close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

"bascule" de Montauban

IntégréTéléchargement
Une fois récoltées, à l'époque à la main
avec une fourche spéciale, les
betteraves étaient emmenées à la
bascule dans des chariots. A leur
arrivée, les chariots pleins étaient
pesés par le basculeur. Un tarreur en
extrayait un échantillon de 25 kg de
betteraves, prises au hasard et
déposées dans une manne d'osier. La
manne était ensuite amenée au
densimétreur qui en retirait 6
betteraves qu'il nettoyait, coupait en
deux et pressait. Le jus ainsi obtenu
était versé dans une éprouvette et on
mesurait le taux de sucre contenu
dans le liquide avec un densimètre. Un
résultat supérieur ou égal à 9 indiquait
une teneur en sucre excellente (la
graduation du densimètre commençait
à 7).
La "bascule" de
Montauban
Pendant ce temps, le chariot
était vidé de son contenu pour
être pesé à vide cette fois.
Les
betteraves
étaient
chargées à la fourche dans des
wagons spéciaux, puis emmenées
par le "tortillard", via la gare de
Guillemont, vers la râperie de
Longueval. Là, elles étaient
nettoyées, écrasées, et le jus
était envoyé sous pression par
pipeline vers la sucrerie de
Boisleux.
De 1942 à 1946, Denise CABUZEL
fut densimétreuse pendant 5
campagnes de betteraves.
En novembre 1943, son salaire
mensuel s'élevait à 1083 francs,
soit l’équivalent de 208,29 euros.
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
7
Taille du fichier
262 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler