close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Camino 168 - Les guides LEPÈRE

IntégréTéléchargement
CAMINO
À vendre gîte LES FIGUIERS (82110 Lauzerte)
N° 168 AOUT 2016
Gîte plus appartement sur le GR 65 Chemin du Puy
entre Cahors et Moissac pour fixer un rendez- vous
Tel .05 63 29 11 85 Port 06 85 31 71 31
Site www.lesfiguiers-lauzerte.com
Mail. michel.reversat arobase wanadoo.fr
bulletinCamino@aol.com
« Il vaut mieux suivre le bon chemin en boitant
que le mauvais, d'un pas ferme »
(saint Augustin).
1
Je voulais vous faire part d'un petit désagrément lors de mon arrivée à Condom le dimanche 8 mai. Je suis
lecteur assidu de votre publication et utilisateur de votre guide. Je fais le chemin par tronçons et cette fois-ci
après Le Puy-Figeac effectué en septembre. J'ai fait Figeac-Condom. En arrivant le dimanche 8 mai vers 15 h
après 24 kms et mon sac sur le dos, alors que je voulais visiter Condom, je me suis fait refouler par le service
d'ordre car il y avait un festival de Bandas pendant 3 jours et la ville était bouclée.
J'ai dû payer 10€ et alors que je voulais visiter la cathédrale (celle-ci était fermée pour cause de fête). En
réalité il y avait plutôt des urinoirs géants en raison des litres de bière et de pastis qui circulaient. D'ailleurs il
y avait la protection civile qui faisait des contrôles d'alcoolémie sur des files de plusieurs dizaines de jeunes.
Via la société de transports qui m'a ramené à Figeac récupérer ma voiture j'ai fait part au responsable de cette
fête que l'on pourrait au moins laisser passer les pèlerins. Avec un sac à dos et une credentiale dûment
tamponnée il est facile d'identifier les quelques pèlerins (le service d'ordre m'a rétorqué que tout le monde
dirait qu'il est pèlerin !)
Je pense que le reste de l'année les commerçants de Condom sont heureux de recevoir les euros des pèlerins.
Dans l'hôtel où j'étais il y avait 9 personnes (tous des pèlerins). Je n'ai rien contre les fêtes et nous n'étions pas
informés de cette pratique et j'ai vraiment eu l’impression de me faire racketter. Et personne ne m'a
répondu… bien évidemment
Un pèlerin mécontent et fâché contre Condom, J.P. DESPREZ
Marcher vers Compostelle ? Oui, mais sans smartphone ni tablette
C’est le temps de vacances. Peut-être avez-vous la chance de partir. Mais si c’est le cas, avez-vous songé à
vous déconnecter ? Voici un extrait d’article (à retrouver à cette adresse : http://www.up-inspirer.fr/27304digital-detox-sejour-deconnecte) qui vous incitera peut-être à préparer un voyage sans connexion pour votre
plus grand bien. Bien sûr, des agences de voyage se ruent sur ce créneau.
« Pas un jour ne passe sans que vous ne vous connectiez à Internet ? Votre smartphone vous suit absolument partout du
matin au soir ? Le temps est peut-être venu de prendre des vacances… des vacances déconnectées ! La dépendance aux
technologies est un phénomène qui explose. 59 % des Français consultent leur smartphone dans l’heure qui suit leur réveil et 39 %
des 18-24 ans s’en servent moins de 5 minutes avant de se coucher. À la maison, dans les transports, au travail, et même durant nos
sorties, les écrans sont devenus totalement omniprésents. (…) De l’addiction aux écrans découlent de nombreux effets secondaires.
« En comblant le vide avec les smartphones, on empêche la créativité, la réflexion, on développe des problèmes de concentration, et
même des douleurs physiques » (…) Les personnes hyper-connectées manquent les interactions réelles, les échanges, le partage,
les rencontres. Dans les cas les plus extrêmes, ils sont atteints de troubles de l’appétit, de grosse fatigue ou de surmenage. »
On l’aura compris, quand on peut, c’est bon de se déconnecter. Mais est-il nécessaire de passer par une
agence spécialisée ? Partez vers Compostelle, lâchez vos écrans et vous ferez de belles rencontres.
Un grand merci à Michel Le Guillou de Nantes pour son article (N° 167) qui semble arriver directement du Chemin des Etoiles...
Et merci à Camino de l'avoir édité. C'est un beau rayon de soleil (d'étoile) et un souffle magique qui nous rappelle le véritable
esprit du Chemin. Cet esprit est malheureusement souvent occulté par les préoccupations matérielles concernant le balisage des
sentiers, les conditions d'hébergement, etc., préoccupations certes très importantes mais non pas essentielles. Car tout ce dont parle
Michel dans son article, voilà les préoccupations essentielles du pèlerin : être connecté aux étoiles et à la beauté du Chemin, pour
entrer dans l'espace spirituel auquel il nous conduit. Parce que le Camino n'est pas une randonnée mais bien un pèlerinage qui
emprunte le Chemin des Etoiles. Sophie Bijot
CAMINO STOP INFORMATIONS !!
Vous souhaitez répondre à une annonce, vous avez une adresse e-mail du type machintruc arobase gmail.com il faut donc
remplacer arobase par @. Si nous n’indiquons pas l’adresse mail sous la forme : machintruc@ gmail.com, c’est parce que des
programmes informatiques pirates détectent ces adresses e-mail pour les inonder automatiquement de publicités agressives aux
produits douteux ;-)… Donc pour éviter aux personnes qui font passer des infos dans Camino de voir des pourriels inonder leurs
boîtes aux lettres électroniques, la rédaction de Camino vous demande donc remplacer le mot arobase par @... !
Bonsoir chers amis,
Je saisis la balle au bond quant au récit de B. et M. Gagneur, en fin de « journal ». Cela ne fut qu'une
« constatation » de la modification du balisage du camino en Aubrac. Quelle tristesse, en effet. Mais, que
dire, lorsque vous avez « travaillé » souvent seul, pendant dix ans, sur un « itinéraire culturel du Conseil de
l'Europe'', et reconnu comme tel, avec « à la clé » des centaines d'heures d'étude de chemins antiques, de
recherches sur terrains multiples, dans toutes les conditions météo, usant « jusqu'à la corde » un excellent
véhicule.
Multipliant les dépenses privées, sans aide, et, au bout de ces dix ans… Balisage dit « provisoire » sur plus
de 200km avec petites flèches jaunes ou petites affichettes fixées sur planchettes etc. PUIS ? D’un seul
coup, RAS LE BOL !! Et décision de me rapprocher de ce que Bernard Gagneur appelle « Association de
promeneurs du Dimanche » pour, après tout, essayer de me faire aider un tantinet.
Quelle stupidité !! Ce fut la chute immédiate !! En fait, cette association est « la main » du Conseil
Départemental (ancien Régional), DONC : POLITIQUE !! L'Europe fait parvenir des fonds à cette
Formation Dirigeante (je me suis renseigné) pour le balisage et l'entretien des itinéraires culturels… mais
vous avez oublié que les chemins de St-Jacques et la Via Francigena (dont je parle ci-dessus) sont des
itinéraires qui n'ont rien de laïque alors ???... dois-faire un dessin?... J'eu beau me « battre » et expliquer
l'aspect « international », la « couverture européenne »...
Rien n'y a fait !! Pas plus de SIGERIC que de beurre en… !! - Il y a suffisamment de sentiers déjà en place
comme ça pour en créer d'autres, tout culturel qu'il soit !! Vous utiliserez l’existant en « joignant les
morceaux » et, surtout, vous utiliserez les accueils que nous avons mis en place et que nous finançons,
même si cela fait dévier un peu (parfois plus de dix km) « VOTRE itinéraire » !
Un petit détail : si vous quittez la Haute-Saône (70), c'est vers la nouvelle gare LGV de Besançon (Doubs),
(à plus de quinze km de cette ville) que le NOUVEAU CHEMIN DES PROMENEURS va vous conduire...
des fois que vous en ayez ras le bol de vous diriger vers ROME... dont vous êtes encore bien loin, CAR!...
cerise sur le gâteau : tout l' itinéraire historique, reconnu et balisé pendant dix ans à été entièrement effacé, à
la peinture grise... et vous n'avez plus qu'à... aller prendre le train !! Inutile de vous dire que j'ai tout
abandonné, et que je suis parti, en 2013, faire le « camino du Levante ». Ça, c'est encore un vrai chemin de
Compostelle !! Carte, boussole, parties désertiques, pas d'eau... Merveilleux ! Et puis, par le « Levante » ou
par la Plata, passez par le Col de Padornelo (après Zamora), et au-dessus du tunnel (ancienne route
nationale), allez voir la magnifique croix antique près de l’antenne radio. Amitiés à toutes et tous, bon
camino
p.blond2 arobase wanadoo.fr
2
On se souvient de La 4ème Invention - Journal d'embrouilles vers Compostelle (Lepère
ed.) et de Pèlerin à vendre (Ed G. du Camino).
Le dernier livre de Bernard de Marsangy, sous le titre un peu austère, de "La Psychiatrie vécue au XIXème
siècle. Lettres à Louisa" raconte l'errance pèlerine en quête de rédemption du baron Emmanuel Artaud,
prélat criminel, époux chaste et homme volage, divorcé à contrecœur de Louisa qui organise son évasion de
Charenton et le protège des violences cupides de son oncle le Préfet Haussmann. Une aventure aussi folle
que vraie. Un bouleversant témoignage sur la pratique des aliénistes et le regard que la société porte sur la
folie.
Chez les libraires en ligne ou le plus simple : sur le site de l'éditeur : www.editions-harmattan.fr le livre est
disponible à la commande en version numérique ou papier
VIA TOLOSANA
Camino vous informe de l'inauguration du gîte d'étape communal de GRABELS (après Montpellier).
Ce nouveau gîte d’étape qui a vocation à accueillir les randonneurs, les touristes et les pèlerins, vient compléter
opportunément l'offre d'hébergement pèlerin sur l'agglomération de Montpellier, laquelle est toujours actuellement
largement déficitaire. Il est particulièrement bien situé tant par le fait qu'il est sur le tracé même du chemin que par le
fait qu'il est judicieusement placé par rapport au découpage habituel des étapes de nos pèlerins.
Une petite foule enthousiaste a assisté à l'événement, et st Jacques nous a fait un petit miracle, au moment même de
l’allocution du maire, juste avant de couper le ruban tricolore, 2 pèlerins sont arrivés tout à fait par hasard… Photo
avec le maire et jubilation du reporter de Midi-Libre…
Idéalement placé à 20 mètres de l'église, sur le chemin d'Arles, ce gîte est au n°5 de la rue du Presbytère. Il est en
mesure d'accueillir 12 personnes en 5 petits dortoirs (+ 2 lits supplémentaires au cas où)... L'équipement n'est pas
encore complètement réalisé mais il y a une cuisine à gestion libre et une salle à manger très correcte ainsi que des
sanitaires neufs.
Ndlr : Merci (Gracias) à Pierre B. qui se reconnaîtra et qui se démène pour les pèlerins en Languedoc, qui
débroussaille avec son épouse les passages difficiles, qui informe les mairies de passages dangereux ou emportés par
la crue du Maro (après Saint-Jean de la Blaquière), qui veille au balisage local et qui cherche à anticiper les problèmes
de balisage liés travaux de voirie, ou de création de nouveau lotissement….
« Pedro, tu trabajo es un tesoro por los peregrinos »… La rédaction.
« En harmonie avec la nature »
Le chemin de Saint Jacques traverse depuis plus de 1000 ans le département de l’Aveyron, une
terre d’histoire au plateau isolé perché à plus de 1300 mètres d’altitude.
Ce plateau héritier des volcans d’Auvergne contraste avec la douceur des vallons du Lot. L’Aveyron est
traversé par la Via Podensis dans une nature surprenante et intacte, tout en contraste d’Aumont-Aubrac à
Conques. À l’origine les forêts abritaient loups et brigands détroussant les pèlerins du Moyen Âge venant du
Puy par la voie romaine Agrippa, un grand chemin entièrement pavé dont on trouve encore les traces
aujourd’hui. Les brouillards fréquents rendaient l’orientation difficile en ces lieux sauvages.
Les difficultés liées à l’insécurité et la rudesse du plateau conduisent en 1120 le comte Adalard d’origine
flamande en pèlerinage vers Saint-Jacques à faire le vœu à Dieu d’édifier une abbaye à Aubrac. Les moines
pendirent les brigands et défrichèrent les terres. La Domerie d’Aubrac était fondée. Ce nom était donné
aux monastères dont l’abbé avait le titre de Dom. Elle fut jusqu’à la Révolution la plus puissante seigneurie
de la région. Au monastère les moines soignent et nourrissent les pèlerins affamés avec une soupe, mélange
de fromage et de pain (en latin « ALIQUID ») qui deviendra l’aligot, fleuron de la gastronomie
aveyronnaise. Les moines qui vivent sur le plateau dans la tourmente et la neige vont bientôt élargir leur
domaine non loin de là, au creux de la vallée du Lot tout près du village médiéval de Saint-Côme-d’Olt
(392 m) en achetant en 1152 à Hugues de Calmont le « Mas de Malet ». La douceur du climat en fera
une résidence pour les moines qui défricheront les terres et y planteront des vignes.
Vendu comme bien national après la révolution en 1792, la propriété sera rachetée par le régisseur
Monsieur Guichard pour y établir une école, l’institutrice Jeanne Planchon y fondera la congrégation
des Ursulines jusqu’en 1904, l’institution fermera pour se consacrer à l’accueil des pèlerins devenu de plus
en plus nombreux. Ce lieu chargé d’histoire a gardé l’esprit des moines hospitaliers. Les sœurs
Ursulines, fidèles à leur vocation, en ont fait un lieu d’écoute et de réconciliation. Rénovée en 2004, le
couvent de Malet reste une étape incontournable sur le chemin de Compostelle, nous l’avons découvert un
soir d’octobre pluvieux et venteux en revenant de Saint-Jacques en 2006.
Ce lieu en harmonie avec la nature garde sa sérénité et nous a interpelé, nous sommes depuis ce
temps hospitaliers bénévoles chaque année pour l’accueil des pèlerins.
Nous essayons de transmettre l’accueil des moines hospitaliers que nous a légué en héritage Louis Janin,
pionnier sur le chemin de Compostelle.
Daniel et Arlette dborza arobase orange.fr
« Chaque pas nous rapproche de la nature »
https://youtu.be/APj9XhlaHU8
* Attention cette video ne fonctionne pas sur certains appareils, téléphones et tablettes
3
Saint-Gilles célèbre toute l'année les 900 ans de son église abbatiale, l'un des joyaux de l'art roman provençal. Cette
petite cité était un grand port médiéval et une halte déjà signalée dans le Codex Calixtinus pour tous les pèlerins et
jacquets. Son abbatiale est une halte sur l'itinéraire d'Arles et de Rome et elle est inscrite sur la Liste du patrimoine
mondial dans le cadre des « Chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France ». Cérémonies religieuses,
programmes culturels, marche et convivialité ponctuent l'année.
27 août
marche en convergence depuis plusieurs points de départ, procession autour des reliques, repas tiré du sac et animations
Du 26 août jusqu'en octobre
Exposition « De pierre, de bois, de terre et d'âmes » sur le patrimoine et le patrimoine mondial à travers les Chemins de
Saint-Jacques-de-Compostelle en France. Vernissage le 26 août à partir de 18h30 précédé d'une présentation du
patrimoine mondial. Exposition jusqu’au 8 octobre 2016.
10 septembre
Conférence de Dominique Cerbelaud, père dominicain : « Les Chemins de Compostelle »
8 octobre
Conférence de Pierre-Gilles Giraud : « L’iconographie légendaire de saint Gilles »
25 et 26 novembre
Exposition BD « Campus Stellae » dans le cadre du festival BD consacré au Moyen Âge dans la bande dessinée.
Rencontres d'auteurs…
La plupart de manifestations se tiennent à la médiathèque. Office de Tourisme : 04 66 87 33 75
Associations Accueil et traditions saint Gilloises : stgillespelerins@gmail.com
www.saint-gilles.fr
Rubrique « agenda culturel » du site www.chemins-compostelle.com
Ayant fait récemment (novembre 2015) un AVC, je suis à la recherche d'un accompagnateur bénévole pour continuer le
chemin de Compostelle depuis Cajarc près de Cahors où je me suis arrêtée l'année dernière, et cela pour 5 ou 6 jours de
marche. Selon l'ardeur et la fatigue, je marche mais ne fais plus 4km à l'heure comme par le passé mais 2 km en 1 heure
vu mon handicap. Bien sûr je prends à ma charge les frais de cet accompagnateur. Pour cette raison je cherche des
étapes courtes etc., des gîtes rapprochés.
Merci de me contacter par mail : Claudy
lotus_999_(arobase)hotmail.com
Quelles que soient nos croyances ou incroyance, nous sommes les bienvenus sur tous les chemins de monde.
WE destiné aux randonneurs, cheminant ou pèlerins de tous les chemins de St-Jacques,
à TOURS du vendredi 28 octobre 2016 (18h) - au dimanche 30 octobre (16 h 30)
Après le chemin de St-Jacques, vivre autrement ?
Un week-end pour partager nos découvertes et nos questions.
Un week-end pour discerner et partager les fruits humains et spirituels de notre pèlerinage.
 Temps de méditation - Marche - Chacun pourra partager en petit groupe autour de cette question :
« Dans mon expérience qu’est ce qui a été dynamisant ? »
L’écoute de chacun par l’autre est un chemin de révélation pour tous.
 Conférence "L'HISTOIRE DU PELERINAGE A SAINT-JACQUES-DE-COMPOSTELLE"
par Adeline RUCQUOI du Comité International des Experts du Chemin de Saint-Jacques
 Animation spirituelle : Père Michel MEUNIER, ancien pèlerin.
 et l’aimable visite de Mgr Bernard-AUBERTIN, Archevêque de Tours.
Renseignements et inscription : Après Compostelle ? www.compostelleweb.wordpress.com
4
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
402 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler