close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Chouette, les mûres sont mûres

IntégréTéléchargement
Chouette,
mûres !
les
mûres
sont
{ Chouette, les mûres sont mûres ! }
Grand cheesecake végétal aux fruits des bois
♥ Sans lait ♥ Sans oeufs ♥ Vegan ♥ IG Bas ♥
Ohé,
il
y
a
quelqu’un ? Je
pose
juste
la
question car il
paraît qu’en août,
les
lecteurs
désertent
les
blogs… Notez que
si
c’est
pour
mieux profiter de
vos vacances, les
doigts de pieds en
éventail dans un
hamac avec une BD
sur les genoux (sur
les genoux, pas sous les yeux,
parce que c’est un peu fatigant
, vous
avez bien raison !
de tenir une BD…)
Mais pour le cas
où il resterait
quelques
irréductibles
aficionados
de
cuisine, je viens
partager avec vous
une recette assez sympathique improvisée tout dernièrement
pour la fête d’une petite fille très, très mignonne… En fait,
pour ceux qui suivent mon blog régulièrement cette recette ne
sera pas très originale car je me suis beaucoup inspirée des
carrés aux groseilles postés en juillet, et ce gros gâteau de
12 à 15 parts en est vraiment une très proche variante : fond
sablé, crème de fruits rouges bien onctueuse façon « tarte au
citron », le tout chapeauté d’une Chantilly coco joliment
marbrée de volutes à la mûre… Notons qu’en plus d’être assez
« chic », ce succulent cheesecake entièrement végétal est
assez facile à préparer : Si vous zappez le chapeautage à la
crème Chantilly et confiture de mûres (que vous pouvez
rajouter directement dans l’assiette au moment de servir)
cette recette est même de celles qui se réalisent quasiment en
quelques coups de mixeur ! Et si vous voulez quand même
chapeauter votre gâteau, mais que vous n’êtes pas très à
l’aise avec la réalisation des volutes à la mûre (je ne suis
moi-même pas super-fière des miennes), mélangez juste
délicatement de quelques coups de cuillère dans un mouvement
arrondi la crème et la confiture directement sur le gâteau
pour créer des marbrures : ça peut aussi être très joli (photo
plus bas)…
Je profite de cette recette pour donner une petite précision
qui aidera peut-être ceux qui débutent un peu en pâtisserie
bio :
on ne plaisante pas avec l’agar-agar !
Car à défaut de balance électronique hyper-précise (genre,
celle dont les dresseurs de puces se servent dans les cirques
pour surveiller l’embonpoint de leurs élèves), il est parfois
très difficile de doser exactement cette petite algue en
poudre qui aide à gélifier naturellement les préparations. Or,
il est trèèès important de ne pas trop s’éloigner des dosages
préconisés dans les recettes ! Car si l’on a la main un peu
lourde, la texture du dessert sera certes génialement bien
gélifiée (oh que oui!), mais beaucoup trop dense, manquant
dramatiquement de fondant. J’ai croisé une fois une dame dans
un Biocoop qui m’a avoué doubler systématiquement les
proportions d’agar-agar que je mets dans mes recettes… « Au
moins, comme ça, ça tient » a-t-elle déclaré très fière en
guise de conclusion. Ben oui ma p’tite dame, mais là c’est une
panacotta crémeuse que j’avais mis dans mon livre, pas une
formule chimique pour balles rebondissantes….
À l’inverse, si le
dessert
manque
d’agar-agar,
la
préparation risque
de
s’effondrer
lamentablement au
démoulage ! J’ai eu
un
bavarois
à
l’abricot,
une
fois, qui à la
découpe
de
la
première part s’est
métamorphosé sous
les yeux hagardhagards de mes
invités en espèce
de
flaque
tremblotante orange
façon
«
un
extraterrestre a
vomi du potiron »…
Schplaaeurf, ça a
fait, en s’étalant
sur
la
nappe.
J’aurais bien aimé
me cacher sous la
table, surtout que c’était LE « super gâteau de Marie Chioca »
que tout le monde attendait de pied ferme pour l’anniversaire
de ma belle-mère (et dire qu’il y en a qui s’étaient privés de
reprendre du rôti pour garder une « petite place pour le
gâteau »!). Le fin mot de l’histoire ayant été trouvé par mon
fiston, encore petit à l’époque donc je pense qu’il n’avait
pas fait exprès (j’ai quand même léger un doute parce qu’il est coquin ;)) : « En fait
Maman, ça s’appelle un bavarois parce que ça bave, c’est ça? »
Bref, pour vite passer à autre chose, voici une petite
« astuce » pour éviter un peu les soucis : sachant que je ne
mettrai jamais dans mes recettes que des « chiffres ronds » en
agar-agar du genre 2g, 4g, 6g ou 8g (car moi non plus, je n’ai
pas de pèse-puce) ayez toujours dans vos placards des sachets
de deux dosages différents (selon les marques, il existe des
sachets de 2g et de 4g). Ainsi, dans ce dessert par exemple il
vous sera très facile de doser 6g sans balance.
…En attendant que les fabricants proposent un jour des minisachets de 1g. Cela serait tellement pratique ! Peut-être une
idée à suivre ?… Allez les gars, s’il vous plaît, on en
rêverait !
Ingrédients pour 12 à 15 personnes
Préparation : 30 min
Cuisson : 15 min au four + 3 min à la casserole
Repos au frais : environ une nuit
La version avec lesdites jolies volutes…
Mouaif. Jolies avec la mention « peut
mieux faire » ;)
Pour la pâte sablée :
265g de farine T110 de grand épeautre
100g de sucre de coco
150g d’huile de coco
Une grosse pincée de fleur de sel
Pour le curd aux fruits des bois :
230g de mûres
145g de myrtilles
200g de sirop d’agave
6g d’agar-agar
40cl de crème de coco
2 c. à soupe d’extrait de vanille liquide
25g de farine d’épeautre
75 d’huile de coco
Pour le topping :
40cl de crème de coco très froide
200g de confiture de mûres ou de myrtilles (du commerce
ou fait-maison, en s’inspirant par exemple de ces
recettes )
Quelques mûres et myrtilles.
La veille au soir, préchauffer le four à 180°C, si possible en
chaleur tournante.
Mixer ensemble tous les ingrédients de la pâte, puis bien
tasser le mélange au fond d’un cercle à pâtisserie de 25cm de
diamètre (bien veiller à ce qu’il n’y ait pas d’espace entre
la pâte et le cercle). Enfourner pour 15 minutes, puis laisser
refroidir un peu.
Pendant ce temps, mixer ensemble tous les ingrédients de la
crème aux fruits des bois. Verser dans une casserole et porter
à ébullition en mélangeant souvent au fouet. Dès que la
préparation bout, compter 3 minutes de cuisson en fouettant
sans cesse.
Mixer de nouveau puis verser dans le cercle, sur la pâte
brisée.
Couvrir et mettre au frais une nuit.
Le lendemain, fouetter la crème de coco très froide en
chantilly et l’étaler sur le gâteau.
Mixer la confiture de mûres, puis déposer avec une cuillère à
café de grosses « gouttes » de confiture sur la crème
fouettée. Les étirer en forme de jolies volutes avec le doigt.
Servir aussitôt, ou remettre au frais, bien couvert. Ce gâteau
peut alors se conserver environ 24H.
La version où on mélange juste la crème
et la confiture avec une cuillère…
Mon cher-et-tendre vous prie de bien vous
esclaffer d’admiration devant ses petites
réalisations de bûcheron-décorateur pour
cette tablée sur le thème de la forêt :
assiettes en « tranches de tronc »,
porte-prénoms en petits rondin, tabourets
en bûches, vases taillés dans des
morceaux de branches… Là, pour le coup
c’est vraiment ce qui s’appelle du
« travail à la tronçonneuse », mais c’est
super mignon, surtout quand c’est fait si
gentiment par un Papa des bois
Il peut
prendre vos commandes (mais surtout, ne
lui commandez rien, je l’attend au
tournant car il doit d’abord, entre
autres, terminer l’enduit de l’escalier,
l’isolation du mur nord, le carrelage de
la cuisine, la peinture des volets, etc,
etc…)
La grande soeur vous prie aussi de bien
admirer ses petits paquets cadeaux si
artistiquement assortis au reste de la
déco (ceux avec du papier cadeau Disney
bleu
pétard
se
trouvaient
très
bizarrement hors du champ de la photo)…
Quant à moi, je vous invite juste à
tomber en pâmoison devant ma Poupougnette
;)…
Bonnes vacances à tous !
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
6 735 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler