close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Bulletin d`informations sur les JO de Rio N°004

IntégréTéléchargement
N° O04
Une première semaine riche
en médailles africaines
Après sept jours de compétition, le continent possède quelques médailles en attendant
d’augmenter sa moisson lors de la deuxième semaine. Focus sur les heureux élus.
Or et records
10000 mètres dames : L’Ethiopienne Almaz Ayana bat le record du monde !
L
’athlète éthiopienne Almaz Ayana a remporté le 12 août 2016, la médaille d’or du 10 000m en finale de cette
épreuve à Rio, établissant par la même occasion, un nouveau record du monde avec un chrono de 29 mn 17 sec 45.
Almaz Ayana efface ainsi l’ancien record de 29 mn 31 sec 78 détenu Chinoise Wang Junxia (réalisée le 8 septembre
1993 à Pékin).
Agée de 24 ans, elle a devancé la Kenyane Vivian Cheruiyot (29 mn 32 sec 53) et sa compatriote Tirunesh Dibaba (29
mn 42 sec 56), arrivées respectivement 2ème et 3ème. Dibaba, détient ce titre depuis Pékin en 2008, elle l’a ensuite conservé
en 2012 à Londres.
Almaz Ayana a d’ailleurs la possibilité d’enrichir sa moisson à Rio puisqu’elle va s’aligner sur 5000m, épreuve dont
elle est la grande favorite. En effet, dans cette épreuve, elle a remporté le 30 août 2015, les championnats du monde, à
Pékin, en 14 min 26 s 83 (record de la compétition), devant ses deux compatriotes Senbere Teferi et Genzebe Dibaba. Le
2 juin 2016, lors du meeting de Rome, elle a établi la deuxième meilleure performance de tous les temps sur 5 000 m
en parcourant la distance en 14 min 12 s 59, à 1 s 44 seulement du record du monde de sa compatriote Tirunesh Dibaba
établi en 2008.
Le Sud-Africain Van Niekerk bat le record du monde du 400 m
L
e 14 août 2016, le Sud-Africain Wayde van Nierkerka créé la sensation à Rio en battant le record
du monde de Michael Johnson au 400 mètres hommes. Il a parcouru cette distance en 43’’03
(43’’18 pour l’Américain en 1999) et remporte sa première médaille d’or à cette manifestation.
Grâce à cet exploit, une surprise, le Sud-Africain âgé de 24 ans, Wayde van Niekerk devient l’homme
le plus rapide du monde sur un tour de piste. Une performance qui efface de la mémoire collective le
record du monde jusque-là détenu par l’Américain Michael Johnson depuis le 26 août 1999 en finale
des Mondiaux de Séville. «J’ai assisté à quelque chose d’incroyable. J’ai pensé : oh mon Dieu, et
en plus, il s’était élancé au couloir huit. C’est inimaginable. Jamais personne n’a couru les 200
derniers mètres aussi vite...» a dit Michael Johnson l’ancien recordman de la discipline qui a tenu à
féliciter le jeune Sud-Africain.
Sacré champion du monde en 2015, Wayde van Nierkerk est sur une courbe ascendante depuis trois
ans. En 2014, son record personnel était de 44 s 38. En 2013, sa meilleure marque était de 45 s 09. Autre
particularité, il a réussi cette saison à courir un 100 m en moins de dix secondes : 9 s 98. Il était devenu
grâce à cette performance le seul coureur sous les trois barrières symboliques du sprint : 10 s sur 100 m,
20 s sur 200m et 44 s sur 400 m.
Marathon : La kenyane Jemima Jelagat Sumgong offre l’or à L’Afrique
L
a Kenyane Jemima Sumgong, a remporté le marathon olympique le dimanche 14 août 2016 en 2h24’04’’.
Déjà vainqueur du marathon de Londres cette année, la fondeuse de 31 ans a apporté au Kenya son premier
titre olympique sur la distance chez les femmes. Elle a devancé la Bahreïnienne Eunice Kirwa (2h24’13’’).
L’Ethiopienne Mare Dibaba, championne du monde en titre, complète le podium en 2h24’30’’.
Née le 21 décembre1984, Jemima Sumgongest originaire du district de Nandi au Kenya. Cette année, elle a
déjà remporté le Marathon de Londres avec un chrono de 2 h 22 min 58 s. «C’est formidable, c’est la première
médaille d’or du Kenya ici et la première sur marathon féminin. Je savais qu’un jour, quelque part, j’y
arriverai. Je me sens extrêmement fière. A 2 km de la fin, je savais que l’or était à moi, quoi qu’il arrive. Je
ne pouvais pas perdre, et j’étais prête à entrer dans l’histoire. » a déclaré, toute souriante, Jemima Sumgong.
L’Afrique en argent
100 mètres brasse : le Sud-Africain Cameron Van der Burgh remporte la médaille d’argent
C
ameron Van der Burgh, a offert au continent africain sa première médaille, en argent lors de l’épreuve du
100m brasse le dimanche 7 août 2016 aux Jeux Olympiques de Rio. Le nageur Sud-Africain de 28 ans est
un habitué des piscines. Il s’est déjà fait en effet un grand nom dans la natation. Aux Championnats du
monde de natation en 2008, il avait battu trois records du monde en trois jours, sur 50 et 100m en petit bassin.
Aux Jeux de Pékin, s’il n’avait pas réussi à se qualifier pour la finale, il avait néanmoins battu le record d’Afrique
en devenant le premier athlète du Continent à nager en moins de 60 secondes dans l’épreuve du 100m brasse.
Médaillé d’or à Londres en 2012, toujours sur l’épreuve du 100m, Cameron Van Der Burgh avait au passage battu
un nouveau record du monde, avec 58“46 en grand bassin. À Rio, il comptait bien rééditer son exploit, mais c’est
l’Anglais Adam Peatty, 21 ans, qui a remporté la médaille d’or.
Chad le Clos se couvre d’argent sur 200 m nage libre et sur 100 m papillon
C
had Le Clos décidément s’illustre une fois de plus à Rio. Après sa médaille d’argent sur 200 m nage libre, le 08 août
2016, le Sud-africain s’est de nouveau couvert d’argent sur 100 m papillon vendredi 12 dans les bassins de l’Aquatics
Center des Jeux Olympiques, Rio 2016. Dans cette deuxième finale qui a également connu la participation du plus grand
nageur du monde, Michael Phelps, c’est le Singapourien Joseph Schooling qui s’est imposé. Chad Le Clos lui, est arrivé 2ème en
51 s 14 tout comme deux autres adversaires, l’Américain Phelps et le Hongrois Laszlo Cseh. Une première dans l’histoire des
Jeux olympiques. Jamais trois nageurs ne s’étaient retrouvés sur la même marche du podium. Avec cette nouvelle médaille,
Le Clos devient également l’athlète sud-africain le plus titré aux Jeux Olympiques.
Déjà à Londres en 2012, Chad Guy Bertrand le Clos, né le 12avril 1992 à Durban a battu de 5 centièmes le double tenant
du titre Michael Phelps sur le 200 m papillon en établissant le nouveau record d’Afrique en 1:52.96. Il a également remporté
la médaille d’argent du 100 m papillon.
Aviron : Lawrence Brittainet Shaun Keeling décrochent l’argent
au deux de pointe masculin
L
e 11 août 2016, la paire sud-africaine Lawrence Brittain - Shaun Keeling a arraché la deuxième
place de la finale du deux de pointe masculin en aviron. Ce qui lui permet de glaner une médaille
d’argent dans cette épreuve. Les Sud-Africains ont conclu leur course avec un chrono de 7 min 02
s 51. Ils ont été devancés par les Néo zélandais Eric Murray et Amish Bond (6 min 59 s 71). Les Italiens
Giovanni Abagnale et Marco di Contanzo complètent le podium en 7 min 04s 52.
Le 11 août 2016, la paire sud-africaine Lawrence Brittain - Shaun Keeling a arraché la deuxième place
de la finale du deux de pointe masculin en aviron. Ce qui lui permet de glaner une médaille d’argent
dans cette épreuve. Les Sud-Africains ont conclu leur course avec un chrono de 7 min 02 s 51. Ils ont
été devancés par les Néo zélandais Eric Murray et Amish Bond (6 min 59 s 71). Les Italiens Giovanni
Abagnale et Marco di Contanzo complètent le podium en 7 min 04s 52.
Le 11 août 2016, la paire sud-africaine Lawrence Brittain - Shaun Keeling a arraché la deuxième place
de la finale du deux de pointe masculin en aviron. Ce qui lui permet de glaner une médaille d’argent
dans cette épreuve. Les Sud-Africains ont conclu leur course avec un chrono de 7 min 02 s 51.
L’Afrique en bronze
La Tunisienne Inès Boubakri décroche le bronze en escrime
L
a Tunisienne Inès Boubakri est entrée dans l’histoire de l’escrime en étant la première athlète
africaine à décrocher une médaille aux Jeux olympiques. Elle a battu le 10 août 2016 en petite
finale, la Russe Aida Shanayeva sur le score de 15-11 ; toute chose lui permettant de s’offrir la
médaille de bronze. Pourtant blessée au dos durant sa demi-finale, la fleurettiste tunisienne ne s’est
pas montrée affaiblie. En athlète de haut niveau déterminée à défendre les couleurs de son pays, elle
a preuve d’une grande détermination et agilité parfaite ; faisant ainsi la fierté de tout un continent.
« J’ai fait une saison un peu moyenne et beaucoup de personnes ne croyaient pas en moi. Je
mérite cette médaille et je suis fière. J’ai serré les dents et je me suis battu. J’ai réussi » a affirmé
Inès Boubakri, qui évolue dans le club d’escrime de l’Association Sportive de Bourg-La-Reine (région
parisienne).
La médaille de Rio vient étoffer le palmarès éloquent de la Tunisienne qui compte onze médailles d’or
lors des Championnats d’Afrique et sept titres de championne de Tunisie. Elle possède par ailleurs une
médaille de bronze décrochée aux Mondiaux de 2014.
Haltérophilie : L’Egyptienne Sara Ahmed rentre dans l’histoire
S
ara Ahmed est devenue, à Rio 2016, la première femme égyptienne à remporter une médaille
olympique. Elle a, en effet, inscrite son nom dans les annales du pays en remportant une médaille
de bronze historique en haltérophilie, dans la catégorie féminine des 69 kg le 10 août 2016. Agée de
18 ans, L’Egyptienne est parvenue à soulever 112 kg à l’arraché puis 143 kg à l’épaulé-jeté pour un score
total de 255 kg, améliorant ainsi son record personnel de 10 kg. Cette performance a ainsi permis à Sara
Ahmed de gagner la troisième place de l’Epreuve derrière la Chinoise Yanmei Xiang et la Kazahke Zhazira
Zhapparkul. C’est en 2014 qu’elle se révèle au public en montant sur la plus haute marche du podium
dans la catégorie des 63 kg aux Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) de Nanjing, l’année même où elle a
concouru pour la première fois chez les seniors, terminant douzième aux Championnats du monde. « C’est
un très grand honneur et je ne parviens pas à exprimer mes pensées » a indiqué Sara Ahmed.
L’Egyptien Mohamed Mahmoud décroche le bronze en haltérophilie
L
a journée du mercredi 10 août a été assez fructueuse pour l’Afrique à Rio 2016. Le Continent a, en
effet glané trois médailles de bronze grâce à la Tunisie et à l’Egypte. Outre Ines Boubakri (Tunisie)
et Sara Ahmed (Egypte), Mohamed Mahmoud a aussi remporté le bronze chez les moins de 69 kg
chez les hommes en accumulant 361 points, derrière le Kazakh Nijat Rahimov et le Chinois Xiaojun Lyu.
L’Egyptien est un habitué des podiums puisqu’il a remporté l’argent aux Mondiaux 2014 et le bronze aux
Mondiaux 2015.
Rugby à 7 : Du bronze pour l’Afrique du Sud
L
’Afrique du Sud a remporté le 11 août 2016, la médaille de bronze du tournoi olympique, au stade
Deodoro de Rio, en battant le Japon en petite finale sur le score de 54-14.Le début de match était tout
à l’avantage des Sud-Africains, avec deux essais inscrits respectivement par Juan de Jongh et Rosko
Specman. Les Japonais, réduisaient le score grâce à leur capitaine Yusaku Kuwazuru mais Specman, mis
sur orbite par une passe laser de Cecil Afrika, redonnait un avantage de 14 points aux Sud-Africains à la
pause (21-7). Dès la reprise, Kazuhiro Goya, après un travail remarquable de Kenki Fukuoka, filait entre les
poteaux pour entretenir un suspense de courte durée (21-14) car Cecil Afrika allait signer rapidement un
doublé pour plier la rencontre (35-14).
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
2 309 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler