close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

à Cracovie - Diocèse de St

IntégréTéléchargement
L’Envoi
Revue de l’Église de Saint-Hyacinthe
JMJ
M
MJ
à Cracovie
Volume XXXI, numéro 6 • Juin - Juillet 2016
En communion avec les
Journées mondiales
de la jeunesse à Cracovie,
les jeunes de 15 à 35 ans
du Québec sont invités à un
rassemblement au sanctuaire
Notre-Dame-du-Cap
du 29 au 31 juillet 2016.
www.facebook.com/jmjndcap
Sommaire
5
JMJ
Mot de Mgr Lapierre
6
Rendez-vous avec le pape
par Michel Pelletier, d.p.
7
Les jeunes, témoins de l’Évangile
dans un monde en ébullition!
par Frédéric Barriault
11
La délégation diocésaine
JMJ Cracovie 2016
par Monique Cyr
13
Bible Youcat vs ZeBible
par Catherine D. Marcoux,
en collaboration avec Geneviève Boucher
14
Ordination diaconale
de Ghislain Bernier
15
Fort Boyard familial 2016
16
Concours d’écriture
par le Comité Famille
18
Chancellerie
MOT DE LA RÉDACTRICE
Catherine D. Marcoux
S
aviez-vous que les Journées mondiales de la jeunesse se font localement à travers le monde chaque année? Initialement, mais aujourd’hui encore,
elles se fêtaient le Dimanche des Rameaux. Ce n’est pas un hasard. En 1983, le
pape saint Jean-Paul II a voulu associer les jeunes avec le mystère pascal. Mais
qu’est-ce que va veut bien dire? Le mystère pascal serait le symbole catholique
que Jésus nous sauve, qu’il est vainqueur de la mort par sa résurrection. De plus,
1983 était l’année du Jubilé de la Rédemption, le « rachat du genre humain par
la mort du Christ ». Les JMJ, comme nous les appelons souvent, ne seront donc
pas seulement le grand rassemblement international des jeunes catholiques.
Pour ce numéro, afin de mieux comprendre l’univers des JMJ, nous parcourons l’histoire
des mouvements jeunesse au Québec avec Frédéric Barriault. Guy Prévost d.p. nous
présente notre délégation diocésaine qui participera aux JMJ cet été. Avec l’aide de ma
collègue Geneviève Boucher, nous vous proposons deux Bibles dynamiques conçues pour
les jeunes. Puis, absent ou non aux derniers événements diocésains vous aurez la chance
de voir deux reportages-photos afin de revivre les festivités!
Mgr Lapierre nous invite également à réfléchir, entre autres, sur les béatitudes à partir de
l’Évangile de saint Matthieu. Que nous soyons à Cracovie ou ailleurs cet été, permettonsnous encore une fois de nous laisser transcender par notre thème de l’année pastorale
2015-2016 : Ma famille, une école de miséricorde!
Bonne lecture et surtout bon été!
CATHERINE D. MARCOUX, responsable aux communications
communic@diocese-st-hyacinthe.qc.ca
Coordination et rédaction : Catherine D. Marcoux
L’Envoi de Saint-Hyacinthe
Comité de rédaction : Frédéric Barriault, Marc Benoît, Stéphanie
Bernier, Sr Françoise Boulais et Monique Cyr
Équipe technique : Sylvie Beaupré, Nicole Bossinotte
et Louise Robillard
Adresse : Secrétariat diocésain
1900, rue Girouard Ouest, C.P. 190, Saint-Hyacinthe (Québec) J2S 7B4
Téléphone : 450 773-8581 - Télécopieur : 450 774-1895
communic@diocese-st-hyacinthe.qc.ca
www.diocese-st-hyacinthe.qc.ca
4
JUIN - JUILLET 2016
Abonnement : 20 $ / 5 revues (avec annuaire : 35 $) Chèque à l’ordre de CECR Saint-Hyacinthe
Dépôt légal : Bibliothèque nationale du Québec
Bibliothèque nationale du Canada.
L’Envoi est édité par le diocèse de Saint-Hyacinthe et est
publié 5 fois par année, de septembre à juin. Il est membre
de l’Association Canadienne des Périodiques Catholiques (ACPC).
Tout texte publié dans L’Envoi demeure l’entière responsa-
bilité de son auteur et n’engage que celui-ci.
Prochaine parution : le mercredi 31 août 2016
Date de tombée : le mercredi 10 août 2016
MESSAGE DE NOTRE ÉVÊQUE
François Lapierre p.m.é.
JMJ
Vous souvenez-vous du thème
des JMJ de Toronto en 2002?
Vous l’avez oublié, c’est normal.
Eh bien! Le thème était « Vous
êtes le sel de la terre » et le chant
thème « Lumière du monde »,
des mots qu’on ne peut saisir si
on ne les relie pas aux Béatitudes qu’on trouve juste avant
dans l’évangile de saint Matthieu.
Nouveau Testament : « Sois vainqueur du mal par le bien. »
(Rm 12, 21) Et c’est bien ainsi que Luc aussi a compris les choses :
« Faites du bien à ceux qui vous haïssent » (6,27b)iii
Et savez-vous quel est le thème de la JMJ de Cracovie? Je vous
donne un indice, nous avons une porte de ce nom à l’entrée
de la cathédrale; oui, vous l’avez « Heureux les miséricordieux
car ils obtiendront miséricorde ». Une béatitude qu’on trouve
aussi chez saint Matthieu.
Nous accompagnerons ainsi le pape François et les deux millions
de jeunes qui doivent participer à ces Journées Mondiales dans
la ville où le saint pape Jean Paul II, l’initiateur des JMJ a été
évêque de 1958 à 1978.
Cette béatitude est d’une grande actualité dans le monde où
nous vivons, un monde où nous voyons monter l’intolérance,
la dureté des relations, la loi des plus forts, une concurrence
effrénée, mais où grandit également le désir d’un plus grand
respect de la dignité humaine, d’une plus grande présence
avec les blessés de la vie.
Nous n’irons pas tous à Cracovie où se trouve le tombeau de
saint Hyacinthe, mais nous pouvons vivre une JMJ spirituelle,
reprendre la béatitude des miséricordieux et voir comment elle
peut influencer notre vie et faire la différence dans le milieu
où nous vivons.
Notre été trouvera ainsi un centre spirituel qui nous aidera
à cheminer durant ce temps de vacances. Ce sera aussi une
belle façon de terminer cette année pastorale qui avait comme
thème Ma famille, une école de miséricorde. Si vous avez des
suggestions pour le thème de l’année pastorale qui vient,
n’hésitez pas à les faire parvenir le plus tôt possible.
Bon été!
Dans son magnifique petit livre sur les béatitudes, le P. Michel
Gourgues o.p. écrit « Les doux sont ceux qui n’agissent pas
avec violence, les miséricordieux ceux qui ne réagissent pas
avec violence.»i Un peu plus loin, il se demande « Le disciple
devra-t-il se contenter d’encaisser et de subir passivement?»ii,
une attitude qui n’est pas facilement acceptable, aujourd’hui.
Le P. Gourgues fait alors référence à un autre passage du
François Lapierre p.m.é.
29 juin 2016
i GOURGUES, Michel, o.p., Foi, bonheur et sens de la vie, Médiapaul,
1995, p.60
ii Ibid., p.64
iii Ibid.
L’Envoi de Saint-Hyacinthe
JUIN - JUILLET 2016
5
CHRONIQUE DU DIACRE
Michel Pelletier
Rendez-vous avec le pape
J’ai toujours suivi avec beaucoup
d’intérêt les Journées mondiales de
la jeunesse mais je n’ai jamais eu
l’occasion d’y participer. Par contre,
j’ai eu cette chance extraordinaire
d’être parmi les 60 000 jeunes
réunis au Stade olympique de
Montréal lors de la visite du pape
Jean-Paul ll, en 1984. Les responsables du Café chrétien de Granby, à l’époque, avaient
organisé un transport en autobus pour les jeunes qui
fréquentaient l’œuvre et étaient intéressés à aller à ce
rendez-vous historique avec le pape.
Une occasion comme celle-là ne se présente vraiment pas
tous les jours et je n’ai pas hésité une seconde à me joindre
au groupe avec mon épouse Francine. À ce moment-là,
nous étions mariés depuis quelques mois à peine et nous
étions très intéressés, non seulement à entendre ce que
le pape avait à dire aux jeunes, mais aussi très stimulés à
l’idée de nous retrouver avec des milliers d’autres jeunes,
catholiques comme nous, qui cheminent dans la foi au
Christ.
L’Envoi de Saint-Hyacinthe
Je me souviendrai toute ma vie de ces moments inoubliables et de la joie extraordinairement rayonnante qui
s’exprimait par les cris et les applaudissements des jeunes
quand le pape nous parlait comme on parle à des amis.
« Ayez le cran de résister aux marchands d’illusion qui
exploitent votre soif de bonheur et vous font payer cher
un moment de “paradis artificiel” » disait-il, « restez
des chercheurs de la vérité. Déployez avec courage les
richesses qui sont en vous. Donnez-vous sans mesure au
service de la justice, de la paix, de la liberté et de l’amour,
dans la lumière du Christ. »
Il m’est presque impossible de décrire la sensation intérieure que j’ai vécue ce jour-là. Le fait de voir le pape en
personne à quelques mètres de nous, au bas de notre
section d’estrade, en nous envoyant la main avec son
beau sourire contagieux. Nous ne pouvions retenir nos
larmes de joie provoquées par cette mystérieuse prise de
conscience que nous étions en présence d’un saint, un
homme de Dieu venu expressément pour nous rencontrer. Et qu’à travers lui, c’était le Seigneur qui nous visitait
et nous parlait. Même si j’avais en moi un très fort désir
de m’impliquer en Église, je ne pouvais absolument pas
6
JUIN - JUILLET 2016
m’imaginer en ce 11 septembre 1984 que je serais,
15 ans plus tard, ordonné diacre permanent par Mgr
François Lapierre, un 11 septembre.
Il est toujours possible de retrouver sur internet quelques
souvenirs de ce rendez-vous historique du pape avec
la jeunesse québécoise, particulièrement la très belle
chorégraphie exécutée par des milliers de jeunes tout de
blanc vêtus ainsi que la célèbre chanson Une colombe
interprétée par Céline Dion. Ce sont des moments forts
qu’on n’oublie pas.
Comme on le sait, ces rendez-vous du pape avec la
jeunesse du monde se sont multipliés avec un tel succès
qu’ils sont devenus par la suite les traditionnelles « JMJ »
qui ont rassemblé de par le monde entier des millions de
jeunes. Cela prouve que ce succès n’était pas seulement
lié à la personnalité forte et charismatique de Jean-Paul ll,
mais au besoin profond qu’ont les jeunes de se rassembler autour d’un bon pasteur qui s’adresse à eux en toute
vérité et ose leur parler d’espérance, de foi et d’amour.
Nombreux sont les témoignages édifiants de jeunes qui
partagent leur expérience vécue aux JMJ et surtout de
l’effet stimulant pour leur foi de constater qu’ils ne sont
pas seuls. Ils sont des millions à travers le monde à
suivre le Christ et à se laisser inspirer par son Esprit. Ils
deviennent des évangélisateurs de premier choix pour
rejoindre d’autres jeunes qui cherchent un bonheur véritable que seul le Christ peut leur apporter. C’est justement de ce bonheur que le Pape François veut leur parler
lors de la prochaine Journée mondiale de la jeunesse.
Il a donné rendez-vous aux jeunes du monde entier à
Cracovie, en Pologne, sous le thème de la miséricorde
« Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde » (Mt 5,7).
Bien plus qu’une simple occasion de vivre une belle
aventure de voyage pour les jeunes qui se rendront
en Pologne, ce rendez-vous avec le pape est aussi une
rencontre spirituelle qui peut être marquante pour
ceux qui s’ouvrent à la grâce. Prions pour qu’ils soient
nombreux à y participer et à expérimenter personnellement la tendresse et l’Amour de Dieu.
Michel Pelletier, diacre permanent
DOSSIER
LES JEUNES, DES TÉMOINS DE L’ÉVANGILE
DANS UN MONDE EN ÉBULLITION!
L’Envoi de Saint-Hyacinthe
par Frédéric Barriault
Communications & Société
JUIN - JUILLET 2016
7
DOSSIER
Les jeunes ont toujours été au cœur des préoccupations
de l’Église, puisqu’ultimement, c’est à travers la jeunesse
que le Peuple de Dieu se renouvelle, se revitalise et se
« rebranche » à ses origines fondamentalement militantes.
Les jeunes occupent donc une place de choix dans la vie
liturgique et dans la pastorale de l’Église. Du baptême à
la confirmation, en passant par la première communion,
les enfants sont au cœur de toute une série de parcours
de catéchèse leur permettant de faire leurs premiers pas
dans la foi et de découvrir les trésors — et la joie! — de
l’Évangile. Cette joie de l’Évangile se poursuit ensuite à
l’adolescence et l’âge adulte, par le biais de diverses activités destinées à nourrir la foi de ces chrétiens en devenir,
qu’il s’agisse de célébrations eucharistiques, de « messes
jeunesse », de pèlerinages ou encore d’engagement dans
diverses associations pieuses ou confréries de dévotion.
Ce type de chrétienté a longtemps été la norme dans
le monde catholique, y compris chez nous, au Québec,
jusqu’au début des années 1970. Dans un monde où l’adhésion de tous à la foi catholique « allait de soi »; dans un
monde où la famille, l’Église et l’école marchaient « main
dans la main », l’accompagnement spirituel des jeunes
se faisait naturellement, au jour le jour. Baptisés dans les
heures qui suivent leur naissance, les enfants apprenaient
leur catéchisme, récitaient leurs prières, assistaient à l’office dominical et participaient aux grandes fêtes de l’année
liturgique en compagnie de leur père, de leur mère et de
leurs frères et sœurs. L’école et la paroisse prenaient aussitôt le relais afin de nourrir cette foi en devenir : c’est là que
les jeunes parachevaient l’apprentissage du catéchisme et
de la vie liturgique, sous le regard sourcilleux mais ravi de
leurs parents, de leurs enseignants et du clergé.
L’Envoi de Saint-Hyacinthe
À cette époque pas si lointaine, nulle cloison étanche
ne séparait la vie scolaire et la vie paroissiale : la journée
d’enseignement commençait par la récitation du Notre
Père, se poursuivait par l’apprentissage du catéchisme
ou de l’histoire sainte, et se « concluait » parfois par une
messe dans la chapelle du couvent ou du collège, sinon
dans l’église paroissiale. Les enfants de chœur étaient
recrutés sur les bancs d’école, tout comme d’ailleurs les
membres des confréries de dévotion (les Enfants de Marie
et les Cadets du Sacré-Cœur, par exemple). Lors de la
procession de la Fête-Dieu, les collégiens et couventines,
en tenue d’apparat, prenaient place avec fierté dans le
défilé, tout juste derrière le Saint-Sacrement, sous le regard
attendri et ébahi de leurs parents et de leurs voisins.
8
JUIN - JUILLET 2016
Cette synergie entre la famille, l’école et la paroisse se
poursuivait jusque dans la sphère des loisirs : on n’a qu’à
penser aux ciné-clubs étudiants des collèges classiques,
aux troupes scoutes dans les paroisses, ou encore aux
camps d’été et aux terrains de jeux destinés aux jeunes
catholiques — et encadrés, hier encore, par des aumôniers comme le père Marcel de la Sablonnière ou le père
Ambroise Lafortune. Le paysage urbain de Saint-Hyacinthe
a d’ailleurs conservé quelque chose de cette époque,
puisqu’on y utilise encore le terme OTJ (Œuvre des terrains
de jeux) pour faire allusion aux Centres des loisirs.
Le tournant des années 1930
Or, voilà, ce monde a vécu et a fini par disparaître — pour
le meilleur et pour le pire. Dès les années 1920 et 1930,
la famille, la paroisse et l’école ont commencé à éprouver
des difficultés en matière d’encadrement de la jeunesse.
À l’époque de la Crise économique, des idéologies politiques totalitaires — communisme, fascisme et nazisme
— tentent de séduire les jeunes, en mettant de l’avant des
mouvements de jeunesse faisant directement concurrence
à ceux chapeautés par l’Église. Pensons ici aux Jeunesses
hitlériennes ou aux Jeunesses communistes, par exemple...
À cela s’ajoute une sécularisation croissante des familles
issues de la classe ouvrière, lesquelles se détournent de
plus en plus de l’Église, au milieu du 20e siècle.
C’est dans ce contexte que deux prêtres français, les abbés
Henri Godin et Yvan Daniel, se demandent (en 1943) si la
France n’est pas devenue un pays païen et anti-chrétien,
qu’il faut de toute urgence ré-évangéliser. Ceux-ci déploraient le catholicisme de façade qui était le lot d’un grand
nombre de leurs compatriotes et contemporains. Comme
plusieurs jeunes catholiques de leur époque, Godin et
Daniel dénonçaient les « catholiques du dimanche »,
c’est-à-dire ceux qui n’étaient chrétiens que lors de l’office dominical, et qui se comportaient en « païens » —
égoïstes, brutaux, infidèles et jouisseurs — le reste du
temps.
DOSSIER
Des jeunes en quête de… révolution spirituelle
Cette jeune génération de catholiques, réunie autour de la
revue Esprit et du philosophe français Emmanuel Mounier,
n’aura qu’un seul objectif : être constamment et intégralement fidèle à l’enseignement de Jésus, et travailler à
faire advenir, ici et maintenant, le Royaume de Dieu, par
le biais d’une authentique révolution spirituelle. Bref, la foi
en Jésus suppose un engagement total et entier et repose
sur une adhésion sincère et profonde à son enseignement.
Assister à la messe et aux fêtes religieuses ne suffit pas, ne
suffit plus : il faut aussi être prêt à s’engager dans la Cité
des hommes; il faut être prêt à témoigner de sa foi sur
la place publique, particulièrement dans des sociétés qui
tournent plus que jamais le dos à l’Église et à l’Évangile.
Une « révolution » était donc en cours au sein de l’Église :
jusqu’ici, rappelons-le, la vie religieuse des jeunes catholiques était perpétuellement encadrée et étroitement
supervisée par les adultes, qu’il s’agisse de leurs parents,
de leurs enseignants ou du clergé paroissial. Bien que
les membres de l’Action catholique aient effectivement
Révolution spirituelle et Révolution tranquille
En Europe, la chose était devenue nécessaire pour l’Église,
en raison de la sécularisation croissante des sociétés catholiques — et aussi de la concurrence des mouvements de
jeunesse nationalistes, communistes ou fascistes. Dans
le Québec des années 1940-1950, ce problème-là ne se
posait pas (encore) avec la même acuité, puisque l’école
et la société étaient alors — du moins en théorie — officiellement catholiques. Pourtant, une amorce de sécuralisation était déjà à l’œuvre dans les villes et les villages
de la Belle Province. Plusieurs jeunes catholiques de cette
époque rêvaient malgré tout d’une authentique révolution spirituelle, hérissés qu’ils étaient par la piété conformiste et superficielle de leurs parents — et aussi par les
nombreuses injustices économiques et sociales qui persistaient dans le Québec de Maurice Duplessis. Déterminés à
faire advenir une société plus juste et plus fraternelle dans
laquelle la liberté et la dignité humaines seraient mieux
protégées et mises en valeur, plusieurs militants d’Action
catholique ont pris fait et cause pour les travailleurs, les
pauvres et les exclus. Plusieurs de ces militants — clercs et
laïcs — vont donc être aux premières loges du mouvement
d’opposition au régime autoritaire de Maurice Duplessis,
particulièrement lors de la fameuse grève d’Asbestos, en
1949. Ils joueront aussi un rôle-clé dans la mise en place
de la Révolution tranquille, ceux-ci se convainquant que
la démocratisation du système d’éducation et du système
de santé contribuent à faire advenir une société plus juste,
plus équitable, plus fraternelle au Québec. Tout ça au nom
de leur foi sincère et inébranlable en Jésus Christ.
JUIN - JUILLET 2016
9
L’Envoi de Saint-Hyacinthe
La fougue de cette jeunesse trouvera une oreille attentive
dans l’Église des années 1930 et 1940. Divers membres
du clergé – dont, au premier chef, le chanoine belge
Joseph Cardijn — tentent alors de canaliser la révolte spirituelle et la soif de justice sociale qui anime cette jeunesse.
C’est dans ce contexte que seront créés des mouvements
d’Action catholique à l’intention des jeunes. On voit ainsi
apparaître la Jeunesse étudiante catholique (JEC) pour les
collégiens et universitaires, la Jeunesse ouvrière catholique
(JOC) pour les fils et filles de travailleurs, la Jeunesse agricole catholique (JAC) pour les fils et filles de cultivateurs,
etc. L’idée, ici, étant de confier à des jeunes — et à des
laïcs! — l’évangélisation de leurs pairs, c’est-à-dire de
leurs semblables. Les membres de la JEC témoignaient
de l’Évangile dans le monde collégial et universitaire,
tout comme dans les revues intellectuelles; ceux de la
JOC témoignaient de leur foi à l’usine, au syndicat, à la
coopérative et dans le voisinage; ceux de la JAC faisaient
rayonner le Christ dans le monde rural, etc.
été encadrés par des aumôniers, ceux-ci s’efforçaient de
donner une grande marge de manœuvre aux jeunes, afin
de ne pas étouffer leur fougue, ni leur ferveur spirituelle.
La chose peut nous sembler banale, aujourd’hui, dans
une Église qui parle volontiers de Peuple de Dieu, de
dignité des laïcs, de Nouvelle évangélisation et de tournant missionnaire des communautés chrétiennes. Or, dans
l’Église cléricale, hiérarchique et autoritaire des années
1940 et 1950, donner une telle marge de manoeuvre à
de jeunes laïcs était proprement « révolutionnaire ».
DOSSIER
Dieu merci : des jeunes témoignent, aujourd’hui
encore, de l’Évangile!
Force est d’admettre, cependant, qu’en dépit de leurs
meilleures intentions, les militants d’Action
d’
catholique et
les artisans de la Révolution tranquille n’ont pas réussi à
endiguer le processus de sécularisation à l’œuvre dans la
société. La révolution spirituelle tant espérée n’a jamais
eu lieu : les baby-boomers ont massivement tourné le
dos à l’Église, bon nombre d’entre eux préférant — en
cette période d’abondance et de jouissance tous azimuts
— s’abrutir dans les gratifications et les plaisirs à court
terme, rendus possibles par la société de consommation.
CADOTTE, Robert et Anik MEUNIER. L’école d’antan :
Découvrir et se souvenir de l’école du Québec, Québec,
Presses de l’Université du Québec, 2011, 212 p.
GAUVREAU, Michael. Les origines catholiques de la
Révolution tranquille, Montréal, Fides, 2008, 464 p.
GODIN, Henri et Yvan DANIEL, La France, pays de mission?
Lyon, Éditions de l’Abeille, 1943, 161 p.
VALCOUR, Pierre, (dir.). Mouvements de jeunesse :
Toujours prêts. À voir, juger et agir, Québec, Septentrio(n)
umérique, 2012, 254 p.
Illustrations : Catherine D. Marcoux
Les jeunes catholiques n’ont cependant cessé de témoigner de la joie de l’Évangile, ni d’ailleurs de travailler
à mettre en place un monde plus juste, équitable et
fraternel. C’est ce que font les militants et coopérants
de Développement et Paix depuis bientôt 50 ans. C’est
également ce que font les jeunes qui n’hésitent pas à assumer
leur identité de catholiques, quitte à être à contre-courant :
pensons ici aux blogueurs catholiques qui prennent la
plume pour témoigner de l’Évangile, parler de leur foi et
défendre leurs convictions. Pensons aussi aux jeunes qui
participent, année après année, aux Journées mondiales
de la jeunesse — ou à un nombre incalculable de messes,
de pèlerinages, de concerts de rock chrétien, de cérémonies religieuses ou de retraites spirituelles.
Pour en savoir plus
L’Envoi de Saint-Hyacinthe
BIENVENUE, Louise. Quand la jeunesse entre en scène :
L’Action catholique avant la Révolution tranquille, Montréal,
Boréal, 2003, 294 p.
10
Vivre l’Évangile
autrement!
Visitez troupeterrepromise.org
JUIN - JUILLET 2016
PORTRAIT
DRAPEAU JMJ DIOCÈSE
La délégation diocésaine
JMJ Cracovie 2016
par Guy Prévost, d.p.
Les Journées mondiales de la jeunesse sont à nouveau
à nos portes!
Deux autres sont d’origine mexicaine. Une dernière
est originaire de la Colombie-Britannique. Et tous se
considèrent frères et sœurs dans la foi.
Le groupe se prépare depuis près de trois ans. Pour
eux, le pèlerinage a déjà commencé, et il atteindra
son point culminant en Pologne. Tout au long de ces
mois, chaque participant a été invité à s’impliquer
tant au niveau matériel que spirituel : levées de fonds,
pèlerinage diocésain, rencontres de formation, de
partage et de prière, retraite, etc.
Dans notre diocèse, une délégation de 12 participants s’est formée. Cette délégation regroupe de
jeunes adultes impliqués dans différentes sphères de
notre Église. Ils seront entourés du couple responsable
Monique et Guy Prévost et du prêtre accompagnateur
Luc Richard. Neuf d’entre eux sont d’origine québécoise.
Ce pèlerinage des JMJ aura une couleur toute différente des JMJ précédentes car notre saint patron,
saint Hyacinthe, était un évangélisateur exceptionnel
en Pologne. Les jeunes pèlerins auront le bonheur
de marcher sur les pas du saint qui veille sur notre
diocèse et qui intercède pour nous tous.
JUIN - JUILLET 2016
11
L’Envoi de Saint-Hyacinthe
Du 12 juillet au 2 août, une délégation de pèlerins
de notre diocèse participera à ce qui est devenu le
plus grand rassemblement de jeunes adultes croyants
catholiques au monde. Ces jeunes âgés entre 18 et 35
ans vont converger vers la Pologne, lieu de naissance
de saint Jean-Paul II. Ensemble, ils célébreront leur foi
de différentes façons, en compagnie de notre pape
François.
PRIÈRE
JMJ CRACOVIE 2016
« Dieu, Père miséricordieux, qui as révélé
Ton amour dans ton Fils Jésus-Christ,
et l’as répandu sur nous
dans l’Esprit Saint Consolateur,
nous Te confions aujourd’hui le destin du
monde et de chaque homme ».
Nous Te confions en particulier les jeunes
de toutes nations, peuples et langues :
guide-les et protège-les sur les sentiers
périlleux de la vie et donne-leur de
recevoir de nombreuses
grâces de l’expérience des Journées
mondiales de la jeunesse de Cracovie.
Père céleste,
rends-nous témoins de Ta miséricorde.
Apprends-nous à annoncer la foi à ceux
qui doutent,
l’espérance aux découragés,
l’amour aux indifférents,
le pardon aux pécheurs
et la joie aux malheureux.
Fais que l’étincelle de l’amour
miséricordieux que tu as allumée
en nous devienne un feu qui transforme
les coeurs et renouvelle la
face de la terre.
Marie, Mère de Miséricorde,
priez pour nous
Saint Jean-Paul II, priez pour nous
Sainte Faustine, priez pour nous.
Amen.
PASTORALE
vs
par Catherine D. Marcoux, en collaboration avec Geneviève Boucher
Il est souvent demandé en Église ce qui peut bien s’offrir aux
jeunes, comment la jeunesse d’aujourd’hui peut s’outiller
pour mieux comprendre les enseignements de la Parole. Voici
deux Bibles disponibles spécialement pensées pour les jeunes
de 15 à 35 ans.
Maintenant, la ZeBible. En 2011, la Société biblique française a pris l’initiative de publier une Bible qui inciterait
davantage les jeunes à lire les écrits bibliques, à y prendre
plaisir et, éventuellement, à s’en inspirer pour prendre des
décisions importantes dans leur vie. Comme le dit leur
slogan : vivre une autre expérience!
Comme bien des Bibles, cette Bible bicolore offre une
introduction pertinente au monde de la Bible ainsi qu’une
introduction à chacun des livres bibliques et plusieurs
explications en marge des textes saints. Ceux-ci sont
complets. Facile d’utilisation, elle propose plusieurs aides
à la lecture et des programmes de lecture. Bible plus
dynamique qu’une Bible traditionnelle, elle est toute
indiquée pour les personnes qui commencent la lecture
de ce type d’ouvrage, peu importe leur âge.
JUIN - JUILLET 2016
13
L’Envoi de Saint-Hyacinthe
Le 15 avril dernier, la compagnie autrichienne Youcat bien
connue pour son association aux Journées mondiales de
la jeunesse de Madrid avec son catéchisme à la couverture jaune, a publié en français, une Bible revêtant la
même structure à laquelle elle nous avait habitués. Dans
ce nouveau volume, on trouve, en marge des textes
bibliques, des commentaires, des approfondissements
et des réponses à certains questionnements qui viennent
éclairer le lecteur. De plus, le Pape François y signe un
avant-propos inspirant. Le tout possède une allure dynamique et colorée, agrémenté d’illustrations. Notez toutefois que cette Bible ne contient que certains passages
bibliques pour chacun des livres de la Bible et qu’il n’est
indiqué nulle part qu’il ne s’agit pas de l’intégralité des
Écritures Saintes. Somme toute, la Bible Youcat est appropriée pour les personnes qui désirent s’initier à la Parole
de Dieu.
REPORTAGE
Ordination diaconale
L’Envoi de Saint-Hyacinthe
Félicitations à
Ghislain Bernier !
14
Photos : Nancy Lussier
JUIN - JUILLET 2016
For t
Boyard
familial
2016
Par le Comité Famille
du diocèse de Saint-Hyacinthe
Photos : Catherine D. Marcoux
REPORTAGE
JUIN - JUILLET 2016
15
CONCOURS
Par le Comité Famille du diocèse de Saint-Hyacinthe
** Pour faire suite à notre dernière parution, laissez-nous vous
présenter un troisième texte gagnant du concours.
Le vendredi, 4 décembre 2015
L’Envoi de Saint-Hyacinthe
Ma famille pour la vie!
16
Cela fait déjà 13 ans que j’ai vu le jour et c’est grâce aux personnes les plus chères
dans ma vie, soit mon père Steve et ma mère Geneviève. Mes parents sont mariés
depuis 10 ans et sont toujours ensemble depuis 16 ans. J’ai de la chance d’avoir mes
deux parents vivant sous le même toit que moi. J’ai aussi deux frères, Samuel 11 ans,
Émile 6 ans et une sœur, âgée de 8 ans. Cela fait beaucoup de gens à table et par le
fait même donne lieu à des soupers très animés. Ma mère fait un travail merveilleux.
Elle s’occupe de nous. J’en suis très honoré parce que je suis très conscient que si elle
n’était pas là, je n’aurais pas mon linge propre à tous les matins, des repas santé et
une oreille pour m’écouter. Merci maman!
JUIN - JUILLET 2016
CONCOURS
Quant à mon père, il travaille de nuit à l’imprimerie Transcontinental. Malheureusement,
à cause de son travail, je ne le vois pas énormément. Cependant, je sais que sans lui,
je n’aurais pas ce support financier. Merci papa! Souvent, je me rappelle à quel point
tout ce que je fais serait difficile sans mes parents car j’ai beaucoup d’amis qui ont des
parents séparés ou même pire, qui se sont retrouvés sans parents à cause d’un décès.
Mon meilleur ami Victor n’avait que 10 ans lorsque son père l’a quitté, à l’âge de 38
ans. Maintenant, mon ami vit avec sa mère, son frère et sa soeur. Pour moi, cela aurait
été un drame, mais par chance, ce n’est pas arrivé dans ma famille.
Mes parents ont une grande influence sur moi, ce sont eux qui m’ont montré comment
bien vivre et transmis de bonnes valeurs. L’une des GRANDES valeurs chez moi est
l’amour. On met de l’amour dans tout ce que nous faisons. Quand on y met de l’amour,
tout est possible. Ma famille est très spéciale. À tous les Noël, ma mère trouve un thème
comique et tout le monde doit le respecter. L’année passée, tous les garçons devaient
se déguiser en fille et toutes les filles devaient se déguiser en garçon. C’était hilarant!
Bref, je ferai partie de cette belle famille toute ma vie et même si un jour, je devrai
me retrouver très loin d’elle, elle sera toujours là pour m’aimer et je me rappellerai
toujours d’où je viens. UNE FAMILLE, C’EST POUR LA VIE!!! La mienne, elle est tout
simplement formidable!
JUIN - JUILLET 2016
L’Envoi de Saint-Hyacinthe
D. Marcoux
Photo: Catherine
Jérémie Gaucher
17
COMMUNIQUÉ DE LA CHANCELLERIE
À nos fraternelles prières
Monsieur l’abbé Marcel
Parenteau est décédé au
Séminaire
de
SaintHyacinthe, le 18 juin 2016,
à l’âge de 80 ans.
Né à Wickham le 19 janvier 1936, il était le fils
d’Édouard Parenteau et de
Florence Théroux.
Ordonné prêtre le 8 juin 1963, il est d’abord vicaire
à Granby, Saint-Denis-sur-Richelieu et Iberville. Il
est aumônier en milieu scolaire à Saint-Hyacinthe,
Granby et Iberville. Aumônier militaire dans les
Forces armées canadiennes, puis curé à Waterloo,
Saint-Pierre et Sainte-Anne-de-Sorel. Il est finalement modérateur de l’unité pastorale des Vignes
de la région de Cowansville et aumônier diocésain
des Chevaliers de Colomb. Il se retire au Séminaire
en 2008 où il est nommé vice-supérieur en 2010
jusqu’à son décès.
Ses funérailles, présidées par Mgr François Lapierre,
p.m.é., ont été célébrées en la chapelle du Séminaire
le 23 juin 2016, suivies de la crémation. Ses cendres
seront inhumées au cimetière de la Cathédrale à
une date ultérieure.
L’Envoi de Saint-Hyacinthe
P.S. En raison de leur appartenance à la Société
d’une Messe, tous les prêtres incardinés au diocèse
de Saint-Hyacinthe, s’ils n’ont pu se rendre concélébrer aux funérailles, célébreront dès que possible
une messe pour leur confrère défunt.
18
Sœur Rolande Crevier, s.j.s.h., est décédée à
Saint-Hyacinthe le 26 mai 2016, à l’âge de 86 ans.
Ses funérailles, présidées par M. le chanoine Réjean
Racine, ont été célébrées en la chapelle de Les
Jardins d’Aurélie le 1er juin 2016.
Monsieur Réal Ducharme, frère de monsieur
Bernard Ducharme, diacre permanent, est décédé à
la Maison Victor-Gadbois de Beloeil le 5 juin 2016,
à l’âge de 81 ans. Ses funérailles ont été célébrées
en l’église de Saint-Césaire le 11 juin 2016.
JUIN - JUILLET 2016
Sœur Madeleine Beauregard, s.j.s.h., est décédée à Saint-Hyacinthe le 17 juin 2016, à l’âge de 77
ans. Ses funérailles ont été célébrées en la Chapelle
de Les Jardins d’Aurélie le 25 juin 2016.
Nominations
Mgr François Lapierre, p.m.é., a procédé aux nominations suivantes :
Monsieur Ghislain Bernier, diacre permanent,
membre de l’équipe pastorale des paroisses de
Saint-Césaire et Saint-Paul-d’Abbotsford.
Monsieur l’abbé Louise-Georges Desgagné,
sans préjudice à sa responsabilité d’animateur de
pastorale hospitalière, prêtre collaborateur aux
paroisses Saint-Joseph et Saint-Pierre de Sorel-Tracy
et Sainte-Anne-de-Sorel.
Monsieur l’abbé Augustin Hakizimana, prêtre
collaborateur à temps partiel à l’unité des Semeurs
(paroisses de Roxton Falls, Sainte-Hélène, Saint -Hugues,
Saint-Liboire, Saint-Simon, Saint-Valérien et Upton).
Madame Rachel Lecours, chargée de pastorale
aux paroisses Saint-Joseph et Très-Sainte-Trinité de
Granby.
Monsieur Guy Pelletier, séminariste, collaborateur au ministère paroissial à la paroisse NotreDame de Granby.
Madame Dominique Rainville, chargée de pastorale, Services Spirituels Jeunesse Granby et Région
inc., plus particulièrement aux paroisses SaintJoseph et Très-Sainte-Trinité de Granby.
Séminaire de Saint-Hyacinthe
- Monsieur l’abbé Roger Jodoin, vice-supérieur,
- Monsieur l’abbé Benoît Côté, membre du
conseil d’administration,
- Monsieur l’abbé Normand Desmarais,
membre du conseil d’administration.
COMMUNIQUÉ DE LA CHANCELLERIE
Renouvellements
Mgr François Lapierre, p.m.é., a procédé aux renouvellements suivants :
P. Claudel Petit-Homme, c.s.c., prêtre collaborateur aux paroisses Saint-Joseph et Saint-Pierre de
Sorel-Tracy et Sainte-Anne-de-Sorel.
Madame Lise Allard Vincent, agente de pastorale
aux paroisses Précieux-Sang-de-Notre-SeigneurJésus-Christ, Sainte-Eugénie et Saint-Joseph de
Saint-Hyacinthe, et animatrice de communauté à la
paroisse Saint-Joseph.
Monsieur l’abbé Danik Savaria, prêtre modérateur de la charge pastorale pour les paroisses de
l’unité des Vignes (Abercorn, Brigham, Cowansville,
Dunham, Frelighsburg, Lac-Brome et Sutton).
Diaconat permanent
Monsieur l’abbé Claude Boudreau, prêtre
modérateur de la charge pastorale pour les
paroisses de l’unité des Seigneuries du Lac
(Henryville, Saint-Alexandre, Sainte-Anne-deSabrevois, Saint-Sébastien et Venise-en-Québec).
Le 18 juin dernier, monsieur Ghislain Bernier a reçu
le ministère du diaconat par Mgr François Lapierre,
p.m.é., en l’église paroissiale de Saint-Césaire.
De retour dans le diocèse
Monsieur l’abbé Pierre Cordeau, prêtre modérateur de la charge pastorale pour la paroisse de
Mont-Saint-Hilaire.
Monsieur l’abbé Jacques Lamoureux, prêtre
modérateur de la charge pastorale pour les
paroisses
Précieux-Sang-de-Notre-SeigneurJésus-Christ, Sainte-Eugénie et Saint-Joseph de
Saint-Hyacinthe.
L’abbé Patrice Savadogo est de retour pour un
deuxième été aux paroisses de Saint-Césaire et de
Saint-Paul-d’Abbotsford.
Chanoine Denis Lépine, chancelier
Le 29 juin 2016
P. Roger Lussier, o.p., prêtre modérateur de la
charge pastorale pour la paroisse Notre-Dame-duRosaire de Saint-Hyacinthe.
L’Envoi de Saint-Hyacinthe
Veuillez noter que nos bureaux
du Centre diocésain seront
fermés du 1er au 31 juillet 2016.
Bonnes vacances!
JUIN - JUILLET 2016
19
Société canadienne des postes
Port payé
Poste Publication
40017271
Livré à :
Heureux les miséricordieux,
car ils obtiendront misécorde.
Mt 5,7
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
3 368 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler