close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

1786. Domaine : Le Lude. - Bail à ferme, par Joseph

IntégréTéléchargement
1786. Domaine : Le Lude. - Bail à ferme, par Joseph-Michel Chauvellier, prêtre, directeur des dames de
Saint-Joseph et leur procureur, à Michel Cormier, de 5 boisselées de terre labourable, sises entre les chemins
allant du Lude à La Boissirasière et à La Vallée du Saule, pour 15 livres par an.
H 1820 (liasse, 3 pièces parchemin ; 6 pièces papier).
1618-1789. Rentes : La Flèche. - Acte par lequel Louise Guerrier, supérieure, et Marthe Journée, vicaire
des dames du Tiers-Ordre de Saint-François de La Flèche, reconnaissent avoir reçu de Françoise Corbin les
arrérages de la rente de 9 livres qui leur avait été léguée sur le lieu de La Courbe en la paroisse de SaintThomas de La Flèche (1618). — Extrait des partages faits en 1665 des biens de la succession de Me Étienne
Massonneau, sieur de La Grand-Courbe, et d'Anne de Brégains, sa femme: le cinquième lot, comprenant une
partie du lieu de La Grand-Courbe avec la charge de la rente de 9 livres aux dames de Saint-François, échoit
aux enfants de Pierre Gasnier et d'Anne Massonneau (1672). — Reconnaissances de ladite rente aux dames
de Saint-François, par Étienne Gibier, tuteur des enfants issus de son mariage avec défunte Françoise
Gasnier (1676); — par Étienne Gibier, sieur de La Noue, bourgeois de Saumur, demeurant en la paroisse de
Sainte-Radegonde de Chacé, et Abraham Gibier, son frère (1703); — par René Le Mercier, marchand
(1733). — Autre reconnaissance de la même rente, par Perrine Lemercier, veuve de Michel-Charles Couet,
tanneur à La Flèche, aux religieuses de Saint-Joseph, qui en étaient devenues propriétaires en 1785, par suite
de la suppression du couvent de Saint-François (1789).
H 1821 (liasse, 4 pièces parchemin ; 7 pièces papier).
1641-1763. Rentes : La Flèche. - Baillée, par Jean Girot, prêtre, et Marie Girot, sa soeur, aux époux Pierre
Duvau, d'un logis sis rue des Carmes à La Flèche, pour 60 livres de rente (1641), — Reconnaissance, par
Antoine Le Masson aux religieuses de Saint-Joseph, qui étaient aux droits de Jean et Marie Girot, de 12
livres de rente pour une maison sise dans la cour du logis de la veuve et des héritiers de Pierre Duvau
(1652). — Exponse, par la supérieure Renée Busson, de la maison ci-dessus baillée aux époux Pierre Duvau,
pour 60 livres de rente (1680). — Nouvelle baillée de cette maison, par les religieuses à Perrine Couallier,
pour 38 livres de rente (1700). — Reconnaissances de cette rente: par Robert Couallier, sieur des
Huberdières, avocat au présidial de La Flèche, Madeleine Couallier et Marie Couallier, veuve de Nicolas
Jousselin, tant en son nom que comme ayant les droits de Jacques Couallier, son frère (1735); — par Claude
et Thérèse Lanzeré (1763).
H 1822 (liasse, 6 pièces parchemin ; 2 pièces papier).
1623-1788. Rentes : paroisse de Sainte-Colombe. - Baillée, par Antoine Bidault, docteur en médecine, à
André Lasne, d'un lopin de terre à faire un jardin sis à La Boefferye (Beufferie), en Sainte-Colombe, pour 3
livres de rente (1623). — Reconnaissances de cette rente aux religieuses de Saint-Joseph, qui étaient aux
droits de Marie Foureau, veuve de noble Guillaume Bidault, sieur de Ruigné: par Michel Gouasmier, mari
de Renée Lasne (1658); — par Marie Berault (1682; la supérieure de Saint-Joseph était alors ÉlisabethThérèse d'Elbeuf de Rochefort); — par Pierre Dubois et Madeleine Brault, sa femme (1741).
H 1823 (liasse, 2 pièces parchemin ; 7 pièces papier).
1668-1780. Rentes : paroisse de Sainte-Colombe. - Bail à moitié du lieu de Chantelou, par la supérieure
Renée Olivier de La Guistière à Robert Coudret (1668). — Baillée du même lieu aux époux Pierre Ouvrard,
pour 20 livres de rente (1711). — Reconnaissances de cette rente, par Pierre Esnault et Catherine Raveneau,
sa femme, qui avaient acquis le lieu de Chantelou de Jeanne Aguesse, veuve de Julien Deshayes (1757); —
par les héritiers desdits Pierre Esnault et Catherine Raveneau (1780).
H 1824 (liasse, 2 pièces parchemin ; 8 pièces papier).
1641-1780. Rentes : paroisse de Saint-Germain-du-Val et de Saint-Thomas de La Flèche. - Bail à
ferme, par la supérieure Marie de La Fère et les autres religieuses à François Cullerier, libraire, et à Jeanne
Lebaillif, sa femme, d'un tiers de journal de terre en la pièce des Chambaudris, derrière le parc des PP.
Jésuites, pour 100 sols par an (1646). — Reconnaissance de 100 sols de rente dus aux religieuses sur une
portion de la pièce de Chambaudry, par Françoise Cullerier, fille de François Cullerier, et de Jeanne Le
Baillif (1657). — Lots et partages des biens de la succession de feu Jean Le Baillif, époux de Marguerite
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
6
Taille du fichier
13 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler