close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Brochure Master LTE 2016/2017 - Université de Picardie Jules Verne

IntégréTéléchargement
Année Universitaire 2016-2017
MASTER RECHERCHE
Domaine : ARTS, LETTRES, LANGUES
Mention : Langue(s), Textes, Echanges
1. Parcours général
Spécialités
Sciences du langage
Littératures antique, française et Comparée
Langues, littératures et civilisations étrangères
Allemand
Espagnol
2. Parcours préparant au concours de l’Agrégation
Agrégation interne d’allemand
Agrégation externe et agrégation interne d’espagnol
3. Parcours « Esthétiques comparées — arts, lettres philosophie »
Parcours mutualisé entre la spécialité « Littérature antique, française et comparée »
du Master LTE et la spécialité « Théorie et Pratique Artistiques » du Master
mention « Arts ».
•
La spécialité professionnelle “Management international” est présentée dans une brochure
spécifique (Voir aussi : www. u-picardie.fr).
• Les parcours de formation professionnelle en alternance préparant aux Métiers de l’Education, de
l’Enseignement et de la Formation (master M.E.E.F.) et au CAPES sont présentés dans des
brochures spécifiques (voir sites des différents départements et https://www.u-picardie.fr/ufrinstituts/espe/accueil/
2
1- Présentation générale
Les trois termes qui figurent dans l’intitulé de cette mention du master du domaine « Arts Lettres Langues » de l’UPJV
constituent autant de liens entre les linguistes, les spécialistes de littérature — antique, française, comparée et
étrangères (littératures européennes, américaines et latino-américaines) — et de civilisations étrangères (européennes,
américaines et latino-américaines) réunis à l’UFR des Lettres et à l’UFR de Langues et Cultures étrangères de l’UPJV,
et auxquels s’associent des économistes et des professionnels des échanges internationaux. Le tronc commun a pour
fonction d’articuler clairement une approche croisée, fournissant à la fois les bases d’une solide formation générale et
la possibilité d’une spécialisation éclairée. L’objectif de la mention est de parcourir tout l’éventail qui va de l’examen
approfondi des phénomènes linguistiques en passant par les complexités de la mise en textes jusqu’à l’étude de
l’échange des langues et des textes, de ses figures multiples ainsi que de ses présupposés culturels.
Langue(s)
Le terme désigne ici d’abord les formes particulières et historiquement variables que prend la faculté de langage des
humains. De ce fait, il se prête à la fois à l’analyse des constantes formelles que révèle l’étude de langues anciennes
(latin et/ou grec) et modernes (français, allemand, espagnol) et à l’exploration de leur diversité historique et
géographique. Ce travail est couplé à l’étude approfondie des contextes — énonciatifs, sémiologiques, sociaux,
historiques, anthropologiques, etc. — dans lesquels sont produits les textes. Plurilinguisme, langues régionales,
dialectes, langues spécialisées attachées aux multiples savoirs et pratiques seront abordés sous leurs angles divers.
Textes
La mention « Langue(s), Textes, Échanges » s’intéresse également à la manière dont les langues sont utilisées dans la
production des textes. Le texte littéraire constitue ici un objet d’étude privilégié : on examine la possibilité d’une
typologie raisonnée, en étudiant la théorie antique des genres, les typologies modernes et, de manière plus large, les
théories récentes de la fiction ; on s’attache à montrer qu’une représentation du monde s’inscrit à la fois dans un
système de contraintes linguistiques spécifiques — des langues particulières, soumises à des changements historiques
— et dans un certain nombre de codes stylistiques et génériques (voir la question du romanesque, par exemple). Mais
tout texte, qu’il s’agisse de textes littéraires, de documents historiques, juridiques, de théories ou d’analyses
économiques, présente aussi un caractère discursif qui mérite toute l’attention, son élucidation permettant de penser la
dimension sociale, culturelle et idéologique à l’œuvre dans la langue écrite. Ces aspects feront l’objet d’investigations
croisées dans le cadre des trois spécialités.
Echanges
Le troisième terme de la mention se focalise sur la dynamique propre aux deux premiers. Car, dans ses pratiques
intellectuelles, économiques, comme, plus largement, culturelles et anthropologiques, dans ses objets, de nature
spirituelle comme matérielle, l’échange entraîne toujours un enrichissement par appropriation, transformation,
hybridation des formes comme des contenus. En décloisonnant, il réduit les identités et les dévoile comme
constructions. En globalisant, il s’oppose à tout essentialisme et provoque des resémantisations, comme il favorise les
médiations et suscite des figures de médiateurs. Ces divers aspects pourront être étudiés de façon fructueuse dans le
cadre des spécialités recherche (par exemple la traduction, le métissage des genres littéraires, les phénomènes
d’intertextualité, voire d’intertextualité comparatiste, les débats d’idées, etc.) comme dans celui de la spécialité
professionnelle où, au-delà de la codification des échanges et des comportements en contexte international, l’attention
pourra aussi se porter sur les fluctuations de sens qu’ils impliquent.
Au plan de la formation, le nouveau master se situe dans le prolongement des parcours de Licence de
l’UFR de Lettres et de l’UFR de Langues et Cultures étrangères.
Il propose quatre spécialités intitulées « Sciences du langage » (Responsable : M. Christophe REY, PR),
« Littératures antique, française et comparée » (Responsables : M. Julien GOEURY, PR et M. Marc HERSANT,
PR), « Langues, littératures et civilisations étrangères - allemand, espagnol » (Responsable : Mme Rica AMRAN, PR)
et « Management international » (Responsable : Mme Anne SOMMERLAT, MCF).
3
Depuis 2015, le Master LTE propose également un parcours de Master « Esthétique comparée – Arts, Lettres,
Philosophie » formation mutualisée entre les UFR d’Arts et de Lettres, et ouverte aux étudiants inscrits dans les
deux UFR. Un cursus complet de 120 ECTS (Master 1 et 2) combine une introduction générale solide aux
éléments de la réflexion contemporaine sur l’esthétique, la pensée et la philosophie de l’art avec une formation
concrète à l’analyse des interactions entre les arts, la littérature et la philosophie. Interdisciplinaire, il permet
l’acquisition des principales techniques de composition et d’interprétation des discours sur l’art, ainsi que de la
réflexion sur les différentes pratiques artistiques, parmi lesquelles les œuvres littéraires elles-mêmes sont
replacées et comprises.
Ce cursus mutualisé constitue aussi bien une préparation complète à la recherche en art, en littérature et en
philosophie et à la maîtrise des techniques de rédaction de mémoire et de projets, qu’une formation ouverte aux
différents métiers de la culture (nouveaux médias, pratique et théorie des dispositifs texte-image, édition, etc.).
Au plan de la formation, ce nouveau parcours de Master mutualisé se situe dans le prolongement des
Licences de l’UFR d’Arts et de l’UFR de Lettres.
Il comporte deux filières :
- une filière destinée aux étudiants inscrits à l’UFR d’Arts, accessible au niveau M1 dans le prolongement des
licences d’Arts et de Philosophie, ou au niveau M2 depuis l’une des spécialités du Master Arts (spécialités :
Théorie et Pratique Artistiques et Histoire de l’Art).
- une filière destinée aux étudiants inscrits à l’UFR de Lettres, accessible au niveau M1 dans le prolongement
des Licences de Lettres, ou au niveau M2 depuis l’une des spécialités du Master Langues, Textes, Echanges
(spécialités : Sciences du Langage, Langues Etrangères ou Littérature Antique, Française et Comparée).
Les deux filières permettent la poursuite et le renforcement des compétences disciplinaires propres
respectivement aux cursus d’Arts et de Lettres. Elles comportent en M1 et en M2 une série de modules
mutualisés, composée de cours magistraux, de conférences de Master et de Journées mastériales, dont une partie
relève des Troncs communs généraux respectifs du Master TPA d’un côté, et du Master LTE de l’autre. Les
modules spécifiques au parcours sont suivis aussi bien par les étudiants inscrits en Arts que par les étudiants
inscrits en Lettres, ainsi qu’un module de Langue vivante obligatoire, qui complète la formation. Ces modules
mutualisés permettent l’acquisition des compétences méthodologiques en matière de réflexion et de pratique des
principales notions d’esthétique employées dans le domaine des arts, des lettres et de la philosophie.
Au plan de la recherche, le master « Langue(s), Textes, Échanges » s’appuie sur les Centres de
recherche suivants :
- Le Centre d’Études des Relations et Contacts Linguistiques et Littéraires (C.E.R.C.L.L., EA n° 4283,
Responsable : Mme Anne DUPRAT, UFR de Lettres), qui articule trois axes transversaux et trois axes de spécialité.
Axes transversaux : 1) « Dynamiques interculturelles : concepts, lieux, pratiques » (responsables : Catherine GRALL
et Clémence HEINRICH-COUTURIER). 2) « Circulations intermédiatiques : langues, supports, genres »
(responsables : Camille GUYON-LECOQ et Céline PRUVOST). 3) « Transmissions historiques : héritages,
évolutions, passages » (responsables : Marc HERSANT et Christine MEYER). Axes de spécialité : 1) « Circulation
des idées, des savoirs et des textes : monde germanique et autres aires culturelles » (responsables : Herta-Luise OTT et
Anne SOMMERLAT). 2) « Pratiques linguistiques : Systèmes, Institutions, Transmissions. » ( responsables : Cécile
MATHIEU et Valentina BISCONTI). 3) « Le Roman et le Romanesque » (responsables : Marie-Françoise
MELMOUX-MONTAUBIN et Christophe REFFAIT).
- Textes, Représentations, Archéologie, Autorité et Mémoires de l’Antiquité à la Renaissance (TrAme, EA
n° 4284, resposable : M. Michel PAOLI, faculté des Langues), dont la vocation est de réunir les enseignantschercheurs travaillant dans le domaine des Humanités ou des Sciences humaines et sociales sur la période qui s’étend
de l’Antiquité à la première modernité. Sont principalement représentés les axes « Humanismes, pratiques littéraires,
histoire religieuse » (resp. L. Boulègue, Pr., UFR Lettres et J. Goeury, Pr., UFR Lettres) et « Cultures matérielles »
(resp. V. Dominguez, Pr., UFR Lettres et Ph. Sénéchal, Pr., UFR des Arts).
- Le Centre d’Etudes Hispaniques d’Amiens (C.E.H.A.) : Responsable Rica Amran (PR UFR de Langues et
cultures étrangères), co-responsable Elisabeth Delrue (MCF HDR UFR de Langues et cultures étrangères). Le
C.E.H.A. a d’abord été une équipe indépendante, crée en 2002, dont l’objectif est d’étudier l’histoire, la civilisation et
la littérature dans le monde hispanophone, dans une période comprise entre le Moyen Âge et l’époque moderne et
contemporaine, articulé autour de deux axes thématiques transversaux : L’Espagne : a-Histoire et littérature de
l’Espagne classique du Moyen Âge jusqu’au XVIIe siècle ; b-Littérature et civilisation de l’Espagne du XVIIIe au
XXIe siècle. 2- L’Amérique Latine : Littérature et civilisation des pays de langue hispanique des XIXe et XXIe siècles.
4
- Habiter Le Monde (EA 4287, Responsable Olivier Lazzarotti). L’implication de l’équipe se fait au niveau du
parcours Sciences du Langage du Master LTE, avec les activités du Pr. Rey Christophe.
Sont par ailleurs associés au master LTE le Centre Universitaire de Recherches Administratives et Politiques de
Picardie (UMR C.U.R.A.P.P.), ainsi que le « Centre de Recherches en Arts & Esthétique (CRAE EA 4291), dirigé par
M. Lorenzo VINCIGUERRA, pour le parcours mutualisé « Esthétiques comparées – arts, lettres, philosophie ».
Comité de pilotage
Le comité de pilotage du master « Langue(s), Textes, Echanges » est composé des directeurs des U.F.R. de Lettres
(Mme Marie-Françoise MELMOUX-MONTAUBIN) et de Langues et Cultures étrangères (M. Jean-Paul JULLIEN),
responsables pédagogiques de la formation, et des responsables des trois spécialités :
M. Julien GOEURY (PR Littérature française, TrAme) et M. Marc HERSANT (PR Littérature française,
C.E.R.C.L.L) ; Responsables de la spécialité « Littératures antique, française et comparée »)
Mme Rica AMRAN (PR Histoire de l’Espagne ; Responsable de la spécialité « Langues, littératures et civilisations
étrangères », CEHA).
M. Christophe REY (PR Sciences du langage ; Responsable de la spécialité « Sciences du langage »)
Mme Marie-Hélène GAUTHIER (MCF Philosophie), M Lorenzo VINCIGUERRA (PR Philosophie, Directeur du
CRAE, UFR Arts) et Mme Anne DUPRAT (PR Littérature comparée, Directrice du C.E.R.C.L.L.), au titre du
parcours mutualisé « Esthétiques comparées – arts, lettres, philosophie ».
5
2- Dispositions particulières
Tronc commun - Langue étrangère :
- Les étudiants de l’UFR des Langues et Cultures étrangères suivent des cours spécifiques de traduction (thème et
version), en Allemand, en Anglais ou en Espagnol, suivant leur spécialité.
- Les étudiants de l’UFR des Lettres suivent des cours spécifiques, en Allemand, en Anglais, en Espagnol, en Italien
ou en Russe suivant les cas.
- Les titulaires du CAPES, en poste actuellement, peuvent bénéficier d’une dispense du M1 : déposer une demande
d’équivalence auprès du secrétariat.
- Les Certifiés titulaires d’une Maîtrise ou d’un Master 1 s’inscrivent en Master 2e année. Ils peuvent être dispensés
d’une partie des enseignements : déposer une demande d’équivalence auprès du secrétariat
- Les titulaires de l’Agrégation s’inscrivent en Master 2e année. Ils peuvent être dispensés d’une partie des
enseignements : déposer une demande d’équivalence auprès du secrétariat.
- Les étudiants salariés ou partant à l’étranger doivent prendre contact avec les enseignants concernés afin de connaître
les bibliographies, les œuvres au programme, ainsi que le travail à rendre dans le cadre du contrôle des connaissances.
- Les soutenances de mémoire (1ère et 2e année) doivent s’effectuer devant un jury de deux enseignants au moins. Ce
jury comprend, pour les étudiants inscrits au parcours mutualisé « Esthétiques comparées », au moins un enseignant
membre de l’UFR Arts.
6
3- Instructions concernant la présentation des mémoires
Le mémoire n’est pas une dissertation étendue, mais l’exposé d’une recherche personnelle. Cette recherche et cette
rédaction ont pour but l’apprentissage de l’élaboration d’un travail scientifique. Elles se déroulent sous la
direction suivie d’un enseignant de l’Université, que l’étudiant doit tenir régulièrement au courant de l’avancement
de son travail.
Les mémoires de Ml et M2 sont présentés en quatre exemplaires dactylographiés (un pour le directeur de
recherche, un pour le second membre du jury, un pour l’étudiant et, selon l’avis du jury, un exemplaire
supplémentaire pourra être déposé à la bibliothèque de section).
La longueur du mémoire sera d’une cinquantaine de pages pour le Ml et d’une centaine de pages pour le M2,
tapées sur ordinateur avec traitement de texte. Pour demeurer lisible, la page ne doit pas compter plus de 2000 signes
environ (en corps 12). L’espace entre les lignes est d’un intervalle et demi pour le texte, d’un intervalle simple
pour les notes, à placer immédiatement sous le texte. Chaque page comporte une marge à gauche de 4 cm (pour la
reliure), à droite de 2 cm.
Aucun fait, aucune analyse ne doivent être empruntés à une publication antérieure (qu’il s’agisse d’une publication
traditionnelle ou d’une publication en ligne) sans être signalés et mentionnés de façon précise (par une référence
bibliographique donnée en note). Les étudiants sont invités à résister à la tentation que présentent les bases de
données et/ou d’analyse en ligne. Il va de soi qu’il est interdit de télécharger quelque texte que ce soit pour l’intégrer
tacitement à son propre travail.
L’étudiant consulte son directeur de recherche pour toute indication concernant les conventions de présentation en
vigueur dans sa discipline. Il ne peut présenter un mémoire pour soutenance sans que le travail ait été régulièrement
suivi par l’enseignant concerné.
4- Mobilité étudiante
Les étudiant-e-s du Master LTE sont invité-e-s à passer un ou deux semestre-s à l’étranger. Des dispositions
spécifiques sont prévues pour faciliter les passerelles et obtenir des équivalences. La soutenance des
mémoires pourra avoir lieu en septembre.
Attention ! Les étudiants titulaires d’une Licence qui souhaitent devenir professeurs dans l’enseignement
secondaire (collège et lycée) doivent désormais préparer le Master MEEF (Métiers de l’Enseignement, de
l’Éducation et de la Formation), mention « Second degré ». Cette préparation est assurée à l’Université de
Picardie dans le cadre de l’ESPE (École Supérieure du Professorat et de l’Éducation). Elle comprend la
préparation aux épreuves écrites et orales du concours du CAPES. Les enseignements spécifiques à la
discipline enseignée (Lettres, Espagnol, Anglais, Allemand) sont assurés par des enseignants des U.F.R.
concernées (U.F.R. des Lettres pour le CAPES de lettres modernes, U.F.R. de Langues et Cultures
étrangères pour les CAPES d’allemand, d’anglais, et d’espagnol).
Voir
les
renseignements
et
modalités
d’inscription
sur
le
site :
http://espe.upicardie.fr/Administration/index.shtml
5- Structure du Master
Les dispositions qui suivent valent pour tous les semestres
- Les étudiants des trois spécialités suivent tous les cours de Tronc commun.
- Les étudiants choisissent 4 cours en M S1, M S2 et M S3, 2 en M S4, dans la spécialité où ils sont inscrits,
notamment le cours que propose leur directeur de recherche.
- Le cours optionnel doit obligatoirement être choisi en dehors de la spécialité.
- Dans le cas du parcours mutualisé « Esthétiques comparées. Arts, Lettres, Philosophie », le cours
d’échange doit être choisi parmi ceux proposés par l’UFR Arts (voir tableau récapitulatif ci-dessous).
LES ETUDIANTS DOIVENT S’INSCRIRE AUX SEMINAIRES CHOISIS EN DEBUT DE
SEMESTRE EN PRENANT CONTACT AVEC LES ENSEIGNANTS CONCERNES.
7
Parcours Master LTE
M1 S1 : Semestre 1 : 30 ECTS
Langues
Lettres
Sciences du langage
1) Tronc commun
Unité 1 : Approches théoriques : 2 modules à choisir parmi 3 : 6 ECTS
- Sciences du langage, 8h
- Littératures antique, française et comparée, 8h
- Langues, littératures et civilisations étrangères, 8h
Unité 2 : Langue vivante : 24h, 4 ECTS (2h/s)
2) Cours de spécialité
Voir infra Chapitre « UFR des Cours de spécialité : 120h : Unités 3 à 7 :
4 cours à choisir dans la spécialité du Master : chaque cours 24h, 4
Langues »
ECTS
Unité 7 : Cours à choisir dans une autre spécialité du master ou dans le
secteur SHS : 24h, 4 ECTS
M1 S2 : Semestre 2 : 30 ECTS
Langues
Lettres
Sciences du langage
1) Tronc commun
Unité 1 : 2 journées mastériales d’initiation à la recherche à choisir parmi 3 : 2 ECTS
- Sciences du langage (6h)
- Littératures antique, française et comparée (6h)
- Langues, littératures et civilisations étrangères (6h)
Unité 2 : Langue vivante : 24h, 3 ECTS
2) Cours de spécialité
Voir infra, Chapitre « UFR des Cours de spécialité : 120h - Unités 3 à 7 :
4 cours à choisir dans la spécialité du Master : chaque cours 24h, 3
Langues »
ECTS
Unité 7 : Cours à choisir dans une autre spécialité du master ou dans le
secteur SHS : 24h, 3 ECTS
3) Mémoire de recherche
Mémoire de recherche : 10 ECTS
8
M2 S3 : Semestre 1 : 30 ECTS
Langues
Lettres
Sciences du langage
1) Tronc commun : 36 h
Unité 1 : 4 « Conférences Master » de 3 h sur de grands auteurs européens. 12H, 6ECTS
Unité 2 : Langue vivante : 24h, 4 ECTS (2h/s)
2) Cours de spécialité : 120 h
Voir Brochure du Master, pages
consacrées à l’ « UFR des Langues »
Cours de spécialité : 120h : Unités 3 à 7 :
4 cours à choisir dans la spécialité du Master : chaque
cours 24h, 4 ECTS
Unité 7 : Cours à choisir dans une autre spécialité du
master ou dans le secteur SHS : 24h, 4 ECTS
M2 S4 : Semestre 2 : 30 ECTS
Langues
Lettres
Sciences du langage
1) Tronc commun : 36h
Unité 1 : 2 journées mastériales d’initiation à la recherche : 3 ECTS
Unité 2 : Langue vivante : 24h, 4 ECTS
2) Cours de spécialité : 48 h
Voir Brochure du Master, pages
consacrées à l’ « UFR des Langues »
Cours de spécialité : 120h Unités 3 et 4
2 cours à choisir dans la spécialité du Master : chaque
cours 24h, 4 ECTS
3) Mémoire de recherche : 15 ECTS
9
Parcours « Esthétique comparée – arts, lettres, philosophie »
mutualisé entre « Littérature antique, française et comparée », Master LTE
et « Théorie et Pratique Artistiques », Master Arts
M1 S1 : Semestre 1 : 30 ECTS
Tronc commun (36h) 6 ECTS
Module 1 (18h) : (UEB1) Arts et sciences humaines (Cours donné à l’UFR Arts) : 3 ECTS
Module 2 (18h) : Littérature et Arts (2 cours donnés à l’UFR Lettres) : 3 ECTS
- « Approches théoriques (« Texte et image ») 8h
- « Littérature et arts » 10h
Langue vivante (24h)
Module 3 (24h) : Langue vivante, UFR langues : 4 ECTS
Cours de filière (96 h) : 15 ECTS
Lieu : UFR Lettres
L’étudiant de l’UFR Lettres suit trois cours dans ceux proposés par le Master LTE, dont deux
seulement en LAFC et un en SDL ou en Langues Etrangères
Module 4 : cours à choisir dans la spécialité LAFC du Master LTE (24h) :
Module 5 : cours à choisir dans la spécialité LAFC du Master LTE (24h)
Module 6 : cours à choisir dans la spécialité Sciences du Langage ou dans la spécialité Langues
Étrangères (24h) :
Lieu : UFR Arts
Cours en échange (18 h) : 5 ECTS
Module 7 : Cours à choisir dans ceux proposés par le Master TPA (18h/27h) : UEB1 ou UEC1 : 4
ECTS
M1 S2 : Semestre 2 : 30 ECTS
Tronc commun (36h) : 4 ECTS
Lieu : UFR Arts et UFR Lettres.
Module 1 (18h) : 1 Journée mastériale à choisir parmi celles proposées au 2e semestre dans le cadre
du Master LTE (UFR Lettres et UFR Langues) ; 2 ECTS
Module 2 (18h) : (UEB2) « Art et sciences humaines », Cours donné à l’UFR Arts ; 2 ECTS
Langue vivante (24h) : 3 ECTS
Module 3 : Langue vivante, UFR Langues
Cours de filière (72 h) : 9 ECTS
Lieu : UFR Lettres
Trois cours à choisir dans ceux proposés par le Master LTE, dont au moins deux dans la spécialité
LAFC :
Module 4 : cours à choisir dans la spécialité LAFC du Master LTE (24h) : 3 ECTS
Module 5 : cours à choisir dans la spécialité LAFC du Master LTE (24h) : 3 ECTS
Module 6 : cours à choisir dans l’une des deux autres spécialités du Master LTE – SDL ou Langues
(24h) : 3 ECTS
Cours en échange (18 h) : 3 ECTS
Lieu : UFR Arts
Module 7 : cours à choisir dans ceux proposés par le Master TPA : UEB2 ou UEC2 (18h/27h)
Mémoire de recherche : 11 ECTS
Module 8 : Mémoire d’au moins 50 p. sur un sujet en rapport avec le parcours « esthétique », dirigé
par un enseignant de l’UFR Lettres. Le jury comprendra au moins deux membres, appartenant de
préférence à deux composantes différentes de ce parcours.
10
M2 S3 : Semestre 3 : 30 ECTS
Tronc commun (36h) : 6 ECTS
Module 1 (18h) : (UEB3) Esthétique et théorie des arts visuels (cours donné à l’UFR Arts) : 3 ECTS
Module 2 (18h) : « Esthétique et théorie littéraire » (cours donnés à l’UFR Lettres) : 3 ECTS
- 2 conférences Mastériales de 3h, à choisir parmi les conférences proposées dans le cadre du Master
LTE1 (UFR Lettres et UFR Langues) : 6h
- Cours « Esthétique et théorie littéraire », 12 h
Langue vivante (24h) : 4 ECTS
Module 3 (24h) : Langue vivante, UFR Langues
Cours de filière (96 h) : 15 ECTS
Lieu : UFR Lettres
Trois cours, dont deux au moins dans la spécialité LAFC, et un dans les spécialités Langues et SDL
du Master LTE :
Module 4 : cours à choisir dans la spécialité LAFC Langues (24h) : 4 ECTS
Module 5 : cours à choisir dans la spécialité LAFC Langues (24h) : 4 ECTS
Module 6 : cours à choisir dans l’une des 3 spécialités (24h) : 4 ECTS
Module 7 : cours à choisir soit dans la spécialité Langues ou Sciences du langage (24h) : 4 ECTS
Cours en échange (18 h) : 5 ECTS:
Module 8 : cours à choisir parmi ceux proposés par le Master TPA : UEB3 ou UEC3 (18h/27h)
M2 S4 : Semestre 4 : 30 ECTS
Tronc commun (36h) : 4 ECTS
Lieu : UFR Arts et UFR Lettres.
Module 1 (18h) : 1 Journée mastériale, à choisir parmi celles proposées au 2e semestre dans le cadre
du Master LTE (UFR Lettres et UFR Langues) : 2 ECTS
Module 2 (18h) : (UEC4/1) « Esthétique et philosophie de l’art » , Cours donné à l’UFR Arts : 2
ECTS
Langue vivante (24h) : 4 ECTS
Module 3 (24h) : Langue vivante, UFR Langues
Cours de filière (48 h) : 6 ECTS
Lieu : UFR Lettres
Deux cours à choisir dans ceux proposés par la spécialité LAFC du Master LTE :
Module 4 : cours à choisir dans la spécialité LAFC (24h) ; 4 ECTS
Module 5 : cours à choisir dans la spécialité LAFC (24h) : 4 ECTS
Cours en échange (18 h) : 3 ECTS
Lieu : UFR Arts
Module 6 : cours à choisir dans ceux proposés par le Master TPA : UEC4, 18h CM ou 27h TD
Mémoire de recherche : 13 ECTS
Module 7 : Mémoire d’au moins 100 p. sur un sujet en rapport avec le parcours « Esthétique »,
dirigé par un enseignant de l’UFR Lettres. Le jury comprendra au moins deux membres, appartenant
de préférence à deux composantes différentes de ce parcours
1
L’une de ces conférences de Master sera adaptée au parcours « Esthétique ».
11
Cours de Tronc commun Master Recherche
Première année, Premier semestre
Unité 1 : « Approches théoriques » : 2 modules à choisir parmi 3 : 6 ECTS
- M S1 : module Langues, littératures et civilisations étrangères (4 h et 4h)
- M S1 : module Sciences du langage (8 h)
- M S1 : module Littératures antique, française et comparée (8 h) :
Unité 2: Langue vivante : 24h, 4 ECTS (2h/s)
Parcours « Esthétiques comparées – arts, lettres, langues » :
Module 1 (18h) : (UEB1) Arts et sciences humaines (Cours donné à l’UFR Arts : M.-H. Gauthier) : 3 ECTS
Module 2 (18h) : Littérature et Arts (2 cours donnés à l’UFR Lettres) : 3 ECTS
- « Approches théoriques (« Texte et image ») (S. Albertan-Coppola) 8 h
- « Littérature et arts » (A. Duprat) 10h
Module 3 : Langue vivante : 24h, 4 ECTS (2h/s)
Première année, Deuxième semestre :
Unité 1 : 2 journées mastériales d’initiation à la recherche à choisir parmi 3 : 2 ECTS (mutualisées 1ère et 2e
année)
L’étudiant devra assister à deux journées d’études organisées dans une perspective d’initiation à la recherche et en
rédiger un compte rendu, à remettre au responsable de la journée.
- Sciences du langage (6h)
- Littératures antique, française et comparée (6h)
- Langues, littératures et civilisations étrangères (6h)
Unité 2 : Langue vivante : 24h, 3 ECTS (2h/s)
Parcours « Esthétiques comparées – arts, lettres, langues » :
Module 1 (18h) : 1 Journée mastériale à choisir parmi celles proposées au 2e semestre dans le cadre du Master LTE
(UFR Lettres et UFR Langues) : 2 ECTS
Module 2 (18h) : (UEB2) « Art et sciences humaines », Cours donné à l’UFR Arts ; 2 ECTS
Module 3 : Langue vivante : 24h, 3 ECTS (2h/s)
Deuxième année, Premier semestre
Unité 1 : 4 « Conférences Master » de 3 h sur de grands auteurs européens : 12h, 6 ECTS
Unité 2 : Langue vivante : 24h, 4 ECTS (2h/s)
Parcours « Esthétiques comparées – arts, lettres, langues » :
Module 1 (18h) : (UEB3) Esthétique et théorie des arts visuels (cours donné à l’UFR Arts) : 3 ECTS
Module 2 (18h) : « Esthétique et théorie littéraire » (cours donnés à l’UFR Lettres) : 3 ECTS
- 2 conférences Mastériales de 3h, à choisir parmi les conférences Master sur de grands auteurs européens : 6h
- Cours « Esthétique et théorie littéraire » (C. Grall), 12 h
Module 3 : Langue vivante : 24h, 4 ECTS (2h/s)
12
Deuxième année, Deuxième semestre :
Unité 1 : 2 journées mastériales d’initiation à la recherche à choisir parmi 3 : 2 ECTS (mutualisées 1ère et 2e
année)
L’étudiant devra assister à une journée d’études organisée dans une perspective d’initiation à la recherche et en rédiger
un compte rendu, à remettre au responsable de la journée.
- Sciences du langage (6h)
- Littératures antique, française et comparée (6h)
- Langues, littératures et civilisations étrangères (6h)
Unité 2 : Langue vivante : 24h, 4 ECTS (2h/s)
Parcours « Esthétiques comparées – arts, lettres, langues » :
Module 1 (18h) : 1 Journée mastériale d’initiation à la recherche, à choisir parmi celles proposées au 2e semestre dans le
cadre du Master LTE et du Master TPA: 2 ECTS
Module 2 (18h) : (UEC4/1) « Esthétique et philosophie de l’art », Cours donné à l’UFR Arts : 2 ECTS
Module 3 (24h) : Langue vivante, UFR Langues : 4 ECTS
13
Programme des cours de Tronc commun
APPROCHES THEORIQUES
- M S1 : module Langues, littératures et civilisations étrangères (4 h)
Herta Luise Ott : « Quand la langue se désarticule : observations sur la poésie de langue allemande après
1945 »
- M S1 : module Langues, littératures et civilisations étrangères (4 h)
Jean-Philippe Barnabé : « Pedro Páramo : Juan Rulfo et son nouveau monde romanesque »
- M S1 : module Sciences du langage (8 h)
Christophe Rey : « Lexique et modernité »
- M S1 : module Littératures antique, française et comparée (8 h)
Sylviane Albertan-Coppola : « Texte et image : les « Salons » de Diderot »
JOURNEES MASTERIALES
- M S2/M S4 : 2 journées mastériales d’initiation à la recherche parmi les suivantes (12 h)
Sciences du langage :
Paula Prescod et Béatrice Jeannot-Fourcaud : « Études des structures comparatives dans des variétés de langues
créoles et non créoles »
Littératures antique, française et comparée :
Laurence Boulègue et Lucie Clair : « Le modèle d'écriture de l'Antiquité à la Renaissance » (14 décembre
2016)
Laurence Boulègue et Lucie Clair : « Sénèque dans l'Antiquité et dans la pensée humaniste (11 janvier 2017)
Langues, littératures et civilisations étrangères :
Ernesto Mächler, « Réceptions réciproques de la littérature française en Colombie et colombienne en France »
(novembre 2016)
Journée transversale Littératures antique, française et comparée / Langues, littératures et civilisations
étrangères (à préciser)
Journée transversale Littératures antique, française et comparée / Théorie et pratique de l’art :
Marie-Hélène Gauthier : « Notion et jeu du personnage »
Autre événement pouvant faire l’objet d’une validation, au même titre qu’une journée mastériale :
Julien Goeury et Xénia von Tippelskirch
Journée d’études TrAme : « Le rire antimystique au XVIIe siècle » (Logis du Roy, 6 octobre 2016)
Christian Michel et Jean-Baptiste Renault
Colloque CERCLL/CERR/ESPE d’Amiens, « ‘Enfants, où êtes-vous désormais ?’. Éléments de réflexion. Trois
souvenirs de ma jeunesse (Nos Arcadies) d’Arnaud Desplechin (2015) » (Logis du Roy, 20-21 octobre 2016)
14
CONFÉRENCES
- M S3 (3 h)
Herta-Luise Ott : « Le roman Malina d’Ingeborg Bachmann »
- M S3 (3h)
Marine Ricord : « L’imaginaire des Fables : images et illustrations »
- M S3 (3h)
Laurence Boulegue : « Renaissance de la mimèsis : la redécouverte de la Poétique d’Aristote aux XVe et XVIe
siècles »
- M S3 (3h) :
Paula Prescod : « Edouard Glissant : de la créolisation au Tout-Monde » (11 octobre 2016)
- M S3 (3h) :
Valentina Bisconti : « Genèse et histoire des structuralismes entre Europe et Etats-Unis »
- M S3 (3 h)
Francisco Aroca : « Éléments culturels et intertextuels dans la poésie d'Antonio Colinas (León, 1946) ».
15
A- UFR de Lettres
Spécialité : Sciences du Langage
Responsable : M. Christophe REY
M S1/M S3 De la grammaire aux sciences du langage
Responsable : Christophe Rey
Ce séminaire sera consacré au premier versant de l’épistémologie, à savoir l’histoire de la discipline. Il sera montré
que les SDL occupent une place unique vis-à-vis de la majorité des disciplines dans la mesure où à la fois le matériau
empirique de celles-ci et les objets qu’elles produisent sont des discours, des productions langagières. Nous
interrogerons ensuite les linguistiques sur ce qu’elles peuvent apporter à notre objet, le discours à l’analyse des textes
en veillant à définir précisément ce que l’on entend par texte – terme porteur d’acceptations diverses selon les
perspectives de recherche dans lesquelles on s’inscrit. Il s’agit là naturellement d’une nécessité épistémologique.
Seront abordés les auteurs suivants : F. von Schlegel, W. von Humboldt, A. Schleicher, M. Breal, A. Meillet, F. de
Saussure.
M S2/M S4 Émotion et argumentation
Responsables : Malika Temmar – Thierry Guilbert
L’analyse des émotions, dans leur dimension argumentée, est devenue ces dernières années un objet d’étude tant en
sciences du langage, en sciences de la communication et de l’information, de la psychologie cognitive qu’en
sociologie constructiviste...
Dans le cadre de ce cours on se propose d’analyser la place des émotions en discours, en interaction, dans leur
dimension argumentée.
Seront privilégiés trois angles d’attaque :
- La situation des émotions par rapport aux notions clés de la rhétorique que sont l’ethos, le pathos, le logos
- L’argumentation des émotions contribue-t-elle à leur intensification ou banalise-t-elle leur véracité?
- Les opérations de prise en charge énonciatives – est-elle assumée, revendiquée ou rejetée ?
Bibliographie :
Ouvrages
Amossy R., 2010 : L’argumentation dans le discours, Paris Armand Colin
Doury M., Moirand S., 2005 : L’argumentation aujourd’hui, Paris, Presses de la Sorbonne
Meyer, M., 2011 : La rhétorique, Paris, PUF
Plantin C., 2011 : Les bonnes raisons des émotions, Peter Lang
Plantin C., 2005 : L’argumentation, Paris, PUF
Revue : A contrario, L’argumentation au carrefour des disciplines : sciences du langage et sciences sociales, n° 16,
2011/2.
M S1/M S3 Discours et médias
Responsables : Malika Temmar – Thierry Guilbert
La notion de discours est réinterrogée à travers le prisme du champ médiatique. On s’appuie, dans une perspective
résolument transdisciplinaire, sur les recherches actuelles en analyse du discours médiatique, dans ses versions
descriptive et interprétative, et sur les recherches en sociologie des médias. Sont notamment abordées les notions de
champ, de genre discursif, de définition du sujet énonciatif et leurs conséquences sur le discours des journalistes. Le
genre discursif de l’éditorial en constitue l’un des exemples.
Bibliographie :
16
Ouvrages
Bakhtine, M. (1984) Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard.
Champagne, P. (2007) L’étude des médias et l’apport de la notion de champ, Pour une analyse critique des médias, le
débat public en danger, E. Pinto, dir., Editions du Croquant, Bellecombe-en-Bauge : 39-53.
Guilbert, T. (2011) L’évidence du discours néolibéral. Analyse dans la presse écrite, Bellecombe-en-Bauges, Editions
du Croquant, coll. Savoir/agir.
Moirand, S. (2007a) Le discours de la presse quotidienne, observer, analyser, comprendre, Paris, PUF, linguistique
nouvelle.
Revues
Lambert, C. (2010) Le concept de nation dans les éditoriaux des newsmagazines français : concept idéologique et
motargument, Semen 30 : 87-106.
Moirand, S. (2007b) Discours, mémoires et contextes : à propos du fonctionnement de l’allusion dans la presse, Paris,
Cediscor-Syled, Université Sorbonne nouvelle (publié en ligne le 1 novembre 2007).
Rabatel A. & Chauvin-Vileno A. (2006) Enonciation et responsabilité dans les médias, Semen 22.
M S2/M S4 Variation, variétés, langues
Responsable : Christophe Rey
L’universalité de la variation, le caractère problématique des discontinuités entre variétés linguistiques, et la nature
complexe (au sens d’E. Morin) des langues, amènent à reconsidérer les approches systémistes aussi bien que les
réalités des langues instituées. La problématique de la proximité des langues fait ressortir l’importance d’un véritable
renouvellement théorique quant à la définition même de l’objet de la linguistique. On travaillera sur des descriptions
de langues "proches", en France et en Europe.
Bibliographie :
Fodor Istvan et Hagège Claude (éd.): La réforme des langues, Hambourg : Buske Verlag . 5 vol. 1984-1990.
Eloy Jean-Michel, 1997, La constitution du picard : une approche de la notion de langue, Louvain, Peeters, 259 p.,
ISBN 90-6831-905-1, ISSN 0779-1666.
Eloy J.-M. (éd.), 2004, Des langues collatérales. Problèmes linguistiques, sociolinguistiques et glottopolitiques de la
proximité linguistique, Paris : L’Harmattan, 490 p.
Eloy Jean-Michel et Ó Hifernean Tadhg (éd.), 2007, Langues proches, Langues collatérales, Actes du Colloque
international de Limerick (18-06-2005), Paris : L’Harmattan, 284 p.
M S1/M S3 Politiques linguistiques
Responsable : Christophe Rey
L’émergence explicite du volontarisme linguistique (standardisation, planification) et l’évaluation du rôle des
politiques d’aménagement linguistique dans les évolutions des Etats contemporains, amènent à comparer des situations
diverses avec le cas français. La politique linguistique est abordée ici principalement dans sa dimension "aménagement
du corpus". On montrera la complexité des phénomènes, leurs dimensions sémiologiques, et l’on s’interrogera sur la
pertinence de l’expertise sociolinguistique dans ce domaine.
Bibliographie :
Eloy Jean-Michel, 1997, ‘Aménagement’ ou ‘politique’ linguistique ?, Mots n° 52, sept. 1997, pp.7-22, ISSN 02436450.
Guillorel H. et Hartweg F. (éd.), 1987, Langues et conflits, Paris, Institut de Politique Internationale et EuropéenneUniversité de Paris X-Nanterre.
Maurais Jacques (éd.), 1987, Politique et aménagement linguistique, Québec-Paris, Editeur Officiel-Le Robert, 571 p.
Shaker Salem (éd.), 1998, Langues et pouvoir. De l’Afrique du Nord à l’Extrême-Orient, Edisud, 336 p., ISBN 27449-0046-X
Truchot C. (éd.) : Le plurilinguisme européen. Théories et pratiques en politique linguistique, Paris, Champion, 1994.
M S1/M S3 Sociolexicologie
Responsable : Christophe Rey
L’évolution du lexique d’une langue constitue le long résultat de rapport de forces, de facteurs sociaux, économiques,
politiques et linguistiques. Notre propos sera ici d’examiner certains grandes entreprises de l’aménagement lexical en
17
France, en observant plus particulièrement le rôle majeur des outils linguistiques que constituent les dictionnaires dans
la construction des représentations sur les langues.
Bibliographie :
Bavoux, C., 2008, Le français des dictionnaires, De Boeck Université « Champs linguistiques ».
Chansou, M., L’aménagement lexical en France pendant la période contemporaine (1950-1994), Étude de
sociolexicologie, Préface de Maurice Tournier, Paris, Honoré Champion, 2003, 213 p., ISBN 2-7453-0754-1.
Collinot, A. & Mazière, F. 1997, Un prêt à parler : le dictionnaire. Paris : Presses universitaires de France.
Rey, A. 2008, De l’artisanat des dictionnaires à une science du mot. 2e édition. Paris, Armand Colin.
Rézeau, P., (dir.), 1999, Variétés géographiques du français de France aujourd’hui. Approche lexicographique, ParisBruxelles, Duculot.
M S2/M S4 Langues et traitements numériques
Responsable : Christophe Rey
L’objectif de cet enseignement est d’initier les étudiants aux réalités des traitements informatiques des langues.
L’information portera sur les principaux domaines de "l’ingénierie des langues », à partir d’applications telles que la
traduction assistée, le dialogue homme machine, la recherche documentaire. Les travaux seront conçus pour amener à
l’intelligence (non à la maîtrise) de techniques telles que l’annotation de corpus, l’indexation ou la construction de
ressources lexicales et terminologiques.
Bibliographie :
Fuchs C. et collab., 1993, Linguistique et Traitements Automatiques des Langues, Paris : Hachette, 304 p., ISBN 2-01016908-5.
Habert, B. (ed.), 2004, Revue Française de Linguistique Appliquée vol IX-1 : Linguistique et informatique : nouveaux
défis, Amsterdam, Edition "de Werelt".
Mc Enery Tony et Wilson Andrew, 1996, Corpus linguistics, Edinburgh : Edinburgh University Press, 209 p., ISBN 07486-0482-0.
M S2/M S4 Plurilinguismes contemporains
Responsable : Cécile Mathieu
Nos sociétés prennent peut-être conscience aujourd’hui des dommages provoqués par la réduction idéologique des
réalités linguistiques à un modèle monolingue. En linguistique, on rappellera l’importance pratique et théorique de la
diversité linguistique– rôle des traducteurs et enseignants, typologie et universaux. Au plan sociétal, on s’intéressera
aux modèles d’organisation du plurilinguisme, et aux perspectives politiques et humanistes qui animent les débats
publics à ce sujet.
Bibliographie :
Eloy Jean-Michel, Blot Denis, Carcassonne Marie, Landrecies Jacques, 2003, Français, picard, immigrations. Une
enquête épilinguistique, Paris : L’Harmattan, 283 p., ISBN 2-7475-4057-X.
Hamers J., Blanc M., 1983, Bilingualité et bilinguisme, Bruxelles, P. Mardaga, 498 p.
Labrie Normand (éd.), 1997, Etudes récentes en linguistique de contact, Bonn : Dümmler, 434 p., ISBN 3-427-642011.
Labrie Normand, 1993, La construction linguistique de la Communauté européenne, Paris, Champion, 450 p.
Manessy G. et Wald P., 1979, Plurilinguisme : normes, situations, stratégies, Paris, L’Harmattan, 285 p.
18
Spécialité : Littérature antique, française et comparée
Responsables : Julien GOEURY et Marc HERSANT
Note : Tous les cours de Master sont destinés à l’ensemble des étudiants inscrits en LTE. Certains d’entre eux font une
place dans leurs séances à la préparation des programmes d’Agrégation. Tous sont éligibles comme cours en échange
pour les étudiants inscrits dans les UFR de Langues et d’Arts. Les cours qui portent la mention « Esthétiques
comparées » sont plus particulièrement indiqués aux étudiants inscrits dans le parcours mutualisé « Esthétiques
comparées. Arts, Lettres, philosophie ».
Semestre 1 et 3
M1/M3 Littérature latine de la Renaissance
Responsable : Laurence Boulègue
Lectures, réécritures et interprétations humanistes des mythes antiques
La lecture et la réécriture des mythes de l’Antiquité par les lettrés des XVe et XVIe siècles n’est pas seulement une des
manifestations de leur curiosité intellectuelle et de leur virtuosité littéraire. Le mythe et sa valeur tant dans le domaine
de la poésie que dans celui de la philosophie ou de la réflexion théorique sur la littérature font débat depuis l’Antiquité
et ces questions sont actualisées par les poètes et philosophes de la Renaissance, héritiers des traditions interprétatives
anciennes et médiévales, mais animés aussi d’un vaste projet de refondation des savoirs à travers la redécouverte et la
relecture de l’ensemble de l’héritage antique. Ce séminaire se propose d’étudier la réappropriation des mythes et ses
enjeux dans les quatre grands champs privilégiés de l’humanisme que sont la poésie, la poétique, la rhétorique et la
philosophie.
- Bibliographie indicative :
Textes : un corpus de textes bilingues sera distribué aux étudiants.
Outil :
P. Grimal, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris, PUF, 1991 (11e éd.).
Études :
P. Galand-Hallyn et F. Hallyn (dir.), Poétiques de la Renaissance. Le modèle italien et le modèle franco-bourguignon
et leur héritage en France au XVIe siècle, Genève, Droz, 2001.
J. Pépin, Mythe et allégorie, Paris, éd. Montaigne, 1958.
J. Seznec, La survivance des dieux antiques, Paris, Flammarion, 1993 (rééd.).
- Évaluation : 1ère session : un travail écrit et/ou oral ; 2ème session : un travail écrit.
M1/M3 : Littérature française du XVIe siècle : Le pétrarquisme français à l’épreuve du corps
Responsable : Julien Goeury
Le séminaire entend retracer l’histoire du pétrarquisme français, depuis ses origines, à la fin du Moyen Age, jusqu’au
milieu du XVIe siècle, en mettant en lumière la façon dont ce dernier (se) représente le corps (féminin). Entre les
Grands Rhétoriqueurs, qui s’initient aux mystères de Pétrarque jusqu’aux jeunes Turcs de la Pléiade (Du Bellay,
Ronsard, etc.) qui publient les premiers canzonieri en vers français sous le règne d’Henri II, on s’interrogera en
particulier sur le legs marotique à travers les recueils de blasons et de contreblasons anatomiques, qui (ré)inscrivent le
corps féminin dans des débats contradictoires.
Ce cours se déroulera en 12 séances de 2 heures chacune. Les textes étudiés seront distribués en cours.
- Éléments bibliographiques :
A. Gendre, « Vade mecum sur le pétrarquisme français », Versants, Neuchâtel, 7, 1985, p. 37-65.
19
G. Mathieu-Castellani, Les thèmes amoureux dans la poésie française (1570-1600), Paris, Klincksieck, 1975, p. 315398.
J-L. Nardonne, Pétrarque et le pétrarquisme, Paris, P.U.F., coll. « Que sais-je ? », 1998.
M. Raymond, L’influence de Ronsard sur la poésie française (1550-1585), Genève, Droz, 1965.
F. Rigolot, Poésie et Renaissance, Paris, Point-Essais, éd. du Seuil, 2002.
J. Vianey, Le Pétrarquisme en France au XVIe siècle, Montpellier, Coulet, 1909.
H. Weber, La création poétique au XVIe siècle en France, Paris, Nizet, 1955.
- Évaluation : 1ere session : un oral facultatif (présentation d’article critique, explication de texte, exposé) et un écrit
obligatoire en fin de semestre (questions de cours) ; 2e session : un écrit identique à celui de la première session.
M1/M3 Littérature du XVIIIe siècle : « Autour du Neveu de Rameau : le débat moral des Lumières
Responsable : Sylviane Albertan-Coppola
Moins lu et étudié que Jacques le fataliste, Le Neveu de Rameau est pourtant l'une des œuvres les plus représentatives
des Lumières. Par sa forme dialogique, cet entretien entre le Neveu de Rameau et le Philosophe se prête en effet
particulièrement bien à la discussion philosophique. Des questions aussi fondamentales que bonheur et vertu, autorité
et injustice, pauvreté et compromission, sexualité et morale, ou encore liberté et aliénation de l'individu sont ainsi
débattues avec brio et profondeur à la fois, pour le plus grand plaisir du lecteur. La lecture de cette œuvre de Diderot,
qui est au programme de l'agrégation, sera l'occasion de définir comment les Philosophes des Lumières posent les
termes de débats toujours actuels.
- Œuvres au programme :
Denis Diderot, Le Neveu de Rameau, P. Chartier (éd.), Paris, Le Livre de Poche classique.
- Évaluation : (1ère et 2e session) : Une explication de texte orale.
Tronc commun (1er semestre)
– Approches théoriques
M1 : module Littératures antique, française et comparée (8h)
Responsable : Sylviane Albertan-Coppola
- Texte et image : les Salons de Diderot.
- Evaluation (1ère et 2e session) : devoir écrit (étude comparée d'une reproduction de tableau et du commentaire de
Diderot).
M1/M3. Littérature française du XIXe siècle : « Commencer / finir : les premier et dernier romans des
Rougon-Macquart, d’Émile Zola »
Responsable : Christophe Reffait
En quoi La Fortune des Rougon (1871) est-il un « roman des origines », comme l’écrivait Zola ? En quoi Le Docteur
Pascal (1893) constitue-t-il la « conclusion théorique » de la série de Zola, comme la critique s’accorde à le dire ? À
vingt ans d’écart, le dernier volume ferme-t-il vraiment ce que le premier opus, et tous ceux qui ont suivi, ont ouvert ?
Et le volume d’ouverture annonce-t-il tout à fait ce qui a suivi ?
La Fortune des Rougon identifie bien les origines premièrement généalogiques, deuxièmement provinciales de la
famille des Rougon-Macquart. Il pose aussi les origines historiques d’une geste qui va se développer, étrangement,
dans un « cercle fini », puisque le premier roman évoque le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte au moment
même où s’achève son règne. Le roman des origines est en outre le roman des origines esthétiques de la série, mais il
relève d’une écriture si marquée par l’ascendant balzacien et d’autres modèles esthétiques, qu’elle détone par rapport à
l’écriture zolienne à venir. Se dessine toute l’ambiguïté des deux opus qui ont pour fonction affichée d’ouvrir et de
fermer l’un des plus grands cycles du roman français et qui, tout en faisant office d’arcs-boutants, ont leur logique et
leurs beautés propres. Pour mieux marquer ces spécificités, notre étude préférera s’intéresser dans un premier temps à
La Fortune des Rougon, dans un deuxième temps au Docteur Pascal, afin de ne pas réduire ces deux œuvres à leur
fonction de seuil.
20
- Ouvrages étudiés :
Émile Zola, La Fortune des Rougon, H. Mitterand (éd.), Paris, Gallimard, coll. « Folio Classique » n° 1290.
Émile Zola, Le Docteur Pascal, J.-L. Cabanès (éd.), Paris, Le livre de Poche, coll. « Classiques de poche ».
- La bibliographie critique sera communiquée lors de la distribution du programme.
- Évaluation : 1ere session : un oral obligatoire (présentation d’article critique, explication de texte, exposé) et un écrit
en fin de semestre (questions de cours et explication linéaire de texte) ; 2e session : un écrit identique à celui de la
première session.
M1/M3 Littérature française XIXe-XXe s. : « La poésie lyrique. Autour des Contemplations de Victor
Hugo » (Esthétiques comparées)
Responsable : Marie-Françoise Melmoux-Montaubin
Les Contemplations de Victor Hugo s'organise en deux temps, "Autrefois", "Aujourd'hui", marqués par la brisure de
l'année 1843, lorsque meurt Léopoldine, la fille du poète. Mais le recueil, publié en 1856, porte aussi la marque de
l'exil. « Ce livre doit être lu comme on lirait le livre d'un mort », annonce le poète : « La vie, en filtrant goutte à goutte
à travers les événements et les souffrances, l’a déposé dans son cœur. Ceux qui s'y pencheront retrouveront leur propre
image dans cette eau profonde et triste, qui s'est lentement amassée là, au fond d'une âme ».
Livre du deuil, recueil de poésie intime, Les Contemplations est aussi un recueil politique et philosophique. La lecture
de ces « Mémoires d'une âme » sera l'occasion de s'intéresser plus largement à la poésie lyrique.
- Bibliographie :
Victor Hugo, Les Contemplations, L. Charles-Wurtz (éd.), Paris, Le Livre de poche classique.
Ludmila Charles-Wurtz, Les Contemplations, Foliothèque.
Ludmila Charles-Wurtz, La Poésie lyrique, Bréal, 2002.
- Évaluation : 1ère session : travail personnel écrit et/ou oral ; 2ème session : écrit.
M1/M3 Littérature française du XXe siècle : « Ecritures poétiques et narratives de la guerre »
Responsable : Marie-Françoise Lemonnier-Delpy
Ce séminaire, qui porte sur les écritures poétiques et narratives de la guerre au XXe siècle, comprendra deux volets. Le
premier aborde la question de l’écriture poétique de la guerre et se situe dans la continuité du séminaire antérieur
(2015/2016). Le second aborde l’œuvre de Roland Dorgelès. Le traitement de la Première Guerre Mondiale y occupe
une place centrale.
1- Écritures poétiques de la guerre
Bibliographie : Les étudiants sont invités à lire en priorité les deux premiers ouvrages indiqués (anthologie et ouvrage
critique) puis à choisir, dans la liste indicative des œuvres, l’œuvre sur lequel ils souhaitent réaliser leur travail
personnel.
Jacques Béal, Les Poètes de la Grande Guerre, Anthologie, Paris, Le Cherche Midi, Coll. Espaces, 1992, rééd. 2014.
Laurence Campa, Poètes de la Grande Guerre : expérience combattante et activité poétique, Paris, Classiques
Garnier, 2010.
-Liste d’œuvres indicative et non exhaustive :
Apollinaire, Guillaume : Calligrammes : poèmes de la paix et de la guerre 1913-1916, Paris, Gallimard, 1994,
Disponible en ligne sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1049438w
Cendrars, Blaise (Suisse) La Guerre au Luxembourg, Du monde entier au cœur du monde. Poésies complètes, Préface
de Paul Morand, édition établie par Claude Leroy, Paris, « Poésie/Gallimard », 2006.
Goll, Yvan, Elégies Internationales, Pamphlets contre cette guerre, 1915, Lausanne, Edition des Cahiers
Expressionnistes, 14 p. (le texte sera fourni).
Jouve, Pierre-Jean Poème contre le grand crime, 1916, Genève, Éd. de la revue Demain, 1916. 51 p.
Verhaeren, Émile (Belgique) Les Ailes rouges de la guerre, poèmes. Paris, Mercure de France, 1919.
Darras, Jacques : Je sors enfin du Bois de la Gruerie, Paris-Obey, Arfuyen, 2014.
2- Écritures narratives de la guerre : Dorgelès et la guerre
21
Ce corpus fera l’objet d’un travail collectif. Les étudiants sont invités à lire en priorité l’œuvre suivante pour la
rentrée : Dorgelès, Roland : Les Croix de bois / préface inédite de l'auteur ; front. de Dunoyer de Segonzac. Nouv. éd.
Paris : Albin Michel, 1978. XIII-344 p. Édition « ne varietur » de 1930. Disponible en ligne sur Gallica –
[http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6519705z] et en livre de poche.
Autre titre : Dorgelès, Roland (1885-1973) : Le Cabaret de la belle femme. Nouvelle édition augmentée. Paris : Albin
Michel, 1922. 158 p., disponible en livre de poche.
- Evaluation : 1ère session : un travail personnel sous forme d’exposé oral et de dossier (10 pages) sur l’une des deux
questions abordées. 2ème session : écrit
M1/M3 Littérature comparée : « L’essai et la "littérature qui vient" »
Responsable : Carlo Arcuri
Destiné à l’ensemble des étudiants de Master, ce séminaire est également consacré à la préparation de la question de
Littérature Comparée au programme de l’agrégation de Lettres Modernes 2017 : « 'Inspirations méditerranéennes' :
aspects de l’essai au XXe siècle ».
L’essai posant problème quant à sa définition et à son « identité » générique, le séminaire commencera par se
demander ce qu'est un essai et s’il appartient bien à ce qu'il est convenu d'appeler « la littérature ». Genre hybride,
apparu avec la modernité à la charnière entre la prose narrative (le récit autobiographique, voire historique) et réflexive
(le commentaire, la philosophie), l'essai acquiert au XXe siècle une notoriété et un statut inédits du fait de la mise en
cause des catégories régissant l'ordre du discours et la « République des Lettres ». Les trois œuvres convoquées autour
de cette problématique témoignent de cet « état civil » incertain de l'essai, qui ouvre potentiellement sur un horizon à
venir de la littérature et de la pensée.
- Œuvres au programme :
Albert Camus, Noces. Suivi de L'été, Paris, Gallimard, 1959 (coll. Folio)
Lawrence Durrell, L'ombre infinie de César. Regards sur la Provence, Paris, Gallimard (coll. Folio), 1994 (trad. F.
Kestman)
Zbigniew Herbert, Le labyrinthe au bord de la mer, Paris, Le Bruit du temps, 2011 (trad. B. Gautier)
- Évaluation : 1ère session : travail personnel écrit ou oral ; 2ème session : écrit ou oral.
M1/M3 Littérature comparée : « Formes de l’action poétique »
Responsable : Cécile Serrurier
Ce cours, ouvert aux étudiants de master et aux agrégatifs, se concentrera sur les trois recueils poétiques mis au
programme de la seconde question de littérature comparée. Federico García Lorca, René Char et Mahmoud Darwich
sont trois poètes qui ont connu l’histoire et « sa grande Hache », pour reprendre les mots de Georges Pérec : García
Lorca meurt assassiné par les milices franquistes au début de la guerre d’Espagne ; René Char déploie sa parole
poétique au cœur de la Seconde Guerre Mondiale ; Mahmoud Darwich est un poète palestinien qui n’a cessé de dire la
douleur de la perte d’une patrie, d’une terre et d’un exil perpétuel. Il ne s’agira cependant pas de décrire ces trois
recueils sous l’angle unique, qui serait réducteur, de la poésie politique ou engagée, catégories à interroger par ailleurs.
L’attention portée aux formes poétiques plurielles (romance espagnol renouvelé chez Lorca, continuités et ruptures
chez Darwich, fulgurance et fragmentation chez Char) accompagnera l’étude de cette « action poétique » pensée au
sens large, ainsi que l’analyse de ce que fait le poème : déploiement d’une résistance au sein de la langue et
participation à « l’entreprise de l’espoir » (Darwich).
- Œuvres au programme :
Federico García Lorca, Complaintes gitanes, traduit de l’espagnol par Line Amselem, Paris, Allia, 2003.
René Char, Fureur et mystère, Paris, Gallimard, collection Poésie/Gallimard, n°15, 1967.
Mahmoud Darwich, La Terre nous est étroite et autres poèmes, traduit de l’arabe par Elias Sanbar, Paris, Gallimard,
collection Poésie/Gallimard, n°343, 2000.
- Évaluation : 1ère session : travail personnel écrit et/ou oral ; 2ème session : écrit.
22
Semestres 2 et 4
M2/M4 Littérature grecque « Mettre en scène la pensée : dialogue philosophique et dialogue
dramatique en Grèce ancienne »
Responsable : Sylvie Perceau
Ce séminaire, destiné à tous les étudiants inscrits en Master, sera l’occasion de présenter et d’étudier entre autres
deux des œuvres inscrites au programme de l’agrégation de Lettres classiques 2016 : le Gorgias de Platon et l’Alceste
d’Euripide
Dans l’Athènes des Ve-IVe siècles avant J.-C., Platon expose dans ses œuvres, sur le mode dialogique, les questions de
son temps concernant la justice, le bien, ou la vie heureuse par exemple. Or, au même moment, les tragiques mettent
en scène des personnages pragmatiquement confrontés à de tels questionnements. Qu’est-ce qui distingue un dialogue
philosophique comme le Gorgias de Platon où face à Socrate qui prône la tempérance, un personnage nommé Calliclès
vante une vie de jouissance et de puissance illimitées, et une tragédie comme l’Alceste d’Euripide qui montre sur scène
le puissant héros Héraclès répondant aux reproches de son interlocuteur en faisant l’apologie du plaisir ? Dans les deux
cas, se trouve mise en œuvre par des personnages une rhétorique de la persuasion, critiquée par le Socrate du Gorgias
qui oppose deux types de parole (logos) : le logos comme art du combat et le logos comme art de la dialectique.
À partir d’une étude croisée d’extraits de dialogues de Platon et de tragédies d’Euripide, le séminaire s’attachera à
dégager la spécificité et les convergences de ces deux genres littéraires fondés sur une représentation de la parole, où
la stratégie rhétorique occupe une place essentielle.
- Bibliographie :
Textes :
Platon, Gorgias, texte établi par A. Croiset, avec la collaboration de L. Bodin, Paris, Les Belles Lettres, C.U.F.
Platon, Ménexène, traduction L. Méridier, Paris, Les belles Lettres, 1997.
Euripide, Alceste, texte établi et traduit par L. Méridier, Paris, Les Belles Lettres, C.U.F.
Euripide, Les Phéniciennes, texte établi et traduit par L. Méridier et F. Chapouthier, Paris, Les Belles Lettres, C.U.F.
Etudes :
J.-P. Vernant et P. Vidal-Naquet, Mythe et tragédie en Grèce ancienne (Maspero) I et II, Paris 1972 et 1986.
J. de Romilly : Tragédies grecques au fil des ans, Paris, Les Belles Lettres (Pluriel), 1995.
P. Demont et A. Lebeau, Introduction au théâtre grec antique, Paris, 1996 (Poche Références n° 525).
L. Pernot, La Rhétorique dans l’Antiquité, Paris, Livre de Poche, 2000.
J. Laborderie, Le Dialogue platonicien de la maturité, Paris, Les Belles Lettres, 1978.
Cl. Mossé, Le procès de Socrate, Paris, Complexe, 1996.
F. Cossuta, M. Narcy (dir.), La forme dialogue chez Platon. Evolution et réceptions, Grenoble, Millon, 2004.
- Évaluation : 1ère session : travail personnel écrit et/ou oral ; 2ème session : écrit.
M2/M4 Littérature latine : « Philosophie et rhétorique sous l’empire romain : Sénèque et Quintilien »
Responsables : Laurence Boulègue et Lucie Claire
Ce séminaire, destiné à tous les étudiants en Master, permettra également de présenter et d’étudier plus précisément
deux des œuvres au programme de l’agrégation de Lettres classiques 2016 : les Lettres à Lucilius (livres et II) de
Sénèque et le livre X de l’Institution oratoire de Quintilien. Une bibliographie détaillée sera fournie sur ces deux
auteurs.
Aux Ier et IIe siècles ap. J.-C., la philosophie et la rhétorique romaines, héritières des anciens modèles grecs mais aussi
des nouveaux modèles romains, et notamment de la pensée cicéronienne, évoluent dans un nouveau contexte politique
et littéraire et intègrent ces changements. Ce séminaire se propose d’analyser les transformations de ces deux genres,
leurs frontières, mais aussi leur porosité et les liens qu’ils entretiennent également avec la poésie, à travers l’étude de
deux témoins majeurs de la littérature et de la pensée latines impériales : Sénèque et Quintilien.
23
- Bibliographie indicative :
Textes :
Quintilien, Institution oratoire, texte établi et traduit par J. Cousin, en particulier livre X, Paris, Les Belles Lettres,
1979.
Sénèque, Lettres à Lucilius, livres I et I, texte établi par F. Préchac et traduit par H. Noblot, Paris, Les Belles Lettres
(CUF).
Études :
P. Galand et alii (éd.), Quintilien ancien et moderne, Turnhout, Brepols, 2010.
P. Grimal, Sénèque, Paris, Fayard, 1991.
C. Lévy, Les Philosophies hellénistiques, Paris, Le Livre de Poche, 1997.
L. Pernot, La Rhétorique dans l’Antiquité, Paris, Le Livre de Poche, 2000.
-P. Veyne, Sénèque. Une introduction, Paris, Tallandier, 2007.
- Évaluation : 1ère session : travail personnel écrit et/ou oral ; 2ème session : écrit.
M2/M4 : Littérature française du Moyen Age : « Qu’est-ce qu’un auteur au Moyen Age ? »
Responsable : Véronique Dominguez
On interrogera la légitimité de cette notion pour éclairer la production des textes littéraires médiévaux, du XIe au XVe
siècle. Entre suprématie du Créateur, valorisation de l’auctoritas et pratique de la création collective, l’auteur au
Moyen Age se définit-il comme le sujet qu’il est pour la modernité, ou dans ses rapports avec le sacré, et avec les
diverses communautés auxquelles il peut appartenir ?
Seront notamment soumis à l’étude les cas de : Benoît de Sainte Maure et Chrétien de Troyes (XIIe siècle) ; Rutebeuf
(XIIIe siècle) ; Guillaume de Machaut (XIVe siècle) ; François Villon, Arnoul Gréban et Christine de Pisan (XVe
siècle) — dont un texte, le Livre du Duc des Vrais Amants (édition, traduction et commentaire par D. Demartini et D.
Lechat, Paris, Champion Classiques, 2013, réédité en 2016) est au programme de l’Agrégation interne et externe de
Lettres Modernes 2017.
- Bibliographie indicative (elle sera complétée au début du séminaire) :
FOUCAULT Michel, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Bulletin de la Société française de philosophie, 63e année, n°3,
juillet-septembre 1969, p. 73-104.
CERQUIGLINI Jacqueline, « La question de l’auteur », dans La Littérature française : dynamique & histoire, sous la
direction de Jean-Yves TADIE, Paris, Gallimard, 2007, p. 54-99.
ZINK Michel, La subjectivité littéraire. Autour du siècle de saint Louis, Paris, PUF, 1985.
L’ensemble du cours sera fondé sur des fascicules de textes distribués en classe.
- Évaluation: 1ère session : travail personnel écrit et/ou oral ; 2ème session : écrit.
M2/M4 Littérature française du XVIIIe siècle. « L’écriture en prison : Le cas du marquis de Sade
Responsable : Marc Hersant
Ce séminaire porte sur une expérience exceptionnelle d’écriture carcérale : celle de Sade en prison à Vincennes et à la
Bastille dans les années 1780. On s’interrogera sur les spécificités d’une écriture de prisonnier en examinant tour à
tour les lettres écrites par Sade à sa femme, son poème philosophique La Vérité, la première version de Justine écrite
en 1787 sous le titre des Infortunes de la vertu. Des séances seront consacrées à d’autres écritures de prisonniers (par
exemple Théophile de Viau, Verlaine, Genet…).
- Œuvres au programme :
Sade, Les infortunes de la vertu, éd. Béatrice Didier, Gallimard, « Folio », réédition 2014. On pourra également
consulter l’édition de Michel Delon dans le volume 2 des Œuvres de Sade (Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade »),
qui réunit les trois versions de l’histoire de Justine.
Sade, Lettres à sa femme, Actes Sud, « Babel », 2007.
Sade, La vérité, (ce poème du marquis de Sade sera distribué sur photocopie).
24
- Corpus « secondaire » (lecture facultative) :
Sade, Les 120 Journées de Sodome, éd. Michel Delon, in Œuvres volume 1, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade »,
1990.
Sade, Aline et Valcour, éd. Michel Delon, in Œuvres volume 1, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1990.
Sade, Les crimes de l’amour, éd. Michel Delon, Gallimard, « Folio », 2014.
Sade, Historiettes, contes et fabliaux, éd. Lely, 10/18, 1975 (ou n’importe quelle édition plus récente).
Autre support de travail : une anthologie de textes extraits d’autres œuvres de Sade, et notamment d’extraits de ses
autres œuvres écrites en prison, sera distribuée en début de cours.
- Premières indications bibliographiques :
Maurice BLANCHOT, Lautréamont et Sade, Editions de minuit, 1963.
Marcel HENAFF, Sade, l’invention du corps libertin, PUF 1978.
Annie LEBRUN, Soudain, un bloc d’abîme, Sade, Pauvert, 1986.
Jean-Jacques PAUVERT, Sade vivant, Robert Laffont, 1986-1990, 3 vol.
Chantal THOMAS, Sade, La dissertation et l’orgie, Rivages, 2002.
- Évaluation : un oral au moins qui peut se présenter comme : 1) une explication de texte d’un extrait des
œuvres/textes au programme. 2) un exposé sur une des œuvres de Sade écrites en prison qui ne sont pas au programme
(exemple : « Le président mystifié » dans les Historiettes). 3) un exposé sur une autre œuvre littéraire (toutes périodes)
écrite en prison (exemple : Jean Genet, Notre dame des Fleurs). 4) un exposé sur une œuvre critique sur Sade ou
l’écriture carcérale. Deuxième session : même formule d’évaluation.
M2/M4 Littérature comparé (Esthétiques comparées) : « Image et imagination »
Responsable : Anne Duprat
Ce séminaire ouvert à tous les étudiants inscrits en Lettres, en Langues et en Arts a lieu à l’UFR d’Arts (30 rue des
Teinturers, Amiens).
L’image n’est image que par métaphore en littérature. La question de la sémiologie qui lui serait propre est l'une de
celles qui occupent le plus de place dans le dialogue entre les théories des arts, depuis l'Antiquité. En s'appuyant sur le
problème particulier du rapport entre image et imagination, central dans la pensée de l'invention en littérature, le cours
reviendra sur les descriptions que propose aujourd'hui la théorie littéraire générale de l'image textuelle — notamment
dans la réflexion sur les fonctions de la métaphore — et de sa spécificité par rapport au fonctionnement des images en
général.
- Œuvres au programme : une brochure d’extraits sera distribuée en début de semestre.
- Quelques repères bibliographiques :
Collectif, CREIS n°3 : Signe poétique, signe pictural, Bruxelles, 1995 (nombreux articles)
Collectif, Pierre Glaudes (dir.), La représentation dans la littérature et les arts, coll., Toulouse, 1999.
Marin, Louis, De la représentation (Seuil, 1993), et Des pouvoirs de l’image (Seuil, 1993).
Ricœur, Paul, La métaphore vive, Paris, Le Seuil, coll. « Points », 1997
Michael Riffaterre, « La métaphore filée dans la poésie surréaliste » dans La production du texte, Paris, Seuil, 1979.
- Évaluation : 1ère Session : moyenne de deux travaux sur table. 2e session : épreuve écrite.
25
Mémoire de Master 1 et 2
Rappel des conventions de présentation des références bibliographiques dans les mémoires
Note : un « Guide de la préparation des mémoires de Master » est disponible à l’UFR de Lettres.
- dans la bibliographie, le nom de l’auteur précède le prénom et en est séparé par une virgule.
- pour une note de bas de page, adopter l’ordre prénom / nom, sans virgule entre les deux.
Pour citer un ouvrage publié à l’intérieur d’œuvres complètes :
Zola, Émile, L’Argent, présenté par Henri Guillemin, in Œuvres complètes, Lausanne, éd. Rencontre, 1960.
Zola, Émile, L’Argent, éd. Henri Mitterand, in Les Rougon-Macquart, t. V, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la
Pléiade », 1967.
- Citer un ouvrage critique :
Ripoll, Roger, Réalité et mythe chez Zola, Champion, 1981, 2 vol., 1157 p.
- Citer un article dans une revue :
Fonyi, Antonia, « Zola : question d’argent. Ambivalences financières et modèles inconscients dans L’Argent »,
Romantisme n°119, « Le privé et le social », 2003, p. 61-71
- Citer un chapitre dans un ouvrage :
Mitterand, Henri, « L’argent et la lettre », in Le roman à l’œuvre, genèse et valeurs, PUF, « Écriture », 1998, p. 167182
- Citer un article dans un ouvrage collectif :
Migozzi, Jacques, « Le fils de Lombroso et de la pétroleuse : Jeanlin dans Germinal », in Alain Vaillant (dir.), Écrire /
Savoir. Littérature et connaissances à l’époque moderne, Saint-Etienne, Les Cahiers intempestifs, 1996, p. 123-134.
26
B- UFR de Langues
Langues, littératures et civilisations étrangères
Responsable : Mme Rica AMRAN
Le master « Langue(e)s, Textes, Echanges » comprend depuis la rentrée 2013 un parcours spécifique proposant une
préparation ciblée aux concours internes et externes de l’agrégation.
Allemand
Responsable : Mme Herta-Luise OTT
MASTER RECHERCHE ALLEMAND
Master Recherche
UE 1
UE2
UE3
UE4
Parcours général
Parcours concours (AG interne)
1° ANNEE
1° ANNEE
H étd
ECTS
Approches théoriques
Culture
16 (+12)
2
UE1
24
UE2
Approches théoriques
Culture
H étd
ECTS
16(+12)
2
24
Littérature
54
Littérature
54
Civilisation
36
Civilisation
36
Hist. idées
18
Hist. idées
18
10
Langue
UE3
12
Langue
Linguistique
24
Linguistique
24
Thème et version
72
Thème et version
Méthodologie
Commentaire sur dossier
(oral)
72
UE4
Méthodologie
Méth. Recherche
18
2
48
8
Aide à l’élaboration du mémoire
(dir. de recherche) : entretiens
UE5
Mémoire
Séminaires Lettres ou Sciences
du Langage
UE6
UE7
24
Total P. Général M1
UE1
UE2
UE2
2° ANNEE
Tronc commun
UE5
6
UE6
Linguistique (linguistique
appliquée)
Séminaires Lettres ou
Sciences du Langage
48
8
24
6
6
Linguistique
Linguistique appliquée
(compréhension-expression)
10
24
24
310(+12)
60
Total Concours M1
340(+12)
2° ANNEE
12(+12)
Culture
2
24
UE1
32
Culture
Littérature
54
Littérature
36
Civilisation
36
18
Hist. idées / Litt.
18
Civilisation
Civilisation/Histoire des
idées
UE2
Traduction
Thème et version
UE3
Mémoire
UE4
Séminaires Lettres ou Sciences du
Langage
Total M2 Général
60
36
3
25
24
6
216(+12)
60
Traduction
Thème et version
UE3
18
36
20
Mémoire
Total M2 concours
8
108
60
27
Total M12+M2 Général
526(+24)
120
Total M1+M2 Concours
448(+12)
120
Présentation
Le Master Recherche option Allemand offre deux parcours : le parcours général, transdisciplinaire entre Langues et
Lettres, destiné aux étudiants qui souhaitent s’initier aux méthodes de la recherche tout en consolidant les bases
acquises en Licence, et un parcours spécifique axé sur la préparation à l’agrégation interne d’allemand.
Les enseignements sont partiellement mutualisés, d’une part, entre la première et la deuxième année du master, d’autre
part entre les deux parcours du master Recherche et le parcours professionnel « Métiers de l’Enseignement, de
l’Éducation et de la Formation ».
Parcours Général :
Séminaires de recherche, semestre 1 et 3
Franz Grillparzer: Das Goldene Vließ
Responsable : Michel Grimberg
On s’intéressera à la réactualisation d’un mythe antique au théâtre dans la Vienne Biedermeier afin d’en
comprendre les motivations. On s’interrogera sur les constellations de personnages et les nœuds conflictuels dans
lesquels ils sont présentés par l’auteur en croisant les différentes lectures possibles de la pièce : drame politique,
drame conjugal et bourgeois, conflits entre les sexes, drame du désir et du pouvoir, etc. On s’arrêtera également
sur la fonction accordée à la Toison d’or, sa symbolique, et l’inscription de la pièce dans le contexte autrichien du
XIXe siècle. On restera par ailleurs constamment attentif à la spécificité du texte de théâtre.
Le séminaire s’adresse aux étudiants germanistes du parcours recherche et du parcours enseignement ainsi qu’aux
étudiants non germanistes désireux d’approfondir leur connaissance sur un des grands auteurs dramatiques de
langue allemande du XIXe siècle.
- Textes au programme :
Franz Grillparzer, Das goldene Vließ. Dramatisches Gedicht in drei Abteilungen (Der Gastfreund. Die
Argonauten. Medea). Hrsg. von Helmut Bachmaier, Stuttgart, Reclam, 211 S. ISBN 978-3-15-004392- 9
Le catalogue de l’exposition sur la trilogie de Grillparzer, qui s’est tenue à Detmold en 2007, est consultable en
version pdf à l’adresse suivante :
http://www.llb-detmold.de/wir-ueber-uns/aus-unserer-arbeit/ausstellungen/ausstellung-2007-1.html
Thomas Mann, Frühe Erzählungen 1893-1912
Responsable : Herta Luise Ott
Les récits rassemblés sous le titre Frühe Erzählungen précèdent la première grande rupture qui s’est produite dans
la vie intellectuelle de Thomas Mann. Il s’agira donc de mettre en lumière à la fois la cohérence de l’ensemble et
la maturation d’une esthétique sur une période de presque vingt ans. Le caractère expérimental de toute œuvre de
jeunesse étant encore accentué par le relatif mépris que l’écrivain éprouvait à cette époque pour le « petit
format », on s’efforcera en particulier de repérer dans les textes la présence de modèles. On s’intéressera aux
réflexions et théories esthétiques discrètement tissées à l’intérieur des fictions. On étudiera les différentes
représentations de l’artiste et quelques thèmes et motifs majeurs : rejet de la vie bourgeoise, la revendication de la
marginalité, la fascination pour la mort et le néant ainsi que le rapport au temps qu’elle suppose. Enfin, on
essaiera de démontrer comment l’ironie permet à Thomas Mann de dépasser les oppositions binaires d’une pensée
conservatrice.
Le séminaire s’adresse aux étudiants germanistes du Master recherche et du parcours enseignement ainsi qu’aux
étudiants non germanistes (option), qui désirent approfondir leurs connaissances sur un auteur majeur de la
littérature allemande du XXe siècle.
- Textes au programme :
28
Thomas Mann, Frühe Erzählungen 1893-1912. In der Fassung der Großen kommentierten Frankfurter Ausgabe,
Frankfurt/Main, Fischer Taschenbuch (Fischer Klassik), 2012, ISBN 978-3596904051
- Bibliographie indicative :
Helmut Koopmann (Hrsg.), Thomas Mann-Handbuch, Stuttgart, Kröner, 1990 (3. aktualisierte Auflage 2001).
Hermann Kurzke, Thomas Mann : Epoche – Werk – Wirkung, München, C.H. Beck, 1985 (4., überarbeitete und
aktualisierte Auflage 2010), ISBN 3 406 431364
Thomas Mann, Briefwechsel 1900-1949, Frankfurt/Main, Fischer Taschenbuch Verlag, 1975.
Thomas Mann, Briefe 1889-1936 Band 1, Stuttgart, Kröner, 1979.
Klaus Schroeter, Thomas Mann in Selbstzeugnissen und Bilddokumenten, Rowohlt, Reinbek, 1964 (überarbeitete
Neuausgabe 2005), ISBN 3-499-50677-7.
Klaus Schroeter, Thomas Mann, in Deutsche Biographie 16, 1990. Consultable sur https://www.deutschebiographie.de/gnd118577166.html#ndbcontent
Une bibliographie complémentaire plus précise sera proposée au début du cours.
La politique étrangère de la République Fédérale d’Allemagne de 1974 à 1990
Responsable : Anne Sommerlat
La question porte sur la politique étrangère, économique et de défense conduite par la République Fédérale
d’Allemagne après l’entrée des deux États allemands à l’ONU en 1973 et jusqu’à l’unification. Il s’agira
d’examiner le rôle et la place de la RFA dans la mise en place progressive d’un nouvel ordre européen et mondial,
ainsi que les prémices de la reconfiguration des relations extérieures de la RFA à partir de la chute du Mur de
Berlin. L’accent sera mis sur les relations nouvelles avec l’URSS depuis le départ de Willy Brandt jusqu’à la
politique d’ouverture de Mikhaïl Gorbatchev. On examinera l’engagement de la RFA dans les structures
diplomatiques et économiques internationales en tenant compte de l’évolution du contexte de la Guerre froide
après les accords d’Helsinki. On étudiera également le renforcement des relations occidentales de la RFA avec les
États-Unis durant la période charnière qui a conduit de la reconnaissance de la RDA à l’unité allemande ainsi que
le rôle moteur de la RFA dans le cadre de l’intégration politique européenne. La relative stabilisation des relations
interallemandes au cours de la période, ainsi que le processus d’unification seront envisagés sous l’angle de leur
réception internationale. L’analyse de la stratégie des partis politiques en matière de relations extérieures
permettra par ailleurs de mesurer les répercussions de la politique étrangère sur la politique intérieure ouestallemande, notamment dans le cadre des débats autour de la question du terrorisme, des relations avec Israël, de la
notion de bouclier défensif.
Textes :
- Rolf Steininger, Deutsche Geschichte, Darstellung und Dokumente in vier Bänden, Band 4 (1974 bis zur
Gegenwart). Frankfurt/Main, Fischer, 499 S. ISBN 978-3-596-15583-5.
- Dieter Gross / Stephan Bierling / Beate Neuss (Hrsg.), Deutsche Geschichte in Quellen und Darstellung – Band
11: Bundesrepublik und DDR. 1969-1990. Stuttgart, Reclam, 422 S. ISBN 978-3-15-017011-3.
Séminaires de recherche : semestre 2 et 4
Berlin, histoire d’une ville du XVIIIe siècle à nos jours
Responsable : Ludolf Pelizaeus
La ville de Berlin, fondée en 1273, reste, pendant plusieurs siècles, assez petite. Elle n’acquiert une certaine
importance que grâce à l’unification de plusieurs communes en 1710 (Berlin, Cölln, Friedrichswerder,
Dorotheenstadt et Friedrichstadt). Puis, pendant le règne de Frédéric II de Prusse (1740-1786), elle devient à la
fois la capitale d’un État militaire et un centre de la vie intellectuelle en Allemagne. Berlin obtient le statut d’une
véritable métropole européenne au cours des différents règnes du XIXe siècle puis devient la capitale de la
république de Weimar en 1918 et, par la suite, de l’État national-socialiste. Après la Deuxième Guerre mondiale,
elle est au cœur de la guerre froide qui divise la ville en deux parties. La séparation est aggravée et surdéterminée
par la construction du mur en 1961. Devenue le symbole de la réunification en 1989, la ville redevient la capitale
de l’Allemagne unie en 1994 dans de nouvelles frontières.
29
L’histoire de la ville nous permet d’étudier une longue période de l’histoire de l’Allemagne. Nous nous
intéresserons à la transformation de l’espace urbain, au rôle du pouvoir politique, de la vie intellectuelle, des
conflits, des contestations et des luttes urbaines.
- Bibliographie indicative :
Edda et Michael Neumann, Reclams Städteführer Berlin. Architektur und Kunst, Stuttgart, Reclam, 2015.
Günter Schlusche/Verena Pfeiffer-Kloss/Gabriele Dolff-Bonekämper, Axel Klausmeier (Hrsg.), Stadtentwickung
im doppelten Berlin, Berlin, Ch. Links Verlag, 2014.
Julius H. Schoeps (Hrsg.), Berlin. Geschichte einer Stadt, Berlin, be.bra Verlag, 2012.
Bernd Stöver, Geschichte Berlins, München C.H. Beck, 2010.
Werner Süß/Ralf Rytlewski (Hrsg.), Berlin. Die Hauptstadt. Vergangenheit und Zukunft einer europäischen
Metropole, Berlin, Nicolai, 1999.
Le mutations du théâtre allemand au XXe siècle : Bertolt Brecht
Responsable : Herta-Luise Ott
Roland Barthes a parlé en 1955 d’une « révolution brechtienne » à l’occasion de la premier tournée en France du
Berliner Ensemble dirigé par Bertolt Brecht (en 1954). Pourquoi ? – Son théâtre dit « épique » s’opposait à une
conception dramatique ou aristotélicienne du théâtre qui cherchait à captiver le spectateur par le jeu des affects.
Le théâtre épique de Brecht cherche au contraire à produire une distanciation intellectuelle du spectateur et de
l’acteur.
La MCA d’Amiens propose pour la saison 2016/2017 trois pièces de Brecht de tonalité très différente. Baal, écrit
en 1918, est une pièce de jeunesse dite « expressionniste » qu’il modifiera à plusieurs reprises. Brecht y a intégré
des poèmes et chansons de jeunesse. Die Dreigroschenoper, inspirée de la Beggar’s Opera de John Gay (1728),
produite en 1928 en collaboration avec Kurt Weill qui en a composé la musique, a connu un immense succès en
Europe. Der aufhaltsame Aufstieg des Arturo Ui, écrit en 1941 dans l’exil finlandais, est une parabole, transposée
dans le milieu du crime, sur la prise de pouvoir par Hitler et les siens. Elle n’a pas été portée sur scène du vivant
de Brecht.
Ce séminaire se propose d’étudier les trois pièces en tenant compte de l’histoire de leurs mises en scène, y
compris, dans la mesure du possible, de celles qui seront présentées en janvier et en mai 2017 à la MCA
d’Amiens. Die Dreigroschenoper fera notamment l’objet d’une journée d’action éducative à la MCA le 17 janvier
2017. Le séminaire s’adresse aux étudiants germanistes de Master 1 et 2 et aux étudiants non germanistes qui
souhaitent se familiariser avec un grand auteur qui a révolutionné les pratiques théâtrales du XXe siècle.
- Texte au programme :
Bertolt Brecht, Baal. Drei Fassungen, Frankfurt/Main, Suhrkamp (edition suhrkamp), 1994 (1918, 1919, 1926),
ISBN 13: 978 3518101704.
Bertolt Brecht, Die Dreigroschenoper, Frankfurt/Main, Suhrkamp (edition suhrkamp), 2001 (1928), ISBN 13:
978 3518102299.
Bertolt Brecht, Der aufhaltsame Aufstieg des Arturo Ui, Frankfurt/Main, Suhrkamp (edition suhrkamp), 1966
(1941), ISBN 13: 978 351801445.
- Bibliographie indicative :
Werner Hecht, Bertolt Brecht. Sein Leben in Bildern und Texten, Frankfurt/Main, Suhrkamp, 2000.
Reinhold Jaretzky, Bertolt Brecht, Rowohlt, Reinbek, 2006 (4. Auflage 2010).
Jan Knopf, Bertolt Brecht, Frankfurt/Main, Suhrkamp (Suhrkamp BasisBiographie 16), 2006 (2. Auflage 2014).
Jan Knopf, Brecht-Handbuch. Theater : Eine Ästhetik der Widersprüche, Stuttgart, Metzler, 1986.
Jan Knopf, Brigitte Bergheim, Joachim Lucchesi, Brecht-Handbuch. Band 1. Stücke, Stuttgart, Metzler, 2001.
Klaus Detlef Müller, Bertolt Brecht : Epoche, Werk, Wirkung, München, C.H. Beck, 2009.
Une bibliographie complémentaire plus précise sera proposée au début du cours.
Représentation politique et dimension symbolique du XVIIe au début du XXe siècle dans les pays
de langue allemande
Responsable : Ludolf Pelizaeus
Nous proposons d’étudier dans ce séminaire les formes des ‘représentations’ politiques du XVIIe au début du XXe
siècle. Nous étudierons la question de la représentation politique et de la dimension symbolique au cours des
siècles, les grandes approches théoriques du rôle de l’État et le pourvoir politique stricto sensu dans l’espace
30
germanophone ainsi que sa visualisation, son esthétisation et sa mise en scène à travers des médias comme les
chants. Partant de la diète du Saint Empire Romain Germanique et des symboles de l’époque moderne, nous
étudierons les lieux et formes du parlementarisme du XIXe siècle et des extraits des textes des auteurs (Kant,
Humboldt, Hegel, Marx, Weber). Un autre axe d’étude portera sur la représentation du pouvoir et ses symboles
dans les images (par exemple à travers les caricatures) et les chants. Le séminaire s’adresse aux étudiants
germanistes du parcours enseignement et du parcours recherche ainsi qu’aux étudiants non germanistes (option).
- Bibliographie :
Klaus von Beyme, Geschichte der politischen Theorien in Deutschland 1300-2000, Wiesbaden, VS Verlag für
Sozialwissenschaften, 2009.
Francis Lachaise, L’Allemagne de Napoléon à l’ère des chanceliers, XIXe et XXe siècles, Paris, Éditions ABC
DIF, 2014.
Marcus Llanque/Herfried Münkler, Politische Theorie und Ideengeschichte. Lehr- und Textbuch, Berlin 2007.
Gérard Mairet, Les Doctrines du pouvoir. La formation de la pensée politique, Paris, Gallimard 1978.
Enseignements méthodologiques et disciplinaires : semestres 1 à 4
UE 3 : Langue
Thème
Responsable : Doreen Dziuballe
Traduction individuelle de textes distribués en cours ; mise en commun et correction des résultats. Cours destiné
aux étudiants des deux parcours.
Version
Responsable : Christine Meyer
Traduction individuelle de textes distribués en cours ; mise en commun et correction des résultats.
Enseignements méthodologiques et disciplinaires : semestres 1 à 2
UE 3 : Langue
Linguistique
Responsable : Sieglinde Cora
L’enseignement de linguistique est destiné à assurer aux étudiants des deux parcours une connaissance et une
maîtrise suffisantes de tous les aspects techniques de la langue allemande. Le cours complètera par ailleurs les
enseignements de traduction en aidant les étudiants à mener une réflexion critique sur leur propre pratique de la
langue.
UE 4 : Méthodologie
Méthodologie de la recherche
Responsable : Herta-Luise Ott
Le cours est destiné à initier les étudiants du parcours général à la culture et aux méthodes de la recherche. Il
s’agira d’acquérir des repères théoriques et conceptuels permettant de définir une problématique, de se
familiariser avec la recherche bibliographique et l’exploitation des sources, d’apprendre à définir un corpus et à
établir une bibliographie critique. Ce cours s’articule à la préparation du mémoire de master.
UE 7 : Linguistique
Linguistique appliquée
Responsable : Doreen Dziuballe
31
Ce cours doit permettre aux étudiants des deux parcours de développer leur aptitude à comprendre un document
sonore authentique et de perfectionner leur pratique orale de la langue allemande. Le cours favorisera en outre le
suivi de l’actualité et l’acquisition du vocabulaire lié aux questions de société.
Parcours Concours
Ce parcours propose une formation destinée à préparer les candidats à la partie commune des programmes de
l’agrégation interne et de l’agrégation externe d’allemand tout en leur donnant les moyens d’élargir leur culture
générale et de perfectionner leurs compétences dans la discipline qu’ils enseignent. Les cours sont partiellement
mutualisés, d’une part, avec ceux du parcours général du master Recherche, d’autre part avec ceux du parcours
professionnel « Métiers de l’Enseignement, de l’Éducation et de la Formation » (MEEF).
Les enseignements s’articulent de la manière suivante :
Semestre 1 à 2 :
UE 2 : Culture
Semestre 1 : trois séminaires sur les questions au programme de l’agrégation interne
- Littérature XXe siècle : Thomas Mann : Nouvelles (H.-L. Ott)
- Littérature XIXe siècle : Franz Grillparzer: Das Goldene Vließ (M. Grimberg)
- Civilisation : La politique étrangère de la République Fédérale d’Allemagne de 1974 à 1990 (A. Sommerlat)
Semestre 2 : trois séminaires proposés dans le cadre du parcours Recherche
- Civilisation/histoire des idées : Berlin, histoire d’une ville du XVIIIe siècle à nos jours (L. Pelizaeus)
- Littérature XXe siècle: Le théâtre de Bertolt Brecht (H.-L. Ott)
- Histoire des idées/civilisation : Représentation politique et dimension symbolique du XVIIe au début du XXe
siècle dans les pays de langue allemande (L. Pelizaeus)
UE 3 : Langue
Linguistique
Responsable : S. Cora
Thème
Responsable : D. Dziuballe
Version
Responsable : C. Meyer
UE 4 : Méthodologie
Commentaire oral sur dossier
Responsable : Christine Roger
Cet enseignement prend appui sur des sources et supports divers : textes, documents iconographiques, vidéo,
audio. L’objectif du cours est de développer chez les étudiants du parcours « Concours » l’aptitude à construire un
discours réflexif et démonstratif clairement structuré et à le présenter de manière attractive et pédagogique à
l’oral, en prenant appui sur une analyse comparée de plusieurs documents de natures différentes.
UE 5 : Linguistique
Linguistique appliquée
Responsable : D. Dziuballe
32
Semestre 3 à 4 :
UE 1 : Culture
- S3 : entièrement mutualisé avec M1.
- S4 : 1 séminaire sur trois proposés dans le cadre du parcours Recherche.
UE 2 : Langue
- Thème et Version, mutualisés avec M1
Se référer pour le détail (présentation des questions, indications bibliographiques) aux pages précédentes de la
présente brochure et aux rubriques correspondantes de la brochure du master MEEF.
33
Espagnol
Responsable : Mme Rica AMRAN
Master LTE Recherche
Parcours recherche +
Parcours AGREG Externe
1° ANNEE
UE 1
Approches Théoriques
UE 2
Culture
Culture générale
Littérature ou Civi
Littérature
Littérature ou Civi
s
UE 3
UE 4
UE 5
UE6
Parcours Recherche-AGREG Interne
1° ANNEE
H étd
ECT
S
8+8
2
H étd
2
UE
1
16
18
18
18
18
UE
2
16
Langue
Linguistique
Thème et version
Compréhension
24
72
48
UE
3
10
Méthodologie
Traduction commentée
Mémoire
Séminaires Lettres ou
Sciences du Langage
60
10
24
UE
4
6
Culture
Culture générale
Litt. ou civi (avec MEEF)
Litt. (avec Recherche)
Civilisation (avec Recherche)
344
60
14
18
18
18
18
12
Langue
Linguistique
Thème et version
Compréhension
24
72
48
Méthodologie
UE2 du MEEF 2: Oral
Mémoire
10
60
10
6
Linguistique
Linguistique appliquée
Total P.Général M1
ECTS
Total Concours M1
24
24
342
60
2° ANNEE
Tous les enseignements de 2° année sont mutualisés avec des enseignements de 1° année, à l’exception de l’oral de
l’UE 2 en MEEF
UE1
UE2
UE3
UE4
Tronc commun LTE
Journées Mastériales
Culture
H
étd
Culture générale
18
Littérature
36
Civilisation
36
Civilisation
18
Traduction
Thème et version
36
Mémoire
Séminaires Lettres ou
Sciences du Langage
20
UE1
10
UE2
22
24
Questions concours
Littérature
Littérature
Civilisation
Civilisation
Traduction
Thème et version
Mémoire
H
étd
18
18
18
18
40
20
36
30
8
Total M2 général et ag ext
168 60
Total M1+M2 général & ag ext 512 120
Total M2 concours
Total M1+M2 Concours
138
480
60
120
34
Présentation générale
Le Département d’Espagnol de l’Université de Picardie propose deux types de Master, le MEEF et le Master
Recherche. Ce dernier est scindé en deux parcours différents :
1- Parcours recherche-Agrégation externe
Il s’adresse tout particulièrement aux étudiants du Département d’Espagnol qui viennent de terminer une Licence et
désirent compléter leur formation universitaire de façon à pouvoir, s’ils le souhaitent, préparer le concours de
l’Agrégation. Il est également ouvert à d’anciens étudiants du Département désireux de continuer leur parcours
universitaire, qu’ils soient ou non titulaires de leurs postes, qu’ils aient ou non suivi un Master Enseignement.
UE2 Culture
- S1/S3 Culture générale (mutualisé avec MEEF)) : L’Espagne de Siècle d’Or (Mme Rica Amran).
- S1 Littérature : Luis Goytisolo. Antagonía (Mme Elisabeth Delrue).
- S1 Littérature: Teatro español del siglo XVIII (Mme Elisabeth Delrue).
- S2 Civilisation Le Siécle du Quijotte (Mme Rica Amran)
- S3 Civilisation : Goya dans l’Espagne du XIXe siècle (M. Francisco Aroca)
- S4 Littérature : César Vallejo. Obra poética completa (M. Jean-Philippe Barnabé)
- S4 Littérature : Elena Poniatowska, Hasta no verte Jesús Mío (Mme Milagros Palma).
UE3 Langue (mutualisé avec MEEF et Master Recherche-Agrégation interne)
- Linguistique (M. Philippe Reynès).
- Thème /Version (M. David Alvarez).
- Compréhension (M. David Alvarez/ M. Francisco Aroca).
UE4- Méthodologie (mutualisé avec Master Recherche-Agrégation interne)
- Traduction commentée (M. Francisco Aroca/M. Philippe Reynès).
UE5- Linguistique appliquée (mutualisé avec MEEF et Master Recherche-Agrégation interne) (M.
Philippe Reynès)
2- Parcours Recherche-Agrégation Interne
Le parcours relève d’un programme de formation continue des professeurs de collège et de lycée en poste depuis
quelques années ou depuis peu, leur permettant de compléter leur formation et susceptible d’apporter un plus à leurs
carrières professionnelles.
UE1- Culture
- S3 : César Vallejo, les poèmes de Paris (1923-1938) (M. Jean-Philippe Barnabé).
- S3 : L’Orient péruvien entre construction régionale, intégration nationale et internationalisation du marché (18451932) (Mme Milagros Palma).
- S3 : La deuxième partie de Don Quijote de la Mancha: les grands enjeux d’un texte fondateur (M. David Alvarez).
- S3 : Goya dans l’Espagne du XIXe siècle : entre portraits de cours et images de guerre (1800-1815) (Mme Elisabeth
Delrue).
UE2, UE3 et UE5 mutualisé MEEF, Agrégation interne et Agrégation externe
Ces deux parcours forment une offre complète associant la transmission de connaissances littéraires et historiques sur
l’Espagne et l’Amérique Latine à l’acquisition de la maîtrise linguistique, orale et écrite de la langue espagnole.
Enfin, tout comme les Départements d’Allemand et d’Anglais, le Département d’Espagnol partage, pour son Master
Recherche, un tronc commun avec l’UFR des Lettres, où nos étudiants pourront participer à des séminaires et des
conférences. Ces études transversales permettront d’élargir encore le champ des connaissances et des compétences des
futurs professeurs et chercheurs qui sortiront de notre Département.
35
Parcours Général – AGREG Externe
Descriptifs des cours
L’Espagne du Siècle d’Or
Responsable : Rica Amran
L’objectif principal de ce séminaire est de réviser et de consolider les connaissances historiques des étudiants de
Master sur l’Espagne moderne. Dans cette optique, nous examinerons les principaux concepts du Siècle d’Or espagnol
en lien avec la vie quotidienne. Dans cette optique, notre plan d’étude sera le suivant :
-Introduction.
-La vie quotidienne pendant le Siècle d’Or : le foyer, les fêtes, le théâtre
-La misère et la peur
-La mystique
-Les guerres
-La légende noire
- Bibliographie :
Domínguez Ortiz, Antonio, Alvar, Alfredo, La sociedad española en la Edad Moderna, Madrid, Istmo, 2005.
Escudero, José Antonio, Los hombres de la Monarquía Universal, Madrid, Real Academia de la Historia, 2011.
Kamen, Henry, Felipe II de España, Madrid Siglo XXI, 1998.
Lynch, John, Carlos V y su tiempo, Barcelona, Crítica, 2000.
Marín, José Luis, La península en la Edad Media, Barcelona, Teide, 1988.
Parker, Geoffrey, Felipe II, Madrid, Alianza Editorial, 1991.
Política y cultura en la Edad Moderna (cambios dinásticos, milenarismos, mesianismo y utopía), ed. A. Alvar, J.
Contreras y J. I. Ruiz Rodríguez, Alcalá, Universidad de Alcalá, 2011.
Redondo, Augustin, Antonio de Guevara 1480?-1545 et l’Espagne de son temps de la carrière officielle aux œuvres
politico-morales, Genève, Droz, 1976.
Ruiz, Teófilo R., Historia social de España, 1400-1600, Barcelona, Crítica, 2002.
Suárez Fernández, Luis, Nobleza y monarquía, La esfera de los libros, 2003.
Le siècle du Quichotte
Responsable : Rica Amran
Le titre de ce séminaire est emprunté à l’un des volumes de l’Histoire de l’Espagne dirigée par Don Ramón Menéndez
Pidal, avec l’idée de proposer une synthèse de tout un processus historique, sachant pertinemment que l’expression
Siècle d’Or ne désigne pas uniquement la littérature et l’art, mais qu’elle représente l’histoire culturelle d’une époque.
Pour cela, nous travaillerons sur :
1- Pensée théologique et forme de religiosité.
2- Philosophie : la scholastique, la philosophie classique dans le baroque espagnol, la philosophie moderne, le lulisme.
3- La science et la pensée scientifique.
4- La pensée économique : l’arbitrisme.
5- L’historiographie.
6- Cultures marginalisées.
- Bibliographie :
Domínguez Ortiz, A., El Antigo Régimen: los Reyes Católicos y los Austrias, Madrid, Alianza, 1973.
Feros, A., El duque de Lerma. Realeza y privanza en la España de Felipe III, Madrid, Marcial Pons, 2002.
Martínez Millán, J., Visceglia, Mª A. (dir), La monarquía de Felipe III, Madrid, Fundación MAPFRE, 2007-2008.
Pérez, J., L’Espagne de Philippe II, Paris, Fayard, 1999.
Redondo, A., La prophétie comme arme de guerre des pouvoirs, XVe-XVIIe siècles, Paris, Presse de la Sorbonne
Nouvelle, 2000.
36
Goya dans l’Espagne du XIXème siècle : images de la guerre (1800-1815)
Responsable : Francisco Aroca
Les années 1800-1815, qui correspondent à la fin du règne de Charles IV, à la guerre de l’Indépendance et au
rétablissement de l’absolutisme avec le retour de Ferdinand VII, constituent aussi un tournant critique dans la vie et
l’œuvre de Goya. En 1800, Goya, qui vient d’être nommé Premier Peintre de la Chambre du Roi, a atteint le sommet
de la hiérarchie sociale et artistique : La Familia de Carlos IV marque l’apogée de sa carrière aulique. Mais l’invasion
napoléonienne et le soulèvement du 2 mai 1808 ouvrent une période de crise politique, idéologique et économique qui
bouleverse toutes les situations acquises. En 1815, Goya, qui a dû comparaître devant une « Commission de
Purification » en raison des fonctions qu’il avait continué d’exercer sous le règne du « roi intrus », est peu apprécié par
le monarque et prend ses distances par rapport à la Cour. Un éloignement volontaire dont témoigne le bel autoportrait
de 1815 conservé au Musée du Prado. Dans le même temps, son œuvre récente demeure inconnue du public : les
Désastres de la guerra, qu’il a gravés de 1810 à 1815, ne seront édités qu’en 1863. Quant aux deux grands tableaux
historiques du Dos de Mayo et du Tres de Mayo, peints en 1814, ils ne seront inscrits qu’en 1872 au catalogue du
Musée du Prado.
- Préparation pour la rentrée il faudra connaître : les moments les plus marquants de la vie de Goya ; les événements
historiques de l'Espagne durant la période 1808-1815 ; les thématiques récurrentes de Desastres de la guerra.
- Bibliographie :
Pour l'Agrégation externe consulter le programme officiel à l’adresse suivante :
http://cache.media.education.gouv.fr/file/agregation_externe/54/8/p2017_agreg_ext_lve_espagnol_556548.pdf.
L’œuvre poétique de César Vallejo
Responsable : Jean-Philippe Barnabé
Le cours portera sur l’ensemble de l’oeuvre du poète péruvien César Vallejo (1892-1938), l’un des fondateurs de la
poésie hispano-américaine du XXe siècle, dont le recueil essentiel, Trilce, paru en 1922, a bouleversé tous les
paramètres du langage poétique de son temps, et reste aujourd’hui encore un livre étonnant et complexe. Nous
tenterons de situer Vallejo dans son contexte historique et littéraire, d’abord dans son propre pays, puis en France, où il
s’installera en 1923 et achèvera sa vie, et aussi dans son rapport aux autres grands poètes hispano-américains
contemporains (Neruda, Huidobro).
Luis Goytisolo, Antagonía [1973-1981]
Responsable : Elisabeth Delrue
Ce roman de l’écrivain espagnol Luis Goytisolo sera abordé, dans le cadre de ce séminaire, sous une triple
perspective, celle de l’étude des modèles romanesques innovants de l’Espagne postfranquiste dans laquelle il s’inscrit,
celle de l’héritage des grands maîtres qui l’ont précédé comme Azorín et Unamuno, celle, enfin, de l’analyse
minutieuse des techniques narratives mises en œuvre ( écriture à la première personne, autoreprésentation…)
Bibliographie indicative :
BOUJU, Emmanuel, Réinventer la Littérature. Démocratisation et modèles romanesques dans l’Espagne
postfranquiste, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2002, en particulier pp. 247, 257-259, 277-284 et 311-315.
37
CHAMPEAU, Geneviève, «L’autoreprésentation dans le récit de fiction», in Annie Bussière Perrin (coord.), Le roman
espagnol actuel. Pratique d’écriture (1975-2000), T. II, Montpellier, Editions du CERS, coll. «Etudes sociocritiques»,
2001, p. 65-98.
GARCÍA, Carlos Javier, Metanovela: Luis Goytisolo, Azorín y Unamuno, Madrid, Ensayos, Júcar, 1994
38
Le théâtre espagnol du XVIIIème siècle
Responsable : Elisabeth Delrue
Ce séminaire envisagera le théâtre espagnol néoclassique du XVIIIème siècle à travers l’approche conjointe de deux
œuvres représentatives, La señorita malcriada de Tomás de Iriarte et La mojigata de Leandro Fernández de Moratín.
Seront pris en compte dans l’analyse, la société du XVIIIème siècle, la mentalité bourgeoise, l’image de la femme et
les paradigmes du genre.
Bibliographie indicative
ANDIOC, René,Teatro y sociedad en el Madrid del siglo XVIII, Madrid, Castalia, 1976.
MARTÍNEZ LÓPEZ, Maribel, «La imagen de la mujer en la literatura española del siglo XVIII: Paradigmas de
género en la comedia neoclásica». Anagnórisis: Revista de investigación teatral, 2010, n°1, pp.59-86.
PÉREZ MAGALLÓN, Jesús, El teatro neoclásico español, Madrid, Laberinto, 2002.
SALA VALLDAURA, Josep María, «La mentalidad burguesa en las primeras comedias neoclásicas, Nicolás
Fernández de Moratín y Tomás de Iriarte», In: R. Fernández y J. Soubeyroux (eds.), Historia social y literatura,
Familia y clases populares en España (siglos XVIII y XIX), Lleida, Milenio, 2001, pp.113-129.
Elena PONIATOWSKA, Hasta no verte Jesús mío. Madrid, Alianza editorial, 2014 [1ère éd.]
Responsable : Milagros Palma
L’étude du contexte social et historique de l’œuvre de l’écrivaine mexicaine Elena Poniatowska (Paris, 1932) sera la
première étape du séminaire. Ensuite Hasta no verte Jesús mío, son œuvre considérée comme « témoignage » ou
« testimonial » sera traitée à partir de la réception et de la critique de l’époque. Le concept de genre, comme
socialisation hiérarchisée des individus sexués permettra de comprendre aussi bien les enjeux de cette littérature qui
produira un grand boom aussi bien du point de vue de la hiérarchie de clases et ethnique que du point de vu du genre
dans la société mexicaine des années 60. Nous verrons quel est le sens d’un témoigne-fiction, considéré comme une
stratégie pour atteindre le grand public. Quel est le sens de ce nouveau boom dans la littérature d’un pays comme le
Mexique ?.
Bibliographie
CELLA, Susana Beatriz, « Autobiografía e historia de vida en Hasta no verte Jesús mío de Elena Poniatowska »,
Literatura Mexicana, n° 2 (1): 1991, p. 149-56.
CORDOBA, Marie, L’écriture biographique dans l’œuvre d’Elena Poniatowska (Querido Diego te abraza Quiela ;
Hasta no verte Jesús mío ; Tinísima), thèse de doctorat, Caen, 1997.
CORDOBA, Marie, « Trois femmes : genre et biographie chez Elena Poniatowska », Critique, 2009/3 n°742, p. 201214.
ERRO-PERALTA, Nora (ed.) et MAIZ-PEÑA, Magdalena (ed.), La palabra contra el silencio. Elena Poniatowska
ante la crítica, México, ERA-UNAM, 2013.
GARDNER, Nathanial, « Milagro e historia en el Santo Niño de Atocha en Hasta no verte Jesús mío de Elena
Poniatowska », dans Espéculo: Revista de Estudios Literarios, n° 37, 2007 Nov-2008 Feb:
http://pendientedemigracion.ucm.es/info/especulo/numero37/elponiat.html
GONZÁLEZ-LEE, Teresa, « Jesusa Palancares, curandera espiritista o la patología de la pobreza », dans López
González, Aralia (ed.) et Malagamba, Amelia (ed.), Mujer y literatura mexicana y chicana: Culturas en contacto, II,
Mexico-Tijuana, Colegio de México-Colegio de la Frontera Norte, 1990, pp. 93-97.
GONZÁLEZ, Silvia Lidia, « Una soldadera de la Revolución Mexicana: periodismo y literatura en Hasta no verte
Jesús mío, de Elena Poniatowska », (Axe VI, Symposium 25). Independencias - Dependencias - Interdependencias, VI
Congreso CEISAL 2010, Jun 2010, Toulouse, France.
JORGENSEN, Beth E., « Perspectivas femeninas en Hasta no verte, Jesús mío y La 'Flor de Lis' », Texto Critico n° 14
(39), July-Dec. 1988, p. 110-123. LAGOS-POPE, María Inés, « El testimonio creativo de Hasta no verte Jesús mío »,
Revista Iberoamericana, n° 56 (150), Jan.-Mar. 1990, p. 243-253.
LARA-ALENGRIN, Alba, « Héroes cotidianos y retribución simbólica en las novelas de tres escritoras mexicanas
contemporáneas », dans Tres escritoras mexicanas, Rennes, PUR, 2014, p. 279-292.
LEMAÎTRE, Monique G., « Jesusa Palancares y la dialéctica de la emancipación femenina », Hispamérica: Revista de
Literatura, n° 10 (30), dec. 1981, p. 131-135.
MARTÍNEZ, María Inés, « Lenguaje oral y marginalidad en Hasta no verte Jesús mío », Texto Crítico, 2003 Jan-June;
6 (12): 37-53.
OVIEDO, Rocío, PÉREZ DE TUDELA, María (ed.), Elena Poniatowska : México escrito y vivido, América sin
nombre n° 11-12, Alicante, Universidad de Alicante, 2008. PEÑA H., Luis, « Memoria, diálogo y escritura : Hasta no
39
verte Jesús mío », dans Erro-Peralta, Nora (ed.) et Maiz-Peña, Magdalena (ed.), La palabra contra el silencio. Elena
Poniatowska ante la crítica, México, ERA-UNAM, 2013, p. 167-182.
PONIATOWSKA, Elena, « Vida y muerte de Jesusa », dans Luz y luna, las lunitas, México, Era, 1994.
POOT HERRERA, Sara, « El encanto oculto de la resignación en las mujeres de Poniatowska », dans Milagros
Ezquerro (ed.), Escritoras mexicanas. Voces y presencias, Paris, Indigo & Côté-femmes éditions, 2004, p. 97-115.
SCHUESSLER, Michael, Elenísima: Ingenio y figura de Elena Poniatowska. México, Diana, 2003.
STEELE, Cynthia, « Testimonio y autor/idad en Hasta no verte Jesús mío de Elena Poniatowska », dans Revista de
Crítica Literaria Latinoamericana, n° 18 (36), 1992, p. 156-180 ; repris dans Erro-Peralta, Nora (ed.) et Maiz-Peña,
Magdalena (ed.), La palabra contra el silencio. Elena Poniatowska ante la crítica, México, ERA-UNAM, 2013, p. 399429.
40
Parcours Concours-AGREG interne
La deuxième partie de Don Quijote de la Mancha: les grands enjeux d’un texte fondateur
Responsable : David Alvarez
Ce cours a pour objectif de préparer les étudiants inscrits à l’agrégation interne d’espagnol. Il est centré sur la Seconde
partie du Don Quichotte de Cervantès, parue en 1615, même si une lecture de la Première partie pendant l’été est
toutefois indispensable. Ce cours sera consacré à la fois aux grands enjeux posés par le texte cervantin et au dialogue
qu’il entretient avec d’autres textes littéraires de son temps. L’accent sera mis en particulier sur les caractéristiques de
la troisième sortie de don Quichotte et sur le thème du « Menosprecio de Corte y alabanza de aldea » – essentiel pour
comprendre l’ensemble du séjour des héros chez le duc et la duchesse (chapitres 30 à 57) –, sans négliger cependant le
défi que représente pour Cervantès l’apparition d’une continuation apocryphe (chapitres 59 à 74). Tous les aspects de
l’œuvre seront ainsi étudiés, des instances narratives aux personnages, en passant par le traitement de l’espace et du
temps. Afin de ne pas couper l’œuvre de son contexte, le cours veillera également à inscrire le roman dans son temps,
tant sur le plan historique qu’idéologique. Enfin, la question de la postérité littéraire des personnages cervantins sera
également examinée.
Les deux parties du roman doivent impérativement être lues avant la rentrée.
Lecture vivement recommandée :
- Redondo Augustin, En busca del “Quijote” desde la otra orilla, Biblioteca de estudios cervantinos, Alcalá, 2011.
César Vallejo, les poèmes de Paris (1923-1938)
Responsable : Jean-Philippe Barnabé
Les poèmes écrits par le grand poète péruvien César Vallejo entre son arrivée à Paris en 1923 et sa mort dans cette
même ville en 1938, dont une grande partie sera publiée à titre posthume en 1939 par sa veuve sous le titre de Poemas
humanos, constituent la deuxième étape de sa production, qui contraste avec les deux recueils publiés auparavant (Los
heraldos negros, de 1918, et Trilce, de 1922). Elle nous offre à la fois une méditation sur la condition de l’homme
moderne, qui prolonge dans une certaine mesure l’expérience radicale et avant-gardiste de Trilce, mais aussi une
poésie à la veine sociale, qui reflète les événements historiques qui secouent l’Europe et le monde à cette époque. Le
séminaire proposera une analyse de ce corpus spécifique, que nous prendrons soin de lire à la lumière de l’œuvre
antérieure.
Edition de référence: César Vallejo, Obra poética completa, Madrid, Alianza Editorial, 2006.
Goya dans l’Espagne du XIXe siècle : entre portraits de cour et images de guerre (1800-1815)
Responsable : Elisabeth Delrue
Cette formation consiste à préparer les candidats à l’épreuve écrite de l'agrégation interne d'espagnol. Elle correspond
à dix-huit heures de cours hebdomadaires (9 séances de 2 heures). Dans le séminaire Goya dans l’Espagne du XIXe
siècle : entre portraits de cour et images de guerre (1800-1815), on s’interrogera sur les vicissitudes de la vie de Goya
en relation avec la crise politique de l’Espagne de son temps et sur la signification et la portée de son œuvre produite
au cours de ces quinze premières années du XIXe siècle. Les sujets traités seront ceux du programme :
- L’artiste courtisan, protégé par Charles IV et par Godoy, portraitiste de l’aristocratie, mais aussi de la bourgeoisie
d’affaires et des membres de l’élite éclairée.
- L’homme des Lumières, déchiré entre son patriotisme et ses idées libérales, dont l’attitude pendant l’occupation
française a donné lieu à des jugements contradictoires de la part des historiens.
- L’artiste engagé qui, dans le secret de son atelier, grave le réquisitoire le plus terrible contre les atrocités de la guerre
et la folie meurtrière des hommes.
- Les implications éthiques et politiques de l’engagement de Goya, acteur et témoin de l’Histoire,
Au niveau esthétique, on s’interrogera sur :
- Les genres, notamment la rupture avec la tradition du portrait royal dans La Familia de Carlos IV, avec celle de la
représentation du nu dans La maja desnuda et avec celle de la peinture d’histoire dans le Dos de Mayo ou le Tres de
Mayo,
41
- Le respect et/ou les ruptures avec l’académisme de l’époque : le choix des dimensions et des formats des œuvres, le
positionnement de la lumière, la richesse de la palette chromatique, la diversité des compositions qui structurent les
images (gravures, tableaux...), tout ce qui permet une meilleure lecture et compréhension des œuvres goyesques.
L'Oriente péruvien entre construction régionale, intégration nationale et internationalisation du marché
(1845-1932)
Responsable : Milagros Palma
Ce séminaire traitera de l’exploration, l’intégration et l’exploitation des terres de l’Orient du Pérou indépendant à
partir de 1821 :
- Les résistances indigènes en Amazonie andine et « La Selva baja »
- La mise en œuvre du « processus de modernisation capitaliste », et l'intégration du pays à une économie de libreéchange ainsi que la construction de l'État-nation
- L'exploitation du caoutchouc naturel
- Le boom économique la colonisation de la région Orientale du Pérou
- Le cycle du caoutchouc jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale.
- Les bouleversements dans l'organisation socio-économique de la région
Orientations thématiques :
- Territorialisation de l'Oriente : explorations, missions et colonisations
- Centralisme et régionalisme
- Capitalisme, matières premières et marchés internationaux
- Résistances et asservissement des populations indigènes
- Réactivation du mythe de El Dorado
- Perceptions et représentations des indigènes de la forêt
Documents pouvant faire l'objet d'une épreuve orale (ELE) :
Carlos Rey de Castro, Carlos Larrabure y Correa, Pablo Zumaeta y Julio César Arana --- La defensa de los caucheros,
Monumenta Amazonica, CETA, IWGIA, Iquitos, 2005. Consultable sur http://www.iwgia.org/
- p. 73-157 : le texte de Carlos Rey de Castro au Consul de sa Gracieuse Majesté, p. 255-266 La lettre du même auteur
au directeur du Daily News, p. 305-329 : Conclusion de C. Rey de Castro et collection de photos (le caoutchouc a
donné lieu à une guerre des images très importante), p. 333-338 : Lettre de Julio César Arana, le plus gros « baron » du
caoutchouc péruvien, p. 339-363 : Article de C. Larrabure y Correa (juriste péruvien renommé qui a publié une
volumineuse documentation historique, géographique et juridique sur le Loreto, de 1770 à 1908).
Bibliographie indicative :
- Barclay Rey de Castro Frederica, El Estado Federal de Loreto, 1896. Centralismo, descentralismo y federalismo en el
Perú a fines del siglo XIX, IFEA/CBC, Lima, 2009.
- Chirif Alberto, Cornejo Chaparro Manuel (eds.), Imaginario e imágenes de la época del caucho: los sucesos del
Putumayo, Lima, CAAAP, IWGIA, UCP, 2009.
- Contreras Carlos, Cueto Marcos, Historia del Perú contemporáneo: desde las luchas por la independencia hasta el
presente, Lima, Instituto de Estudios Peruanos, 2007.
- Demelas Marie-Danielle, L'invention politique : Bolivie, Équateur, Pérou au XIXe siècle, Paris, Éditions Recherches
sur les Civilisations, 1992.
- García Jordán Pilar : ---- La construcción de la Amazonía andina (siglos XIX-XX). Procesos de ocupación y
transformación de la Amazonía peruana y ecuatoriana entre 1820 y 1960, coord. P. García Jordán, Quito, ed. AbyaYala, 1995. ---- Fronteras, colonización y mano de obra indígena en la Amazonía Andina (siglos XIXXX). La
construcción del espacio socio-económico amazónico en Ecuador, Perú y Bolivia (1792-1948), ed. P. García Jordán,
Fondo Editorial de la Pontificia Universidad Católica del Perú/Universitat de Barcelona, 1998. ---- Cruz y arado,
fusiles y discursos. La construcción de los Orientes en el Perú y Bolivia, 1820-1940, IFEA, IEP, Lima, 2001. ---Dossier : « La Amazonía andina », Revista de Indias, vol. LXI, n° 223, sept-dic. 2001, p. 487-647.
- García Jordán Pilar, Sala i Vila Nuria (coord.), La nacionalización de la Amazonía, Barcelona, Publicacions de
Universitat de Barcelona, 1998.
- Lagos Olivier, Arana, rey del caucho.Terror y atrocidades en el Alto Amazonas, Buenos Aires, Emecé Editores,
2005. - Ordinaire Olivier : --- Du Pacifique à l'Atlantique par les Andes péruviennes et l'Amazone, Paris, Plon, 1892.
Rééd. Besançon, Editions La Lanterne magique, 2008. --- Version espagnole : Del Pacífico al Atlántico y otros
escritos, Monumenta Amazonica, Edición crítica e introducción de Fr.-Marie Casevitz, trad. J. Levistre-Ruiz et R.
Landa, Lima, CETA/IFEA, 1988. Consultable sur https://books.openedition.org/author?name=ordinaire+olivier Roux Jean-Claude, L'Amazonie péruvienne, un Eldorado dévoré par la forêt, 1812-1910, Paris, L'Harmattan, 1994.
42
- Sala i Vila Nuria, Selva y Andes. Ayacucho (1780-1929). Historia de una región en la encrucijada, Madrid, CSIC,
2001. - San Román Jesús, Perfiles históricos de la Amazonía peruana, Iquitos, CETA, CAAAP, IIAP, 1994, 2a edición
(1a ed., 1975).
- Santos Granero Fernando, Barclay Frederica: ---- Órdenes y desórdenes en la selva central. Historia y economía de
un espacio regional, Lima, IEP, IFEA, FLACSO-ED, 1995. ---- La Frontera Domesticada. Historia económica y social
de Loreto, 1850-2000, Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú Fondo Editorial 2002.
- Sérier Jean-Baptiste ---- Histoire du caoutchouc, Paris, Éditions Desjonquères, 1993. ---- Les Barons du caoutchouc,
Paris, Éds CIRAD-Khartala, 2000. - Varese Stefano --- La Sal de los Cerros, Retablo de Papel Ediciones, INIDE,
Lima, 1973. --- Traduction en français : Résistance et utopie dans l’Amazonie péruvienne. Le sel de la montagne,
Paris, L’Harmattan, 2015.
43
SEMINAIRE D’ÉCHANGE
Séminaire d’échange proposé aux étudiants de Lettres et de Sciences du Langage pour l’UFR des Langues :
MS2/MS4
L’Espagne des Habsbourg Rica Amran
L’objectif principal de ce séminaire est de réviser et de consolider les connaissances historiques des étudiants de
Master sur l’Espagne du XVème au XVIIème siècle. Dans cette optique, notre plan d’étude sera le suivant :
Introduction : L’Espagne des Rois Catholiques
- La Guerre de Grenade
- L’organisation de l’État
- Problèmes religieux : l’Inquisition.
- Unité nationale et politique extérieure
1-Charles Ier d’Espagne et Charles Quint d’Allemagne : l’Empire Universel
- Conflits initiaux : comunidades et germanías
- Charles V et François Ier : la rivalité
- Illuminés et érasmistes : le début de la Contre-Réforme
- Le concile de Trente (I)
- Problèmes financiers
2-Philippe II et l’empire hispanique
- Politique intérieure
- Relations internationales.
- Le concile de Trente (II).
- La guerre avec l’Angleterre
- La légende noire anti-espagnole
- Fin du règne
3-La monarchie personnification de l’État
- Les municipalités : relations avec le pouvoir central
- Les Cours
- La puissance judiciaire
- L’armée
4-Société et économie
- Hiérarchies sociales
- L’Église
- Minorités et groupes périphériques
- Les crises du XVIIème siècle : de la ville, du monde rural, de l’industrie
5-Les Habsbourg mineurs
- Philippe III: Le gouvernement du duc de Lerma
- Philippe IV et le Comte-Duc d’Olivares
- Charles II et la guerre de succession
6- La culture au Siècle d’Or
- Bibliographie
Domínguez Ortiz, Antonio, Alvar, Alfredo, La sociedad española en la Edad Moderna, Madrid, Istmo, 2005.
Escudero, José Antonio, Los hombres de la Monarquía Universal, Madrid, Real Academia de la Historia, 2011.
Kamen, Henry, Felipe II de España, Madrid Siglo XXI, 1998.
Lynch, John, Carlos V y su tiempo, Barcelona, Crítica, 2000.
Parker, Geoffrey, Felipe II, Madrid, Alianza Editorial, 1991.
Política y cultura en la Edad Moderna (cambios dinásticos, milenarismos, mesianismo y utopía), ed. A. Alvar, J.
Contreras y J. I. Ruiz Rodríguez, Alcalá, Universidad de Alcalá, 2011.
Redondo, Augustin, Antonio de Guevara 1480?-1545 et l’Espagne de son temps de la carrière officielle aux œuvres
politico-morales, Genève, Droz, 1976.
Ruiz, Teófilo R., Historia social de España, 1400-1600, Barcelona, Crítica, 2002.
44
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
387 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler