close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Art scénique et belles dentelles

IntégréTéléchargement
Photo: Lucile PICHON
entrez, c’est ouvert!
Il s’en passe des choses
dans et autour de nos
écoles: coup de
projecteur sur quelques
projets, réalisations ou
propositions à mettre en
œuvre. Poussez la porte!
V gue, mais je vous la refais quand
ous connaissez sans doute la bla-
même: "Quand un Suisse parle tout
seul, c’est? Un monologue. 2 Suisses,
c’est? Un dialogue. Et 3 Suisses?
C’est un catalogue!" Et quand un catalogue dialogue avec une école, ça
donne quoi? Eh bien, ça débouche sur
un projet qui n’a rien d’un monologue.
Professeur de photographie dans la
section photo-vidéo de l’École supérieure des Arts Saint-Luc de Tournai1,
Didier COECK n’a pas vraiment été
étonné quand il a été contacté, il y a 2
ans, par Annaïk MÉRIADEC, chargée
de promotion chez 3 Suisses. "Pas mal
de gens de la profession connaissent
Saint-Luc, où certains ont d’ailleurs fait
leurs études, et ils font régulièrement
appel à nous, constate-t-il. La proposition était, cette fois, de demander à
des étudiants de réaliser des photos
destinées à promouvoir la collection de
lingerie des 3 Suisses. L’an dernier, la
thématique retenue était «les duos». Il
fallait mettre en scène des couples portant la lingerie de la collection automnehiver 2011-2012". Seuls participent les
étudiants qui le souhaitent, de la première à la dernière année. Lors de la
dernière édition du projet, ils étaient une
quinzaine, de 18 à 25 ans. Ils ont carte
blanche pour la réalisation du travail.
Dès septembre, un représentant de 3 Suisses rencontre les étudiants pour présenter le projet et la thématique retenue. "Les
élèves travaillent sur ce projet en plus de ce qu’ils ont à faire dans le cadre des cours, précise D. COECK. Habituellement,
les enseignants leur demandent de plancher sur des thématiques personnelles. Ils sont relativement évasifs sur les sujets,
de manière à ce que les étudiants soient vraiment très libres dans leurs créations. Mais ils les incitent aussi à prendre part
à des concours, qui peuvent être une manière d’aborder des thèmes imposés. Dans le cadre du projet avec les 3 Suisses,
les étudiants sont seuls maitres à bord… ou presque. Ils choisissent la lingerie qui les inspire, puis ils imaginent un scénario
pour la mettre en valeur. Ils demandent à des copains et des copines de jouer les modèles. Ils choisissent le lieu des prises
de vue, en intérieur ou en extérieur, avec la lumière naturelle ou non. Ils sont à la fois directeurs d’acteurs, décorateurs et
photographes. Mais ils doivent aussi tenir compte de certaines contraintes et respecter le cahier des charges établi par le
client. Les professeurs ne leur disent pas ce qu’ils doivent faire, mais ils sont prêts à aider les étudiants du point de vue
technique, artistique ou plastique, en respectant le plus possible leur créativité".
Au final: un Prix des journalistes et un Prix des internautes récompenseront certains d’entre eux avec, à la clé, des bons
d’achat ou la possibilité de participer à une séance de prises de vue réalisées par un professionnel pour le catalogue. Les
photos sont également exposées à Paris lors de la présentation du catalogue, qui a lieu deux fois par an. Il y a deux ans,
les élèves de Saint-Luc qui avaient pris part au projet ont ainsi eu l’occasion d’exposer leurs photos à côté de celles de Karl
LAGERFELD. "Cela permet aux étudiants de rencontrer des professionnels et de se faire connaitre, explique l’enseignant.
Mais le véritable intérêt de ce genre de projet, c’est d’avoir l’occasion de se frotter au monde du travail. Ils sont confrontés
à des impératifs dont ils n’ont pas l’habitude. Nous n’avons pas la prétention d’en faire des professionnels. Nous demandons avant tout à nos étudiants d’avoir une approche de l’image particulière, d’exprimer des univers personnels, comme
un écrivain à travers sa plume ou un peintre à travers son pinceau, tout en ayant conscience qu’on vit au 21e siècle, avec
les réalités que cela suppose. Ceux d’entre eux qui se destinent au monde artistique devront souvent avoir un boulot alimentaire à côté…" ■
MARIE-NOËLLE LOVENFOSSE
1. www.stluc-sup-tournai.be
6
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
181 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler