close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Communiqué de presse Énergie Est : des groupes

IntégréTéléchargement
Communiqué de presse
Pour diffusion immédiate
Énergie Est : des groupes demandent au gouvernement Trudeau de
suspendre le processus d’évaluation de l’ONÉ le temps de mener une
enquête
Montréal, le 16 août 2016 - Aujourd’hui, 36 groupes environnementaux et citoyens à
travers le Canada ont envoyé une lettre au ministre des Ressources naturelles, l’honorable
Jim Carr, pour lui demander de suspendre rapidement le processus d’évaluation du projet
d’oléoduc Énergie Est. Ils lui demandent également de mettre en place une enquête
indépendante, objective et transparente afin de faire toute la lumière sur le conflit
d’intérêt entre l’Office national de l’énergie (ONÉ), l’ex-premier ministre du Québec, M.
Jean Charest et le représentant de la Chambre de commerce du Montréal Métropolitain,
monsieur Leblanc.
“Le gouvernement Trudeau a déjà reconnu que l’ONÉ doit être réformé pour que ses
décisions soient crédibles, justes et impartiales, il a donc le devoir de répondre aux
nouvelles révélations qui minent la confiance du public, a dit Patrick Bonin de
Greenpeace Canada. Le ministre Carr doit mener une enquête sur la raison pour laquelle
M. Charest, alors en relation d’affaire avec TransCanada, a tenu une rencontre secrète
avec les représentants de l’ONÉ pour discuter du projet de pipeline Énergie Est, une
infraction évidente aux propres règles de l’Office”
“L’opposition à Énergie-Est ne cesse de croître, notamment au Québec dont monsieur
Charest a été le Premier ministre pendant neuf ans. Plus de la moitié de la population de
cette province s’oppose au projet” rappelle Anne-Céline Guyon, porte-parole du
mouvement Stop oléoduc. “C’est aussi le cas de plus de 300 municipalités dont la
Communauté métropolitaine de Montréal qui représente 3,8 millions de citoyens et
l’Association des Premières nations du Québec et du Labrador.” rappelle-t-elle.
“Malgré les incessantes promesses et assurances données par le gouvernement fédéral,
l’ONÉ semble toujours aussi gangrenée par l’industrie”, a déclaré André Bélisle de
l’Association québécoise de lutte à la pollution atmosphérique (AQLPA). “ Il est plus que
temps que le gouvernement, et notamment Jim Carr, en tant que ministre responsable de
l’ONÉ, prenne ses responsabilités en exigeant la suspension du processus et une enquête
sérieuse sur les hauts dirigeants de cette institution.”
Dans la lettre, les groupes demandent :
“Pourquoi l’ONÉ a attendu que des notes et courriels soient révélés par une demande
d’accès à l’information pour s’excuser et reconnaître qu’il y avait bien eu des rencontres
entre ses hauts dirigeants et Jean Charest ? Indépendamment de ces circonstances qui
doivent être clarifiées, le fait est que ces rencontres soulèvent de sérieuses questions
quant à l’intégrité du processus d’examen du projet Énergie-Est et à l’impartialité de ses
commissaires.”
-30Pour plus d’informations :
André Bélisle,
Président de l’Association québécoise de lutte à la pollution atmosphérique (AQLPA)
418 390 2367
Patrick Bonin,
Responsable de la campagne climat-énergie de Greenpeace Canada
514 594 1221
Anne-Céline Guyon
Coordonnatrice et porte-parole du Mouvement Stop oléoduc
581 989 0815
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
0
Taille du fichier
217 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler