close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

3e trim. 2016 - Association Jeunesse Entreprises

IntégréTéléchargement
&ENTREPRISES
La Revue de l’Association Jeunesse et Entreprises - Numéro 75 - 3e trimestre 2016
Dossier
© Cécile Dégremont
P. 04 |
Partenaire
P. 03 | ENGIE
soutient l’action
Idée TECH
Grand Angle
P. 08 | 10 ans des Chantiers-Ecoles
du Domaine de Chantilly :
restauration du patrimoine
par les jeunes
P. 09 | Du champagne pour
les 30 ans de Jeunesse
et Entreprises !
Vu nul p
a
r ailleu
Des étudiants
remettent des prix
à des entreprises
rs !
P. 10 | À la découverte
des flières
technologiques
Focus
P. 12 | Groupe ADP :
Favoriser la diversité
des profls pour s’enrichir
Événement
P. 16 | « Équation du futur :
jeunes et emploi »
Colloque AJE :
jeudi 13 octobre 2016
www.jeunesse-entreprises.com
02
Éd it o
par Yvon GATTAZ
L’EUROPE
S’INTÉRESSE
ENFIN
AUX JEUNES !
Sommaire
Partenaire
P. 03 |
Dossier
P. 04 |
L’Europe copie Jeunesse et Entreprises ! Enfn ! Mais oui
l’Europe, traumatisée par le choc du Brexit, cherche une
nouvelle impulsion qu’elle a trouvée : « Et si nous nous
intéressions aux jeunes ? ». Le souffe trentenaire de
Jeunesse et Entreprises vient d’atteindre les fenêtres hermétiques
de Bruxelles et se répand opportunément dans les couloirs des
différentes délégations.
Nos représentants démontrent avec bonheur que les jeunes seront
les piliers de l’Europe de demain et qu’eux seuls peuvent donner
une nouvelle impulsion aux 27 membres survivants. Ils constatent
également que ces jeunes sont plus pro-européens que leurs ainés
et ils mettent beaucoup plus d’espoir dans une nouvelle vision
de l’Europe. Mais celle-ci doit prendre rapidement en compte
l’inquiétant problème actuel des jeunes : leur emploi, priorité des
priorités, comme l’affrme AJE depuis trois décennies sans jamais
baisser la garde.
Or cet emploi des jeunes ne sortira pas fortuitement d’une coquille
comme le Printemps de Botticelli. Il ne peut naître que de la volonté
d’employeurs aujourd’hui inhibés par de nombreuses contraintes
paralysantes. L’Europe peut participer à cette émancipation des
employeurs et à cette libération des emplois et particulièrement
des emplois des jeunes en France.
Vu nul par ailleurs !
Challenges AJE :
Des étudiants remettent des prix
à des entreprises
Grand Angle
P. 08 |
10 ans des Chantiers-Écoles
du Domaine de Chantilly :
restauration du patrimoine
par les jeunes
P. 09 |
Du Champagne pour les
30 ANS DE JEUNESSE
ET ENTREPRISES !
P. 10 |
A la découverte
des flières technologiques
Focus
P. 12 |
Groupe ADP :
Favoriser la diversité des profls
pour s’enrichir
Réseau
P. 14 |
Si nos jeunes se doivent de repenser l’Europe, l’Europe se doit de
penser aux jeunes : à leur Information, à leur Formation, et à
leur Insertion Professionnelle comme le demande AJE dans son
triptyque d’actions : IFI.
ENGIE soutient l’action
Idée TECH
Nouvelles des Clubs AJE
Événement
P. 16 |
« Equation du futur :
jeunes et emploi »
Invitation au colloque national AJE
Jeudi 13 octobre 2016
JEUNESSE & ENTREPRISES n° 75
Comité de rédaction :
Sabine de BEAULIEU, Krystel DIDIER, Joanna FLOCH
Directeur de la publication :
Yvon GATTAZ
Coordination :
Krystel DIDIER
Conception graphique et réalisation :
Key Graphic
Les analystes sont depuis longtemps d’accord sur les mesures à
prendre. Il ne manque plus que le courage et la volonté politiques.
La « Nouvelle Europe » est sans doute une occasion à ne manquer.
Yvon Gattaz, Président
Impression :
Maury Imprimeur
Cette publication est éditée par l’Association
JEUNESSE & ENTREPRISES
4, rue Léo Delibes - 75116 PARIS
Tél. : 01 47 55 08 40 - Fax : 01 47 55 64 11
Courriel : aje@jeunesse-entreprises.com
JEUNESSE & ENTREPRISES n°75
ENGIE PARTENAIRE D’IDÉE TECH
Partenaire
IDÉE TECH : que de beaux projets
à la Cité des Sciences !
Oui, les jeunes ont des idées ! Oui, les jeunes sont créatifs et savent innover ! Ils
l’ont prouvé à la Cité des Sciences et de l’Industrie en exposant des projets innovants répondants aux problématiques de transition énergétique et d’économie
d’énergie !
tenance et le conseil, l’énergie offre une
multitude d’opportunités de carrières.
A travers le parrainage d’Idée TECH,
ENGIE marque ainsi sa volonté de soutenir des projets innovants, de valoriser
les talents des jeunes, valeur phare du
Groupe.
IDÉE TECH, QUELLE SUITE ?
Muriel Morin, Directeur Corporate Ressources Humaines d’ENGIE et le président Yvon Gattaz enthousiasmés par les idées novatrices des lycéens.
E
n 2016, l’Association Jeunesse
et Entreprises et son Club de
Seine-Saint-Denis ont organisé
la 3e édition de l’opération Idée
TECH en partenariat avec ENGIE. Le
principe : demander à des collégiens et
lycéens de réféchir aux problématiques
environnementales puis concevoir des
projets innovants autour de la transition
énergétique.
Mardi 12 avril, à la Cité des Sciences et
de l’Industrie, on pouvait voir des projets
tels que : une éolienne urbaine, une piste
d’atterrissage autonome, un habitat modulaire, un séchoir solaire, une automobile hydrogène... Les élèves ont aussi élaboré de véritables dossiers de réfexions
répondant aux questions d’actualité sur
l’environnement comme : comment réduire sa consommation d’énergie ? Comment optimiser le tri des déchets dans les
lycées ? Ou encore, comment générer de
l’électricité personnelle ?
UNE ACTION FORTEMENT
SOUTENUE PAR ENGIE
« Etre utile aux hommes » tel est le slogan
d’ENGIE, qui a soutenu encore cette
année l’opération Idée TECH, en mettant en avant la transition énergétique,
vecteur de nouveaux métiers et nou-
velles flières à fort potentiel de création
d’emplois.
Muriel Morin, Directeur Corporate
Ressources Humaines d’ENGIE, a rappelé lors de son intervention à la Cité
des Sciences, l’importance d’informer
et de sensibiliser les jeunes aux métiers
d’avenir pour leur faciliter l’accès au
monde du travail. « L’emploi des jeunes
est au cœur du dispositif d’ENGIE, notamment l’alternance, voie d’excellence
pour l’employabilité des jeunes, qui sont
les talents de demain et permettent de
préparer l’avenir ».
L’autre axe prioritaire du groupe, c’est
la féminisation des métiers techniques,
car peu de jeunes flles y sont investies,
et ENGIE mène des actions de sensibilisation dans les collèges et les lycées.
Muriel Morin rajoute qu’il est urgent de
rapprocher l’entreprise et l’école.
« ENGIE souhaite développer cet échange
pour assurer l’avenir des jeunes, et leur
donner les moyens de comprendre le
monde dans lequel ils vivent », préciset-elle.
ENGIE a créé en 2013, un dispositif
pédagogique numérique « J’apprends
l’énergie », destiné aux enseignants pour
mieux comprendre l’énergie. Car, de la
conception de solutions énergétiques à
la production, en passant par la main-
Un comité de lecture constitué d’experts
professionnels, présent lors de l’exposition du 12 avril, a ensuite étudié de
manière plus approfondie les dossiers
et études réalisés par les élèves pour leur
transmettre un retour sur leur travail.
Une journée de restitution a donc été
organisée le 10 mai au lycée Georges
Brassens de Villepinte (93).
Si l’origine du projet a démarré en
Seine-Saint-Denis - sous l’impulsion de
Jean-Claude Moreau, vice-président du
Club AJE 93 - l’action Idée TECH se
développe déjà dans les départements
environnants de l’Ile-de-France. L’année 2017 s’annonce donc encore pleine
de belles surprises …
18 ÉTABLISSEMENTS
DE SEINE-SAINT-DENIS ENGAGÉS
• Les lycées professionnels Alfred Nobel
(Clichy-sous-Bois), Hélène Boucher
(Tremblay-en-France), Simone Weil
(Pantin), Georges Brassens (Villepinte),
Jacques Brel (La Courneuve), Marcel
Cachin (Saint-Ouen), Fénelon
(Vaujours), Henri Sellier (Livry-Gargan),
Alfred Costes (Bobigny), André
Sabatier (Bobigny) , Jean-Baptiste
Clément (Gagny), Claude-Nicolas
Ledoux (Les Pavillons-sous-Bois),
Théodore Monod (Noisy-le-Sec),
Aristide Briand (Le Blanc-Mesnil),
Eugène Henaf (Bagnolet), Denis Papin
(La Courneuve).
• Le collège Jean Jaurès (Villetaneuse).
• L’IUT de Saint-Denis.
03
JEUNESSE & ENTREPRISES n°75
04
Dossier CHALLENGES 2016
Vu nu
l
par a
i
lleur
s!
Challenges AJE - Des Žtudiants
remettent des prix ˆ des entreprises !
Chaque année, plus de 200 étudiants de toute la France deviennent les ambassadeurs des
entreprises ! C’est possible grâce aux Challenges AJE ! Ce concours initié par l’Association
Jeunesse et Entreprises depuis 2005 vise à faire découvrir le monde de l’entreprise aux
étudiants en leur demandant - dans le cadre de leur projet tutoré - de réaliser un dossier
complet et argumenté sur une entreprise de leur région dans le but de la valoriser et
démontrer sa performance, sa croissance, son innovation, sa création de valeurs et même
d’emplois !
A
près presque un an de travail acharné et de contacts réguliers avec l’entreprise, les
étudiants étaient fers de présenter leur projet le 19 mai lors de la remise des prix
qui s’est tenue à la Fédération Française du Bâtiment.
Grâce aux Challenges AJE, non seulement les jeunes découvrent l’univers de l’entreprise (parfois pour la première fois) mais ils mettent en application des compétences dont
ils auront besoin pour leur vie professionnelle : le travail d’équipe, le respect des contraintes
d’une commande, la capacité à vendre un projet, les qualités relationnelles et rédactionnelles
et la prise d’initiatives.
Jeunesse et Entreprises souhaite mettre en relation - par tous les moyens possibles – les jeunes
avec les responsables d’entreprises. Pour leur venue à Paris, les étudiants ont ainsi eu l’occasion d’écouter les conseils de deux responsables de grandes entreprises : FrŽdŽric Girard,
prŽsident de Sandoz France et Julien Simon, responsable des ressources humaines de la
branche commerciale de JC Decaux. « Il est important de donner aux jeunes de vraies responsabilités. Leurs commentaires m’aident d’ailleurs à façonner la stratégie de l’entreprise », déclare
Frédéric Girard.
« Nous sommes fers de ce
que nous avons appris grâce
à ce projet très fédérateur
que sont les Challenges
AJE. Nous sortons de cette «Jeunes, et si vous deveniez commercial ?
expérience avec un regard Julien Simon s’est axé sur la fonction commerciale en présentant aux étudiants les cinq
raisons d’exercer ce métier. « C’est un métier où il y a toujours de l’emploi, quel que soit le
plus professionnel. » secteur d’activité. Les revenus sont en général supérieurs aux revenus moyens. Ce métier permet
Alexandre Courtois, étudiant à
l’Institut Supérieur Clorivière
(Paris).
de mieux connaitre les autres, ainsi les évolutions vers de nouvelles fonctions sont plus naturelles.
C’est un métier d’expert car le responsable commercial doit connaitre les produits pour faire du
sur mesure auprès de son client. Enfn, la fonction permet de développer son estime de soi ».
JE SOUHAITE PARTICIPER AUX CHALLENGES AJE A LA RENTRÉE 2016 • Ce concours entre dans le cadre des projets tutorés proposés par les établissements d’enseignement.
• En début d’année scolaire le département études reçoit un dossier explicatif sur l’opération : présentation générale,
règlement, planning, bulletin d’inscription etc.
• Les étudiants recherchent une entreprise de leur région et, après accord de celle-ci, l’inscrivent au concours en lui
communiquant le dossier et le règlement. Le bulletin d’inscription doit être renseigné avec précision et retourné à AJE
dans les délais impartis.
• Le dossier du concours comporte des grilles d’analyse de base dans chaque catégorie de prix (qualité, sécurité et
environnement, recherche et innovation, développement a l’exportation, responsabilité sociétale des entreprises,
pérennisation de l’entreprise, création d’entreprise). Elles servent de guide à la réfexion. Il est vivement recommandé
aux étudiants de les enrichir en constituant leur propre dossier.
• Le dossier fnalisé est envoyé par les étudiants à AJE dans les délais imparti (vers la mi-mars) et un double est adressé à
l’entreprise.
• Le jury d’AJE, constitue d’experts AJE et de responsables d’entreprises partenaires, se réunit ensuite pour sélectionner
les meilleurs dossiers (Avril) en vue de la remise des prix au mois de mai.
CONTACTEZ-NOUS POUR VOUS INSCRIRE : AJE@JEUNESSE-ENTREPRISES.COM
JEUNESSE & ENTREPRISES n°75
05
Catégorie
Création d’entreprise
Entreprise représentée par Stéphane Gaschet, responsable national.
Primée par les étudiants de l’EGC de Saint-Lô : Justine Gellee et Hugo Martin,
encadrés par Christophe Drouault, responsable des relations extérieurs du groupe
FIM Saint-Lô.
FLUOPTICS
© Cécile Dégremont
POINT C
© Cécile Dégremont
Entreprise représentée par Odile Alard, présidente directrice générale.
Primée par les étudiants de l’IUT de Grenoble : Victoria Cunha, Mélanie
Degout, Yoann Drouard, Marilou Vinçon, Pierre-Karl Zahner, encadrés par
l’enseignante Nadine Paradon.
Entreprise représentée par Inès de Fougerolle, responsable RH.
Primée par les étudiants de l’IUT Paris Descartes : Aurélie Cappelli,
Katia Da Loura, Pierre Diril, Lucile Esteban, Pierre Lissajoux, Calypso Ngo,
encadrés par Chantal Lacourarie, maître de conférences.
TRAVEL FACTORY
Entreprise représentée par Olivier Abergel, directeur général.
Primée par les étudiants de l’Institut Supérieur Clorivière
(Paris) : Alexandre Courtois, Margaux Despin, Gwendoline
Foulon, Félix Harsant, Tristan Oliveira, Mathieu Touchard,
encadrés par leurs enseignants Cristelle Pellerano et Frédéric
Balot.
© Cécile Dégremont
Catégorie
Sécurité et environnement
Entreprise représentée par David Le Manour, directeur d’usine.
Primée par les étudiants de l’EGC du Maine : Julie Alleton, Adrien
Chauvel, Thibaut Daviaud, Stefan Fresnais, Solène Plassais, encadrés par
Delphine Charbonnier, responsable des études.
SOPROGLACES
© Cécile Dégremont
NOVANDIE
© Cécile Dégremont
2
© Cécile Dégremont
LA FABRIQUE DE COOKIES
Entreprise représentée par Michel Huyghues Despointes, gérant.
Primée par les étudiants de l’EGC de Martinique : Teddy Dongue, Jessica
Jacquet, Guillaume Marie-Sainte, Florian Merlier, Nylan Remion, Mathieu
Rouger, Gaëlle Samos, Stanley Sinamal, encadrés par l’enseignant René
Adelaïde.
JEUNESSE & ENTREPRISES n°75
06
Dossier CHALLENGES 2016
Catégorie
Responsabilité sociétale de l’entreprise
Entreprise représentée par Valérie Le Guern, présidente et Betty Rault, chargée de
communication.
Primée par les étudiantes de l’EGC de Saint-Lô : Rachel Gaillard et Léa Maigrot,
encadrées par Christophe Drouault.
© Cécile Dégremont
MAUVIEL 1830
SOLAR HOTEL.
2
© Cécile Dégremont
Entreprise représentée par Juliette Le Crouhennec, chargée de
mission.
Primée par les étudiants de l’Institut Supérieur Clorivière (Paris) :
Charlyne Barboux, Florian Battiato, Eva Bornant, Camille David,
Sarah De Abreu-Leroux, Clara Dehors, Mathieu Gerard, Brice Potdevin,
Clémence Rodier, encadrés par leurs enseignants Anna Conrad et
Frédéric Balot.
Catégorie
Pérennisation de l’entreprise
SOMEFLU
© Cécile Dégremont
Entreprise représentée par Alexandre Lacour, directeur
exécutif. Primée par les étudiants de l’IUT de Saint-Denis :
Noémie Allamelou, Sylvio Anne-Marie et Rahmath Abdul
Malik, encadrés par l’enseignante Jessica Diaz-Quirogua
a eq
u
Primées par les étudiants de l’IUT d’Allier Moulins :
Valentin Aupic, Mathilde Gazon, Marine Gueydan,
Corentin Guillin, Anne Micoud, Vittorio Parrotta, Chloé
Vigier , Jeanne Vonstein, encadrés par l’enseignante
Claude Devoti.
Entreprise Dodat
représentée par
son président
Robin Dodat.
Entreprise
Chandioux
représentée
par son président
Arnaud
Chandioux.
© Cécile Dégremont
2
Ex
o
DODAT ET CHANDIOUX
« L’entreprise doit s’adapter en
permanence pour durer.
Elle doit être capable d’écouter
ses clients, de se remettre en cause,
favoriser le partage d’objectifs et
d’actions entre les collaborateurs.
Ce sont toutes ces valeurs
que j’ai voulu véhiculer
aux étudiants qui feront la richesse
de l’entreprise de demain. »
Robin Dodat,
président des Etablissements Dodat.
JEUNESSE & ENTREPRISES n°75
07
Catégorie
Développement à l’exportation
ALKI
© Cécile Dégremont
LA MAISON DRUCKER
Catégorie
© Cécile Dégremont
Entreprise représentée par Arantxa Heuty, responsable commercial.
Primée par les étudiants de l’IUT de Bayonne : Sylverio Ngouelet,
Charlène Villenave, Louis Lambert, encadrés par l’enseignant
Jean-Joël Ferran.
Entreprise représentée par Estelle Brouillard, responsable export.
Primée par les étudiantes du lycée Jean Monnet de Crépy-en-Valois : Sarah
Carpentier, Marion Deliens, Coralie Giroux, Kathleen Prieur, encadrées par
l’enseignant Frédéric Vialle.
Recherche et innovation
Entreprise représentée par Vincent Lucas, directeur général.
Primée par les étudiantes de l’EGC de Saint-Lô : Elina Gambirasio et
Juliette Le Corvic, encadrés par Christophe Drouault.
ID REP ELECTRONIC
Entreprise représentée Robert Valente, directeur général et Madjid Idiri, électronicien. Primée par les étudiants
du lycée François Bazin de Charleville Mézières : Anissa Bahbah, Matthieu Collignon et Cindel Pillier, encadrés
par l’enseignante Isabelle Balland.
« Par ces Challenges,
Jeunesse et Entreprises
nous permet de travailler
dans un esprit d’équipe
et partenarial avec
l’entreprise. »
© Cécile Dégremont
2
© Cécile Dégremont
PIERCAN
Isabelle Balland, enseignante
au lycée François Bazin de
Charleville Mezière.
Retrouvez la présentation des entreprises lauréates
sur www.jeunesse-entreprises.com
JEUNESSE & ENTREPRISES n°75
08
Grand angle
CHANTIERS ECOLES CHANTILLY
Des lycéens restaurent le patrimoine
du Domaine de Chantilly
Le mercredi 11 mai 2016, Jeunesse et Entreprises a célébré les 10 ans de l’une
de ses actions phares : les Chantiers-Ecoles du Domaine de Chantilly. Une action
menée en partenariat avec la Fondation pour la Sauvegarde et le Développement
du Domaine de Chantilly, les rectorats d’Amiens et de Versailles.
C
es Chantiers-Ecoles, créés
il y a 10 ans à l’initiative
l’Association Jeunesse et
Entreprises, en partenariat
avec la Fondation pour la Sauvegarde
et le Développement du Domaine de
Chantilly, le rectorat d’Amiens et le
rectorat de Versailles, ont permis de
mobiliser, depuis 2006, 11 lycées professionnels et technologiques de Picardie, 400 jeunes et 35 enseignants qui
ont accompli des travaux de restauration et de création pour le patrimoine
culturel et historique du Domaine de
Chantilly : stalles des Grandes Ecuries,
bancs de pierre du parc, bancs en bois,
fonds de vitrines du musée Condé,
costumes du musée du Cheval…
Yvon Gattaz, président-fondateur de Jeunesse et Entreprises, entouré de lycéens de Picardie.
Un constat fort ressort de cette opération. Les Chantiers-Ecoles permettent
de valoriser le travail de grande qua-
« La restauration des bancs du Domaine de
Chantilly nous a permis de faire travailler des élèves
d’un certain nombre de nos sections - maçons,
peintres, menuisiers, topographes - et d’avoir un
impact important au niveau de leur formation »
Anne-Marie Brière, proviseur du lycée professionnel
Le Corbusier de Cormeilles-en-Parisis.
UNE APPROCHE INTERDISCIPLINAIRE ET CULTURELLE
DU MONDE PROFESSIONNEL
Les Chantiers-Ecoles d’AJE permettent :
✔ d’ouvrir les contenus de l’enseignement technique et professionnel à
l’environnement culturel, artistique et historique.
✔ de valoriser les actions concrètes réalisées par les élèves dans des disciplines
telles que la menuiserie, la métallerie, la peinture, le textile et l’ameublement.
✔ de développer, chez les jeunes, les facultés d’imagination, de créativité,
d’adaptation.
✔ sensibiliser les élèves au sens de l’esthétique et à l’architecture du Patrimoine.
✔ de rapprocher le monde culturel et le monde du travail par le biais
d’opérations sortant du cadre scolaire habituel.
✔ de transmettre aux jeunes des compétences et une expérience
complémentaire dans les métiers liés à la restauration du patrimoine
historique .
lité des jeunes, de les faire rentrer dans
l’Histoire et leur donnent une vraie
valeur ajoutée professionnelle.
« La valeur ajoutée de cette opération
c’est la satisfaction pour les jeunes
de réaliser quelque chose de concret,
qui sert et qui perdure dans le temps »
Steven Loveniers, directeur du parc et des
bâtiments du Domaine de Chantilly.
« C’est très valorisant de travailler sur ce
grand projet car cela apporte
une certaine
noblesse à
notre métier »
Willfried
Singh-Sahota,
élève au lycée
professionnel
Pierre Mendès
France de Villiersle-Bel.
JEUNESSE & ENTREPRISES n°75
30 ANNIVERSAIRE
e
Grand angle
Du champagne pour les 30 ans
de Jeunesse et Entreprises !
L’Association Jeunesse et Entreprises (AJE) est implantée dans plusieurs régions
de France grâce aux relais de ses bénévoles engagés pour la jeunesse. Pour
célébrer son 30e anniversaire, elle a choisi la ville de Reims et son Club AJE
Champagne-Ardenne afn de symboliser sa présence sur les territoires locaux.
Ce même Club célébrait quant à lui ses 15 années d’existence et d’actions pour
la jeunesse.
D
’abord accueillis par ses
entreprises partenaires, la
Veuve Clicquot et Moët et
Chandon, pour une découverte instructive du milieu du champagne, Jeunesse et Entreprises, ses
membres et partenaires ont ensuite
célébré le 30e anniversaire d’AJE au
sein du Groupe scolaire Saint Michel
avec une conférence en présence
de personnalités locales et nationales
de l’enseignement, du monde de
l’Entreprise et de jeunes de la région
Champagne-Ardenne.
« Comment le poussin AJE
a-t-il cassé sa coquille ? » Yvon Gattaz
Les assises du CNPF, qui réunissaient 4000 entreprises, 2000 jeunes
et autant d’enseignants, ont poussé le
Président Yvon Gattaz à créer l’Association Jeunesse et Entreprises en
1986. Jean-Pierre Belfe, maire de
Bezannes et vice-président de Reims
Métropole, s’est exprimé au sujet de
cette éclosion : « Jeunesse et Entreprises
est née d’une vision, celle de créer des
passerelles entre la sphère éducative, les
entreprises et les jeunes, afn de transmettre le savoir-être et les savoirs faire.
Cette vision est toujours aussi brillante
aujourd’hui ».
Les deux anciens délégués généraux,
Gilbert Ioos et Monique Guyard, sont
revenus également sur la création de
l’association : « Nous avons œuvré pour
l’ancrage territorial de l’association, à
la reconnaissance du statut de l’apprentissage, à la reconnaissance réciproque
entre le monde de l’enseignement et celui des entreprises ». Ils ont également
délivrés un message fort aux jeunes :
« Faites en sorte que votre orientation
vous fasse apprécier votre présent » et
15 ans du Club AJE Champagne Ardenne / 30 ans de Jeunesse et Entreprises
pour l’avenir de l’association : « Si
l’on veut trouver des réponses nouvelles,
arrêtons de poser les même questions et
regardons vers l’avenir ».
L’investissement des
Clubs AJE : l’exemple de
la Champagne-Ardenne.
François Hazart, président d’honneur
du Club AJE Champagne-Ardenne,
est revenu sur les quatre qualifcatifs
qui défnissaient l’action du Club :
la pérennité, l’effcacité d’un grand
nombre de bénévoles pour adapter
les actions au tissu économique local,
la neutralité puisque l’association
est apolitique et les jeunes sont tous
égaux, mais aussi la crédibilité car
« ce sont 200 bénévoles qui comptabilisent tous ensemble l’équivalent de
8000 années d’expériences en entreprises mis à disposition des jeunes ».
Cette intervention s’est suivie d’une
présentation des actions du Club par
son président actuel François Lhotte
et de l’intervention de ses partenaires
comme notamment le Medef, le lycée
Saint-Michel et l’entreprise Axon’
Cable.
« Président Gattaz, quel
avenir pour la jeunesse
et les entreprises ? »
« AJE devra décliner toutes les composantes, si variées de l’emploi des jeunes
avec comme socle de base une formation réellement adaptée et là, nous
connaissons tous les chemins abrupts
qui restent à parcourir.
Tous les membres d’AJE, dont l’imagination est immense, sauront trouver
et démontrer les ressorts de ces « emplois jeunes » qui devraient peu à peu
apparaitre comme l’objectif principal de notre pays. Nos expériences de
30 ans nous dicteront nos actions et
nos messages d’avenir, tout comme le
recommandait la formule apocryphe
attribuée à Malraux qui pourrait inspirer notre grammaire de conduite :
« Le futur est un présent que nous fait
le passé ».
09
JEUNESSE & ENTREPRISES n°75
10
Grand angle LeS FILIERES TECHNOLOGIQUES
À la découverte
des flières technologiques
Rencontre avec les étudiants et l’équipe pédagogique éco-gestion du Lycée
Jean Monnet de Crépy-en-Valois. L’occasion de faire un point sur la valorisation
des flières technologiques, trop souvent sous-estimées quand bien même
elles apportent une valeur ajoutée indéniable sur le plan professionnel pour les
jeunes qui suivent cette voie.
L
e jeudi 31 mars a été l’occasion pour Jeunesse et Entreprises de s’immerger au cœur
des sections technologiques
du Lycée Jean Monnet de Crépy-enValois. Accueillie par les professeurs
d’économie-gestion, une présentation des locaux, une explication des
travaux et une rencontre avec les étudiants ont été organisé
Une forte
professionnalisation
des jeunes
Au lycée Jean Monnet, tous les ingrédients sont réunis pour que les jeunes
soient en situation professionnelle : des
exercices sur des cas concrets d’entreprises, des travaux en groupe de la
classe de première à la deuxième année
de BTS, des visites et des projets avec
des entreprises (notamment via les
Challenges AJE puisque les étudiants
ont été primés deux années de suite),
une co-construction des différents
cours, des mises en situation, l’utilisation d’espaces numériques de travail,
Elèves de Terminale STMG du lycée Jean Monnet
des cours en lien avec l’actualité …
Autant d’éléments qui permettent de
dire que ces enseignements cherchent
à coller au plus près des compétences
attendues par les entreprises.
Cependant force est de constater que
ces flières ont mauvaise réputation.
Ceci est constaté auprès des élèves
puisque certains ont l’impression
d’être dans une voie « poubelle » et
d’être là par défaut. Ceci est également
le cas auprès des entreprises qui méconnaissent les enseignements qui sont
délivrés dans ces flières et ont du mal à
recruter les jeunes qui en sortent.
Une valeur ajoutée qui
gagne à être connue
Un véritable changement dans le
discours s’opère dans les classes à ce
sujet :
En classe de première beaucoup de
jeunes ont choisi la STMG par défaut :
« Nous n’avions pas idée de ce qui était
enseigné dans les flières STMG avant
d’y être. La plupart d’entre nous sont là
par défaut. Il faudrait qu’une véritable
présentation soit faite de ces flières
dans les classes de seconde pour expliquer la vocation de ces formations et les
compétences qu’elles permettent de développer. L’enseignement d’exploration
en classe de seconde n’est pas suffsant.
La valeur ajoutée de ces formations est
méconnue par les autres jeunes dans
les établissements. En tout cas, avec du
recul, nous sommes très contents d’être
dans ces flières car nous savons que
l’enseignement est de qualité et professionnalisant ».
Une formation
plus complexe
qu’elle n’y paraît
En classe de Terminale, les élèves sont,
pour la plupart, satisfaits de leur formation : « Il est souvent dit par les
élèves des établissements qu’étudier en
flière technologique est simple alors
qu’en réalité la formation est complexe.
Les études sont simplement différentes
et plus portées sur du concret. En classe
de terminale notre projet professionnel
s’affne, d’autant plus que nous avons la
chance d’échanger avec nos professeurs
et de nouer des liens privilégiés, grâce
à nos spécialités : systèmes d’information et de gestion, gestion et fnance,
mercatique ou ressources humaines et
communication. Ces formations nous
permettent d’être en lien avec les entreprises et nous ouvrent de nombreux
débouchés. »
En effet, une grande variété des débouchés est possible pour les étudiants ayant suivi un bac STMG.
Ils peuvent s’orienter vers un BTS,
bénéfcier pour certains jeunes d’un
accès prioritaire dans certains DUT,
faire une classe préparatoire ou poursuivre dans d’autres formations. Les
JEUNESSE & ENTREPRISES n°75
11
L’équipe pédagogique du lycée Jean Monet de Crépy-en-Valois fortement engagée pour la réussite de ses
étudiants
un classeur « ACRC » - Accueil et Relation Clientèle – qui nous permet de présenter notre stage et de faire un retour
sur nos missions et différents travaux
afn de valider nos compétences. Tout
au long des deux années de BTS nous
sommes mis en situation professionnelle, par des cas d’audit par exemple.
Ainsi, nous sommes plus en confance
dans une prise de poste ou lors des entretiens car nous sommes préparés à parler
le même langage que l’entreprise. Nous
avons vraiment l’impression que les flières générales sont dans une logique de
poursuite d’études tandis que les flières
technologiques permettent de construire
un projet d’avenir. »
Ce qui est sûr c’est que la rencontre
avec les étudiants permet réellement
de voir leur prise en maturité et les
voir devenir de jeunes professionnels.
Ces flières font face à une mauvaise
presse, à tort, dévalorisant les étudiants de qualité qui les empruntent.
Les enseignants que nous avons rencontrés lors de cette journée sont
bacheliers STMG peuvent poursuivre
leurs études puis s’insérer dans des
secteurs porteurs : communication,
informatique et système d’information, ressources humaines, marketing,
gestion et fnance.
En phase
avec les attentes
des entreprises
Nous avons rencontré des jeunes ayant
poursuivi leurs études dans les flières
technologiques avec un BTS Management des Unités Commerciales. Ils
nous ont délivré leurs analyses :
« En première année de BTS nous avons
Elèves de 1ère STMG du Lycée Jean Monnet
particulièrement engagés pour leurs
étudiants, ce sont eux qui nous ont
ouvert leurs classes et présenté le travail qui était fait dans les sections technologiques. Ils ont à cœur de redorer
l’image de ces flières.
Les étudiants de BTS Management des Unités Commerciales (MUC)
Nous remercions, Françoise Ould,
proviseur de l’établissement, ainsi
que toute l’équipe pédagogique de
nous avoir permis de redécouvrir
ces flières. Merci aussi aux jeunes de
nous avoir délivré leurs ressentis.
JEUNESSE & ENTREPRISES n°75
12
Focus ADP
GROUPE ADP
Favoriser la diversité des profls
pour s’enrichir
Connu du grand public pour ses plates-formes aéroportuaires de Paris-Orly, ParisCharles-de-Gaulle et de Paris-Le Bourget, le Groupe ADP regroupe cinq types
d’activité : l’aéronautique, les commerces et services, l’immobilier aéroportuaire
(gares de fret, hangars de maintenance) et l’immobilier de diversifcation (bureaux,
hôtels, entrepôts), enfn l’ingénierie avec la conception et le développement
des installations aéroportuaires en France et à l’international. Autant d’activités
qui font du Groupe ADP une entreprise tournée vers la diversité : diversité des
métiers, diversité des profls, diversité des compétences.
UN INVESTISSEMENT DANS
LA FORMATION DES JEUNES
Une entreprise où il fait bon travailler
L’entreprise est placée 20e sur le label happy trainees, label qui
récompense l’excellence dans l’accueil, l’accompagnement et le
management des stagiaires et alternants. Chaque année depuis 2014,
ce label employeur est décerné au Groupe ADP.
Randstad Awards établit le palmarès des entreprises les plus
attractives. Cette enquête permet d’évaluer 250 employeurs en France
en réalisant une enquête auprès de 12 000 personnes de 18 à 65 ans.
Pour la troisième année consécutive, le Groupe ADP est lauréat
dans le secteur du transport et logistique et remporte le prix de
l’employeur le plus attractif.
Sur la thématique sociale, le Groupe ADP est en 12e position selon les
notes attribuées par Sustainalytics parmi l’ensemble des entreprises
françaises les mieux notées sur les enjeux sociaux, tous secteurs
confondus.
« Nous investissons le champ de l’insertion professionnelle des jeunes, en ayant actuellement un taux
d’alternant de 2.3% (en moyenne 150 apprentis présents par an), taux qui devrait atteindre
3% dans les années à venir ». Cette affrmation
d’Alice-Anne Médard, directrice des ressources
humaines du groupe Aéroports de Paris, n’est
qu’un aperçu de la volonté et mobilisation de
l’entreprise d’intégrer et valoriser les jeunes dans
les équipes. « Nous nous engageons à proposer des
missions en cohérence avec les études et favorisant
l’autonomie, tout en ayant un accompagnement
personnalisé avec le maître de stage ou d’apprentissage ».
Pour répondre au mieux à cet accompagnement,
un véritable dispositif est mis en œuvre. A leur
arrivée, les jeunes rencontrent leur responsable
ressources humaines qui leur remet un livret d’accueil. Des
journées spécifques pour les nouveaux embauchés sont
organisées leur permettant de découvrir les différents secteurs ainsi que la politique et la stratégie de l’entreprise. Si
nécessaire, les jeunes peuvent également être tutorés à leur
arrivée dans l’entreprise. « Nous apprécions également avoir
un retour de nos jeunes recrues sous forme de « rapport d’étonnement, cela permet de nous remettre en question et peut nous
faire grandir ».
Des moments spécifques peuvent également être proposés :
vacations découvertes en milieu opérationnel pour les collaborateurs des fonctions supports, speed meeting avec des
managers ayant des parcours diversifés dans l’entreprise,
petits déjeuners avec le PDG … en résumé l’entreprise favorise les rencontres pour avoir un retour sur l’intégration
des jeunes dans les équipes. « En retour, les profls que nous
recrutons doivent recevoir un feedback positif pour que l’organisation évolue », souligne la DRH.
De plus, la direction des ressources humaines accompagne
activement les politiques nationales de l’emploi.
Alice-Anne Médard, directrice des ressources humaines
du Groupe ADP
13
Diplômée de l’Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux et titulaire d’une maitrise
en droit public, Alice-Anne Médard a intégré le comité exécutif en Août 2015, et est
actuellement directrice des ressources humaines du Groupe ADP.
Alice-Anne Médard a débuté sa carrière à l’international en tant que diplomate en
Amérique du Nord et en Afrique, avant de poursuivre sa vie professionnelle dans
l’univers juridique puis d’intégrer le monde de l’aéronautique en 2004. Alice-Anne
Médard a occupé différentes missions au sein de la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) au ministère de
l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie dont celui Secrétaire Générale. Elle a par ailleurs occupé le poste
de conseillère transport aérien et construction aéronautique au cabinet de Frédéric Cuvillier, Ministre délégué auprès
du Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, chargé des Transports et de l’Economie maritime.
Signataire de la « charte entreprises et quartiers » du Ministère
de la ville, le groupe entretient également d’étroites relations
avec les écoles, sur le territoire et en dehors. « Pour préparer
l’avenir et répondre aux enjeux de notre plan Connect 2020,
nous souhaitons accentuer notre politique volontariste de professionnalisation des jeunes, que ce soit à travers l’intégration
en contrat d’apprentissage ou en stage, sur des niveaux de bac
à bac +5, et dans tous les domaines (support, opérationnel,
immobilier…) ».
LES PROFILS "ATYPIQUES"
ONT LEUR CHANCE
« D’un point de vue qualitatif, nous sommes attachés à recruter des talents et des personnalités. Les profls "atypiques" ont
leur chance », confrme la DRH. La directrice des ressources
humaines est ainsi attentive à une expérience particulière
(par exemple à l’étranger ou dans une association), une
compétence linguistique rare (chinois, russe...), ou encore
à un centre d’intérêt sortant de l’ordinaire (brevet de pilote
par exemple).
Au-delà des compétences et savoir être habituels l’entreprise est attentive aux profls présentant des caractéristiques
proches de ses valeurs : la confance, l’audace, l’engagement
et l’ouverture. Le groupe cherche des jeunes ayant le sens
des résultats ainsi qu’une certaine agilité et curiosité face au
monde de l’entreprise qui évolue vite. « Nous avons besoin
de personnes capables de s’adapter à différents types de projets
d’où la nécessité de recruter une diversité de profls » notamment des profls cosmopolites pour le développement à
l’international.
Enfn, soucieux d’intégrer des femmes sur les métiers techniques fortement « masculins », le Groupe ADP est partenaire de l’Association « Elles Bougent », qui promeut à
travers diverses actions (marrainage, conférences…) les
métiers de techniciennes et d’ingénieures auprès des jeunes
flles.
MAINTENIR L’ENTHOUSIASME
ET LA JEUNESSE D’ESPRIT
L’entreprise accorde une grande importance à entretenir
la motivation de ses collaborateurs, en valorisant le travail
individuel et collectif et en attribuant des responsabilités
croissantes. « Nous veillons à accompagner le salarié tout
au long de son parcours professionnel et favorisons l’accès à
la formation professionnelle continue, afn de développer leur
employabilité ». Un dispositif spécifque a d’ailleurs été déployé pour les jeunes recrues « hauts potentiels » : le Graduate Program, qui permet aux futurs ingénieurs et managers d’intégrer l’entreprise à travers un parcours diversifé
au cœur du monde aéroportuaire. Un parcours individuel
comprenant trois missions de huit mois, en fonction de leur
profl (technique, exploitation et support).
Après quelques années dans l’entreprise, certains jeunes
peuvent bénéfcier de missions à l’international, à partir
d’un détachement temporaire au sein d’une des fliales
(ADPM ou ADPi) ou chez un des partenaires (TAV,
Schiphol ou Incheon).
« L’innovation nous permet d’être toujours plus
compétitif, et les « jeunes » recrues, moteurs sur
ce sujet, nous donnent un regard différent qui
nous fait sans cesse progresser. »
Les salariés ont aussi la possibilité de proposer des idées
concrètes et positives au bénéfce des clients, des collaborateurs, de l’entreprise toute entière, grâce au dispositif
Innov’idées. Les idées réalisées permettent des améliorations signifcatives sur la qualité de services aux clients avec
par exemple un nouveau logiciel de traduction pour les
passagers en situation de handicap, mais aussi de faire des
économies d'énergie dans le cadre de la politique environnementale.
PLACE A L’INNOVATION !
Le Groupe ADP donne une place importante à l’innovation.
La démarche d’innovation ouverte est d’ailleurs l’un de ses
atouts auprès de la population « jeune ». « Nous expérimentons et déployons de manière agile des nouveaux produits, services et modes de fonctionnement. Une cellule Innovation a
été créée et permet des expérimentations avec des start-up et
PME innovantes. Nous sensibilisons nos jeunes populations à
ces sujets à travers des visites et conférences au sein de notre
pôle innovation afn qu’ils connaissent les nouveaux projets
en cours. »
JEUNESSE & ENTREPRISES n°75
14
Réseau NOUVELLES DES CLUBS AJE
Club AJE
Finistère
|Une classe dans l’entreprise Gazarmor
Prévue à l’origine pour des classes de 4e, le Club AJE du Finistère a initié avec deux enseignantes,
Valérie Pasquier et Caroline Lanyérie, l’action "Une classe en entreprise" pour une classe de
1ère STMG du lycée Sainte Thérèse de Quimper au sein de l’entreprise Gazarmor.
Les enseignantes ont pu développer leurs cours à partir de thèmes évoqués lors des interventions des
professionnels et des temps de découverte de l’entreprise sur les différents postes de travail. D’autres
séquences pédagogiques ont trouvé l’appui du directeur et de plusieurs de ses collaborateurs.
Les élèves ont étudié l’organisation et le fonctionnement de l’entreprise, les différents métiers et fonctions ainsi que les compétences et qualités requises. Donner du sens aux enseignements tel était l’objectif pleinement atteint à l’occasion de cette expérience, sans nul doute inoubliable et très enrichissante pour ces jeunes, les enseignants et les collaborateurs de l’entreprise.
Le Club AJE remercie Benoît Simon et toute son équipe, pour leur accueil exceptionnel à l’occasion de ces deux journées passées
au cœur de l’entreprise.
Club AJE
Languedoc Roussillon
|Préparation aux entretiens blancs pour des élèves du lycée d’Alzon
Vendredi 27 mai, c’était le grand Jour pour une trentaine d’étudiants de prépa du lycée d’Alzon, Ils ont tous passé un entretien blanc
de sélection d’entrée du concours d’écoles de commerce. Issus de flières variées, avec des objectifs pas toujours bien cernés, parfois
très à l’aise, parfois un peu léger sur les sujets économiques, souvent impressionnés par le jury, ils ont pu se rendre compte des points
à travailler.
Virginie Cote, directrice et Marianne Lestringant, infatigable organisatrice, ont remercié chaleureusement les jurys pour leur présence précieuse et attendue. Les étudiants ont pu ainsi bénéfcier, à l’issue de leur prestation, de conseils et recommandations avisés.
« A la mi-juillet, nous saurons qui de ces jeunes est admis défnitivement. Il est intéressant pour nous de noter que les flles sont quasi toutes
demandeuses des métiers marketing communication, que peu de ces jeunes envisagent réellement des carrières mobiles, qu’ils ont tous peu
de connaissances sur la réalité des métiers de l’entreprise ; ce sont des titres avec une défnition livresque. En conclusion nous avons encore
beaucoup à faire pour qu’ils deviennent « fan de l’entreprise », déclare Véronique Lesage, membre bénévole du Club AJE Languedoc
Roussillon.
Club AJE
Paris
|Un partenariat avec la Mission Locale de Paris
A l’initiative de Paul Zeitoun, vice-président du Club AJE Paris, une convention de collaboration a été signée avec la Mission Locale de Paris le 30 mai en présence de Maïté Errecart,
présidente, et Thierry Jarlet directeur de la Mission locale. Les objectifs sont notamment la
mise en place de conférences sur l’entreprise d’aujourd’hui, la présentation de ses contraintes,
de ses modes de fonctionnement et de ses attentes vis-à-vis des jeunes qu’elle recrute.
Des collaborations analogues sont envisagées avec la fondation Apprentis d’Auteuil et la fondation "Un Avenir ensemble" relevant de la Grande Chancellerie de la Légion d’Honneur. Deux thématiques seront ainsi privilégiées : la lutte contre le décrochage
des alternants et l’appui au mentorat pour aider les jeunes dans leur démarche d’orientation et d’insertion professionnelle.
Club AJE
Sarthe
|Les élèves informés sur les métiers du numérique
En début d’année scolaire, le Club AJE Sarthe avait proposé au lycée Notre-Dame du Mans une action avec la
Ruche Numérique. La Ruche Numérique a pour vocation de fédérer et animer la flière numérique en Sarthe.
C’est également un espace de coworking situé à proximité de la Gare du Mans, qui met à disposition un espace
de travail collaboratif, un réseau d’échanges professionnels, un Fablab, une pépinière d’entreprises ainsi qu’un
programme d’animation tout au long de l’année (ateliers thématiques et pratiques, evening pitchs,etc.. ) avec
notamment des temps forts (forum, Startup Week End, convention d’affaires, jelly..).
Le 22 septembre 2015, l’AJE Sarthe a permis la rencontre des directeur, directeur adjoint ainsi que deux enseignantes du lycée avec
Frédéric Renault, responsable de la Ruche Numérique, pour envisager une information concernant les métiers du numérique pour des
élèves de Terminale suivant l’option Informatique et Création Numérique (ICN) et Informatique et Sciences du Numérique (ISN).
Le 31 mai, devant deux classes S et une classe ES, Frédéric Renault est intervenu sur la Ruche Numérique, les métiers du numérique,
l’opposition entre les métiers d’hier et ceux de demain dans un même domaine et la présence du numérique dans tous les métiers.
JEUNESSE & ENTREPRISES n°75
15
Club AJE
Seine-Saint-Denis
|Des jeunes du 93 découvrent la grande distribution grâce à
la Fondation Auchan
Depuis plus de deux ans, le Club AJE du 93 cherche à développer des actions en faveur de la
jeunesse avec la Fondation Auchan. Sur la plateforme de Roissy-Charles De Gaulle, le directeur
du centre commercial Auchan-Aeroville et son équipe se sont engagés à se rapprocher du lycée
Georges Brassens de Villepinte et faire bénéfcier les élèves de leur savoir-faire dans le domaine
de la grande distribution. Après une conférence–débat sur les métiers, le directeur du centre a
pris en stage sept élèves, qui ont été répartis dans les divers rayons. L’année prochaine l’opération sera étendue à deux autres lycées de Seine-Saint-Denis et un lycée du Val d’Oise.
Jeunes reporters en entreprise
|400 Jeunes reporters découvrent des entreprises en Aquitaine
En 2016, le Club AJE d’Aquitaine, en partenariat avec le Club de Cenon, a renouvelé l’action «Reporters aujourd’hui, acteurs
de l’entreprise demain». Ce concours s’adresse aux lycéens et aux collégiens de 3ème, option découverte professionnelle, dans le
cadre d’un projet pédagogique d’établissement. Il a pour but de
sensibiliser les jeunes au fonctionnement d’une entreprise tout en
valorisant leur expression écrite et orale par l’intermédiaire d’un
reportage réalisé en petits groupes d’élèves. Isabelle Annedouche,
vice-présidente Club AJE Aquitaine et chargée de mission du Club
d’Entreprises de Cenon a coordonné l’action sur la Rive Droite
de Bordeaux. Ce sont donc 400 jeunes reporters - issus de trois
établissements d’enseignement partenaires* - qui se sont imprégnés de la vie en entreprise. 60 reportages ont été réalisés grâce à
l’encadrement de 11 professeurs et la participation de 10 entreprises : Imprimerie De la Roque, Ets Delpech, Tech’ Froid Climat,
l’entreprise Durousseau, Sopardis Vinomania, Laurent Frapier
Entreprise, société Speedy, Sud-Ouest Radiateurs, Cafés Richard,
Le Rocher de Palmer.
*Lycée Sainte-Marie Bastide, lycée La Ruche (Bordeaux), collège
François Mauriac (Sainte Eulalie)
Et en
Lorraine
L’AJE Lorraine mène depuis deux ans l’action « Reporters aujourd’hui, acteurs de l’entreprise demain ».
Au terme de l’année scolaire 2016, c’est le lycée Varoquaux de Tomblaine (Grand Nancy) qui s’octroie la palme du meilleur
reportage. Ayant choisi de se rendre dans l’entreprise Linvosges, dirigée par Jean-Louis Chotard, les élèves de la section de
1ère STMG, avec leur professeur d’économie-droit, Anne Herasse, ont pu découvrir l’activité et les différentes facettes de la vente
des produits de linge de maison.
« C’est une expérience beaucoup plus riche qu’une simple visite d’entreprise.
Avec la visite du chef d’entreprise dans l’établissement en amont cela a permis
un premier travail avec les élèves sur la découverte de l’entreprise Linvosges
qu’aucun d’entre eux ne connaissait et ses enjeux économiques. Puis la visite
a permis de faire vivre réellement au élèves le fonctionnement de cette entreprise, de voir la réalité du milieu professionnel. Et la mise en forme du reportage a permis de revenir sur les métiers, l’actualité, les caractéristiques d’une
entreprise, ses contraintes. Avec l’équipe pédagogique nous avons pu ensuite
nous appuyer sur ce vécu pour donner du sens à nos enseignements (sciences
de gestion, management, économie, droit, français). Ce sont des élèves de 1ère
que nous suivons en classe de Terminale nous allons donc pouvoir capitaliser
sur l’entreprise Linvosges pour accompagner les nouveaux apprentissages.
C’est une expérience à renouveler, sans aucun doute ! » Anne Hérasse.
La remise des prix aux élèves se déroulera à la rentrée de septembre, en
présence de l’équipe d’AJE Lorraine.
Jeunesse et Entreprises vous invite
à son colloque national
JEUDI 13 OCTOBRE 2016 de 14h00 À 18h00
CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL - PARIS 16e
En 2016, Jeunesse et Entreprises, qui fête son 30e anniversaire,
a choisi de donner la parole aux jeunes ! Car qui, mieux que les
jeunes, directement concernés par l’emploi et l’avenir, peut suggérer les pistes d’amélioration pour favoriser leur intégration
dans le monde du travail.
Ils débordent d’énergie, ils sont talentueux, ils souhaitent
apporter leurs idées et leur envie pour participer activement
aux évolutions qui transforment profondément le monde de
l’entreprise… Alors écoutons-les et donnons-leur la place
qu’ils méritent dans notre société, c’est le déf impulsé par
Jeunesse et Entreprises !
Un travail préparatoire avec des groupes de réflexion constitués d’étudiants issus de formations diverses (des formations
d’ingénieurs aux sciences sociales en passant par les ressources
humaines, les écoles de commerce, des classes de BTS, …) a
été réalisé dans plusieurs régions de France. Tous ont émis des
propositions pour répondre à « L’équation du futur : jeunes et
emploi ». Ils feront part de leurs idées pour l’emploi, les entreprises y répondront.
Jeudi 13 octobre, lors de notre colloque national s’appuyant
sur des interventions décapantes étayées d’idées nouvelles qui
bousculent l’économie d’aujourd’hui, l’Association Jeunesse
et Entreprises vous dévoilera au Conseil économique, social
et environnemental de Paris les réponses imaginées avec les
jeunes et les entreprises.
Inscriptions en ligne :
colloque.2016.jeunesse-entreprises.fr
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
2 652 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler