close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Août 2016 - Jeunes Agriculteurs du Tarn

IntégréTéléchargement
Numéro 125– Juillet-Août 2016
L’EDITO
En Aout les Jeunes agriculteurs du Tarn animent les campagnes…
SOMMAIRE
A NE PAS MANQUER p3
De la fête des vins de Gaillac, jusqu’aux concours de Labours d’Alban et Moulares, en passant par la fête de l’ail à Lautrec, les JA se
mobilisent tout l’été pour animer et faire vivre notre territoire. Fiers
de notre savoir faire, fiers de nos produits d’exception, fiers d’être paysans,
c’est toujours avec enthousiasme que nous nous lançons tous les ans dans
l’organisation de ces évènements qui font la promotion d’un métier que nous
aimons.
Le beau temps du week-end dernier a conditionné la réussite des cuvées 2016
des fêtes des vins et de l’ail, où comme tous les ans de nombreux JA ont prêté
main forte aux différents comités d’organisation.
ACTUALITES p4
LE DOSSIER p8
EN DIRECT DES CANTONS
p11
ESPACE JA p12
PAGES SPECIALES p13
Le format de la finale départementale de labour change cette année. Face à un
contexte pesant, et après avoir fortement sollicité nos adhérents depuis le début de l’année pour défendre notre profession, nous avons laissé l’organisation
aux cantons d’Alban et de Pampelonne qui sont experts depuis toujours dans
l’art de faire la fête. Nous avons par ailleurs posé une candidature pour organiser l’an prochain, sur le canton de Réalmont, la finale régionale de labour, réponse début septembre …
Le programme de la rentrée s’annonce d’ores et déjà très chargé.
La crise agricole ne fait pas en s’atténuant, bien au contraire, et les cours de
nos produits sont à la mesure des solutions qui nous sont proposées pour tenir
à flots nos exploitations, vraiment insuffisants. Alors soyez prêts car nous aurons encore besoin de vous dans les mois à venir pour échanger, travailler et
surtout revendiquer. Nous sommes tous conscients du désarroi dans lequel se
trouve certains agriculteurs, conscients que tout doit être fait pour leur redonner des perspectives économiques, il en va de la survie de notre profession.
Pour nous JA 81, le temps est aussi à la restructuration, nos structures cantonales sont depuis toujours les racines de notre réseau et l’engrais de nos
idées. Nous avons fait le choix d’en recomposer certaines en tenant parfois
compte du maillage administratif, notamment des intercommunalités et en tenant toujours compte du territoire et des hommes pour que nos équipes cantonales soient demain encore plus qu’aujourd’hui force de propositions et animatrices de nos territoires. Le débat autour de cette réorganisation est toujours
ouvert alors n’hésitez pas à vous rapprocher de vos présidents de canton pour
nous faire remonter vos idées, car là aussi nous devons avancer ensemble.
Christophe Rieunau, Secrétaire Général des Jeunes Agriculteurs du Tarn
… A ne pas manquer
Crise laitière : Bruxelles met 500 M d’euros sur la table dont 49.9 M d’euros pour la
France :
Le Conseil des Ministres Européens de l’agriculture du 18 juillet a permis d’acter la mise en place d’une enveloppe de 500M d’euros à l’échelle européenne, afin de venir en aide en priorité aux producteurs de lait de vaches via une mesure spécifique de réduction de la production et aux producteurs d’autres filières en difficulté.
Sur les 500 M d’euros 150 M permettront de mettre en place une mesure de régulation du volume de lait produit au niveau européen, la première depuis la fin des quotas laitiers. Les 350 autres millions d’euros seront
délégués aux Etats membres qui pourront les utiliser dans le cadre de mesures de soutiens, en adéquation
avec la logique de maitrise volontaire de la production laitière ou à d’autres actions permettant de redonner
des perspectives de marché à d’autres filières et notamment la viande bovine.
La France sera bénéficiaire d’une enveloppe de 49,9 M d’euros . Ces mesures ne seront pas financé par la réserve de crise . La France devrait rapidement faire des propositions relative aux relèvements du plafond des
minimis.
Etiquetage des produits transformés : les travaux ont débuté
Deux réunions sur le décret d’étiquetage des produits transformés se sont tenues le 13 juillet, l’une sur les
produits laitiers, l’autre sur les produits transformés à base de viande. Pour l’instant les discussions ont essentiellement porté sur les seuils à partir desquels l’étiquetage de l’origine serait rendu obligatoire et sur les
produits concernés par le décret.
Aujourd’hui la proposition est de mettre en place un seuil de 10% de viande dans les produits transformés et
50% de lait dans les produits laitiers. Ces seuils devraient permettre une bonne représentativité des produits
couverts par le décret. Cependant le principal point de contrariété concerne justement le périmètre de produits couverts par le décret. Pour le lait, seuls les produits laitiers et le lait seraient concernés. Ce qui exclurait la biscuiterie, viennoiserie, crèmes desserts etc… De même pour la viande, il n’est pour l’instant pas garanti que les viandes transformées (jambon, viande hachée etc…) dans les produits transformés fassent parti
du périmètre. Plusieurs autres questions techniques sont apparues (approvisionnements étrangers ponctuels, stocks de packaging, mélanges de lait etc…)
Prix d’équarrissage :
Suite à de nombreuses remontées du réseau de l’augmentation des prix de l’équarrissage, nous nous sommes
renseigné sur la cause de cette augmentation.
En 2016 la filière fait face à une augmentation des coûts d’équarrissage en ferme qui s’explique par plusieurs
éléments :
•
la baisse de la valorisation des sous-produits issus des animaux collectés en ferme à savoir les farines animales, les graisses animales et les cuirs des bovins
•
La modification de la réglementation européenne sur les Matériaux à risques spécifiés (MRS).
Globalement la hausse de tarifs se solde par la nécessité de collecter 7 millions d’euros supplémentaires. Les
sommes supplémentaires à collecter ont été partagées entre les éleveurs et l’aval de la filière. La cotisation des
éleveurs ovins a davantage augmenté que celles des éleveurs bovins et caprins car la filière ovine ne finançait
pas l’équarrissage à hauteur des coûts réels. Ainsi un rééquilibrage entre la filière bovine et ovine a eu lieu.
Ja 81 déplore, tout de même, une telle augmentation en période de crise telle que nous sommes actuellement et
au vue de la qualité des services qui nous remonte régulièrement.
L’Etincelle juillet-août 2016 3
...Actualités
Directive Nitrate : Que décide JA81 ?
RAPPEL :
Dans le dernier numéro, nous vous avions annoncé que notre recours au tribunal administratif au sujet du zonage 2012 et 2015 des zones vulnérables avait été rejeté et les conséquences de ce résultat.
Suite à ces résultats les différents syndicats ont dû se positionner sur le fait de faire appel ou non sur le zonage
2012 et 2015.
ZONAGE 2012 :
Le zonage 2012 du bassin Adour-Garonne étant le seul qui n’est pas tombé par rapport à l’ensemble des bassins hydrographiques, la FNSEA s’est proposé de demander un référé en suspension qui va permettre (s’il est
accepté) de retarder la date de mise aux normes des élevages et le syndicat souhaite aussi faire appel sur le
fond.
ZONAGE 2015 :
Pour le zonage 2015, 33 structures ont attaqué le zonage du bassin Adour-Garonne et il a été le premier a être
jugé aussi chaque structure a la possibilité de faire appel.
Faire appel pourra permettre d’éviter l’effet de jurisprudence pour les autres bassins versants. De plus, les avocats sont plutôt confiants, ils pensent que les arguments présents dans le compte-rendu du jugement sont fragiles et politisés et donc attaquables. Enfin faire appel pourra permettre de retarder l’échéance de mise aux normes des élevages qui n’est pas encore connu. Le seul inconvénient est le coût engendré pour la structure alors
que l’on n’est pas sûr de gagner.
Après consultation en bureau et en conseil mixte, les JA du Tarn ont décidé de faire appel comme la FRSEA, les
différentes FDSEA, les JA d’Oc et certains JA départementaux.
A noter :
La FRSEA a rencontré la DRAAF et la DREAL au sujet du zonage Nitrate 2012 et 2015. Concernant le financement dans le cadre du Plan pour la compétitivité et l’adaptation des exploitations agricoles (PCAE), ils ont eu la
confirmation de la prolongation d’un an et de 2 ans pour les JA de ce dispositif. Aussi, pour ceux qui sont dans le
zonage 2007 ou 2012, le financement dans le cadre du PCAE est maintenant juqu’au 1er octobre 2017 pour un
non JA, et jusqu’au 1er octobre 2018 pour un JA. Pour ceux qui sont dans le zonage 2015, le financement dans
le cadre du PCAE est possible jusqu’au 1er octobre 2019 pour un non JA et 1er octobre 2020 pour un JA.
PAC—Révision à mi-parcours : Du nouveau !
Lors de la mise en place de la nouvelle réforme de la PAC, on nous avait promis une révision et un ajustement
de cette dernière à mi-parcours. Cette révision est en cours au niveau des aides couplées et des paiements
redistributifs. En effet, le Ministère doit faire une proposition pour le 1er août à la Commission Européenne.
La proposition du Ministère semble se stabiliser comme suit :
Aide bovine : Le seuil de 10 UGB est maintenu. Pour avoir droit à cette aide il faudra un minimum de 3 vaches
et 10 UGB au total. Pour l’ABA et l’ABL une vache ne peut être primée qu’une fois.
Aide ovine : le ratio de productivité va passer de 0.4 à 0.5 agneaux par brebis avec un système permettant de
primer les brebis qui sont juste en deçà du seuil mais à moindre mesure. L’aide complémentaire pour les élevages ovins en filière de qualité va être supprimée, celle pour les élevages ovins en contractualisation ou vente
directe va être augmentée, et celle pour les élevages ovins détenus par les nouveaux producteurs sera conservée.
Aide caprine : L’aide complémentaire pour les éleveurs caprins adhérents au code mutuel des bonne pratiques
d’élevages caprins ou formés au guide des bonnes pratiques d’hygiène sera supprimée mais fusionnée à l’aide
de base.
Aide légumineuse : les mélanges légumineuses/oléagineux seront désormais pris en compte
Aide au blé dur : disparition des dates de semis, et des densités minimum de semis, seul le contrat de livraison
sera nécessaire
Aide aux fruits et légumes : disparition là aussi de la densité minimum de semis, seul le contrat avec l’OP sera
demandé
Une aide au riz sera créée.
En ce qui concerne le paiement redistributif la décision finale sera prise le 31 juillet, les différentes organisaL’Etincelle juillet-août 2016 4
tions étant en désaccord sur le pourcentage à accorder.
...Actualités
Projet d’Arrêté Lieux Sensibles
La Loi d’Avenir pour l’Agriculture, l’Alimentation et la Forêt (LAAF), a introduit, des dispositions
nouvelles qui subordonnent l’application des produits de traitement à proximité des lieux sensibles à
la mise en place de mesures dédiées afin de protéger les personnes vulnérables lors de l’application
de produits phytosanitaires. En l’absence de telles mesures ou lorsqu’elles ne sont pas adaptées à la
situation locale, les préfets peuvent imposer une distance en deçà de laquelle il n’est pas possible
d’appliquer le produit.
Dans ce cadre, le Préfet de Région en concertation avec le CAF Occitanie a commencé à plancher sur le sujet en élaborant un projet d’arrêté fixant les mesures à mettre en œuvre pour l’utilisation des produits phytosanitaires à proximité des établissements fréquentés par des personnes vulnérables.
•
•
•
Pour bien comprendre l’arrêté, il y a 3 notions à bien définir :
Lieux sensibles
Horaires sensibles
Notion de proximité des lieux sensibles
Lieux sensibles :
Deux catégories de lieux sensibles ont été définies :
- Catégorie A : lieux accueillant des élèves et des enfants (ex : écoles, crèches, halte-garderie,
centres de loisirs, aires de jeux, parcs, jardins…)
- Catégorie B : lieux accueillant des personnes âgées ou malades ( ex : Centres hospitaliers, hôpitaux, maisons de santé, établissements accueillant des personnes âgées…)
Horaires sensibles :
Pour la catégorie A : 20 min avant l’ouverture le matin et 20 min après la fermeture le soir
Pour la catégorie B : 20 min avant que les personnes sensibles soient autorisées à sortir dans l’espace ouvert, et se terminant 20 min après cette période.
Proximité des lieux sensibles :
Sur culture basse : on est considéré comme à proximité des lieux sensibles à moins de 5 m de la limite de propriété.
Sur vigne :
•
On est considéré comme à proximité des lieux sensibles à moins de 20 m de la limite de propriété.
•
On est considéré comme à proximité des lieux sensibles à moins de 5 m de la limite de propriété si on utilise un pulvérisateur de type face par face ou un jet projeté avec une buse antidérive.
Sur verger : on est considéré comme à proximité des lieux sensibles à moins de 50 m de la limite de
propriété.
Par rapport à ces définitions, l’arrêté indique que :
Dans la catégorie A, il est interdit d’appliquer les produits phytosanitaires à proximité des lieux sensibles pendant les horaires sensibles.
Dans la catégorie B, il est possible d’appliquer les produits phytosanitaires pendant les horaires sensibles si il y a la présence d’au moins un de ces éléments :
•
une haie entre la parcelle et la limite de propriété d’une hauteur supérieure à celle de la culture
en place et à l’équipement utilisé. La haie doit avoir une hauteur et une largeur homogène sur
tout son volume.
•
Des moyens matériels inscrits au bulletin officiel du Ministère.
L’Etincelle juillet-août 2016 5
...Actualités
Projet d’arrêté Lieux Sensibles (suite)
La négociation avec le CAF Occitanie a permis les avancées suivantes :
•
•
•
•
•
•
Une réduction des horaires sensibles de 1h à 20 min,
Une suppression de la règle du durcissement de la réglementation en cas de dérive de produits
Les nouveaux projets accueillants des personnes vulnérables devront intégrer des mesures de protection.
Une réduction de distance de 20m à 5m sur vigne si utilisation d’un pulvérisateur face par face
Obligation pour les maires de communiquer les listes et horaires des établissements
Engagement des services de l’état de communiquer positivement auprès des maires sur ce sujet.
Par contre nous avons dû faire des concessions et certaines de nos demandes n’ont pas été obtenues.
Concession :
Nous avons accordé la sanctuarisation des lieux accueillant des enfants ( Création de deux catégories de
personnes)
Demandes non obtenues :
Nous n’avons pas obtenue la dérogation de distance de 50m à 20m voire 5 m pour le volet arboricole sur
la base d’une documentation technique.
A noter :
Cet arrêté a été négocié régionalement, le Préfet de région va le proposer tel quel aux Préfets départementaux mais il ne peut en aucun cas les obliger à conserver ce cadre. Aussi JA81 a décidé de rencontrer le
Préfet à ce sujet afin de bien conserver ce cadre qui reste cohérent par rapport à la LAAF.
Rappel de la loi :
Attention cet arrêté ne vous couvrira pas totalement, toute dérive de produit phytosanitaire incombe de l’agriculteur qui épand même s’il respecte la réglementation !!
Loi Biodiversité : Conclusion à demi-teinte
La loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et du paysage a été adoptée définitivement, le 20
juillet 2016, par les Députés. Sur les 174 articles du projet de loi, Jeunes Agriculteurs et son réseau ont mobilisé les Parlementaires sur près d’une vingtaine d’articles qui concernaient l’agriculture.
Parmi les points positifs comme déjà évoqué dans l’étincelle de mai :
•
•
•
•
l’inscription dans le droit de l’environnement du principe de complémentarité entre agriculture et environnement
la définition des cours d’eau
la reconnaissance des services environnementaux
la création d’une agence de la biodiversité au service des acteurs socio-économiques.
Pour autant, la loi ajoute de nouvelles contraintes :
•
•
•
le principe de non régression du droit de l’environnement : l’introduction d’un tel principe dans la loi
signifie que les réglementations en vigueur en faveur de l’environnement ne pourront aller que vers
du plus contraignant et ne pourra pas aller vers de la simplification
la création de zones prioritaires pour la biodiversité : ces zones prioritaires vont constituer un énième
zonage environnemental
L’interdiction des néonicotinoïdes en 2018 : l'utilisation des néonicotinoïdes est interdite à partir du
1er septembre 2018 (article 125). Des dérogations pourront être délivrées jusqu'au 1er juillet 2020
par arrêté conjoint des ministres chargés de l'agriculture, de l'environnement et de la santé. Cet arrêté «est pris sur la base d'un bilan établi par l'Anses». Ce bilan porte sur «les impacts sur l'environnement, notamment sur les pollinisateurs, sur la santé publique et sur l'activité agricole.»
L’Etincelle juillet-août 2016 6
...Le dossier
Loi biodiversité : Derniers espoirs...
Des députés ont saisi le Conseil constitutionnel, considérant que «plusieurs articles de la loi biodiversité méconnaissent des dispositions et principes de valeur constitutionnelle». Parmi ces articles, le n° 125 interdisant l’utilisation des néonicotinoïdes à compter de septembre 2018: «Cet article sera censuré par le Conseil constitutionnel», considèrent les Républicains dans la saisine déposée le 22 juillet. Selon eux, «les restrictions ou les
interdictions d'usages des substances de la famille des néonicotinoïdes relèvent de la seule compétente de la
Commission européenne». D'autres articles font l'objet de la saisine des Républicains : l'article 2 sur l'inscription dans la loi du principe de non-régression ou encore l'article 11 qui, selon eux, « crée une discrimination en
matière de cession, fourniture ou transfert de semences ».
Sivens : Audit Patrimonial
Dans l’Etincelle de mai, on vous annonçait que l’Etat avait confié à un bureau d’étude la mission de réaliser un
audit patrimonial dans le but de créer les bonnes conditions au démarrage d’un travail collaboratif entre les
parties sur le projet de territoire.
L’audit patrimonial a eu lieu du 10 mai au 22 juin, 65 personnes ont été auditées (liste des auditées disponible
sur http://www.tarn.gouv.fr/IMG/pdf/Liste_personnes_auditees.pdf) avec des entretiens d’une durée moyenne
de 3h.
Les conclusions de ces auditions ont été présentées le 9 juillet aux différents protagonistes. Les conclusions de
cet audit sont en résumé, les suivantes (le diaporama complet est disponible sur le site suivant : http://
www.tarn.gouv.fr/IMG/pdf/Diaporama_enrichi_-_reunion_de_restitution.pdf)
Partie I : Comprendre pourquoi cela n’a pas fonctionné
Le bassin versant du Tescou est un territoire ordinaire qui a connu une crise extraordinaire. Dans l’action se
sont confrontés plusieurs mondes, plusieurs façons de fonctionner, plusieurs conceptions de la gestion de l’eau,
de l’agriculture et du territoire :
- un monde traditionnel rural qui cherche avant tout à assurer la sécurité existentielle des agriculteurs,
acteurs majeurs du territoire
- Un monde urbain attaché à de grands principes relevant du « développement durable » et qui est
confronté à la difficulté de leur application concrète, aux transitions inhérentes à ces questions
- Un monde rurbain qui prend des initiatives, veut se faire une place sans toujours la trouver.
Ces mondes se sont mélangés dans la crise, chacun a découvert le monde de l’autre. Mais dans ce territoire
sans identité bien définie, sans habitude des acteurs de se rencontrer, le conflit l’a emporté sur la compréhension et la coopération. Les questions qui ont émergé avec Sivens perdurent encore aujourd’hui, la question de
qui peut participer et comment construire ensemble reste prédominante.
Partie II : Prospective :
Les différents acteurs ont une vision temporelle du projet concordante. Chacun a conscience que la crise peut
revenir et un grand nombre d’acteurs semble penser que tant qu’il n’y aura pas la reconnaissance d’une réalité
partagée il n’y aura pas de dessein commun. De plus, les agriculteurs rencontrés ne sont pas prêts à porter
seuls tout le changement de l’agriculture française mais ils sont prêts à travailler sur des techniques, des pratiques, du moment qu’on respecte leur autonomie, leur libre arbitre et leurs stratégies d’exploitations de façon
réaliste. Les différentes actions exprimées esquissent ce que pourrait recouvrir un contrat agriculture-sociététerritoire-eau équilibré, qui respecte l’identité de chacun et favorise l’action des acteurs publics et privés sans
se substituer à eux. En particulier, de façon assez largement partagée, le champ des circuits de proximité et de
leur valorisation semble être prêt à être investi du moment qu’il s’accompagne d’un travail sur le rapprochement effectif des habitants dans et autour du territoire.
Même si le choix de la co-construction du projet est souhaitable, il n’est pas forcément vu comme le plus simple. Il a le désavantage de prendre du temps mais aussi les avantages de la robustesse juridique, d’une légitimité politique forte et d’éviter le risque d’accroître les conflits, au moins à court terme, et à long terme s’il débouche sur un projet réellement porté par les acteurs concernés.
En conclusion, sur cet espace tout est à co-construire : une identité territoriale, la constitution d’une communauté d’acteurs pour le prendre en charge, l’amélioration conjointe de ses qualités liées à l’eau, à l’agriculture
et à la vie ensemble. Il faut arriver à passer de la conscience d’un destin lié à la réalisation d’un dessein commun pour que fonctionne le projet.
Début septembre, l’ensemble des acteurs sera à nouveau réuni pour mettre en place les outils nécessaires à l’élaboration du projet de territoire du bassin versant du Tescou.
L’Etincelle juillet-août 2016 7
...Le dossier
Concours de labours : samedi 13 août à Alban et à Moularés
Comme annoncé dans l’étincelle de mai, le concours de labour départemental aura lieu sur deux cantons à
Pampelonne et à Alban le samedi 13 août : Présentation…
Canton d’Alban :
Présentation du canton :
Le canton d’Alban présente une trentaine d’adhérents en 2016 essentiellement en élevage ovins lait. C’est
un canton dynamique qui depuis les élections 2013, a décidé d’aller à la rencontre des jeunes pour leur proposer d’adhérer. Chaque hiver, ils passent voir les nouveaux installés sur le canton d’Alban, mais aussi sur
les cantons de Villefranche d’Albigeois et du Masnau. Et cela fonctionne plutôt bien.
La réussite du succès :
Une équipe cantonale dynamique qui s’investit et organise de nombreux événements festifs qui permettent
de fédérer les jeunes : concours de belotes, repas cantonal. Mais c’est aussi en tant que syndicat qu’il se regroupe une fois par mois avec la FDSEA pour discuter des problèmes agricoles du territoire. La recette parait
simple à Alban, la mobilisation des adhérents comme clefs du succès. On a encore pu le remarquer cette année sur les différentes mobilisations, devant les perceptions en février, ou encore durant la journée du 14
mars à Albi où les adhérents du canton ont répondu aux appels à mobilisation départementaux.
2016 une année élective, quels changements pour le canton ?
Même si Manuel Panis est resté à la tête du canton pour un mandat supplémentaire, le bureau a évolué avec
le changement de secrétaire général et de trésorier. De plus, fin 2015, lors de l’AG cantonale la nouvelle
équipe avait des projets plein la tête. Tout d’abord conserver les événements instaurés depuis plusieurs années sur le canton mais aussi, pour rester dans la dynamique de Terre en Fête 2015, mettre en place un
concours de labours cantonal. Finalement c’est plus qu’un concours cantonal qu’il organise en 2016, mais une
partie du concours de labour départemental…
Le Programme du Concours de labour:
Comme l’an passé, ils ont décidé de s’associer à la Fête d’Alban pour organiser cet événement et les deux
manifestations comptent bien s’apporter mutuellement. La nouveauté, il n’y aura pas de stand, le cœur de
l’événement reste le concours de labour et ce dernier sera agrémenté d’animations pour petits et grands
avec de nombreuses surprises à venir découvrir. Le samedi soir, les JA du canton tiendront une bodega lors
de la fête d’Alban.
La Localisation :
La manifestation se déroulera à la sortie d’Alban, avenue de Peyreblanque.
ALBAN
Avenue de Peyreblanque
L’Etincelle juillet-août 2016 8
...Le dossier
Concours de labours : samedi 13 août à Alban et à Moularés
Canton de Pampelonne :
Présentation du canton :
Le canton de Pampelonne-Monesties-Carmaux présente une vingtaine d’adhérents en 2016 essentiellement
en élevage bovins viande. Situé au Nord-Est du département du Tarn, ce canton est au cœur du Ségala, il est
caractérisé par des filières de qualité avec notamment le veau d’Aveyron et du Ségala. C’est un canton dynamique où chaque année de nouveaux jeunes continuent à s’installer et adhérent au syndicat.
La réussite du succès :
Les clefs du succès sur ce canton, des cartes syndicales payées au 2/3 la première année et 1/3 la seconde
par le canton pour laisser au jeune le temps de découvrir le syndicat, sa dynamique, sa philosophie et lui donner envie d’adhérer les années suivantes. Tout cela, associé à une équipe cantonale dynamique et deux administrateurs départementaux qui s’investissent aux coté de l’ensemble des adhérents. Chaque année le canton
organise des événements festifs qui fédèrent les jeunes et permettent à chacun de trouver sa place : concours
de labour cantonal, repas cantonal….. C’est aussi un canton constructeur d’idées notamment sur les questions
environnementales.
2016 une année élective, quels changements pour le canton ?
Le canton a fait le pari de mettre à sa tête une équipe de jeunes installées avec en appuient des plus anciens.
Kévin Bleys, le président du canton, nous a expliqué durant la formation des présidents de cantons en février,
que pour le premier mandat de l’équipe, ils souhaitaient d’abord prendre leurs marques, leur but est donc de
conserver les activités déjà présentes sur le canton c'est-à-dire le concours de labours et le repas cantonal et
ainsi garder la dynamique déjà présente. Finalement, pour eux aussi c’est bien plus qu’un concours cantonal
qu’ils organisent en 2016, mais une partie du concours de labour départemental…
Le Programme du concours de labour :
Le cœur de l’événement sera, là aussi, le concours de labours avec la matinée consacrée aux essais, et à partir de 14h le concours. Vous pourrez aussi découvrir sur le site la moisson à l’ancienne ainsi qu’une exposition
de moissonneuses. Si cela vous tente, vous pourrez aussi venir découvrir ou participer au jeux inter-villages
qui seront organisés spécialement pour l’événement. Vous pourrez aussi venir à notre rencontre sur le stand
JA toute la journée où petit film et diverses plaquettes vous seront présentés. Le soir nous vous proposons un
repas champêtre au village de Moularés où vous pourrez profiter de la fête !!
La Localisation : Pour nous trouver, on vous attend à la métairie neuve, sur la commune de Moularés.
MOULARES
Le concours de labour
L’Etincelle juillet-août 2016 9
...Le dossier
Concours de labours : samedi 13 août à Alban et à Moularés
L’EQUIPE DEPARTEMENTALE REMERCIE D’ORE ET DEJA LES DEUX CANTONS
ORGANISATEURS POUR LEURS MOBILISATIONS ET LEURS ENGAGEMENTS
DANS L’ORGANISATION DE CET EVENEMENT !!
S
OULARE
M
T
E
N
LBA
EUX A A
R
B
M
O
N
ATTEND
S
U
UT 2016
O
O
V
A
3
ON
1
LE
L’Etincelle juillet-août 2016 10
...En direct des cantons
Fête des vins : les 05, 06 et 07 août 2016
Comme chaque année, JA81 a été partenaire de la Fête des vins et a tenu la buvette et le bar à
vin durant tout le week-end.
La participation de Jeunes Agriculteurs du Tarn sur cet événement est départementale.
Aussi une trentaine de bénévoles se sont relayée tout le week-end sur les deux espaces dédiés.
Comme chaque année, une rétrocession financière sera faite à tous les cantons présents , à hauteur de leur participation.
Nous remercions tous les JA bénévoles qui sont venus passer un peu de temps pour permettre la
réussite de cet événement.
Montage du site :
Le week-end :
Le démontage :
L’Etincelle juillet-août 2016 11
…L’espace JA81
L’Agenda
Calendrier du mois
4 juillet : CA SAFER
5 juillet : Cellule d’urgence élevage
7 juillet : AG Marché de Jarlard
8 juillet : CA FDSEA, AG Paysan Tarnais
21 juillet : CDOA, CTI, Bureau, Conseil Mixte
25 juillet : Conseil d’administration JA d’Oc
30 août : CTI
31 août : Comité technique Valorisation des Métiers
01 septembre : Réunion AgriTarn
02 septembre : Bureau FDSEA
05 septembre : Stage 21h
06 septembre : Réunion PAC
12 septembre : Groupe régional installation
14 septembre : CTD SAFER
15 septembre : Rdv ATAG, CTI, COTIR
16 septembre : Conseil d’Administration FDSEA
19 septembre : Conseil d’Administration SAFER
26 septembre : Stage 21h
Evènementiels
5,6 et 7 août : Fête des vins
13 août : Concours de labour Alban et Moularès
4 septembre : Finale régionale de labour - Lozère
La blague à Régis
Nous contacter
96 rue des Agriculteurs 81011 ALBI Cedex 9
Tél: 05.63.48.83.68 - Mail: ja81@wanadoo.fr
Site: www.ja81.fr
L’Etincelle juillet-août 2016 12
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
4
Taille du fichier
5 171 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler