudiés seront comparés et analysés. Cette
analyse intègrera également le comportement du plan d’eau dans les axes hydrauliques autour de St Louis
et les résultats des études socio-économiques, environnementales et coûts-bénéfices. L’analyse
débouchera sur des recommandations pour un scénario d’intervention préférentiel. Ce scénario
préférentiel sera détaillé dans un plan technique, qui pourra servir au Client à :

La préparation des travaux prévus dans ce scénario.

La préparation du PUD de St Louis et ses environs
Pour le scénario retenu par le maître d’ouvrage, les ouvrages et la méthodologie de travaux seront
décrites à un niveau avant-projet détaillé.
Transfert de connaissances aux experts Sénégalais
Formation et entraînement pour exploiter le modèle
Le candidat doit proposer dans son offre un programma de formation et d’entraînement d’experts
Sénégalais, pour leur apprendre à effectuer de façon autonome des simulations avec le modèle, pour
différents scénarios d’intervention. Il s’agit d’environ 5 experts ayant un degré universitaire, travaillant
dans des organisations liées au gouvernement Sénégalais. La qualité du procès de transfert de ces
compétences fera partie des critères d’évaluation de l’offre.
Formation et entraînement pour utiliser les données et les équipements
Le Consultant doit transmettre au Client, avant la fin du projet, toutes les données, les logiciels de
traitement et d’analyse et tous les équipements (appareils et instruments de mesure, en particulier)
acquis spécifiquement pour la réalisation du projet et financés par le projet. Les équipements doivent être
transmis en bon état de fonctionnement.
Les matériels et les logiciels utilisés par le prestataire et étant propriété du prestataire, de ses cotraitants,
de ses sous-traitants ne font pas parti de cette clause.
Dans son offre, le candidat précisera les matériels et les logiciels qui seront transmis en fin d’étude. Cela
correspondra a minima aux appareils, et logiciels associés, suivants :
 1 sondeur bathymétrique mono faisceau,
 1 bouée de mesures de houle directionnelle, avec transmission en temps réel des données,
 4 courantomètres / houlographe de type ADCP, adaptées à la zone d’étude
 3 marégraphes
 un débitmètre fluvial de type ADCP
16
Dans la mesure du possible, et en fonction des souhaits du Maître d’ouvrage, les appareils seront
maintenus à poste en fin d’étude.
Des experts Sénégalais doivent être entraînés à l’utilisation des équipements de mesure et des logiciels
de traitement transmis au Client.
Livrables du projet
Liste de livrables
Le premier livrable sera un plan comportant une description détaillée des produits intermédiaires et
finaux à réaliser, une description détaillée des activités et un planning financier et temporel détaillé. Après
accord par le Client, le contrat entre le Client et le Consultant sera affiné en conséquence.
Les livrables suivants comprendront :




















Acquisition et installation des équipements de mesure
Programme de transfert de connaissances
Rapport des campagnes de mesure et fichiers de données
Rapport d'analyse des données collectées
Rapport sur le forçage hydrodynamique du modèle
Rapport sur la calibration du modèle
Rapport sur la validation du modèle
Rapport sur les méthodes d'intervention
Rapport d’analyse des simulations scénario d’intervention 1
Rapport d’analyse des simulations scénario d’intervention 2
Rapport d’analyse des simulations scénario d’intervention 3
Rapport d’analyse des simulations scénario d’intervention 4
Rapport sur l’étude institutionnelle
Rapport sur l’étude socio-économique
Rapport sur l’étude financière et coût-bénéfices
Rapport sur l’étude environnementale
Rapport de synthèse avec recommandations
Projet de Termes de Référence pour la phase de réalisation
Manuel d’utilisation du modèle
Remise des équipements de mesure
Une description plus détaillée est donnée dans l’annexe 1.
Utilisation des modèles et l’entretien
Le Consultant transmettra les modèles au Client afin de permettra au Client de faire effectuer des
simulations avec les modèles par des organisations désignées par le Client. Les modèles doivent être
suffisamment flexibles pour que l’utilisateur puisse les adapter à différents scénarii d’intervention en
relation avec la problématique de l’embouchure du fleuve Sénégal et de l’aménagement de la zone de St
Louis.
17
Le Consultant s’engage à assurer l’entretien technique du modèle pour une période de 10 ans.
Acceptation des livrables et conditions de paiement
Chaque livrable marque la fin d’une activité. Le Consultant pourra soumettre une facture pour cette
activité qui sera payée après acceptation du livrable. Cette facture sera basée sur le plan financier détaillé
du contrat.
Pour évaluer la conformité des livrables aux critères de qualité définis dans le contrat, le Client sera assisté
par un panel international d’experts non liés au consortium. Le nombre de copies des livrables fournies
par le Consultant tiendra compte de la composition du panel d’évaluation. Les commentaires du panel
d’évaluation seront rassemblés par le Client dans une seule copie et transmis au Consultant, dans un délai
d’au plus 4 semaines après réception du livrable par le Client. Le Consultant doit remettre le livrable révisé
dans un délai d’au plus 4 semaines. Pour certains livrables (par exemple, les rapports de calibration et
validation) ce délai pourrait être allongé.
Activités et calendrier du projet
Activités
Les activités principales du projet sont résumées dans le tableau suivant.
Activité
Rapport initial
Communication
Acquisition équipements
Programme de mesures
Développement modèle
Calibration
Validation
Analyse scénarios
Étude environnementale
Étude socio-économique
Analyse bénéfices-coûts
Analyse de synthèse
Transfert connaissances
Finalisation du projet
Description
Analyse du projet et planning détaillé
Stratégie de communication ; interaction avec les autorités et le public
Acquisition instruments de mesure et d’analyse
Installation et calibration des instruments de mesure, campagnes de mesure, analyse
Développement modèle hydro-sédimentaire, schématisations, forçage hydrodynamique
Calibration du modèle à l’aide de mesures
Simulations de validation du modèle
Exploitation du modèle pour les scénarios définis
Étude d’impact environnemental des scénarios
Étude des opportunités et contraintes sociales et économiques
Évaluation des bénéfices et des coûts directs et indirects, analyse modes de financement
Analyse intégrale, synthèse et recommandations
Formation et entraînement d’experts Sénégalais
Finalisation des livrables, Rédaction de l’AVP pour la réalisation des interventions
Présence du Consultant au Sénégal pendant le projet
Le Consultant aura une équipe au Sénégal pendant toute la durée du projet. Les locaux seront mis à la
disposition du projet par le Client. L’équipement du bureau en appareils de communication et en
ordinateurs est assuré par le projet. Le bureau a un secrétariat permanent. Le candidat indiquera dans
son offre quelles activités seront exécutées au Sénégal ; Ces activités doivent totaliser au moins la moitié
18
des heures consacrées au projet. Le chef de projet doit être régulièrement présent au Sénégal pendant
au moins 20% du temps.
Calendrier
La durée du contrat est de 24 mois.
Le candidat proposera dans son offre un projet de calendrier de réalisation de l’étude permettant de
fournir au Maître d’ouvrage les indications nécessaires pour l’avancement des différents volets et lui
permettre de prendre tout au long de l’étude les décisions utiles vis-à-vis des orientations à retenir en
termes de scénarios d’aménagement et d’impact sur les différents milieux.
Futures adaptations au modèle pas encore prévues
Le candidat doit indiquer le tarif qu’il pratiquera au cas où le Client lui demanderait après le projet
d’apporter des modifications au modèle, qui seraient éventuellement nécessaires pour rendre le modèle
apte à des questions pas encore prévues dans le contrat.
Qualification de L’équipe de projet
L’équipe de projet doit inclure au moins les compétences suivantes :
 Chef de projet : Ingénieur ou grade universitaire PhD, 20+ ans d’expérience de chef de projet,
expérience de projets semblables, incluant des pays similaires au Sénégal.
 Expert hydro-sédimentaire : Grade universitaire PhD ou similaire, 20+ ans d’expérience en études
hydro-sédimentaires en milieu marin côtier.
 Expert en modélisation numérique appliquée au milieu marin côtier : Grade universitaire PhD ou
similaire, 20+ ans d’expérience en modélisation.
 Expert en océanographie : Grade universitaire ou similaire, 10+ ans d’expérience de mesures
hydro-sédimentaires en milieu marin ;
 Expert dans la conception d’ouvrages fluviaux / maritimes et de protection des côtes : Ingénieur
ou grade universitaire PhD, 20+ ans d’expérience de projets semblables
 Expert économiste : Grade universitaire ou similaire, 20+ ans d’expérience en projets
d’aménagement et en études coûts-bénéfices pour des projets semblables dans des pays
similaires au Sénégal.
 Expert communication : Grade universitaire, 10+ ans d’expérience dans l’organisation de
processus d’interaction avec les acteurs concernés pour des projets semblables.
Le Consultant sera de préférence un consortium incluant au moins un partenaire Sénégalais.
19
Budget maximum
Le budget maximum disponible pour le projet est de 3.4 million US$ réparti comme suit :
 2.2 millions de dollars US pour la modélisation
 1.2 millions de dollars US pour l’acquisition du matériel
ANNEXE 1 Description des livrables
Livrable
Description
Rapport initial
Analyse du projet et plan comportant une description
détaillée des produits intermédiaires et finaux à réaliser, une
description détaillée des activités et un planning financier et
temporel détaillé.
Les équipements de mesure
Les équipements achetés sur le budget du projet, nécessaires
à l’acquisition des données ; ces équipements de mesure
seront installés et exploités par le Consultant, après
inspection par le Client.
Programme
de
transfert
de Programme de formation et d'entraînement d'experts
connaissances
Sénégalais pour qu'ils puissent exploiter de façon autonome
le modèle mathématique et les instruments de mesure acquis
pour la réalisation du projet.
Rapport de mesures et fichier de Rapport des campagnes de mesures et un fichier
données
électronique de données, contenant l'ensemble des données
collectées (données brutes et données corrigées après
validation), sous forme de liste et représentées
graphiquement (en GIS pour la bathymétrie).
Rapport d'analyse des données
Déductions sur les processus hydro-sédimentaires, résultant
de l'analyse des données, avec représentations graphiques.
Rapport
sur
le
forçage Rapport sur les conditions hydrodynamiques représentatives
hydrodynamique du modèle
pour l'évolution morphologique de la brèche et de la zone
impactée par la brèche.
Rapport sur la calibration du modèle
Les données utilisées pour calibrer le modèle hydrosédimentaire ; l'ajustement des paramètres nécessaire pour
une simulation correcte ; discussion de la qualité de la
calibration en termes de processus physiques.
Rapport sur la validation du modèle
Rapport
sur
d'intervention
les
Les données utilisées pour valider le modèle ; discussion de la
qualité des simulations morphodynamiques pour différentes
échelles de temps (échelle de la marée, échelle de cent ans).
méthodes Analyse de méthodes techniques efficaces pour réaliser les
interventions dans les scénarios 2, 3 et 4 ; solutions basées
sur le principe de "travailler avec la nature", coût de
réalisation, coût incluant le maintien à long terme.
20
Simulations scénario d’intervention 1
Rapport sur l'évolution autonome court-terme et long-terme
de la brèche et de la zone impactée, pour 2 scénarios
climatiques, sans aucune intervention. Analyse des risques
d'érosion, d'inondation et d'intrusion saline.
Simulations scénario d’intervention 2
Rapport sur l'évolution autonome long-terme du bas delta
(Langue de Barbarie incluse) pour 2 scénarios climatiques,
après une intervention visant à restaurer la situation avant
2003. Analyse des risques d'érosion, d'inondation et
d'intrusion saline. Analyse des conditions hydrosédimentaires pendant l'intervention.
Simulations scénario d’intervention 3
Rapport sur l'évolution autonome long-terme du bas delta
pour 2 scénarios climatiques, après une intervention visant à
contrôler la brèche. Analyse des risques d'érosion (Langue de
Barbarie, avec et sans transit artificiel de sable), d'inondation
(Saint-Louis) et d'intrusion saline. Analyse des conditions
hydro-sédimentaires pendant les travaux d'intervention.
Simulations scénario d’intervention 4
Rapport sur l'évolution autonome long-terme pour 2
scénarios climatiques, après une intervention visant à dévier
le fleuve Sénégal au nord de Saint-Louis. Analyse des risques
d'érosion (Langue de Barbarie, avec et sans transit artificiel
de sable), d'inondation (Saint-Louis) et d'intrusion saline.
Analyse des conditions de fermeture de la brèche.
Rapport sur l’étude institutionnelle
Analyse des acteurs institutionnels dans la gestion du bas
delta du fleuve Sénégal, leurs responsabilités et leurs projets.
Recommandations pour une structure efficace de gestion du
projet, tenant compte des responsabilités de tous les acteurs.
Rapport sur l’étude socio-économique Rapport sur la stratégie de communication et sur les
réactions des acteurs concernés : leurs soucis et intérêts,
leurs propositions et leur engagement dans la réalisation des
plans.
Rapport sur l’étude financière et coût- Analyse des bénéfices économiques des scénarios
bénéfices
d'intervention comparées aux coûts des interventions et de
leur maintenance; analyse des opportunités de financement
par des investisseurs publics et privés et par des bailleurs de
fonds.
Rapport sur l’étude environnementale Impact des interventions sur les valeurs naturelles du bas
delta ; mesures de mitigation et de compensation.
Rapport
de
synthèse
avec Comparaison des différents scénarios d'intervention suivant
recommandations
une analyse multi-critères. Recommandations pour un
scénario préférentiel.
Termes de Référence pour la phase de Document contenant les éléments techniques d'un appel
réalisation
d'offre pour la phase de réalisation du scénario d'intervention
préférentiel.
21
Manuel d’utilisation du modèle.
Équipement de mesure
Manuel contenant toutes les explications nécessaires pour
exploiter le modèle afin d'analyser en détail des interventions
semblables à celles indiquées dans le présent appel d’offres.
Équipements financés par le projet, pouvant servir dans la
phase de réalisation du projet. Les équipements et les
systèmes de traitement de données sont dans un état
opérationnel et à la disposition du Client.
22
ANNEXE 2 Tdrs études portant sur l’évaluation environnementale du
modèle hydrodynamique de St Louis
TERMES DE REFERENCE DE LA MISSION D’EVALUATION ENVIRONNEMENTALE
STRATEGIQUE (EES) POUR LA CONCEPTION ET OPERATIONNALISATION D'UN SYSTEME
DE SUIVI ET DE MODELISATION ENVIRONNEMENTAL DE LA ZONE COTIERE DE
SAINT-LOUIS
Contexte et justification de la mission
Le PROGEP est un projet urbain qui vise à améliorer la prévention des inondations dans la zone
péri-urbaine de Dakar, et promouvoir la gestion de la durabilité et la résilience dans des espaces
urbains ciblés (Saint Louis, Diamniadio).
Il comprend quatre composantes :
 Composante A : Intégration des risques d’inondation dans la gestion urbaine et promotion
de l’approche Ville durable ;
 Composante B : Développement d’une infrastructure prioritaire de drainage primaire ;
 Composante C : Gestion participative du risque d’inondation urbaine ;
 Composante D : Coordination et gestion du Projet.
Afin de se conformer aux dispositions de la Loi n° 2001-01 du 15 janvier 2001 portant Code de
l’Environnement plus précisément en son article L 48 qui stipule que «Tout projet de
développement ou activité susceptible de porter atteinte à l'environnement, de même que les
politiques, les plans, les programmes, les études régionales et sectorielles devront faire l'objet
d'une évaluation environnementale », l’Agence de développement Municipal souhaite
s’attacher les services d’un consultant pour mener l’évaluation environnementale stratégique pour
la Conception et Opérationnalisation d'un Système de Suivi et de Modélisation
Environnemental de la Zone Côtière de Saint-Louis.
Cette mission devra permettre d’identifier et d’examiner tous les effets, tant bénéfiques que
néfastes, que la réalisation du projet aura sur l’environnement naturel. Elle devra aussi s’assurer
que ces effets seront dûment pris en compte durant toutes les phases de l’exécution des projets.
La zone d’étude s’étend de l’aval du barrage de Diama (25 kilomètres en amont de Saint-Louis) à
l’ancienne embouchure (30 kilomètres en aval de Saint-Louis), (voir carte en annexe).
Objectifs de l’évaluation environnementale stratégique
L’évaluation environnementale stratégique (EES) du projet pour la Conception et Opérationnalisation
d'un Système de Suivi et de Modélisation Environnemental de la Zone Côtière de Saint-Louis se fixe
pour objectif global d'examiner la portée et la nature des impacts potentiels sur l’environnement en
23
amont, en vue de prendre les décisions éclairées favorisant l’intégration des problématiques
environnementale et du développement durable dans le document du projet.
Les objectifs spécifiques de l’EES de l’élaboration du projet sont :

mettre en évidence les enjeux environnementaux prioritaires en parallèle avec les enjeux
politiques et locaux ;

identifier les principaux effets potentiels sur l’environnement de toutes les composantes du
projet, au regard des enjeux du site ;

apprécier le niveau de prise en compte de l’environnement du projet (au niveau de chaque
type d’actions et globalement) ;
Tâches du consultant :
Les prestations attendues du consultant sont :

la description du milieu biophysique et du milieu social et humain de la zone du projet :
o l’identification, l’évaluation et la mesure de l'ampleur des impacts positifs et négatifs
potentiels directs et indirects et les risques environnementaux dans la zone couverte
par le projet;
o Dans l'analyse des impacts, un accent particulier devra être mis tous les
facteurs/éléments pouvant entraîner un effet cumulatif et en tirer toutes les
conclusions ou recommandations nécessaires.
1

la mise à disposition d’un processus de screening1 de sous-projets, qui permettra aux
acteurs (autorités politiques, collectivités locales, promoteurs etc.) de pouvoir identifier,
évaluer et atténuer les impacts environnementaux potentiels des activités prévues au
moment de la mise en œuvre du projet. Le consultant présentera en annexe un tableau des
impacts types et leurs mesures d’atténuation ;

la proposition d’un cadre de programme de suivi-évaluation de ces mesures en spécifiant
les indicateurs environnementaux types pour leur suivi- évaluation, ainsi que la
méthodologie de leur mise en œuvre (donnée de référence, fréquence des collectes,
responsabilités, etc.). Le programme de suivi-évaluation devra comporter en outre un plan
spécifique de surveillance environnementale pour s'assurer du contrôle efficace des
questions environnementales ;

la description du mécanisme et les arrangements institutionnels de mise en œuvre de l’EES en
clarifiant les rôles et responsabilités de toutes les parties prenantes (au niveau local, communal,
national et sous régional) impliquées dans sa mise en œuvre. Aussi dans l'analyse du cadre
juridique et institutionnel applicable au projet, le consultant devra apporter des précisions sur
les directives de sauvegarde environnementale et sociale des bailleurs de fonds.

l’évaluation de la capacité du Gouvernement, des collectivités locales et des autres
partenaires impliquées dans la mise en œuvre de l’EES et la proposition de mesures pour
la sensibilisation, le renforcement institutionnel et/ou le renforcement des capacités
techniques des parties prenantes concernées par cette mise en œuvre ;
Détermination du travail environnemental (type d’évaluation environnementale) à faire
24

des recommandations pour la prise en compte de l’environnement dans la mise en œuvre
du projet;

l’estimation financière du cadre de gestion environnementale pour mettre en œuvre les
conditions requises par l’Evaluation Environnementale Stratégique ;

Dans le plan cadre de gestion environnementale et sociale (PCGES), le consultant devra mettre
l'accent sur les mesures d'atténuation des impacts négatifs cumulatifs du projet et les mesures
d'accompagnement et d'optimisation du projet. Aussi, des indicateurs stratégiques et de
indicateurs d'impact devront être fournis. Il devra également suggérer des actions pour
l’amélioration des conditions environnementales et sociales dans la zone d'intervention du
projet.
Le Consultant organisera et animera également en rapport avec ADM, une restitution auprès du
comité technique national, le contenu du rapport produit et sur site, une consultation du public
afin d’évaluer l’acceptabilité sociale du projet par les populations locales et les autres acteurs
impliqués.
Aussi le consultant devra :



Rencontrer les différents acteurs institutionnels impliqués dans la mise en oeuvre du projet
(DEEC, DREEC, ANACIM, ONAS, ARD, Commune de Saint-Louis, 0 G, etc.) afin de capitaliser les
expériences acquises et les contraintes liées à la mise en œuvre de ce projet;
effectuer des missions d'évaluation sur le terrain en planifiant des réunions de partage avec les
services techniques d'une part et d'autre part des visites de sites;
identifier et analyser les enjeux environnementaux et sociaux associés aux quatre composantes
du programme et définir la stratégie de gestion environnementale y afférente.
Le consultant devra accorder une attention particulière:



aux bonnes pratiques environnementales aUSSI bien en phase de réalisation que d'exploitation
des ouvrages;
aux directives et dispositions mises en place pour l'application des mesures d'atténuation des
impacts négatifs ou la bonification des impacts positifs;
au dispositif institutionnel de mise en œuvre et suivi du Plan Cadre de Gestion
Environnementale et Sociale;

à la mise en adéquation du programme avec les documents de planification urbaine et
les instruments de l'aménagement du territoire.
Contenu et plan du rapport final
Liste des acronymes ;
Un résumé analytique ;
Une introduction décrivant la finalité de l’étude EES, ses objectifs, ses principes et la
méthodologie suivie ;
d) Une description du projet mettant en exergue les composantes, les zones cibles ; les
dispositifs de coordination et de mise en œuvre ;
e) Une présentation sommaire et générale des enjeux environnementaux prioritaires du
territoire reprenant les conclusions des conditions du milieu naturel (physique et
a)
b)
c)
25
f)
g)
h)
i)
j)
k)
l)
biologique), du milieu humain, socioéconomique et culturel dans la zone d’intervention du
projet, politique, plan et enjeux environnementaux du territoire ;
Le cadre juridique, réglementaire applicables aux infrastructures hydrauliques et
d’assainissement ainsi qu’une discussion des conditions requises par les différentes
politiques ;
L’analyse des incidences prévisionnelles sur l’environnement du projet ;
Le cadre institutionnel relatif aux politiques, plans et programmes ;
Une description du renforcement des capacités, de la formation et de l'assistance technique
pour les organisations concernées, si besoin en est, nécessaire à la mise en œuvre de I'EES,
Une description du budget de suivi de I'EES ;
Des annexes générales :
o La bibliographie ;
o Les résultats de la Consultation Publique, des avis exprimés, la liste des personnes
contactées et consultées ;
Des annexes techniques:
o La Grille de Contrôle environnemental, comprenant la grille d’impact
environnemental et les mesures d’atténuation ;
o Un formulaire de revue environnementale ;
o Une matrice type présentant les composantes du plan de gestion environnementale ;
o Références.
Documents à consulter
L’Agence de Développement Municipal et ses partenaires au sein du comité technique mettront à
la disposition du Consultant tous les documents pertinents relatifs au PROGEP et en particuliers
au projet.
Profil des consultants
L’étude devra être menée par un bureau d’études agrée par le Ministère de l’Environnement
et du Développement Durable (MEDD). Pour la réalisation de cette étude, le consultant doit
au moins remplir les critères suivants :
- justifier d’une expérience professionnelle de dix (10) ans minimum dans l’évaluation
environnementale ;
- disposer d’une équipe d’experts comportant au moins :
-
un (1) environnementaliste ayant une bonne expérience dans la conduite des
évaluations environnementales (Chef de mission) ;
Expert hydraulicien /hydrogéologue (adjoint au chef de mission) ;
un (1) ingénieur en génie civil, spécialiste en conception de projets
structurants ;
un expert en biodiversité et zones Humides ;
un expert en gestion des risques & danger
Expert sociologue/anthropologue ;
Expert SIG ;
26
-
un cartographe.
Un expert en décentralisation.
-
.
Déroulement de l’EES et livrables attendus
En considérant To comme date de notification de l’ordre de service de démarrage des études,
le délai retenu pour la finalisation complète de l’étude est de XXXX. Le calendrier retenu est
le suivant :
To : Date de démarrage des prestations
To + XX semaines : Rapport préliminaire (à fournir en cinq (05) exemplaires)
To + xxxxxx semaines : Rapport provisoire de l’EES (à fournir en quarante-cinq (45)
exemplaires, dont quarante (40) seront acheminés à la DEEC par ADM pour validation)
pour les besoins du comité technique qui se tiendra, à Saint-Louis;
To + xxxxxxxx semaines : Rapport final (à fournir en vingt (20) exemplaires, dont quinze (15)
seront déposés à à la Direction de l'Environnement et des Etablissements Classés (DEEC) par
ADM en plus d’une version numérique) après prise en compte des recommandations l’Audience
Publique. Le rapport final, en plus de la version numérique, devra être fourni en sept (07)
exemplaires, à la DEEC.
NB:
1. Si la mise en place des ouvrages va nécessiter la perte d'actifs, le consultant devra élaborer un
Plan Cadre de Réinstallation (PCR) des populations impactées avec toutes les modalités de
réinstallation, les mesures de compensation, etc. Ce PCR devra constituer un rapport distinct de
l'EES.
2. Prendre en compte le retour d'expérience du PROGEP en faisant le point sur les interventions
déjà menées par l'ADM en matière de lutte contre les inondations. Par ailleurs, le consultant
devra faire une analyse critique du dispositif de suivi environnemental et celui institutionnel de
mise en œuvre ayant encadré ces interventions.
Annexe
Figure 1. La zone d’étude appelée « bas delta » du fleuve Sénégal ; situation avant 2003. Le nord est vers la droite.
27
ANNEXE 3 Érosion en face de la brèche
L’érosion de la rive du fleuve Sénégal en face de la brèche a entraîné la disparition du village de Doun
Baba Dieye en 2012. Depuis, c’est le village de Pilote Barre qui est menacé par l’érosion.
28
ANNEXE 4 Évolution de la brèche
Images Google Earth de l’évolution de la brèche depuis la percée de fin 2003. Des périodes de stabilité
relative alternent avec des périodes de dynamique intense. La brèche s’élargit et évolue vers le sud. La
partie de la rive fluviale qui fait face à la brèche subit d’abord une érosion importante. Plus tard, la rive
avance, par l’arrivée des bancs de sable issus de la brèche.
29
30
31
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
1
Taille du fichier
1 607 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler