close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

ANNONCES du 24 au 31 juillet 2016 Paroisse Lisle

IntégréTéléchargement
ANNONCES du 24 au 31 juillet 2016
Dimanche 24 juillet : 17e Dimanche du Temps Ordinaire :
9h : Messe à Montmiral
11h : Messe à Lisle intention particulière
Lundi 25 : 18h : Parisot messe pour la fête de saint Jacques
Mardi 26 : Lisle : 18h : Messe au Centr e Par oissial
Mercredi 27 : Montmir al : 18h : Messe au Centr e Par oissial
Jeudi 28 : Lisle :
Vendredi 29 : Lisle : 18h : Messe au Centr e Par oissial
Samedi 30 : 18h : Messe à Saur s
Dimanche 31 juillet : 18e Dimanche du Temps Ordinaire :
9h : Messe à Montmiral suivie du baptême de Marcellin BOSC
11h : Messe à Lisle : mémoire Oder BOURG
Pourquoi m’avoir donné tant de grâces, Seigneur ? - Il faudra bien que j’en
réponde.
Vous m’avez débordé d’indulgence, - Je n’ai pas ma part de tristesse.
Je suis bien trop faible pour vous la réclamer, - faut-il vraiment qu’il y ait des
êtres de bonheur ?
Je me sens plus proche de vous dans le bonheur que dans le renoncement, Seigneur ayez pitié si je le garde pur.
Je n’ai pas mérité de tels privilèges terrestres, - mais j’ai reconnu chaque fois
votre don.
J’ai l’angoisse d’être trop heureux au milieu des misérables, - je le confesse
même si cela doit scandaliser.
Que l’on me dise : il ne veut pas prendre sa part ! - Que l’on me jette : il
s’enterre en lui pour ne pas souffrir !
Mais je ne peux pas faire que ma joie soit obscure ! - Je ne peux pas faire que
ma joie ne soit pas Vous !
Patrice de la Tour du Pin (1911-1975) La Quête de la Joie
« Je continuerai à croire, même si tout le monde perd espoir.
Je continuerai à aimer, même si les autres distillent la haine.
Je continuerai à construire, même si les autres détruisent.
Je continuerai à parler de paix, même au milieu d’une guerre.
Je continuerai à illuminer, même au milieu de l’obscurité. »
Abbé Pierre (1912-2007)
Paroisse Lisle - Montmiral
Lisle : Tél : 05.63.40.64.20
Montmiral : Tél : 05.63.33.30.88
centreparoissial.lisle@orange.fr
Dimanche 24 juillet 2016
e
17 Dimanche du Temps Ordinaire
Le chapitre 11 de l’évangile de Luc nous délivre un enseignement sur la
prière. C’est là qu’est donnée la prière du « Notre Père ».
Cette prière, si familière, comment l’envisageons-nous ? Faisons-nous attention à la portée des mots que nous prononçons alors ? Réalisons-nous le
poids humain, la densité spirituelle de cette prière ? Jésus donne aux disciples cette prière, simple.
Une multitude de commentaires existe, très variés, ils montrent la richesse
de cette prière qui, par certains aspects, se rapproche des psaumes.
Il y a ensuite l’injonction de Jésus à prier sans cesse, avec persévérance.
Oser prier.
Dans l’absolu, cela ne sert à rien, ce n’est pas rentable.
Dans notre monde de rentabilité, de compétition, d’apparences et de superficialité, prendre du temps, gratuit, pour Dieu, paraît aller à contre-courant. La
prière pourrait-elle être un témoignage de foi ?
« Je n’ai pas le temps ». « Je ne sais pas prier ». « Il ne se passe rien ».
« Je suis distrait(e) »
Ces raisons que l’on donne ont leur légitimité, mais suffisent-elles ?
Le temps ? Nous ne sommes pas astr eints à de longs temps, quelques
minutes habitées peuvent suffire, le moment de la journée, où l’on est tranquille , pas « dérangeable », compte aussi; il varie selon les personnes.
Savoir prier. Il suffit de par ler à Dieu comme à un ami, simplement.
Lire une page de l’Ecriture avant peut aider.
Parfois, on a l’impression que rien ne se passe. Malgr é cela, se tenir à la
durée prévue (d’où l’intérêt quand on débute de ne pas voir trop grand, ce
qui risque de décourager !)
Les distractions sont typiques et quasi inévitables. Ne pas dr amatiser .
Cela peut être lié aussi au choix du lieu, du moment, de la durée. Ne pas
chercher à les chasser.
La prière est demande, remerciement, elle peut parfois aussi être une interpellation. Elle a aussi une dimension communautaire importante, qui se retrouve dans la prière de l’Eglise, la liturgie. Il y a les mots de l’Eglise, les
mots de l’Ecriture, et aussi les mots qui montent de notre cœur. Ne cherchons pas des choses compliquées, laissons s’exprimer l’Esprit, que nous
hébergeons en nous et qui s’adresse à Dieu.
Abbé Jean-Claude Ferret
1e lecture (Gen 18, 20-32) « Que mon Seigneur ne se mette pas en colère
si j’ose parler encore »
2e lecture (Col 2, 12-14 ) « Dieu vous a donné la vie avec le Christ, il nous
a pardonné toutes nos fautes »
Evangile (Lc 11, 1-13) « Demandez, on vous donnera »
Entrée : Peuple de Dieu, mar che joyeux p.392 (couplets 9, 11, 12)
Psaume : Le jour où je t’appelle, réponds-moi, Seigneur
Pr. univ. : Accueille au cr eux de tes mains la pr ièr e de tes enfants
Communion : Mendiant du jour p.243
Sortie : Peuples, cr iez de joie p.561
Psaume 137
De tout mon cœur, Seigneur, je te rends grâce :
tu as entendu les paroles de ma bouche.
Je te chante en présence des anges,
vers ton temple sacré, je me prosterne.
Je te rends grâce pour ton amour et ta vérité,
car tu élèves, au-dessus de tout, ton nom et ta parole.
Le jour où tu répondis à mon appel,
tu fis grandir en mon âme la force.
Si haut que soit le Seigneur, il voit le plus humble ;
de loin, il reconnaît l’orgueilleux.
Si je marche au milieu des angoisses, tu me fais vivre,
ta main s’abat sur mes ennemis en colère.
Ta droite me rend vainqueur.
Le Seigneur fait tout pour moi !
Seigneur, éternel est ton amour :
n’arrête pas l’œuvre de tes mains.
Les choses qui font l’objet de ma prière, donne-moi, Seigneur, la grâce d’en
faire l’objet de mes efforts. (Thomas More)
Notre Père
« La prière nous fait devenir des fils de Dieu, non des égoïstes ou des accapareurs de Dieu. La paternité de Dieu est le fondement de la fraternité entre les
hommes. En disant "Notre", nous reconnaissons du même coup que tous les
hommes sont nos frères. En effet dans la première partie de cette prière, nous
entrons dans l’amour-tendresse que Jésus a envers son Père, nous demandons à
Dieu les "choses de Dieu". Mais dans la deuxième partie, nous intercédons
pour ceux qui nous sont unis : chaque homme devient un frère, parce qu’aimé,
comme nous, par "Notre" Père à tous… Nous prions au nom des autres, nous
ne sommes que les représentants de tous ceux qui nous sont confiés, ceux qui
comptent sur nous pour être intercesseurs pour tous… Nous disons toujours
"nous" quand nous parlons à Dieu. »
Pierre Dumoulin, Luc, l’évangile de la joie
La prière de demande
La prière chrétienne comporte des formes variées. Peut-être les chrétiens que
nous sommes sont-ils trop axés sur la seule prière de demande, oubliant de pratiquer la prière de louange, de confiance, de compassion, d’action de grâces…
Cependant, la prière de demande est celle qui nous interroge le plus. L’évangile nous rapporte les conseils de Jésus : « Demandez, on vous donnera. » Or,
il nous arrive de demander, avec un infini respect, et de n’être apparemment
pas entendu.
Les chrétiens du monde entier ont pu prier humblement pour la paix, et la
guerre a continué ses ravages. Le Christ Lui-même a prié pour l’unité de son
Eglise, et voilà des siècles que la division des Eglises se maintient…
Dieu serait-il indifférent ? Ou, pire, impuissant ? Et nos prières de demande ne
seraient-elles que vœux pieux ? Il convient de réfléchir pour n’en pas rester à
ce « tout ou rien » ; soit Dieu nous exauce, soit il ne fait rien.
Habituellement, Dieu respecte totalement les libertés humaines. Il n’intervient
pas pour guérir ce cancer, pour réparer ce tournant dangereux, pour stabiliser
les sables de la Loire… Pour que nous « existions », il nous a mis dans un
monde qu’il nous faut achever. Son Esprit, par notre prière même, nous donne
la force d’un usage surnaturel de nos difficultés.
Cette réflexion pourrait nous aider à prier sans exiger… La prière de demande
change notre volonté pour nous adapter à celle de Dieu. (Semainier Chrétien)
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
601 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler