close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

A Paléo comme à la maison

IntégréTéléchargement
ils font l’actu
A Paléo comme à la maison
3
Journal de Morges
Vendredi 22 juillet 2016
Par Donatella Romeo
RÉGION
BÉNÉVOLES
TOUS À PALÉO
bars situé au nord de la plaine, dans
la zone Jura. Une fois que le festival
est terminé, il faut trier et compter
les stocks ainsi que nettoyer les
camions frigorifiques.»
Antoine Sobota et
Bastien Savary
sont bénévoles au
secteur boissons
du Paléo. Un job
physique mais
qu’ils adorent pardessus tout.
| Météo
L
es Morgiens Antoine Sobota et Bastien Savary
sont dans les coulisses du
Paléo, un peu comme
chez eux. Une anecdote sur le bar
des techniciens de la grande scène
par-là, une autre sur les caprices
d’une tête d’affiche par-ci, un petit
raccourci par-là et des «Salut!» à
n’en plus finir, avec respectivement
3 et 6 ans de bénévolat au Paléo, ils
sont un peu à la maison. Et ils
aiment ça.
«L’équipe de bénévoles du Paléo,
c’est un peu comme une famille.»
Antoine Sobota et Bastien Savary
sont unanimes: prendre sur ses vacances pour être bénévole au Paléo,
cela vaut la peine. «Quand on vit le
festival de l’intérieur, on en a une
vision très différente, souligne Antoine, 23 ans, que Bastien a «recruté» voilà 3 ans. Même s’il y a un
groupe que j’aime bien qui passe, je
ne vais pas forcément me déplacer
pour aller le voir, car on sera derrière entre amis et bénévoles à manger une fondue ou boire un verre.»
Et si, à l’image des deux amis qui se
sont connus au Tir Sportif Morgien, c’est souvent par un copain
que l’on commence à être bénévole,
tous deux apprécient les rencontres
que permettent ces semaines pas-
Bastien Savary et Antoine Sobota sont responsables de livrer les
boissons aux bars Paléo de la zone Jura. Romeo
sées au festival nyonnais: «On a
tous des âges et des profils très
différents, mais pourtant, on est un
groupe très soudé. C’est une ambiance géniale et au fil des années,
on se connaît tous super bien.» Et
Bastien Savary d’ajouter: «Cela permet de se créer un énorme réseau.»
Et à la question «quitteriez-vous le
secteur boissons pour un autre
poste?» là encore, la réponse est
nette: «non».
| Travail physique
Parce qu’avant la convivialité partagée autour d’un verre, il faut quand
même travailler. Et le secteur boissons n’est de loin pas le plus reposant. En tant que festivalier, on
l’oublie parfois, mais si Paléo a
ouvert ses portes mardi à 16h30, les
équipes de bénévoles s’affairaient
sur la plaine de l’Asse bien avant et
continueront au-delà des festivités.
Antoine Sobota va d’ailleurs y passer trois semaines au total. «Avant
la manifestation, on doit constituer
les stocks, les ranger et les classer
pour que ça facilite la livraison pendant le festival, explique Antoine
Sobota qui s’occupe plus particulièrement de livrer les boissons des
Durant cette semaine, les deux amis
seront également bien attentifs à
deux facteurs. «Les bars nous font
des commandes, mais en fonction
de la météo et des
de concerts
On a tous des âges types
on doit s’adapter,
et des profils très
reprend Bastien
Savary. Si comme
différents, mais
il fait
pourtant, on est un mercredi,
chaud, on sait
groupe très soudé. qu’il faudra préC’est une ambiance voir une réserve
d’eau supplémengéniale!
taire et s’il y a un
concert de heavy
metal comme avec Iron Maden, on
sait qu’on aura besoin de plus de
bières dans nos stocks. On a aussi
une réserve de secours pour pouvoir dépanner le plus rapidement
possible les bars.» Et s’il pleut, ils
savent aussi que leur travail sera
beaucoup plus compliqué que
prévu. Pour Bastien Savary en particulier: «Mon rôle est de décharger
les camions de livraison pour remParmi les bars Paléo dont s’occupent Antoine Sobota et Bastien Savary,
plir les remorques frigorifiques deron trouve Arte Vitis qui, hormis les minérales, ne sert que des vins
rière les bars avec un chariot élévavaudois. Sur la carte, le Domaine de la Colombe de Féchy, la Cave
teur, mais s’il pleut beaucoup, cela
Cidis de Tolochenaz, le Domaine Henri Cruchon d’Echichens ou
devient impossible de circuler parce
encore le Domaine de Marcelin de Morges sont les représentants du
que les camions s’embourbent.»
district de Morges. Sur ce stand géré par Lionel Widmer, œnologue au
«Bien sûr, c’est un travail physiDomaine de Marcelin, et Catherine Cruchon, œnologue au Domaine
que et cela demande quelques conHenri Cruchon, 13 vins de 13 vignerons vaudois sont servis à une
cessions, mais le jeu en vaut la
clientèle qui, année après année, se fait toujours plus nombreuse.
chandelle. Et puis comme on tra«Chaque domaine propose un rouge, un blanc ou un rosé avec à
vaille de 7h à 13h environ, on rel’esprit qu’au final, on souhaite proposer une carte diversifiée avec des
vient sur Morges quelques heures
assemblages et des terroirs différents», explique Catherine Cruchon.
avant de retourner au Paléo. C’est
De plus, deux vignerons sont présents chaque soir afin d’être en
important d’avoir ce petit moment
contact direct avec les clients. «Les retours dans nos caves respectives
de coupure.» D’autant plus qu’ils
suite à Paléo sont assez faibles, mais, en général, on vend entre 2000 et
ne pourront pas se reposer tout de
3000 bouteilles – tous vignerons confondus – sur les six jours, reprend
suite puisque, à peine le festival
Laurent Widmer. Et puis il y a beaucoup de clients qui passent nous
terminé, les deux amis enchaînevoir, c’est important d’être là.»
ront avec l’Abbaye de Morges. |
■ Vins vaudois en force
Il court pour offrir de l’eau potable
VUFFLENS-LE-CHÂTEAU
Guy RAVET
REMISE DE DON
| Une motivation
Grâce aux sponsors
pour sa course de
170 km, le cuisinier de
l’Ermitage Guy Ravet a
remis un don à
l’association Liziba.
En avril dernier, nous vous présentions la passion du cuisinier
Guy Ravet, du prestigieux restaurant l’Ermitage, pour les courses
de très grande distance. Pour l’Ultra Trail du Mont-Blanc lors duquel il parcourra quelque 170 km
à la fin du mois d’août, l’homme a
choisi de courir sous les couleurs
de l’association Liziba. Aussi,
grâce à une récolte de dons portée
par ce défi hors du commun, le
sportif a pu offrir un important
don à l’association.
«Je suis très content de pouvoir
vous remettre un chèque de
JM5
Contrôle qualité
Guy Ravet entouré de Colette et Pascal Tornay de l’association
Liziba ainsi que des sponsors-donateurs. Romeo
5000 fr., souriait Guy Ravet en
remerciant ses sponsors et en
transmettant un cadre symbolique
à Colette et Pascal Tornay de l’association Liziba. Cela représente
l’aboutissement de mon projet et
je sais que grâce à vous des centaines d’habitants de Bulape, en Ré-
et région
l’eau sale et plus de 50% de la
population passe plus de 30 minutes par jour à aller chercher de
l’eau», précise Pascal Tornay.
publique Démocratique du Congo
(RDC), ont un accès direct à l’eau
potable. Ce que vous faites est
essentiel.» Car si l’eau potable est
une évidence pour les Suisses, elle
reste un luxe pour la plupart des
Congolais. «Plus de 60% des habitants de la RDC consomment de
Face à ce constat, l’association a
choisi de concentrer ses efforts sur
la ville de Bulape d’où est originaire Colette Tornay. C’est
d’ailleurs son père qui est le répondant sur place. L’eau s’y trouve
en abondance, mais, boueuse, elle
est impropre à la consommation,
c’est pourquoi l’association œuvre
notamment en faveur de l’assainissement des sources et participe
à la création de citernes. «Beaucoup d’enfants meurent de maladies hydriques, or grâce à l’assainissement des sources, des quartiers entiers ne sont plus
confrontés à ce problème», se réjouit Pascal Tornay.
«Quand ce sera plus dur pendant la course, ou même lorsque
c’est difficile d’aller s’entraîner,
courir pour Liziba devient ma
source de motivation», conclut
Guy Ravet.
DOR
➤ www.liziba.org
29 jan.
4 mars
1er avril
29 avril
27 mai
10 juin
1er juil.
26 août 30 sept.
28 oct.
25 nov.
16 déc.
Prochain tous ménages
26 août
district gourmand
jardin & habitat
formation & enseignement
spécialistes de l’immobilier
Contactez notre régie publicitaire pour faire passer votre message
021 801 21 38 • pub@journaldemorges.ch
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
2 082 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler