close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Carcinose colorectale et mutation BRAF

IntégréTéléchargement
Carcinose colorectale et
mutations RAS, BRAF
Diane Goéré
Séquence adénomeadénocarcinome
Métastases
Mutation 17p
Cancer
Dysplasie
bas grade
Dysplasie
Délétion 18q 21
haut grade
DCC
Mutation 12p/1p Smad2,4
Epithélium Délétion 5q 21
normal
APC
KRAS
35-45%
p53, p73
Types d’anomalies
chromosomiques
Gènes
2010
PROLIFERATION CELL
RESISTANCE APOPTOSE
ANGIOGENESE
30 MHCCR
•
•
•
•
KRAS*
BRAF*
PIK3CA*
Copies EGFR
• R obj 11/30 (37%)
•
•
•
•
• 0% chez répondeurs
• 68,4% chez non répondeurs
(p=0,0003)
KRASm/t =13 tumeurs (43%)
BRAF
PIK3CA
Copies EGFR
*KRAS exon 2
BRAF exons 11 et 15
PIK3CA exons 1,2,9,20
KRAS = 1er FACTEUR PREDICTIF de REPONSE à un
TRAITEMENT DANS LE CCRm
Lièvre A. al, Cancer Res 2006
Non Sélectionnés
24,4%
Quadruple w/t
41,2%
De Roock et al. Lancet Oncol62010
Allegra C. al, J Clin Oncol 2016
RAS et BRAF
FACTEURS PRONOSTIQUES mCCR
Brudvik KW et al, Br J Surg 2015
524 pts => 57 BRAF m/t (11%)
Tran B et al, Cancer 2011
RAS et BRAF
ET METASTASES EXTRA-HEPATIQUES
193 pts opérés de MHCCR
• RASm 18%
• PIK3CAm 7%
• BRAFm 1%
Moins de dissémination hépatique?
Maladie plus avancée, non accessible à chirurgie
RASm = plus de récidives pulmonaires
après hépatectomie
Vauthey JN. et al, Ann Surg 2013
1492 spécimens (stade I-IV)
Association à quel site métastatique?
Lan YT. et al, J Surg Oncol 2015
KRAS m/t : Augmentation du risque de méta extrahépatiques?
Lan YT. et al, J Surg Oncol 2015
Extra-hepatic RFS
Margonis GA. et al, Cancer 2016
524 pts => 57 BRAF m/t (11%)
➢ Colon droit (68% vs 35%, p<0,001)
➢ MSI (29% vs 9%, p<0,001)
BRAF m/t : Augmentation du risque de méta
péritonéales?
Tran B. et al, Cancer 2011
92 mCRC, BRAFm
Contrôle 423 BRAF w/t
Féminin
Colon droit
Peu diff
Mucineux
Dissémination péritonéale (26% vs 14%,
p<0,01)
Moins d’atteinte hépatique (41% vs 63%,
p<0,01)
OS diminuée
Yaeger R. et al, Cancer 2014
RAS et BRAF DANS LA CARCINOSE CCR?
Suivi médian 6 mois après traitement PM => pas de données survie
Guillern SM R. et al, Am J Clin Oncol 20
PC+/BRAFm =11%
PC-/BRAFm=2%
Sasaki Y. et al, Asian Pac J Cancer Prev 201
Sasaki Y. et al, Asian Pac J Cancer Prev 201
Analyse Gustave Roussy
01/2009-08/2015
153 patients CRS +
CHIP
102 statuts
mutationnels
connus
57 KRAS m/t (59%)
51 statuts
mutationnels
inconnus
4 BRAF m/t (4%)
A Conversano, D Goéré, non publié
Tumeur KRAS m/
t (n=57)
Tumeur KRAS
w/t (n=45)
p
24 (42%)
33 (58%)
16 (35%)
29 (65%)
0,50
51,6 ± 10,6
52,2 ± 12,2
0,79
Stade T 1
2
3
4
ns
0
0
34
20
3
1
0
18
23
3
Stade N 0
1
2
Inconnus
12
15
26
4
11
14
16
4
0,16
9,1 ± 6
8,7 ± 7
0,74
Carcinose
synchrone
29 (51%)
17 (38%)
0,19
Métastases
extrapéritonéales
28 (49%)
15 (33%)
0,11
Sexe M
F
Age (moy ± sd)
PCI (moy ± sd)
KRAS m/t
(n=57)
KRAS w/t
(n=45)
OS
43,4
[35.4-NA]
55,3
[27.5-NA]
DFS
11,2
16
[9.82-13.2] [10.87-19.5]
Survie globale après un suivi médian de
28,9 mois (21,8-34,2)
L’extension péritonéale (PCI) et la présence de métastases extrapéritonéales étaient les seuls facteurs liés aux survies globale et sans
récidive
Conclusion
La présence d’une mutation KRAS ou BRAF est un facteur de
mauvais pronostic chez les patients opérés de métastases
hépatiques colorectales.
Cet impact n’a pas (encore) été démontré chez les patients opérés
de métastases péritonéales.
Les patients ayant une mutation KRAS ou BRAF semblent avoir un
profil métastatique différent marqué par un tropisme extrahépatique.
Les tumeurs BRAF muté semblent disséminer de façon
préférentielle au péritoine, ce qui pourrait
• faire de cette mutation un facteur de risque de récidive
péritonéale à intégrer dans nos arbres décisionnels et
• orienter le choix des protocoles de chimiothérapie vers un
schéma type FOLFIRINOX.
MERCI
diane.goere@gustaveroussy.fr
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
73
Taille du fichier
1 666 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler