close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Candidature unique de l`opposition : le tweet calibré de Bilie By Nze

IntégréTéléchargement
Léon Paul Ngoulakia rejoint Jean Ping
Photo @ DR
Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Le candidat indépendant à l’élection
présidentielle du 27 août prochain, Léon Paul Ngoulakia a annoncé samedi dans un
meeting qu’il rejoint Jean Ping.
« Monsieur le président Ping, j’apporterai ma contribution à ce que vous faites, à ce que le peuple a
demandé », a déclaré Léon Paul Ngoulakia devenu pour la circonstance la principale vedette de ce
meeting organisé par Jean Ping et auquel il a participé.
« Je dois rester avec les autres pour que nous construisons le Gabon de demain », a dit Léon Paul
Ngoulakia s’adressant aux populations du Haut Ogooué présentes à ce rassemblement.
« Nous sommes là parce que le peuple l’a voulu et parce que Dieu le veut », a-t-il poursuivi. « Nous
sommes dans une nouvelle mouvance, nous sommes dans un mouvement qui doit nous permettre
d’être libre comme l’a dit Pierre Claver Akendengué + libérer la liberté + », a-t-il ajouté.
« Nous serons là le 27 pour que la liberté triomphe à partir d’un homme que le peuple a choisi », a-til conclu son message prononcé en français et en langue téké, l’ethnie de la famille Bongo Ondimba.
Si Léon Paul Ngoulakia formalise son retrait de la course à l’élection présidentielle, il ne restera plus
que 11 candidats sur les 14 validés par la Commission électorale nationale, autonome et permanente
(CENAP). Les premiers à se retirer au profit de Jean Ping sont Casimir Oyé Mba (ancien Premier
ministre) et Guy Nzouba Ndama (ancien président de l’Assemblée nationale).
Ce nouveau ralliement confirme que le véritable duel se jouera entre Jean Ping et le président
sortant, Ali Bongo Ondimba qui brigue un nouveau septennat pour accélérer les reformes et les
chantiers engagés durant son mandat qui s’achève le 16 octobre.
Martin Safou
Ping et ses amis n’ont jamais aimé le Woleu
Ntem (Ali Bongo)
La marrée humaine venue à la rencontre du candidat Ali Bongo Ondimba @ DCP
Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Le président sortant, Ali Bongo Ondimba a,
dans un meeting de campagne à Oyem, capitale provinciale du Woleu Ntem (nord),
affirmé que Jean Ping et ses amis n’ont jamais aimé le Woleu Ntem.
« Ping et ses amis n’ont jamais aimé le Woleu Ntem », a crié Ali Bongo Ondimba durant ce meeting
qui a drainé un très grand monde. Le numéro un gabonais a confié aux oyémois que certains amis de
Ping lui confiait que le Woleu Ntem ne le portait pas donc il fallait oublier cette province hostile et
ses populations.
« Je me souviens bien de ce que disaient ceux qui viennent vous voir aujourd’hui pour demander vos
votes : méfiez-vous du Woleu-Ntem. Et tout sauf les Fang ! Ali est entouré par trop de Fang ! Ce sont
les mêmes qui aujourd’hui viennent vous mentir. Ne vous faites pas avoir. Je n’ai jamais été de ceuxci. Le Gabon, c’est l’unité. Tout le monde a sa place ! », a-t-il conseillé.
Ali Bongo s’est arrêté devant ce bébé porté par
sa mère @ DCP
« Je ne suis pas rancunier. Moi j’ai décidé d’amener la CAN (Coupe d’Afrique des nations, ndlr) ici.
Personne ne m’a obligé », a-t-il dit aux populations qui l’écoutaient.
« J’ai tenu ma parole, j’ai développé la province du Woleu-Ntem. J’ai décidé de vous faire confiance.
La maison de l’unité est grande. Il est toujours temps de revenir. Notre maison à bâtir c’est celle du
mérite ! », a-t-il ajouté.
Ali Bongo Ondimba a appelé les Gabonais à la vigilance face à la candidature de Jean Ping. Si le bon
choix est celui de l’Egalité des chances et de la fin des privilèges indus, le mauvais choix, a-t-il dit, se
résume en trois lettres : « DTE : D pour Destruction, T pour Trahison et E pour Enterrement du
Gabon. Voilà le dangereux programme de Jean Ping ! », qui expose le Gabon au pillage et à la haine.
Au septième jour de la campagne, Ali Bongo Ondimba est allé à la rencontre des populations du
Woleu-Ntem. A Bitam, Minvoul, Mitzic et Oyem, le candidat du Parti démocratique gabonais et des
partis alliés a invité les populations à faire le bon choix : celui de l’Egalité des chances.
Selon lui, il faut dès lors se détourner de Jean Ping « qui veut gagner l’élection pour se partager le
gâteau » avec ses acolytes.
« Mes chers compatriotes, le 27 août prochain nous avons un choix important à faire pour notre
pays. Je vous propose d’avancer et de progresser avec tout ce que nous avons déjà mis en place.
Notre programme économique nous lance vers la diversification. Certains projets ont ainsi
commencé comme le programme GRAINE dans le Woleu-Ntem. Le bon choix, c’est celui de la
diversification économique, c’est celui de la CNAMGS, c’est celui de la construction de nos routes,
c’est celui de l’augmentation des salaires. Le bon choix c’est celui de l’éducation, c’est celui de la
formation professionnelle, c’est celui de la création d’emplois », a martelé le candidat.
Lancé en février de cette année, le programme de l’Egalité des chances permettra la création de
milliers d’emplois. Les jeunes sont visés avec la création de plusieurs centres de formation,
l’amélioration du système éducatif grâce à la construction de 200 écoles primaires et secondaires
supplémentaires d’ici 2025.
Du point de vue de la santé Ali Bongo Ondimba a rappelé ses engagements en faveur de
l’amélioration du système de santé : renforcement de l’approvisionnement des hôpitaux en
médicaments, extension de la liste de médicaments de la CNAMGS, consolidation de
l’autonomisation des femmes et enfin élargissement des opportunités avec la mise en place du
système de la méritocratie et la fin des privilèges.
Antoine Relaxe
Raymond Ndong Sima n’a pas rallié Jean
Ping (réaction)
Raymond Ndong Sima dans son QG de campagne mercredi dernier @ Gabonactu.com
Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – L’ancien Premier ministre, Raymond Ndong
Sima, candidat à l’élection présidentielle du 27 août prochain, n’a pas rallié
l’opposant Jean Ping, a-t-il affirmé à un journaliste de Gabonactu.com, démentant
par la même occasion une information révélée par le journal confidentiel français «
La lettre du continent ».
« Je n’ai pas rallié Jean Ping, encore moins le président Ali Bongo », a nié Raymond Ndong Sima
joint au téléphone par un journaliste de Gabonactu.com.
« Ils propagent ces rumeurs pour saboter ma candidature. Je n’ai rallié personne. D’ailleurs je me
prépare à aller animer un meeting », a-t-il dit.
Mercredi dernier, M. Ndong Sima a affirmé avoir été contacté pour les négociations sur la
candidature unique de l’opposition. Un de ses émissaires a participé aux travaux mais l’ex Premier
ministre a claqué la porte. Il dénonce la mise en place des critères non objectifs pour désigner le
candidat. Il a surtout eu la nausée de constater que les participants ont plutôt discuté des postes à
occuper en cas de victoire.
« Cela est contraire à mon projet de société car certains postes soumis au partage doivent être
supprimés », a argumenté M. Ndong Sima qui promet une suppression simple du poste de Viceprésident de la République s’il est élu président de la République.
Ndong Sima a aussi nié avoir entamé des discussions avec le président sortant Ali Bongo Ondimba.
« Discuter avec lui c’est lui demander de retirer sa candidature. Or à l’heure actuelle, je ne pense
pas qu’Ali Bongo l’accepte. Et comme mon projet de société est meilleur que le sien, alors la
discussion n’est pas possible entre lui et moi », a conclu M. Ndong Sima.
L’homme qui brigue le fauteuil présidentiel pour la première fois a soutenu qu’il est prêt à discuter
avec d’autres candidats, sans les citer. « Il y a encore 12 candidats en lice », a-t-il fait remarquer en
martelant qu’il n’est pas question pour lui de retirer sa candidature pour le moment.
On rappelle que le 16 août dernier, l’ancien premier ministre Casimir Oyé Mba et l’ancien président
de l’Assemblée nationale Guy Nzouba Ndama ont décidé de retirer leur candidature pour soutenir
Jean Ping, l’ancien président de la Commission de l’Union africaine (UA).
Martin Safou
Présidentielle 2016 : Ping et Nzouba sont
revanchards (Ali Bongo)
Les habitants de Makokou sont venus très nombreux soutenir Ali Bongo @ Gabonactu.com
Makokou, Gabon (Gabonactu.com ) – Le président sortant Ali Bongo Ondimba, a
affirmé jeudi à Makokou (Nord est) au cours d’un meeting que les opposants Jean
Ping et Guy Nzouba Ndama sont animés par un esprit de revanche pour n’avoir pas
obtenu le fauteuil présidentiel que leur aurait promis Omar Bongo dans le cadre de
sa succession.
« Ils disent qu’Omar Bongo les a trompé. Ils pensaient qu’Omar devaient laisser un d’entre eux lui
succéder. Comme ils ne peuvent pas avoir leur vengeance sur Omar parce qu’il n’est plus là, ils
veulent se venger sur moi« , a révélé Ali Bongo Ondimba, candidat à sa propre succession.
Ali Bongo a nommément cité Jean Ping et Guy Nzouba Ndama comme étant les principaux anciens
collaborateurs d’Omar Bongo qui veulent à tout prix se venger. Le numéro un gabonais a laissé
croire à la foule nombreuse dans le stade de Makokou que l’accord conclu dans la nuit du 15 au 16
août à Libreville entre Ping, Nzouba Ndama et Casimir Oyé Mba n’est qu’un plan de mise en œuvre
de cette vengeance. L’accord a permis à Nzouba et Oyé Mba de retirer leur candidature au profit de
Jean Ping devenu leur porteur de flambeau durant le scrutin présidentielle du 27 août prochain.
» J’aime tous mes compatriotes et je veux donner l’égalité des chances à tous les gabonais
contrairement à ces sorciers menteurs qui ne pensent qu’à leurs privilèges« , a-t-il riposté en
soutenant que la vengeance est actuellement l’unique projet de société de ces anciens
collaborateurs d’Omar Bongo passés à l’opposition.
Dans cette province qui attend toujours son décollage économique, Ali Bongo est revenu sur le
dossier de la mine de fer de Bélinga située à quelques kilomètres de Makokou. Il a réaffirmé que
c’est par la faute de Jean Ping que le dernier projet d’exploitation de ce fer a échoué.
A l’époque, Vice premier ministre chargé des affaires étrangères, Jean Ping aurait contribué à
chasser les brésiliens de CVRD qui avait conclu un contrat intéressant avec le Gabon. Il aurait
présenté à Omar Bongo la société chinoise China machinery and équipements (CMEC) pour mettre
en valeur ce riche gisement. Malheureusement, l’accord signé avec la CMEC n’a jamais été
concluant. La société chinoise n’aurait pas l’expertise pour une telle exploitation. L’Etat gabonais a
dépensé 35 milliards de FCFA pour racheter le contrat de dupe signé avec les chinois.
Ali Bongo au milieu de la jeunesse de Makokou @ Facebook ABO
Pour ces griefs, Ali Bongo a demandé aux Ogivins de ne pas voter pour Jean Ping.
« Femmes de l’Ogooué Ivindo, votez pour moi, je suis votre fils, je vous aime, je vous protègerais
contre ceux qui veulent uniquement restaurer leurs privilèges. Plus jamais ça », a hurlé Ali Bongo
Ondimba.
Revenant sur son projet d’égalité des chances, le président sortant a annoncé qu’il élargira la liste
des médicaments pris en charge par la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale
(CNAMGS). La liste actuelle provoque beaucoup d’insatisfactions car plusieurs produits essentiels
ne sont pas pris en charge.
Ali Bongo a également profité de la tribune du stade de Makokou pour dénoncer les pharmaciens qui
maltraitent les assurés de la CNAMGS sous le prétexte qu’ils n’apportent pas du cash.
« Je sais et je suis au courant que certains médecins et pharmaciens trichent. Au lieu de servir les
assurés de la CNAMGS, ils préfèrent d’abord servir ceux qui paient cash et nous allons mettre fin à
cela« , a cogné Ali Bongo Ondimba, demandant par la suite aux populations ogivines de voter
massivement pour lui le 27 août prochain.
« Vous avez un choix entre le paradis et l’enfer, moi je représente le paradis », conseillé.
Vendredi, le candidat Ali Bongo poursuivra sa campagne dans la province du Woleu-Ntem, au nord
du pays.
Le Notable
Candidature unique de l’opposition : le tweet
calibré de Bilie By Nze
Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Le ministre gabonais de la Communication,
Porte parole du gouvernement, Alain Claude Bilie By Nze réagissant à la
désignation, mardi, de Jean Ping comme candidat unique des principaux partis de
l’opposition, a affirmé que les candidats de l’opposition se sont livrés à un
marchandage d’épiciers.
«Les candidats de l’opposition se sont livrés à un marchandage d’épiciers », a tweeté le ministre
gabonais. Avant d’ajouter toujours sur son compte tweeter que cet « n’a pour objet que la répartition
des privilèges & fonctions ».
Dans la nuit de lundi à mardi deux principaux candidats de l’opposition considérés comme des poids
lourds ont décidé de retirer leur candidature à l’élection présidentielle du 27 août prochain au profit
de l’ancien président de la Commission de l’Union africaine (UA).
Les deux opposants qui ont retiré leur candidature sont l’ancien Premier ministre Casimir Oyé Mba
et l’ancien président de l’Assemblée nationale Guy Nzouba Ndama.
Le retrait de ces deux poids lourds présage un véritable duel entre le président sortant, Ali Bongo
Ondimba, candidat à sa propre succession et Jean Ping.
Gaston Ella
Jean Ping célébré à Nkembo comme un
messie
Vue panoramique @ DR
Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Des milliers des personnes se sont amassées
mardi au rond point de Nkembo pour célébrer Jean Ping comme le messie des
gabonais déçus du septennat d’Ali Bongo Ondimba.
Le rond point de Nkémbo était noir de monde. Ils sont venus de partout. Ils ne souhaitaient pas rater
ces moments inoubliables de l’histoire politique du Gabon. Des grosses pointures de l’opposition qui
acceptent volontiers de se retirer de la course à l’élection présidentielle au profit d’un seul
candidat. Ce schéma a toujours été rêvé mais jamais réalisé.
Dans la nuit de lundi à mardi en effet, Guy Nzouba Ndama et Casimir Oyé Mba ont retiré leur
candidature au profit de Jean Ping.
« C’est une mini révolution qui nous conduit droit vers l’alternance au pouvoir tant attendue », a
commenté un universitaire.
« C’est le symbole d’un Gabon qui gagne », a hurlé sur le podium le professeur Anaclet Bissielo, un
des artisans de cet accord dont le contenu exact n’est pas encore rendu public.
« L’union sacrée autour de la candidature de Jean Ping fait de lui le messie qui délivrera le Gabon »,
a conclu un militant ivre de bonheur.
Le meeting quasiment improvisé s’est achevé dans le calme. Les policiers du commissariat de
Nkembo, parfois perchés sur le balcon, ont observé de façon stoïque le déroulement de ce meeting
qui a également connu la présence des observateurs internationaux.
« Attention à l’excès de triomphalisme », conseillait un proche collaborateur de Jean Ping
s’adressant à un militant de la société civile qui estimait que Jean Ping était déjà devenu le président
de la République gabonaise.
Antoine Relaxe
L’accord entre Ping, Oyé Mba et Nzouba a été
négocié durant 3 jours chez Myboto
Jean Ping et René Ndemezo’o Obiang qulques heures après l’annonce de l’accord @ Gabonactu.com
Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – L’accord qui a permis a contraint Casimir Oyé
Mba et Guy Nzouba Ndama de retirer leurs candidatures au profit de Jean Ping a
été durement négocié pendant trois jours dans la résidence privée de Zacharie
Myboto à la Sablière, a affirmé Jean Ping.
« Cela n’a pas été facile c’est pourquoi les négociations ont duré. Dans tous les cas, aucun accord
n’est facile à négocier », a déclaré Jean Ping dans une interview à RFI & et Gabonactu.com
Jean Ping est cependant resté moins bavard sur le contenu de ce document négocié également par la
société civile conduite par le Pasteur George Bruno Ngoussi de l’église Nazareth.
Deux principaux candidats de l’opposition considérés comme des poids lourds ont décidé dans la
nuit de lundi à mardi de retirer leur candidature à l’élection présidentielle du 27 août prochain au
profit de l’ancien président de la Commission de l’Union africaine (UA), Jean Ping, a annoncé
Zacharie Myboto, président de l’Union nationale (UN, opposition).
« C’est un accord qui nous permet d’aller en campagne, qui nous permet d’envisager le déroulement
de tout le processus électoral avant, pendant et après. Donc c’est un accord complet », a-t-il résumé.
Convaincu que cet accord le place en pôle position, Jean Ping n’a pas caché sa satisfaction et son
assurance d’être élu après le scrutin du 27 août.
« Quelque soit le candidat qu’on aurait mis à la tête de cette coalition, il aurait gagné. Parce que
vous savez qu’Ali ne peut pas gagner. Il ne va gagner qu’avec la fraude et même là nous l’attendons
au tournant », a ajouté Ping.
« Aujourd’hui le Gabon vit un événement inédit et nous pensons que cet événement inédit doit
constituer le point de départ du changement réel dans ce pays », a pour sa part déclaré Zacharie
Myboto, principal parrain de cet accord.
« Connaissez-vous une négociation facile ? Moi je n’en connais pas une », a-t-il répondu à un
journaliste de Gabonactu.com qui lui demandait si les négociations ont été houleuses.
« Il n’y a pas de négociations faciles. Mais c’est le résultat qui compte. Je crois que la hauteur
d’esprit de tout ceux qui ont participé à cette négociation, le sens élevé du devoir, le patriotisme ont
prévalu sur tout le reste et c’est ça l’avantage, un nouveau Gabon qui se construit sans Ali Bongo
Ondimba », a-t-il ajouté.
Selon une source contactée par Gabonactu.com, les parties ont conclu un accord de gouvernement.
Les contractants se sont engagés à gouverner le pays ensemble en fonction du poids politiques et
des apports des uns et des autres.
En cas de victoire, le président n’appliquera pas uniquement son projet de société. Il intégrera les
idées forces des candidats s’étant retirer pour les mettre en œuvre au profit de la République.
Martin Safou
Jean Ping aurait été adoubé comme candidat
unique de l’opposition
Jean Ping sur le point de livrer un duel historique contre Ali Bongo @ DR
Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – L’opposant Jean Ping, aurait été adoubé dans
la nuit de lundi à mardi comme candidat unique de l’opposition pour l’élection
présidentielle du 27 août prochain, selon plusieurs informations obtenues par
Gabonactu.com
La réunion qui a décidé de choisir Jean Ping a eu lieu au quartier huppé de la sablière précisément
au domicile de Zacharie Myboto à quelques mètres de la résidence d’Ali Bongo Ondimba.
Plusieurs candidats étaient présents. L’on cite Jean Ping, Casimir Oyé Mba et Guy Nzouba Ndama
notamment. Des représentants de la société civile et d’autres candidats auraient également assisté à
ce rendez-vous qui rentre dans l’histoire politique du Gabon.
Selon un communiqué non officiel qui circule dans les réseaux sociaux, les participants à cette
réunion ont décidé d’annoncer publiquement leur décision ce mardi au collège Ntchorere lors d’une
déclaration officielle à 15 heures.
Une image de la réunion nocturne de la sablière @ Marc Ona Essangui
La télévision privée RTN qui a couvert cette réunion confirme cette information.
On rappelle que la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP) a validé 14
candidats dont le président sortant Ali Bongo Ondimba. L’idée d’une candidature unique de
l’opposition pour espérer terrasser Ali Bongo Ondimba a longtemps été évoquée mais se heurtait aux
égos des uns et des autres. Cette nuit, les opposants auraient vaincu le signe indien.
Martin Safou
Présidentielle 2016 : Libreville dans la fièvre
de la campagne
Casimir Oyé Mba montrant à ses sympathisants le spécimen de son bulletin de vote @ Gabonactu.com
Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – La vie à Libreville était plutôt calme et
paisible ce dimanche contrairement à samedi où par bus entiers des dizaines de
personnes ont convergé vers le stade de l’amitié d’Ali Bongo Ondimba a effectué
son meeting d’ouverture.
Côté images, c’est Ali Bongo qui donne à voir et à revoir. La ville est inondée d’affiches de divers
formats. Sur les principaux artères, pas un poteau électrique sans sa tête ou son prénom « Ali » suivi
de son slogan « changeons ensemble ».
Raymond Ndong Sima au PK 8 @ Gabonactu.com
A côté d’Ali Bongo, des « mystérieux » drapeaux blancs avec la carte du Gabon imprimée en rouge.
On peut facilement lire le sigle « GND ». Ces drapeaux visibles dans les carrefours sont l’œuvre de
l’indépendant, Roland Désiré Aba’a Minko dont le projet de société se résume en deux points :
réviser les accords de coopération entre la France et le Gabon. Ces accords qui datent de 1960
disposent, selon Aba’a Minko, que les richesses du Gabon appartiennent à la France et le président
du Gabon est le représentant de la France.
Après la révision de ces accords, Roland Désiré Aba’a Minko, rêve de faire adopter par référendum,
une nouvelle constitution qui garantira l’indépendance du Gabon.
Paul Mba Abessole durant sa conférence de presse à son siège @ Gabonactu.com
Sur le terrain, les candidats ont préféré les meetings de proximité. L’ancien Premier ministre d’Ali
Bongo, Raymond Ndong Sima a choisi le marché Banane au PK8 pour présenter son programme de
rupture entre le Gabon et la famille Bongo Ondimba qui dirige le Gabon depuis 1967.
« Le 27 août vous irez décider. Ce n’est pas une décision pour cette minutes, pas pour 7 heures, ni 7
jours, ni 7 semaines… c’est une décision pour 7 ans. Vous devez donc faire le bon choix », a-t-il
exhorté. « Le bon choix c’est moi », a-t-il dit au public.
Un panneau limuneux pour Ali Bongo sur le front de mer @ Gabonactu.com
Au rond point du PK 12 c’est l’autre ancien Premier ministre, Casimir Oyé Mba qui s’est présenté
comme le meilleur choix pour l’avenir du Gabon. « Le 27 août c’est mon bulletin que voici que vous
mettrez dans l’urne. Ne votez pas pour l’autre car il n’est pas plus beau que moi », a ironisé le
candidat soutenu par l’Union nationale (UN), l’ADERE et l’UPG de Moukagni Iwangou.
Gérard Ella Nguéma lui a choisi le marché de Nkémbo dans le 2ème arrondissement pour exciter la
foule.
Pour sa part, Paul Mba Abessole, leader populiste des années 90 a lancé sa campagne par une
conférence de presse au siège de son parti, le Rassemblement pour le Gabon (RPG). Son projet pour
le Gabon est resté le même : « école cadeau, hôpital cadeau, travail pour tous et un toit pour tous ».
Les drapeaux de Roland Désiré Aba’a Minko @ Gabonactu.com
Déserté par ses lieutenants d’hier, Paul Mba Abessole a affirmé qu’il est « un homme du présent et
du futur ». Il croit toujours à ses chances de parvenir au pouvoir.
Les autres candidats se sont jetés à l’assaut de l’arrière pays.
Carl Nsitou
Présidentielle 2016: Ntoutoume Émane
adoube Nzouba Ndama
Jean François Ntoutoume Emane (chapeau) et Guy Nzouba Ndama @ Gabonactu.com
Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – L’ancien Premier ministre, Jean François
Ntoutoume Émane, devenu farouche opposant au régime en place a adoubé le
candidat, Guy Nzouba Ndama pour l’élection présidentielle du 27 prochain.
« Pour moi, l’homme idéal qui ne méprise pas les gens, qui est humaniste, qui a fait ses preuves c’est
toi », a déclaré M. Ntoutoume Émane s’adressant à Nzouba Ndama dans un meeting organisé
vendredi dernier dans son fief politique du 5ème arrondissement de Libreville qui compte environ 160
000 habitants.
Jean François Ntoutme Emane et Guy Nzouba Ndama étaient les éminences grises du Parti
démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) à l’époque de son président fondateur, Omar Bongo
Ondimba. Les deux ont claqué la porte du parti, affirmant ne plus se reconnaître dans les méthodes
de gestion de l’ancien parti unique toujours au pouvoir.
Jean François Ntoutoume Emane donnant des consignes de vote à ses partisans
@ Gabonactu.com
En apportant son soutien l’ancien maire de Libreville a exhorté Nzouba Ndama de se retrouver avec
d’autres candidats de l’opposition pour former une candidature unique. Un candidat unique de
l’opposition qui donnerait plus de chance pour, selon Ntoutoume Émane, battre Ali Bongo, le
président sortant qui est candidat à sa propre succession.
Il y a 14 candidats en lice pour le scrutin présidentiel avenir. Guy Nzouba Ndama et Jean Ping,
ancien président de la commission de l’union africaine sont les principaux challengers d’Ali Bongo.
Camille Boussoughou
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
1 133 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler